Auteur Sujet: Mon tendre amour  (Lu 7858 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne marijo

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 73
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon tendre amour
« Réponse #120 le: 30 Juillet 2017 à 05:59:01 »
Il me manque et ses derniers jours à l'hôpital me reviennent en boucle. Ses images m'avaient pourtant quittée ces derniers temps. Pourquoi faut-il donc subir cela? Je n'ai pas envie de replonger là -dedans mais je ne contrôle pas, je ne maîtrise pas. Ça m'envahit, me submerge et mon sommeil est à nouveau chaotique et les journées compliquées. Oui Anneso cette semaine en Bretagne a été une bulle de tranquillité et d'apaisement mais juste une bulle et elle vient d'éclater. Heureusement que je vous lis et qu'à travers vos récits je découvre qu'en fait tout cela est normal, douloureux mais banalement normal. Il ne me reste plus qu'à accueillir ce moment et à attendre que ça passe. Ma fille est chez moi en ce moment et ce n'est pas très drôle pour elle de me voir dans cet état, je la sens désemparée face à mon chagrin, mal à l'aise, ne sachant quoi dire ni quoi faire. A 20 ans elle m'aura souvent vue au fond du trou, à un an et demi lorsque que son père m'a quittée, à 11 ans lorsque mon père a été tué dans un accident, lors de mes soucis de santé suite à une dissection des carotides, pendant ma dépression. Je sais, il y a pire mais j'aurais aimé qu'elle soit un peu plus épargnée. Elle ne s'en sort pas si mal, elle fait des études qui lui plaisent et les réussit plutôt bien. C'est juste que j'aurais voulu qu'elle vive dans une ambiance avec un peu plus de joie de vivre., mais là-dessus non plus je n'ai aucun contrôle. Je me morfonds un peu, désolée, j' en avais un peu besoin. Je sais que je ne suis pas la seule à vivre des choses difficiles, c'est inhérent à notre condition d'être humain mais p... que c'est dur! Certes je n' évoque pas  tous les merveilleux moments que j'ai vécus, engluée que je suis dans mon chagrin. Oui, voilà j'en ai vécu, j' en vis et j'en vivrai encore. Il me faut continuer à avancer vers ces moments-là. Ça relève plus du journal intime que du partage ce que j'ai écrit mais ça m'a fait du bien.
Je vous souhaite à tous des moments d'apaisement et malgré tout de bonheur.



Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2714
Re : Mon tendre amour
« Réponse #121 le: 30 Juillet 2017 à 21:53:00 »
Dans la table des matières
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/en-guise-de-table-des-matieres/
il y a le lien à outils  vers la pratique narrative
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil/deuil-et-pratique-narrative/
je t'invite à aller voir cela peut te permettre de dire des choses positives à ta fille même si tu pleures ...

Tu peux utiliser l'EMDR
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/boite-a-outils/msg55656/#msg55656
l'EFT
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/boite-a-outils/msg56699/#msg56699

la méditation des émotions
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/boite-a-outils/msg57305/#msg57305
je l'utilise souvent encore ...

c'est bien que tu puisses écrire ici n'hésite pas à continuer
affectueusement
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne marijo

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 73
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon tendre amour
« Réponse #122 le: 10 Août 2017 à 05:13:54 »
Je lis régulièrement les uns et les autres mais écrire m'est difficile. J'ai l'impression de tourner en rond. Les larmes ne sont plus quotidiennes mais la tristesse est là, jetant sur ma vie un voile terne, atténuant sa saveur. Depuis quelques semaines je suis soumise à des compulsions alimentaires que je ne contrôle pas du tout. La nourriture a souvent été un refuge, bien dérisoire, pour moi. Dérisoire car le sentiment d'apaisement que ça m' apporte est très, très éphémère. Les conséquences, elles, sont visibles, prise de poids, mal être, le problème est que  ça ne résout rien. Au contraire, je me dégoûte. Tu me manques et la nourriture ne comblera pas ce vide, ma raison en est bien consciente, mais elle a peu de poids face à mon immense chagrin. J'ai fait un rêve récemment où je te disais que tu me manquais et tu me répondais,  en me prenant dans tes bras et en m'embrassant tendrement, que c'était pour cela que tu étais descendu  (d' où?). Oui, mais tu n'es pas resté. Que le chemin est long. tortueux et douloureux! Vous tous ici le savez bien mais comme on aimerait que tout cela n'ait jamais eu lieu. Je crois que c'est ce que je cherche dans la nourriture, à oublier, à m'oublier.
P.S.:merci Qiguan pour les liens et d'être toujours là malgré tes propres blessures.