Auteur Sujet: Injustice  (Lu 936 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Eric38

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 118
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Injustice
« Réponse #15 le: 18 Avril 2018 à 17:02:27 »
CLP, crois moi, je comprends tout ce que tu décris comme sensations, comme émotions, comme idées.
Je ressens encore cela, et pourtant cela fait 13 mois que j'ai perdu ma femme adorée.
Elle avait à peine 38 ans, bon dieu, même pas 40 ans, est-ce un age descend pour mourir ?

Alors on n'a pas le même age, tu serais peut etre capable de me trouver vieux, j'ai 48 ans.
Et pourtant, je me dis comme toi : est-ce bien la peine de souffrir au quotidien de cette absence ?
Claire était intelligente (tres !), adorable (tant de témoignages en ce sens), gentille, drole, enjouée.
Et bienveillante envers moi et ses proches. Elle me manque tout les jours, plusieurs fois par jours. Je ne compte plus le nombre de fois ou les larmes viennent en pensant à elle, en entendant une musique, en voyant un paysage, ou des oiseaux : tout ce qu'elle ne peut plus faire, qu'on ne peut plus partager.

J'essaye de me montrer digne du courage immense qu'elle à eu en luttant durant plus de deux ans contre le cancer.
Je chute à chaque fois, je mord la poussiere, j'en passe et des meilleures. Claire, si elle peut me voir, doit être extrêmement décue, et cela explique peut etre que je n'ai aucun signes d'Elle.

Et pourtant, j'ai appris une chose sur ce forum en lisant les écris sur ceux qui ont perdus un proche par suicide : me supprimer pour ne plus souffrir moi ferait souffrir ma famille, mes amis, la famille de Claire. Je ne tiens pas à leur infliger cela, et pourtant dieu sait que Claire me manque.
Peut être même (voir les post sur la spiritualité) ne la retrouverais je meme pas si je me suicide, où que je souffirais une éternité, qui peut savoir ?

Bien que plus vieux que toi, j'ai déja entendu dire " tu es jeune, tu pourras refaire ta vie". Cette phrase fait hurler tout les membres de ce forum, quel que soit leur age, quelle que soit leur perte, quelle que soit la durée écoulée depuis la perte. Il ne s'agit pas de refaire sa vie, mais de mettre des rustines sur un débris de vie, et tenter , tant bien que mal (plutot mal dans mon cas) de poursuivre sa vie.

Alors oui, tu as le droit de dire à quel point tu souffre, et à quel point tu ne percois plus aucun interet à ta vie. Crois moi je comprends tres bien, et plusieurs autres membres du forum comprendront aussi. Comme je te le disais, hurle, crie, pleure, boude, révolte toi, accepte, ou pas...tu ne choqueras personne ici.
Tout ce que je peut te conseiller, c'est de venir lire et ecrire ici aussi souvent que tu en ressentiras le besoin.
En espérant que cela t'aidera un peu.
Si tu le veux et en ressens le besoin tu peut aussi envoyer des messages privés avec les personnes avec qui tu te sens le plus d'affinité, si cela peut t'aider un peu plus.

Je n'ai pas de lecon de morale à te donner, je ne me suis jamais senti supérieur aux autres, je n'ai pas la science infuse.
Simplement, respectueusement, amicalement, je serais désolé que tu en vienne à des extrémités...Et encore une fois je t'assure que je comprends tres bien ce que tu ressens.

Amicalement.

Eric

Hors ligne vortex

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 27
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Injustice
« Réponse #16 le: 19 Avril 2018 à 00:54:39 »
Je suis sincèrement navré de la perte que tu vis là.

Je me permets de te répondre, car ton message fait écho au deuil que je vis, j'ai dans des circonstances similaire perdu ma maman(mère si voulez que cela fasse moins enfant) et c'était mon pilier. Nous étions très proches. Et son absence mes difficiles, mais tu vis là la pire période que j'ai connue. Tu es qu'à trois semaines, trois petites semaines, il te faut le temps de digérer(et moi de même) mais je me souviens que le premier mois fut particulièrement pénible à vivre, j'en suis bientôt à deux mois et cela est déjà un petit peu plus vivable si cela peut te rassurer.

Et nous devons je pense faire de notre mieux pour  tenir, pour nos proches ! C'est le plus bel hommage que nous pouvons faire. Et j'en suis sûr qu'il serait heureux de nous voir nous battre pour survivre au chagrin qui nous accable par moment. Il nous faut essayer au maximum de positiver par respect pour nos proches. J'imagine qu'il ne voudrait pas nous voir triste H24.
« Modifié: 19 Avril 2018 à 00:56:34 par Amaz »

Hors ligne Stana

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1236
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Injustice
« Réponse #17 le: 19 Avril 2018 à 18:50:34 »
  Bonsoir CPL. J'espère que le forum t'apportera ne serait-ce qu'un peu de douceur en ces circonstances si difficiles. Tu es au tout début de ton deuil, c'est une période particulièrement dure: la perte aussi brutale que définitive de l'être aimé, le terrible manque, à chaque instant. On ne sais pas comment on vas pouvoir continuer à vivre sans l'autre, chaque jour est interminable sans la personne que nous aimions tans, comment imaginer que ce sera pour toujours? Et pourtant nous savons bien que nous n'avons pas le choix  :'( nous sommes tous passés par cette première étape traumatisante, nous savons ce que tu èprouve. Affronter un jour après l'autre, c'est la seule chose à faire. Ici, tu peux t'exprimer librement, comme ça te vient, c'est tout-à-fait normal que tu en ai besoin.
  J'ai moi-même perdu mon compagnon le 2 mai 2015, je peux témoigner que ça a été la pire période de toute ma vie, c'est une souffrance qui ne peux vraiment se comparer à aucune autre  :( presque trois ans après, j'ai pus trouver un certain apaisement, petit à petit, très lentement, je ne vais pas te mentir. La douleur presque insupportable des premiers temps est devenue une sorte de nostalgie, de douce mélancolie-parfois j'èprouve même une vraie joie à èvoquer nos plus merveilleux souvenirs, à lui, à ce qu'il ètait, corps et âme  :) :-* il arrive qu'il y ai encore des périodes plus douloureuses, ces temps-ci par exemple ce n'est pas évident, étant donné cette date-aniversaire qui approche, mais je sais par expèrience que c'est transitoire.
  N'hésite pas à nous parler.
  De tout cœur avec toi dans cette terrible èpreuve  :'( :-*

@ Amaz: oui, c'est exactement ça: garder la tête hors de l'eau, continuer malgrès tout, faire de notre mieux, c'est honorer leur mémoire adorée, respecter ce qu'ont été-ou ce qu'auraient été s'ils n'ont pas eu le temps de les formuler-leurs volontés, ce qu'ils voulaient ou auraient voulu pour nous, puisqu'ils nous aimaient  :( :) :-*
*Où que tu sois, ne m'oublie pas. Ici, ta voix résonnera encore et toujours. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à toi; mais c'est un monde où je ne suis pas...* (Dark Sanctuary)

Hors ligne chimene

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 87
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Injustice
« Réponse #18 le: 20 Avril 2018 à 13:20:04 »
Le sentiment de lui en vouloir, je le partage avec toi.

David était trop " fier" pour prendre des médicaments alors qu'il en avait besoin. Je ne sais pas si tu as lu mon " histoire" mais je l'ai retrouvé décédé un soir en rentrant du travail. C'est le choc qui nous tient si je puis dire. Je me dis que s'il avait pris ces foutus médicaments ( et encore c'était temporaire ) il serait encore là. Je galère niveau organisation avec notre fille, pour la vie de tous les jours etc, et je baisse souvent les bras. J'ai la chance qu'il m'ait laissé le plus beau des cadeaux, notre fille qui avait alors 4 mois.

On avait aussi plein de projets: pacs en novembre, achat maison, mariage..... J'ai l'impression d'avoir tout loupé ( hormis ma fille) et de faire un retour en arrière.....

Hors ligne tony36

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 115
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : Injustice
« Réponse #19 le: 23 Avril 2018 à 10:51:32 »
Quand je lis tous les messages, certains ont réussi à "se relever", d'autres non. Dans le doute, pourquoi s'infliger cette souffrance?
J'ai 30ans, Comme tout le monde me le disait se sont les plus belles années de ta vie... J'avais, nous avions des projets de vie: Mariage, enfant... Je ne comprends pas pourquoi je dois me battre, me lever. Il n'est plus et moi non plus.

Bonjour.
Je ne sais pas si quelqu'un vous demande de vous battre (si vous aviez des enfants à charge peut-être qu'il y aurait une certaine nécessité de rester debout si possible, ensuite  on n'y arrive ou on n'y arrive pas c'est une autre affaire, on ne peut pas forcément y parvenir tant la souffrance est puissante).

Dans un premier temps, ce que je voulais dire, c'est que peut-être il faut attendre qu'un peu d'apaisement vienne, que l'esprit se remette un tout petit peu en ordre car c'est un cataclysme horrible. Ensuite, vous verrez si vous vous poser des questions et lesquelles, et que faire.

On se relève, on on ne se relève pas, alors dans le doute, pourquoi s'imposer cette souffrance ?

Je comprends bien. Si je devais revivre la même chose, la mort d'un être autant aimé, je dis souvent que je choisirais de mettre fin à mes jours sans attendre une seule seconde car je ne voudrais pas revivre un tel enfer.  Mais je ne devrais pas faire ça, sauf si je ne blesse personne ce qui est peu probable et même si j'en aurais envie plus que tout comme j'en ai eu envie plus que tout.

Je ne l'ai pas fait après que ma femme soit morte dans mes bras même si j'aurais espéré que mon cœur lâche et que c'était l'enfer, mais je ne l'ai pas fait car si le suicide met fin à sa propre souffrance en supposant qu'il n'existe rien d'autre que le monde matériel,  le suicide sème une douleur abominable autour de soi.
La même douleur que l'on vit en fait.
On reporte le cataclysme que l'on subit sur nos proches : 
-les enfants si l'on en a, et c'est un héritage terrible que de leur faire vivre la mort d'un parent,
-ses parents, même s'ils sont vieux, la souffrance n'est pas plus surmontable pour les seniors que pour les plus jeunes. Quoi, il leur reste un ou deux ans à vivre ?  Un ou deux ans d'un enfer absolu avec l'idée que son enfant s'est suicidé ? Que l'on inflige la torture à une jeune personne ou à un vieillard, c'est exactement la même peine.
-ses frères et sœurs, ses cousins, sa famille, ses amis et même son chat ou son chien.

A moins d'être vraiment seul au monde, ce qui est rare, le suicide provoque énormément de souffrance et fait vivre aux autres l'enfer que l'on vit.

Sur un plan spirituel, comme je le disais, je suis persuadé que le suicide n'est pas du tout une bonne solution car si l'âme existe bien, se supprimer matériellement ne met pas fin à la souffrance morale, au contraire.
Si la source de la souffrance est purement physique (maladie grave, douleurs atroces, handicap lourd voire une défaillance mentale provoquant une forme de folie), peut-être que le suicide (assisté ou non) libère l'âme, c'est bien possible et ce serait logique.
Si la douleur est  morale, alors l'âme va conserver cette même souffrance après la mort qu'il sera plus difficile d’atténuer car l'âme n'aura plus l'enveloppe du corps pour agir et combattre. L'âme restera bloquer un temps ou toujours sur cette douleur immense.

Cette dernière hypothèse ne va absolument pas parler à ceux qui sont purement cartésiens, soit, mais on conviendra que le suicide provoque dans tous les cas un maximum de souffrance sur l'entourage qu'ils soient croyants ou non.

Je comprends tout à fait qu'on choisisse cette option tant on peut morfler, et que l'acte peut résulter d'une très forte pulsion de désespoir incontrôlable,  d'un "pétage de plombs" parfois, mais si je le comprends, je dis aussi que c'est un acte, qu'il soit réfléchi ou pulsionnel, qui engendre une immense douleur autour de soi.

On se suicide (ou on se laisse mourir, on devient une sorte de légume), mais on tue aussi en partie (ou complètement) les autres, ceux qui nous aiment.

Voilà pourquoi on ne peut pas faire autrement que d'essayer de combattre sauf si l'on est seul au monde ce qui est rarissime.
On peut se relever ou on ne se relève jamais, ou on est très abîmé à vie (à tel point qu'on peut se demander si cette vie de merde vaut le coup d'être vécue), je sais, et je ne porte pas de jugement de valeur sur le fait qu'on s'en sorte ou pas, qu'on survive ou pas, qu'on se relève ou pas.
Je ne juge pas non plus celles et ceux qui se suicident, mais je dis qu'ils sèment énormément de douleur.

Il me semble donc qu'il faut essayer de combattre (essayer) car il y a un enjeu crucial qui est de ne pas propager la douleur autour de soi en mourant ou en sombrant à son tou, surtout si l'on est une personne jeune en bonne santé.

Même pas besoin de passer au débat sur l'âme, sur ce qu'on va devenir, sur les raisons de tout cela, pas besoin d'argumenter : les êtres humains sont des êtres qui éprouvent des sentiments très puissants dont l'amour et la souffrance. La mort propage donc une énorme douleur, peut-être la pire douleur qui soit, alors quand elle n'est pas voulue et qu'elle résulte d'un accident ou d'une maladie, c'est une chose, mais quand elle est volontaire, il faut essayer de ne pas infliger ça à quelqu'un en se suicidant ou en assassinant (d'ailleurs se suicider c'est s'assassiner).

Si l'humain ne connaissait pas la douleur, on pourrait se supprimer, car les autres n'en souffriraient pas, d'un autre côté si c'était le cas, nous n'aurions pas besoin de nous supprimer vu que nous ne souffririons pas.

« Modifié: 23 Avril 2018 à 11:57:36 par tony36 »

Hors ligne tony36

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 115
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Injustice
« Réponse #20 le: 23 Avril 2018 à 12:33:16 »


On se suicide (ou on se laisse mourir... mais on tue aussi en partie (ou complètement) les autres, ceux qui nous aiment.

Voilà pourquoi on ne peut pas faire autrement que d'essayer de combattre sauf si l'on est seul au monde ce qui est rarissime.



Partant de ce postulat très simple, il n'y a pas d'autre choix que d'essayer, je dis bien essayer, de combattre et je ne  sais pas y vous y arriverez ou pas je ne suis pas devin. Les psychologues disent que statistiquement la majorité des gens survivent (dans quel état ça par contre  je ne sais pas).

Je voulais juste rajouter que vous êtes en plein chaos, en plein cataclysme, vous ne pouvez pas supposer que vous vous relèverez, c'est impensable, ça paraît complètement débile même, vous ne pouvez de toute façon sans doute pas imaginer grand chose et vous ne pouvez je pense qu'être dans l'horreur que vous vivez, et c'est une horreur absolue !

Il faut peut-être attendre que l'esprit se repose, baisse en pression, je ne sais pas moi, qu'il se calme (un psychiatre vous donnera un avis plus judicieux que moi),  ensuite vous vous poserez des questions sur l'avenir ou sur d'autres choses si vous le souhaitez et vous verrez ce que vous deviendrez. Il est normal de se demander tout cela tout au long de sa vie d'ailleurs, mais lorsqu'on est en plein cataclysme on est trop dans la douleur pour avoir d'autres réponses et d'autres champs de vision que de la souffrance, la souffrance et encore la souffrance (comment penser autrement ?) Je voulais rajouter cela : vous ne pouvez sans doute pas voir autrement pour le moment qu'au travers du prisme de la souffrance, alors attendez !

Dans un premier temps il s'agit juste d'avoir en tête ce simple postulat : survivre, même si l'on a pas envie du tout vu comment c'est une vie de merde (pire qu'une vie de merde : une longue souffrance atroce), mais il faut essayer de survivre pour ne pas faire de mal aux autres puis... vous verrez, quand vous serez capable d'entrevoir quelque chose d'autre que la souffrance.

Hors ligne CLP

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 5
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Injustice
« Réponse #21 le: 13 Mai 2018 à 17:36:32 »
Bonjour à tous,

Merci pour vos réponses.
Nous approchons les deux mois du décès de mon Lucas.
J’ai quitté ma bulle ou le choc me maintenait debout. La vie, le monde continue de tourner. Et moi... et moi je tourne en rond. Je souffre, je pleure, je me lève pour accomplir je ne sais quoi.
Il y a des jours où j’ai l’impression qu’il est là. À me regarder, à me parler. Alors je lui parle.
Je lui parle sans cesse de son arrêt cardiaque et attends qu’il m’envoie des réponses.
Mais rien.
Les questions, l’absence me rendent folle.
Chaque jour, de nouveaux témoignages sur ce forum. Pourquoi? Pourquoi tant de personnes en souffrance?

J’ai de grosses difficultés à supporter le regard des autres. Leur compassion qui ne fait que m’envoyer des couteaux dans le coeur. J’ai envie d’hurler mon amour pour lui et leur dire à quel point lucas et moi étions heureux et que je ne veux pas je ne peux pas accepter que notre amour est devenu synonyme de malheureux.
Je ne supporte plus les jours qui défilent. La vie qui continue sans toi sans moi sans nous.
Nous pensions être la nouvelle génération. Celle qui allait conquérir le monde, révolutionner la France.
Tu es mort et moi j’ai changé. Je me réfugie chez nous. Je n’ouvre que très peu les volets. Je suis devenue un animal apeuré.

Tu me manques tant.



Hors ligne chimene

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 87
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Injustice
« Réponse #22 le: 14 Mai 2018 à 15:22:06 »
je partage ton sentiment par rapport au regard des autres.
J'en ai marre qu'on me regarde en ayant le visage triste genre" la pauvre fille, toute seule avec son bébé"
je ne veux pas faire pitié et c'est par moment ce que je ressens quand je vois des personnes m'acheter des couches pour ma fille, me donner de l'argent pour m'en occuper tous les mois......  Je sais que ça part d'un bon sentiment mais j'ai du mal

je n'ai pas réussi à retourner devant notre chez nous, j'ai peur que se déroule ce qui s'est passé ce soir là en plus fort et que je fasse une grosse " crise", même si j'ai ces images qui me trottent dans la tête tous les soirs à la même heure