Auteur Sujet: perte de mon mari le 17 octobre 2016  (Lu 11866 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne diane1961

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 8
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #15 le: 18 Novembre 2016 à 21:22:41 »
Bonsoir Nounouto !

Nous vivons la même douleur ...mon conjoint est mort subitement d'une crise cardiaque à 41 ans, le 7 octobre dernier....

J'ai culpabilisé car, je n'étais pas là, que c'est le SAMU (inquiet de ne pas avoir aperçu Nicolas ce vendredi, un voisin a appelé les secours!) qui a découvert mon Amour, mort dans son lit....J'aurais dû lui téléphoner jeudi, vendredi ....il m'avait juste laissé un sms le jeudi soir très tard , me demandant ce que je faisais...il est mort le vendredi mais, j'ignore quand...

Culpabiliser est une énergie épuisante et inutile car, tu as fait ce que tu as pu ! arrêter de bosser lui aurait laisser penser que c'était "sa fin de vie" ....Aurait-il apprécié que tu cesses de travailler ainsi? Je ne pense pas....il aurait souhaité que tu vives comme d'habitude....Il est parti avec votre Amour et ça, c'est magnifique tu sais....Nicolas est mort aussi avec tout cet Amour et, c'est ce qui me "rassure"....Partis paisiblement, débarrassés de leurs souffrances, enfin en Paix et, comblés d'amour.

J'ai repris le travail 15 jours après, me cachant aussi pour aller pleurer....c'est long ce deuil, cette absence, ce vide....Mais, nous, nous sommes en Vie et, nous devons parler d'eux, les faire "vivre" à travers nos mots, nos souvenirs. Nos larmes doivent couler ....Je sais que Nicolas n'aurait jamais supporté ma mort, qu'il m'aurait suivie . Nous en parlions souvent....Je suis sure que nos amours sont près de nous et vont nous aider à surmonter leur départ, nous alléger de ce poids. Pour respecter leur mémoire, nous devons poursuivre notre route en pensant à eux, pour eux !

Je souffre beaucoup , pleure mais, je suis entourée. Notre peine est difficile à comprendre car, nous sommes dévastées mais, courage, nous allons redevenir sereine, avec le temps....

tendresse
Diane

Hors ligne nounouto

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 79
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #16 le: 21 Novembre 2016 à 20:43:28 »
Merci diane pour tes mots de réconfort merci a tous

Samedi matin je n arretais de pleurer losqu une amie m a appelé. Elle m a dit que je m infligeais de la violence inutilement. Que ce n était pas bon pour mon mari toutes ces ondes négatives cela l empêchait lui d être bien et de s elever . pour lui il fallait que je raisonné et qui il ressente du positif. Que j avais plus que certains j ai été son infirmière et son soutien jusqu'au bout et le travail m a aidee a tenir tous ces mois. Et comme tu l a si bien dit diane qui il ne croit qu il était en fin de vie.
Cela m a fait du bien alors je le partage avec vous et quelque soit nos croyances je veux m accrocher a cette idée qui il est là auprès de moi et qui il a besoin de mon sourire et de mon amour.

Alors le soir je lui parle lui rappelle que je l aime comme avant. C est peut être fou mais cela m permise de tenir toute seule dans la maison dimanche  et aujourd'hui au travail. J ai tout de même pris un médicament au cas ou ce matin.

Lorsque je regarde la télé je me dis qui il est a côté de moi et je regarde tous les téléfilms sur noël il sait que j adore cela...

Voilà j arrive a tenir de cette manière si cela peut d autres
Nos aimes ont besoin sentir du positif.
Merci encore diane

Tendrement
 

Hors ligne nounouto

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 79
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #17 le: 23 Novembre 2016 à 19:16:43 »
La nuit dernière a été catastrophique j ai ressasse toute la nuit je revoyais son regard triste lorsque je partais travailler triste de voir son état empirer, triste d être seul et de souffrir. Mais nous n en parlions pas ce regard me hante. J ai fait un déni de sa situation je pensais qui il avait encore des mois devant lui et lui aussi je pense. Je ne crois pas qui il aurait supporte d'être dépendant il n aurait pas accepté. Ce regard me hante je me suis réveillée en sueur et en pleurant et j ai ressenti un vide et j ai réalisé que j étais seule affreusement seule il n était plus là pour me prendre dans ses bras. Je n ai pas aller pu travailler tout mon corps tremblait.
Je pensais avoir maitrise cette douleur.
Sans medicament je n y arrive pas. 

Quand cela va s arreter? Je me sens tellement seule dans cette maison sans toi. Que vais-je devenir sans ta force et ta tendresse. Je suis désolée j aurai du faire plus pour toi te tenir la main chaque heure chaque minute je n ai pas vu que s était tes dernieres semaines ou je ne voulais pas voir j avais trop peur de la réalité. Je regrette tellement.
Je suis sur ce canapé sur lequel tu passais tes jours et tes nuits comme tu as du souffrir !!! Je sais que je n aurais pas change les choses mais tu te serais senti moins seul. Pardon mon amour. Je t aime tellement.
j aimerais te sentir près de moi. Plus rien ne m interesse.
J espère que je ne t ai pas déçu mon amour.
Dors bien mon amour tu ne souffres plus tu es en paix je l espère.
 

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2778
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #18 le: 23 Novembre 2016 à 21:11:23 »
Mon époux les dernières heures me disait "il te faudra oublier ces moments" pour dire oublier les souffrances
quand j'ai été et suis assaillie d'images négatives j'utilise l'EMDR voir
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/boite-a-outils/
et par ailleurs je me concentre à "grossir" les souvenirs délestés de la douleur, les souvenirs des expressions d'amour, je me les remémore : bruits, paroles, odeurs, couleurs, formes, contacts comme si je les revivais
cela déclenche en premier sanglots puis doucement c'est réconfort, douceur, je me love dans le souvenir doux.
J'ai toujours dit, choisi de préférer pleurer sur du bon que sur le négatif.
J'ai accepté ma souffrance morale mais je n'ai pas voulu m'y complaire et j'ai cherché comment trouver des pistes centrées sur un apport de réconfort.
Faire une lettre ou un enregistrement de tous tes regrets détaillés puis les brûler pour que la fumée "porte" le message est quelque chose de proposé pour la gestion des regrets ! Le but est de fermer la porte à ces moments de ruminations à mouliner que du négatif qui n'a aucune issue possible.
Je dirai il faut faire quelque chose de ces regrets pour ensuite laisser la place aux souvenirs (qui seront douloureux mais de manière différente) des moments de bonheur.
J'ai passé à relire des carnets du début de notre relation où nous échangions nos mots d'amour ce fut une aide de lire ses mots et cela s'est révélé utile en retrouvant son message (http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/depuis-le-23-avril-2014/msg46441/#msg46441 ) par rapport à la mort.
Tout ce qui fait remonter le bon, le doux de notre relation est au delà des larmes un baume utile.
Tu peux tenter d'essayer d'intercaler des évocations douces entre tes moments de regrets.
Mentalement tu sais que tu ne peux pas modifier le passé, tu demandes pardon à ton aimé en réalisant les conséquences de tes choix mais comme tu le dis :
tu as choisi en pensant que cela allait durer, tu n'avais pas l'information quant à la rapidité des évènements
donc tu faisais avec tes informations de ce moment là le mieux ...
tu aurais voulu donner plus (combien je te comprends) ...
moi je "transmute" l'énergie de tout ce que j'aurai voulu donner en plus encore en pensées dans chaque instant présent en signifiant mon amour à lui, mes souvenirs heureux liés à son être de chair que je sais disparu et mon élan présent à ce que je nomme son état actuel (sans corps donc) cela ne m'est pas facile mais me réconforte toujours.
Puisses tu toi aussi trouver une voie pour lui donner ce que tu aurai voulu donner et voudrai donner encore ...
affection et douceur
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne nounouto

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 79
  • Le forum d'entraide durant un deuil
perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #19 le: 13 Décembre 2016 à 19:46:11 »
Bonsoir a tous

J'avais délaissé le forum quelque temps les médicaments aidant mais plus le temps passe  - cela va faire 2 mois et demi que mon amour m'a quittée - plus il me manque.
Le chemin du retour de la gare je le fais depuis quelques jours en pleurant. Un papier avec son écriture, un objet me font pleurer.

Je repense à nos jours sans la maladie, à la joie de vivre qu'il m'apportait, à sa présence qui me rassurait. Aujourd'hui je suis seule terriblement seule. le cœur déchirée, amputée.

Je suis partie le week end dernier dans ma famille pensant que cela me réconforterait. Même là entourée je me disais qu'il aurait été heureux d'être parmi nous qu'il nous aurait fait rire. J'avais envie de m'isoler pour crier , hurler ma douleur et mon manque.

Je suis fatiguée de faire semblant au travail, avec mes amis de sortir pour faire comme les autres. J'ai envie de rester au fond de mon lit pendant des heures, des jours et de penser à lui. Mais au lieu de cela je me pousse à me lever, à aller au travail, à avoir une vie normale. Je suis épuisée mentalement et physiquement.
On me dit qu'avec le temps cela s'apaisera. Pourtant j'ai l'impression que c'est de pire en pire. Je n'ai plus goût à grand chose. Je ne fais quasiment plus le ménage dans la maison, mange peu, m'habille n'importe comment et encore je m'oblige car je travaille.  j'ai une lassitude pour tout. Je ne regarde plus les séries que nous regardions ensemble nous avions les mêmes goûts. J'en suis incapable sans toi. Je regarde la tv sans la voir et je te revois à côté de moi. Comme nous aimions être l'un à côté de l'autre partageant nos avis sur tout et rien.

Qui me tiendra la main pour me rassurer, qui me fera rire, qui me serrera dans ses bras, qui viendra me chercher, qui m'appellera nounouto, qui me dira je t'aime ! Plus personne, le vide ce terrible vide.

Voilà mon état après deux mois et demi d'absence. Qu 'est-ce que sera dans un an ?

Je pense très fort à toi mon amour
J'espère que tu es bien là où tu es et que tu ne souffres plus.
Je suis très fière de toi. A toi pour toujours.

 

Hors ligne Titi62

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 22
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016 - Michel lui est parti le 24 novembre
« Réponse #20 le: 14 Décembre 2016 à 16:12:49 »
Michel est parti le 24 novembre 2016 à 59 ans des suites d'un cancer du poumon  diagnostiqué le 16 juillet de la même année. Nous avons vécu ces 5 mois intensément.
Je me rends compte que malgré l'horreur de cette situation nous avons eu de la chance. Michel n'a pas souffert, le traitement de morphine donné dès le départ a suffi à endiguer la douleur due aux métastases osseuses. Il n'a eu aucun effet secondaire aux chimios. Il était fatigué  voire par moment épuisé mais ne portait sur lui aucun stigmate de la maladie. Nous avons même fait un voyage "miraculeux" de 3 semaines au mois d'octobre dans la belle province du Québec où nous avons eu la joie d'observer les bélugas, les baleines, de voir l'été indien...
Très rapidement après notre retour, l'état de santé de Michel s'est dégradé. Il a bénéficié d'une nouvelle chimio et là encore aucun effet secondaire, pas de nausée, pas de perte de cheveux. Hélas le 17 novembre Michel devait sédaté pour être placé sous respirateur. Une semaine plus tard, il nous quittait. Mes filles et moi avons pu rester auprès de lui tout le temps et l'accompagner jusqu'à son dernier souffle. Nous lui passions des musiques qu'il aimait, nous lui chantions des chansons.
Il a fallu ensuite organiser les obsèques. Michel avait coutume de dire qu'il trouvait regrettable que les obsèques soient organisées pour ajouter de la peine aux gens et faire pleurer le plus possible.
Nous avons donc organiser chaque minute de la journée d'adieu pour lui rendre un bel hommage. Nous avons choisi chaque musique, chaque texte lu pendant la messe. Nous avons organisé une collation avec toute notre grande famille pendant laquelle nous avons pu parlé de lui et lors de la crémation, nous avons témoigné de ce qu'il représentait pour nous, partagé nos souvenirs. Ce n'était pas gai mais c'était lui.
Et bien sûr est venu l'après. 5 mois que je m'investissais à fond dans la lutte contre le cancer, puis dans l'accompagnement et enfin dans l'adieu et là plus rien ! Ou plutôt si, l'absence, le manque, le trou béant dans le cœur, les pleurs dans le sommeil (enfin quand j'arrive à dormir). Je voudrais être en colère mais contre qui ? Partout dans la maison, il y a des objets abandonnés, des timbres à classer, des mots fléchés à finir...que dire des armoires pleines de vêtements.
J'ai décidé de faire le tri ce week-end, des gens ont froid et les vêtements de mon mari peuvent les réchauffer, au même titre que lorsque l’hôpital m'a demandé si j'acceptais le prélèvement des cornées pour faire un don, nous avons spontanément dit oui. De tout ce malheur, peut-il sortir quelque chose de bien ?
J'en suis là après 3 semaines de deuil. Je n'imagine plus l'avenir, j'ai du mal à supporter les messages de sollicitude qui me somment d'avoir du courage, d'avancer, d'aller me faire aider, de prendre des pilules pour me sentir mieux.....
Je vois bien que mon chagrin dérange et fait peur.  Je sens une pression pour vite passer à autre chose.
On m'a même proposé de participer à un réveillon alors que je n'ai qu'une envie me mettre en boule et pleurer mon âme sœur, mon ami, mon amant avec lequel j'ai vécu 34 ans de bonheur.

Hors ligne Titi62

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 22
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #21 le: 15 Décembre 2016 à 14:52:56 »
A la lecture de tous les messages du forum, je me rends compte que nous ressentons tous la même douleur, le même manque qui nous brule de l'intérieur.
Nous ne voyons aucune issue à notre désespoir et pourtant nous savons au fond de nous que nous allons survivre à cette tempête qui nous emporte.
Comment ?  je ne sais pas, quand ?  je ne sais pas mais je sais que j'arriverai à penser à Michel sans avoir l'impression de manquer d'air tellement je souffre de son départ.
J'ai déjà le sentiment d'avoir eu une chance infinie de vivre 34 ans de bonheur avec lui, je veux croire que j'arriverai à faire vivre son souvenir, à être digne de son amour, à parler de lui à nos petites filles sans pleurer....

Hors ligne nounouto

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 79
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #22 le: 22 Février 2017 à 19:50:36 »
4 mois qu'il n'est plus,  4 mois qui me paraissent une éternité. Je passe par tous les stades la tristesse, la colère, la culpabilité. La psy et les médicaments m'aident à faire semblant, semblant de sourire, de rire même avec mes collègues. Certains je suis persuadés ont déjà oubliés que je suis veuve depuis peu tellement je le cache, je n'en parle pas.

Excepté auprès de certains amis qui me soutiennent, qui sont présents mais qui ne peuvent pas comprendre. Ils essayent mais ne peuvent pas ressentir la douleur, les cris intérieurs que j'étouffent chaque jour, Car pleurer n'est pas possible cela dérangerait mettrait mal à l'aise. Alors j'attends d'être seule parfois j'ai hâte d'être seule.

Je sors : cinema, restaurant, je bois en soirée pour oublier une vie sociale de célibataire.  Je ne me reconnais plus. je me perds. J'en ai assez que l'on me dise de continuer le psy prendre mes médicaments.

Je suis VEUVE, j'ai perdu la seule personne qui compte pour moi, en qui j'avais confiance. J'ai le droit de souffrir, de pleurer, de ne pas avoir envie de parler. Le we dernier j'ai décidé d'arrêter les médicaments et je ne sais pas encore si je continuerai avec la psy. Je suis restée seule 2 jours sans voir personne, aucun téléphone. J'ai pleurer ressentie encore plus ton absence, je me suis rappeler tes souffrances, mes regrets que j'aurai toute ma vie, J'ai repris le travail le lundi brisée, les larmes coulaient sans retenue.

Je veux affronter mon deuil, le laisser m'envahir et le laisser glisser et ainsi occuper moins de place au fil du temps.  moi seule décide de quand je serais triste et gaie. Ma vie est brisée et sans avenir. Pourquoi nous, pourquoi toi mon amour. Question sans réponse.

Une nuit j'étais entre deux eaux j'ai sentie mon âme errée. Je sentais des présences en ligne comme à l' arrêt de bus. D'un seul coup j'ai vu mon mari en pleine lumière faisant la queue je voyais nettement son visage plus jeune, sans trace de maladie comme avant les yeux grands ouverts, un léger sourire. Il ne me regardait pas. Mais je le sentais calme, plus aucune souffrance, en attente de quelque chose mais calme intérieurement. Et je me suis réveillée.

Je n'ai qu'une envie le revoir dans mes rêves. L'expérience ne s'est pas renouvelée. Mais j'espère.

Je t'aime mon amour. J'ai besoin de toi et je n'entends plus ta voix, ton rire. Je suis en manque de ta tendresse. C'est tellement injuste cette descente aux enfers que tu as vécue. Tellement injuste !

Reste auprès de moi, je ne te vois pas mais j'espère que tu es auprès de moi

Hors ligne Alexandra

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 94
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #23 le: 23 Février 2017 à 09:37:28 »
Un petit signe pour toi ce matin Nounouto, toi qui est venue vers moi lors de mes derniers gros jours chagrins. Je me retrouve aussi dans ce que tu écris, tous ces sentiments mêlés, toute cette ambigüité entre les sourires de façade et la souffrance qu'on ne peut pas dire. Même si moi je la dis, je la balance à la face du monde, ne vous approchez pas trop près, surtout vous messieurs, je suis veuve et je suis morte à l'intérieur...

Je ne te dirai pas de continuer à prendre tes médicaments, ni de continuer à voir le psy mais peut-être si tout est trop lourd et que tu sens le besoin de glisser dans le chagrin, peut-être pourrais-tu poser quelques jours de congés pour prendre le temps de pleurer? Je suis restée terrée 3 mois chez nous, à ne sortir qu'une fois par semaine pour aller faire les courses et voir la psy, pour apprendre le silence, pour comprendre l'absence, ça ne m'a pas "fait du bien" mais c'était une étape nécessaire.

A très bientôt Nounouto,
Je pense à toi

Hors ligne nounouto

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 79
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #24 le: 23 Février 2017 à 20:44:47 »
Merci Alexandra pour ton soutien

oui tu as raison j'ai besoin de silence, de m'enfoncer dans ma douleur et le manque de son absence. depuis son décès j'ai eu une frénésie d'activités, d'être le moins seule possible. Je suis restée quinze jours seule après l'enterrement dans la maison mais je sortais voyais des amis. juste récupérer du sommeil.

Aujourd'hui je me sens plus calme, prête à affronter ce deuil qui fait si mal, prête à souffrir et quelque part être plus proche de lui. Avec les médicaments j'ai l'impression de le perdre de vue, de ne pas être moi.

Comme tu dis c'est une étape vers quoi je ne sais pas mais je dois le faire. Me fermer aux autres un peu pour mieux retrouver les gens qui m'entourent. Cela me faire peur en même temps car il ne faut pas franchir la limite, ne pas s'enfoncer de trop.

Mon bel amour je ne réalise pas parfois ce qui nous est arrivé ! La surprise, l'incompréhension. Es-tu toujours auprès de moi ?

Douce nuit Alexandra sœur de tristesse






Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1338
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #25 le: 23 Février 2017 à 21:51:40 »

Comme je comprends ce besoin de temps.
De temps pour soi.
Du temps,
de solitude,
pour le silence,
et pour regarder la douleur bien en face.
Lui dire que bien sur,
elle nous tire par les pieds
pour nous faire descendre
jusqu'au plus profond du chagrin.
Mais lui dire aussi
qu'elle ne nous aura pas.
Que nous remonterons
du profond de la vague.

Prenez bien soin de vous.

*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

Hors ligne Alexandra

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 94
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #26 le: 24 Février 2017 à 09:46:28 »
Bonjour Nounouto,
oui toujours ce risque de s'enfoncer trop... Mais tu vois, ce risque, j'ai bien l'impression que c'est une peur qui n'est pas la nôtre, que c'est celle de notre entourage inquiet de nous voir aller si mal. Nous, nous avons des ressources que nous ne soupçonnons pas, et il n'y a que toi qui sais ce qui est bon pour toi et je crois que tu le sentirais si tu sombrais trop profond. 

Mais peut-être qu'il te faut juste t'accorder un ou plusieurs jours/soirs à toi par semaine pour commencer "en sécurité". Des moments à toi où tu pourras prendre le temps d'aller mal et de laisser sortir toutes les émotions qui doivent sortir. Apprivoiser la colère, la tristesse et la culpabilité, en ressentir la moindre petite facette pour ne plus les laisser prendre le contrôle. Et réapprendre la solitude que notre amour était venu remplir de sa présence.

Un peu de douceur pour toi ce matin sœur de tristesse, il y a un grand soleil ici, je t'envoie quelques rayons bien chauds.


Hors ligne nounouto

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 79
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #27 le: 03 Mars 2017 à 20:30:00 »
Bonsoir a tous

Je me suis retrouvée seule 2 jours exprès pour affronter ma tristesse ma souffrance, un face à face avec le manque. J'ai pleuré, crié et puis je me sentis mieux pour me bouger et puis rechute. Tout cela en une journée. Je suis retournée très mal au travail. Mais une journée avec mes collègues et je recommençais à rire et à blaguer.
J'affronte, coup de pieds aux fesses. Car j'ai la grande chance d'avoir un soutien au travail et également des amis toujours là pour m'écouter.

Aussi incroyable, je m'ouvre aux autres plus que lorsque j'étais avec mon mari, je parle plus, j'ose plus de choses. Je fais plus de sortie entre filles. Je ne culpabilise pas, je ne me pose pas la question en me disant à 4 mois de son départ si c'est normal. J'en ai besoin. C'est tout.

Avec mon mari nous avions une relation fusionnelle. Je n'avais besoin de personne d'autre à tort ou à raison.
Maintenant j'ai besoin de présence, des autres.
Je suis moins compréhensive face à certaines personnes négatives et néfastes. Celles qui vous tirent vers le bas. Je ne les côtoient pas ou  plus. Je vais uniquement vers les personnes positives et qui peuvent m'apporter de la gaité.

Le plus dur c'est le manque de tout son être.  La culpabilité revient de temps en temps mais moins forte.
J'avance à mon rythme, ce qui me semble bon pour moi. Je m'écoute et non plus les autres.

Mon mari est avec moi chaque instant je continue de lui parler. Je suis sa femme. Et le resterait dans mon cœur pour toujours. C'est une évidence.

Mais je suis sur terre aujourd'hui alors je dois vivre ma vie en conséquence.  Restée à me morfondre ? à me fermer à la vie ? je n'en ai pas envie.
J'ai connue une rupture douloureuse avant mon mari j'ai mis 6 ans à m'en remettre. Je me suis renfermée, boulimique, mal dans ma peau. Je ne voulais voir personne, je ne sortais plus. Je me suis rendue compte avec le temps que j'avais gâcher toutes ces années pour rien.

Alors non je ne recommencerais pas. Je me sens seule malgré tout, triste, en colère. Mais je veux vivre aussi et m'ouvrir à d'autres choses.

Je vais peut-être choquer quelques uns mais c'est que je ressens. Pardon à ceux qui ne voient pas d'issue.

Voilà j'avais envie de le dire

J'ai passé une étape. Peut-être vais-je vers l'acceptation tout doucement ? je ne sais pas.

Chaleureusement




Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2778
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #28 le: 03 Mars 2017 à 21:26:11 »
chacun(e) nos histoires avant, nos vécus, nos capacités etc ...
nous ne sommes pas en courses pour un trophée ...  :'(
tu sembles avoir pu en peu de temps vivre bien des étapes et ça c'est bien pour toi
dans tous les cas ta manière d'aborder les choses et les forces que tu réussis à mobiliser te réussissent et tu es mieux voilà bien le principal !
Personne ne doute que tu n'oublie ni ton histoire ni ton aimé
ton parcours nous montre un des possibles différent de d'autres
et je te souhaite le meilleur possible encore et encore et que les vagues ne bloque pas ton élan reconstructif
affectueusement
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1338
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : perte de mon mari le 17 octobre 2016
« Réponse #29 le: 03 Mars 2017 à 22:01:13 »
Bonsoir Nounouto,
Qui mieux que toi peut savoir ce dont tu as besoin ; ce qui t'est nécessaire pour tenir ?
Il faut te faire confiance.
Etre à l'écoute de toi-même.
Et prendre soin de toi.
Nous connaissons ces oscillations entre "un peu mieux" et  chagrin ravageur.
Mais comme les enfants qui apprennent à marcher, qui se redressent, en prenant appui, avancent, chancelants, et tombent.
Avant de se relever.
Nous cheminons sur cette route.
Etrange ; inquiétante aussi.
Cette route qui nous mène de la vie avec notre aimé, à la vie sans lui.
Nous marchons ; malgré tout.
Alors oui, bien sur, des chutes, parfois.
Le coeur barbouillé de larmes.
Et pourtant debout après l'orage.
Notre amour solidemnet ancré, bien au chaud, à l'abri. Au creux de nous.
Pour toujours.
Quoiqu'il advienne.
*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.