Auteur Sujet: Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !  (Lu 3026 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne chrisljb

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 13
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #15 le: 01 Avril 2019 à 19:04:15 »
J ai lu dans Le Monde cet interview que j ai trouvé tres intéressant autour d un livre sur le thème de la rupture,
 Pas le deuil en particulier,  toutes formes de ruptures, mais j ai trouve beaucoup de réflexions qui m ont parle.
 https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/03/30/claire-marin-l-epreuve-de-la-rupture-peut-nous-disloquer-jusqu-a-la-folie_5443447_3232.html?xtmc=ruptures&xtcr=1

En particulier, ce passage sur la rupture amoureuse car au fond, c est un peu ce que l on vit dans un deuil de son conjoint:
."Dans la rupture amoureuse, ce n’est pas seulement un être aimé que l’on perd, c’est aussi la personne qu’il voyait en nous et que son amour valorisait. Mais c’est également tout un monde, des lieux, des repères, un langage propre au couple, des amitiés, des familles, et tout un passé, une histoire commune qui disparaissent avec lui. Ce monde est englouti par la séparation amoureuse. On a l’impression d’avoir tout perdu, un peu comme un naufragé. Et de n’être plus personne, au milieu de nulle part. C’est une expérience de désorientation existentielle. Alors on se laisse mourir de chagrin ou on essaie de reprendre autrement le cours de la vie. C’est une mise à l’épreuve intime, qui détruit mais qui sollicite aussi des résistances inattendues, nouvelles. On se surprend, on découvre des ressources inespérées dans ce retour à soi involontaire."
Je vous laisse lire. J'espere un jour arriver a la note positive de la fin de ce passage. Pour l instant, je n y suis pas.
« Modifié: 01 Avril 2019 à 19:32:15 par chrisljb »

Hors ligne chrisljb

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 13
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #16 le: 08 Avril 2019 à 00:22:14 »
Ce we, nous nous sommes retrouvés pour l'anniversaire de ma plus jeune fille qui aura 22 ans mardi.
Mes 3 filles étaient présentes,  la maison a été pleine tout le temps et nous avons fait de belles ballades tous ensemble, dans un climat affectueux et même joyeux.
Mais ma fille est restée très sensible tout le temps, c'est son premier anniversaire sans sa maman.
Toute l'année dernière, ma fille était à l'étranger, elle est rentrée 3 semaines avant le décès de sa maman et ne l'a pas beaucoup vue pendant ces quelques temps.
Ce matin, elle m'a demandé de l'aider à placer une toute petite photo de ma femme dans un pendentif qu'on lui avait offert.
J'ai un peu de mal car c'etait très délicat d'insérer la photo. Quand j'au eu fini, j'ai été frappé à quel point la photo que ma fille avait choisie était bonne, c'était tellement elle,  son expression avec un grand sourire et ses cheveux roux dans le vent.
J'ai cru la voir en face de moi, telle que je l'ai toujours vue, et là j'ai eu l'impression d'avoir la poitrine qui explosait sous l'émotion. Tout m'est revenu d'un coup et son absence en ce we ou nous étions tous réunis m'a paru irréelle, impossible, insoutenable. Je me suis écroulé.
Je suis sorti m'isoler un bon moment avant de pouvoir reprendre mes esprits et revenir au milieu des autres.
Seule ma fille a compris ce qui s'était passé.
C'est comme cela; après tous ces mois à lutter pour reprendre le cours de sa vie, la carapace que l'on s'est créée est bien fine et fragile, et la douleur est toujours là présente, prête à mordre encore plus fort  à la moindre faille.
L'après midi est passée mais je crains ces vagues d'émotion et leur effet sur la nuit qui suit et sur les suivantes.

Ma fille est restée fragile toute cette journée. Nous nous entendons bien et nous nous soutenons l'un l'autre. J'aimerais pouvoir faire davantage pour l'aider mais je suis à la limite de mes capacités, je suis comme un sportif qui n'a plus de réserves.
Je sais que me voir craquer ainsi l'a beaucoup affectée, mais je n'ai pas pu faire autrement.
Au moins, je pense que le réconfort, l'affection et de la solidarité que nous nous témoignons mes filles et mois dans ces moments pénibles sont une chance et une force.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4723
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #17 le: 08 Avril 2019 à 13:54:35 »
Citer
Au moins, je pense que le réconfort, l'affection et de la solidarité que nous nous témoignons mes filles et mois dans ces moments pénibles sont une chance et une force.
oui c'est exactement cela
cette force va vous accompagner
bien affectueusement
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne chrisljb

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 13
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #18 le: 01 Mai 2019 à 23:59:48 »
Voici un peu d un mois que je ne suis pas venu sur ce forum.
Je voulais de ten ir, essayer de mener ma vie sans m'epancher.
Ces derniers temps, j ai eu quelques bons moments; je me dis que je vais mieux, que je remonte lentement la pente.

C est surement en partie vrai, mais ce que je ressens reste une immense solitude. Du fait de son absence que je ressens chaque jour, aussi d un decalage avec mon entourage familial et amical.
C est la tristesse et une solitude terrible.

Hors ligne malome

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 656
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #19 le: 02 Mai 2019 à 16:33:29 »
chrisljb

tu sais bien qu'ici c'est une seconde maison , tu y reviens quand les coups de blues reviennent , oui on se croit plus fort , on remonte la pente , et soudain une faiblesse et on glisse , alors il faut remonter , ha cette fois c'est plus difficile, le manque , la solitude nous assaillent et pourtant il faut encore et encore avancer ,  le décalage  avec les autres est réel et insoutenable , pour eux c'est bon il est temps de tourner la page , non et non c'est pas comme cela , notre ressenti est tout autre , blesser à vie une plaie béante qui se refermera jamais tout à fait , même si parfois de bons moments passent et qu'il faut saisir à corps perdu , peu importe le temps que ça dure , c'est une sorte de pose qui permet de souffler.
Amitiés et douceur à toi ,tes filles et ton aimée

Hors ligne chrisljb

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 13
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #20 le: 03 Mai 2019 à 14:29:58 »
Merci,
C'est juste que ces temps-ci je me sens à la limite de mes forces. Voilà près d'un an que je dors très peu et mal malgré toutes mes tentatives pour stabiliser mon sommeil, que je cesse de penser à elle et que j'ai en permanence l'estomac comme noué. Je sens la fatigue s'accumuler et une si grande lassitude. Tous ces mois d'efforts, de tension pour se maintenir à flot, être actif, voir du monde, continuer à faire tourner ma petite entreprise alors que j'ai si peu d'énergie et de concentration...l'impression de devoir toujours lutter contre un vent contraire.
Et puis cette solitude terrible et le manque, cette absence et ce vide permanent, à tout moment.
Bon, mon cas n'a rien d'original, je vois bien sur ce forum que nous traversons tous la même tourmente; quelque part, cela réconforte, je me dis que je vais "normalement mal". Et puis j'ai la chance d'être très bien entouré même si je me sens souvent en décalage avec certains de mes proches qui ne ne peuvent pas se .
Je trouve difficile aussi de sentir ma femme s'éloigner progressivement de ma vie. Son souvenir se fait un peu moins précis, plus lointain. Penser à elle me fait mal, mais la sentir s'éloigner encore plus.
Ces derniers jours, pour la première fois, j'ai eu la tentation d'arrêter de lutter, de me mettre en pause complète, mais pour faire quoi ?  Pour se retrouver dans une situation encore plus compliquée ?
En fait, nous n'avons pas le choix, j'ai 3 filles qui ont déjà assez souffert, il est hors de question que leur père soit un poids ou un souci pour elles. J'ai aussi une petite entreprise qui continuer à tourner, avec une dizaine de salariés qui en dépendent et c'est aussi mon moyen de gagner ma vie.

Il faut essayer de ne pas baisser les bras,  se ménager , reprendre quelques forces et retrouver un peu d'énergie pour continuer à aller de l'avant, attendre un meilleur moment.

Hors ligne yvgpqpg4

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 117
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #21 le: 03 Mai 2019 à 15:59:56 »
Bonjour je me retrouve beaucoup dans tous ces mots que tu viens d'utiliser: la fatigue, la lutte permanente, la lassitude, ne penser qu'à ça, besoin de faire tourner ma petite entreprise, grosse fatigue,  tentative d'un sommeil à peu près correct,. Moi aussi c'est tout cela qui ne cesse de rythmer mon quotidien. Je ne sais même pas comment on fait pour avancer en fait. J'ai toujours cette image d'être au volant de ma voiture et d'appuyer sur l'accélérateur mais le frein à main est serré et je persiste à vouloir accélérer .  Voilà comment je ressens la chose. Je ne sais pas te dire quoi faire, moi je fais une pause mais je ne suis pas sûre que ce soit la solution car je tourne en boucle...

Hors ligne yvgpqpg4

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 117
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #22 le: 03 Mai 2019 à 16:03:30 »
Je ne suis pas abonnée au monde j'aurais bien aimé le lire

Hors ligne yvgpqpg4

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 117
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #23 le: 03 Mai 2019 à 16:17:03 »
Également le ventre noué, je n'ai jamais retrouvé un appétit féroce c'est toujours manger car il faut manger. Je rêve de retrouver l'appétit, le vrai. Ça fait combien de mois qu'elle est partie ? Moi aussi j'ai lutté une bonne année puis en fait ça a été plus difficile juste après. Je pense que le corps lâche au bout d'un moment. Tu peux t'autorise à pleurer et à craquer devant tes filles, cela leur ouvrira le droit à pleurer aussi. Et vraiment j'ai compris que plus on lâche plus on pleure etc et mieux on se trouve ensuite.  Moi je ne pleure plus trop, je n'ai plus trop de crise de sanglots, mais je me suis beaucoup permise, je m'en fiche de l'opinion des autres je peux pleurer n'importe où n'importe quand, les autres sont mal à l'aise tant pis pour eux je n'ai pas de honte à avoir.

Hors ligne BEBE

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1082
  • L'amoureuse de Coeur Canaille qui vit sur Terre
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #24 le: 03 Mai 2019 à 18:20:56 »

Cher Chrisljb,

A plus de 16 mois de deuil je ressens aussi cette immense lassitude qui ne me quitte plus et pourtant je dors plutôt bien mais  dès le réveil je me sens fatiguée. Me préparer le matin me prend beaucoup plus de temps qu’avant. Je me traine, je manque de jus, de réactivité. Penser à tout ce qu’il va falloir accomplir dans la journée m’épuise avant même de l’avoir démarrée. Tout est difficile à accomplir même les choses les plus simples et me demande des trésors d’efforts et de volonté. Je suis devenue experte en procrastination, mais à force je suis en train de me faire déborder par tout ce qui a été soigneusement remis à plus tard… je ne sais plus par quel bout commencer… ni à la maison… ni au travail… ce qui vient renforcer mon état de découragement et de déprime.   
Au boulot j’ai l’impression de ne plus savoir faire… manque de concentration, difficulté à prendre des décisions, mémoire qui semble saturée… et la pensée qui semble toujours embrumée, engourdi, court-circuitée… tout est lourd, lent, pesant… et je m’énerve après moi-même d’être dans cet état-là.
Comme pour toi l’envie d’arrêter cette épuisante nage à contre-courant m’a effleuré l’esprit mais je me dis que si je fais ça, si je lâche l’affaire… alors c’est foutu. Donc je continue coûte que coûte  ce combat de forcenée en me disant que ça va bien finir par s’arranger et je m’oblige à relativiser en me disant que ma performance au travail n’a finalement pas été moins bonne que les années précédentes puisque mon chef ne s’est pas plaint de moi, la maison n’a pas pris feu ni ne s’est effondrée, le chat est toujours en vie… et moi aussi… alors tout ça est laborieux et vraiment loin d’être parfait, mais l’ensemble au final tient à peu près debout.
Il n’y a que quand je vais à la danse que je trouve un peu de peps et de légèreté  alors j’essaie d’y aller le plus souvent possible.
Te lire aujourd’hui m’a fait du bien, cela m’a un peu rassuré de voir que je ne suis pas la seule à toujours manquer autant d’énergie même plusieurs mois après le décès alors merci pour le partage de ce vécu.

Affectueusement,
BEBE   
L'Amour ne meurt jamais

Hors ligne chrisljb

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 13
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #25 le: 05 Mai 2019 à 22:22:04 »
Bonjour,

Merci pour vos messages et encouragements, je suis très touché par vos témoignages si proches de ce que je ressens et en

Ce forum est vraiment un drôle d’ « endroit ». Nous ne nous connaissons pas, personne de ne s’est jamais rencontré, et pourtant on y partage des sentiments à la fois très intimes et douloureux que l’on peine parfois à exprimer notre entourage le plus proche.
Le fait de retrouver dans les messages des uns et des autres des expressions et des états d'esprit si proches de ce que l’on ressent, crée un sentiment particulier de communauté et de compréhension. Je suis frappé par la similitudes de nos parcours et perceptions des phases du deuil. Du coup, nous avons le sentiment de nous comprendre mieux entre nous que ne peuvent le faire nos proches qui ne ressentent pas la même chose.

J'espère un jour pouvoir témoigner que je vais mieux pour apporter de l'espoir à ceux sont au creux de la vague.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4723
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #26 le: 05 Mai 2019 à 23:12:21 »
Citer
Nous ne nous connaissons pas, personne de ne s’est jamais rencontré,

Si des personnes se sont rencontrées
...
Récemment j'en ai rencontrée une
Et j'ai communiqué avec 5 "anciennes" personnes d'ici
Voir ce lien (archivé dans table des matières)
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/les-rencontres-entre-endeuille%28e%29s/
Ces rencontres sont extrêmement précieuses
J'invite toujours les nouveaux à le faire ...
Bien affectueusement
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne yvgpqpg4

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 117
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #27 le: 06 Mai 2019 à 10:30:02 »
Chris, tu verras tu te surprendras à aider les autres bien avant de t'aider toi-même ! J'ai l'impression que l'on parvient plus facilement à avoir les bons mots pour aider les autres que pour soi. Je pense que c'est une façon inconsciente de se parler à soi même et d'admettre certaines choses que l'on sait au fond de nous mais que nous avons dû mal à accepter (comme le fait que le temps fasse son œuvre, que malgré nous le deuil fait son chemin, que l'on a peur de l'oublier etc etc).
« Modifié: 06 Mai 2019 à 10:32:32 par yvgpqpg4 »

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4723
Re : Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #28 le: 06 Mai 2019 à 12:14:58 »
Chris, tu verras tu te surprendras à aider les autres bien avant de t'aider toi-même ! J'ai l'impression que l'on parvient plus facilement à avoir les bons mots pour aider les autres que pour soi. Je pense que c'est une façon inconsciente de se parler à soi même et d'admettre certaines choses que l'on sait au fond de nous mais que nous avons dû mal à accepter (comme le fait que le temps fasse son œuvre, que malgré nous le deuil fait son chemin, que l'on a peur de l'oublier etc etc).
C'est exactement ça
Et quand on communique par téléphone
Et où en se rencontrant c'est ainsi que l'on se soutient plus facilement
Affectueusement
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne malome

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 656
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Qu'il est long le chemin après le suicide de son conjoint !
« Réponse #29 le: 06 Mai 2019 à 13:42:47 »
Que le temps fasse son oeuvre , non ce n'est pas oublier, mais rien ,non rien ne peut faire oublier la  vie que nous avons eu avec   notre cher(e) disparu(e) , non je dirais juste aplanir le chemin de notre vie que cela soit  moins difficile à  avancer , adoucir notre chagrin , être plus calme malgré un souvenir qui peut remonter et nous émouvoir , nous n'en sommes pas encore là , le parcours est si long mais après tout nous avons le temps , prenez soin de vous
Amitiés à vous