Auteur Sujet: Mon amour est parti, brutalement  (Lu 47722 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne Pandor

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 237
  • Quelqu'un, quelque part
Re : Mon amour est parti, brutalement
« Réponse #330 le: 14 Février 2018 à 00:29:56 »
Merci pour ton soutien Stana, j'ose espérer que tu vas """"bien"""".

Cordialement.

___

Accalmie, où es-tu ?
Vivre pour eux ou mourir pour moi ?

Hors ligne Pandor

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 237
  • Quelqu'un, quelque part
Re : Mon amour est parti, brutalement
« Réponse #331 le: 14 Février 2018 à 12:30:42 »
Je sais qu'il n'y a pas de "normalité" mais j'ai l'impression de ne pas "guérir" au vue de l'évolution de ce que je ressens...

C'est sûr qu'il y a certaines choses qui se sont vraiment améliorées, mais ça fait 395 jours aujourd'hui et je suis toujours incapable de penser réellement à elle, de regarder une photo, d'écouter un de nos vocaux ou quoi que ce soit qui s'y apparente... je reste dans une sorte de déni...altéré.

La nuit lorsque je me couche, je dois absolument noyer mon esprit, car si je me mets à penser à elle c'est l'insomnie assurée. J'ai repris une petite formation qui n'est que de 3jours/semaines mais c'est compliqué avec un sommeil aussi perturbé.

Je continue à rêver d'elle assez régulièrement, et je suis toujours pris "d'envies imminentes de mourir" mais qui sont + espacées.

A vrai dire je ne vois pas vraiment le bout du chemin, malgré mes recherches sur la vie et l'après vie, je n'ai pas pu tirer une seule certitude qui  me réconforte suffisamment  même si dans l'absolu je suis plus ouvert qu'avant à tout cela.

Qu'est ce qu'elle me manque et qu'est ce que j'en ai marre de cette absence de sens :(

« Modifié: 14 Février 2018 à 12:32:17 par Pandor »
Vivre pour eux ou mourir pour moi ?

Hors ligne tony36

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 117
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon amour est parti, brutalement
« Réponse #332 le: 14 Février 2018 à 13:38:44 »
C'est très très long Pandor. Du moins je crois.

Si l'on apparente ce drame à une blessure physique, ce serait comme d'avoir été brûlé entièrement.
La peau met du temps à arrêter de suinter, des années, à ne plus être brûlante et rougeâtre.
Au final, les horribles cicatrices restent même si on tente de les masquer avec des produits cosmétiques, des habits ou avec de la chirurgie esthétique, elles sont là.

Alors les choses mettent du temps à "se tasser" et juste "se tasser". C'est ce dont je me suis rendu compte récemment, ce n'est pas vraiment un combat, car il est perpétuel, on ne finit pas par gagner contre la tristesse ou le drame et les souvenirs. Oui c'est un combat car on doit se battre, mais non on ne gagnera pas, il s'arrêtera lorsqu'on sera mort. On doit juste combattre pour ne pas sombrer, sans jamais remporter une victoire éclatante, non, pas d'étincelles (sauf exceptions de gens qui s'en remettent et font des choses formidables mais combien ?), c'est un combat pénible et gris car il est décourageant.

Ces phrases ne sont pas entachées d'optimisme, je le conçois, mais c'est un point de vue et je préfère être honnête que de raconter des foutaises. Il ne faut pas perdre de vue que certaines personnes ayant vécu des drames s'en sortent  très bien et font plein de choses.
Pour les autres, que dire...
On rejoint la masse des gens qui doivent vivre avec une douleur psychique ou physique très importante... En cela tu as raison, et comme tu disais dans l'un de tes postes, finalement à quoi bon quantifier la douleur et la hiérarchiser lorsqu'on dépasse un certain seuil ?

Bien sûr, il y a des degrés de douleur, variables selon les individus, mais comme je disais, au-delà d'un certain seuil, ça n'a plus vraiment d'importance...
Est-ce qu'on se demande si celui qui a perdu ses deux jambes et un bras souffre plus que celui qui a été complètement défiguré et brûlé ?

Après, il existe un seuil de douleur, je crois, variable aussi selon les individus, qui est tout simplement insoutenable.
On peut supposer que ce seuil n'est pas complètement atteint ou que nous avons su le repousser plus loin car on n'a pas sombré dans la folie la plus totale ou qu'on est pas tout simplement mort.
Personnellement, je sais que si un nouveau drame comme la mort d'un enfant unique devait survenir, je n'irai même pas chercher à survivre, rideau au revoir j'ai déjà assez morflé.
Mais en attendant, je combat et je rame et j'arrive à faire des choses pas si pourries, des fois, même si je suis devenu sacrément nul par rapport à avant dans beaucoup de domaines !

Si le seuil est repoussé, la douleur reste bien là et il faut ramer !

Bien sûr, les douleurs sont plus ou moins intenses, plus ou moins durables et les blessures sont plus ou moins profondes , et après on arrive plus ou moins à se raccrocher à la vie en fonction d'un certain nombre de choses, de ce qu'on a comme ressources, comme appui, comme travail, par nécessité si l'on a des enfants, pour son entourage etc...

Mais tu vas voir, la douleur peut-être moins forte dans le temps, moins présente ou domptée, voire utilisée comme une force pour les plus malins ; et l'on peut aussi réussir à faire encore des choses.
Le cerveau va aussi un peu s'apaiser.

Le drame met le cerveau dans un mixeur, clairement. Il lui faut du temps après ne serait-ce que pour refonctionner un peu normalement sur des choses basiques, puis sur des choses un peu plus complexes. On laisse aller un temps, après, on essaye de se pousser un peu si nécessaire, car il faut aussi provoquer les améliorations. Tu parlais de sens de la vie, mais s'il n'apparaît pas tout seul il faut le chercher ou même le créer !

Pour finir, concernant la vie et l'après-vie... Beaucoup de théories... des religions aux médiums et autres cartomanciens.
Un paradis, un enfer ou la vie comme une école des âmes qui se réincarnent infiniment... 
Tout n'est pas à jeter, il semble y avoir des gens qui ont certains privilèges au milieu d'un tas d'escrocs et de dingues mais à mon avis ils n'entrevoient que des bribes infimes de la vérité et ensuite ils extrapolent.
Dans le doute, il faut rester très prudent par rapport à cela. C'est intéressant mais dès qu'on est un peu trop engagé dans quelque chose il faut exercer un certain sens critique car si l'on peut avoir une certitude c'est que le grand mystère de l'après-vie n'a pas à être dévoilé aux vivants.

Même si encore une fois je conçois tout à fait que certaines personnes soient plus réceptives que d'autres et que je crois qu'il y a quelque chose qui nous dépasse, qu'il y a une après-vie et qu'on peut recevoir des messages des signes, on peut s'y intéresser et chercher, néanmoins, sur la manière dont ça se déroule et quelle forme cela prend, je crois que c'est là qu'on doit s'arrêter ! C'est d'ailleurs ce qui a semé la discorde dans le spirituel car au fond tous ces gens s'accordent pour estimer qu'il existe quelque chose de plus que le réel mais ils s'opposent sur l'interprétation de ce quelque chose jusqu'à parfois s'entretuer. Et puis ces interprétations sont si diverses... Sachons rester à notre petite place d'être humain en acceptant qu'il y a des choses au delà du corps et du matériel, une force ou un dieu, mais sans aller trop loin dans les théories d'interprétation.









 

Hors ligne Stana

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1251
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon amour est parti, brutalement
« Réponse #333 le: 14 Février 2018 à 18:30:33 »
  Même si, pour certains, le doute est très douloureux, il peux y avoir du positif à tirer même de ce mot "doute". Si on doute...c'est dans les deux sens  :) c'est donc que nous savons qu'une possibilité existe, que rien n'a non plus démontré qu'il n'y a "rien". L'absence de preuves n'est pas la preuve de l'absence... ;).jusqu'à preuve du contraire, ce qui n'est pas le cas en l'occurrence. Tout reste ouvert. J'ai d'ailleurs un ami qui, bien qu'athée, admet qu'il n'est pas certain à 100% qu'il n'y a rien, qu'il ne peux pas l'être, et c'est l'une des personnes les plus franches que je connaisse. Est-ce-que ça existe, un athée si convaincu qu'il n'a pas ne serait-ce qu'un minuscule doute, ou un croyant si convaincu aussi qu'il n'a pas ce même doute infime?...Peut-être, je ne sais pas, mais je doute qu'il y en ai tellement  ;) rien ne peux encore être prouvé, donc tout est possible....tout et plus encore  :-* 
*Où que tu sois, ne m'oublie pas. Ici, ta voix résonnera encore et toujours. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à toi; mais c'est un monde où je ne suis pas...* (Dark Sanctuary)

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 900
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Mon amour est parti, brutalement
« Réponse #334 le: 15 Février 2018 à 16:42:34 »
Pandor,
Tu viens de traverser les un an, date tant redouté, un an, un an qu'elle est partie, un an a être épuisé, épuisé par ce chagrin, par cette douleur
Je viens te partager un peu de tendresse et de chaleur, les mots me semblant si fade pour t'apporter un peu de soutien
affectueusement
Mononoké
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Anneso85

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 92
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon amour est parti, brutalement
« Réponse #335 le: 17 Février 2018 à 19:29:25 »
Juste un petit passage pour te souhaiter une Accalmie et un peu de répit.
Douces pensées pour toi Pandor
Anne-Sophie

Hors ligne Stana

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1251
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon amour est parti, brutalement
« Réponse #336 le: 18 Février 2018 à 16:59:30 »
  Le passage des "un an" est une étape importante, et impressionnante à vivre, parce-qu'on se dit: Un an seulement, ou un an déjà? Comment c'est possible..." Savoir que désormais ça se comptera en années, et que c'est la toute première, qu'elle est "déjà" ècoulée, alors que pour nous c'est encore tout récent-nous n'avons plus la même notion du temps que les autres gens-c'est inimaginable, et pourtant on sais bien que c'est le cas, que tout est vrai  :( symboliquement ce passage obligé est difficile à vivre, plus peut-être que beaucoup d'autres. J'espère que tu ne vas pas trop mal-mais je sais que ce n'est pas évident, mais pas du tout  :(
  Je pense à toi  :-*
*Où que tu sois, ne m'oublie pas. Ici, ta voix résonnera encore et toujours. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à toi; mais c'est un monde où je ne suis pas...* (Dark Sanctuary)

Hors ligne Pandor

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 237
  • Quelqu'un, quelque part
Re : Mon amour est parti, brutalement
« Réponse #337 le: 20 Février 2018 à 07:53:07 »
@Tony36 :

Merci pour ton point de vue, je pense partager le même à quelques détails près.

@Stana :

L'espoir se trouve dans le doute...

@Mononoké :

Merci pour ton message

@Anneso :

Merci, je te souhaite la même chose

@Stana² :

Merci, pour être honnête, les 1 ans ne m'ont pas touchés autant que je le pensais, je n'ai pas eu l'impression vraiment de me sentir plus mal ce jours là étrangement... on va dire tant mieux, j'imagine ?

Quoi qu'il en soit je viens d'essayer de me forcer de regarder une photo d'elle (j'ai peur d'oublier son visage) et ça m'a donné envie de m'enfoncer une lame dans le crâne tellement la douleur psychologique était forte, j'ai évidemment du refermer celle ci et je me suis effondré... A quand une souffrance ""saine??""..

Merci à tous
Vivre pour eux ou mourir pour moi ?

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3438
Re : Mon amour est parti, brutalement
« Réponse #338 le: 20 Février 2018 à 11:08:29 »
Citer
A quand une souffrance ""saine??
il est dur de trouver un chemin pour traverser sa souffrance
parfois se confronter à des choses liées qui nous semble dérisoire peut être un palier, une étape mais encore faut il trouver ...
moi c'est passer des heures, des jours à lire ici comment avaient fait les plus ancien(ne)s qui m'a permis de trouver mon propre cheminement ...
bien affectueusement
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Byuti

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 31
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon amour est parti, brutalement
« Réponse #339 le: 25 Février 2018 à 19:12:01 »
Bonjour Pandor
Je m'excuse d'avance de ne pas avoir lu la totalité de tes écrits, ton premier message et cette page ont été mes seules lectures.

Je ne sais pas aujourd'hui pourquoi c'est ton post que j'ai ouvert, surtout que cela fait bien longtemps que je ne suis pas venue ici. Je pars du principe que le hasard n'existe pas, il n'y a que des rendez vous.
Je me reconnais bcp dans tes écrits, j'ai moi aussi fait bcp de recherches sur l'après vie, cherchant des signes au quotidien. J'ai hésité à aller voir un medium pour lui parler, pour discuter à nouveau avec cet homme tant aimé. Mais j'ai eu peur, peur de l'arnaque surtout, et du vide. Je franchirai bientôt le pas grâce à l'amie d'une amie.

Je détestais que l'on me dise ça, mais malheureusement c'est vrai, il faut te laisser du temps. Les jours sont longs, les semaines interminables et les mois une éternité. Mais ils passent. Le temps fait son travail. Lentement la douleur psychique laisse à nouveau place à la vie.
Pour les photos, sa voix, etc c'est normal. Je n'entends plus son rire depuis le début, ma mère s'en souvient comme au premier jour. Parfois encore (après plus de 2 ans maintenant), voir la photo de nous accrochée chez moi me fait du mal. La progression n'est jamais linéaire, il arrive des "retours en arrière" (qui n'en sont pas mais que l'on ressent ainsi) et qui nous remettent en bas. Mais pas aussi bas que ce que l'on pense. On devient hyper sensible à la douleur tellement elle est présente au quotidien. Mais quand j'ai mal aujourd'hui, je me rappelle de l'horreur que j'ai vécu il y a 2 ans, et je sais que je ne suis pas aussi bas.
Fais la liste de ce que tu as réussi à accomplir comme chemin de retour vers la vie. Tu as repris une formation, c'est un grand pas ! Même si c'est dur au quotidien car tu dors mal, tu as fait ce pas, tu l'as fait toi et tu peux en être fier. Je suis sûre qu'il y a d'autres choses que tu as accompli et qui mérite que tu t'y attardes :)

Les 1 ans ne sont pas toujours l'étape la plus dure, même si je pense qu'on appréhende tous. Parfois certaines autres dates, qui nous sont personnelles, sont pires et très dures. Prends des forces auprès de ce que te fait du bien : ta famille, tes amis, tes animaux, une passion, ...
Tu as écrit le premier message de cette page le 14 février, peut être est ce une date souvenir plus douloureuse pour toi.

Je finirai sur une note d'espoir. Après un tel traumatisme, nous pouvons nous relever. Jamais guérir totalement car il y aura toujours une cicatrice, une sensibilité restante, mais les coups qui nous assomment nous rendent plus forts si on travaille en ce sens. Je suis convaincue que chacun d'entre nous peut tirer une force énorme de ce drame, grâce à l'amour que ces êtres d'exceptions nous ont donné et qui continue de nourrir notre coeur.
(Je ne suis pas à ma première claque pourtant dans la vie, et je souffre toujours de son absence, mais je garde espoir :) )

Surtout, ne pas hésiter à se faire suivre par des professionnels : psychologue, hypnose thérapeutique, ... Le shiatsu m'a bcp aidé, ainsi que les soins énergétiques.

Et pour finir, ne culpabilise pas d'être vivant. Tu as le droit de vivre et de retrouver goût à la vie ;-)
♪ Nothing Else Matters

Hors ligne Stana

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1251
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon amour est parti, brutalement
« Réponse #340 le: 25 Février 2018 à 20:26:43 »
  Oui, au fil du temps la souffrance insoutenable du début s'adoucit progressivement, d'abord insensiblement, puis de plus en plus, elle devient supportable, on apprends à l'apprivoiser, à vivre avec. Au bout d'un laps de temps plus ou moins long selon les personnes et leur cheminement spécifique, une mélancolie, une nostalgie à la fois douces et poignantes remplacent la douleur dans ce qu'elle a de pire, émaillées de merveilleux souvenirs, évoqués avec tendresse et reconnaissance de les avoir vécus. Je me souviens parfaitement, moi aussi, de l'atroce souffrance des premiers temps, et même s'il m'arrive encore d'avoir des moments plus difficiles que d'autres, je suis reconnaissante aussi du chemin parcouru, si lentement mais sûrement  :( :)
  J'ai la chance de me souvenir parfaitement du visage de Pierre, et de chaque détail de sa personne, de son sourire, de son rire, de son regard, de sa voix, de la douceur et de l'odeur de sa peau, de ses cheveux que j'aimais tans. Ma plus grande peur était de perdre tout ceci, mais heureusement ça n'a pas été le cas  :-*
  Le cheminement varie d'une personne à l'autre, ça demande beaucoup de patience et de ténacité, c'est la pire des expériences, mais retrouver un certain apaisement est possible, et quand les larmes coulent malgrès tout, il faut les accepter, c'est ce que je pense.
 :-*
*Où que tu sois, ne m'oublie pas. Ici, ta voix résonnera encore et toujours. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à toi; mais c'est un monde où je ne suis pas...* (Dark Sanctuary)

Hors ligne Pandor

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 237
  • Quelqu'un, quelque part
Re : Mon amour est parti, brutalement
« Réponse #341 le: 18 Mars 2018 à 19:57:10 »
@Qiguan : Merci,  j'espère que tu te portes -bien-

@Byuti :

Merci pour ton gentil message, il y a beaucoup de vrai mais c'est dur de garder espoir dans ces conditions.

J'espère que tu sauras trouver un peu de paix, affectueusement

@Stana

A vrai dire je trouve un peu de réconfort à savoir que j'ai des vidéos d'elle, des photos, que même si je venais à tout oublier, il resterait ces souvenirs à portée de main..

Je me réveille la nuit, et je me dis : elle est morte, et je suis pris de palpitations et de grandes "douleurs émotionnelles", c'est terrible, je continue à me dire : Mais non ce n'est pas possible

Voilà maintenant 14 mois qu'elle est morte... Ca va peut-être paraitre un peu bizarre, mais j'appréhende le fait que la durée depuis sa mort dépasse le temps qu'on est restés ensembles..

Ces temps ci c'est difficile, pour ma mère également, on a l'impression que l'on ne s'en sort pas... J'ai commencé à espacer mes rendez-vous chez les psys parce que je n'ai plus grand chose à dire, j'ai fait le tour de la question, de ma souffrance et dans tous les cas je suis devant quelque chose qui me dépasse, devant quelque chose sur laquelle je n'ai aucune prise, la mort...

Prenez soin de vous
Vivre pour eux ou mourir pour moi ?

Hors ligne Byuti

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 31
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon amour est parti, brutalement
« Réponse #342 le: 18 Mars 2018 à 23:20:44 »
L'espoir va et vient. Il est juste important qu'il existe.

Comme toi j'ai eu peur d'oublier, de l'oublier. Ca a été une phase très douloureuse d'auto-torture car c'est une idée que je ne supportais pas. Mais en fait, la mémoire du coeur reste bien présente. Même si je ne me souviens plus de son rire, il me reste le goût et l'odeur de sa peau, la forme de son corps sous mes mains, son sourire, son humour, et le plus important pour moi, son amour inconditionnel que je voyais dans son regard. On peut zapper des souvenirs, mais des bribes d'informations reviendront parfois sans que tu t'y attendes, et le plus important restera.
Parfois certains souvenirs "disparaissent" un temps car c'est trop douloureux à cet instant, et ils réapparaissent plus tard.

Longtemps j'ai eu l'impression qu'il reviendrai quand j'irai mieux et que notre vie reprendrait à cet instant, ca permet aussi de tenir d'une certaine façon. Tu peux essayer de trouver quelque chose qui calme tes pensées à ce moment là, tout en sachant que les nuits sont plus propices aux angoisses. Petit truc que j'ai appris en hospitalisation : quand l'anxiété, l'angoisse, la rumination s'installent, je me mets à chanter à haute voix. Ça occupe mon cerveau sur autre chose et permet que je change d'idée.
On ne marche pas tous de la même façon, mais ça peut être une piste vers ton confort. Je l'espère en tout cas.

Ce n'est pas bizarre d'appréhender ce délai, il en a été de même pour moi. Mais finalement, ça s'est bien passé. Le plus dur a surtout été de voir passer les dates où nous avions projeté notre vie.

Même si on a l'impression d'avoir exposé toute notre douleur, un tel traumatisme créé des dommages collatéraux. Ça se répercute aussi sur des éventuels déséquilibres antérieurs qui étaient pansés par la présence de cet amour dans ta vie.
J'aime suivre le fil de mes pensées pendant les consultations avec mon psy. L'inconscient est une machine extraordinaire qui nous emmène là où il y a besoin de travailler pour se soulager.

Ne te décourage pas, il y a des moments de stagnation qui peuvent être déroutants. L'avancée n'est pas linéaire...

Je te remercie. Je trouve un peu de paix en comprenant les mécanismes de ce qui troublent mon esprit. Pour moi c'est important.

Beaucoup de courage dans ce passage plus complexe pour toi et ta famille. Tiens bon et prends bien soin de toi. Et au besoin d'évacuer, nous sommes là.
♪ Nothing Else Matters

Hors ligne Stana

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1251
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : Mon amour est parti, brutalement
« Réponse #343 le: 20 Mars 2018 à 17:31:45 »
@Qiguan : Merci,  j'espère que tu te portes -bien-

@Byuti :

Merci pour ton gentil message, il y a beaucoup de vrai mais c'est dur de garder espoir dans ces conditions.

J'espère que tu sauras trouver un peu de paix, affectueusement

@Stana

A vrai dire je trouve un peu de réconfort à savoir que j'ai des vidéos d'elle, des photos, que même si je venais à tout oublier, il resterait ces souvenirs à portée de main..

Je me réveille la nuit, et je me dis : elle est morte, et je suis pris de palpitations et de grandes "douleurs émotionnelles", c'est terrible, je continue à me dire : Mais non ce n'est pas possible

Voilà maintenant 14 mois qu'elle est morte... Ca va peut-être paraitre un peu bizarre, mais j'appréhende le fait que la durée depuis sa mort dépasse le temps qu'on est restés ensembles..

Ces temps ci c'est difficile, pour ma mère également, on a l'impression que l'on ne s'en sort pas... J'ai commencé à espacer mes rendez-vous chez les psys parce que je n'ai plus grand chose à dire, j'ai fait le tour de la question, de ma souffrance et dans tous les cas je suis devant quelque chose qui me dépasse, devant quelque chose sur laquelle je n'ai aucune prise, la mort...

Prenez soin de vous
  Oui, les souvenirs "concrets", matériels, quelle que soit leur forme (photos et vidéos pour toi, t lorsqu'on en manque, ce peut être un vêtement, un accessoire ayant appartenu à l'autre, des petits cadeaux qu'il  nous a offert, une tasse dans laquelle il a bu etc etc)peuvent faire beaucoup de bien, même s'ils sont forcément imprégnés de nostalgie-dans le meilleur des cas. Dans un premier temps-qui peux durer plus ou moins longtemps d'ailleurs-ils sont douloureux, mais je me souviens qu'ils me mettaient déjà un peu de baume au cœur; ils sont maintenant emprunts pour moi d'une très douce nostalgie, d'une infinie tendresse, j'y tiens comme à la prunelle de mes yeux, c'est un besoin  :-*
  Et oui, c'est une chose d'assimiler que l'autre est parti pour toujours, de le savoir consciemment, mais c'en est une autre de le concevoir en profondeur. Il reste cette stupéfaction, qui me fait penser parfois, à moi aussi: "Mais, c'est pas possible! Ca n'a aucun sens!" mais nous savons bien que c'est le cas. On ne l'aurait jamais imaginé de leur vivant, pas sérieusement, on les aimait tans que l'idée de les perdre pour toujours, de cette manière, n'était pas envisageable; c'est humain. D'où le choc, qui perdure d'une certaine manière...
  Je pense à toi  :-*
*Où que tu sois, ne m'oublie pas. Ici, ta voix résonnera encore et toujours. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à toi; mais c'est un monde où je ne suis pas...* (Dark Sanctuary)

Hors ligne chimene

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 104
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon amour est parti, brutalement
« Réponse #344 le: 23 Mars 2018 à 18:11:23 »
Pandor,

C'est la première fois que j'écris sur ton post. Je suis comme toi à la recherche de signes de mon amour, qui est décédé il y a un peu plus de 5 mois. J'ai eu des signes, mais depuis un moment et Dieu sait combien j'en ai besoin pour me rassurer par rapport à tout ce que je fais, s'il est d'accord par rapport à comment j'élève notre fille et pour mon " équilibre".

Il y a deux jours, sans crier gare encore une soirée à pleurer pleurer pleurer .... J'avais un ras le bol de tout, il me manquait trop, j'avais besoin de lui pour notre fille.
J'étais dans mon coin et j'entendais ma fille avec mes parents, je me suis demandée si ça servait à quelque chose que je reste vivante, que ma fille aurait quelqu'un pour s'occuper d'elle.  Il y a des moments ou tout va plus ou moins bien, je m'en suis rendue compte. Les anniversaires sont les plus douloureux mais je me dis aussi qu'ils n'auraient pas voulu qu'on se laisse abattre.

Je veux que ma fille n'oublie pas son père ( elle n'a que 9 mois) et je lui montre les vidéos d'elle et de son papa. Cela m'aide de l'entendre rire, parler à notre princesse.... je me dis qu'il est toujours présent.

Malgré tout ça je n'arrive toujours pas à l'idée que je ne le reverrais plus vivant. Dans ma tête il va revenir, ce sentiment ne me quitte pas.

je te souhaite bon courage et t'envoie tout mon soutien