Auteur Sujet: Poème de William Blake  (Lu 2954 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Marico

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 153
Poème de William Blake
« le: 02 Juin 2011 à 08:02:26 »
Pour ceux et celles qui, comme moi, croient qu'il est là, quelque part derrière le miroir, ce poème que le prêtre a lu aux obsèques de mon mari qui était marin et construisait de grands voiliers alu...

Le voilier,

Comme un voilier part dans la lumière du matin
Je suis debout au bord de la plage
Un voilier passe dans la brise du matin
Et part vers l’océan.
Il est la beauté, il est la vie.
Je le regarde jusqu’à ce qu’il disparaisse à l’horizon.
Quelqu’un à mon côté dit :
- Il est parti
- Parti ? Vers où ?
Parti de mon regard, c’est tout...
Son mât est toujours aussi haut, sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine.
Sa disparition totale de ma vue est en moi, pas en lui.
Et juste au moment ou quelqu’un près de moi dit :
- Il est parti !
il y en est d’autres qui, le voyant poindre à l’horizon et venir vers eux, s’exclament avec joie :
- Le voilà ! ...
C’est cela, la mort
                                                         
William Blake

Bon courage à tous et toutes pour poser un pied devant l'autre et avancer...
M.

Hors ligne Marico

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 153
Re : Poème de William Blake
« Réponse #1 le: 02 Juin 2011 à 08:14:21 »
À la fin de ce petit poème que j'avais conservé dans un dossier de mon ordinateur, je viens de découvrir que ma fille a écrit :

"Maman, ma chère maman, ne te laisse pas envahir par le  chagrin et les regrets,
A moi aussi il manque mais si on y croit très fort
On peut le garder dans nos cœurs !!!
Tous ensemble on y croit,
Tous ensemble on y va.
Emma"
 
Et je me dis que même si je sombre parfois, c'est l'amour que je porte à mes enfants, et qu'ils me rendent à leur façon, parfois silencieuse comme dans ce cas précis, qui me donne la force de sortir la tête hors de l'eau. Encore aujourd'hui, 5 ans après, ils restent "mon coup de pied au fond de la piscine", comme je dis toujours !

Je vous embrasse et je joins ma douleur à la vôtre.
M.