Auteur Sujet: Patricia je t'aime mais...  (Lu 3564 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne jeanloup45

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
Patricia je t'aime mais...
« le: 04 Janvier 2014 à 03:15:49 »
Bonjour,
ça fait des mois que je vous lis;
j'ai 56 ans, mon épouse, Patricia est partie, le 27 octobre 2012. Après être resté anéanti pendant des mois, avoir passé des heures, des jours des mois à pleurer, j'ai réussi, au fur et à mesure, en lisant vos témoignages et surtout les messages de soutien de certains de vos membres, à avancer, comme vous dites.
j'ai accompagné mon épouse jusqu'à son dernier souffle. Je l'ai bercée comme un bébé lorsque sa dernière heure est arrivée. Mon regret aujourd'hui, ne pas avoir eu d'enfant. Elle n'en voulait pas, se sentant trop fragile. Seulement voilà, après plus d'un an, je suis seul désespérément seul!!!
ma situation, plus que confortable m'a permis, durant sa maladie (un mélanome, cancer sournois et impitoyable) de rester auprès de ma douce mais m'a plus ou moins éloigné socialement de tous les amis que nous avions en commun. Je ressens aujourd'hui le besoin de communiquer mais le monde, la vie en général me fait peur; tous autour de moi me disent que je dois sortir et voir d'autres horizons mais ces horizons me font peur. A plusieurs reprises, j'aurais pu avoir l'occasion d'une relation avec une amie mais me lancer dans une relation m'angoisse et j'avais tellement de confiance en ma femme qu'il me semble difficile de revivre une telle harmonie.
Je souffre encore de son absence et pourtant il me semble que je suis prêt à entrevoir une nouvelle route mais comment aborder un nouvel avenir quand on a passé plus de 30 ans avec une femme aussi merveilleuse que la mienne ?  bref la confiance que j'avais en moi s'est éteinte avec elle.
Si vous connaissez ou avez connu cette situation, j écouterais bien volontiers vos ressentis.
Je voulais aussi vous dire que vous êtes formidables, vous tous que je ne connais que par les écrits mais qui m'ont quelque peu sauvé lors de ces long mois de souffrance dans l'ombre. Beaucoup sont partis avant que je ne me décide à vous écrire mais promis, je les remercierai aussi.
amitié
Jean-Loup
la vie sans toi, je ne sais pas...

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1330
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : Patricia je t'aime mais...
« Réponse #1 le: 04 Janvier 2014 à 23:19:42 »


Bonsoir Jean-Loup,

Ce message te parvient plus tard que je ne le souhaitais, mais j'ai de gros problèmes pour me connecter sur le forum, et je suis même parfois déconnectée en cours d'écriture. C'est ce qui s'est produit en début d'après-midi, je suis désolée.

Tu auras toujours, bien au chaud au creux de ton coeur, l'épouse que tu as tant pleurée.

Mais lorsque ce sera possible pour toi, lorsque sans même le savoir, tu seras prêt,  alors peut-être ....

Tout peut advenir, nous le savons bien, le pire mais aussi le meilleur, et c'est précisément le meilleur que je te souhaite.


« Modifié: 30 Octobre 2016 à 20:38:18 par *Ephémère* »
*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

Hors ligne zabou

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1182
  • DANS MON COEUR A JAMAIS
Re : Patricia je t'aime mais...
« Réponse #2 le: 05 Janvier 2014 à 00:17:53 »
Bonsoir Jean Loup,


Ton histoire m'a interpellée tant elle est identique à la mienne.

Mon mari Patrick est décédé  le 27 octobre 2012 d'un mélanome stade 4 diagnostiqué en janvier 2012.

Je l'ai accompagné sur ce chemin de souffrances, avec espoir, l'espoir fou qu'il pourrait rester à mes cotés encore quelques années.

Tout contre lui, j'ai vécu ses derniers instants , il 's"en est allé dans son sommeil, paisible.

La suite nous la connaissons tous, cette douleur intense qui vous arrache les tripes, les pleurs qui sans prévenir nous submergent, le manque irrémédiable de celui (celle ) que l'on aime, la vie anéantie, et plus rien n'a de sens.

Malgré tout, petit à petit , avec l'acceptation  la souffrance reste intense , mais devient moins fréquente, plus supportable.

La porte de l'avenir, de la vie, est là ouverte, pour nous, qui maintenant en connaissons le prix, Éphémère le dit très bien, la vie est parfois improbable.

J'ai fini par comprendre, que la vie est précieuse, en tout cas je suis toujours là.

Fais ce qui te semble être juste aujourd’hui pour toi, laisse parler ton cœur , fais toi confiance, quelque soit ta décision , enlève lui toute culpabilité, je l'ai toujours écrit dans de nombreux fils, nous avons fait tout ce que nous pouvions pour notre amour, plus, n'était pas possible, ce qui s'est passé aucun ne l'a voulu, ni demandé, mais subit hélas.

Mon amour est là présent à chaque instant, près de moi, dans mon cœur, sur mes lèvres, les souvenirs resteront à jamais, l'amour que je lui porte aussi, jamais , je le sais aujourd'hui , je n'oublierai, mais la vie est là, voilà tout!!!!

zabou
Le souvenir, c'est la présence invisible.
Si j'avais su que je t'aimais tant, je t'aurais aimé davantage.
Mon amour, plus qu' hier et moins que demain.

Hors ligne jeanloup45

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
Re : Patricia je t'aime mais...
« Réponse #3 le: 05 Janvier 2014 à 11:40:11 »
Bonjour à tous

et merci de toutes vos réponses. Je vais essayer de mettre en pratique vos conseils. c'est vrai que j'ai parfois l'impression de ne pas assez ouvrir les portes de l'opportunité mais ma femme a occupé tellement de place dans ma vie et dans mon coeur que j'en ai oublié de m'occuper de mon propre bien être.
Je pense que seuls effectivement, ceux qui sont passés par là où nous passons, peuvent comprendre ce que nous vivons. Je n'oublies pas ma femme loin de là, mais je pense que ce que nous devons vivre "après, en leur mémoire, nous devons le vivre dans les meilleures conditions possibles. le temps nous dira certainement si nous avons raison où pas.
Vous savez, après son décès, j'ai bien souvent pensé à partir aussi car tout ce que j'avais construit, je l'avais fait pour elle, mais vous étiez là avec vos souffrances que j étais incapable d'adoucir, la mienne étant, alors trop dure à supporter. je me suis alors dit que si vous y arriviez, je le pouvais aussi. reste que je me sens un peu coupable de ne pas être venu avant pour vous aider aussi. j'avoue que c'est un peu égoïste de ma part et je vous en demande pardon.
je vous souhaite un bon dimanche, avec beaucoup de douceur
amitiés
Jean-Loup
la vie sans toi, je ne sais pas...

Hors ligne robert84

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 17
Re : Patricia je t'aime mais...
« Réponse #4 le: 05 Janvier 2014 à 16:29:03 »
Bonjour Jean-Loup,

Mon épouse est partie d'une 3ième récidive d'un cancer du sein le 9 mars 2013 me laissant désemparé avec mes 3 garçons, après 25 ans de vie commune, et 21 ans de mariage. Après de longs mois, j'ai éprouvé le besoin de reprendre confiance de communiquer sans arrières pensées. J'ai donc rencontré des amies pour partager des moments de discussion autour d'un verre ou d'un bon resto. Avec certaines, j'ai ressenti des attirances, des affinités intellectuelles qui auraient pu déboucher sur une histoire et systématiquement je n'ai pas donné suite, par peur, par culpabilité. Je me suis dit que je n'étais pas prêt, l'amour de mon épouse vit en moi et surtout une semaine avant son départ, elle m'a dit, promets moi que tu ne te remettras avec personne. Cette phrase sur laquelle j'ai répondu sans répondre me taraude et me culpabilise. Aussi, j'ai décidé de me laisser du temps surtout que les dernières fêtes ont été douloureuses. J'ai 51 ans, j'ai encore un garçon de 16 ans à la maison et je traverse mon deuil dans l'espérance. Espérance de jours meilleurs ou le chagrin sera plus diffus et moins douloureux.
Bien à toi.
Robert

Hors ligne zabou

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1182
  • DANS MON COEUR A JAMAIS
Re : Patricia je t'aime mais...
« Réponse #5 le: 06 Janvier 2014 à 12:42:48 »
Bonjour à toutes,


Pourquoi ôter nos alliances?

Nous n'avons pas divorcé! cette séparation forcée par le destin, la vie ou je ne sais quoi, n'a pas brisé notre mariage, nos sentiments, notre amour....

Jamais nous n’oublierons, beaucoup d'entre nous le savent aujourd'hui, se reconstruire n'implique pas, d'effacer ne serait ce que certains signes extérieurs!!

Avancer, quand on le peux,comme on le peut, au moment, ou l'on est prêt à le faire ,avec notre amour à nos cotés, la vie qui continue, le chemin se poursuit,continuer à assumer pleinement le bonheur vécut,et conserver les images de l'amour, rien n'est incompatible.

tendresses

zabou
Le souvenir, c'est la présence invisible.
Si j'avais su que je t'aimais tant, je t'aurais aimé davantage.
Mon amour, plus qu' hier et moins que demain.

Hors ligne zabou

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1182
  • DANS MON COEUR A JAMAIS
Re : Patricia je t'aime mais...
« Réponse #6 le: 07 Janvier 2014 à 01:26:00 »
Bonsoir Véro,


Que de questions, se posent -elles vraiment pour toi aujourd'hui?

Ne t'en encombre pas, le moment venu, si il vient, cela se résoudra naturellement, avec le temps des certitudes s'imposent à nous.

Bon je sais,que savons nous de demain ?

Rien , il est vrai, mais au fond de notre cœur, la souffrance partage une place avec l'espoir, parfois l'une l'emporte sur l'autre, et vice versa , cela maintenant constitue une certitude, et bien d'autres que nous aurions préférer ne jamais avoir à affronter.

Finalement cela fait de nous des personnes nouvelles, plus fragiles, mais plus fortes aussi.

Le reste viendra de la même façon s'imbriquer.

Tendresses.

zabou
« Modifié: 07 Janvier 2014 à 10:30:09 par zabou »
Le souvenir, c'est la présence invisible.
Si j'avais su que je t'aimais tant, je t'aurais aimé davantage.
Mon amour, plus qu' hier et moins que demain.

Hors ligne Pierre

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 52
Re : Patricia je t'aime mais...
« Réponse #7 le: 07 Janvier 2014 à 10:16:14 »
Isabelle est morte fin Mars 2009, elle nous a laissé mes deux enfants et moi bien désemparés.
J'ai eu son autorisation expresse de "refaire" ma vie.
Début 2011, j'ai rencontré une compagne avec qui j'ai fait un bout de route jusqu'en Novembre 2013.
Je me retrouve seul, de nouveau, et pas forcément malheureux.
Comme un loup solitaire. Jusqu'à quand?
Presque 4 ans et le deuil pèse encore beaucoup. Isabelle est toujours assise à côté de moi et cela m'empêche d'avancer.
Mais aujourd'hui, j'arrive à vous écrire sans pleurer et calme.
J'ai enlevé mon alliance assez rapidement mais régulièrement, j'ai ce geste avec mon pouce vers la base de l'annulaire gauche.

Hors ligne Kat

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
Re : Patricia je t'aime mais...
« Réponse #8 le: 07 Janvier 2014 à 18:29:57 »
Bonjour à tous et à toutes,
Je suis nouvelle et si je sui là aujourd'hui c'est que comme vous j'ai perdu l'amour de ma vie , cela fera deux mois le 10 Emporté par un cancer que nous avions bien cru pouvoir vaincre. Quand Patrick est parti , un de mes premiers gestes a été de lui donner mon alliance et de prendre la sienne. Durant les deux derniers mois de sa vie, je faisais systématiquement un geste. Tout le temps que je lui donnais la main , je faisais tourner cette alliance autour de son doigt. Peut-être pour lui dire que j'étais là (je le faisais même quand il dormait). Je porte la sienne à mon doigt. Trop grande bien sûr , j'ai mis au même doigt une bague qu'il m'avait offerte.  Je refais régulièrement ce geste , je la fais tourner autour de mon doigt.Je suis rassurée de  penser que la mienne était avec lui pour passer de l'autre côté du chemin. Comme la sienne calme mes peurs le soir ou quand je suis réveillée pendant ces nuits devenues bien trop longues.
Pour moi elle est devenue plus qu'un symbole de notre amour , elle est devenue le lien ..

Hors ligne jeanloup45

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
Re : Patricia je t'aime mais...
« Réponse #9 le: 29 Janvier 2014 à 21:57:42 »
Bonjour à tous,
La conversation a déviée, ça n’est pas grave. Il est normal que chacun vienne déposer ses ressentis. Ce forum est fait pour ça.
Je reviens vers vous après quelques semaines de recul ; faire le point dans ma tête n’est pas chose aisée. Je suis parti quelques temps au Portugal, j’y ai de la famille. Ils semblent tous avoir tourné la page. Quand je suis arrivé sur ce site, je me demandais s’il m’était possible de refaire confiance à une femme de nouveau. Vos paroles m’ont fait du bien, j’ai rencontré quelqu’un.  Pas encore physiquement mais en tout cas, j’y songe sérieusement. Elle n’est pas libre, du moins pour le moment. Veuve elle aussi, nous avons échangé par mail tout d’abord, ensuite par téléphone ; je la sais très attachée à son compagnon que je ne connais pas bien sûr mais je sens bien qu’il la délaisse. Elle est malheureuse et ça me rend fou. Elle est de ces personnes qui vous mettent en confiance et qui vous donnent leur âme s’il le faut ; elle est elle-même tellement marquée par la vie.  Je sais aussi qu’elle ne cherchera pas à vivre quoi que ce soit avec moi tant qu’elle sera liée à son ami. Le fait est qu’elle disparaît aussi vite qu’elle apparaît. J’ai même dû m’inscrire sur les réseaux sociaux pour avoir une chance de l approcher. Je me suis mis à l’épier, je lui écris mais je n’envoie jamais mes lettres. Je décroche le téléphone et je n’ose pas appeler ; Bien sûr, elle ne le sait pas. J’ai eu le chance de l’apercevoir 2 fois et j’ai parcouru les 200 km qui nous séparent, 3 fois cette semaine pour la voir ; peine perdue, elle n’était pas chez elle ; En clair, je suis malheureux pour elle et ce qui me surprend c’est que ce n’est pas mon style. Je ne me reconnais pas. Je n’ai aimé vraiment qu’une seule et même personne dans ma vie et elle est décédée : ma femme, à qui je demande, c’est le comble !! de m’aider, de faire en sorte que je puisse rencontrer enfin celle qui occupe mes pensées en ce moment.
En fait, je pensais qu’en venant sur le forum, ça me faciliterait les choses et au contraire ça complique tout. Ne me jugez pas s’il vous plaît, je ne sais plus trop où je vais et je ne sais plus s’il faut avancer ou reculer…avez-vous déjà ressenti cela après le départ de votre aimé (e) ?
Suis condamné à être malheureux le restant de ma vie ?
Et pour répondre aux autres questions posées, mon alliance est toujours à mon doigt, elle reste le lien qui existera toujours, même si aujourd’hui, la vie est là qui nous appelle.
Merci à tous
Amitié
Jean Loup
la vie sans toi, je ne sais pas...

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1330
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : Patricia je t'aime mais...
« Réponse #10 le: 30 Janvier 2014 à 00:31:39 »


Bonsoir Jean-Loup,

Je lis ton message et ne puis m'empêcher d'y répondre, d'une part parce que tu écris "je pensais qu’en venant sur le forum, ça me faciliterait les choses et au contraire ça complique tout", et je m'en inquiète.
D'autre part, parce que tu demandes "ne me jugez pas"...
Mais, Jean-Loup, lequel d'entre nous pourrait se permettre de te juger ?
De quel droit, de quelle place, pourrait-il se croire autorisé à le faire ?
Et juger quoi ?

Je ne crois pas que quiconque soit condamné à être malheureux pour le restant de sa vie, même après avoir perdu son amour.
Et comme tu l'écris si bien, "la vie est là qui nous appelle".
Tu sembles être un peu perdu en ce moment, et il est vrai qu'il n'est pas simple, notre cheminement. Entre présent et passé ; hier et demain.
Rester ployé dans le chagrin et la douleur, vers ce qui fut,  ou tenter d'accepter de touner doucement le regard vers un avenir plus serein ?
Il n'y a, je crois, aucune règle universelle, et chacun suit sa route comme il le peut.

J'aurais presque envie de te suggérer, Jean-Loup, d'écouter ton coeur ; tu sembles être bien préoccupé par cette femme que tu cherches à apercevoir.
Et ému par sa situation.

Allons, je voulais te faire seulement un petit signe, pour répondre à tes lignes, et je vois que je suis bien bavarde.
Alors je vais te laisser pour ce soir.

Non sans te souhaiter, ainsi qu'à chacun de nous, une nuit sereine et sans chagrin.




*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

Hors ligne QUENOUILLE

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 97
Re : Patricia je t'aime mais...
« Réponse #11 le: 30 Janvier 2014 à 18:12:59 »
Bonjour,

Je viens amener mon témoignage aux questions que vous vous posez.

Mon mari est décédé d’une crise cardiaque fin mars 2012, bientôt deux ans. Je ne reviens pas sur ce que vous connaissez, sur le comment j’ai été dévastée, anéantie, prête à mourir également, ne tenant que pour nos deux filles. Nous avions 32 ans d’amour derrière nous, et j’en espérait autant devant. Je ne pouvais imaginer ma vie sans lui.

Ce forum m'a énormément aidée.

Et puis, environ un an après son décès, j’ai rencontré un homme, avec lequel j’ai eu de longues discussions, des sorties au cinéma, au restaurant. J’ai été attirée par lui et j’ai succombé. Ce fut à la fois un soulagement et un cataclysme. Soulagement de se sentir de nouveau désirée, belle dans les yeux d’un autre, câlinée. J’étais dans un tel manque de tendresse. Cataclysme moral tant la culpabilité me rongeait, j’avais l’impression de tromper mon mari, mes enfants, mes amis. Je faisais un pas en avant, et deux en arrière.

Cet homme m’aidait à refaire surface, et en même temps je m’enfonçais dans mon chagrin que ce soit lui et pas mon mari.

J’ai fini par « avouer » ma liaison à mes enfants, comme on avoue à son mari qu’on a un amant. Ce fut très dur, j’ai eu l’impression d’être devant un tribunal, sans avocat pour me défendre.

Aujourd’hui, ma relation avec cet homme a évolué. C’est toujours très difficile. Il ne vit pas chez moi, j’ai beaucoup de mal à le voir évoluer dans notre univers, dans nos souvenirs. J’ai du mal à ne pas comparer, j’aime encore tellement mon mari. Je viens de commencer un travail avec un psy pour essayer de retrouver une « normalité ». Je comprends que je ne fais rien de mal, mais c’est dur d’entendre vos enfants vous dire que vous faites tout trop vite, que vous faites tout à l’envers. Je me sens tellement coupable. Mais en même temps, je donnerais tout ce que je possède pour que mon amour revienne et que nous reprenions notre vie.

La vie qui nous a déjà durement éprouvés ne nous épargne rien. Tout devrait être simple, et tout est si compliqué.

J’ai gardé mon alliance, je porte sa gourmette entremêlée à ma chaine autour du cou. Je me rends compte que cela ne doit pas être facile pour l’homme qui partage maintenant ma vie. Mais où est la solution ?

Je me raisonne quotidiennement. Je me dis : profites de cette vie que tu subis, fais tes propres choix, ne tient pas compte des autres. Mais c’est facile à dire. Nous faisons des projets d’avenir, mais ils me font peur, ce ne sont pas les projets que j’avais imaginés, ma vie a été tellement chamboulée. Et j’ai aussi perdu ma confiance en moi. Le départ brutal de mon mari m’a tellement fragilisée que j’ai du mal à accorder ma confiance à cet homme, angoissant d’être encore laissée sur le bord de la route.

Voilà mon ressenti.  Bonne soirée

Nathalie