Auteur Sujet: perte de mon mari le 17 octobre 2016  (Lu 13576 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Nora

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 597
  • " Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes "
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #30 le: 04 Mars 2017 à 08:18:09 »
Ce n'est pas une compétition, non...Chacun fait comme il peut, nous ne maitrisons rien, et personne ne va être choqué  de ta belle énergie et de ton élan vers la vie.

(Je crois peu aux vertus du coup de pied aux fesses, cependant ...).

Tu as su rapidement mobiliser tes ressources, et tu as trouvé ce qui était bon pour toi, sortir, t'amuser, voir du monde,  ne pas te renfermer, cela te fait du bien, et c'est cela l'important.

Et tu as parfaitement raison de t'éloigner des personnes négatives et toxiques.

Depuis sa disparition je sais que mon "salut"  ne passera pas par ce que m'apportent les autres, mais que je le trouverai en moi.
Et qu'il résidera dans ce que je serai en mesure de donner, d'offrir, sans rien attendre en retour.

C'est un chemin plus long et plus difficile, qui nécessite une grande solitude, une profonde introspection, une communion avec la nature, les éléments...

Chacun sa méthode, pas de jugement.

Je te souhaite une belle journée

Nora





Hors ligne nounouto

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 80
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #31 le: 07 Mars 2017 à 20:31:39 »
Merci pour votre soutien a tous
La vague de désespoir revient m'envahit les larmes coulent l'estomac se serre.
Sensations récurrentes amies.
Le manque de sa peau de sa douceur de son rire de sa tendresse. Ou est il? Est il bien? Je veux le revoir dans mes rêves comme la dernière fois mais je ne le vois plus. Me ressent il? Est il près de moi?

J ai un besoin de lui

Cela ira t il mieux demain?

Hors ligne Nora

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 597
  • " Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes "
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #32 le: 08 Mars 2017 à 00:41:33 »
La souffrance, le chagrin,  viennent par vagues. Peu à peu tu apprendras à les connaitre, les apprivoiser, et tu sauras qu'elles sont suivies de moment d'apaisement.

Mais lorsqu'elle surviennent elles dévastent tout... Et le manque est cruel ...

Je pense à toi

Nora





Hors ligne bandit11430

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 29
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #33 le: 11 Mars 2017 à 14:48:08 »
Bonjour à toutes,

Je suis nouvelle mon mari l amour de ma vie est décédé le 28 décembre 2016 à la suite cette merveilleuse de maladie le cancer nous nous sommes battus jusqu au bout ne voulant pas admettre la mort au bout nous avons un bébé de 16 mois je me leve chaque matin pour lui mais parfois mon chagrin prend le déçu et la question de le rejoindre prend le dessus j ai un fils d une première union de 16 ans qui me rend la vie impossible aucun respect aucun chagrin des conneries qui me bouffent la vie de jour en jour et pourtant mon mari l à élevé depuis c est 15 ans car nous aurions eu 11 ans de bonheur le 21 février il a eu 2 ans de traitement des joies des peines et le 3 juin le verdict est tombé d un docteur sans âme ce l'on les statistiques vous avez une moyenne de survie de 9 mois que l on veut pas croire tant de projet d amour et la vie de notre bébé bonheur comment ne pas se battre encore et toujours espérer jusqu au jour ou cette merde c est propagée et la descente aux enfers commences il est parti en 15 jours il a voulut sortir de l hopital je me suis battue pour qu il rentre car je voulais plus que tout être à ses côtés et surtout croire encore à la guerisson la veille de sa mort il m à dit que j étais sa moitié qu il m aimait mais qu il allait mourir que je devais élever notre petit rital le lendemain matin il s est levé ma dit ç est finit j arrêté les médicaments ça suffit je t aime il est décédé dans mes bras à 15h45 la douleur est immense et chaque jour j espère tenir pour notre bébé mais la vie est difficile

merci

Hors ligne Ela

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 266
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #34 le: 11 Mars 2017 à 21:05:28 »
A bandit: quelques mots pour t'accueillir ici, dans ce forum où toutes et tous, nous partageons, à notre manière, ta peine et tes questionnements face à la perte d'un être cher... J'ai moi aussi perdu mon amour, le 14 avril 2016... Nous n'avons pas eu d'enfant, mais lui était Papa d'un petit ange, une merveilleuse fille issue d'une précédente union. Sa fille vit désormais avec sa maman, et moi je suis retournée vivre chez mes parents... Je n'ai pas les mots pour t'aider dans cette épreuve: celle de devoir faire face seule à l'éducation de tes enfants, mais tu trouveras sur ce forum les témoignages de beaucoup de parents qui ont du faire face à cette situation.
Je ne sais que trop bien le désarroi, la souffrance extrême... dans lesquels la mort de l'être aimé nous plonge... Alors j'aimerais juste t'envoyer un peu de chaleur. Te dire que même lorsque tu en doutes, même lorsque tu ne sais plus comment, tu disposes de ressources en toi que tu ne soupçonnes peut être même pas et qui t'aideront à avancer, un pas après l'autre. Te souhaiter aussi de trouver des personnes, autour de toi, sur ce forum... qui seront là pour cheminer à tes côtés, t'apporter un soutien, un appui lorsque le chemin se fera trop difficile.
Prends soin de toi. Accueille avec autant de bienveillance que possible, toutes les émotions qui te traversent: la peine, l'immense tristesse, la colère, la révolte... et reviens lire, écrire, t'exprimer dès que tu en ressens le besoin. Ce forum m'a beaucoup aidé, à certains moments. J'espère que tu parviendras à t'y sentir à l'aise, à y trouver un peu de réconfort, quelques lueurs dans l'obscurité. Prends soin de toi. Je t'embrasse.

A Nounouto: J'ai lu ton histoire. Et bien que nos vécus soient différents à certains égards, je me reconnais souvent dans tes mots. Dans tes oscillations également... J'oscille encore: entre la grande souffrance et des moments plus sereins. Je crois que j'oscillerai toujours. J'apprends à accepter ces changements, ces revirements, cette inconstance... Parfois j'ai cru devenir folle. Parfois je ne sais plus où je suis, qui je suis au milieu de ces paradoxes... Petit à petit, j'apprends à m'accepter à travers toutes ces nuances. J'apprends à accepter la tristesse et le désespoir qui reviennent me submerger, j'apprends à accepter la rage de vivre qui m'emporte certains jours, j'accueille avec reconnaissance les moments de sérénité qui s'offrent à moi... Continue à accueillir, à accueillir les émotions qui te traversent. Les émotions passent, mais il est des choses inscrites plus profondément en nous qui elles, ne passeront pas. L'amour qui nous lie à nos aimés en fait partie. Je t'embrasse.

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1338
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #35 le: 11 Mars 2017 à 23:22:56 »
Bonsoir à vous qui êtes en peine,
Bien sur que j'aimerais avoir les mots qui consolent.
Mais  ils se cachent, se dérobent.
Alors, au moins rejoindre Ela : quoi qu'il advienne, ce que nous ne perdrons pas,
Ce qui ne nous quittera pas, c'est la puissance de cet amour partagé.
Comme je l'ai déjà tant écrit ici, il fait notre force et notre fragilité.
Notre chagrin, bien sûr, mais aussi nos lendemains debout.
Bandit, tu es encore dans l'oeil du cyclone.
Nous pouvons imaginer combien ta vie est difficile.
La douleur est si grande.
Moi qui ai survécu au tsunami et qui ai  atteint la rive,
Je voudrais te dire que le temps adoucit la peine.
Et que vient le moment des souvenirs sans les larmes.
Mais me croirais-tu ?
La douleur est si violente dans ce début de vie sans notre aimé.

Quels merveilleux cadeaux que tes enfants...

Prends soin de toi ; fais toi aider.
Le fardeau est si lourd.
Viens partager avec nous.
Mettre des mots sur notre peine, c'est déjà en arracher quelques lambeaux.

Nous connaissons ces heures noires sans sommeil qui crient l'absence à notre oreille.
Alors je te souhaite une nuit sereine, sans pluie salée sur l'oreiller.
Une nuit sans tourment.
Une trêve dans la douleur.
*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #36 le: 12 Mars 2017 à 00:22:57 »
Je crois que j'oscillerai toujours. J'apprends à accepter ces changements, ces revirements, cette inconstance... Parfois j'ai cru devenir folle. Parfois je ne sais plus où je suis, qui je suis au milieu de ces paradoxes... Petit à petit, j'apprends à m'accepter à travers toutes ces nuances. J'apprends à accepter la tristesse et le désespoir qui reviennent me submerger, j'apprends à accepter la rage de vivre qui m'emporte certains jours, j'accueille avec reconnaissance les moments de sérénité qui s'offrent à moi... Continue à accueillir, à accueillir les émotions qui te traversent.
c'est tellement vrai!

Bandit,
 élever un enfant de 16 mois et un adolescent sont en temps normal difficile mais avec l'épreuve que tu es en train de vivre, cela l'est encore plus, un bébé demande une énergie continue, énergie que l'on n'a plus lorsque l'on traverse ce séisme. Se faire aider peut faire du bien, car gérer le quotidien avec une énorme fatigue relève du parcours du combattant.
je te souhaite une douce nuit, qu'elle t'offre un peu de répit, de repos si nécessaire
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne nounouto

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 80
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #37 le: 17 Mars 2017 à 20:30:20 »
Bonsoir à tous
La vague de désespoir est revenue en début de semaine :'(. La tristesse, la colère, le manque. J'étais bien le week end et tout s'est dégradé. Le courrier du notaire y est certainement pour quelque chose. Prendre des décisions j'en suis incapable.
Je fais des crises de boulimie comme lorsque j'étais jeune. Manger et manger pour remplir ce vide et boire pour oublier où je suis. c'est une catastrophe. Et après je me déteste. Je pensais que tout cela était derrière moi lorsque j'ai rencontré mon mari. Que enfin j'étais en sécurité. Son amour m'enveloppait totalement. Certains disaient que cela laissait peu de place à la liberté de chacun mais moi je n'en voulais pas de cette liberté. Ma liberté s'était lui rien que lui.

Et aujourd'hui plus personne ne m'aime comme lui. Plus personne prends soin de moi, ne me protèges.

Depuis 2 jours je ne suis pas allée travailler. Je pleure sans arrêt, je crie son nom et je dors épuisée.

Il me manque tellement, de plus en plus. Les beaux jours n'arrangent rien. Je me sens terriblement seule.
Où est-il mon amour ? Je le veux le revoir, sentir ses bras.


Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #38 le: 17 Mars 2017 à 22:37:17 »
Bonsoir Nounouto,


Et aujourd'hui plus personne ne m'aime comme lui. Plus personne prends soin de moi, ne me protèges.

Plus jamais comme lui le faisait, ... nous devons apprendre à le faire nous même, nous aimer, nous protéger, prendre soin de nous, .. qui mieux que nous pouvons le faire ?


S'il te plait Nounoute, sois douce avec toi, nous vivons une période très déstabilisante alors on se raccroche à ce que l'on peut, si c'est manger, boire et bien c'est comme ça, ce n'est pas grave, ne te déteste pas pour cela, c'est ta façon à toi d'essayer de faire face à ce tsunami. On fait comme l'on peut, chacun a béquille, chacun fait comme il peut. Mais être doux avec soi, ne pas se juger est peut-être la plus belle chose que nous pouvons nous offrir, laissons le soin à certaines personnes de notre entourage de nous juger  ;)

Quant à ces vagues violentes qui reviennent nous faire signe, de peur qu'on les ait oubliées, qu'on ait cru qu'elles s'en allait. Non, non, elles sont là et bien là.. à quand la prochaine ? quelle intensité ? combien de temps souhaite-t-elle s'installer ? Qu'est-ce qui va lui donner la place , qu'est-ce qui va la faire partir, ou s'adoucir ? Accepter de vivre cela, pourquoi ? peut-être que chacun de nous trouvera sa réponse ou ses réponses, peut-être que ces questions vont s'user avec le temps comme nos peines. Quand ces vagues m'envahissent j'essaie de ne plus lutter, j'essaie de les laisser passer comme les nuages dans le ciel, j'essaie de ne pas les laisser faire leur nid
en espérant que cette nuit t'apporte repos et douceur
tendrement
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2897
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #39 le: 18 Mars 2017 à 13:58:37 »
Citer
Quant à ces vagues violentes qui reviennent nous faire signe, de peur qu'on les ait oubliées, qu'on ait cru qu'elles s'en allait. Non, non, elles sont là et bien là.. à quand la prochaine ?
quelle intensité ?
combien de temps souhaite-t-elle s'installer ?
Qu'est-ce qui va lui donner la place , qu'est-ce qui va la faire partir, ou s'adoucir ?
 Accepter de vivre cela, pourquoi ?
peut-être que chacun de nous trouvera sa réponse ou ses réponses, peut-être que ces questions vont s'user avec le temps comme nos peines. Quand ces vagues m'envahissent j'essaie de ne plus lutter, j'essaie de les laisser passer comme les nuages dans le ciel, j'essaie de ne pas les laisser faire leur nid
oui c'est ça je pense le fameux lâcher prise dont on entend parler ...
constater
ne pas en avoir peur = croire que oui on en ressortira
et ne pas nourrir, alimenter juste laisser passer, vivre ce temps avec sa douleur quelqu'un avait parlé de ne pas ajouter de la souffrance à la souffrance
affectueusement
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1338
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #40 le: 18 Mars 2017 à 15:34:13 »
Bonjour à toi, Nounouto,

"Et aujourd'hui plus personne ne m'aime comme lui. Plus personne prend soin de moi, ne me protège"

Voilà ce qu'il nous faut réapprendre à faire nous-mêmes, comme l'écrit si bien Mononoké.
Et en ces moments de si grande fragilité, nous pouvons  douter d'y parvenir.
Nous devons être capables de réaliser tant et tant de choses sans notre aimé.
Avec souvent le sentiment d'avoir perdu toutes nos compétences.
Bien sur, dans cette épouvantable tourmente nous avons usé notre énergie.
Mais il nous faut à tout prix, prendre soin de nous.
 Nous aimer un peu.
Accepter nos faiblesses : manger peut-être trop ; boire, peut-être trop....
Chacun cherche à reprendre des forces à sa manière.
De grâce ne pas se faire de reproches,
Et comme je l'ai déjà écrit, ne pas ajouter de la souffrance à la souffrance.
Nounouto, sois indulgente avec toi-même.
Comme chacun de nous, tu fais ce que tu peux. Et c'est déjà beaucoup.
Je te souhaite des heures moins tourmentées.
Tendres pensées.


*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

Hors ligne nounouto

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 80
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #41 le: 30 Mars 2017 à 23:13:13 »
Bonsoir à tous
Je suis fatiguée de tous et de tout je sens que mon intérieur se fissure. L envie de dormir et de ne pas me réveiller  ne plus sentir ce manque mental et physique ne plus penser à ses souffrances aux moments que nous ne partagerons plus.
Je déteste ces beaux jours ce soleil qui me rendent encore plus triste je rentre je ferme tous les volets.
Je déteste les ça va quotidiens au travail ou ailleurs j'envie d hurler comment cela peut aller question stupide! Cela fait juste 5 mois que je ai perdu mon mari !
Je ne supporte plus personne et moi non plus d ailleurs toujours faire semblant au travail.
Pourquoi tous ces gens sont vivants et pas Lui!
Il ne faisait de mal à personne il était joyeux bon vivant aimait la vie et ce crabe la a dévoré lentement il a pris son temps pour qu il souffre le plus possible. Pourquoi lui? Cet être si fin et intelligent si altruiste.
Dormir ne plus penser et surtout ne plus rien ressentir oh oui ne plus sentir les larmes l estomac qui se serre le vide la solitude sans fin.
Faire enfin que cela soit arrêté. ..
Je voudrais savoir où il est ? Est ce qu il me voit? Un signe pour me dire qu il est toujours là  je en ai besoin
 

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #42 le: 01 Avril 2017 à 14:29:44 »
Je ne supporte plus personne et moi non plus

bonjour Nounouto, comme j'aimerais que tu sois douce avec toi, ce que tu vis est si difficile, alors accepter nos attitudes, nos états, nos réactions, nous aimer tel(le)s que nous sommes, sans nous juger. C'est ce que je désire pour chacun d'entre-nous du fond du coeur.

je te souhaite un peu de repos pour que cette fatigue puisse te laisser un peu tranquille
bien tendrement
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne nounouto

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 80
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #43 le: 24 Avril 2017 à 20:52:00 »
Bonsoir Mononoke Nora et tous ceux qui  sont sur ce forum
Je reviens lire de temps en temps vos témoignages.
Je suis toujours touchée par cette compréhension cette écoute.
Aujourd'hui j'ai repris le traitement médoc qui me aide à tenir ma vie en main à me sentir plus forte. Plus envie de  e boire pour combler le manque. Jai mis une photo de nous en fond d'écran sur mon nouveau portable je arrive à la regarder j'ai le impression que  je ai une distance avec cette image impression que c est loin sensation  étrange
Fin de semaine je pars en vacances avec 2 amis hôtel  club 1ere fois sans mon mari autre étape à franchir je suis effrayée par mes réactions sur place je ne sais comment je vais réagir tout le monde me dit que cela me fera du bien de changer de air sûrement mais sans lui quel intérêt il était mon univers une étape encore à franchir je ne devrais pas me plaindre je ai la possibilité de partir contrairement à d'autres autres.
Pourtant je ne vois aucun intérêt  de découvrir des paysages sans lui, sentir le sable sous ces pieds sans lui il adorait la mer.
Je dois prendre sur moi et franchir ces étapes une par une j'en ai traverse quelques unes 
La maladie m' a fait comprendre  que la vie est courte et qu elle peut être  stopper d'un seul coup. Alors mes soeurs de chagrin  il faut profiter regarder la nature le moment qui passe et apprécier de tout petits moments qui vous rendent de bonne humeur ou fière d avoir réussi des choses
Seules. Pas à  pas

Chaleureusement à tous

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #44 le: 24 Avril 2017 à 22:02:43 »
j'espère que tu vas profiter un peu de ton petit séjour, (si tu peux ramène nous la chaleur du soleil  ;)
que ce soit difficile c'est tout naturel, alors surtout pas de culpabilité pour cela
plein de douces pensées
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln