Auteur Sujet: Il est parti à 38 ans...  (Lu 2581 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne yvgpqpg4

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 140
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il est parti à 38 ans...
« Réponse #15 le: 31 Mars 2019 à 00:19:01 »
Oui la fatigue continue de m'envahit, cela dépend des moments, mais j'y travaille par des séances d'hypnose et recommencer à marcher plus grâce aux beaux jours, faire attention à ce que j'avale. Oui j'ai enterré mon chéri le jour des 10 mois de notre bébé. Cela est incroyable aux yeux des gens quand je dis une chose pareil mais je crois qu'aujourd'hui cela fait moins mal et "ça fait partie de la vie". Même si cela restera une injustice éternelle pour ce petit cœur. Il y a pas longtemps je crois que je n'aurais pas été capable d'écrire cette phrase. Je me surprends.

Hors ligne yvgpqpg4

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 140
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il est parti à 38 ans...
« Réponse #16 le: 31 Mars 2019 à 00:28:11 »
Autre chose je ne suis pas certaine qu'il y ait un degré de douleur de souffrance selon la façon dont est parti notre aimé. Quand j'entends des personnes âgées me dire ohlala ça doit être dur pour vous je leur réponds souvent je ne pense pas que ce soit une question d'âge. Pour moi perdre un être cher est aussi difficile quelque soit les circonstances, l'âge etc. J'aimerais bien avoir des avis de personnes par rapport à ce sujet.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4579
Re : Il est parti à 38 ans...
« Réponse #17 le: 31 Mars 2019 à 09:19:48 »
La douleur de la perte est lié à comment on vivait l'attachement.
Elle est donc différente ce n'est pas l'intensité qui diffère c'est comment on la vit.
Selon moi.
Quand on perd nos moitiés on perd le passé, le présent, le futur.
Le passé est plus ou moins long ... Il constitue un coffre à souvenirs où on peut piocher, quand on a beaucoup de souvenirs c'est varié, multiple, quand ce fut court c'est plus détaillé et intense
Le futur perdu est plus ou moins"long" même si on ne connait pas nos durées de vie
L'impact n'est pas le même sur nos émotions si on a des enfants, s'ils sont très petits, voire non nés au moment de la perte, plus vgrands ou adultes déjà engagés dans la vie. Sans cesse en pensant à eux, en les regardant nos émotions par rapport au manque sera différent.
Il semble, là je le tire des x échanges avec des personnes veuves qui l'ont été jeune avant 35/40 ans que pour certains c'est plus difficile au départ d'envisager une nouvelle vie amoureuse mais que lorsqu'elle est là, entraîné par son vécu cela devient moins difficile, surtout si la nouvelle personne partenaire sait avec délicatesse y prêter attention avec respect, tendresse pour les jours et circonstances de dates anniversaires ou particulières
 exemple parmi d'autres
Quand ma petite fille est née, la maman de mon gendre qui avait été veuve (accident) du travail) alors qu'il avait 3 ans, et sa sœur quelques mois, vivait de fortes émotions face à ma petite fille, son compagnon (rencontré 5 ans après le décès) là a su être tantôt en retrait puis très présent en prenant sa place de "grand père". Et elle a pu s'apaiser à son rythme, avec des vagues dont elle nous a parlé à tous, quand cette petite a eu l'âge qu'avait sa tatie au décès puis l'âge de son papa ...

Je vous suggère à toutes et tous de lire les liens de veuves pour la  seconde fois voir dans table des matières

De lire le fil de personnes devenues veuves après très peu de temps de vie ensemble comme fée Viviane ou d'autres ils ne vivaient pas encore ensemble
Cela permet de voir comment se manifeste la douleur

Dans le fil texte de Beautheac
Voir
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/texte-sur-le-veuvage-de-nadine-beautheac/msg58311/#msg58311
Et ma contribution
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/texte-sur-le-veuvage-de-nadine-beautheac/msg58335/#msg58335

Quand on lit Le livre recommandé "j'ai réussi à rester en vie" de Joyce Carol Oates on voit sa douleur mais la suite de sa vie à plus de 75 ans au bout de à peine un peu plus de un an se relancer dans une nouvelle vie amoureuse permet de comprendre que ce n'est pas l'intensité de la douleur qui empêchera ou pas un futur. Beaucoup de personnes plus jeunes se retrouvent bien dans ses horribles vécus de veuvage

Prenez soin de vous
Bien affectueusement

Il ne faut comparer que les effets de la douleur, la manière de les vivre pas pour les hiérarchiser mais comprendre

Très affectueusement
« Modifié: 31 Mars 2019 à 09:24:09 par qiguan »
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne malome

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 555
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il est parti à 38 ans...
« Réponse #18 le: 31 Mars 2019 à 18:46:47 »
Forget


quoi te dire qui ne t'as dèjà été dit pour l'instant , je voudrais juste m'asseoir près toi , prendre ta main , chut ne dis rien laisse couler tes larmes et écouter le silence un instant pour alléger ta peine
Amitié et douceur à toi et ton aimé

Hors ligne Forget31

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 48
  • notre fin a commencé le 12 mars 2019
Re : Il est parti à 38 ans...
« Réponse #19 le: 31 Mars 2019 à 20:51:38 »
Je suis dégoutée, j'en ai marre d'être à ma place...
Encore une fois, j'essaie d'aller mieux, je suis sortie faire du beach volley, avec des personnes qui ne connaissent pas mon histoire. J'essaie d'avancer, mais la cruelle réalité de la vie me ratrappe.

Je regardais des photos de nous deux, et je me rends compte qu'il avait toujours sa go pro attachée à son poignet pour capturer des souvenirs en mer, sur terre, dans les airs, partout il l'avait. J'avais organisé une cagnotte pour lui offrir avec nos amis.
Et, je me rends compte qu'elle n'est pas dans son bureau. Pour rappel, ma belle sœur a dormi pendant 10 jours dans son bureau, et c'est elle qui a souhaité vider son bureau, pour léguer les bd de mon chéri à son fils.  Elle m'en a informé, mais que dire ? Elle a tous les droits sur les biens de mon chéri (je ne suis que sa fiancée). Et j'ai de vieux démons qui reviennent et qui la soupconne d'avoir pris la GO PRO de mon chéri, avec nos souvenirs dedans de vacances.

Pour rappel, tous les biens de mon homme appartiennent désormais à ma belle famille : la moitié de notre appartement, et tout le reste.
Je les aime, mais dans leur douleur, ils agissent de telle façon que je me sens rejetée et surtout j'ai l'impression que je vais bientôt me retrouver à la rue.
Un exemple que je n'ai toujours pas digéré : ma belle sœur qui n'habite pas région est partie avec son portable en me promettant que ce n'était que pour gérer la messagerie de son frère décédé, et ses affaires personnelles, vue qu'elle va hériter de son unique frère, alors que moi je voulais récupérer nos messages, nos photos, ...
elle ma laissé le consulter sur "demande", mais comment transférer des sms du tel de mon chéri mort  sans avoir son nom apparaître ? ça me fendait le cœur. le résultat est que j'ai craqué, je me suis tue, et j'ai continué à faire comme si de rien n'était.
J'ai la rage, et tout le mal que son frère pensait d'elle me revient, alors que je m'efforce de penser que c'est une bonne personne, là, je n'y crois plus.

Est moi qui suis trop sensible ou quoi ? aidez moi, je vais péter un cable
notre fin a commencé le 12 mars 2019

Hors ligne malome

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 555
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il est parti à 38 ans...
« Réponse #20 le: 31 Mars 2019 à 21:06:56 »
Forget
Tu vis non seulement la perte récente de l'amour de ta vie , et en plus on te prend tous vos souvenirs , belle -famille dis-tu,
tu es gentille ,  il semble bien que toi la fiancée tu ne sois  plus rien à leurs yeux, ils ont leurs douleurs certes mais un peu de respect pour toi n'enlèverais rien  leur chagrin , rien que pour l'appartement ne devrais-tu pas prendre contact avec le notaire (juste une idée) tu dois bien savoir ce que vous avez signé tous les deux , en temps ordinaire c'est compliqué mais là , la tâche n'est pas facilité
Je ne te suis pas d'une grande aide , juste de tout coeur avec toi

Amitié et douceur à toi et ton aimé

Hors ligne Forget31

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 48
  • notre fin a commencé le 12 mars 2019
Re : Re : Il est parti à 38 ans...
« Réponse #21 le: 31 Mars 2019 à 21:18:28 »
Forget
Tu vis non seulement la perte récente de l'amour de ta vie , et en plus on te prend tous vos souvenirs , belle -famille dis-tu,
tu es gentille ,  il semble bien que toi la fiancée tu ne sois  plus rien à leurs yeux, ils ont leurs douleurs certes mais un peu de respect pour toi n'enlèverais rien  leur chagrin , rien que pour l'appartement ne devrais-tu pas prendre contact avec le notaire (juste une idée) tu dois bien savoir ce que vous avez signé tous les deux , en temps ordinaire c'est compliqué mais là , la tâche n'est pas facilité
Je ne te suis pas d'une grande aide , juste de tout coeur avec toi

Amitié et douceur à toi et ton aimé

Merci malome, mais sans entrer dans les détails, mon chéri était hyper brillant, et notre appartement n'était qu'un détail dans tout qu'il avait réussi à avoir à la force de ses bras et de son cerveau (ma belle famille n'est pas fortunée).
Et nous avions donc pris son notaire à lui, qui durant les quelques rdv n'a pas été trop "aidant" de mon côté.

Un ami qui a du patrimoine ma donné une image parlante : s'il se mettait avec une personne et qu'il décédait, son notaire, un notaire de famille défendrait envers et contre tout sa famille à lui, et non pas le cas de sa pauvre compagne.
Le notaire a un devoir de réserve, mais il oriente forcément ses conseils.

On me dit face à ma situation d'aller en consulter un autre, sauf, qu'ils vont se parler, et je crains que ma belle famille ne me prenne pour une veuve noire prête à tout pour récupérer de l'argent, alors que j'étais la seule à savoir tout ce qu'il avait, et que jamais je n'ai profité de ses richesses.

Ma situation est tellement glauque et loin de notre bonheur simple et sans chichi (ca ne fait que 2 semaines et 5 jours), que je ne peux même pas le pleurer en paix sans penser au "matériel"
notre fin a commencé le 12 mars 2019

Hors ligne yvgpqpg4

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 140
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il est parti à 38 ans...
« Réponse #22 le: 31 Mars 2019 à 22:51:57 »
Mais une sœur n 'herite pas de son frère, si ?

Hors ligne Forget31

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 48
  • notre fin a commencé le 12 mars 2019
Re : Re : Il est parti à 38 ans...
« Réponse #23 le: 01 Avril 2019 à 00:14:48 »
Mais une sœur n 'herite pas de son frère, si ?

je te confirme tristement que oui... car son unique sœur (en réalité c'est 50% sa sœur et 50% ses parents). Nous n'avons pas eu la chance d'avoir d'enfant (enfin j'attends la semaine prochaine pour savoir si chéri ne m'aurait pas fait la plus belle des surprise dans mon ventre  :D ), et ni PACS, ni mariage

Je mets "tristement", car il n'avait pas confiance en sa sœur qui ignorait tout de son patrimoine, et il était même déçu que ce soit sa sœur tellement ils étaient différents. Il pensait que l'argent lui brûlait les doigts...
Je me rappelle d'un repas de famille où le neveu de mon chéri (le fils de sa sœur) lui a demandé : tu as de l'argent toi, tu peux m'acheter ça....
Et mon chéri n'entrait pas dans ce jeu du tout. Et il ne parlait jamais de son patrimoine, et n'avait d'ailleurs pas besoin de s'en vanter, car on l'aimait pour lui.

Ca c'est ce qu'il pensait de sa sœur, mais je pense sincèrement pour l'avoir vue suite à la mort de son frère qu'elle l'aimait sincèrement, et que lui ne voyait en elle que la petite sœur chiante qui avait fait des mauvais choix et des décisions hâtives dans sa vie.

J'espère de tout mon cœur que son frère n'avait pas vu la femme qu'elle est devenue, digne de confiance et prête à honorer la mémoire de son frère...

C'est très dur de devoir faire le dos rond, quand je sais des choses d'elle qui pourrait lui faire très mal et je l'épargne alors qu'elle ne me ménage pas du tout.
notre fin a commencé le 12 mars 2019

Hors ligne Forget31

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 48
  • notre fin a commencé le 12 mars 2019
Re : Re : Il est parti à 38 ans...
« Réponse #24 le: 01 Avril 2019 à 00:34:17 »
La douleur de la perte est lié à comment on vivait l'attachement.
Elle est donc différente ce n'est pas l'intensité qui diffère c'est comment on la vit.
Selon moi.
Quand on perd nos moitiés on perd le passé, le présent, le futur.
Le passé est plus ou moins long ... Il constitue un coffre à souvenirs où on peut piocher, quand on a beaucoup de souvenirs c'est varié, multiple, quand ce fut court c'est plus détaillé et intense
Le futur perdu est plus ou moins"long" même si on ne connait pas nos durées de vie
L'impact n'est pas le même sur nos émotions si on a des enfants, s'ils sont très petits, voire non nés au moment de la perte, plus vgrands ou adultes déjà engagés dans la vie. Sans cesse en pensant à eux, en les regardant nos émotions par rapport au manque sera différent.
Il semble, là je le tire des x échanges avec des personnes veuves qui l'ont été jeune avant 35/40 ans que pour certains c'est plus difficile au départ d'envisager une nouvelle vie amoureuse mais que lorsqu'elle est là, entraîné par son vécu cela devient moins difficile, surtout si la nouvelle personne partenaire sait avec délicatesse y prêter attention avec respect, tendresse pour les jours et circonstances de dates anniversaires ou particulières
 exemple parmi d'autres
Quand ma petite fille est née, la maman de mon gendre qui avait été veuve (accident) du travail) alors qu'il avait 3 ans, et sa sœur quelques mois, vivait de fortes émotions face à ma petite fille, son compagnon (rencontré 5 ans après le décès) là a su être tantôt en retrait puis très présent en prenant sa place de "grand père". Et elle a pu s'apaiser à son rythme, avec des vagues dont elle nous a parlé à tous, quand cette petite a eu l'âge qu'avait sa tatie au décès puis l'âge de son papa ...

Je vous suggère à toutes et tous de lire les liens de veuves pour la  seconde fois voir dans table des matières

De lire le fil de personnes devenues veuves après très peu de temps de vie ensemble comme fée Viviane ou d'autres ils ne vivaient pas encore ensemble
Cela permet de voir comment se manifeste la douleur

Dans le fil texte de Beautheac
Voir
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/texte-sur-le-veuvage-de-nadine-beautheac/msg58311/#msg58311
Et ma contribution
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/texte-sur-le-veuvage-de-nadine-beautheac/msg58335/#msg58335

Quand on lit Le livre recommandé "j'ai réussi à rester en vie" de Joyce Carol Oates on voit sa douleur mais la suite de sa vie à plus de 75 ans au bout de à peine un peu plus de un an se relancer dans une nouvelle vie amoureuse permet de comprendre que ce n'est pas l'intensité de la douleur qui empêchera ou pas un futur. Beaucoup de personnes plus jeunes se retrouvent bien dans ses horribles vécus de veuvage

Prenez soin de vous
Bien affectueusement

Il ne faut comparer que les effets de la douleur, la manière de les vivre pas pour les hiérarchiser mais comprendre

Très affectueusement


La réflexion entre perdre son conjoint, la durée dans le couple, son intensité et sa construction est intéressante...

Je n'ai assez de recul pour donner mon avis,  mais une amie pas plus tard que cette après midi , je lui demandais comment elle aurait vécu la disparition de son mari (elle a 51 ans, un enfant de 13 ans et plus de 20 ans de mariage), et elle ma répondu très justement qu'on n'est pas elle et moi dans le même parcours de vie, et que mon fiancé et moi étions en train de construire nos fondations (projet maison, enfants, mariage, ...).

Et que j'ai l'impression qu'à mon âge, je l'ai connu après avoir vécu quelques histoires de mon côté, et lui idem, on s'est connus à un âge moyen (j'avais 30 ans et lui 32).
A la différence du couple de mes parents, j'étais très indépendante avant lui (j'avais mon travail, ma vie mes amis, et même mon appart, mes activités).

Ma dépendance vis à vis de lui était entièrement affective, mon cœur et mon corps le réclamaient et le réclament toujours...

Donc dans ma vie de tous les jours, il me manque mais je n'ai pas besoin matériellement de lui, je ne sais pas trop comment l'expliquer.

Par contre, vu qu'on avait la certitude de finir la fin de nos jours ensemble, on s'imaginait mourir vieux et ensemble, et que c'est le seul homme que je voyais comme le père de mes enfants (et personne d'autre), je pense que si j'arrive à m'en sortir, ce sera pour les autres, mais je ne m'imagine plus jamais avoir de vie amoureuse, tellement je lui ai tout donner.

Donc la conclusion est qu'aucune histoire n'est complètement identique, je m'imagine mettre tout le reste de mes jours à panser mes blessures, alors que peut être ça ne se fera qu'en quelques années.
Notre entourage et nos expériences par la suite sont déterminantes pour accélérer ou ralentir notre période de douleur intense.

Ce forum est un réel salut pour nous dans cette solitude face à la perte de notre conjoint.
Comme j'ai de la "chance "d'avoir des amis qui passent leur temps à m'écouter avec patience et amour, en plus de vous qui avez vécu des drames comparables sur ce forum,
Vous m'apaisez, vous me calmez, vous me faites partager vos moments de vie, vous me donnez envie de vous donner
notre fin a commencé le 12 mars 2019

Hors ligne malome

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 555
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il est parti à 38 ans...
« Réponse #25 le: 01 Avril 2019 à 18:50:55 »
forget

oui c'est vrai comme tu le dis si bien , vous n'en étiez qu'au fondations mais quand on commence à bâtir faut du solide , et là pour toi tout s'écroule , ton chagrin n'en est pas moins important , tu le portes en toi , bien sur chacune et chacun avons des parcours différents , mais quelque soit la séparation définitive c'est toujours un drame , et le drame qui est le notre ne s'enjambe pas tel un obstacle , il faut le vivre et abordé les étapes doucement sans vouloir les griller sous prétexte que comme toi tu es indépendante tu peux te débrouillée seule matériellement , tu as un combat à mener comme nous toutes et tous ici . Prends soin de toi , écoutes-toi
Amitiés et douceur à toi et ton aimé

Hors ligne Forget31

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 48
  • notre fin a commencé le 12 mars 2019
Re : Il est parti à 38 ans...
« Réponse #26 le: 02 Avril 2019 à 02:29:27 »
Merci malome...
Qu'est ce que j'aimerai avoir 1/10 de ta sagesse...

Je me suis embrouillée lourdement avec ma belle soeur (porte parole de ma belle famille), qui n'arrête pas de me harceler de messages, concernant les formalités de notre compte joint (as tu bloqué ce virement, ou t'en es de l'assurance, le notaire dit que..., on va apprendre point par point, il faut que tu me rendes le badge pour l'accès aux peages, on me le réclame, etc... ).

Je n'en peux plus, elle repose des questions auxquelles j'ai déjà répondu ou traité sans elle.

Elle s'immisce dans notre vie, telle une tutrice, et moi une incapable, qui ne sait rien faire, alors que jamais je n'ai eu besoin de personne pour me gérer.
Elle m'a tellement mis le doute que j'ai téléphoné à ma banquière, qui, gros soulagement pour moi, m'a confirmé que ma démarche était correcte.

(j'en arrive à me poser des questions sur ma santé mentale...) Elle me pousserait presque à des actes irrémédiables pour me sortir de ce calvaire.

ce mardi ça ne fera que 3 semaines que mon chéri est parti, mince quoi !!!

Je fais tout pour m'en sortir mais le moindre messages d'elle sonne le glas de ma paix intérieure, et me plonge dans des séries de sanglots, en maudissant mon chéri de me faire subir ça.)
Ma soeur ma proposé de se faire mon intermédiaire, voire de prendre un air notaire pour me défendre.

Je crains que ça aggrave la situation...

Est ce ça le deuil ? En venir à détester sa belle famille pour des choix qu'elle fait, à l'encontre de ce qu'aurait voulu mon chéri ?

Lui d'une seule phrase les calmait, et il était écouté. Mais il n'est plus là. Je suis remontée comme une pendule contre cette ancienne belle soeur devenue "ptit chef de service", voire même l'assistante en chef des papiers administratifs, ou la machine sans coeur qui fait les démarches...

Pourtant j'ai noyé ma colère chez mes amis à qui je raconte tout, et j'ai larmoyé comme jamais (je pensais plus en avoir autant de larmes)... J'étais soutenue par les amis par textos, mais je ne décolère toujours pas.

Que faire ? J'en perds le sommeil
« Modifié: 02 Avril 2019 à 02:40:22 par Forget31 »
notre fin a commencé le 12 mars 2019

Hors ligne malome

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 555
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il est parti à 38 ans...
« Réponse #27 le: 02 Avril 2019 à 11:47:29 »
bonjour forgeot

non de sagesse je n'en ai pas plus que toi , la différence entre toi et moi c'est que moi j'ai été portée par des enfants aimants, tout en portant leur propre  douleur , même si pour moi le notaire fut difficile pour moi c'est juste que j' été surprise de voir mes années bonheur défilées sur grand écran
 toi tu es face à une mégère ravie de te faire du mal et comme tu es noyée dans ton chagrin , elle en profite , tu fais face à cette double douleur tu es normale , tu exploses , tu doutes , tu es en colère , il faudrait peut-être te faire aider , je n'ai pas le solution idéale , juste que je te lis , et tu as tout mon soutien, c'est bien peu

dans les trésors déposer par qiguan tu peux trouver de l'aide , mais qui ne résoudra pas ton souci  n° 1 de  cette personne
https://www.youtube.com/watch?v=aIuL7GTSnXM&feature=youtu.be

prends soin de toi
Amitiés et douceur

Hors ligne Forget31

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 48
  • notre fin a commencé le 12 mars 2019
Re : Il est parti à 38 ans...
« Réponse #28 le: 02 Avril 2019 à 21:38:07 »
Chère malome, et chère qiguan,

Heureusement que vous êtes là. Mal au plus bas...
Je tremble de colère, et je parle et je rabâche à mes amis ma belle soeur la sorcière, ne pour me zapper le moral, et qui me fait m'enfoncer alors que je me remettais tranquillement... Pas à pas, et me voilà violentée par une personne avec qui je suis sensée être soutenue et soutenir

Pour me calmer. J'ai regardé ton lien et whoua ! J'ai vu les paroles d'un professionnel qui comprenait et whoua avec beaucoup de précision et de connaissances nos états de tristesse immense.
Dans chichis. Il décrit simplement le mécanisme de l'homme face à la mort d'un proche, et il décrit enfin tout ce que l'on vit au quotidien dans nous culpabiliser d'avoir du mal à
nous remettre rapidement de notre malheur. 
J'avais déjà entendu en psychologie de ce Christophe fauré... Je vais m'y pencher car je ne me sentais pas concernée, il n'y a pas si longtemps que ça, et parce que je pensais que ce serait très/trop théorique.

Son aura et sa force de conviction sont vraiment agréables, pour comprendre ce que l'on vit., et comment accepter notre situation sans vouloir trop pousser les choses.

Merci pour la découverte. Il y a 3 semaines encore, je n'aurais pas pris le temps de le lire et de l'apprécier à sa juste valeur.

Encore un joli message vers comment apprivoiser son deuil et l'accepter tel quel.

notre fin a commencé le 12 mars 2019

Hors ligne malome

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 555
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Il est parti à 38 ans...
« Réponse #29 le: 03 Avril 2019 à 20:00:47 »
Forget

moi j'ai acheté son livre qui m'aide encore énormément , facile à lire avec des mots simples tu peux aller et revenir d'un chapitre à l'autre voir tes avancées ou te rendre comptes que tes ressentis sont normaux , moi à un moment je me disais c'est pas possible je deviens folle, et non j'avais très très mal , d'ailleurs j'ai toujours mal et pourtant je ressens comme un changement en moi quelque chose de plus calme , le manque est toujours là , je ne l'oublierais jamais , je l'aimerais jusqu'à mon dernier souffle ça c'est certain, ....  Ne te laisses pas abattre  pas ta sorcière
amitiés et douceur à toi et ton aimé