Auteur Sujet: Evidemment  (Lu 16578 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

mariej

  • Invité
Re : Evidemment
« Réponse #30 le: 21 Juin 2011 à 19:03:26 »
Bonsoir Lauren et les autres,

Moi je l'aime bien cette chanson de Clapton, il dit qu'il n'a pas sa place au Paradis, moi je comprends: actuellement il n'a pas ENCORE sa place au Paradis car il est vivant et comme le temps lui semble peut-être long avant de revoir son fils il se demande s'ils se reconnaitront àau moment de sa mort à lui...

Derrière cette porte
Se trouve la paix, j'en suis sûr
Et je sais qu'il n'y aura plus
De larmes au Paradis


et il dit bien qu'il N'y aura PLUS de larmes au Paradis... oui quand nous nous retrouverons, il n'y aura plus de larmes.

Je suis bien d'accord avec Marico, je crois que nous sommes sur cette terre pour avancer et ce qui n'est pas réglé ici le sera dans l'au-delà ou dans une autre vie, mais là je doute encore un peu sur la réincarnation, même si au fond de moi j'y crois quand même...

Mais pour moi, mon fils a mis fin à ses jours  je ne crois pas que sa mission sur terre était terminée comme certains me l'ont dit, car c'est lui qui a mis fin à sa vie, alors  quel sens donner à son geste ???

ergé

  • Invité
Re : Evidemment
« Réponse #31 le: 21 Juin 2011 à 22:48:04 »
Bonsoir,

Marico, je ne sais pas exactement comment rattacher ce que je vais dire à ce que tu viens d'écrire, mais c'est cela qui m'y a incité cependant.

Michelle est décédée des suite d'un cancer du sein, comme sa propre mère. En fait, ce qu'elle n'a su que quelques mois avant sa mort, elle était porteuse d'un gène prédisposant à ce type de cancer, transmis par sa mère.
Dès sa conception, elle avait 1 chance sur 2, statistiquement parlant bien-sûr, d'hériter de ce gène qui, lorsqu'il est présent, induit une très forte probabilité de développer la maladie.

Avant même sa naissance donc, son sort était tracé. Avait-elle "choisi", comme tu l'écris, ou avait-elle "été choisie"? A chacun de répondre à ce type de question en fonction de ce à quoi il croit ou ne croit pas. Une chose est sûre : même si de nombreux impondérables pouvaient interférer, pour elle, la partie était largement jouée d'avance.

PS : je ne pensais pas, en lançant cette file à propos d'une chanson, qu'elle nous mènerait jusqu'à la métaphysique, en passant par la génétique, des échanges sur la musique, voire à parler de machine à laver. Tout cela est finalement très étonnant

Bonne soirée à tous.

Hors ligne bruno

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 350
Re : Evidemment
« Réponse #32 le: 22 Juin 2011 à 07:18:06 »
    Un jour,si ce n'est pas deja le cas,la science aura besoin du cerveau(esprit)des artistes pour continuer a avancer.Ces gens qui ont une capacite a rever ou arriver a mettre sur un support quel qu'il soit leurs ressentis ou emotions doivent avoir une fenetre ouverte sur autre chose...D'ou vient l'inspiration?est ce des visions,des songes ou un reste de memoire universelle qu'eux arrivent peur etre a traduire?
    La science qui refuse tout ce qu'elle ne peut prouver rationellement trouvera peut etre un avancement a travers cette categorie de gens qui n'ont pas d'a priori ou moins face a ce qui ne s'explique pas encore ou ne s'expliquera jamais.
    Il existe quand meme beaucoup de phenomenes humains spontanes et "dit extraordinaire",des choses dont certains parlent,d'autres non,mais en tous cas des choses dont si on ne peut prouver l'existence,on ne peut pas a l'inverse prouver le contraire...Et c'est la ou a mon sens,la peur du ridicule,de ne plus etre pris au serieux,fait que tout est irremediablement refute,et classe dans esoterisme,voir maintenant "science esoterique",qu'on laisse pour les doux reveurs,mais qui commence aujourd'hui a etre etudie peut etre un peu plus.  (cf:dcteur R MOODY.E KUBLER ROSS  etc etc)

Marico

  • Invité
Re : Evidemment
« Réponse #33 le: 22 Juin 2011 à 15:55:30 »
Oui Ergé, très étonnants ces posts, mais aussi très intéressants comme celui de Bruno sur les "doux rêveurs" (dont je suis peut-être d'ailleurs...)
Comme il le dit, la peur du ridicule ou celle de ne pas être pris au sérieux réfute irrémédiablement tout phénomène humain spontané et "dit extraordinaire". C'est bien l'intérêt de ce site, qui nous permet de dire ce que l'on ne pourrait exprimer par ailleurs, sur nos croyances ou nos sentiments profonds.

Je trouve très positif que nous soyons capables de parler de tout ce que cite Ergé dans son PS, que nous soyons même capables d'avoir de l'humour, sur un site de deuil... Ca n'enlève rien au chagrin, mais pour un moment ça le soulage.

Sommes-nous choisis ou choisissons-nous ? J'ose croire qu'au moins là-haut, nous possédons le libre arbitre de préférer des vies paisibles et sans heurts qui ne nous font pas progresser, mais qui nous reposent, pour choisir ensuite des destins plus tourmentés mais qui nous permettent de nous élever, si nous en franchissons les marches terrestres.

Que te dire MarieJ. Ca doit être tellement terrible de perdre son enfant, que c'est une douleur que je n'imagine même pas.
Et je pense à cette jeune fille joggeuse de Tournon dont on aurait, semble-t-il, retrouvé le corps calciné, et je me dis : "pourquoi" ? Et je pense à l'incompréhension que vivent ses parents. Et à sa peur, à elle, quand elle a rencontré le prédateur qui l'a tuée. Pourquoi "choisir" ce destin-là ?
Quel sens donner au geste de ton fils, hélas, pour lui ce geste en avait un sans doute, mais il n'y a que toi qui peux trouver la réponse. Je pense qu'avec les années, et l'apaisement de la douleur, on a une autre analyse de ce qu'on vit. Tant qu'on est dedans, plein de chagrin, de questionnements, de rancune pour celui qui est parti (comme c'était mon cas au début), les réponses ne viennent pas, ou on ne les "entend" pas. On est trop "la tête dans le guidon" afin d'essayer d'accepter, afin de survivre, afin de trouver des palliatifs à la peine, des occupations pour notre esprit et notre corps. Ensuite, plus tard, on se pose, on devient un peu plus serein, on trouve parfois des réponses, et je crois que ces réponses ne nous viennent pas par l'opération du St Esprit...
Mais tout le monde n'est pas aussi "rêveur" que moi...

Allez, les vacances des enfants ont commencé. Et en plus il fait beau...
Courage et force à tous.
Amitié
M.



Hors ligne bruno

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 350
Re : Evidemment
« Réponse #34 le: 22 Juin 2011 à 17:00:57 »
      Peut etre que la vie ou son deroulement est un peu comme cette file,qui demarre d'une maniere (les chansons)pendant un moment,puis au fil des commentaires des uns et des autres devie sur une epoque commune a certains,avec les souvenirs qui vont avec,et fini par ne plus se ressembler en ce moment tant le sujet a devie.Si cela continue,il n'y aura bientot plus que le titre qui le reliera a sa naissance...Et si on s'arretait  de le lire au milieu,on ne saurai pas que apres ce cote "futile",il y avait un autre sujet qui est different mais qui reste intrinsequement lie au debut (effet memoire) et qui au fil du temps changera encore surement de voie par rapport l'evolution des reponses qui vont guider dans une voie,mais qui n'aurait jamais existee sans le debut de toutes facons....

     Est ce que nous sommes aussi dans un passage deplaisant,qui semble durer et sans issue,et qui,au fil de nos existences distinctes,nous menera doucement vers un autre etat d'esprit ou de vecu,qui n'aurait pas non plus existe sans nos debuts,et sans nos parcours a chacun...dans la joie ou la peine....De la meme maniere que ce post ou Marico a remarque qu'un sujet donne finalement evolue dans des sens completement differents.

 

Lauren

  • Invité
Re : Evidemment
« Réponse #35 le: 22 Juin 2011 à 20:17:43 »
Bonsoir à tous,
Marico plus j'y pense et plus je trouve que ta théorie a du sens. En plus elle réconcilierait les croyants, les agnostiques et les athées, puisqu'il est possible d'y faire place à un dieu éventuel ou pas.
Qui m'aurait dit que sur un site comme TLD je trouverais peut-être, en partie, réponse aux questions que je me pose depuis mon enfance?
En tous cas pour ma prochaine vie je crois que je donnerai dans le pépère, je suis épuisée de cette vie-ci. Je pensais peut-être à chameau, ou lézard.. Je choisirai là haut.
Bonne soirée à tous L

Marico

  • Invité
Re : Evidemment
« Réponse #36 le: 23 Juin 2011 à 00:00:06 »
Ou un chêne, Lauren, pour avoir une vie végétative pendant 2 ou 3 siècles... comme l'explique un héros du bouquin de Bernard Werber "les Thanatonautes".... Oui, je pense comme toi, la prochaine fois je choisirai la facilité, je crois !...

Encore une fois, je crois que celles et ceux que nous sommes devenus n'a plus rien à voir avec celles et ceux que nous étions, avant la mort de nos proches. Comme dit Bruno, le passage est déplaisant (je dirais même insoutenable), et bien sûr il nous mène vers un autre état d'esprit et forcément vers un autre vécu qu'on ne pouvait pas prévoir. Et ce sont nos parcours à chacun qui sont bouleversés et qui prennent une autre direction.
Comment auraient-elles été, nos vies, sans ce malheur ?...  
Nos trains ont changé d'aiguillage, et nous devons réapprendre à vivre sur nos nouveaux rails, et c'est pas facile de l'accepter. Mais ce dont je suis sûre, c'est que les années passant, on y parvient.

Le fil aussi a changé d'aiguillage, mais il suffira d'un texte de chanson pour qu'il reprenne le droit chemin !

PS : Pour ceux qui n'ont jamais lu Werber (Les fourmis) il a écrit des livres curieux qui parlent de la mort (coll. poche).
- L'empire des anges
- Les thanatonautes (qu'il prétend avoir en partie écrit en "écriture automatique", et je ne suis pas loin de le croire...)
M.


En clin d'oeil, cette chanson d'Aldebert, qui a écrit de très jolis textes par ailleurs, dont un sur son père (Mon père ce héros, le moral à Zorro...)

C'est comment là-haut ? - Paroles et musique d'Aldebert (Les paradis disponibles)

Si je me réfère à ce qu'on m'avait dit
Certain vont en enfer et d'autre au paradis
Ya t-il un vieux barbu couronné de lumière
Qui nous attend aux portes et puis qui nous explique
Comment c'est arrivé le Big-bang et la terre
Les étoiles, l'amour et la musique...

Si je me réfère à ce que j'avais lu
Notre âme se détache, s'élève dans les nues
J'ai l'icône d'Epinal du grand créateur
Entouré de marmots, joufflus, moitié pigeons
Une côte d'opale perdue dans les hauteurs
Où des âmes en attentes sillonnent l'horizon...
Où des âmes en attentes sillonnent l'horizon...

Refrain :
C'est comment là-haut ?
Est ce qu'on est attendu ?
C'est comment là-haut ?
Une chambre avec vue... on a tout entendu... on a tout entendu...

Quelle confession choisir pour le mot de la fin
Une fois revêtu du manteau de sapins
Sur quel grand traité doit-on se reposer
La Bible, le Coran, la Torah qui saura ?
En qui d'autre que moi serais-je réincarné
En Clotilde, en Laurent ou en chat angora...

A quelle transcendance, à quelle vie successive,
Aurons-nous la chance à l'heure décisive
De goûter au bonheur d'endosser les costumes
D'autres destinées sur des génération...
Dans une vie antérieure ou dans une vie posthume
Serais-je majorette ou bien dresseur de lions ?
Majorette ou bien dresseur de lions

Refrain (x1)

Si je me réfère à ce qu'on m'avait dit,
Je suis né poussière et finirai ainsi,
Au moment odieux d'penser à l'épitaphe,
Entre tout ce qu'on a pu lire dans les livres,
Le plus fâcheux, le moins cocasse,
Serait de mourir d'un manque de savoir vivre...
Mourir d'un manque de savoir vivre...

Refrain (x1)

On a tout entendu...
On a tout entendu...

Lauren

  • Invité
Re : Evidemment
« Réponse #37 le: 23 Juin 2011 à 08:52:10 »
Marico tu dis qu'on peut se demander comment auraient été nos vies sans ce malheur, alors que moi ce qui me vient immédiatement c'est: comment auraient été nos vies sans ce bonheur. Je suis sûre que Pascale ou d'autres qui n'ont eu la chance de connaitre le bonheur et l'amour que tard dans leur vie sont d'accord avec moi.
On s'habitue au bonheur visiblement, quand on l'a eu longtemps, et on trouve ça normal; c'est la perte qu'on trouve anormale, alors que tant d'autres ne voient jamais passer le bonheur de rencontrer celui ou celle qui est fait pour eux. J'ai bien failli passer à côté du bonheur de trouver Marc. C'était long, la vie sans lui.. très long. Mais j'en ai profité pendant 2 ans et demi, je l'ai bu jusqu'à la lie. Et ça me va.
Bonne journée à tous. L

Hors ligne Pascale

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1081
  • Je t'aimais, je t'aime, et je t'aimerai....
Re : Evidemment
« Réponse #38 le: 23 Juin 2011 à 16:42:19 »
Oui, Laureen, j'ai rencontré Jacques tard et on ne s'habitue pas au bonheur, même sans savoir qu'il allait partir si tôt, on a tout pris comme si notre temps était compté. Et je le remercie d'avoir croisé ma route.
Tous les jours était une découverte de l'autre, tous les jours de petits bonheurs, ça a duré 5 ans à plein temps. On s'est aimé au départ sur la pointe des pieds sans oser y croire, on sortait tous les 2 d'histoires pas marrantes du tout.
J'ai compris que c'était lui et il a compris que c'était moi.
Là je ne peux pas expliquer, quand je l'ai rencontré, j'étais déjà malade et il m'a pris comme ça. Je lui disait toujours, c'est moi qui partirai la 1ere et je te ferai un signe.
Et bien non, c'est lui, mon loup, ma moitié, mon âme, mon bébé, mon coeur 2 caractères fort et indépendants qui se sont unis pour faire un couple.
Avant lui, j'étais accompagné mais toujours seule, avec lui je savais que où que je sois il m'accompagnait, maintenant même seule je suis toujours accompagnée, c'est une plénitude de lui à tout instant.
Et c'était court, bien trop court même si c'était bien plus intense que mes vies précédentes.
Je vous embrasse bien fort.
Pascale la Louve
Pascale la Louve

Marico

  • Invité
Re : Evidemment
« Réponse #39 le: 23 Juin 2011 à 23:59:45 »
Oui, tu as raison, Lauren, on s'habitue au bonheur et ça paraît normal...
Comment auraient été nos vies sans ce bonheur, sans tous ces bonheurs ? Je ne me posais pas la question comme ça, mais ça marche aussi.

J'ai été l'épouse de mon mari pendant 23 ans et notre histoire aurait était faite pour continuer "jusqu'à ce que la mort nous sépare" quand nous aurions été vieux. Ce qu'elle a fait d'ailleurs, mais bien trop tôt... Je lui disais qu'il serait mon "bâton de vieillesse" tellement il semblait invulnérable. Et je n'ai plus de bâton de vieillesse, nos enfants ne diront plus jamais "papa" à personne et ne l'auront connu que 7 et 11 ans. Il était un père et un mari aimant, c'est vrai que notre vie a été belle quand il était là. Nous avons eu beaucoup de chance de partager ces années avec lui et lui avec nous. Sans ce bonheur, nos vies n'auraient pas de sens, sans doute, mais nous n'en savions rien. Le bonheur était là et nous en profitions... C'est dingue comme tout bascule en une seconde...
Pour plein de raisons, celle-là de vie, je l'aimais bien... mais rien ne me la rendra.

Je pense tout à coup à la phrase qu'a prononcé JL Trintignan aux obsèques de sa fille : "Ne pleure pas celui/celle que tu as perdu/e, réjouis-toi de l'avoir connu/e".
Se réjouir de l'avoir connu... Oui, encore faut-il avoir l'envie de se réjouir !
En tous cas pas ce soir, je crois...
Passez une bonne nuit.
M

ergé

  • Invité
Re : Evidemment
« Réponse #40 le: 24 Juin 2011 à 10:29:57 »
Bonjour,

Bien-sûr Lauren qu'il faudrait se réjouir de ce que l'on a eu la chance de connaître. Mais pas facile de se réjouir quand le malheur actuel est si fort qu'il cache le bonheur passé.

Marico, Trinitgnant, toujours lui, a bien pronocé les paroles que tu rapportes, à la mort de Marie, mais il a aussi dit, ailleurs, qu'il se décrivait comme un mort-vivant, comme un «mort qui continue à vivre». Et il ajoutait même :  "À un moment, je me suis dit: ou je me suicide ou je fais quelque chose."
Songer au suicide après la perte d'un être cher, aller le rejoindre pour continuer l'histoire, je pense que beaucoup y on songé au moins une fois; la preuve que se réjouir du passé pour se consoler du présent n'est ni si facile ni suffisant pour effacer sa peine.

Hors ligne bruno

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 350
Re : Evidemment
« Réponse #41 le: 24 Juin 2011 à 10:57:39 »
                          Oui Erge,
        en finir pour rejoindre,ca nous a tous traverse l'esprit a un moment ou un autre.Pour retrouver l'autre seulement,pas pour mourir,mais parcequ'il ne nous apparait pas d'autre solution pour retrouver nos femmes ou maris...
        Si je fais un parallele avec ce que j'ai vu des soins palliatifs: Certains grands malades en phase terminale expriment parfois le desir de mourir ou d'etre aides pour en finir.Mais derriere cette demande se cache en fait la seule volonte de ne plus souffrir.Si les medecins arrivent a soulager cette douleur,en general la demande "d'euthanasie"cesse,car au fond mourir n'est pas le vrai desir,c'est la souffrance qui est intolerable.
        Pour nous c'est pareil,souffrir du manque de l'autre peut amener a imaginer de cesser pour retrouver.Alors qu'il suffirait de cesser de souffrir.Mais le bonheur ne se limite pas non plus a l'absence de souffrances.
        Si nous acceptons un jour que quelqu'un prenne de l'importance dans notre vie,peut etre que l'envie de vivre sera plus forte que la souffrance actuelle.
       

ergé

  • Invité
Re : Evidemment
« Réponse #42 le: 24 Juin 2011 à 11:29:39 »
C'est cela Bruno, mourir non pas pour s'arrêter de vivre, mais la solution pour se trouver à nouveau réunis, pour échapper à la douleur. C'est courageux, et lâche à la fois de ne pas accepter d'affronter la réalité.

Heureusement, outre le courage qu'il faut pour passer à l'acte, bien d'autre choses nous en retiennent, les enfants notamment, quand on en a. Pas nécessaire de multiplier par 2 leur douleur à eux, sans parler de leur culpabilité.

Et puis, comme tu le dis, il faut vivre dans l'espoir (que ça s'arrangera un jour, puisqu'il semble que ça ne peut pas être pire).

Hors ligne bruno

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 350
Re : Evidemment
« Réponse #43 le: 24 Juin 2011 à 11:58:29 »
               Erge,

    il me semble que au debut de tes messages tu disait ne pas croire en grand chose( dit moi si je me trompe)apres la mort.

Mais mourir pour etre de nouveau reunis comme tu viens de le dire laisse supposer autre chose...Sinon sans une certaine foi ou

croyance,

si c'est seulement la mort dans son aneantissement qui nous reunirait,alors non, rien ne sert d'etre presse...

ergé

  • Invité
Re : Evidemment
« Réponse #44 le: 24 Juin 2011 à 12:22:48 »
Bruno, je suis très cartésien, alors disons que je ne suis pas croyant, au sens religieux du terme, plutôt dans le doute; ça n'empêche ni d'espérer parfois ni de gratter un truc (très rarement quand même !) un Vendredi 13 par exemple   ;)
C'est tout le paradoxe de l'homme...