Auteur Sujet: Merci  (Lu 57935 fois)

0 Membres et 3 Invités sur ce sujet

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1022
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Merci
« Réponse #330 le: 13 Novembre 2017 à 20:54:07 »
merci anne-so  ;)

aujourd'hui, les mots ne viennent pas et pourtant je vous ai lu, vos messages sont poignants,
alors peut-être, seulement partager

Keren Ann - Au Coin du Monde
https://www.youtube.com/watch?v=HnnSQBMH_ME

devant la cheminée, avec ma douce mélancolie
 :-* :-* :-*
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2168
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Merci
« Réponse #331 le: 19 Novembre 2017 à 16:34:27 »

Le vent d’automne


Comme je l’aime le vent d’automne
 quand je l’entends à ma fenêtre
 Et qu’il sonne

Comme je l’aime le vent d’automne
 quand il caresse ma cheminée
 Et qu’il ramone

Comme je l’aime le vent d’automne
 quand il s’arrête d’un coup
 Et puis résonne

Comme je l’aime le vent d’automne
 qui m’amène un peu l’hiver
 Mais je lui pardonne

Comme je l’aime le vent d’automne
 quand je suis dans mon lit
 Et que je m’abandonne

Elodie Santos, 2017
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1022
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Merci
« Réponse #332 le: 25 Novembre 2017 à 01:00:52 »
voilà, aujourd'hui, vendredi 24 novembre, mon grand a 13 ans,
2eme anniversaire sans son papa,
il était heureux aujourd'hui,
moi, cette petite pointe de douleur qui vient te rappeler qu'elle est toujours là, qu'elle ne t'a pas oubliée mais qu'aujourd'hui elle te laissera un moment de répit
pourtant ce soir en vous lisant, j'ai pleuré, envie d'hurler  au chagrin de nous laisser tranquilles,

personnellement j'avance, des moments de répits plus longs, les moments de chagrin et de violence plus courts
la douceur m'accompagne souvent avec une mélancolie que j'aurais envie de décrire agréable
je me suis mise à faire plus de sport (les jours où l'énergie est là, donc pas tous les jours  ;))
je fais du roller dans un club, et avec les filles de mon âge, nous venons de monter un club de hockey sur roller féminin vétéran, (ben oui 42 ans c'est vétéran)  ;D ;D ;D, j'ai mal aux jambes, j'ai même mal partout mais j'ai bcp ri, je me suis amusée comme une gamine, comme ça fait du bien.

Mon amour, je ne le sens plus à mes côtés depuis bien longtemps, j'aimerais tant le sentir comme au début, j'avais l'impression qu'il venait me border tous les soirs dans mon lit, et qu'il me disait ça va aller.

Aujourd'hui, j'ai besoin de tendresse, des bras d'un homme, je l'ai accepté et me le suis accordé, mon petit coeur battait à nouveau et ça m'a fait du bien, sauf que je sais que je ne suis pas encore prête à aimer  ; je l'accepte aussi, je crois. Chaque chose en son temps.

Mon mari était tout pour moi, ma moitié, mon confident, mon amant, mon mari, mon équilibre, il me rassurait, me donnait la force, avait confiance en moi, m'apprenait à m'aimer, à voir les jolis choses qu'il voyait à travers ces yeux.
Aujourd'hui je comprends ce qu'il me disait,
 Aujourd'hui, j'ai de plus en plus confiance en moi, je n'attends plus son aval pour faire un choix (je ne peux faire autrement), aujourd'hui je m'aime comme je suis avec mes tares et mes bibis (presque tout le temps), je ne me juge plus (ou plus beaucoup), je me sens libre, je savoure les moments de bonheur, j'accepte d'être une mère imparfaite, j'ai encore des sautes d'humeur (même si elles sont moins nombreuses et moins violentes qu'au début), mais je n'ai pas encore retrouvé mon calme d'avant, mais même ces états qui ne me plaisent pas, surtout devant mes enfants, je les accepte. Je suis en train de voir ce que je deviens, et je sais que ça c'est sa mort qui me l'a apporté. En étant à ses côtés, je ne prenais pas la peine, de le comprendre puisque lui pouvait me rassurer. C'est difficile de vous partager cela, parce que j'ai tellement peur de ce que l'on peut en penser! Mais pourtant c'est ce que j'ai l'impression de traverse aujourd'hui.

J'ai même pu pleuré mon ami, une journée, j'ai pleuré une journée (l'ami qui nous a hébergé juste après la mort de Jérôme et qui est mort quelques mois après), je ne l'avais pas encore pleuré. Je me rends compte que je n'ai pas encore pleuré mon beau-frère et ma belle-soeur, mais pareil chaque chose en son temps.

voilà, tout est écrit en vrac, comme ça venait, je ne sais pas si c'est clair et compréhensible
je vous embrasse très fort
Mononoké
« Modifié: 25 Novembre 2017 à 01:13:07 par Mononoké »
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Nora

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 658
  • " Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes "
Re : Merci
« Réponse #333 le: 25 Novembre 2017 à 08:45:58 »
Bonjour Mononoké,

Je me retrouve beaucoup dans tes mots, dans ta façon d'appréhender les choses. J'aime ta clairvoyance, ta lucidité.

Je n'ai jamais senti mon mari près de moi depuis son décès. Mais cela est dû sans doute à cette fin de vie absolument atroce qu'il a, que nous avons traversée.

Mais j'ai toujours su que mon bien le plus précieux, le formidable héritage qu'il m'avait laissé,  était ce que nous avions vécu tous les deux, ce qu'il m'avait apporté, ce qu'il m'avait montré... Il était tout pour moi aussi.

Je traverse la vie maintenant forte de ce qu'il m'a laissé. Comme toi, alors que j'ai cherché longtemps son assentiment, j'assume désormais mes choix, je me sens libre, je me sens fière de ce que suis devenue, je commence à m'aimer, un peu,  je ne crains pas le regard  ni le jugement des autres,  je revendique mes défauts... et je ne me vois plus à travers lui.

Moi qui ai crevé de solitude dans les 2 premières années du deuil , j'ai appris à l'aimer, cette solitude, et je savoure ma liberté et le fait de n'avoir besoin de personne.

Bien sûr le chagrin est toujours là, et il me manque toujours, terriblement.

Mais je suis en vie.

Je t'embrasse, Mononoké

Nora










Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1022
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Merci
« Réponse #334 le: 25 Novembre 2017 à 13:30:56 »
A mon tour Nora de me retrouver dans tes mots :



Mais j'ai toujours su que mon bien le plus précieux, le formidable héritage qu'il m'avait laissé,  était ce que nous avions vécu tous les deux, ce qu'il m'avait apporté, ce qu'il m'avait montré...
Je traverse la vie maintenant forte de ce qu'il m'a laissé. Comme toi, alors que j'ai cherché longtemps son assentiment, j'assume désormais mes choix, je me sens libre, je me sens fière de ce que suis devenue, je commence à m'aimer, un peu,  je ne crains pas le regard  ni le jugement des autres,  je revendique mes défauts... et je ne me vois plus à travers lui.

... j'ai appris à l'aimer, cette solitude, et je savoure ma liberté et le fait de n'avoir besoin de personne.
Bien sûr le chagrin est toujours là, et il me manque toujours, terriblement.

Mais je suis en vie.


Oui en vie, et j'ai envie de vivre

Merci Nora
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3761
Re : Merci
« Réponse #335 le: 25 Novembre 2017 à 13:44:59 »
Citer
Je suis en train de voir ce que je deviens, et je sais que ça c'est sa mort qui me l'a apporté. En étant à ses côtés, je ne prenais pas la peine, de le comprendre puisque lui pouvait me rassurer.

oui c'est exactement cela
et ça prend du temps !
affection à toi mononoké et à vous toutes et tous
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2168
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Merci
« Réponse #336 le: 26 Novembre 2017 à 02:58:20 »


Mononoké... tellement merci !  :-*

J'apprécie beaucoup ton extraordinaire SINCERITE... ta très belle AUTHENTICITE.

Tes témoignages sont vrais... ils sont  "vivants"... ils respirent, ils veulent authentiquement vivre... c'est touchant, émouvant,

Tu es drôlement sensible et pétillante d'émotion... belle âme !

C'est un plaisir de penser et d'écrire pour toi à ... 3h du mat !

Merci Mononoké d'être avec nous ... sur ce forum ! c'est important de rencontrer de belles personnes ...

Je t'embrasse  :-* 

Federico
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1022
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Merci
« Réponse #337 le: 26 Novembre 2017 à 20:18:08 »
MERCI MERCI MERCI 

 :'( :-* ;D :'( :-* ;D
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1022
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Merci
« Réponse #338 le: 27 Novembre 2017 à 17:06:58 »
"En renonçant à lutter contre mon chagrin et en m'ouvrant à lui, je vais vers l'harmonie."
les cartes blanches de l'inspiration

des fois quand j'ai mal, (et quand j'y arrive), je dis à ma douleur, vas-y fais moi mal, de toute façon tu partiras, et je l'observe, j'observe où la douleur se niche dans mon corps : mes tripes, mon coeur, ma tête, ma gorge... et elle finit par s'en aller
 :-*
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Bulle 777

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 321
Re : Re : Merci
« Réponse #339 le: 27 Novembre 2017 à 17:43:25 »
Aujourd'hui je comprends ce qu'il me disait,
Mononoké

si vrai, chère Mononoké !
...une fois la personne partie, c'est comme si un voile se lève sur ce qu'il a voulu dire avec sa vie, et on comprend presque tout !!

A mon tour de me retrouver dans tes mots enrichissants, merci
 :-*
mam'zelle Bulle ;)
Maman, tu es partie trop brutalement !
Maman, Requiescat In Pace.

Quand mon père était vivant, je ne le comprenais pas. Maintenant qu'il est mort, je comprend tout. A Romanès

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1022
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Merci
« Réponse #340 le: 09 Décembre 2017 à 11:52:46 »
bonjour à tous,
je voulais la semaine dernière ouvrir un fil dans ce qui m'aide, mais je vais l'écrire ici, je ne sais pas trop  pourquoi..


-L'entourage m'a beaucoup aidé, malgré la maladresse de certains (liée aussi à ma sensibilité exacerbée, je crois).
   entourage présent mais pas envahissant
   de belles personnes qui m'ont ouvert leur coeur
   le forum, lire les témoignages, les soutiens, écrire, écrire mon histoire, déposer mes états d'âmes, écrire des messages de soutien aux autres

- et depuis peu le sport,
   je me suis mise à courir, aujourd'hui je commençais à m'inscrire sur des courses
   je me suis inscrite dans un club de roller avec mes enfants, activité familiale très sympa
   puis depuis 3 semaines, avec les filles de mon âge nous avons monté une équipe féminine de hockey sur roller vétéran, hihihi.. je m'amusais vraiment, je me suis surprise à attendre le vendredi soir avec impatience : nouveau pour moi, puisque mon mari a eu son accident un vendredi soir, l'arrivée du we était colorée d'une certaine tristesse, angoisse ou mélancolie

bref, le hockey sur roller avec une bande de filles qui ont envie de s'amuser. Tellement qu'à la fin des matchs, on ne savait même pas quelle équipe avait gagné car personne n'avait pensé à compter les points. activité nouvelle, réel plaisir

bref, je m'aperçois que je commence à penser je, et plus nous

Et énorme ou pas, mais en fin de séance, je me déboite le genou (je-nous)
voilà, 6 semaines d'arrêt minimum, ..attelle, .. arrêt temporaire du sport, j'attends l'irm pour commencer la rééducation et voir ce qui est touché!!

donc ne rien faire,
j'ai eu peur, comment gérer la logistique ? les trajets, les courses, les enfants, seule dans la campagne profonde !!
Mais non, j'ai bcp bcp de chance : mes parents devaient monter 2 semaines nous voir, ils sont là et m'aident beaucoup!!
et en plus, j'ai une voiture automatique, et c'est le genou gauche qui est blessé, donc pas besoin de cette jambe pour conduire.

certes je trouve le temps long, certes, je ne peux plus faire de sport et la frustration est grande (mais la frustration, ça se gère).. étrangement, mon moral n'est pas touché, j'accepte facilement, en même temps pas le choix..

voilà envie de  partager cela, avec vous
bien affectueusement

Monojambe pendant 6 semaines (plus que 5, la 1ere est déjà passée  ;))

« Modifié: 10 Décembre 2017 à 12:58:53 par Mononoké »
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3761
Re : Merci
« Réponse #341 le: 09 Décembre 2017 à 13:47:02 »
une astuce de la sophrologue du sport que je suis
passer de très longs moments en imaginant le plus concrètement possible de la marche, escalade d'escalier, course etc du mouvement senti comme si tu y étais
cela entretien le circuit neuronal qui ensuite facilite la rééducation.
Les sportifs de haut niveau dont je me suis occupée utilisent beaucoup cela ...
oui la frustration se gère et voir la porte qui s'ouvre au lieu de voir celle qui s'est fermée un nouveau programme  ...
affectueusement
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1022
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Merci
« Réponse #342 le: 11 Décembre 2017 à 16:56:05 »
Merci Qiguan,
je vais le faire  ;D ;D
j'ai aussi vu une microkiné (un peu comme ostéopathe), et elle m'a fait un soin pour accélerer le processus de cicatrisation.
avec tout ça, je vais avoir des genoux en béton
tendrement
Mononoké
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1022
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Merci
« Réponse #343 le: 12 Décembre 2017 à 17:03:29 »
voilà,
me retrouver face à moi-même,
accepter de ne presque rien faire de mes journées (arrêt de travail et genoubobo obligent)
ne pas s'échapper dans le travail, le sport ou autre
seule devant la cheminée, seule face à mes pensées
....
et oui mon deuil a évolué,
j'ai changé,
je regarde la vie autrement,
je regarde les gens autrement,
j'ai appris à vivre sans lui,
j'ai apprivoisé ma solitude,
la douleur est moins violente,
la douceur s'installe plus longtemps,
la fatigue s'estompe,
j'aime la vie plus qu'avant, c'est cet élan de vie qui était tapis au fond de moi qui m'a tenue, je crois,
voilà,
je sais que tout ça évoluera encore, je sais qu'il y aura encore des moments très difficiles, je sais qu'il y aura encore des moments où, le aquoibon reviendra me titiller, je sais qu'il y aura encore des périodes de grand épuisement... ok, c'est comme ça, accepter de côtoyer ces différents états, accepter tous ces changements,
Mononoké
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1022
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Merci
« Réponse #344 le: 14 Décembre 2017 à 21:48:05 »
Les aléas du quotidien
Le genou, ok, accepter, c'est comme ça, c'est rien
Ça tombe pas si mal que ça, mes parents avaient prévu de monter 15 jours, ils repartent samedi. c'est le bon genou, c'est le bon médecin.. irm prévu lundi, à 7h45, ok, organiser la garde des enfants  dimanche soir, car je dois partir à 7h00, ok . Ouf, on souffle, tout est organisé.  Mais ma fille a eu une montée de fièvre, médecin, Ben zut, c'est la grippe, elle est clouée au lit pour 8 jours. Ok !!!????? Comment j'vais faire, j'ai les rdv lundi, ... je sens la lassitude m'envahir
Je me suis rappelée que mon mari avait souscrit une assurance pour les accidents de la vie quotidienne, je les appelle, et là ils me proposent plein de trucs, et m'envoient quelqu'un pour garder ma fille à 7h00 du matin. Merci, merci, merci
Mais voilà, fatiguée ce soir, chargée, j'ai envie de pause .. plus penser à rien
Juste plus penser à rien

Ça m'a fait de vous écrire tout ça
Je vous embrasse
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln