Auteur Sujet: Merci  (Lu 16125 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 523
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Merci
« Réponse #285 le: 13 Septembre 2017 à 12:41:53 »
Merci mes amis,

vos messages, certes, n'atténuent pas ma douleur, mon chagrin, mais, je ne saurais dire pourquoi, me font beaucoup de bien
je crois que je suis "en dépression" : plus de force, plus d'énergie, plus d'envie

j'ai traversé cette 1ere année, parce qu'"il fallait tenir debout", aujourd'hui je me dis que en traverser une 2eme va être tout aussi épuisant, et... cette fois-ci je sais ce qui m'attends...

Lorsque mon chéri est mort, je me suis sentie abandonnée. Pendant plusieurs mois je l'ai sentie près de moi, aujourd'hui je ne le sens plus, ... j'ai l'impression qu'il m'a encore abandonnée.. j'aimerais tant le sentir encore.
Ela, tu sens encore ton chéri, près de toi ?
Merci Fédérico, tu ne pouvais m'offrir un plus joli bouquet  ;) Qiguan, Ela, Loma, Fédérico, et tous les autres, merci d'être là, avec tant de bienveillance

je vous embrasse
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1959
Re : Merci
« Réponse #286 le: 13 Septembre 2017 à 13:39:29 »

   ... un sourire ... un sourire d'espoir
   de mon visage tout fêlé
   c'est tellement humain d'être fragile
   nos vies, c'est splendeur et misère,
   chocs ...
   Bien tendrement, M.
 
J'aime donc je suis !

Hors ligne Ela

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 231
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Merci
« Réponse #287 le: 13 Septembre 2017 à 16:22:37 »
Mononoké... Je me reconnais totalement dans ce que tu écris... Mot pour mot. A l'issue de cette première année, quelques mois en arrière, après cette date du 14 avril 2017, j'ai ressenti plus intensément le vide... Un vide effrayant parce synonyme de fatigue, de lassitude, d'absence d'envies... de dépression oui. Comme si la mer déchainée s'était retirée. C'est troublant, parce que lorsqu'on est balloté en tous sens par les vagues qui déferlent, on attend que ces vagues se retirent et lorsqu'elles le font... le "calme" qui en résulte n'apporte pas réellement le réconfort escompté. Il ne ressemble pas à ce qu'on espérait... A cette sérénité emprunte d'une forme de soulagement qu'on attend. Non, c'est autre chose. Et on comprend que oui, le chemin sera encore long.
Tout comme toi, j'ai vécu et je vis encore, à des moments, la mort de mon chéri comme un abandon. La mort nous a ôté physiquement ceux que nous aimons, mais dans le deuil, il y a aussi cette peur de les perdre à nouveau. De ne plus les retrouver en nous... J'ai eu une grosse vague d'angoisse ces derniers jours mais maintenant qu'elle s'est à nouveau retirée je peux te dire que je crois sincèrement, du fond du cœur, que c'est impossible. Impossible de les perdre encore. Ton amour fait partie de toi, il fera toujours partie de toi. Et la peur peut parfois brouiller la perception que nous avons de cette réalité, mais ne peut la changer. J'en suis convaincue.
En revanche, tout comme toi, je fais face à quelque chose de très déstabilisant qui ne peut s'expliquer rationnellement... La première année, je sentais comme une faille grande ouverte en moi, qui me permettait de percevoir certaines choses... Je ressentais très fortement sa présence à des moments. J'ai eu des signes aussi... Je ne veux pas débattre sur les croyances qui se battissent à partir de telles expériences. Ça ne m'intéresse pas. Je me contente de te partager ce que j'ai vécu. Et cette deuxième année, c'est comme si naturellement, cette faille qui me rendait plus réceptive, plus lucide face à une certaine réalité invisible était en train de se résorber... Parfois je lutte, je panique contre cette évolution, car oui, je le sens plus lointain, moins accessible. Et j'aimerais trouver comment faire pour inverser ce processus. Ré-ouvrir ce qui est en train de se refermer en moi... D'un autre côté, j'ai lu beaucoup de témoignages sur les sensations de présence, et cette évolution de la perception de l'être aimé, après la 1ère année, se retrouve chez de nombreux endeuillés...
Bien sur ce n'est qu'une théorie, peut être naïve, utopique... qui m'aide à tenir le coup, mais peut-être que non? qu'en savons nous... mais je me dis parfois que si je le sens moins présent, c'est peut être parce qu'il avance aussi de son côté. Qu'il y a tout un ensemble de choses que je ne contrôle pas, que je ne peux même pas comprendre qui entrent en jeu... Alors dans les moments où je ne sens plus sa présence, plutôt que de me demander ce qui cloche en moi, ce que je pourrais faire pour le sentir à nouveau plus proche, je m'imagine qu'il faut que j'accepte de le laisser s'éloigner pour ses propres raisons. De faire confiance à notre amour. Bien sur, si tu as lu certains de mes récents commentaires, tu comprendras que je n'y arrive pas toujours. Mais pourtant j'y crois...
Et alors, certains jours, quand je ne l'attendais plus, j'ai l'impression de le retrouver. De le sentir à  nouveau plus proche. C'est difficile à décrire, mais je sens quelque chose de son énergie, dans mon cœur, dans ma tête... Quand je me pose des questions, j'ai l'impression que ce sont ses réponses que j'entends. Même si bien sur, il faut accepter que rationnellement, on ne peut être surs de rien. Il y a des choses que le mental ne peut valider, confirmer, prouver... Est ce qu'elles ne signifient rien pour autant? De par ma maladie (je souffre de tocs), j'ai si souvent été trompée par ce mental censé nous aider à décrypter le monde avec justesse.... J'en suis arrivée à la conclusion qu'on ne peut se fier qu'à son intuition la plus profonde.
Ne renonce pas. Cette deuxième année n'est pas simple, je ne vais pas te mentir. Parfois j'en viens même à regretter la souffrance plus brute des premiers mois... Elle avait au moins le mérite, de par sa force, d'annihiler toutes ces pensées, ces questionnements, ces ruminations, ces inquiétudes. Malgré tout je crois que parce que l'amour résiste à tout ça, une part de nous en ressort grandie.
Je t'embrasse. Prends soin de toi chère Mononoké.

Hors ligne kompong speu

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1241
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Merci
« Réponse #288 le: 13 Septembre 2017 à 18:02:16 »
"LES LARMES SONT LES PETALES DU COEUR"Eluard

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1410
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Re : Merci
« Réponse #289 le: 13 Septembre 2017 à 19:55:56 »
"LES LARMES SONT LES PETALES DU COEUR"Eluard

Il m'a bien fallu courir et sprinté pour rattraper Eluard et lui demander ce qu'il disait :

"LES LARMES SONT LES PETALES DU COEUR"

Ah! c'est joli... lui ai-je dit ! puis il est reparti à fond avec sa phrase...

Merci.
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2779
Re : Merci
« Réponse #290 le: 13 Septembre 2017 à 22:32:59 »
Cette perception de l'éloignement on en peut certifier qu'elle est liée qu'à nous ou que à eux qui font un chemin ...
mais ce que je peux témoigner c'est qu'il y a une sorte de temps d'adaptation, de syntonisation pour percevoir autrement l'aimé qui vient au delà de l'année 1
que cela se fait par étape
que là depuis quelques mois je sens la présence différente de Jean, et elle est différente de la présence de ma maman ... je reçois des signes très forts des deux mais différents
je lis beaucoup sur le lien physique quantique, conscience phénomènes de synchronicité notamment à partir de textes initiaux de l'INREES auquel collabore Dr Fauré.
oui il semble que l'observateur que nous sommes avons un impact sur les manifestations perçues ...
il m'arrive de mentaliser de chercher ce que c'est ne plus connaître la linéarité du temps car il est dit que dans l'au delà le temps n'existe plus en linéaire
j'ai ressenti de la frustration dans des moments où le ressenti de présence évoluait, se transformait, cela n'a pas duré en fait très longtemps mais cela m'a paru long au moment.
je cloisonne le manque physique qui vient pour moins perturber les beaux moments sereins et réconfortants de présence proche, souvent la présence est liée à présence aussi de l'absence (difficile de décrire précisément)
La peur de perdre a bien diminuée quand j'ai accepté que pour bien des choses la réalité était que j'aimai un souvenir, des souvenirs et je lui disait , lui dis "j'aime me souvenir de" et puis j'ajoute "je t'aime encore tel que tu es et deviens"
dans mon premier post
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/depuis-le-23-avril-2014/msg46074/#msg46074
je citai Hanus
""même correctement mené et pratiquement terminé, le travail de deuil ne se conclut jamais complètement"
(page 120 de "les deuils dans la vie de M Hanus
cela est évident !
1 mois et demi après j'écrivais
" faire vivre autrement le nous, être séparés mais avoir de lui quelque chose de si fort en moi que ce nous peut se manifester."  c'est un fil qui me tient encore
je vous embrasse et vous souhaite de la douceur
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 523
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Merci
« Réponse #291 le: 14 Septembre 2017 à 18:28:43 »
vos messages et vos témoignages m'ont permis de ne pas sombrer dans la folie,
oui je pleure, oui j'ai mal, oui je suis fatiguée psychiquement et physiquement....
mais tant pis, c'est comme ça

mon coeur doit avoir des milliers de pétales, comme les vôtres : que de belles fleurs uniques sur ce forum!!  :P (il n'y a pas de mal à se faire du bien)
le sourire des visages fêlés doivent être les plus beaux et les plus sincères  :)
Qiguan, Ela vos témoignages me font du bien, je n'ai plus qu'à accepter que le lien évolue, se transforme. Ma vie, ici se fera sans lui, physiquement, de toute façon

Merci encore pour vos messagES
             
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln