Auteur Sujet: je suis amputée de mon amour  (Lu 2976 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Krystin

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
  • Le forum d'entraide durant un deuil
je suis amputée de mon amour
« le: 22 Juillet 2017 à 15:38:52 »
Bonjour, je viens de m'inscrire et je me présente.
Je suis Christine, j'ai 52 ans, et l'homme qui a partagé ma vie depuis mes 14 ans est parti, il y a 3 mois, emporté par cette foutue maladie qui prend tout le monde autour de moi..... un cancer du pancréas qui ne lui a laissé que 6 mois moins 2 jours.
Je cherche, à faire mon deuil, me reconstruire.
Je suis vide, je ne suis que la moitié de moi. Il a été le seul, j'étais tout juste sortie de l'enfance.
Je peine à avancer.
Comme tous les couples, nous avons eu des hauts et des bas, bien souvent des raisons de nous batailler. Mais c'est ce qui met du piquant dans un couple. Les bases étaient solides.
Nous avons un fils de 31 ans. Un petit fils de 3 ans. 
Il était casanier, amoureux du calme, de la nature, photographe amateur, protecteur de la nature.
Je suis aussi une solitaire, mais moins. Mais la vie m'a obligée à me préférer le calme, suite à une grave opération de la tête il y a 11 ans. Je travaille dans le commerce.
Mais notre solitude était à 2. Toujours là l'un pour l'autre.
J'ai perdu son épaule réconfortante, ses bras protecteurs.
Que suis-je maintenant?

ce n'est pas parce que je ne te vois plus que je ne t'aime plus

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2840
Re : je suis amputée de mon amour
« Réponse #1 le: 25 Juillet 2017 à 21:07:50 »
je suis consciente
quand on regarde
le tableau
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/
que les quasi 350 personnes qui t'ont lue sans te répondre
sont en empathie avec toi mais ne savent comment te le dire
Beaucoup se taisent devant les nouveaux venues et leur douleur aigüe
mais je veux croire que tu bénéficieras ici de la solidarité habituelle, du soutien lors de tes vagues ...
et ceux qui sont dans les premiers temps n'ont peut être pas la force de te l'écrire
lis les histoires des uns et des autres en commençant par le début tu te sentiras moins seule ...
fouille
la table des matières

très affectueusement
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Anneso85

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 66
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : je suis amputée de mon amour
« Réponse #2 le: 26 Juillet 2017 à 11:59:45 »
Bonjour Krystin
Je manque de mots actuellement mais tout de même envie de faire un signe.
Qui sommes nous APRÈS...?? Bonne question, ce qui est sûr c'est que nous sommes ni tout à fait les mêmes ni tout à fait autres. Parfois perdues, souvent en questionnement (pourquoi?), toujours blessées et en manque...
3 mois c'est hier, le vide, le manque de sa moitié et ces images encore en tête... douleur connue et encore vive, comme beaucoup ici, je comprends et compatis. Écrire, lire et partager aide tant. Tu trouveras sur ce forum empathie douceur et soutien : écris nous, use ta peine en nous racontant ton histoire, votre histoire.
Que cette journée soit aussi douce que possible.
Sincèrement
Anne-Sophie

Hors ligne Krystin

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : je suis amputée de mon amour
« Réponse #3 le: 28 Juillet 2017 à 21:00:23 »
merci à ceux qui me lisent, à ceux qui me répondent.
J'ai de grosses bouffées de sentiments très forts en ce moment.
Du refus, il ne peut pas être parti, c'est tout simplement impossible, j'ai tellement besoin de lui encore. et puis c'est trop injuste, il avait encore des choses à faire, il était jeune.
De l'injustice, il a tellement souffert, physiquement déjà, et moralement, lui qui gardait tout pour lui, qui avait tant de mal à exprimer ses sentiments, qui ne voulait pas déranger.
De la colère! pourquoi un cancer du pancréas, du foie, lui qui ne buvait pas alors que des ivrognes n'ont rien!
De la culpabilité, je n'ai pas su lui donner tout ce dont il avait besoin. J'ai même été dure avec lui, je souffrais tellement moi aussi, j'étais tellement fatiguée pendant son hospitalisation à domicile.
Mes larmes coulent, je me noie dans des occupations diverses, je n'avance à rien, je veux tout faire, je ne fais rien.
Ce que j'écris est brouillon, ça correspond à moi en ce moment. Perdue....
ce n'est pas parce que je ne te vois plus que je ne t'aime plus

Hors ligne nounouto

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 79
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : je suis amputée de mon amour
« Réponse #4 le: 28 Juillet 2017 à 21:32:51 »
Bonsoir krystin
Je sais bien ce que tu ressens. J'ai vécu la même chose auprès de mon mari atteint du cancer des os. J'entends encore parfois ses gémissements de douleurs. Et l'on regrette de ne pas avoir fait ou dit ce que il fallait. Mais l'impensable on le nie on le cache tout au fond de soi et surtout la fatigue ne nous permet de prendre du recul nous faisons chaque jour ce que nous pouvons personne ne peut imaginer ce que s'est de voir son amour souffrir et  s'étisoler un peu plus devenant l'hombre de lui-même  et tout cela en gardant le sourire.
Cela va faire 9 mois et la culpabilité revient parfois mais beaucoup forte. Nous avons fait ce que nous avons pu  et le fait même d'être auprès lui jusqu'au dernier souffle est une belle preuve d'amour
 Tu as affronte l'impensable avec lui. C'est un traumatisme et il te faudra du temps pour que son souvenir soit mon douloureux.
L'aide d'une psy m'a permise des les 1er temps de gérer cette culpabilité.
Courage krystin tu ne pouvais rien face à cette maladie.
Tu l'as aime jusqu'au bout il le savait il le sentait les personnes en fin de vie ressentent beaucoup plus ce qui les entoure
Chaleureusement

Hors ligne Krystin

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : je suis amputée de mon amour
« Réponse #5 le: 05 Août 2017 à 20:47:14 »
il y aurait eu 34 ans demain que l'on s'est marié. Au lieu de ça, il faut que j'admette une nouvelle notion: je suis.... veuve. Quel mot horrible.
ce n'est pas parce que je ne te vois plus que je ne t'aime plus

Hors ligne Krystin

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : je suis amputée de mon amour
« Réponse #6 le: 12 Août 2017 à 21:16:49 »
Au début, beaucoup te plaignent. Tu es entourée. On te dit courageuse, on prend de tes nouvelles, enfin pour les moins lâches, ceux qui n'ont pas peur d'être contaminés.
Puis, on te dit, la vie continue..... LEUR vie continue, la nôtre est brisée.
Tu reprends le travail, quelquefois tu souris, tu ris même, mais toujours avec une arrière pensée, celle de te dire que tu vas lui raconter en rentrant ce qui t'es arrivé, ce que tu as fait.
Mais ta vie à toi, elle s'est arrêtée. Ce n'est plus toi qui vis, c'est ton enveloppe. L'intérieur est mort avec lui. Tu n'as plus personne à qui parler, plus personne pour te câliner, te réconforter.
Leur vie à eux continue, alors ils imaginent que la tienne aussi, et du coup, ils ne te parlent plus de lui. La page Facebook que tu avais créée pour le soutenir pendant sa maladie, que tu as continuée en son souvenir, reste muette.... Plus personne.... tu es seule et pour toujours, même si quelque part il est là...... Les photos de lui te font mal, penser à lui te torture, tu as peur de ne pas pouvoir te relever.
C'est trop dur.
Comment continuer?
Pourquoi continuer?
ce n'est pas parce que je ne te vois plus que je ne t'aime plus

Hors ligne Krystin

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : je suis amputée de mon amour
« Réponse #7 le: 13 Août 2017 à 10:23:35 »
Quand une personne décède, on a tendance à l'idéaliser. On ne fait ressortir que ses qualités, que les bons souvenirs.....
Mais quand on vit en couple, on a des hauts et des bas, je pense que c'est chez beaucoup de monde. Il m'est arrivé de me disputer avec mon mari, sans trop de gravité, des divergences d'opinion sans plus. Parfois, quand c'est plus grave, on s'imagine même que vivre seule serait mieux.
Il m'arrive maintenant de ne penser qu'à ces mauvais moments, et je culpabilise énormément. Je répète à qui veut l'entendre qu'il ne faut jamais se prendre la tête pour des broutilles, que la vie est courte.
ça me fait mal d'avoir gâché des moments de vie par des disputes.
Même pendant la maladie, j'ai parfois craqué.... trop de fatigue, trop de tension, et je n'étais pas toujours assez gentille. Les psys qui nous suivaient disaient que c'était normal. J'espère qu'il ne m'en a pas voulu.
Je sais maintenant pourquoi j'avais peur de mourir: je ne voulais pas qu'il vive ça tout seul.
ce n'est pas parce que je ne te vois plus que je ne t'aime plus

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2029
Re : je suis amputée de mon amour
« Réponse #8 le: 13 Août 2017 à 12:13:49 »

    Bonjour Krystin,

    Bonjour-sourire, bonjour-coucou ...
    Un bonjour simple et doux.
    Sobrement (après avoir vécu une bonne crise en "ouille"), Titine.
J'aime donc je suis !

Hors ligne Krystin

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : je suis amputée de mon amour
« Réponse #9 le: 13 Août 2017 à 17:53:26 »
merci
ce n'est pas parce que je ne te vois plus que je ne t'aime plus

Hors ligne Krystin

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : je suis amputée de mon amour
« Réponse #10 le: 19 Août 2017 à 20:57:08 »
A qui parler?
J'avais des connaissances qui ont toutes continué leur vie. Ils n'ont pas à porter mon deuil, et ne le peuvent pas.
Personne ne peut comprendre.
Personne ne veut te déranger. Et toi, tu ne veux déranger personne.
Alors je ne compte que sur moi. Je m'épuise à entretenir cette maison que nous avions mis tant d'années à payer. Je tonds, coupe, taille. Mais pourquoi? pour qui? Je n'ose pas demander de l'aide sans arrêt.
Je ne vis pas, je survis, à côté de la vie, l'impression d'être juste une spectatrice , une enveloppe vide.
C'est trop irréel, injuste, insupportable, cruel.
Pourquoi? POURQUOI?
il avait encore tant à vivre. On avait enfin un peu d'argent, pour pouvoir vivre sans trop se priver. La retraite, ça ne sera pas pour lui. Et moi, je me dis à quoi bon?
ce n'est pas parce que je ne te vois plus que je ne t'aime plus

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2840
Re : je suis amputée de mon amour
« Réponse #11 le: 19 Août 2017 à 21:37:51 »
Ton  deuil est si récent ... Tu t'es comme moi, structurée par, dans le couple. Au delà du deuil, tu auras tout à inventer, tu ne sais rien , pas de repère quelconque pour vivre seule ...
J'ai cru ne jamais y arriver, mais là 3 ans après et plein d'efforts j'entrevois les possibilités que je peux utiliser, je les vois par moment, d'autres je me sens régresser ...
Prends soin de toi avec douceur et bienveillance
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne PAVELLE

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 22
Re : je suis amputée de mon amour
« Réponse #12 le: 19 Août 2017 à 21:46:39 »
Bonsoir Christine, comme on te l'a déjà dit, nous sommes nombreux à lire ton témoignage, moins nombreux à te répondre car comment te réconforter ?
Au début de ma venue sur le forum je ne pouvais jamais répondre, j'avais déjà du mal à lire, je n'avais que des larmes et plus de forces.
Ici tu trouveras du réconfort, nous avons tous vécu des évènement similaires. Je viens ici depuis 6 mois et lire des témoignages qui reflètent des sentiments, émotions, doutes et peurs semblables aux miens m'aident à garder confiance en moi. Mais ma sensibilité me submerge et je regrette pour l'instant d'être incapable d'aider à mon tour. Mon histoire ressemble beaucoup à la tienne.
Tu n'es pas seule, garde espoir.
Je t'avais dans la peau. Désormais tu seras toujours sur ma peau...

Hors ligne Krystin

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : je suis amputée de mon amour
« Réponse #13 le: 20 Août 2017 à 14:05:35 »
voici l'hommage que j'avais écrit pour les obsèques de mon amour.
Je n'ai pas pu lire, mais ma belle soeur l'a fait pour moi. Comme ça, vous nous connaissez un peu mieux.
J'ai beaucoup de mal à commenter, car vos questions sont les miennes, mais je viens ici comme sur un journal intime.....

Il faudrait savoir profiter de chaque instant en pensant qu’il peut être le dernier.
J’avais à peine 15 ans, et toi 18.
Et depuis, rien ne nous avait séparés.
Finalement, ta famille avait toujours côtoyé, la mienne, nos grands-mères, puis nos pères étaient allés à la même école.
De ton enfance, j’en sais peu, tu n’en as jamais trop parlé, à part de ta grande famille et de l’athlétisme.
L’amour adolescent a grandi. L’armée, année difficile, ne nous a pas séparés.
Le mariage a été une évidence, même si mes parents trouvaient que la « petiote » était un peu jeune pour voler de ses propres ailes.
Tu as toujours beaucoup travaillé, toujours perfectionniste en tout.
Nous avons construit une belle vie, avec nos faibles moyens de l’époque, nous avons réussi à bâtir notre maison, à élever notre Alexis avec tout l’amour dont nous étions capables.
Tu as toujours été très fier de ton fils, mais tu ne savais pas le montrer assez, toujours cette fichue réserve qui t’empêchait de t’exprimer complètement.
On s’est chamaillé, chacun a ses défauts, ses travers qui insupportent l’autre, mais toujours nous sommes passés outre, parce que comme le dit la génération plus ancienne, il vaut mieux réparer que jeter. Et puis l’amour a continué à évoluer. Une grande complicité nous unissait. On pensait la même chose sans parler, ça tombe bien, tu n’aimais pas ça, parler…
Tu as finalement fini par prendre un peu plus confiance, grâce à ton employeur qui a cru en toi. Vous vous êtes côtoyé si longtemps…. Presque toujours en fait. Il t’avait connu à 18 ans, il y avait eu une petite interruption, et depuis 20 ans tu étais dans la même entreprise familiale.
Tu t’es pris de passion pour la photo, tu as éprouvé un grand bonheur à traquer les oiseaux, et toutes les merveilles de la nature. Tu as passé des heures et des heures à visionner, retoucher toutes ces images dont tu n’étais jamais complètement satisfait. Tu as émerveillé de nombreuses personnes avec tes clichés, j’en ai un nombre incalculable.
Tu t’es aussi investi à fond dans la protection du Prince des blés, ton busard cendré, avec lequel tu passais plus de temps qu’avec moi pendant la saison d’activité! Une grande passion, qui t’a fait connaitre beaucoup d’amis de la nature, de grands moments d’émotions partagées.
Et puis il y a aussi et surtout notre petit Léandre, ce si beau bébé, qui est maintenant le plus beau des petits garçons. La vie a fait que lui et son papa ont dû partager notre toit pendant quelques mois, ce qui n’a pas toujours été facile, il faut l’avouer, mais a aussi été source de beaucoup d’amour et  de bonheur.
Il y a aussi nos 2 poilus à 4 pattes, Hawaï et Lee-Roy, qui nous ont fait faire de très belles connaissances, qui me tirent vers l’extérieur, pour aller profiter de cette nature que tu aimais tant.
Toute une vie ne peut se résumer en quelques lignes.
Ta vie a été simple, riche, généreuse, beaucoup trop courte.
Tu étais un solitaire, mais quand tu aimais, c’était entièrement et complètement, tu allais au bout de tes engagements, tu ne lâchais jamais.
Quand la maladie est arrivée, on a fait face comme on a pu, en sachant que ce foutu crabe est généralement le plus fort.
Mais on a tout fait pour croire le contraire. Ces 6 mois de maladie ont été trop courts, trop longs de souffrance mais ce malheur a fait que nous avons connus des moments d’une grande richesse émotionnelle. Tu t’es confié comme tu ne l’avais jamais fait.
Nous avons fait connaissance avec des gens extraordinaires d’humanité, de générosité. Tout le personnel soignant est admirable.
Tu es parti, tu as enfin été libéré de ta souffrance.
Ta plus grande inquiétude, jusqu’au bout, a été que tu allais nous laisser seuls, Alexis et moi, avec nos petites ressources.
Mais ne t’en fais pas, on a la famille, celle de toujours, et celle qu’Alexis vient de former, on a 2 ou 3 amis qui sont là, et puis tu peux être fier de ton fils ! Il a tes défauts plus les miens mais il a aussi un cœur en or, et une force au moins égale à la tienne. Il est un réconfort permanent pour moi, et Léandre est un rayon de soleil. Il te cherche dans tous les oiseaux qu’il voit maintenant.
Mais  il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants.
Chaque fleur, chaque oiseau me parle de toi.
Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis.
Tu continueras à vivre en chacun de nous, au travers de ton fils, de ton petit fils.
Je ne t’oublierai jamais
Nous ne t’oublierons jamais.

ce n'est pas parce que je ne te vois plus que je ne t'aime plus

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2840
Re : je suis amputée de mon amour
« Réponse #14 le: 20 Août 2017 à 22:56:43 »
le partage de ce qui est important pour toi va sans doute t'aider
tu peux continuer
beaucoup liront sans rien dire, se reconnaissant un peu selon les circonstances de leur perte, de leur vie etc
mais chacun comprends ici ta souffrance car vit l'équivalent
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char