Auteur Sujet: En décalage  (Lu 12511 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Alexandra

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 119
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : En décalage
« Réponse #120 le: 03 Novembre 2017 à 17:35:36 »
Ca m'arrive encore régulièrement, et quand c'est le cas, les moments où je me sens mieux ou bien sont d'autant plus précieux, j'ai appris à les avourer d'autant plus qu'ils peuvent être éphèmères  :

Merci beaucoup Qiguan et Stana d'être venues partager ça avec moi ici ou ailleurs sur le forum, cet état "dissocié" dont parlait Qiguan aussi. Ce que je me demande, c'est comment on fait avec l'envie de retenir le chagrin? J'ai l'impression que c'est mon dernier lien avec Tom, que quand il n'y aura plus le chagrin, alors je l'aurai tout à fait perdu... Je dis ça parce que les souvenirs s'effacent vraiment, ceux qui restent sont ceux que j'ai pris le temps d'écrire (pour les jolis souvenirs) ou les souvenirs traumatiques (qui eux bien évidemment sont inscrits au fer rouge).

Parfois je me demande si les souvenirs reviendront quand j'aurai moins de chagrin, peut-être qu'ils sont là mais que je ne peux pas les mobiliser parce qu'ils me montreraient tout ce que j'ai perdu? Et en même temps je me demande si en laissant partir le chagrin, ils ne sont pas en train de s'effacer de façon irréversible. La seule façon de le savoir serait en théorie d'accepter que le chagrin s’atténue un peu, comme il est en train de le faire que je le veuille ou non, mais j'ai trop peur de perdre encore Tom.

Voilà, je ne sais pas du tout quoi faire de ces questionnements qui m'angoissent terriblement. Est-ce que d'autres ici traversent / ont traversé le même genre de choses? On fait quoi dans ce cas là, quand on n'a pas envie "d'avancer"?

Douces pensées à vous aussi,
Alex

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2901
Re : En décalage
« Réponse #121 le: 03 Novembre 2017 à 20:11:51 »
Cette peur d'aller mieux revient épisodiquement pour moi ...
Citer
peut-être qu'ils sont là mais que je ne peux pas les mobiliser parce qu'ils me montreraient tout ce que j'ai perdu?
je pense que c'est ça
mais comme moi j'ai travaillé dès le début par choix à activer, travailler la mémoire des souvenirs positifs les crises de désespoir liées à cela et au manque me sont passées inaperçues
c'est vrai que j'ai partagé longuement avec Jean 41 ans ... j'ai du stock
mais je cultive sans cesse les souvenirs c'est mon truc pour ne pas sentir que je perdrai un lien ... la psy dit que c'est un bon chemin
voilà mon simple témoignage
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Ela

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 266
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #122 le: 03 Novembre 2017 à 21:45:15 »
Alexandra, je me retrouve totalement, mot pour mot dans ce que tu décris... Merci d'avoir pris le temps de poser des paroles sur ton ressenti, qui illustre tellement bien ce que je moi-même je ressens...
J'aimerais simplement te dire que moi aussi, j'entretiens un rapport très particulier avec mes souvenirs d'une part:  j'ai l'impression qu'ils m'échappent de plus en plus... et le fait de m'autoriser à vivre d'autre part, comme si cela signifiait, le perdre encore.
Ces angoisses sont encore très présentes... mais je dois dire aussi que petit à petit, j'entraperçois... autre chose. D'autres possibilités, d'autres ressentis qui viennent se mêler à tout ça... C'est encore tellement mouvant que je vais avoir du mal à poser des mots dessus, alors je vais tenter de faire au mieux et d'être brève...
Je crois, je ressens, j'avance... mue par l'idée que notre amour, l'amour qu'il y "avait" entre mon chéri et moi ne se conjugue pas au passé. Qu'il ne se cantonne pas à une carte postale sépia faite de nos souvenirs, de ce que nous avons partagé et ne retrouverons plus. Lorsque j'ai peur d'avancer, d'oublier... ce qui me rassure c'est de visualiser ce lien entre nous... au présent. De m'imaginer, vraiment, comme un lien, un ruban... qui part de moi et qui se perd quelque part dans l'invisible... mais je sais qu'il est à l'autre bout. Je me dis qu'il est toujours là. Vivant avec moi.
Sans que je m'en rende compte, une part de moi sait que je ne serai plus jamais la même. Celle d'avant notre rencontre. Il m'a inspiré et continue de m'inspirer... même si parfois j'aimerais faire plus, faire mieux... Même si parfois j'ai peur de le décevoir. Malgré toutes ces peurs, je le porte déjà avec moi, en moi... Je dirais même: que je le veuille ou non. Et quoi que tu fasses, quelle que soit la manière dont tu avances: c'est le cas pour toi aussi. Tu garderas toujours la marque de ton amour. De votre rencontre, de son passage dans ta vie.
J'aimerais, mais personnellement, je me sens incapable de contrôler mes souvenirs... Et même si je le pouvais, je n'ai pas d'emprise sur le fait que le temps les rendra peut être plus flous... Le temps ou qui sait un jour: un accident, la maladie... J'essaye d'apprendre à lâcher prise sur ça... D'arrêter de me sentir responsable de ce temps qui m'éloigne de lui tel que je l'ai connu. Qui m'éloigne du traumatisme de sa mort également. Mais en revanche, j'essaye chaque jour de me lever et de vivre ma vie, le plus pleinement possible... et de lui dédier les instants les plus précieux. J'ai conscience de vivre pour moi, mais aussi pour lui désormais... Souvent, c'est une prise de conscience silencieuse, intérieure... et parfois je lui dis ces choses là à haute voix. Que je l'aime, que je veux continuer à faire de mon mieux pour lui.
C'est une prise de conscience encore très vacillante... que je perds de vue, parfois, souvent... mais je voulais te la partager car je crois profondément que l'amour pour nos chéris peut s'exprimer dans le fait d'investir et d'assumer au maximum le moment présent... et non pas uniquement dans la fidélité au passé.
Je pense que parfois, comme moi, tu as peur parce que tu imagines Tom derrière toi, et que tu te sens emportée vers l'avant... Mais essaye d'imaginer qu'une part de Tom se trouve en toi. De l'imaginer, à tes côtés, et non pas derrière toi. Ce n'est peut être qu'une projection de l'esprit, une astuce... mais au fond, qu'en savons-nous?
Je me dis simplement, pour ma part, que si je mourrais demain, j'aimerais que mes proches me perçoivent ainsi... Comme une présence, bienveillante, non jugeante, encourageante... cheminant à leur côté... et non comme une ombre les tirant sans arrêts vers le passé. Je crois qu'Hanaël aimerait que je le perçoive comme ça et je m'avance peut être, mais dans le fond, sans doutes est-ce ce que Tom aimerait également pour toi.
Tu es en vie et tu n'as pas à te sentir coupable de l'être. Tu n'as pas non plus à te sentir coupable de te sentir coupable!! Ce satané cercle vicieux! Tu fais de ton mieux, avec tous ces paradoxes, ces ressentis qui nous désarçonnent, nous surprennent, nous font peur... Tu fais de ton mieux et tu peux être fière de toi, et Tom devrait l'être aussi. Il l'est sans aucun doute.
J'aimerais te dire aussi, que j'ai lu tes précédents commentaires. Tout comme toi, il y a des épisodes de mon histoire avec mon chéri qui m'attristent... J'ai l'impression parfois de m'être montrée lâche, de ne pas avoir réalisé la chance d'avoir auprès de moi un homme qui m'aime autant... J'ai parfois voulu prendre de la distance dans notre couple. J'ai pensé à partir. J'ai douté. Je m'en suis beaucoup voulue pour ça. Je m'en veux encore parfois... Et puis je me rappelle que lorsqu'il était vivant, tout comme depuis son départ: je demeure une humaine imparfaite. Avec des peurs d'engagement, d'abandon, des doutes, des problèmes d'ego... Mais tout ça ne parlait et ne parle toujours que de moi! En revanche, pas un seul instant je n'ai désiré, je ne désire autre chose que le bonheur, l'épanouissement, la félicité de mon aimé. J'ai peut être juste douté parfois d'être la bonne personne. La personne capable de lui apporter tout ça. Et je crois que toi comme moi, nous pouvons être en paix avec nous-mêmes par rapport à tout ça. A ces doutes, à ces peurs, ces erreurs... Elles ne disent rien de l'amour qu'il y avait, qu'il y a entre nous et nos aimés.
Finalement, j'ai à nouveau été plus longue que prévue, mais je tenais à te partager ces ressentis. Prends soin de toi Alexandra. Je t'embrasse.

Hors ligne Stefy

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 849
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #123 le: 04 Novembre 2017 à 11:06:19 »
Je continue de me poser de temps en temps pour venir lire ici. Seul lieu où les mots me semblent vrais,  ou mon histoire résonne, où elle a toute sa place, où j'ai l'impression qu'elle n'est pas oubliée , contrairement à dehors même si je n'écris pas.  Plus de 3 ans......
C'est ton premier message que je lis  aujourd'hui Ela, depuis pas mal de temps. J'y verrais presque un signe....
Quelle résonance pour moi....
Ces souvenirs qui vont, qui viennent que l'on croit perdus puis qui ressurgissent au détour d'un presque rien,.....
Ces souvenirs que l'on voudrait graver  de façon indélébile de peur qu'ils ne s'effacent pour toujours.
Mais ils sont la, mais pas tous.....
J'avance aussi , avec cette peur justement d'avancer..... comment l'emmener dans le présent , mon présent où il n'est pas physiquement, sans me sentir coupable. Coupable , responsable aussi de ce temps qui passe..... coupable de le laisser m'éloigner de ce jour la.......et pourtant je n'y peux rien malgré tout,.....
J'essaie aussi d'apprendre à lâcher prise sur ca, c'est très compliqué
Une chose maintenant dont je sois sur est que cet amour et toujours la. J'ai eu tellement peur d'oublier......
Il est pour moi toujours présent, oui ce lien invisible est la, je Lui parle, très souvent. Il partage avec moi beaucoup de choses......
Des hauts, des bas......Il me manque toujours.....
J'oscille entre envie d'aller de l'avant et l'envie de rester la avec Lui....
J'oscille entre culpabilité d'aller mieux et culpabilité de ne pas aller mieux.....
Comment l'emmener réellement avec moi vers l'avant?
Pourtant je sais que si c'était moi qui était partie, j'aurais voulu qu'Il continue , qu'Il soit heureux......
Culpabilité de ne pas avoir fait tout ce que je pense que j'aurais pu/ du faire , et pourtant j'ai conscience que j'ai fait de mon mieux à ce moment..... si j'avais su..... mais je ne savais pas......et pourtant si j'avais su.....
Il me semble avoir 2 vies maintenant, une avec les autres ou j'ai retrouvé une place, et celle avec Lui. Parfois , et à des périodes souvent elles s'entremêlent et c'est très compliqué, très douloureux.....
Je me pose toujours cette même question depuis le début , même si  je ne suis plus dans cet immense chaos, comment fait on en vrai......
Je m'égare je crois ......
J'espère ne pas être trop à côté, des débuts du post....
Toujours personne à l'extérieur avec qui partager.....
J'avance ... doucement.... avec toujours des questions....des peurs....
Mais Il est la avec moi... même si je voudrais que ça soit autrement
Notre vie ne sera plus jamais la même ...qu'est ce qu'on en fait après?
Je vous embrasse fort
Stefy





Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2901
Re : En décalage
« Réponse #124 le: 04 Novembre 2017 à 22:35:55 »
ma chère Stefy je te serre fort dans mes bras
merci de ce partage
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Alexandra

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 119
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : Re : En décalage
« Réponse #125 le: 10 Novembre 2017 à 15:41:58 »
Parfois je me demande si les souvenirs reviendront quand j'aurai moins de chagrin, peut-être qu'ils sont là mais que je ne peux pas les mobiliser parce qu'ils me montreraient tout ce que j'ai perdu? Et en même temps je me demande si en laissant partir le chagrin, ils ne sont pas en train de s'effacer de façon irréversible.

Pour ceux et celles que cette question de l'oubli perturbent, je voulais juste partager avec vous une autre façon de voir le problème proposée par ma psy hier. Je lui ai parlé de cette peur d'oublier et du fait que Tom me semblait plus loin, comme si je le perdais de plus en plus.

Elle pense qu'en réalité les souvenirs "s'archivent" parce que le processus de deuil se fait "normalement". Le conscient et l'inconscient se remettent en phase, les souvenirs et les pensées ne sont plus envahissants comme ils l'ont été les premiers mois mais ils ne disparaissent pas. Au contraire, quand j'aurai fini de me mettre la pression pour que Tom soit présent sans arrêt dans mes pensées, tout sera là, disponible mais pas obsédant et aussi douloureux.

Je voulais partager cette proposition avec vous, parce que je trouve qu'elle peut soulager cette peur de l'oubli. Il n'y a pas d'oubli, c'est juste la bataille des émotions qui s'apaise et ça fait du bien de le savoir je trouve.

Je vous embrasse,
Alex