Auteur Sujet: Lui  (Lu 160 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Loreylei

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Lui
« le: 05 Novembre 2018 à 10:52:35 »
Bonjour, voilà je me présente Loreylei j ai 48ans, j ai perdu celui qui était la moitié de mon coeur celà va faire 3ans, le 10 novembre date de son accident, le 11 il était en mort cérébrale, le 12 après que la procédure de don d organe est échouée, parce que trop massivement transfusé, mes enfants et moi avons accepté de le laisser partir.
Je travaille dans le milieu médical, j 'excelle dans le cadrage et la gestion de situations d'urgence celà m'a énormément aidée au début de son abscence, mais c'est maintenant que j ai le plus de mal, une fois les formalités bouclées, la vie remise tant bien que mal sur les rails..reste l'absence, le vide, le plus rien, alors j'essaye de pallier, je vis sourire aux lèvres je donne le change, mais une fois seule je me mets en danger, peut être pour me punir d'être encore là c'était lui qui méritait de vivre pas moi. Je pense suicide aussi, mais je ne peux pas il y a nos enfants, je ne peux décemment pas leur imposer ça, j'ai repérer l'endroit je me fais peur mais c'est un fait je ne veux pas de cette vie que jen'ai pas choisie et que je subie.
je suis suivie psychologiquement, mes enfants reprennent le dessus à leur manière, heureusement c'est l'essentiel pour moi, moi je pateauge, je ne trouve du réconfort que dans mon travail pendant ma journée de travail j'oublie ma vie c'est tellement salvateur et quand je sort des vestiaires je la reprends en pleine face. Je me pose la question, combien de temps vais je tenir ainsi alors que je ne souhaite qu'une chose que celà s'arrête d'une façon ou d'une autre.
Comment retrouver cette petite flamme qui m'animait, et l'espoir qu'un jour je commençe à me sentir un peu mieux,j'ai perdu le fil, j'ai l'impression de me noyer.
Je suis agnostique, j'ai mes croyances propres mais j'en perçois leurs limites.
 j'aime le contact avec les personnes, les échanges que celà nous offre sont si enrichissants, mais je me retrouve bien seule, pas de lieux d'échange pour les jeunes veuves (fs)
Me voilà délestée de mon histoire de vie, merci de m'avoir lue.
Loreylei.

En ligne Bibou07

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 372
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Lui
« Réponse #1 le: 05 Novembre 2018 à 11:42:11 »
Bonjour Loreylei,

Comme je te comprends. La solitude , le manque de la présence physique de nos aimés est très dur à vivre et on se demande tous comment nous  allons tenir, comment vivre un futur qu’ on a pas voulu tel quel...et on continue car on ne veut pas faire souffrir nos proches. Aux dates « anniversaire », c’est encore plus difficile .  Ici sur le forum, tu pourras écrire , crier ta souffrance autant que tu le désireras. On est tous sur la même galère, on essaie de se soutenir. Bises

Hors ligne Mircea

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 344
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Lui
« Réponse #2 le: 06 Novembre 2018 à 02:08:43 »
Me voilà délestée de mon histoire de vie
peut-être continuer à délester ton chagrin, ta douleur .... c'est tellement lourd !
Lire aussi les autres, voir qu'il y a des personnes endeuillées depuis plusieurs années (ou plus récentes), que tu n'es pas seule à vivre cela, te sentir comprise, découvrir comment les uns et les autres avancent petit à petit etc .... ça peut aider ?
Je crains d'être maladroite dans mes mots mais je m'inquiète pour toi quand tu évoques ta pensée de suicide. Penser à tes enfants t'aide à tenir c'est déjà beaucoup. Puis sur ton chemin, tu trouveras la clé qui te permettra de tenir pour toi.

Le docteur Fauré dit "un jour viendra, je vous le promets, où vous serez plus en paix dans un indéfectible et indestructible lien du coeur avec la personne que vous avez perdue" : c'est une promesse !
Et je suis sûre aussi que tu vas la retrouver cette petite flamme qui t'animait (très certainement différemment mais elle sera là à nouveau).

De tout coeur avec toi Loreylei,
Douce pensée pour ton amoureux
Catherine

Hors ligne Nora

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 676
  • " Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes "
Re : Lui
« Réponse #3 le: 06 Novembre 2018 à 07:44:43 »
Bonjour Loreylei,

Je ne lis pas toujours le récit des nouveaux arrivants sur ce forum. Pas pour me protéger, non, mais je sais que chacun sera accueilli ici.

Mais il y a le tien ( qui m'a été signalé , merci ! ) , qui me parle, m'interpelle ...

Je me permets de copier ce que j'ai écrit  à l'aube des 3 ans de deuil, et qui reflète encore mon état d'esprit actuel.  Découragement, lassitude, tristesse...

Je reviendrai vers toi. Je pense à toi.

Nora


Point d'étape : Fatigue et découragement.

Ces trois dernières années j'ai eu l'impression d'avoir avancé, fait de mon mieux,  traversé  bravement les épreuves .

Il le fallait. Il fallait faire avec le chagrin. Malgré lui , malgré la souffrance, il a fallu assurer le travail, le tri des affaires, le déménagement, subir le désistement des connaissances, le désintérêt des proches,  se forcer pour faire des activités, prendre sur soi pour sortir, faire des rencontres, ne pas s'isoler.
Pleurer sur les échecs, se réjouir des petites victoires, prendre du plaisir à partager, avoir des déceptions.
Tomber, se relever, tomber encore, être relevée.
Etre seule, se sentir seule, souffrir d'être seule.

Tout cela - pas le coeur vaillant, non - mais avec force, fierté, combativité, courage, espoir aussi . Il y aurait des jours meilleurs, il le fallait, on m'en avait fait la promesse.

Et maintenant, que reste - t-il ? Rien . L'impression d'avoir fait le tour, d'être au bout du bout .

Je vais mieux, c'est vrai, ou je vais moins pire.  J'ai appris à ne plus avoir peur de mon chagrin, de ces vagues de souffrance qui me submergent encore , souvent, tout le temps.
Mais je sais maintenant que cette profonde tristesse ne me quittera pas, jamais, elle fait partie de moi, elle est tapie au fond de moi, ancrée.
Je sais qu'il faudra que je compose avec elle.
Je ne sais pas encore si elle m'empêchera de retourner vers la vie.
Je sais que je ne pourrai pas la dissimuler, par honnêteté.

Je sais que je n'ai jamais su faire les choses à moitié.


Nora