Auteur Sujet: Merci  (Lu 21894 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Un petit pas, puis un autre ...
Merci
« le: 08 Février 2017 à 00:41:52 »
Nous avons appris à nous connaitre, à vivre ensemble, à nous comprendre à nous apprivoiser et enfin à accepter l'autre tel qu'il était sans vouloir le changer.
J'ai découvert l'amour inconditionnel à tes côtés.
J'ai grandi à tes côtés, tu as grandi à mes côtés, maintenant je vais continuer à grandir sans notre interaction.
Tu avais confiance en moi, moi en toi, tu m'as appris à avoir confiance en moi.
Tu n'avais pas peur de la mort, tu voulais que l'on en parle, tu ne comprenais pas qu'elle soit un sujet tabou dans notre société alors qu'elle faisait partie de la vie.
Tu me disais toujours que si l'un de nous mourait, celui qui resterait en vie devrait être vivant, que nos enfants auraient besoin de leur unique parent vivant. Depuis le jour de ta mort je me raccroche à cette phrase, elle raisonne en moi.
Parfois j'accepte ma douleur, mon chagrin, ma colère ou toute autre émotion présente en moi, et une fois les larmes versées, une fois la colère hurlée... je me sens plus calme, plus sereine, dans ces moments plus apaisés j'arrive à vivre de doux moments, je sais qu'ils m'aideront à faire face aux suivants, ceux qui semblent ne pas pouvoir être décrits par les mots, tellement cette douleur semble indicible.
Parfois cette douleur est si violente, que le rationnel ne peut rien faire.
Je sais que tu as confiance en moi, en nos enfants.
Tu me rassurais, des fois tu riais lorsque je te posais une question en me répondant mais enfin, tu le sais, tu n'as même pas besoin de me poser la question, moi je le faisais parce que j'adorais que tu me rassures.
Aujourd'hui lorsque je me pose ces questions, lorsque je me dis que tu ne peux plus y répondre, je me dis mais enfin, au fond de toi tu le sais, maintenant ma cocotte, tu vas devoir te rassurer toute seule.
Lorsque j'avais des doutes sur ce que nous devions faire pour accompagner au mieux nos enfants, tu avais l'art de trouver les mots justes pour que cela paraisse simple.
Nous passions des soirées entières à refaire le monde, j'adorais ces moments.
J'adorais nos moments complices, j'adorais les moments d'insouciance que l'on pouvait avoir, j'adorais ceux que pouvaient vivre nos enfants. Cette épreuve les a vraiment fait grandir, mais à quel prix!
Cette insouciance je l'ai perdue, la retrouverais-je un jour ?
Je ne savais pas ce que signifiait le mot adulte. Est-ce cela être adulte ?
Je vais continuer mon cheminement mais sans ta présence physique, sans ton odeur, sans tes mots, sans tes bras.
Dans les moments difficiles, tu étais toujours là pour moi, aujourd'hui je vis les moments les plus difficiles de ma vie, et je ne peux  pas me rassurer sur ton épaule.
Parfois j'aimerai une accalmie dans cette souffrance, un moment de répits, mais c'est impossible.
Je sais que je dois en passer par là, que je n'ai pas le choix.
Nous regardions nos enfants grandir, je vais continuer à le faire mais sans toi.
Aujourd'hui leurs yeux émerveillés et leur rire me nourrissent, me ravissent, me réchauffent le coeur.
Tu m'as tant apporté, tant donné, que pour cela je me dois de vivre, ne serait-ce que pour continuer ton oeuvre.
Je te rejoindrais c'est sûr mais plus tard, j'ai encore beaucoup de choses à vivre, à découvrir, à partager.
Tu étais si doux, si tendre, si patient, si passionné, si créatif et j'en oublie.
Tu croquais la vie, tu ne voulais jamais passer à côté d'un moment de bonheur.
Tous les jours, il te fallait trouver des petits plaisirs, des petits bonheurs, tu refusais de ne pas profiter d'une seule journée.
Tu parlais de segments, tu disais qu'il était important de vivre chaque segment (et ne pas faire 18 choses en même temps) sinon pour toi, on ne profitait de rien, je n'arrivais pas à intégrer réellement ce concept, il a fallu ta mort pour que je le comprenne! Oui aujourd'hui j'essaie de vivre chaque segment, d'en profiter, lorsque j'y arrive, il m'est possible de passer de tendres instants, lorsque je fais un gâteau pour mes enfants, je fais uniquement un gâteau et là je retrouve le plaisir de cuisiner, le plaisir de leur faire quelque chose, d'entendre leur 'humm ça sent bon' lorsqu'ils rentrent de l'école.
Lorsque j'arrive à accueillir ma peine, c'est que je suis dans ce segment là. J'ai compris que ce chagrin faisait partie de moi aujourd'hui, et il m'arrive même de croire que je l'ai apprivoisé, (même si je sais que lorsqu'il est trop violent tout cela vole en éclat).
Je t'admirais, je continuerais à le faire. Tu étais mon mari, mon amant, le père de mes enfants, mon confident, mon meilleur ami, la seule personne devant qui j'osais me dévoiler, tu étais tout pour moi. J'ai perdu tant de chose avec ta mort.
Merci, merci pour tout, merci d'avoir partagé ma route. Merci de m'avoir aimée telle que j'étais, de m'avoir respectée dans ce que j'étais. Je ne veux pas que ma peine me fasse oublier tout le bonheur que cela a été de vivre à tes côtés.
Tu me manques, je t'aime.
Ta fleur
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1600
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Merci
« Réponse #1 le: 08 Février 2017 à 03:48:12 »

Bonsoir Mononoké,

Je t'accueille discrètement mais sincèrement... je te souhaite la bienvenue dans notre Forum !

Je suis touché par cet émouvant et très bel hommage offert à ton Amour de mari !
Tu es d'une lucidité incroyable après seulement 5 mois de deuil... cela t'aidera sûrement !
Je me suis permis de lire tes messages... tu es magnifiquement claire...
Tu nous racontes ton "Histoire" avec simplicité, générosité, sincérité... déjà beaucoup de maturité !

Solidarité, patience, douceur... tu es forte mais prends bien soin de toi... le deuil d'une "personne essentielle"est une longue et difficile épreuve ... très éprouvante physiquement et moralement !

Pardonne-moi, je ne me suis pas présenté... je suis le papa de Raphaël... mon fils aîné... il s'est suicidé à l'âge de 18 ans !
Je suis donc un "Papa "... toujours en Grande Souffrance après 4 ans de deuil !

Ici, tu vas pouvoir exister, lire, comprendre, écrire, échanger et rencontrer des personnes très compétentes... extraordinairement attachantes...
Prends ton temps pour découvrir : sagesse, colère, émotion, humilité et solidarité du Forum  ... recevoir puis donner ...

Bien Amicalement.
Bien Solidairement
Federico
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe

Hors ligne Doudouzoe

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 77
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Merci
« Réponse #2 le: 08 Février 2017 à 09:28:58 »
Bonjour, je me retrouve dans tes paroles ( excuses le tutoiement)
Oui je suis dans le même cas que toi, je vis avec mon amour,  il vit en moi, tout ce que je fais au jours le jours, je le fais comme si il était là
Il n'est plus visible simplement mais toujours présent avec moi.
8 mois qu'il est parti et je vis, j'essaie de  profiter de chaque instant que j'ai la chance inouï de vivre.
Sortir, voir le soleil se lever, voir ma fille vivre et sourire.
Ce matin elle m'a dit du haut de ses sept ans''j'ai toujours mon papa, il n'est plus là mais j'ai toujours un papa''.
La pedopsy m'a dit qu'on arrêtait les séances, elle va bcq mieux.
Quand à moi, il me manque, j'ai des moments dur mais je vis de projet futur.
Nous aussi nous parlions de la mort comment pourrait-il en être autrement avant d'être éducateur il travaillait dans les pompes funèbres,  ce sujet n'a jamais été tabou.
La culpabilité et la colère ont disparu et fait place à l'apaisement.
Je sais que je peux rechuter on me le dit sans cesse mais plus j'avance mieux je vais.
Mes amis ne m'ont pas laissé tombé, j'étais en colère contre eux, je trouvais qu'ils n'étaient pas assez présent mais je me suis rendu compte que nous n'avions pas le même deuil, ils ont perdu un ami, moi un amant, ses parents un enfant.
J'ai laissé le temps faire et nous sommes retrouvé et parlons de David avec sourire.

Continu de prendre soin de toi,  la psy de ma fille m'a dit alors que je m'inquiétais et  que je me laissais aller,
''une maman qui prend soin d'elle prendra soin de ses enfants, une maman qui va bien est un enfant qui va bien.
J'ai suivi son conseil!

Hors ligne Nora

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 599
  • " Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes "
Re : Merci
« Réponse #3 le: 08 Février 2017 à 10:13:44 »
Bonjour Mononoké,

Je t'accueille à mon tour ici, sur ce lieu d'échange, en te remerciant pour ce beau texte très touchant en hommage à ton amour.

Je connais ton chagrin, il m'accompagne depuis 2 années, j'en connais tous les recoins, toutes les nuances, j'en ai épuisé tous les mots.  Les tiens viennent se superposer aux miens.

Tu es - comme le dit federico - très lucide, et tu ressens beaucoup de gratitude envers l'homme qui a partagé ta vie. Cela va t'aider à accueillir et apprivoiser ton chagrin, et à traverser les moments douloureux.

Tu vas puiser en vos échanges passés , dans tes souvenirs, la force de traverser cette terrible épreuve, à défaut de pouvoir te recevoir son soutien.

J'ai toujours ressenti la cruauté de ce paradoxe : Il n'est, ils ne sont pas là,  pour nous aider à supporter leur perte .

Tu es ici chez toi, dans cet espace que tu as si bien nommé " Merci ", et je viendrai te rendre visite. J'ai moi aussi ouvert mon espace " Pour celui qui n'est plus là ", et tu y es la bienvenue.

Prends soin de toi, veille sur toi comme tu veilles sur tes enfants.

Je t'embrasse

Nora















Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Merci
« Réponse #4 le: 08 Février 2017 à 11:42:29 »
waouh, merci pour votre accueil, votre chaleur,
merci Federico, Doudouzoe, Nora, et vous tous, vos réponses me touchent et me parlent. Dans mes moments de lucidité, je me rends compte de mes exigences envers mes proches lors de mes moments indigestes : je souhaiterais qu'ils m'offrent ce qu'ils ne pourront jamais m'offrir : ce que m'offraitmon mari, et il faudrait qu'ils soient exactement ce que je voudrais qu'ils soient!! si ce n'est pas du despotisme ça  :)
Ils sont ce qu'ils sont avec ce qu'ils peuvent m'offrir, à moi d'accepter cela et d'aller chercher ailleurs (ici, par exemple) ce dont j'ai besoin
Je prendrai le temps de passer sur vos espaces

En attendant, je vous embrasse tous bien fort, je pars chercher ma fille à l'école ;-)
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Ela

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 266
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Merci
« Réponse #5 le: 08 Février 2017 à 12:24:42 »
Mononoké....
Comme elle est douce et puissante, la sensation de découvrir dans les paroles d'une autre, la description de ce que l'on vit au plus profond de soi... Tes paroles me font infiniment de bien. Car elles mettent en lumière, elles reflètent en miroir la force, la douceur, l'infinie tendresse que nourrit notre amour en chacun de nous dans l'épreuve.
Parfois, c'est tellement dur d'accéder à cette sagesse... Surtout qu'au creux de la vague, il est vain de tenter de s'y cramponner... Il faut accepter de laisser passer les "segments" de souffrance et garder à l'esprit qu'en effet, d'autres segments suivront.  Je te remercie d'avoir partagé avec nous ton ressenti, et ces parcelles de ta vie avec ton aimé. Je tacherai de me souvenir de cette histoire de "segments". C'est une histoire qui me parle.
Lorsque mon amour est parti en avril dernier, j'ai moi aussi été traversée avec force par une idée que tu évoques... Cette idée, cette intuition: que désormais il me faudra apprendre à me faire confiance. Qu'il y a au fond de moi suffisamment de ressources pour vaincre mes peurs, me rassurer... Mon chéri aussi me répétait sans cesse ces paroles... Parmi les premières qu'il m'a adressées quand nous nous sommes rencontrés: "Tu as peur. Tu dois apprendre à trouver en toi la confiance. Les peurs ne sont que des illusions..." Avec lui aussi nous parlions de tout pendant des heures. De la mort, de la souffrance... sans tabous.
Je me joins à toi pour dire "merci". Merci pour ces merveilleuses rencontres... Merci pour cette chance: d'avoir été aimés, d'avoir pu aimer aussi intensément.
Je t'embrasse, et serai heureuse de te lire encore, d'échanger sur nos vécus. Prends soin de toi.

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Merci
« Réponse #6 le: 08 Février 2017 à 21:55:06 »
Bonsoir,
Envie de partager avec vous 3 albums de jeunesse que mon fils de 12 ans a dévoré après la mort de son papa sans rien dire (au début il ne pouvait ni pleurer, ni exprimer ses sentiments), ma fille de 7 ans n'a pas souhaité les lire, mais ils sont là, et elle désirera peu-être les lire un jour, une des filles (30 ans) de mon mari les a dévorés.
je les trouve bien fait et complémentaires

"la croûte" est un petit garçon qui a perdu sa maman et qui ne peut pas laisser cicatriser la croute qu'il a au genou de peur d'oublier sa maman


"Samantha a perdu son papa" est l'histoire d'une petite fille qui ne sourit plus

"Au revoir, papa" est l'histoire d'un petit garçon dont la maman refait sa vie avec quelqu'un


Si ils peuvent aider quelqu'un alors j'en serais heureuse

Je vous souhaite très chaleureusement une douce soirée, et une nuit réparatrice
« Modifié: 08 Février 2017 à 22:50:08 par Mononoké »
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1338
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : Merci
« Réponse #7 le: 08 Février 2017 à 23:07:46 »
Bonsoir,
"Je ne veux pas que ma peine me fasse oublier tout le bonheur que cela a été de vivre à tes côtés."
Nous sommes nombreux sans doute à nous retrouver dans ces mots...

Le souvenir de la chance qui l'a mis sur ma route, et d'un bonheur goûté à chaque instant,
le souvenir de son sourire,
le bruit de ses pas,
Le souvenir de tout le bonheur que ce fut de vivre à ses côtés...
Voilà, ce qui m'a tenue debout et m'a permis de continuer la route.
Cet amour, si beau, si grand, est notre force et notre chagrin.
Notre force...
Nulle peine, fut-ce celle qui nous met à genoux dans les moments trop sombres, ne saurait nous faire oublier si bel amour. Si grand bonheur.
Tout est là,  bien au chaud, bien à l'abri, au creux de nous.
Tout refleurira sur nos lèvres,  quand sera venu le temps des souvenirs sans les larmes.
« Modifié: 07 Juin 2017 à 18:52:29 par *Ephémère* »
*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2901
Re : Merci
« Réponse #8 le: 09 Février 2017 à 11:04:01 »
je ne suis pas au temps des souvenirs sans larmes
mais effectivement
la phrase
"Je ne veux pas que ma peine me fasse oublier tout le bonheur que cela a été de vivre à tes côtés."
est au concret dans ma lutte dans mon deuil
Mononoké J'ai ajouté les livres que tu signales dans :
http://forumdeuil.comemo.org/accompagner-enfant-deuil-perte/un-site-des-aides/msg78348/#msg78348
le forum tisse un filet patchwork de par nous tous pour éviter la chute sans ressource ...
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Merci
« Réponse #9 le: 09 Février 2017 à 11:09:04 »
bonjour à tous,
Mes larmes coulent, mes envies ont disparues,
vivre ce moment et accepter que ça se passe ainsi
ne pas lutter
éphémère, merci pour ce texte il est magnifique, pur et tellement vrai

Il est mort, mais cet amour n'est pas mort avec lui
L'avoir perdu à tout jamais est insupportable mais j'ai passé à ses côtés mes 14 plus belles années, je me dis souvent que j'ai eu la chance de connaitre cet amour, même si ça s'est arrêter trop tôt.
Et si c'était à refaire, (et connaissant aujourd'hui le prix à payer), je signe à nouveau.
Tout a été  suspendu, le temps, les projets, l'insouciance...
 c'était vendredi, en fin d'après-midi, Il était parti faire du vélo, le soleil était de la fête, il était heureux,... notre petit weekend était prévu, weekend cocooning comme nous les aimions... Le destin en a décidé autrement, le conducteur ne l'a pas vu, ironie de sort, trop de soleil (en Normandie!!), et s'il avait plu, et s'il était parti 10 minutes plus tard, et si je n'avais pas retenue ma fille, qui voulait faire une petite ballade avec lui, en lui disant : laisse papa faire son vélo, il fera une ballade demain avec toi .. ces questions je ne me les pose plus aujourd'hui. C'est comme ça. Il n'est jamais revenu et s'est éteint trois jours plus tard à l'hôpital, il n'aimait pas les hôpitaux, il n'aimait pas l'odeur et il y a passé ses derniers jours, j'ai passé ces trois jours et ces trois nuits contre lui, je remerciais l'univers de m'avoir donné ce "bonus", j'ai pu lui parler, le chérir, le regarder et le toucher. Il était dans un comas profond, les médecins l'ont débranché lorsque le sang n'a plus irrigué le cerveau. C'est ce qu'ils appellent une mort cérébrale.
Je l'aurais accompagné jusqu'à son dernier souffle, je l'ai accompagné lors de son dernier voyage,  voyage qu'il a fait sans moi cette fois-ci.
Je suis sûre qu'il ne souffre plus, je me dis que son corps n'est plus là, mais je sens sa présence, il m'attend et m'accompagnera lorsque ce sera mon heure, je me dis que lui ne regarde plus les choses de la même façon, que pour lui dans cet apparent cahot, tout est en ordre...
Peut-être allez-vous penser que je suis folle, mais vous partager cela, me fait un bien fou.

Merci pour votre empathie, merci de votre bienveillance, merci de laisser chacun s'exprimer, sans montrer l'ombre d'un agacement, l'ombre d'un jugement, merci d'accompagner nos peines, nos larmes,
 merci qiguan d'avoir ajouter les livres dans le lien
merci de continuer à vivre malgré votre douleur
tout simplement
merci

"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2901
Re : Merci
« Réponse #10 le: 09 Février 2017 à 11:21:05 »
ton attitude de gratitude (que je partage) pourras aussi s'exprimer là bas
http://forumdeuil.comemo.org/traverser-le-deuil/mur-des-'merci'/msg81553/#msg81553
le forum est si riche de possibles
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Doudouzoe

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 77
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Merci
« Réponse #11 le: 09 Février 2017 à 20:48:01 »
Tu fais écho à mon deuil.
Même âge,  même région, même temps de vie avec mon amour, même âge pour nos filles.
Quelque fois j'ai l'impression de vivre dans un monde parallèle,  que les gens autour de moi ne comprennent rien à la vie.
Nous faisons partie d'une société secrète lié par le deuil.

C'est encore une idée convenue de prétendre qu'on doit faire le deuil d'une personne aimée. Est-ce si étrange de préférer vivre avec elle par la pensée, en harmonie, prolongeant son souvenir, de continuer à la pousser dans une autre vie ?.

Bonne soirée

Hors ligne Nora

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 599
  • " Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes "
Re : Merci
« Réponse #12 le: 09 Février 2017 à 21:09:54 »
Merci de ta visite Mononoké !

Je partage avec toi - entre autres - le regret d'avoir perdu mon insouciance.

Je ressens face à cela un profond sentiment d'injustice.
 
Je me suis maintenant résignée ( ou j'ai consenti ? ) à vivre sans lui, à avoir du chagrin,  à souffrir du manque de lui jusqu'à mon dernier jour, parce que je sais que mon amour pour lui est toujours aussi fort, qu'il ne disparaitra jamais, qu'il fait désormais partie intégrante de moi.

Je sais maintenant que je vais vivre, et je pourrais accepter que cette vie soit exempte d'amour et de joie. J'ai déjà connu cela avec lui.

J'ai renoncé à nos projets, ou je les réaliserai seule, ou j'en aurai d'autres.

Mais je n'accepte pas que la mort m'ait volé mon insouciance. 

Douce soirée à toi, à vous qui passez par là.

Nora

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Merci
« Réponse #13 le: 09 Février 2017 à 22:31:06 »
Bonsoir à tous,
J'adore vous lire, je ne me lasse pas de découvrir vos messages (Ephémère tu devrais écrire un recueil de poésie, tes textes sont magnifiques  :) )
En lisant vos messages, je me rends compte qu'effectivement, même si chaque perte est unique et chaque deuil différent, beaucoup de similitudes,
Nora, moi aussi je me suis résignée à vivre sans lui avec ce p... de chagrin, mais que c'est dur
Doudouzoe, tu as raison, on peut se sentir tellement différents des gens qui nous entourent et tellement proches de ceux avec qui on échange, ici
Tu habites où en Normandie? (si ce n'est pas indiscret bien sûr)

Pour ma part faire le deuil, ce sera arriver à profiter de la vie à nouveau, à faire de nouveaux projets, mais sûr je ne serais plus la même! Aujourd'hui je suis capable de profiter de tous petits bonheurs, je ne sais même pas si je savais les voir avant, j'essaie de m'en nourrir. Aujourd'hui je sais que la vie n'est pas forcément longue et qu'il faut en profiter. Je veux voir mes enfants grandir et que ça me fasse du bien de les voir grandir.
Et la mort ne me fait plus peur

Je vous embrasse tous et toutes chaleureusement, et je vous souhaite de passer une douce nuit réparatrice faite de rêves en couleur
« Modifié: 09 Février 2017 à 22:47:36 par Mononoké »
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1338
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : Merci
« Réponse #14 le: 09 Février 2017 à 22:33:55 »
Bien sur, Nora,
La camarde en nous volant notre aimé,
a volé notre insouciance.
Mais pas cet amour.
Il est là,
Bien au chaud,
Au creux de nous,
Si beau, si fort.
A l'abri de tout.
Bien à nous.
Non, cet amour,
elle ne l'aura pas !
*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.