Auteur Sujet: Il me manque  (Lu 2179 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Mabrugayo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 14
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Il me manque
« le: 13 Mars 2017 à 13:21:06 »
Bonjour à toutes et à tous,

J'ai perdu mon mari, mon compagnon, mon amant, le 21 juin dernier d'une crise cardiaque, 15 jours avant ses 53 ans. Le matin il se plaignait d’avoir mal aux jambes (lui qui ne se plaignait jamais) et m'avait demandé d'amener notre plus jeune fils à  son épreuve de bac. Je suis allée à mon travail pendant qu'il prenait rendez-vous chez le docteur où l'a conduit notre fils aîné. Il est mort là-bas malgré l'intervention des pompiers et du SAMU... Voilà les faits bruts.

J'ai surmonté vaille que vaille, les enfants ont été forts, mes beau-parents (qui perdaient leur fils unique) ont été (et sont toujours) merveilleux, attentionnés et présents. j'ai fait des tas de projets que j'ai mené à bien : j'ai repeint les volets de la maison durant l'été comme nous l'avions prévu ensemble, J'ai changé de voiture, je me suis occupée de l'installation de cadet à l'internat de sa prépa (à ce propos il a brillamment réussi son bac S : mention très bien). J'ai organisé la fête des 20 ans du fils aîné et 18 ans du fils cadet (leurs anniversaires se suivent sur 4 jours). On a pu compter sur moi au boulot où je suis chef de projet... Bref, j'assume plutôt pas trop mal...

Mais depuis un mois je vais de mal en pis. Je me sens horriblement vide. A quoi bon tout ça ? Je voudrai m'endormir et ne plus me réveiller. La seule chose qui me maintienne est que je ne veux pas faire de peine à ce qui m'aiment. Les amis, la famille, les relations sont passées à autre chose et c'est normal : ils ne vivaient pas au quotidien avec lui. Les enfants sont grands et, même s'ils sont encore partiellement à la maison (l'un en internat l'autre souvent chez sa copine), ils ont leur vie, leurs amis et c'est tant mieux, je suis heureuse pour eux... Mais, à moi, il me  manque de plus en plus. Terriblement. Jour après jour la conviction de ne pas pouvoir vivre sans lui s'intensifie. Pourtant je suis quelqu'un de plutôt indépendant, j'avais toujours besoin de mon espace de liberté... Alors quoi ?

Les âmes bien intentionnées me disent qu'une partie de lui survit en moi. Oui, certes, si je suis ce que je suis c'est grâce à lui. Mais cela ne remplace pas son regard, si malicieux, sa bouche dont j'adorais le dessin et le sourire, ses mains qu'il aimait promener sur mes seins... ses cheveux poivre et sel si doux au toucher et dont j'ai gardé quelques mèches. Ce n'était pas un Apollon, mais il avait des yeux plein de charme dissimulés derrière des lunettes alors ils étaient rien que pour moi... Il me manque ses bras, la place, importante, qu'il prenait dans le lit... M'en fiche bien de son "essence" moi ! c'est son corps qui bouge, ses yeux qui pétillent, sa bouche qui m'embrasse et qui ne disait jamais "je t'aime" que je veux !!

Je crois que je dis n'importe quoi mais je crois aussi que j'avais besoin de l'exprimer à des inconnus qui comprendront mieux mon désarroi que mon entourage même avec la meilleure volonté du monde. Je sais bien que d'autres personnes vivent des deuils semblables, pires même. Que je ne suis ni la première, ni la dernière, que c'est ainsi mais le savoir, le comprendre, ne console pas...

Hors ligne Malibai

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 14
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il me manque
« Réponse #1 le: 13 Mars 2017 à 14:54:24 »
Qu est ce que c est dur ! Le manque de celui qu on aime.  Je ne sais quoi dire de plus. Je fais aussi du mieux que je peux mais le manque de lui est là tout le temps. Tenir le coup, faire ce qu on peut, profiter des petits moments de répit avec les siens et pleurer aussi.
Ce matin j ai ete chercher en train une jardiniere d au moins 20 kilos et je l ai portee dans son sac à dos de randonnee jusqu au cimetiere. C etait un peu idiot mais j ai reussi et j etais bêtement contente. Elle est belle cette jardiniere en terre et je vais pouvoir faire de nouvelles plantations. Avoir son sac à dos si lourd sur mon dos etait une façon de faire quelque chose avec lui pour lui. Quelque chose comme on en faisait ensemble. Une randonnee sur le chemin de Compostelle qu on ne reprendra jamais tous les deux....Ca y est je pleure. Une pensée pour toi et ta douleur. Un partage de chagrin.

Hors ligne bandit11430

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 29
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il me manque
« Réponse #2 le: 13 Mars 2017 à 15:10:59 »
Bonjour,
J'ai là même souffrance cela fait 2 mois et demi qu il est décédé et j ai tellement mal il me manque tout me rappelle nous un plat une simple pub à la télé un film plus le temps passe plus la douleur augmente je ne réalise toujours pas qu il ne me dira plus je t aime quet nous serons plus ensemble pour voir grandir notre bébé son odeur ses bras son sourire nos longues discussions lui tout simplement comment continuer sans lui j essai de sentirez ses vêtements je gardes tout de lui même une simple bouteille ou il a but ma famille mes amis sont là avec leur soutien mais ils ont leur vie il me pose toujours cette question ça va auquel je répond avec  mes mensonges oui comment pourrais je aller bien alors que ma vie s est arrêter le 28 décembre 2016 je survis pour notre bébé et me demande chaque jour pourquoi ne pas le rejoindre

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1651
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Il me manque
« Réponse #3 le: 13 Mars 2017 à 16:29:55 »

Bonjour Mabrugayo,

"Alors quoi ?"... pense à toi... prends bien soin de toi !

La première année... c'est l'année des première fois... de l'année dernière à cette date... je, il, nous ... voilà... c'est comme ça !... te prends pas trop la tête !

Tes enfants ... ça roule pour eux ! les études... leurs copines... etc...

Si tu es ce que tu es ... c'est grâce... à toi !
Les âmes bien intentionnées... rien à foutre !

Tu es indépendante... tu as besoin de ton espace de liberté...

La difficulté c'est qu'il va falloir passer ... doucement, progressivement... à autre chose !

Votre lien d'Amour ne disparaîtra jamais... ton chagrin sera toujours là...
Il te faut construire de nouvelles amitiés... des relations... d'abord parcimonieusement puis ensuite plus généreusement !
Sois à l'écoute de ton corps, tes envies... souris ... oui, souris à la vie !..... y'a pire !

Rends lui hommage par l'écriture, la pensée... pense à LUI ! tu seras plus forte, plus toi ... pense à TOI !

J'admire "les amoureuses"... et TOI, tu en est UNE BELLE ! fidèle et sincère ... éternelle !
Moi, non, je ne suis qu'un Papa... le papa de Raphaël... pour t'accueillir et ... peut être à bientôt !

Bien Amicalement.
Federico

Ps : tkt, j'suis connu ici !
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Nathalie nb

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 5
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il me manque
« Réponse #4 le: 13 Mars 2017 à 18:43:53 »
Je comprends aussi tout ce que vous ressentez tous et toutes je viens tous les jours sur ce forum ou je lis beaucoup mais n ecris guere ....vous le faites tellement mieux que moi et je me reconnais dans tout ce que vous dites alors que dire de plus ? L homme de ma vie est parti le 22 decembre 2016 egalement d une crise cardiaque foudroyante devant moi alors qu il etait en pleine sante 2 jours avant le reveillon qu il attendait tant reveillon ou il avait pu reunir ses 3 enfants chose qui n etait pas arrivee depuis longtemps !!! Pourquoi ??? Depuis je suis comme vous tous je survis mais pour combien de temps ...??il me manque a en mourir ...

Hors ligne Ela

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 276
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il me manque
« Réponse #5 le: 14 Mars 2017 à 00:30:50 »
Mabrugayo... Merci d'exprimer pour nous tous, avec tes mots, ce manque physique... terrible... qui j'ai l'impression est si tabou parfois. Qu'on a tant de mal à exprimer, à évoquer, à admettre aussi... Le lit froid, cette bouche qui n'embrasse plus, ces bras qui n'enlacent plus... Les souvenirs eux mêmes qui deviennent plus "vaporeux", qui d'un coup se font moins consistants, moins "physiques"... La sensation de l'étreinte perdue, qui devient plus vague. Qui se fait image. Qui déserte le corps pour ne plus exister que dans l'esprit. Et le corps qui hurle en silence. La peau qui a tant soif de caresses et n'en reçoit plus... Alors, parfois, on préfère l'oublier, le nier ce corps. S'il n'est plus là il ne peut plus souffrir du manque de tendresse... On se détache du poids de la chaire, de cette carcasse et on laisse notre esprit planer, dériver dans cet ailleurs où on pense pouvoir retrouver notre amour, différemment... Et parfois, on y parvient un peu. Et pourtant, ce corps, qui reste là, relégué aux oubliettes, n'a pas disparu... Il ne faut pas l'oublier. Il faut en prendre soin... C'est difficile... Pour ma part, j'y mets des bandages, des sparadraps, comme je peux... Je m'enroule dans ses vêtements. Je porte son parfum. Je laisse parfois mon esprit raviver en moi le souvenir de nos caresses... j'ai envie de lui, encore, toujours. Envie de faire l'amour. Et oui, ce n'est pas quelque chose dont on parle, et pourtant je le confesse, ma libido n'est pas morte avec lui. Mais c'est bien de lui que j'ai envie, et c'est une équation impossible à résoudre, un manque impossible à combler... Mais j'accueille cette envie, je la gère comme je peux, je ne la refoule pas. Je n'en n'ai pas honte. Même sans sa présence physique, je ne peux transformer une relation dans laquelle le corps jouait un rôle précieux en relation purement immatérielle... Alors, par ailleurs, je tente de penser qu'il est là, qu'il serait heureux, toutes les fois où physiquement, je prends soin de moi. J'ai recommencé à essayer de me faire jolie, parfois... Je suis allée au hammam. Je me fais des "automassages", lorsque mes articulations sont douloureuses. J'apprends à apporter de la tendresse à mon corps, et je me dis que mon chéri est là. Que je lui prête mes mains pour me toucher, pour m'apporter les soins qu'il aurait aimé me prodiguer... Ce n'est qu'un sparadrap, une goutte d'eau dans un océan de solitude... mais ça m'aide un peu... Ça m'aide à ne pas m'envoler complètement pour aller me percher dans un endroit où tout ne serait qu'esprit, âme, énergie invisible... à me souvenir que présentement, j'existe bien en tant que femme de chaire et de sang...
Au delà de ces quelques lignes que je t'adresse, sache que j'ai bien conscience de ce qu'est le manque... de sa profondeur... Je sais bien qu'en dessous des sparadraps, il y a un abîme dans lequel il n'y a plus de mots pour apaiser la solitude.... Peut-être juste, parfois, furtivement, une présence...
Je t'envoie toute mon affection.

Hors ligne Pucinette

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 229
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il me manque
« Réponse #6 le: 14 Mars 2017 à 01:34:40 »
Merci ela de ce message.... j'aurai tant aime l'écrire... Ce manque physique... La différence c'est que moi je n'arrive pas à prendre soin de ce corps... Il me dégoûte même... Il ne sert plus à rien...

Il me manque tellement...

Christophe qu'est ce qu'on a fait pour mériter ça mon amour.... Je t'aime si fort...
Christophe... Mon amour pour toujours...

Hors ligne marijo

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 81
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il me manque
« Réponse #7 le: 14 Mars 2017 à 07:37:56 »
Mabrugayo, comme tu décris bien le manque physique de l' être aimé. Je me retrouve complètement dans ce que tu écris. Merci, je n' arrivais pas à le formuler et tu as trouvé les mots. C'est exactement cela. En revanche comment combler ce manque? Là. je crois bien que les mots ne suffiront pas et qu'il n'y a pas de solution.

Hors ligne Mabrugayo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 14
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il me manque
« Réponse #8 le: 14 Mars 2017 à 10:05:07 »
Je vous remercie pour vos messages. Savoir que d'autres personnes comprennent ce que je ressens, le ressentent aussi, n'apporte pas de consolation mais atténue ce sentiment de colère. Enfin... "colère" est un mot un peu fort, "agacement" peut-être mais celui-là est trop faible... On ne vous parle que de votre "cher disparu" qu'en termes éthérés, on évoque des souvenirs, il manque bien sûr à tous, parents, amis, je ne minimise pas la douleur des autres, il était si généreux en amitié, présent quand on avait un réel besoin de lui (sinon il envoyait bouler : il avait un vrai sens de ce qui était important et supportait mal les jérémiades) mais ce n'est pas de l'ordre de l'intime. A qui dire à quel point il aimait me donner du plaisir ? Ici j'ose parce que j'ai besoin de le crier, que je ne vous connais pas et que vous comprendrez...

Mon entourage sent que je vais mal et me pousse à aller consulter un psy. Je n'en veux pas, je sais très bien pourquoi je ne vais pas bien : il n'est pas là, ne rentre pas le soir, ne bougonne plus parce que le repas n'est pas prêt, rigole parce que je pars au quart de tour en lui disant que la cuisine ne lui est pas interdite, demande à ce que je lui gratte le dos, je négocie : d'accord mais tu me serres fort dans tes bras après...

En fait la seule personne qui pourrait m'aider est précisément celle qui est partie...

Hors ligne Pucinette

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 229
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il me manque
« Réponse #9 le: 14 Mars 2017 à 10:09:00 »
C'est ce que je n’arrête pas de dire : cruel paradoxe que la seule personne qui pourrait me réconforter est celle pour laquelle je pleure et qui n'est plus...

J'espère que ta journée sera aussi douce que possible...
Christophe... Mon amour pour toujours...

Hors ligne Faïk

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 745
  • Terra Incognita
Re : Il me manque
« Réponse #10 le: 14 Mars 2017 à 10:17:32 »
Il me manque …

Alors que l'image de la sexualité s'est libérée au cinéma, à la télévision, sur Internet, dans les magazines, elle reste en dehors de ces médias un sujet rarement abordé, que ce soit avec la bonne copine ou le meilleur copain … et encore plus en famille.

Cette dimension semble impossible d'aborder au moment où l'on se retrouve seul(e).
Alors que nous n'osions pas parler, et c'était notre droit, de cet aspect de notre vie quand nous formions un couple de chair et d'os, il semble encore plus compliqué d'oser l'aborder quand ce couple n'existe plus physiquement.

Pour plusieurs raisons, parce que nous ne souhaitons pas exprimer ce que nous considérons comme le plus intime de nous et de ce fait impartageable, parce que l'endeuillé éprouve un tel déferlement de sentiments qu'il a du mal à démêler cette part de lui-même à laquelle il est contraint de renoncer.

L'entourage participe de ce mutisme. Parce qu'il ne souhaite pas, et c'est son droit, recevoir des confidences sur ce sujet, parce qu'il pense, à tort à mon avis (mais c'est juste le mien) que cet aspect reste mineur par rapport à la perte et à l'absence. Et que le lien d'amour qui doit perdurer ne peut être entaché de considérations qu'on estime un peu triviales par rapport à ce sentiment si pur.

J'ai exprimé parfois ce manque.
Je l'ai écrit, ici, et à quelques personnes « autorisées ». Je n'en ai pas honte.
Je me ressens comme asexuée parfois, et puisque j'ai des enfants, mère, uniquement.
Une espèce d'hybride entre femme et hérisson …
Je suis les conseils d'Ephémère et continue de me maquiller ou de mettre du parfum avec mon éternel jean et mes pataugas, qui font l'essentiel de ma garde-robe depuis si longtemps.
Lors d'une soirée, j'ai ressorti robe fleurie et longs pendants d'oreilles, et à mon entourage un peu surpris de me voir ainsi « apprêtée », j'ai coupé court à toute explication en annonçant « être en fille » ce jour ...
Eva l'a très bien dit : dans la souffrance, nos enfants supportent la mère, mais pas la femme.
Il y a multiples deuils dans le deuil, et ce manque là pas toujours si facile à accepter …

Je pense à vous
« Modifié: 14 Mars 2017 à 10:21:50 par Faïk »

Hors ligne Faïk

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 745
  • Terra Incognita
Re : Il me manque
« Réponse #11 le: 14 Mars 2017 à 10:20:21 »
Et pour finir, si Federico hante les jardins de son petit monastère, moi j'ai parfois l'impression d'être rentrée au carmel, contrainte et forcée ... un comble, quand on pense à mon riant athéisme ...


Hors ligne Mabrugayo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 14
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il me manque
« Réponse #12 le: 14 Mars 2017 à 10:36:30 »
Merci, Faïk, c'est exactement ça... Je suis mère, fille, belle-fille, amie... mais plus amante, plus femme !

Un souvenir me hante depuis : quand mon grand-père est mort (il n'était pas bien vieux, un peu plus de 60 ans), je n'avais absolument pas réalisé jusqu'à aujourd'hui que ma grand-mère avait perdu son unique amour...

A tous, merci encore pour vos messages, que la journée vous soit douce

Hors ligne Alexandra

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 127
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il me manque
« Réponse #13 le: 14 Mars 2017 à 11:35:42 »
Mabrugayo, Faïk, Marijo, Ela, Pucinette, ... merci à vous de parler de ce manque dont je ne sais pas à qui parler. Ce manque qui devient une douleur physique à mesure que les jours passent. Et pourtant, je ne supporte pas qu'on me touche, je ne supporte pas qu'on me regarde, je ne supporte pas d'être encore un corps sans le sien. Peut-être aussi parce que le cancer est venu du testicule, je crois que de toute façon je ne supporterai plus jamais le corps d'un homme. Le moindre signe d'intérêt, le moindre contact physique masculin deviennent terriblement douloureux, je me sens obligée de dire encore et encore que j'ai peut-être 28 ans mais que je suis veuve, pas célibataire. Parfois il me semble qu'il n'y a pas de place dans notre monde pour nos "veuvages précoces",  ce chagrin si tabou que certains se permettent de comparer à un divorce, sans comprendre les mille dimensions de notre manque.

Je vous envoie à toutes un peu de douceur

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2945
Re : Il me manque
« Réponse #14 le: 14 Mars 2017 à 13:34:59 »
ce sujet avait été évoqué
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/le-contact/
mais a besoin de l'être encore par toutes les nouvelles personnes
et j'ajouterai que ne pas le cantonner aux personnes jeunes est adapté ... et souhaitable ici

le thème
"En fait la seule personne qui pourrait m'aider est précisément celle qui est partie..."
est aussi une constante et il faut l'écrire, le dire pour l'user ... aussi et pour moi rejoins cette discussion
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/mon-amour-est-parti-au-mois-d'avril/msg83951/#msg83951

affection à toutes et tous
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char