Auteur Sujet: La fin de mon monde  (Lu 8930 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Loulou

  • Invité
La fin de mon monde
« le: 07 septembre 2010 à 02:37:33 »
À l'âge de 15 ans j'ai rencontrer l'homme de ma vie MICHEL, nous avons traversé beaucoup d'amour, d'épreuves ensemble dans la vie
nous avons eu 2 beaux garçons et 2 petits enfants, nous vivions l'amour inconditionel, nous venions de nous acheter la maison de nos rêves un beau bord de l'eau ,avec le levé du soleil inclus et cette vue nous l'avons  à partir de notre lit wHow!! nous partagions tout et étions toujous ensemble, les gens nous le mentionnais souvent, un n'allait pas sans l'autre, j'ai perdue ma 2ième et dernière soeur voilà un an, mon amie d'enfance voilà 3 mois, je croyais que mes malheurs étaient fini pour un bon bout et non le 31 août l'homme de ma vie, la moitié de moi même, crise cardiaque devant moi, j'ai essayé de le garder en vie, ensuite les ambulanviers ont fait de même, les médecins à l'hopital aussi, et rien à faire il ma quitté, après 34 ans de grand amour, je me dis que j'ai été très chanceuse de vivre un si grand amour, comme beaucoup de gens ne connaitrons jamais. mais j'ai si mal, je suis perdue, je ne sais plus.le service sera cette semaine, je crois que ce sera la moment le plus critique de ma vie. j'ai besoin de vos expériences.

Nouveau

  • Invité
Re : La fin de mon monde
« Réponse #1 le: 07 septembre 2010 à 12:45:12 »
Bonjour Loulou,

Je comprends votre douleur et votre désespoir mon mari est également mort d'une crise cardiaque, seulement je n'étais pas avec lui.

La semaine qui suit le décès est une période à la fois de sidération, de grande agitation, parce-qu'il faut penser à tout et essayer de l'accompagner jusqu'au bout dans la dignité, avec courage. Moi je ne me rappelle pas de grand chose, tout ce que je sais c'est que je n'ai pas versé une larme, j'étais comme anesthésiée, un robot, je ne me souviens pas exactement qui était à l'enterrement, c'est confus.

Ensuite c'est le retour à la maison, on se sent perdue, surtout le soir, c'est difficile. Et puis la vie doit reprendre son cours, les paperasses à n'en plus finir, le boulot... Soutenir les enfants,  leur dire que leur père ne reviendra plus, mais qu'il faut continuer malgré tout.

Le travail de deuil, les larmes, c'est ensuite, dans la solitude, les trajets en voiture, une immense colère, un chagrin sans fin.

Je pense bien à vous.


Blandine

  • Invité
Re : La fin de mon monde
« Réponse #2 le: 07 septembre 2010 à 12:59:20 »
Bonjour Loulou,
Je comprends totalement votre détresse, mon Michel à moi est décédé depuis plus d'un an après un cancer fulgurant. J'ai aussi eu la chance de vivre une magnifique histoire d'amour avec lui (plus courte que vous mais 24 ans quand même !) et le fait de savoir ça m'a aidé je crois pour affronter cet insupportable que nous vivons pendant plusieurs mois.
Mais parlons de l'étape obsèques : effectivement comme dit Nouveau, j'ai vécu cette première semaine dans l'activité mais je me souviens bien de tout et du soulagement lorsque j'ai pu organiser les obsèques en accord avec ce que nous étions chacun et ce que nous étions ensemble et bien sûr avec les volontés exprimés par Michel. J'ai été bien entourée pendant cette journée au moment où j'en avais besoin et une amie est restée dormir chez moi cette nuit-là. J'avais l'impression d'avoir fait tout ce que je pouvais encore faire pour lui et j'étais donc soulagée au milieu de ma détresse, je me souviens très bien de cette sensation. J'ai l'impression que c'est vraiment après cette étape que le chemin du deuil a commencé avec la solitude, le manque, la douleur insupportable et que l'on surmonte malgré tout, le manque d'énergie, d'envie, le chagrin en permanence, les agacements devant l'incompréhension de l'entourage... j'ai beaucoup beaucoup pleuré car j'ai laissé libre cours à toutes mes émotions quand elles arrivaient, et je sais que c'est ce qui m'a permis d'avancer petit à petit, très lentement mais en respectant mon rythme et je crois que c'est primordial.
Je vous souhaite beaucoup de courage car il en faut, et longtemps. Je suis avec vous en pensée
Et revenez nous dire où vous en êtes quand vous en ressentez le besoin, ce forum nous aide chacun énormément
Blandine

mariej

  • Invité
Re : La fin de mon monde
« Réponse #3 le: 07 septembre 2010 à 14:23:47 »
Bonjour Loulou,
Je comprends votre chagrin et votre désespoir, moi je n'ai pas perdu mon mari, mais mon fils mort brutalement à 31 ans. Je voulais vous répondre au sujet de la sépulture, nous l'avons préparé avec ses amis, nos amis et nous avons essayé de faire une cérémonie qui lui ressemblait. Beaucoup de personnes nous ont entourés ce jour là et nous nous sommes sentis "portés" par toutes ces personnes. Nous gardons un souvenir très fort de cette journée et elle continue à nous aider 2 ans après...
De tout coeur avec vous et préparez bien cette cérémonie avec ceux qui vous sont chers pour qu'elle reste un message d'espoir pour ceux qui restent.

suzy

  • Invité
Re : La fin de mon monde
« Réponse #4 le: 08 septembre 2010 à 16:17:28 »
Bonjour Loulou,

Votre histoire me rappelle la mienne...J'ai perdu l'homme de ma vie quelques jours avant Noël... Il s'est effondré dans la rue, victime d'un malaise cardiaque, alors que nous sortions d'un restaurant et que nous nous apprêtions, en riant , à rentrer chez nous...Tout comme vous, ma vie s'est arrêtée en une fraction de seconde...! Les ambulanciers ont essayé de le réanimer sur place; ensuite ils l'ont emmené à l'hôpital , et là, au bout de 20 mn , ils sont venus me dire qu'il vivait encire, mais que s'ils parvenaient à le réanimer , iil garderait immnanquablement des séquelles irréversibles...Lui qui aimait tant la vie...! Il s'en est allé quelques minutes après cette annonce...
Comme vous et votre mari, nous étions un couple très fusionnel. Nious faisions absolument TOUT ensemble. Vous pouvez lire dans ma page du souvenir su site le message que je lui ai dédié ( si personne n'a rien ajouté, c'est lui le premier sur la liste; il s'appelait Jean-Daniel).
J'ai organisé pour lui une cérémonie funèbre telle qu'il l'aurait souhaitée: Je n'ai pas voulu d'homme d'église. J'ai simplement voulu que ses amis, collègues de travail ou membres de la famille fassent des témoignages...Le tout entrecoupé de chansons que je savais qu'il aimait...
Cette cérémonie a été très forte en émotion pour tous les gens présents. Moi, j'en garde un beau souvenir, car je sais que de là-haut ( je crois beaucoup en l'au-delà), il était très fier de moi...
Pour moi, la vie a changé du tout au tout : plus de petites soirées-jeux; plus de balades en vélo; plus de sorties gastro au resto; plus de petits week-ends dans des hôtels de charme... Et surtout...plus de partage, le soir, après une journée de travail; plus de fou-rire dès le petit déjeuner...Quelquefois, je me demande comment je fais pour supporter...Mais malgré tout, j'avance...
J'avance grâce à mon travail, grâce à mes amis qui m'entourent; grâce à une nouvelle énergie qui m'a permis d'aller faire du bénévolat en Afrique durant cet été...Oh! je sais, je ne suis pas encore au bout du chemin ; mon deuil est encore trop "frais" ( à peine 9 mois), mais je sais que j'ai la force de prendre ma vie en main.Je me dis que si j'ai pu partir en ASfrique seule, c'est que je suis encore capable de faire d'autres choses seule...Et c'est tellement enrichissant d'apporter un peu de soi aux autres; à ceux qui sont parfois encore plus démunis que soi-même...
Je vous souhaite beaucoup de courage et vous embrasse très fort
Suzy

Loulou

  • Invité
Re : La fin de mon monde
« Réponse #5 le: 08 septembre 2010 à 16:30:43 »
Merci à vous, de prendre le temps de me répondre, cela est vraiment utile ce lien, cela nous accroche,
je suis tellement perdue j'ai écris qu'il a quitté ce monde le 31 août j'y croyais jusqu'à hier. Mon Michel
a quitté ce monde le 30 août. Je suis très chanceuse je suis entouré de mes enfants ma famille,
mes amis et voisins, et vous, mais je me sens très seule quand même, alors je pense à ceux qui n'ont
pas d'amis, famille....et je me dis que je suis encore chanceuse malgré tout. D'avoir trouvé ce site je crois
que cela m'aidera à traverser cette fin de monde, car je devrai me bâtir un nouveau monde sans lui.
Merci beaucoup â vous et prenez soin de vous,
Loulou

Blandine

  • Invité
Re : La fin de mon monde
« Réponse #6 le: 08 septembre 2010 à 18:45:35 »
Bonsoir,

Je voulais juste vous joindre cette image que j'ai reçue, accompagnée du commentaire suivant que je trouve très adapté au chemin que nous parcourons tous et qui confirme l'espoir d'aller moins mal un jour (et j'espère bien ensuite, mais je n'en suis pas encore là au bout de 15 mois !). Courage
"… au plus profond du désespoir, alors que plus rien n'est visible dans le noir, soudain au bout de la route surgit la lumière…"
Amicalement
Blandine

Loulou

  • Invité
Re : La fin de mon monde
« Réponse #7 le: 09 septembre 2010 à 16:35:35 »
Merci pour cette image, juste de la regarder et je comprend que la route sera longue et pénible, Hier j'ai pris mon courage et je suis allé faire 4 photos géante (poster) 24x 36 la première c'est lui seul à notre bord de l'eau au levé du soleil il pêche. la deuxième nous somme assis sur le bord de la mer, la troisième nous sommes avec nos enfants et enfin la dernière se sont nos 2 petits enfants
j'ai l'intention d'accrocher les photos au plafond du salon funéraire samedi, je me suis dis , il faut que je fasse quelque chose de très spéciale puisqu'il était très spécial.Je suis tellement contente d'avoir fais ce geste si significatif. Juste de lire et d'écrire de demande beaucoup de force, je suis très épuisé, moi qui suis toujours sur le go. Mais je crois que c'est un peu normal. Merci beaucoup à vous
loulou

Blandine

  • Invité
Re : La fin de mon monde
« Réponse #8 le: 09 septembre 2010 à 19:01:23 »
Bonjour Loulou,
Je retiens ta phrase : "je suis tellement contente d'avoir fait ce geste significatif"; ces photos que tu prépares pour le salon funéraire et l'émotion que tu y associes correspond à ce que j'exprimais de mon côté par "avoir été soulagée" d'avoir pu organiser les obsèques à son image et à notre image de couple. Je ne voulais pas trop rentrer dans le détail sur mon 1er message mais pour moi le "spécial" a été d'associer Jacques Brel à son départ vers l'incinération car son univers était très proche de celui de J Brel qu'il appréciait énormément et également un texte lié à sa conception de la mort (et donc de la vie) imprimé avec sa photo en fond de page. J'ai également respecté son souhait de n'être entouré que de 2/3 personnes maximum (donc 2 de ses amis étaient là avec moi) et mes (nos) autres ami(e)s et une partie de ma famille sont donc venus me soutenir après l'incinération car moi j'avais besoin d'être entourée !
J'espère que cette journée de samedi se passera le moins difficilement possible pour toi et oui je te confirme que c'est normal que la moindre action t'épuise ; je me souviens, je ressentais que simplement respirer ou boire un verre d'eau était épuisant alors que moi aussi j'étais plutôt quelqu'un d'énergique et dynamique en permanence... ça revient petit à petit mais oui la route est péniblement longue
Je penserai à toi samedi
Blandine

Blandine

  • Invité
Re : La fin de mon monde
« Réponse #9 le: 15 septembre 2010 à 22:56:34 »
Bonsoir Loulou,
Enfin à nouveau accès au site ! Je viens aux nouvelles, comment vas-tu ? Comment as-tu vécu ce samedi tellement important, as-tu été entourée, l'es-tu encore ?
Je te souhaite de trouver des moments plus apaisés de temps en temps, ça aide à tenir
Amicalement
Blandine

Loulou

  • Invité
Re : La fin de mon monde
« Réponse #10 le: 16 septembre 2010 à 17:30:39 »
Merci, Samedi a été une très longue journée, mais j'étais très bien entouré surtout pas mes 2 fils qui sont resté à mes côté  tout le temps, il y avait tellement de monde que le salon était complet avec beaucoup de gens à l'extérieur, j'étais contente pour lui, mais cela était un peu normal  car Michel  était très aimé,et  il a 7 frères et 4 soeurs, et nous avons beaucoup d'amis et fesions beaucoup de sports donc d'autres amis. Nous sommes chanceux. Les gens ont adorés mes `posters' Je suis tellement fière de moi d'avoir fait cela pour mon amoureux.
Je suis entouré de pleins de bon monde, je suis très chanceuse. Mais comme c'est difficile, je dois écrire des notes car j'oublie, moi qui était si bien structuré, je suis comme bloqué, gelé je ne sais trop, je crois que mon cerveau se protège il est à off. Le plus difficile c'est le soir quand je me couche, j'avais gardé un chandail de lui sans le laver, pour garder son odeur, mais je sens que cette odeur
commence à diparaitre..........Samedi prochain mes chers fils , mes frères et beau-frères et amis seront présents chez moi, pour faire les travaux de réno qui restaient à faire je suis très chanceuse je sauve sur  la main-d'oeuvre, car nous avions acheter  une maison au bord de l'eau,on l'appelait la maison de l'amour mais nous avions beaucoup de réno pas tout à fait terminer.Moi jequitterai la maion pour le week=end car je ne veut pas ètre là ce sera trop dur. Je suis très fatigué, juste d'écrire me demande beaucoup d'effort, mais me fais du bien, je sais que sous aussi vous avez vos souffrances, présentement je suis égoïste je ne pense qu'à moi je suis désolé, car je manque d'énergie.Avant Michel me nommait comme soeur Thérèsa j'étais toujours en avant pour aider les autres mais aujourd'hui je pense à moi en me disant que je dois survivre, je pense que je vais consulte un professionel.Bonne journée à vous tous
Loulou

Fabien

  • Invité
Re : La fin de mon monde
« Réponse #11 le: 18 septembre 2010 à 21:06:54 »
Bonsoir!
Ce site est un soutien extremement important, nous pouvons exprimer nos sentiments et surtout nous nous comprenons et soutenons les uns les autres...
J`ai  perdu l`amour de ma vie recamment, c est dur tres tres dur, inimaginable pour les personnes qui n ont pas vecu ce drame, cette tragedie...
Concernant la ceremonie d enterement, pour ma part, il y avait enormement de monde mais j etais comme dans un etat second, je n ai aucune idee de qui etait la ou pas, ca n a auccune importance a mon sens.
Le plus terrible c est cette souffrance, ce chagrin et ce sentiment d etre si seul au monde.
Il faut se Battre, Il le FAUT
Il faut que nous nous soutenions !

claudel

  • Invité
Re : La fin de mon monde
« Réponse #12 le: 19 septembre 2010 à 05:49:21 »
Bonjour Fabien,  Oui, ce site est très important parce que bien souvent ce n'est qu'ici que l'on a l'impression que quelqu'un comprend notre souffrance.  Nous avons perdu une partie de nous même et plus jamais ce ne sera pareil.  Il nous faut apprendre à vivre avec l'absence et certains jours c'est très très pénible, surtout la première année.  Il faut se battre, s'accrocher, exprimer notre peine, pleurer, pleurer, pleurer.....Cela fait  plus de 2½ ans que mon amour est parti, la douleur est moins aigüe, moins pénible à vivre mais il y a toujours ce foutu vide.  Je pense à toi beaucoup car tu traverses une période vraiment difficile, ce sentiment d'être seul avec tout ce chagrin.  Les personnes qui nous entourent sont bien intentionnées mais nous donnent souvent l'impression de ne pas comprendre l'ampleur de ce que nous vivons.  Il faut avoir perdu un(e) conjoint(e) pour savoir ce que c'est que de se retrouver sans cet être qu'on aimait tant et qu'on aimera toujours.
Mais nous avons des forces insoupçonnées qui nous permettent de continuer, nous apprenons à vivre sans l'autre, avec des hauts et des bas. Je ne sais trop comment mais je peux témoigner qu'on y arrive.
Alors, prends bien soin de toi et de ta petite, laisse-toi entourer par tes proches et accepte toute l'aide qui t'est offerte.
Je pense à toi, Claudel

suzy

  • Invité
Re : La fin de mon monde
« Réponse #13 le: 19 septembre 2010 à 21:56:21 »
Bonsoir Fabien, Bonsoir Claudel,
Ce soir, j'ai envie; j'ai besoin de revenir passer un moment sur ce site qui m'a déjà tant aidée...Lorsque je lis Fabien, je me revois il y a exactement 9 mois aujourd'hui, complètement incrédule, hébétée devant l'horreur de ce qui venait de m'arriver...Et puis la souffrance...le chagrin immense...le vide et l'impression que je ne pourrais jamais me remettre...ne jamais être capable de vivre sans mon Amour...
Et puis je lis claudel, qui a déjà un bout de chemin derrière elle, qui souffre malgré tout toujours de ce manque, même si, comme elle le dit, la souffrance est moins aigue...parce que finalement, il faut bien qu'on s'y habitue, même si on n'a rien choisi...Mais il y a toujours ces fameuses montagnes russes, ces états d'âme tellement fluctuants qui font qu'on peut virer du tout au tout d'une minute à l'autre.Il suffit parfois d'entendre une musique, de voir un objet, une photo ou de passer à un  certain endroit pour que tout remonte à la surface...
Moi, je sais que j'ai déjà fait beaucoup d'avance sur mon chemin douloureux, ceci grâce à la façon dont j'ai eu la force de prendre ma vie en main; grâce à mon voyage au Cameroun qui m'a apporté un tel enrichissement et surtout, une nouvelle confiance en moi...Je suis persuadée que quand on dit qu'après le décès d'un être  qui représentait toute notre vie, il faut apprendre à RENAITRE...Il faut retrouver d'autres intérêts, un autre environnement qui peut redonner un sens, différent, certes, mais un sens à notre vie..Je suis revenue de mon voyage pleine d'énergie et le sentiment que je commençais d'entrevoir un début de sens à ma vie...Plein d'idées commencent à germer dans ma tête... Mais ce n'est pas si simple...! Quand je me suis réveillée hier matin, au début d'un week-end prolongé ( chez nous, c'est le week-end du Jeûne féféral); que j'ai vu le temps magnifique qu'il faisait, je me suis vraiment sentie toute petite...et complètement abandonnée...Je n'arrêtais pas de me dire que s'il était là, nous partirions sûrement en week-end en amoureux ( comme nous aimions tant le faire!); ou que nous irions faire un tour en vélo ou une immense marche dans des endroits oÙ les couleurs d'automne nous enchantaient tant...Et puis, j'ai essayé de me ressaisir; j'ai appelé une amie pour lui demander si elle viendrait faire une marche avec moi.Elle serait bien venue(!), mais elle ne se sentait pas très bien et avait mal aux jambes...Ensuite, j'ai demandé à mon fils. Jusqu'à ce matin, c'était Ok; on avait décidé d'aller faire une longue marche d'au moins 4heures, pique-nique à l'appui.Et puis, ce matin, il s'est décommandé, car sa copine n'avait pas trop envie...Alors, une fois de plus, je me suis dit que la vie, seule, ce n'est vraiment pas drôle...Ma vie d'avant, qui était si belle avec mon mari adoré,ne sera jamais plus...C'est une époque révolue...
Il faut que j'apprenne à renaître, que je me crée d'autres souvenirs ( j'ai déjà commencé un peu en Afrique...)pour me permettre de refaire d'autres projets, mais des projets qui me fassent plaisir...Pas des projets que je ferais par défaut...
Je pense beaucoup à vous Fabien; vous vivez les pires moments de votre vie...Mais c'est votre petite fille, la première, qui va vous aider à avancer...Et je pense aussi à toi, Claudel, car, après 2 ans et demi, tu dis des choses tellement vraies..quand tu dis qu'une personne qui n'a pas vécu ce que nous avons vécu ne peut pas comprendre vraiment...C'est tellement vrai...C'est pour cela que ce site est tellement important pour nous...nous nous entraidons, nous nous apportons parfois un peu d'espoir mutuellement...Et surtout, on se sent moins seul(e)...
Suzy

Blandine

  • Invité
Re : La fin de mon monde
« Réponse #14 le: 20 septembre 2010 à 16:47:03 »
Bonjour à tous

Juste envie d'écrire ce ressenti pour vous, nous montrer à tous qu'il y a de l'espoir, que oui, on s'en sort de cette détresse profonde : je sens que je viens de prendre un virage sur mon chemin et que ma reconstruction va pouvoir réellement commencer. Je sais que je reviendrai en arrière comme souvent mais je suis sûre (pourquoi ? je ne sais pas) que la courbe du virage est dorénavant franchie et que mon retour en arrière ne me ramènera pas au-delà de cette courbe. C'est une sensation bizarre mais agréable car la culpabilité de vivre est sacrément estompée maintenant : oui il ne vit plus, oui je vis et donc j'ai quelque chose à faire de ma vie et je commence à m'en sentir capable ! (pour info, Michel est décédé il y a 1 an et 4 mois)
En discutant avec une amie, j'ai très nettement perçue que la solitude ne me posait pas de problème, le manque de Michel est encore très présent et parfois encore bien intensément douloureux et me pose problème oui, mais pas la solitude et c'est très différent finalement. Je peux donc faire quelque chose de moi et des années qui me restent à vivre.
Accrochez-vous en sentant ce qui est bon pour vous au moment présent ; en fonctionnant comme ça, je me rends compte que mon évolution a été juste et finalement à mon insu car je n'ai pas cherché à contrôler quoi que ce soit mais juste à vivre ce qui se présentait le moment venu (aussi bien terrible détresse que quelques rares moments de paix au début, puis de rares moments de joies qui deviennent de moins en moins rares)
Courage à tous
Blandine