FORUM "LES MOTS DU DEUIL"

Comprendre et vivre son deuil => Vivre le deuil de son conjoint => Discussion démarrée par: CLP le 14 Avril 2018 à 15:38:09

Titre: Injustice
Posté par: CLP le 14 Avril 2018 à 15:38:09
Bonjour,

Mon conjoint est décédé à 29ans d’un arrêt cardiaque il y a 3 semaines.
Cela faisait 4ans que nous partagions notre vie. 3ans de vie commune dont 3mois dans notre nouvel appartement.
Le jour de son décédé, il m’avait demandé d’arreter La pilule.
Je travaillais beaucoup et ce soir là je n’ai pas eu le temps de lui dire oui. Il est parti à son entraînement et je l’attendais avec impatience pour lui dire à quel point je l’aimais et que je voulais aussi un enfant.
Mais il n’est jamais rentré.
Depuis, mon coeur saigne, mon coeur pleure. Nous représentions la joie de vivre.
Je suis devenue l’ombre de nous.
Il ne me reste plus que notre chat et ma souffrance.
J’ai 30ans. C’est la première fois que je ne comprends pas, que je n’ai plus d’objectifs, plus de projets, j’ai envie de crever à chaque seconde.
Titre: Re : Injustice
Posté par: qiguan le 14 Avril 2018 à 22:23:46
Tristement bienvenue
Comme le début du deuil est une torture !
lire en fouillant http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/en-guise-de-table-des-matieres/
que d'autres ont été dans ton cas tu verras des liens
cela te permettra de te sentir dans u  groupe
le temps de douleur va être très long plus d'un an
en lisant en t'informant sur les phases du deuil tu comprendras en quoi tes ressentis sont normaux !
en lisant les autres aussi
prends le temps qu'il faut pour vivre ton deuil, ne te bouscule pas, sois bienveillante avec toi
ici à toute heure tu pourras lire écrire et cela sera une aide
bien affectueusement
Titre: Re : Injustice
Posté par: Mononoké le 15 Avril 2018 à 00:13:53
À mon tour de t'accueillir bien tristement ici,
3 semaines, 3 petites semaines, les 1ers temps sont si difficiles.  Ton coeur saigne, pleure, je me souviens du début de ce long chemin. Si éprouvant, si fatiguant. Les émotions sont d'une telle violence, qu'aucun mot ne semble assez fort pour pouvoir les traduire. Ce chemin est long, très long, parsemé d'embûches, mais en clopinant, tout doucement, en tombant, en ayant même l'impression de se noyer, de toucher le fond,  tout doucement, pas a pas, on avance. Mais avant de pouvoir clopiner, il y a toute cette douleur à vomir, cette déchirure à cracher.  Si venir ici, nous partager ton histoire, vote histoire, déposer ton chagrin, ta colère ou tout autre émotion peut te faire du bien alors n'hésite pas à venir témoigner. Parfois, le fait de la partager nous apporte un peu de chaleur.
Je te dépose chaleur et tendresse
Bien affectueusement
Mononoké
Titre: Re : Injustice
Posté par: Eric38 le 15 Avril 2018 à 11:05:02
Bonjour,

J’ai 30ans. C’est la première fois que je ne comprends pas, que je n’ai plus d’objectifs, plus de projets, j’ai envie de crever à chaque seconde.

 "Bonjour" CLP (mais qu'a t'il donc de "bon" ce jour ? )

Je comprends parfaitement ce que tu ressens.
On ne se connait pas du tout, tu ne me doit rien, et crois moi je sais à quel point l'envie de crever peut être forte, tentante... Mais s'il te plait, ne fait rien d'irreversible. Tient comme tu peux...tu me répondras que tu ne tiens pas...alors ne tient pas, craque, pleure, hurle, reste prostrée, triste comme une pierre, rejette tes proches ou tombe dans leurs bras, regrette tout ce que tu n'aura plus, tout ce que tu aurais du faire de plus, de mieux, pleure, pleure, pleure, vide toi.
Mais ne fait rien d'irreparable.

Bien a toi.
Titre: Re : Injustice
Posté par: MADR le 15 Avril 2018 à 14:10:04
CLP

Beaucoup d'entre nous qui sommes ici ont eu cette envie d'en finir croyant que c'est la seule issue et la seule façon de le retrouver, mais non, si tu romps le contrat, tu ne le retrouveras pas systématiquement et il te faudra recommencer pour finir la mission pour laquelle tu es sur terre. Bien des fois,tu tomberas encore dans cette envie mais il faudra trouver le courage suffisant pour te relever et au fil du temps les chutes se feront plus rares mais tu tituberas souvent et c'est vrai qu'ici tu trouveras des témoignages qui t'aideront à te relever ou à te tenir droit mais chaque cas est différent.
Prends le meilleur pour toi, je te souhaite bon courage.......
Titre: Re : Injustice
Posté par: CLP le 17 Avril 2018 à 12:16:29
Merci à tous pour vos réponses et vos messages de soutien.

Aujourd’hui, il fait beau. On aimait tellement le soleil. On l’attendait. Maintenant il me brûle les yeux, la peau, le coeur.
Je souffre de tout. Étendre le linge et ne voir que mes affaires. Me lever et prendre un café, seule.
Il me faisait des gâteaux à longueur de temps. Notre appartement ne sent plus le chocolat mais seulement la mort, la souffrance, le chagrin.

Mes proches sont très présents mais ils sont loin d’imaginer ce qu’il se passe en moi.
Mon coeur se tord à longueur de journée et je ne peux retenir mes larmes.

Nous étions jeunes, beaux, nous avions envie de tout. Nous sourions toujours à la vie.

Je ne suis plus moi mais je ne suis pas non plus lui ou nous. J’ai fait le deuil de la Chloé que j’etais Mais je ne peux faire le deuil de mon lucas, de ma moitié, de mon amour.

Aucun signe de sa part, aucun rêve. Je me sens abandonnée par lui, par la vie.
On s’est battu pour faire des études, trouver un bon travail, construire sereinement notre vie.
Aujourd’hui, il ne me reste que les larmes.

Je suis plus bas que terre et mon putain de cœur qui continue de battre. Pourquoi quand le sien a cessé de travailler, le mien a continué? Pourquoi lui? Pourquoi nous? Pourquoi je coeur d’une force de la nature de 29ans s’est arrêté sans raison?
Quelle est ma mission? Aidez moi à trouver des réponses. Je deviens folle.
Titre: Re : Injustice
Posté par: nathT le 17 Avril 2018 à 12:40:47
Bonjour LCP

Oui ..... La vie est injuste .....
P...... de S...... de vie ......

Ce matin je ne supporte pas le beau temps, le soleil.....

Mon âme est triste à en mourir .....

Cependant .....
Une petite voix me dit de continuer..... de vivre .....
Pour mon amour disparu .....
Sinon cela n'a pas se sens


Haut les coeurs

Nath
Titre: Re : Injustice
Posté par: Federico le 17 Avril 2018 à 13:08:30

Dis-moi Nath ! s'il te plaît !............. "P.....de S..... de vie...." ça veut bien dire PUTAIN DE SALOPE DE VIE ?

Je plussoie !

Federico
Titre: Re : Injustice
Posté par: maniaclik le 17 Avril 2018 à 16:42:31
CLP,

Courage, nous en avons tous besoins....
Hurle, crie, envoie bouler tout le monde si tu le veux mais comme dit Eric, ne fait rien d'irréparable!! Je pense qu'il ne l'aurai pas voulu!!
Patience, malheureusement on en est tous réduit à cela...laisser le temps aux choses de se faire....

Bises
Titre: Re : Injustice
Posté par: qiguan le 17 Avril 2018 à 20:51:33
Citer
Patience, malheureusement on en est tous réduit à cela...laisser le temps aux choses de se faire....

même si c'est insupportable oui
affectueusement
Titre: Re : Injustice
Posté par: CLP le 18 Avril 2018 à 13:57:01
Le temps... il me paraissait si précieux. On avait jamais le temps de rien, on courait après.
Maintenant, le temps est une torture.
Dimanche, cela fera un mois que ma moitié nous a quitté. 1 mois... dans ma tête cette notion du temps a changé. J'ai l'impression que cela fait déjà 6 mois.

Tous les jours je pense toucher un peu plus le fond et le lendemain c'est pire. Quand est ce qu'on touche le fond? Est ce qu'on le touche un jour? Ou tout le reste de ma vie, vais je subir cette violence.

Ne rien faire d'irréparable? Je ne suis plus la même. Vivre pour nos proches? Quel but?

Avez-vous rencontrer des médium? Réussi à parler à vos proches décédés? Avez-vous eu des signes? qu'est ce que la mort?
Je deviens folle.
Titre: Re : Injustice
Posté par: qiguan le 18 Avril 2018 à 14:21:06
Le temps devient le temps émotionnel et s'oppose au temps dit "réel" et ce je pense pour TRÈS longtemps  :-\
moi j'arrive dans 5 jours aux 4 ans et ce temps émotionnel est toujours en décalage et particulier ...

Le fond on ne le touche pas après un mois ... mais plus tard car le cerveau se protège et on ne perçoit pas tout d'un blog on ne le supporterai pas !
Mais au fil (invisible) d'avancées,  qui sont des intégrations de la réalité de la perte, d'autres pans de cette perte viennent sur le devant de la scène et ceci pendant de longs mois, on dit et c'est vrai que rien n'est stabilisable un tant soit peu tant qu'on a pas passé les 4 saisons ... un an ... On nomme cela la "déstructuration"
lis écoute Dr Fauré vois les liens dans le fil table des matières
s'informer mentalement sur les rouages des phases de deuil n'évite pas le chagrin mais permet de comprendre que ce que l'on vit est "normal"

Des signes oui pour moi et d'autres
tu peux voir dans
http://forumdeuil.comemo.org/philosophie-spiritualite-deuil/peut-t-il-y-avoir-des-signes/

des médiums sérieux oui deux fois ...
des lectures/la mort , écouter des vidéos :  oui beaucoup voir
http://forumdeuil.comemo.org/philosophie-spiritualite-deuil/compilation-sur-livres-et-autres/
Les livres de Sylvie Ouellet notamment j'aimerai tant te parler m'a beaucoup aidé ...
mais chacun(e) a son parcours
rien n'est vrai dans l'absolu ...

tu es folle de douleur oui et il faut expulser la douleur, crier ... avoir des personnes qui peuvent nous écouter (soignants : acupuncteurs, psy spécialistes du deuil ou autre)

ici tu comptes déjà pour nous comme "soeur" de galère reçois notre affection
Titre: Re : Injustice
Posté par: chimene le 18 Avril 2018 à 14:58:21
cela a fait 6 mois samedi que David n'est plus là.
En en discutant avec mon cousin qui était proche, il m'a dit que c'est encore irréel. Cela m'a rassuré de voir que je n'étais pas la seule.
On dit que le temps apaise les blessures, c'est beaucoup trop près pour nous je pense, il en faudra encore beaucoup ....

bien à toi
Titre: Re : Injustice
Posté par: tony36 le 18 Avril 2018 à 15:29:51
Tout d'abord, je ne vous dis rien car il n'y a aucune phrase assez forte, je crois, pour compatir ou s'exprimer face à un tel cataclysme. 
Vous avez plongé dans une désolation, une souffrance et une tristesse dont je connais malheureusement le goût (mon épouse est décédée en 2015 subitement). Cette douleur est d'autant plus incompréhensible que tout est soudain et que vous étiez en train de construire une vie avec votre amour, que la plus grosse partie de votre vie n'était normalement pas derrière vous, et que cette existence vous a été volée en quelque sorte...

Il faut déjà supporter ce choc émotionnel majeur et pour être clair, il n'y a pas pire je crois, que de vivre la mort d'un être aimé (que ce soit le ou la conjointe, l'enfant...) voire a forciori  DE l'être aimé.
Forcément, face à un tel choc et au chaos auquel il a laissé place, vous pouvez difficilement comprendre ce qui s'est produit, savoir quels sont vos objectifs désormais dans la vie, avoir des idées claires, avoir ne serait-ce qu'un semblant de raisonnement. Vous verrez peut-être cela dans un second temps...
Dans l'immédiat il s'agit peut-être de survivre (faites vous aider si besoin), que le corps et l'esprit tiennent à peu près le coup, se reposent, encaissent le cataclysme sans que vous ne vous écrouliez physiquement ou que vous ne sombriez dans la folie.
La folie est une façon pour le cerveau de supporter des situations insupportables, c'est par exemple la folie qui permettait aux emmurés, aux prisonniers jetés au fond d'un cachot pendant des années, à toutes ces personnes se retrouvant dans des situations tout simplement inhumaines, de subsister. C'était la folie ou la mort, il n'y avait pas d'autres alternatives pour ces gens.

Suivant le même mécanisme, le cerveau peut disjoncter face à la puissance d'un tel drame, d'où la nécessité parfois de se faire aider.

C'est donc pour vous aussi la folie, la mort ou supporter, surmonter tout ça, cette horreur, cette merde, mais on ne choisit pas la mort (du moins, on ne devrait pas choisir la mort). Je suis très bien placé pour savoir qu'on peut l'espérer de toutes ses forces ne serait ce que pour se délivrer d'une souffrance absolue qui est tout simplement invivable. 
On nous parle souvent de gens qui galèrent, qui souffrent, mais il n'est pas besoin d'aller les chercher à l'autre bout du monde, il suffit de se tourner vers ses voisins, ses proches qui doivent endurer la perte d'un être cher.  Lorsque la douleur est telle qu'on souhaite la mort, je crois qu'on a touché le fond et qu'on ne peut pas être dans une souffrance plus intense, quoi que soit l'origine de cette souffrance.

La mort doit venir toute seule si elle doit venir, comme malheureusement elle est venue pour nos amours.
Est-ce qu'il y a une raison à ce qu'elle les ait frappés et ait détruit nos vies par la même occasion, qu'on souffre autant ?
Je n'en sais rien.
Je sais que ma femme savait que la mort arriverait prochainement et je n'y croyais pas, malgré son instinct presque surnaturel.

Certains diront que c'est une épreuve pour nos âmes, pour nos vies, d'autres que tout est écrit... Je pense qu'il n'y a pas forcément, du moins pas toujours de raisons, que c'est parfois un virus tombé dessus comme ça, une faiblesse, un accident qui survient et que rien n'est écrit, tout s'entremêle et la destinée change à chaque seconde en fonction des actes de chacun et même des choses les plus petites, des molécules, des microbes.  Un taré bourré prend sa voiture et fauche quelqu'un, ce n'était pas écrit, pas forcément, même s'il était probable que les actes inconscients et répétés du taré bourré finissent par produire un drame, mais le grand enchaînement des circonstances et des actes a fait que cela s'est déroulé à tel moment et qu'il a tué telle personne à une seconde près...

Quelque fois certaines personnes arrivent à entrevoir des choses de l'avenir mais il évolue constamment, peut-être que certaines donnés sont plus ou moins inéluctables :  lorsqu'on a une faiblesse physique par exemple, une veine trop fragile dans le cerveau, qu'on le sache ou non, qui un jour, trop tôt, va nous terrasser, ou un organe un peu défaillant, une allergie mortelle...
Pas forcément de raisons divines ou explicables à cette foutue veine dans le cerveau, cela s'est fait comme ça lorsqu'on a été conçu en tant qu'embryon, comme d'autres ont un doigt trop court ou trop long, c'est le hasard de la nature... Et un jour ce hasard provoque un drame, sans raison, c'était juste un peu de matière humaine trop mince sur quelques millimètres, rien, une connerie, ou un organe un peu trop faible qui n'a pas supporté un effort, ou une mauvaise bactérie qui a croisé la route de quelqu'un au restaurant.

Par contre, vous, vous êtes vivante et votre coeur ne s'arrête pas.

Pour le coup, il y aurait une raison parfaitement justifiée et même logique pour que vous mouriez, tout simplement  afin de ne pas souffrir autant, mais votre putain de  coeur continue de battre comme vous dites (car votre putain de cerveau lui en donne l'ordre).
Pour le moment, c'est donc la seule réponse que vous ayez, la seule certitude : vous continuez de vivre, votre corps fonctionne à peu près malgré votre souhait de tout arrêter.  Vous êtes là, en somme, c'est ça la certitude.

Pour celles et ceux qui caressent l'idée de faire venir la mort comme j'ai pu le penser aussi, je dirais que, d'un point de vue personnel, je suis persuadé au plus profond de mon être qu'il y a quelque chose après ou quelque chose qui nous dépasse et que, partant de ce principe (qui est pour moi une certitude), choisir volontairement la mort n'est certainement pas une bonne option si l'on veut apaiser sa souffrance morale.
Pire, notre âme, perdue, ou notre énergie évaporée (je n'ai pas la prétention de connaître la vérité), quoiqu'il en soit, la chose immatérielle qui restera de nous risque de souffrir encore des décennies ou plus dans un espace trouble, ni chez les morts, ni chez les vivants.  Cette alternative ne semble pas la bonne même si l'on peut y succomber et je ne jette pas la pierre à ceux qui n'ont plus supporter la souffrance.
Je sais que la mort semble vraiment séduisante tellement la douleur est intense (et tellement ensuite la vie semble triste, au mieux fade), mais je crois que le remède est pire que le mal et qu'il faut malheureusement affronter ce qu'est devenue notre existence, et la transformer en mieux si possible. Parfois on peut laisser tomber, je ne l'espère pas mais je laisserai peut-être tomber un jour sur un coup de tête, après une montée de souffrance trop intense,  je ne peux rien affirmer mais il faut essayer de combattre, c'est sûr. C'est même très logique comme raisonnement, ça n'a rien à voir avec des croyances quelconques (on n'est pas mort donc on vit et on doit vivre) et pour le coup s'il y a un destin à suivre c'est bien celui de se relever et de combattre jusqu'à ce qu'à notre tour, la mort vienne nous prendre (et à ce moment-là, basta, rideau, repos, mais en attendant on fait ce qu'on a à faire dans ce monde et si l'on ne sait pas quoi faire on cherche !).

La seule certitude, c'est que si l'on survit à cette merde, à ce marasme, nous, c'est qu'on a encore des choses à faire. 

Certains revivent une vie agréable, la refont, pour d'autres ce sera malheureusement éprouvant, solitaire, horrible parfois. Il faut dans tous les cas attendre et souffrir, attendre que le cerveau pour les cartésiens ou l'âme pour les croyants, ou les deux pour les incertains, encaissent le cataclysme. Ensuite, on reprendra un chemin, quel qu'il soit, plus ou moins agréable, plus ou moins pénible, ou peut être à la fois plus vrai, plus difficile, plus courageux mais plus douloureux aussi car on n'efface pas le passé ni les gens et certainement pas l'amour que l'on a vécu !

Nous ressortons parfois d'un tel cataclysme très différents, très forts et en même temps très tristes, ou complètement tarés, ou encore enfermés dans une dépression éternelle (et il faut se battre contre ces deux dernières options), ou au contraire nous comprenons mieux certaines choses, le sens de l'existence, nous devenons plus lucides, plus humains, mais vous n'en êtes pas, je crois, à vous poser ces questions. Vous verrez en temps voulu.

Je ne sais pas si le temps apaise les blessures, je crois que c'est plutôt notre esprit qui se relève plus ou moins meurtri mais que pour cela il a besoin de temps, exactement comme c'est notre corps qui encaisse des blessures physiques avec du temps et non pas le temps qui agit tout seul comme par magie (et le corps comme l'esprit arrivent à encaisser les blessures ou pas et alors on trépasse, mais si  l'on ne meurt pas on en sort dans un état plus ou moins abîmé, à la fois fortifiés et fragilisés par ce qu'on a vécu).

Peut-être qu'il faut pour le moment simplement survivre, supporter le chaos (ou opter pour la folie mais est-ce que c'est vraiment une solution viable ?), attendre, encaisser...
Je ne vous promets pas que tout le monde s'en remet parfaitement, il n'y a pas de mode d'emploi ou de stades définis dans un manuel (ce sont des conneries tout ça... Bon j'exagère cela marche peut-être pour certaines personnes et c'est rassurant de se caler sur un schéma), mais je peux juste vous dire que, petit à petit, votre cerveau et/ou votre âme vont recoller quelques morceaux dans toute cette désolation, que la situation d'incompréhension et de souffrance que vous connaissez à ce jour va un petit peu changer, en bien ou en mal je ne sais pas (mais je crois qu'en plus mal ce n'est pas possible donc ce sera forcément en un tout petit peu plus clair), très doucement...

En attendant, il faut surmonter et supporter cette souffrance intense, prendre le temps de pleurer, se faire aider si nécessaire, crier,  même si je sais qu'il vaut mieux crever que de vivre une telle chose et je l'affirme encore même si j'ai continué  et qu'aujourd'hui je fais des choses de ma vie,  que je veux donc vivre. Je ne suis pas au fond d'un lit à souffrir,  mais il y a un peu moins de trois ans j'en étais arrivé  à parler à une peluche en pensant que  ma femme s'était réincarnée dedans, d'où mes réflexions sur la folie, j'ai eu un aperçu.
Essayez de supporter tout cela en vous disant que la situation va évoluer, c'est très important de l'avoir en tête même si cela peut paraître très abstrait voire impensable : la situation va évoluer (sous-entendu votre esprit va travailler).

Plus précisément, votre esprit va donc changer, il va recoller petit à petit quelques morceaux comme je le disais, et s'il ne le fait pas vous vous ferez violence en méditant, en réfléchissant, en priant ou au contraire en rationnalisant, en agissant, en temps voulu, vous n'en êtes pas là. Vous vous poserez certaines questions lorsque votre cerveau ne sera plus complètement sous le choc comme c'est le cas actuellement et vous apercevrez peut-être des objectifs, ou encore  vous devrez les chercher, ces objectifs, lorsque vous serez en mesure de le faire. Ou bien encore, vous verrez la vie différemment mais vous verrez  quelque chose, quoi que ce soit.
Titre: Re : Injustice
Posté par: CLP le 18 Avril 2018 à 16:31:30
Quand je lis tous les messages, certains ont réussi à "se relever", d'autres non. Dans le doute, pourquoi s'infliger cette souffrance?
J'ai 30ans, Comme tout le monde me le disait se sont les plus belles années de ta vie... J'avais, nous avions des projets de vie: Mariage, enfant... Je ne comprends pas pourquoi je dois me battre, me lever. Il n'est plus et moi non plus.

Je ne suis plus aimée, plus désirée, plus accompagnée. et je n'ai que 30 ans. 
Il était mon équilibre, celui qui me faisait avancer, qui me donnait l'envie de tout.

Le pire, et désolée pour ceux que je vais choquer, mais je ne sais pas si je pleure plus pour lui, qui ne pourra plus jamais rien vivre ou pour moi et la vie qui m'est imposée. Cette vie qui me faisait tant peur, sans moitié, sans enfant.
J'aimais tellement me coucher sereinement et me dire que nous étions deux et qu'à deux nous pouvions tout surmonter.
Me faire caliner, embrasser tous les soirs, tous les matins. Etre complimentée, appelée la journée parce que je lui manquais trop. Ne pas pouvoir prendre une douche sans qu'il vienne m'espionner et moi je ralais...  Et il me disait: " Le jour où je ne le ferai plus, tu seras malheureuse. Tu as gagné Lucas, je suis malheureuse.

Il m'arrive de lui en vouloir... Reviens, je t'en prie! Promis, je mettrais mon parfum après que tu aies bu ton café, promis j’arrêterai d'inviter les potes toutes les semaines, promis je rentrerai plus tôt du travail, promis je m'excuserai quand j'ai tort.




Titre: Re : Injustice
Posté par: Eric38 le 18 Avril 2018 à 17:02:27
CLP, crois moi, je comprends tout ce que tu décris comme sensations, comme émotions, comme idées.
Je ressens encore cela, et pourtant cela fait 13 mois que j'ai perdu ma femme adorée.
Elle avait à peine 38 ans, bon dieu, même pas 40 ans, est-ce un age descend pour mourir ?

Alors on n'a pas le même age, tu serais peut etre capable de me trouver vieux, j'ai 48 ans.
Et pourtant, je me dis comme toi : est-ce bien la peine de souffrir au quotidien de cette absence ?
Claire était intelligente (tres !), adorable (tant de témoignages en ce sens), gentille, drole, enjouée.
Et bienveillante envers moi et ses proches. Elle me manque tout les jours, plusieurs fois par jours. Je ne compte plus le nombre de fois ou les larmes viennent en pensant à elle, en entendant une musique, en voyant un paysage, ou des oiseaux : tout ce qu'elle ne peut plus faire, qu'on ne peut plus partager.

J'essaye de me montrer digne du courage immense qu'elle à eu en luttant durant plus de deux ans contre le cancer.
Je chute à chaque fois, je mord la poussiere, j'en passe et des meilleures. Claire, si elle peut me voir, doit être extrêmement décue, et cela explique peut etre que je n'ai aucun signes d'Elle.

Et pourtant, j'ai appris une chose sur ce forum en lisant les écris sur ceux qui ont perdus un proche par suicide : me supprimer pour ne plus souffrir moi ferait souffrir ma famille, mes amis, la famille de Claire. Je ne tiens pas à leur infliger cela, et pourtant dieu sait que Claire me manque.
Peut être même (voir les post sur la spiritualité) ne la retrouverais je meme pas si je me suicide, où que je souffirais une éternité, qui peut savoir ?

Bien que plus vieux que toi, j'ai déja entendu dire " tu es jeune, tu pourras refaire ta vie". Cette phrase fait hurler tout les membres de ce forum, quel que soit leur age, quelle que soit leur perte, quelle que soit la durée écoulée depuis la perte. Il ne s'agit pas de refaire sa vie, mais de mettre des rustines sur un débris de vie, et tenter , tant bien que mal (plutot mal dans mon cas) de poursuivre sa vie.

Alors oui, tu as le droit de dire à quel point tu souffre, et à quel point tu ne percois plus aucun interet à ta vie. Crois moi je comprends tres bien, et plusieurs autres membres du forum comprendront aussi. Comme je te le disais, hurle, crie, pleure, boude, révolte toi, accepte, ou pas...tu ne choqueras personne ici.
Tout ce que je peut te conseiller, c'est de venir lire et ecrire ici aussi souvent que tu en ressentiras le besoin.
En espérant que cela t'aidera un peu.
Si tu le veux et en ressens le besoin tu peut aussi envoyer des messages privés avec les personnes avec qui tu te sens le plus d'affinité, si cela peut t'aider un peu plus.

Je n'ai pas de lecon de morale à te donner, je ne me suis jamais senti supérieur aux autres, je n'ai pas la science infuse.
Simplement, respectueusement, amicalement, je serais désolé que tu en vienne à des extrémités...Et encore une fois je t'assure que je comprends tres bien ce que tu ressens.

Amicalement.

Eric
Titre: Re : Injustice
Posté par: vortex le 19 Avril 2018 à 00:54:39
Je suis sincèrement navré de la perte que tu vis là.

Je me permets de te répondre, car ton message fait écho au deuil que je vis, j'ai dans des circonstances similaire perdu ma maman(mère si voulez que cela fasse moins enfant) et c'était mon pilier. Nous étions très proches. Et son absence mes difficiles, mais tu vis là la pire période que j'ai connue. Tu es qu'à trois semaines, trois petites semaines, il te faut le temps de digérer(et moi de même) mais je me souviens que le premier mois fut particulièrement pénible à vivre, j'en suis bientôt à deux mois et cela est déjà un petit peu plus vivable si cela peut te rassurer.

Et nous devons je pense faire de notre mieux pour  tenir, pour nos proches ! C'est le plus bel hommage que nous pouvons faire. Et j'en suis sûr qu'il serait heureux de nous voir nous battre pour survivre au chagrin qui nous accable par moment. Il nous faut essayer au maximum de positiver par respect pour nos proches. J'imagine qu'il ne voudrait pas nous voir triste H24.
Titre: Re : Injustice
Posté par: Stana le 19 Avril 2018 à 18:50:34
  Bonsoir CPL. J'espère que le forum t'apportera ne serait-ce qu'un peu de douceur en ces circonstances si difficiles. Tu es au tout début de ton deuil, c'est une période particulièrement dure: la perte aussi brutale que définitive de l'être aimé, le terrible manque, à chaque instant. On ne sais pas comment on vas pouvoir continuer à vivre sans l'autre, chaque jour est interminable sans la personne que nous aimions tans, comment imaginer que ce sera pour toujours? Et pourtant nous savons bien que nous n'avons pas le choix  :'( nous sommes tous passés par cette première étape traumatisante, nous savons ce que tu èprouve. Affronter un jour après l'autre, c'est la seule chose à faire. Ici, tu peux t'exprimer librement, comme ça te vient, c'est tout-à-fait normal que tu en ai besoin.
  J'ai moi-même perdu mon compagnon le 2 mai 2015, je peux témoigner que ça a été la pire période de toute ma vie, c'est une souffrance qui ne peux vraiment se comparer à aucune autre  :( presque trois ans après, j'ai pus trouver un certain apaisement, petit à petit, très lentement, je ne vais pas te mentir. La douleur presque insupportable des premiers temps est devenue une sorte de nostalgie, de douce mélancolie-parfois j'èprouve même une vraie joie à èvoquer nos plus merveilleux souvenirs, à lui, à ce qu'il ètait, corps et âme  :) :-* il arrive qu'il y ai encore des périodes plus douloureuses, ces temps-ci par exemple ce n'est pas évident, étant donné cette date-aniversaire qui approche, mais je sais par expèrience que c'est transitoire.
  N'hésite pas à nous parler.
  De tout cœur avec toi dans cette terrible èpreuve  :'( :-*

@ Amaz: oui, c'est exactement ça: garder la tête hors de l'eau, continuer malgrès tout, faire de notre mieux, c'est honorer leur mémoire adorée, respecter ce qu'ont été-ou ce qu'auraient été s'ils n'ont pas eu le temps de les formuler-leurs volontés, ce qu'ils voulaient ou auraient voulu pour nous, puisqu'ils nous aimaient  :( :) :-*
Titre: Re : Injustice
Posté par: chimene le 20 Avril 2018 à 13:20:04
Le sentiment de lui en vouloir, je le partage avec toi.

David était trop " fier" pour prendre des médicaments alors qu'il en avait besoin. Je ne sais pas si tu as lu mon " histoire" mais je l'ai retrouvé décédé un soir en rentrant du travail. C'est le choc qui nous tient si je puis dire. Je me dis que s'il avait pris ces foutus médicaments ( et encore c'était temporaire ) il serait encore là. Je galère niveau organisation avec notre fille, pour la vie de tous les jours etc, et je baisse souvent les bras. J'ai la chance qu'il m'ait laissé le plus beau des cadeaux, notre fille qui avait alors 4 mois.

On avait aussi plein de projets: pacs en novembre, achat maison, mariage..... J'ai l'impression d'avoir tout loupé ( hormis ma fille) et de faire un retour en arrière.....
Titre: Re : Re : Injustice
Posté par: tony36 le 23 Avril 2018 à 10:51:32
Quand je lis tous les messages, certains ont réussi à "se relever", d'autres non. Dans le doute, pourquoi s'infliger cette souffrance?
J'ai 30ans, Comme tout le monde me le disait se sont les plus belles années de ta vie... J'avais, nous avions des projets de vie: Mariage, enfant... Je ne comprends pas pourquoi je dois me battre, me lever. Il n'est plus et moi non plus.

Bonjour.
Je ne sais pas si quelqu'un vous demande de vous battre (si vous aviez des enfants à charge peut-être qu'il y aurait une certaine nécessité de rester debout si possible, ensuite  on n'y arrive ou on n'y arrive pas c'est une autre affaire, on ne peut pas forcément y parvenir tant la souffrance est puissante).

Dans un premier temps, ce que je voulais dire, c'est que peut-être il faut attendre qu'un peu d'apaisement vienne, que l'esprit se remette un tout petit peu en ordre car c'est un cataclysme horrible. Ensuite, vous verrez si vous vous poser des questions et lesquelles, et que faire.

On se relève, on on ne se relève pas, alors dans le doute, pourquoi s'imposer cette souffrance ?

Je comprends bien. Si je devais revivre la même chose, la mort d'un être autant aimé, je dis souvent que je choisirais de mettre fin à mes jours sans attendre une seule seconde car je ne voudrais pas revivre un tel enfer.  Mais je ne devrais pas faire ça, sauf si je ne blesse personne ce qui est peu probable et même si j'en aurais envie plus que tout comme j'en ai eu envie plus que tout.

Je ne l'ai pas fait après que ma femme soit morte dans mes bras même si j'aurais espéré que mon cœur lâche et que c'était l'enfer, mais je ne l'ai pas fait car si le suicide met fin à sa propre souffrance en supposant qu'il n'existe rien d'autre que le monde matériel,  le suicide sème une douleur abominable autour de soi.
La même douleur que l'on vit en fait.
On reporte le cataclysme que l'on subit sur nos proches : 
-les enfants si l'on en a, et c'est un héritage terrible que de leur faire vivre la mort d'un parent,
-ses parents, même s'ils sont vieux, la souffrance n'est pas plus surmontable pour les seniors que pour les plus jeunes. Quoi, il leur reste un ou deux ans à vivre ?  Un ou deux ans d'un enfer absolu avec l'idée que son enfant s'est suicidé ? Que l'on inflige la torture à une jeune personne ou à un vieillard, c'est exactement la même peine.
-ses frères et sœurs, ses cousins, sa famille, ses amis et même son chat ou son chien.

A moins d'être vraiment seul au monde, ce qui est rare, le suicide provoque énormément de souffrance et fait vivre aux autres l'enfer que l'on vit.

Sur un plan spirituel, comme je le disais, je suis persuadé que le suicide n'est pas du tout une bonne solution car si l'âme existe bien, se supprimer matériellement ne met pas fin à la souffrance morale, au contraire.
Si la source de la souffrance est purement physique (maladie grave, douleurs atroces, handicap lourd voire une défaillance mentale provoquant une forme de folie), peut-être que le suicide (assisté ou non) libère l'âme, c'est bien possible et ce serait logique.
Si la douleur est  morale, alors l'âme va conserver cette même souffrance après la mort qu'il sera plus difficile d’atténuer car l'âme n'aura plus l'enveloppe du corps pour agir et combattre. L'âme restera bloquer un temps ou toujours sur cette douleur immense.

Cette dernière hypothèse ne va absolument pas parler à ceux qui sont purement cartésiens, soit, mais on conviendra que le suicide provoque dans tous les cas un maximum de souffrance sur l'entourage qu'ils soient croyants ou non.

Je comprends tout à fait qu'on choisisse cette option tant on peut morfler, et que l'acte peut résulter d'une très forte pulsion de désespoir incontrôlable,  d'un "pétage de plombs" parfois, mais si je le comprends, je dis aussi que c'est un acte, qu'il soit réfléchi ou pulsionnel, qui engendre une immense douleur autour de soi.

On se suicide (ou on se laisse mourir, on devient une sorte de légume), mais on tue aussi en partie (ou complètement) les autres, ceux qui nous aiment.

Voilà pourquoi on ne peut pas faire autrement que d'essayer de combattre sauf si l'on est seul au monde ce qui est rarissime.
On peut se relever ou on ne se relève jamais, ou on est très abîmé à vie (à tel point qu'on peut se demander si cette vie de merde vaut le coup d'être vécue), je sais, et je ne porte pas de jugement de valeur sur le fait qu'on s'en sorte ou pas, qu'on survive ou pas, qu'on se relève ou pas.
Je ne juge pas non plus celles et ceux qui se suicident, mais je dis qu'ils sèment énormément de douleur.

Il me semble donc qu'il faut essayer de combattre (essayer) car il y a un enjeu crucial qui est de ne pas propager la douleur autour de soi en mourant ou en sombrant à son tou, surtout si l'on est une personne jeune en bonne santé.

Même pas besoin de passer au débat sur l'âme, sur ce qu'on va devenir, sur les raisons de tout cela, pas besoin d'argumenter : les êtres humains sont des êtres qui éprouvent des sentiments très puissants dont l'amour et la souffrance. La mort propage donc une énorme douleur, peut-être la pire douleur qui soit, alors quand elle n'est pas voulue et qu'elle résulte d'un accident ou d'une maladie, c'est une chose, mais quand elle est volontaire, il faut essayer de ne pas infliger ça à quelqu'un en se suicidant ou en assassinant (d'ailleurs se suicider c'est s'assassiner).

Si l'humain ne connaissait pas la douleur, on pourrait se supprimer, car les autres n'en souffriraient pas, d'un autre côté si c'était le cas, nous n'aurions pas besoin de nous supprimer vu que nous ne souffririons pas.

Titre: Re : Injustice
Posté par: tony36 le 23 Avril 2018 à 12:33:16


On se suicide (ou on se laisse mourir... mais on tue aussi en partie (ou complètement) les autres, ceux qui nous aiment.

Voilà pourquoi on ne peut pas faire autrement que d'essayer de combattre sauf si l'on est seul au monde ce qui est rarissime.



Partant de ce postulat très simple, il n'y a pas d'autre choix que d'essayer, je dis bien essayer, de combattre et je ne  sais pas y vous y arriverez ou pas je ne suis pas devin. Les psychologues disent que statistiquement la majorité des gens survivent (dans quel état ça par contre  je ne sais pas).

Je voulais juste rajouter que vous êtes en plein chaos, en plein cataclysme, vous ne pouvez pas supposer que vous vous relèverez, c'est impensable, ça paraît complètement débile même, vous ne pouvez de toute façon sans doute pas imaginer grand chose et vous ne pouvez je pense qu'être dans l'horreur que vous vivez, et c'est une horreur absolue !

Il faut peut-être attendre que l'esprit se repose, baisse en pression, je ne sais pas moi, qu'il se calme (un psychiatre vous donnera un avis plus judicieux que moi),  ensuite vous vous poserez des questions sur l'avenir ou sur d'autres choses si vous le souhaitez et vous verrez ce que vous deviendrez. Il est normal de se demander tout cela tout au long de sa vie d'ailleurs, mais lorsqu'on est en plein cataclysme on est trop dans la douleur pour avoir d'autres réponses et d'autres champs de vision que de la souffrance, la souffrance et encore la souffrance (comment penser autrement ?) Je voulais rajouter cela : vous ne pouvez sans doute pas voir autrement pour le moment qu'au travers du prisme de la souffrance, alors attendez !

Dans un premier temps il s'agit juste d'avoir en tête ce simple postulat : survivre, même si l'on a pas envie du tout vu comment c'est une vie de merde (pire qu'une vie de merde : une longue souffrance atroce), mais il faut essayer de survivre pour ne pas faire de mal aux autres puis... vous verrez, quand vous serez capable d'entrevoir quelque chose d'autre que la souffrance.
Titre: Re : Injustice
Posté par: CLP le 13 Mai 2018 à 17:36:32
Bonjour à tous,

Merci pour vos réponses.
Nous approchons les deux mois du décès de mon Lucas.
J’ai quitté ma bulle ou le choc me maintenait debout. La vie, le monde continue de tourner. Et moi... et moi je tourne en rond. Je souffre, je pleure, je me lève pour accomplir je ne sais quoi.
Il y a des jours où j’ai l’impression qu’il est là. À me regarder, à me parler. Alors je lui parle.
Je lui parle sans cesse de son arrêt cardiaque et attends qu’il m’envoie des réponses.
Mais rien.
Les questions, l’absence me rendent folle.
Chaque jour, de nouveaux témoignages sur ce forum. Pourquoi? Pourquoi tant de personnes en souffrance?

J’ai de grosses difficultés à supporter le regard des autres. Leur compassion qui ne fait que m’envoyer des couteaux dans le coeur. J’ai envie d’hurler mon amour pour lui et leur dire à quel point lucas et moi étions heureux et que je ne veux pas je ne peux pas accepter que notre amour est devenu synonyme de malheureux.
Je ne supporte plus les jours qui défilent. La vie qui continue sans toi sans moi sans nous.
Nous pensions être la nouvelle génération. Celle qui allait conquérir le monde, révolutionner la France.
Tu es mort et moi j’ai changé. Je me réfugie chez nous. Je n’ouvre que très peu les volets. Je suis devenue un animal apeuré.

Tu me manques tant.


Titre: Re : Injustice
Posté par: chimene le 14 Mai 2018 à 15:22:06
je partage ton sentiment par rapport au regard des autres.
J'en ai marre qu'on me regarde en ayant le visage triste genre" la pauvre fille, toute seule avec son bébé"
je ne veux pas faire pitié et c'est par moment ce que je ressens quand je vois des personnes m'acheter des couches pour ma fille, me donner de l'argent pour m'en occuper tous les mois......  Je sais que ça part d'un bon sentiment mais j'ai du mal

je n'ai pas réussi à retourner devant notre chez nous, j'ai peur que se déroule ce qui s'est passé ce soir là en plus fort et que je fasse une grosse " crise", même si j'ai ces images qui me trottent dans la tête tous les soirs à la même heure
Titre: Re : Injustice
Posté par: tony36 le 22 Mai 2018 à 13:38:23
Chaque jour, de nouveaux témoignages sur ce forum. Pourquoi? Pourquoi tant de personnes en souffrance?

Les malheurs existent et ils sont partout. Les pays en guerre ou en anarchie complète sont loin d'avoir le monopole de la souffrance.
En France on se préoccupe beaucoup du sort des plus déshérités sur le plan matériel et financier mais on oublie largement les centaines de milliers de gens qui vivent des drames personnels terribles.  Preuve en est sur ce forum les veufs et les veuves qui ne retrouvent pas leur place dans la société facilement et qu'on remet parfois au travail bien trop vite alors qu'ils vivent un enfer.
Comme s'il n'y avait que le confort, le travail et le pouvoir d'achats qui procuraient le bonheur (société bien matérialiste).
La mort d'un être aimé, mais aussi la maladie physique ou mentale et parfois jeune, avoir un enfant déficient etc... Ce sont ces choses que l'on peut vivre qui sont les plus terribles, bien plus que les tracas matériels.

Quand elles ne nous arrivent pas, ces choses dramatiques, on 'y pense pas et on ne peut pas les comprendre et on mène parfois des combats qui sont de vastes blagues par rapport à la bataille qui consiste à simplement survivre face à la souffrance et à la désolation qui vous submergent aujourd'hui.
On vit, on mène ses combats, on veut révolutionner le monde mais on oublie de s'intéresser à ce qui est essentiel et à y réfléchir avant que ça ne nous tombe dessus.
La vie, les sentiments, l'âme, la mort et la souffrance.

Toutes les questions sur les raisons d'une disparition, lorsqu'il ne s'agit pas du fait de la vieillesse, s'entremêlent et elles ne trouvent pas forcément de réponses, surtout lorsqu'on devient presque folle ou fou après un choc aussi terrible.
D'ailleurs, est-ce qu'il y a des réponses pour expliquer la raison existentielle d'une mort et qui pourrait les donner sur terre  ?
Il y a des réponses scientifiques et rationnelles : une veine qui explose, un caillot au cerveau, une erreur de conduite...
Mais ça n'est pas satisfaisant pour expliquer une telle souffrance et un tel chaos qui nous dépassent complètement.
On devient dingue, on ressasse toujours et encore ces questions, on souffre. Comment ne pas faire autrement, c'est tellement puissant, submergeant au point d'être irréel !

Je ne sais pas quoi vous dire de plus, je ne sais pas si l'on peut vous apporter des pistes de réflexions satisfaisantes pour répondre à toutes vos questions. 
Je ne vais pas trop vous parler de l'âme car si vous n'y croyez pas ça ne vous apportera aucun réconfort.
Si vous pensez que cela peut exister (vous dites parler à votre amour, sans retour), vous pourrez peut-être trouver quelques réponses à vos questions autour de ce sujet, du moins ressentir des choses, voir le monde autrement que par le prisme que notre société occidentale nous a imposé depuis notre naissance et y trouver un certain réconfort : celui que la mort n'est pas la fin d'un être mais la fin d'un corps, c'est déjà ça, mais ça n'enlève pas le chagrin car ceux qui restent doivent supporter la douleur et l'absence. Certaines personnes arrivent même à se hisser à un haut niveau de spiritualité qui leur permet de passer outre leur chagrin, est-ce qu'ils ont-tout compris ou est-ce qu'au contraire ce sont juste des gens fanatisés qui se réfugient dans des croyances infondées pour supporter une douleur trop insurmontable ? Je ne suis qu'un petit humain alors je n'en sais rien... J'ai quelques convictions car je pense avoir trouvé quelques réponses sur ce sujet de l'âme, mais ça ne va pas très loin, et je peux aussi me tromper car ce ne sont que des convictions de tout petit humain, donc largement faillibles.

Je peux vous dire par contre qu'il faut attendre d'encaisser le choc, c'est épouvantable, on ne devrait pas vivre cela, mais c'est malheureusement là.
L'esprit s'apaise avec du temps,  je crois que le cerveau recolle quelques morceaux par ci par là pour qu'on se remette un peu debout, avec ou sans aide,  avec ou sans travail (travail de réflexion, travail pour éviter de devenir fou, travail pour sortir un peu de la souffrance absolue). Je pense qu'on devient moins torturé face au drame sans nom  qu'on a subi. 
Je ne peux pas vous dire si cet apaisement vient tout seul par un mécanisme innée ou s'il faut se faire violence, moi j'ai du me faire violence et passer par tout un tas d'étapes, de réflexions, de travail sur moi, tout en bénéficiant d'aide extérieure, j'ai du changer, mais mon cas n'est pas une généralité.

Je ne vais pas vous affirmer que vous allez revivre, refaire une vie, pour le moment cela vous paraîtrait complètement débile car ça l'est, et ce serait mensonger (on dit ce genre de choses pour rassurer les gens "tu es jeune tu vas refaire ta vie"), des tas d'hommes et de femmes  deviennent de véritables zombies après un tel drame. Alors on peut revivre un peu, oui c'est vrai, ou on peut ne pas surmonter, et sombrer. Disons qu'il est préférable tout de même de revivre, même si l'on devient bancale, et donc qu'il faut essayer d'y arriver.  Au moins essayer, qu'on y arrive ou pas.

Mais vous n'en êtes pas là, vous verrez cela plus tard, vous verrez si vous revivrez quand vous aurez repris un peu vos esprits, en attendant, il faut juste subir et voir comment arriver à subir la souffrance sans crever ou devenir folle (je crois que c'est ça la question).

Je peux juste vous dire que l'apaisement pourra venir un jour (et devrait venir)  mais que vous devrez surmonter une longue période de désolation et de souffrance mettant l'esprit dans une confusion des émotions et des réflexions terrible, en plus de la souffrance. Il vous faut tenir bon, ce qui est difficile à entendre lorsqu'on a perdu autant, tout perdu en fait, pour plonger d'un coup du bonheur à la noirceur la plus immonde. On ne voit pas l'intérêt d'affronter cette merde de vie et cette souffrance, mais il le faut pourtant pour vos proches, vos vieux parents ou votre chat. Il le faut pour revivre des choses ensuite, aussi, ça peut valoir le coup, mais je ne sais pas si vous pouvez entendre cet argument aujourd'hui, il doit vous paraître là aussi très théorique.
Je ne dis pas revivre le bonheur, mais revivre des choses, car vous êtes en vie et il va falloir faire quelque chose de cette vie jusqu'à ce que la mort vous prenne vous aussi un jour, mais en attendant, tenez bon, encore une fois, contentez vous déjà de tenir bon sans vous tourmenter davantage avec des questions sans réponses, et attendez que l'esprit recolle quelques morceaux ou faites en sorte qu'il recolle quelques morceaux si ça ne vient pas tout seul.

Voilà, je ne sais pas si ça peut apporter quelque chose dans le monde de désolation, de manque atroce de l'être aimé et de souffrance dans lequel vous êtes plongée. Ce chaos peut prendre fin  à un moment, sans que l'on retrouve forcément la joie et la belle vie, peu importe la suite, mais déjà au moins juste sortir un peu de cette désolation qui est le pire que l'on puisse vivre.
Titre: Re : Injustice
Posté par: CLP le 22 Août 2018 à 11:48:33
5 mois...

Notre anniversaire, les vacances sans toi, sans nos jeux, nos graces mat, nos balades, nos baisers...
Je me suis mise à l’envers et tu n’étais pas là pour me tenir les cheveux.
Je suis devenue marraine. Tu l’aurais trouvé si belle.

Je pleure moins. Mais je me réveille trempée de la tête aux pieds comme si mon corps devait verser ses larmes et que mes yeux ne suffisent plus.
Tu me manques tellement. Ma tête va exploser. Je deviens dingue, je rumine, je ne comprends pas.

Mon entourage ne cesse de me dire d’arreter De me poser toutes ses questions auxquelles je n’aurai de réponses. Mais comment fait on pour arrêter de se poser des questions?

Je suis partie une semaine en Espagne. Quand je suis rentrée chez nous, j’ai vraiment cru que tu allais être là.
Parfois, la nuit, je sens un souffle sur moi. Je ne sais pas si j’imagine cela mais parfois je me dis que c’est toi...

On m’avait dit qu’on apprenait à vivre avec le chagrin. Je n’apprends pas Lucas.
Titre: Re : Injustice
Posté par: Christiti le 22 Août 2018 à 14:10:17
Bonjour CLP.
Je viens de lire ton fil.
Si touchant.
Il était si jeune. Tu es si jeune.
On m'a aussi dit qu'on apprend a vivre avec le chagrin. Je pense que nous n'avons pas le choix .
Le plus important est d'être entourée.
Pour ma part, je tiens pour mes enfants . Sinon je ne serais plus la. Mon chéri est parti il y a 3 mois et 12 jours à l'âge de 41 ans . J'en ai 32.
Pourquoi eux ? Pourquoi maintenat ?
La vie est injuste .
Toutes ces premières fois sans eux .
Beaucoup de courage Chloé
Titre: Re : Injustice
Posté par: biche07 le 22 Août 2018 à 14:43:13
bonjour.jean pierre est parti depuis 4 mois et je suis toujours dans le désespoir...s'habituer...vivre avec et s'effondrer par moment.Seule les personnes qui vivent la meme chose peuvent comprendre le vide qui est en nous.Les conseils bienveillants de notre entourage n'atteignent pas toujours leurs buts.Je t'envoie un peu de réconfort et de tendresse.biche
Titre: Re : Injustice
Posté par: Bmylove le 22 Août 2018 à 17:25:46
A mon tour de t'accueillir doucement.
Prends bien soin de toi...
Titre: Re : Injustice
Posté par: BEBE le 22 Août 2018 à 18:09:17
Chère CLP ,

J'ai vu un merveilleux film cette semaine ... "La Délicatesse" de David Foenkinos... c'est l'histoire de la reconstruction d'une toute  jeune femme, 3 ans après le décès de son mari avec lequel elle s'apprêtait a concevoir un enfant...

Je l'ai regardé cette semaine, avec notre chat Pépette sur les genoux et ma souffrance au fond de la gorge....

Moi j'ai perdu mon chéri il y a huit mois, arrêt cardiaque après  trois ans et demie de combat contre le cancer.
Nous allions sur notre 23 ème année de vie commune...  pas d'enfants...  juste le chat... des projets restés en berne et des tonnes de souvenirs...

Regarde le ce film... c'est sûr qu'il ne t'aidera pas a penser à autre chose mais peut être t'aidera t'il a penser autrement ....     

Tendresse
Titre: Re : Injustice
Posté par: BEBE le 23 Août 2018 à 23:18:03

Chère CLP,

Le film dont je te parlais hier "La delicatesse" sera à nouveau diffusé ce lundi 27 Août sur Chérie 25 à 22h50.
Si tu peux, essaie de le regarder jusqu'au bout... ca  vaut vraiment le coup.

Tendresse

Titre: Re : Injustice
Posté par: mike67 le 24 Août 2018 à 13:43:06

Chère CLP,

Le film dont je te parlais hier "La delicatesse" sera à nouveau diffusé ce lundi 27 Août sur Chérie 25 à 22h50.
Si tu peux, essaie de le regarder jusqu'au bout... ca  vaut vraiment le coup.

Tendresse



Je n'ai pas vu ce film.
En revanche, pour poursuivre, cela a déjà été cité, mais je te conseille de t'acheter le splendide album d'Emilie Simon, qui a été utilisé pour la BO de la délicatesse.
A l'époque, Ludo était bien vivant, mais j'avais déjà été bouleversé  par cet album, plein de délicatesse et de sincérité justement. Je suis archi fan d'Emilie Simon. Elle a écrit cet album en réponse au décès de son compagnon et producteur, Francois Chevalier (d'où Franky's Night).
Chaque chanson est un hommage à l'être disparu, les paroles sont simples, mais si juste et si sincères, sans sombrer dans le patos, tout en émoi et en discrétion, dans le respect le plus pur.
A l'époque, elle avait fait un concert à Paris à la salle Pleyel.
https://www.youtube.com/watch?v=hp3MyoVI4AcJe l'ai vu sur internet seulement. C'etait apparemment très beau, et elle avait installé sur scène une sorte de totem, avec de délicat jeu d'ombre, pour évoquer la personne disparue.
Procures toi ce CD sans hésiter, Vraiment, tu vas adorer!
C'est un de mes albums préférés (impossible de le réécouter pour le moment...cela fait partie de mes multiples blocages psychologiques, je l'ai vu en concert avec Ludo il y a 3 ans... j'ai nos vidéos mais ca reste trop dur à regarder).

Je t'embrasse
et merci pour ton réconfort, vraiment.

Michaël
Titre: Re : Injustice
Posté par: mike67 le 24 Août 2018 à 13:45:44
Chère CLP,

Je te prie de m'excuser, j'ai par erreur répondu à un post de BEBE sur ton fil.
Bien évidemment, ma réponse peut t'intéresser également.

Je respecte ta douleur et espère ne pas avoir manqué de délicatesse.

BOn courage à toi

Michaël
Titre: Re : Injustice
Posté par: mike67 le 24 Août 2018 à 13:55:14
CLP,

Je viens de lire respectueusement ton histoire.
Nos vies et les circonstances de la perte de l'être cher sont très différentes, mais je suis de tout cœur avec toi.
Comme tout le monde te l'indique, prends soin de toi et donne toi le temps nécessaire.
Il est important de s'écouter, de ne pas se faire violence.
Exprimer sa tristesse, ne pas la contenir, est essentiel pour un jour aller vers un mieux être.
Le tunnel est peut être long, mais il y a la lumière au bout.

Michaël