Auteur Sujet: En décalage  (Lu 13768 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Alexandra

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 128
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #15 le: 27 Décembre 2016 à 10:34:04 »
Merci Ephémère pour tes mots,
ne t'excuse pas de parler de toi, de vous, je ne sais pas si je ferai mieux. Et puis je vois ce matin que tu as semé ici et là de petits messages, tu as sûrement besoin toi aussi qu'on prenne soin de toi. Alors merci Ephémère de trouver les mots, ce n'est pas si facile.

Et ne t'inquiète pas, je ne suis pas en colère quand tu me dis que le temps va apaiser les choses, juste en colère contre moi de penser que je suis à part, et que le temps pour moi ne fera rien de tout ça. C'est con et prétentieux de ma part et ça m'énerve.

Il semblerait que ce soit moi le cyclone ces jours-ci (et oui, me voilà! http://www.firinga.com/systeme-alexandra.html). Quand j'en aurai fini d'être en colère contre la vie, la mort, le cancer, la terre entière, mon compagnon, ma famille et pour finir contre moi, je pourrai doucement redevenir une tempête et si j'ai un peu de chance cette fois-ci juste une petite dépression. On croise les doigts!

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1338
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : En décalage
« Réponse #16 le: 27 Décembre 2016 à 13:17:35 »
Mais non, Alexandra, rien de prétentieux dans l'idée que tu es "à part".
Pour avoir durant des mois, et des années, centré toute ma vie sur mon adoré, la maladie, et le combat, j'ai fini par  penser que, moi, je l'aimais plus que personne n'avait jamais aimé, et que moi, oui, moi, je ne ferais jamais ce fichu deuil que certains avaient l'outrecuidance d'évoquer..
Cela d'ailleurs, me mettait en colère.
Comment osaient-ils imaginer que je puisse survivre à pareille abomination ?
Qu'est ce qu'ils espéraient  tous, avec leurs mots gentils ?  Qu'ils parviendraient à effacer ma douleur ?
Non, mais, est-ce qu'ils ne voyaient pas que notre amour était extraordinaire ?
Et qu'à cet amour fabuleux, ne pouvait répondre qu'une douleur unique et inextinguible.
Vois-tu, je crois que je voulais me persuader qu'aucun couple ne s'était aimé autant que nous.
Et que par conséquent, j'étais la seule à éprouver ce qui me traversait le corps et l'âme.
Mais à venir ici, lire tant de chagrins, tant d'amours puissants, j'ai compris peu à peu que mon histoire et mon vécu n'avaient rien d'exceptionnel.
Et je crois que cela m'a rassurée, m'a aidée.
J'ai eu peur de ne pas assez souffrir.
Peur que ma peine ne soit pas à la hauteur de notre amour.
Mais je sais en même temps que mon adoré n'aurait pas accepté de me voir ainsi dans la douleur.
Alors, clopin, clopant, j'ai parcouru ce chemin qui me mène jusqu'ici aujourd'hui.
Et je sais que le sourire revenu, parfois même le rire, ne le trahissent pas ; ne trahissent rien de notre amour.

Sois douce et indulgente avec toi, Alexandra.
Je t'envoie en partage, le ciel tout bleu qui éclaire le paysage ce matin.
En espérant que ta journée soit plus sereine.

« Modifié: 27 Décembre 2016 à 22:59:22 par *Ephémère* »
*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

Hors ligne Alexandra

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 128
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #17 le: 30 Décembre 2016 à 12:18:50 »
Mon amour,
Je rêve qu’on remonte le temps, un flashback pour tout recommencer, dans deux jours, 2016 pointera son nez. Une deuxième chance. Une chance d’essayer. C’est Noël et depuis quelques jours, il y a cette boule à ton sein. Je rêve que cette fois-ci tu m’écoutes et que tu t’inquiètes. Je rêve que cette fois-ci il n’y aura pas tous ces mois à savoir que quelque chose ne va pas sans savoir quoi. Je rêve que cette fois-ci 2016 sera l’année de la bataille et que cette fois-ci ce sera le cancer qui perdra et pas nous. Je rêve que cette fois-ci la souffrance sera terrible aussi, que nos vies seront fracassées aussi, et pourtant tu t’en sortiras. Mais je rêve…

Dans deux jours, 2017 sera là, il n’y aura pas de deuxième chance. Et je revois la plaque sur ton cercueil. 1987-2016. 2016 s’en va et toi tu y resteras. 2017 qui vient et que je hais déjà parce qu’il n’y aura pas la moindre petite seconde avec toi. Et l’envie terrible de rester en 2016 avec toi, de m’arrêter là, à quoi bon continuer à compter les jours, à compter les mois, à compter les années ? Affronter demain soir, seule parce que je n’ai pas la force de faire autrement, minuit sans t’embrasser, me réveiller sans toi encore, et cette année à ne pas voir nos rêves se réaliser. Non, je ne peux pas, je veux m’arrêter là.

Et je lutte contre l’idée de remettre de l’ordre dans mes papiers pour que ma famille n’ait que le minimum à faire quand je ne serai plus là, contre l’idée de demander qu’on enterre mes cendres avec les tiennes, contre l’idée de choisir qui pourra s’occuper du chat, contre l’idée de trouver la meilleure solution pour annoncer que j’ai décidé d’arrêter de survivre. Et je me demande ce que tu ressentirais si je ne luttais plus. Est-ce que tu serais en colère contre moi comme je suis en colère contre toi d’avoir fui la bataille contre la mort ? Est-ce que si c’était toi qui te retrouvais seul je voudrais te forcer à continuer si tu n’en avais pas la force ? Je ne sais pas, je ne crois pas, j’aurais trop mal que tu souffres, je voudrais que tu aies une chance de vivre mais pas que tu sois obligé de survivre. Je t’aime tellement mon amour et je ne peux pas te le dire. Je t’aime et tu me manques.

Hors ligne Mon amour

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 85
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #18 le: 30 Décembre 2016 à 19:57:34 »
Mon dieu que tes mots , que ce que tu ressens résonnent en moi ...plus la nouvelle annnée approche et  plus mon angoisse s'empare du moindre recoin de  mon corps ...étouffant progressivement le peu de raison qu'il me reste de vouloir rester en 2016, comme toi je ne veux pas que 2017 ose venir, ose s'écouler sans ma fille , ma fille qui faisait caque année le pari d'etre la premiére a minuit à me souhaiter la bonne année ...elle a toujours gagné... Alors comment 2017 peut elle oser s'annoncer sans l'appel d'andrea , sans l'appel de mon amour ...c'ést jsute pas possible ...2016 est l'année qui a tuée ma fille ...je veux la suspendre rester en elle, rester avec mon andreà ...mon dieu que s'est dur ..Comment supporter une nouvelle année sans elle ... Comme toi , je continue de lutter de ne pas rédiger une lettre à chacun pour demander pardon de vouloir partir la même année que ma fille , avoir sur ma tombe la même année de fin ....

Hors ligne Pucinette

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 229
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #19 le: 30 Décembre 2016 à 20:54:57 »
Comme vous. .. Je ne veux pas de 2017.... Je me m'accrocher à 2016... A cette dernière année avec mon amour....

Bon courage à toutes et tous. ...
Christophe... Mon amour pour toujours...

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1338
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : En décalage
« Réponse #20 le: 31 Décembre 2016 à 20:10:59 »
Comme tu as raison, Pucinette.
Nous sommes partagés entre le besoin et la peur de voir le temps passer.
Car c'est lui qui  nous éloigne du moment de l'apocalypse et use notre douleur.
Mais dans le même mouvement, cette avancée à travers les mois puis les années nous ancre davantage dans notre nouvelle réalité, et dans la peur de l'oubli.
Encore un paradoxe qu'il nous faut affronter.
Un dilemme de plus : avancer ou reculer...
Alors ce soir, je forme un vœu pour ceux d'entre nous qui sont au plus profond de la douleur : que la souffrance s'efface et qu'ils parviennent à s'autoriser à nouveau l'espoir.
*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

Hors ligne Alexandra

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 128
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #21 le: 02 Janvier 2017 à 11:51:53 »
Il y a quelques minutes, M. m’a envoyé un message pour me souhaiter une bonne année avec ces mots que je redoutais tant, ceux qui me souhaitent que 2017 soit mieux que 2016. Comment 2017 pourrait-il être mieux que quelques mois de 2016 avec toi ? Alors je lui ai dit que j’avais du chagrin, que toute une nouvelle année sans toi serait difficile. Et elle m’a dit d’essayer la méthode Coué ! Non mais mon amour, ils sont pas tous comme ça tes potes rassure-moi ? Tu me connais, j’ai fait ma pénible, je n’ai pas pu m’empêcher de lui répondre, elle s’en est pris une bonne tartine d’explications. Inutile mais ça fait du bien. Je tremble, j’ai les nerfs qui lâchent. Finalement, ce n’est peut-être pas moi qui suis en décalage, il y a vraiment des gens qui ont un problème avec la tristesse des autres !

Hors ligne lisa

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 111
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #22 le: 02 Janvier 2017 à 12:55:42 »
J ai aussi l impression que la grande majorité  des gens a ,comme tu dis,un problème  avec la tristesse des autres...J ai reçu  deux messages me souhaitant...plein de bonheur pour 2017...!!! Je n ai pas répondu, je ne répondrais pas.2 personnes à  rayer...Bouleversée  par tant d indifférence, par ce manque de sensibilité, d intelligence...
.

Hors ligne Nora

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 608
  • " Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes "
Re : En décalage
« Réponse #23 le: 02 Janvier 2017 à 13:06:44 »
Règle numéro 1 : s'éloigner des personnes toxiques.

Bien à vous

Nora

Hors ligne *Ephémère*

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1338
  • Tu es là dans ma peau comme un coup de couteau
Re : En décalage
« Réponse #24 le: 02 Janvier 2017 à 13:32:13 »

Oui, oui : s'éloigner des personnes toxiques, voilà qui est indispensable.
Et aussi ...des imbéciles...
Mais en dehors de ces deux catégories de contemporains,  je crois qu'en général,  ceux qui ne savent pas, sont  "en décalage" avec nous.
Il faut avoir affronté ce que nous traversons pour partager notre sensibilité.
Bien sur, il y a les indifférents, mais aussi les maladroits. Et il est vrai que le malheur et le chagrin de l'autre font peur.
J'ai moi-même entendu un très enthousiaste "joyeuses fêtes" de la part d'un proche....
Après tout, nous avons bien le droit d'expliquer. Si notre interlocuteur ne comprend toujours pas, au moins aurons-nous  exprimé un peu de ce que nous ressentons.
Je ne suis pas encore tout à fait résignée face à ce genre de phrases, alors  dans les moments où je suis plus fragile, la colère me vient.....
Lorsque je suis plus solide, je souris dans ma tête.
Au fond, je préfère qu'ils n'imaginent pas notre douleur.
Mais.... je suis parfois moins indulgente, je l'avoue.
Je vous adresse en partage le ronronnement du chat, roulé en boule près de la cheminée. Voilà de la tendresse à l'état pur.
*Ephémère*

       Tu es là d ans ma peau comme un coup de couteau.

Hors ligne Alexandra

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 128
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #25 le: 10 Janvier 2017 à 12:20:17 »
6 mois mon amour… 6 mois depuis que je t’ai perdu et que j’ai tout perdu avec toi. Tu es mort et je ne vis plus, je ne sais même plus qui je suis, d’ailleurs je n’ai pas envie d’être qui ce soit sans toi. A quoi ça sert sans toi ? Sans ton sale caractère, sans ton rire, sans ta force, sans ton insouciance, sans tarte au citron m’ringuée, sans nous endormir comme deux vieux sur le canapé, sans ta belle barbe rousse, sans la maison qu’on aurait trouvée et refaite du sol au plafond… J’avais rêvé avec toi de cette maison, on était au tout début de nos rêves ensemble, à quelques semaines de tout inventer ensemble. Sans savoir, sans comprendre qu’il n’y aurait jamais la maison, le potager, le chien, les poules, les moutons pour tondre la pelouse et le hangar pour bricoler. On allait tourner une page pour en commencer une autre encore plus belle, toi d’ailleurs tu l’avais déjà tournée, depuis un an tu avais déjà la tête dans ce petit coin de Bretagne qui nous attendait. Et voilà qu’enfin c’est possible, je l’ai terminée cette foutue thèse, il ne reste que la soutenance fin Juin. Et je l’ai ce travail, c’est pour le 11 Juillet, tu vas me rejoindre un peu plus tard. Mille questions se bousculent, j’ai peur parce que tu te comportes comme un con ces derniers mois, j’ai peur de te déraciner et que tu m’en veuilles. Mais c’est le cancer qui te ronge de l’intérieur qui parle à ta place, on n’a vraiment rien compris, rien vu venir. Quelques semaines de répit, nos dernières escapades à moto, nos dernières engueulades mémorables, nos derniers moments de tendresse et puis le diagnostic qui se dessine, et puis ton corps qui te lâche, et puis cette bataille de 3 semaines, et puis ce 10 Juillet à 14h10. Tout s’arrête au moment où tout commençait. Pourquoi toi, pourquoi nous, pourquoi à cet instant précis ?

Je te revois ton premier soir à l’hôpital après l’opération, heureux de ne plus avoir mal, je t’entends encore me dire « tu vois, j’ai tenu jusque là », tellement content de toi. Mais moi je ne t’avais rien demandé mon amour, je ne t’avais pas demandé de souffrir pour faire semblant que rien ne se passait dans ton corps. Je ne t’avais pas demandé de me protéger, pas comme ça en tout cas. Rien, il ne me reste rien. Rien qui vaille la peine, je ne veux pas m’accrocher, je ne veux pas aller de l’avant sans toi, juste ne plus jamais vivre un autre jour sans toi. 6 mois c’est déjà beaucoup trop, je n’en veux pas des 60 années qu’il me faudra sûrement supporter sans toi. Pardon mon amour, pardon de n’avoir pas pu te sauver, pardon de ne pas avoir envie de sauver celle que j’étais devenue grâce à toi. J’ai tellement l’impression de t’avoir volé ta vie, d’avoir pris trop de place, j’avais trop besoin de toi et tu n’as pas pu écouter ce cancer qui te rongeait de l’intérieur à cause de moi. Et même si c’était ton excuse pour fuir la réalité, moi j’aurais du voir, moi j’aurais du comprendre à ta place, je m’en veux tellement. Et je ne veux pas vivre à ta place cette vie qu’on aurait du vivre ensemble si on avait été moins cons. Comment te pardonner d’avoir refusé de m’entendre quand je cherchais à savoir ce qui n’allait pas ? Comment me pardonner de m’être laissée entrainer dans ton déni alors que j’avais senti que tout allait de travers ? Comment vivre alors que tu n’as toi plus cette chance, qu’il ne reste de ton sourire que les photos, de preuve de ton passage dans ma vie que la douleur sourde qui m’arrache le cœur ? Je t’aime mon amour, je t’aime et j’ai mal.

Hors ligne Pucinette

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 229
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #26 le: 10 Janvier 2017 à 14:01:21 »
J'aurai pu écrire le même texte... Les larmes coulent sur mon visage... Je ne sais pas comment je vais pouvoir vivre les 30 ou 40 ans qu'ils me restent à vivre...

Bon courage...
Christophe... Mon amour pour toujours...

Hors ligne Nandou_Guanaco

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 224
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #27 le: 10 Janvier 2017 à 14:32:37 »
Idem, 30 ans m' attendent à m' emmerder copieusement, la retraite pour m' emmerder royalement, la solitude pour m' ennuyer à perpète , l' oisiveté la pire des emmerdeuses vicieuses, le passé, juste le passé, rien au présent, rien pour l' avenir. Zavez-vu l' heure? 14h30 et chuis encore en pyjama.  Je me laisse vivre.  Je ne permettrais pas  de dire que je me laisse mourir.  Je m' éteins.  Après une vie trépidante à faire 35 heures tous les 3 jours, à ne prendre presque jamais de vacances, à aller de l' avant, foncer, du jour au lendemain, plus de mari, plus de travail,  plus personne à la maison. Plus que deux personnes à la maison: mon ombre et moi. Donc ça ne fait plus qu' une personne. Je dirais même une moitié qui a perdu son autre moitié. Allé, c' est les soldes, je ne suis plus que le quart, je me demande même pourquoi je me compte. Je ne sers plus à rien.  Je ne cuisine plus, le ménage, quel ménage? Et pourquoi faire le ménage? Personne ne vient. Je ne repousse personne mais je me barricade, Je m' enferme telle une citadelle imprenable. Purée comme on dit chez nous, faut le voir pour le croire, jamais de la vie j' aurais pensé finir en pareille déconfiture. Eh bé, pire encore, je ne suis pas la seule! Pfffffff

Hors ligne Alexandra

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 128
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #28 le: 11 Janvier 2017 à 12:24:36 »
Et ben puisque c’est comme ça, on pourrait s’emmerder copieusement ensemble de temps en temps ? Je vous invite au pays des larves, des cyclones et du ciel gris ! Y a de la place pour tout le monde, les clowns sur échasse, les ornithorynques, les cancres, et toutes les bestioles curieuses qui habitent ce forum...

Merci Pucinette d’avoir versé quelques larmes avec moi, merci Nandou de m’avoir fait sourire un peu hier.

Hors ligne Nora

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 608
  • " Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes "
Re : En décalage
« Réponse #29 le: 11 Janvier 2017 à 13:50:28 »
Alexandra,

Sans le vouloir, sans le savoir, par ton message d'hier, tu as ouvert une lucarne dans mon esprit tout claquemuré par le chagrin et la culpabilité. Mon seul neurone sauvé du cataclysme tournait en rond, je peux l'envoyer voir ailleurs.

Difficile d'expliquer pourquoi, les voies du chagrin sont impénétrables.

Mais je te remercie pour cela.

Et je veux bien venir m'emmerder un peu dans ton pays, et que Nandou-Guanaco me donne le nom de ses pilules.

Bien à toi, à vous tous

Nora