Auteur Sujet: UN SI GRAND CHAGRIN  (Lu 1844 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne DOUCE

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
UN SI GRAND CHAGRIN
« le: 01 Janvier 2017 à 21:56:36 »
On voudrait s'en séparer le plus rapidement possible de ce chagrin,  on voudrait franchir les étapes le plus rapidement possible. On croit qu'on va maîtriser l'émotion, ou tout au moins l'apprivoiser. Mais on se trompe. Car plus on essaie de l'oublier, espérant pouvoir ainsi passer à autre chose, de peur de voir passer la vie et de ne plus pouvoir y revenir, et plus les dégâts se font vifs et écorchants. Car pour se séparer de cette émotion, l'abandonner derrière soi, on la roule en boule, on tente de la déchirer , de la réduite en petits papiers que l'on sèmerait derrière soi comme le Petit Poucet ses petits cailloux...Mais les émotions humaines sont bien trop complexes pour se laisser réduire en petits bouts. On ne les range pas comme on trie des dossiers ou des vêtements qui ne serviront plus. On doit vivre avec elles mais on ne sait pas comment. Comment vivre avec l'effroyable violence du cancer qui a surgi dans votre vie emportant tout avec soi?

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1330
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : UN SI GRAND CHAGRIN
« Réponse #1 le: 02 Janvier 2017 à 01:09:53 »
Le chagrin est un compagnon fidèle.
*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

Hors ligne Titi62

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 58
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : UN SI GRAND CHAGRIN
« Réponse #2 le: 05 Janvier 2017 à 11:37:26 »
C'est vrai Douce, on voudrait vite arriver à l'étape finale d'intériorisation de la relation avec  notre conjoint, celle où les souvenirs sont doux à évoquer où on se sent plus forte... Hélas on nous dit que le chemin est long et douloureux.
Jamais je n'aurai imaginé que cette douleur puisse être aussi intense, que l'on puisse se retrouvée complètement détruite avec ce sentiment d'être dans le noir et de ne trouver aucune issue.
J'ai perdu mon père il y a plus de trente ans et je ne me rappelle pas que ma mère ait exprimé une telle souffrance. Je pense que le fait d'être croyante pratiquante l'a aidée énormément et surtout ma mère n'exprimait pas ses sentiments. Je parle d'elle au passé, alors qu'elle est toujours vivante mais la maladie d'Alzheimer ne nous permet plus d'échanger, et ça me manque énormément.  Mes proches m’entourent mais j'ai du mal à leur parler.
On nous dit qu'il y a des jours où l'on se sent mieux et d'autres où le chagrin nous rattrape, là encore c'est vrai. Hier j'ai passé la journée à pleurer sans pouvoir arrêter ce flot de larmes , il ne s'était pourtant rien passé de particulier, mais une vague de désespoir qui me suit encore aujourd'hui.
Cet après-midi, rendez vous chez le notaire.... je n'ai aucune idée de ce qu'on va me demander, je n'ai aucune envie d'y aller...
A bientôt.

Hors ligne Nandou_Guanaco

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 223
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : UN SI GRAND CHAGRIN
« Réponse #3 le: 05 Janvier 2017 à 18:18:42 »
Le problème du combat contre le deuil est un combat perdu d' avance, on n' a aucune chance de s' en réchapper, aucun espoir d' aller mieux dans l 'immédiat, encore plus démoralisant quand on lit que 4-6 ans et même plus tard certain(e)s sont encore brûlés à vif, on se demande comment on va pouvoir surmonter cette montagne insurmontable et pourquoi il faudrait la surmonter alors qu' on n' en a pas envie et que cette montagne on la déteste, on ne l' avait pas vu venir, elle s' est plantée devant nous avec ses arbres de mauvais augure, ses branches acérées, sa partie sombre, cet arbre qui cachait le cancer, le suicide ou l' accident, l' odeur de la mort qui rôde, non, on ne peut plus combattre, nous sommes vaincus. Il faudrait qu' on puisse éliminer de notre cerveau une partie de notre passé, celui que l' on voudrait, comme hypnotisés, on ne se rappellerait plus cette partie, elle serait anesthésiée, j' en rêve, effacer 40 ans d' un coup de baguette magique et me dire qu' effectivement j' ai eu un mari mais que je n' en ai plus. Point final. Et aucun souvenir qui s' y rattache. Alors j' ai trouvé quand-même une solution, je me drogue, je sais y a toujours un couillon pour me dire qu' il ne faut pas le faire,  té pardi, je vais souffrir pour te faire plaisir! Je vais supporter l' insupportable! Comment lui dire au couillon que ce n' est pas tant la mort qui fait souffrir le survivant c' est la cause de la mort par exemple un cancer fulgurant, de haut grade, terriblement douloureux, un mari qui a souffert le martyre et le bagne réunis,  un mari qui meurt de faim et de soif en 14 jours qu' un être humain peut tenir dans ces conditions, quesque vous en pensez mr du Couillon de mourir de faim et de soif en 2016 en France pour une simple tumeur avec rien ailleurs?

Eh oui, un si grand chagrin pour un si grand malheur, hier, aujourd' hui et encore demain, encore, encore et encore.
Allé, bon vent, chalut.

Hors ligne Juju1234

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 27
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : UN SI GRAND CHAGRIN
« Réponse #4 le: 05 Janvier 2017 à 18:57:11 »
Malheureusement horriblement d'accord avec toi;
 
un triste merci à l'inventeur des benzodiazepines


Hors ligne Faïk

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 871
  • Terra Incognita
Re : UN SI GRAND CHAGRIN
« Réponse #5 le: 05 Janvier 2017 à 19:06:01 »
C'est exactement cela Nandou, le courage nous manque si souvent pour surmonter cette montagne ... mais pour la surmonter il faudrait également l'envie ... pas envie ... et sans envie pas de courage ... et puis quand il y a du courage, il y a la fatigue ... fatiguée de ne pas avoir le courage d'avoir envie … A moins que ce soit le contraire ?
 
Demain sera un autre jour.

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1330
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : UN SI GRAND CHAGRIN
« Réponse #6 le: 05 Janvier 2017 à 20:56:30 »

Un si grand chagrin pour un si grand amour.
*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.