Auteur Sujet: Peu de soutien de la part de la famille  (Lu 2906 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Vicky5965

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Peu de soutien de la part de la famille
« le: 30 Septembre 2017 à 22:54:48 »
Bonsoir à tout le monde,

J'ai perdu mon conjoint depuis maintenant 16 mois de façon très violente et tragique. J'ai été au fond du trou, j'ai dû prendre en charge le second oeuvre de la maison commencée à deux. J'ai dû soutenir mes enfants dont deux qui ont sombré dans la dépression. Aujourd'hui, je déplore le manque de soutien de la part de la famille et
belle famille. Nous sommes isolés géographiquement mais je ne comprends pas pourquoi les gens ne se manifestent pas, ne téléphonent pas, n'écrivent pas, ne serait ce qu'un texto pour demander des nouvelles ou si j'ai besoin d'aide. La famille serait elle devenue individualiste comme les gens en général ?
Le malheur fait il peur, il n'est cependant pas contagieux ?
Est ce à moi d'appeler ? j'aurai l'impression de mendier de l'attention...
Avez vous rencontré ce genre de comportement ?  Voulez vous bien m'aider à comprendre svp ?

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2945
Re : Peu de soutien de la part de la famille
« Réponse #1 le: 30 Septembre 2017 à 22:58:44 »
tristement je t'accueille ici
oui plusieurs ont vécu cela
dans table des matières
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/en-guise-de-table-des-matieres/
j'ai mis le lien
puis les questionnements
/autres http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/tentative-de-comprendre-pourquoi-le-sautres-nous-gardent-a-distance/

ici tu vois que tu seras écoutée, comprise
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne athena34

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Peu de soutien de la part de la famille
« Réponse #2 le: 01 Octobre 2017 à 12:28:54 »
       Bonjour,
   
        J'ai moi aussi perdu mon mari de façon tragique (suicide) il y a 15 mois, et je partage votre désarroi
         Je voulais vous dire que moi non plus je n'avais reçu aucun soutien de la famille que se soit de la mienne
          j'en ai très peu  et surtout de la part de la famille de mon mari , pas UN seul coup de fil  depuis son décès
          une indifférence absolue qui voulait dire  que pour eux je n'existais plus , rayée de la carte.
         J'ai fait face seule comme j'ai pu dans une solitude incommensurable, jamais je n'aurais pensé en arriver là
         Je ne comprends pas cette attitude, cela ma beaucoup blessé, profondement décue par l'indifférence de la nature
           humaine, la mort fait peur et peu de gens vous tendent la main, c'est chacun pour soi.
          Les mois ont passés et rien n'a changé pour moi dans cette longue traversée du tunnel.
           Je vous souhaite beaucoup de courage, mais, c'est peu de le dire, je pense que vous trouverez dans tous ces témoignages  plus de réconfort que chez vos proches
       

         

Hors ligne LaetitiaMcL

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 12
Re : Peu de soutien de la part de la famille
« Réponse #3 le: 01 Octobre 2017 à 13:20:28 »
Bonjour,

J'ai moi aussi perdu mon compagnon de façon subite (suicide également).

Il était  en froid avec ses parents mais  très proche de ses grands-parents et de son oncle. Après  son décès nous avons eu des contacts. Durant l'été  nous n'avions ni l'un ni l'autre la force d'entrer en contact. Ca m'a beaucoup affectée. Puis j'ai tenter le tout pour le tout et je leur ai écrit  et donné de mes nouvelles. Ils m'ont par la suite rappelée. Il n'est parfois pas evident de faire le premier pas. Dans ces moments tragiques, nous ne savons pas comment agir au mieux. C'était  le cas de ma belle famille qui voulait me laisser du temps pour digérer, pensant qu'ils allaient me retenir dans des pensées morbides.


Moi auss j'étais mal à  l'aise en les recontactant mais au final je ne regrette pas mon choix et je pense que si je ne l'avais pas fait, mes "beaux-grands-parents" seraient restés dans leur mutisme.

Affectueusement
Laetitia
Si le paradis existe, nous nous retrouverons, puisqu'il ne peut y avoir de paradis sans toi...

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2945
Re : Peu de soutien de la part de la famille
« Réponse #4 le: 01 Octobre 2017 à 22:39:33 »
il faut tenter le contact oui
tu as raison
mais parfois (ce fut mon cas) ça ne donne rien ...  :-\ :'(
et là il faut le digérer ...
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne sophieM.

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 38
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Peu de soutien de la part de la famille
« Réponse #5 le: 02 Octobre 2017 à 20:18:18 »
Bonsoir,
Ton incompréhension me rappelle la mienne. Mon compagnon décédé, j'ai ressenti le vide sidéral de la part de ma famille, pourtant à 100 mètres de distance. Un "ça va?" comme un étranger aurait pu me le demander sans se soucier de la réponse me faisait plus de mal que de bien.

Voici comment j'ai vécu et compris les choses , si cela peut t'aider aussi....

Dans ce cas, deux solutions : 1- soit tu regardes le doigt qui appuie là où ça fait mal et tu continue de souffrir en espérant qu'un jour le doigt cessera sa pression. Dans ce cas, tu portes les gens, l'extérieur, en l'occurence ta famille, garante de ton mieux être, et en attendant ce jour qui ne viendra sans doute pas, tu t'aigris, tu t'affaiblis.

2- soit tu observes là où ça fait mal en toi et tu oublies le doigt qui appuie sur la plaie.
La plaie est intérieure, pas extérieure. Alors cesse de chercher des solutions extérieures, mais trouves les à l'intérieur de toi.
ça peut paraître spirituel comme approche, mais ça ne l'est pas. c'est cardiaque.
Si tu restes dans l'attente d'une bienveillance extérieure, tu vas .... attendre.

Réagi, et examine ce que tu attends vraiment des autres, ne te racontes pas d'histoires.
As tu vraiment besoin d'eux, ou n'est ce pas simplement un certain confort de reconnaissance ?
Regardes ce que tu es capable de réaliser par toi même.  Ton "toi" est à l'intérieur, c'est lui qui te maintient la tête hors de l'eau, pas ta famille et si tu vis cela, c'est que tu as un sens à donner à cette apparente solitude. Ouvre les yeux sur le sens de ce que tu vis; ça n'est pas anodin de vivre ce que tu vis. C'est un tremplin pour toi, tu n'as pas besoin de ta famille pour vivre ton expérience.
Surtout, je jette pas la pierre sur ta famille, car elle est à des galaxies de comprendre ce que tu vis et ça n'est pas grave. Tu n'es pas une victime et ta famille n'est pas ton bourreau. Cherches plutôt le sens de ce qui t'arrives pour avancer dans cette épreuve. Toute épreuve comporte un enseignement. Ne passe pas à côté  à cause d'attentes vaines.

Une fois que tu auras compris et intégré ça, tu n'attendras plus rien d'eux et tu ne remarqueras plus leur silence parce que tu auras soigné et guérit intérieurement là où ça fait mal ; le doigt peut continuer d'appuyer dessus, peu importe, la plaie est guérie, alors bien vite, tu n'en voudras plus au doigt d'appuyer et bien vite il n'appuiera plus !
 ... et tu vas te sentir légère, libérée de ta prison d'attentes, et en même temps, tu vas inconsciemment libérer ta famille de tes attentes.
A mon avis, tu as des ressources intérieures qui vont te surprendre et que tu vas honorer. Elles vont faire boule de neige, parce qu'une fois que tu auras réalisé que tout repose sur les attentes qu'on a envers les autres, et bien, tu vas les dissoudre.

Et puis tu vis un chaos intérieur que ta famille ne peut pas comprendre. Bientôt, dans ton cheminement, tu remercieras ta famille d'avoir agit ainsi parce que sans leur comportement, qui n'est ni bon ni mauvais, tu auras découvert des trésors en toi. Parce que si ta famille t'avait offert un soutien tel que tu l'attends, tu n'aurais pas fais cette trouvaille intérieure qui t'attends. Donc, grâce à ta famille, tu trouves un trésors en toi.  Merci à qui ? ... merci à ta famille !!!

écoutes ton coeur, pas ton mental.

sophieM.


Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2945
Re : Peu de soutien de la part de la famille
« Réponse #6 le: 02 Octobre 2017 à 22:16:24 »
Bonsoir sophieM
pour un premier message sur ce forum il sonne bien différemment de la douleur des personnes ayant écrit jusque là
je ne sais pas depuis combien de temps tu es veuve ...
mais vois tu je veux juste te dire que j'avais besoin oui besoin de sa famille (son frère) pour me parler des parties de lui que je n'avais pas connues directement et dont il m'avait parlé, j'ai ressenti ce besoin auquel sa famille n'a pas répondu.
J'ai ressenti le besoin que ma famille m'apporte l'aide de m'écouter parler de lui, je n'ai pu le faire qu'avec notre fille, les autres se sont dérobés.
Je ne sais pas comment tu as traversé ton début de deuil, toi
mais les conseils appuyés que tu donnes à Vicky5965 sont nombreux
je ne sais pas au bout de combien de temps tu as pu arriver à expérimenter ce que tu lui conseilles
je pense que Vicky5965 comme les autres qui ont vécu un deuil brutal "sort" doucement de l'état de choc ...
je lui souhaite les forces utiles à aller de moins en moins mal

Tu vas certainement nous faire plus part de ton expérience, de tes vécus qui apporteront une contribution nouvelle
à bientôt
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne sophieM.

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 38
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Peu de soutien de la part de la famille
« Réponse #7 le: 03 Octobre 2017 à 09:43:57 »
Bonjour,
Excusez moi, je ne voulez heurter personne.

Hors ligne cdi

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 154
Re : Peu de soutien de la part de la famille
« Réponse #8 le: 03 Octobre 2017 à 11:55:13 »
Bonjour,
Je rejoins qiguan dans ce quelle dit, quand j'ai perdu ma belle -mère en janvier
J'ai perdu une fois de plus mon mari car quand je la voyais ou que je l'avais au téléphone c'étais une partie de mon mari que j'avais .

Et depuis  son décès  j'ai un manque encore plus grand , qui va me parler de lui surtout que je voulais quelle me raconte encore et encore des choses sur lui que je puisse écrire et raconter plutard aux enfants .
chacun a des souvenirs avec les personnes de la famille d'autres souvrent  et d'autres  restent muet.

Bon courage  à vous
Cdi

Hors ligne tony36

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 87
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Peu de soutien de la part de la famille
« Réponse #9 le: 03 Octobre 2017 à 12:40:24 »
Face à un tel cataclysme, les gens ne savent pas forcément comment réagir et s'ils n'ont pas vécu eux-même une expérience similaire, ils ne peuvent pas comprendre.
Oui je crois que pour certains on devient des espèces de parias, des bêtes disloquées qui souffrent et qu'il ne vaut mieux pas trop approcher dans leur monde de souffrance.

Alors si des gens tendent la main et aident, tant mieux, tout appui est bon à prendre : famille, amis, psychiatres, sinon... et bien il faut faire sans, y-a-t-il d'autres choix ?
Pourquoi ils ne tendent-ils pas la main, ça en effet, peut-être que ça ne sert à rien de chercher... comme cela a été dit, on est tellement dans une autre galaxie... Avant de connaître le grand malheur, je n'allais pas trop vers les gens plongés dans la souffrance, certainement pas par indifférence, mais simplement car je ne savais pas trop quoi leur dire, j'avais conscience qu'ils étaient dans un autre monde que j'étais à des années lumière de comprendre alors je ne voyais pas quoi faire à part simplement être présent pour eux. Rendre service, mais sur le plan spirituel ou du réconfort, de la discussion, tout le monde ne se sent pas qualifié pour entrer dans ce champs (et certains ne comprenant pas l'étendu du drame feraient d'ailleurs mieux de s'en abstenir plutôt que de donner leurs conseils à la noix).


Hors ligne sophieM.

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 38
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Peu de soutien de la part de la famille
« Réponse #10 le: 03 Octobre 2017 à 14:53:40 »
Bonjour,
je lis les mails du forum, et m'en retire car nous vivons la souffrance en fonction du rapport que l'on a avec la Vie et je ne me reconnais pas dans ce forum.
Ce que j'ai expérimenté  ne rejoint en rien la souffrance que j'observe et que je ne critique surtout pas.
Mais mes propos risquent de choquer vu la fragilité qu'occasionne la souffrance.
Donc je décide ne pas remettre maladroitement une couche. Chacun son rythme. Si on m'avait parlé il y a 20 ans en arrière de la façon dont je parle de mon vécu actuellement, je n'aurais rien compris non plus.
Bon courage à tous, et le courage, c'est pas la force du mental, mais la simplicité du coeur en action.
sophieM.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2945
Re : Peu de soutien de la part de la famille
« Réponse #11 le: 03 Octobre 2017 à 14:55:42 »
Certains ne savent pas nous rejoindre dans cet univers de souffrance mais savent être présents chaleureux compatissant sans peur ...
Les autres fuient par peur ...
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne tony36

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 87
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : Peu de soutien de la part de la famille
« Réponse #12 le: 03 Octobre 2017 à 16:20:45 »
Bonjour,
je lis les mails du forum, et m'en retire car nous vivons la souffrance en fonction du rapport que l'on a avec la Vie et je ne me reconnais pas dans ce forum.
Ce que j'ai expérimenté  ne rejoint en rien la souffrance que j'observe et que je ne critique surtout pas.
Mais mes propos risquent de choquer vu la fragilité qu'occasionne la souffrance.
Donc je décide ne pas remettre maladroitement une couche. Chacun son rythme. Si on m'avait parlé il y a 20 ans en arrière de la façon dont je parle de mon vécu actuellement, je n'aurais rien compris non plus.
Bon courage à tous, et le courage, c'est pas la force du mental, mais la simplicité du coeur en action.
sophieM.

Je pense que c'est dommage, certes la souffrance occasionne une forte fragilité, mais il faut justement essayer de la dépasser. De plus, c'est intéressant de savoir quel point de vue adoptent des personnes ayant vécu des expériences insupportables et quel est devenu leur rapport à la vie.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2945
Re : Peu de soutien de la part de la famille
« Réponse #13 le: 03 Octobre 2017 à 22:07:53 »
Dommage oui
nous aurions apprécié de lire une manière de traverser cette épreuve du veuvage, comment tu as passé les étapes, quels outils tu as pu déployer, à quel moment, au bout de combien de temps etc si tu nous l'avais partagé.
Comment tu avais vécu les premiers mois, la première année, la seconde.
Citer
Si on m'avait parlé il y a 20 ans en arrière de la façon dont je parle de mon vécu actuellement, je n'aurais rien compris non plus.
ta phrase veut peut être dire qu'il y a 20 ans que tu as connu le veuvage
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne sophieM.

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 38
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Peu de soutien de la part de la famille
« Réponse #14 le: 04 Octobre 2017 à 09:37:17 »
Bonjour, ok, je viens partager mon expérience , si elle peut inspirer quelqu'un, c'est chouette.
Elle n'engage que moi, c'est ma réalité, celle que j'ai vécu, que je vis et je ne cherche bien évidemment à convaincre personne.

Mon compagnon "s'est délivré" l'année dernière, et je vis tout, c à d l'avant, le pendant nos retrouvailles et sa libération comme une grâce (cela n'a aucun rapport avec la religion).
 Depuis, je ne sais pas si vous ressentez la même chose, mais le temps est élastique...une seconde c'est comme une semaine, comme 6 mois ... il y a le 1, mais le 2 n'existe plus. C'est une nouvelle sensation de la notion de temps et ça, c'est déjà très porteur.
Si je vis au mieux la séparation avec le corps de mon compagnon, c'est que je me place du point de vue de l'âme. Il faut prendre un peu de hauteur pour cela, et se détacher de la matière et des émotions qui l'englue. C'est donc une démarche qui demande une certaine ouverture, et que de plus en plus de personnes accueillent.

Mais quand on observe avec les yeux de l'âme, on comprend tellement de choses qu'aucune psychanalyse ne sait expliquer... ou bien le fourre tout de l'inconscient est là comme un joker, sans pouvoir plus expliquer et ressentir les choses. (attention je ne critique pas la psy, qui s'avère très utile, mais chaque domaine a ses limites).

A mes yeux, et d'après ma compréhension de mon vécu, l'âme a fait ses choix bien avant l'incarnation sur Terre. Chaque rencontre, épreuve est choisie d'avance. Ce que j'ai vécu, je l'ai demandé même si je ne m'en souviens plus. Mais lorsque je regarde le cheminement qui m'a amené à retrouver mon compagnon, oui, je ne peux que me souvenir et ressentir l'évidence de nos retrouvailles.
Nous nous sommes retrouvés 3 ans. Deux mois après nos retrouvailles, mon compagnon apprenait un cancer en lui.
Nous n'avons pas vécu de "love story", mais bien mieux que ça. Notre Amour s'est réalisé dans l'épreuve, et autant vous dire que la maladie n'a pas été la seule. Mais dans l'épreuve, quand on a la grâce d'y ressentir l'Amour, c'est extrêmement puissant. Aucun ordinateur n'aura une police de caractère assez forte pour imprimer un A aussi grand que ce que j'ai vécu. ça secoue, ça décoiffe, mais c'est lumineux.
Je sais que j'ai choisi cela, je me sens totalement responsable de ce que je vis et quelle que soit la circonstance, je ne me suis jamais positionnée en tant que victime de ce qui m'arrivait. C'était dur parfois, oui, mais c'était l'évidence, et j'ai remercié, remercié, remercié. et je remercie encore et encore.

Je sais aussi que mon compagnon a choisi, au niveau de l'âme et de ce qu'elle est venue vivre, sa vie.
C'est aussi pour ça que ne ne suis pas dans la souffrance. Certes, des pics de douleurs peuvent survenir de temps à autre, mais ce sont des pics de douleur pour moi et juste moi. Donc j'en fait mon affaire. Le principal est que mon compagnon soit libéré, en paix à présent. C'est ça qui compte. Tout ce qui me concerne n'est que manifestation de l'égo.

La séparation n'est qu'une illusion. Je sais que nous ne nous sommes pas quittés. ça n'est pas un déni, c'est une évidence.Nos âmes sont connectées. Personne n'est seul, regardez autour de vous avec votre coeur, pas votre mental, et vous verrez.
Il est une chose importante à savoir, c'est qu'il  faut laisser libre l'âme du défunt, lui souhaiter l'élévation, l'Amour, la lumière, et lui envoyer des ressentis (pas seulement des pensées) de joie .... l'Amour est la connexion avec nos défunts, c'est mieux que la wifi ! je trouve que comme on aime la personne sur Terre, on aime son âme "après".

L'émotion quand à elle agit comme des grésillements et interrompt la connexion. Les ressentis d'Amour élèvent leurs âmes j'en suis sûre, et il y a un effet boomrang avec nous, enfin encore une fois, c'est mon ressentis, seulement ma vérité.
C'est vrai que je me sens guidée par son énergie, et ce, dès le début de son voyage, c'est vrai que les synchronicités aident à avancer et à avoir le sourire.

Bon, voilà, ce message est déjà assez long.
je ne sais pas pourquoi, mais j'ai envie de vous dire que je vous aime tous, alors voilà, JE VOUS AIME TOUS !!!!

sophieM.