Auteur Sujet: En décalage  (Lu 21776 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 824
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : En décalage
« Réponse #105 le: 28 Septembre 2017 à 21:29:37 »
oh Alexandra,
tes mots me touchent et certains m'éclairent,

Suite à la mort de Jérôme et bien, je vais toucher de l'argent (pas une assurance vie, mais de l'argent de l'assurance du chauffeur qui l'a tué), Avec Jérôme on vivait en faisant toujours attention à nos dépenses, et bien là, je ne vais plus devoir le faire autant, moi je me dis qu'il m'a mise à l'abri (depuis sa mort, la maison est payée, alors qu'on avait pas fini... ) Aujourd'hui, je me dis heureusement qu'il n'y a pas un souci financier en plus, que je n'ai pas à m'inquiéter de cela, que ce serait un poids de plus, .. et l'argent, comme le dit si bien Fédérico, ça n'est que matériel, rien ne peut remplacer l'être que l'on aime, et certainement pas ça.

dans ce que tu as écrit, tu m'as fait comprendre que quand les gens me disent que j'ai l'air d'aller bien, que j'ai meilleure mine, j'ai peur qu'on croit que je je vais mieux (et pourtant j'avance), je ne veux pas qu'ils croient que je suis passée à autre chose, que je m'en suis remise.., "que de n'importe quoi"
je t'embrasse très fort,
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne malex

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 68
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #106 le: 28 Septembre 2017 à 23:59:04 »
A Alexandra et celles et ceux qui se retrouvent dans tes mots  : MERCI

Il y a longtemps que je n'avais pas eu la possibilité de revenir dans ce forum. Ma vie de nomade continue avec son effet anesthésiant...   revenir sur ce forum c'est comme si je rentrais chez moi. 

Tes mots, vos mots me touchent , ça fait du bien d être en pays connu , d'en comprendre la langue . Ailleurs  je me sens si étrangère  .

Hors ligne Alexandra

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 154
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : En décalage
« Réponse #107 le: 29 Septembre 2017 à 10:11:44 »
Aujourd'hui, je me dis heureusement qu'il n'y a pas un souci financier en plus, que je n'ai pas à m'inquiéter de cela, que ce serait un poids de plus, .. et l'argent, comme le dit si bien Fédérico, ça n'est que matériel, rien ne peut remplacer l'être que l'on aime, et certainement pas ça.

Oui Mononoké, tu as raison... Je veux dire, intellectuellement, je sens bien que tu as raison. Émotionnellement, c'est une autre histoire. Depuis tous ces mois, j'ai appris que malheureusement je ne pourrai pas forcer mes émotions à accepter quelque chose que je ne ressens pas comme ça. Il y a cette sale bestiole de culpabilité qui vit tapie dans l'ombre et qui n'attend qu'une nouvelle occasion pour me dévorer toute crue (la sale bête!)

Si je pousse le (dé)-raisonnement jusqu'au bout:
1- j'avais ma thèse à finir, Tom allait mal, je l'avais vu, mais ça n'était pas ma priorité. Quand il m'a parlé de sa grosseur au sein, le premier truc que j'ai pensé, c'était à un cancer et pourtant j'ai laissé Tom faire comme si ça n'était rien.
2- on devait commencer une autre vie après la thèse, il y avait des projets de maison qui nous faisaient plaisir à tous les deux même si au début l'idée de partir du sud direction la Bretagne ne plaisait pas du tout à Tom
3- mais j'ai failli planter Tom au moins 1000 fois dans la dernière année ensemble, je ne saurais jamais si c'était la maladie ou si on commençait à ne plus s'aimer. D'ailleurs les 3 semaines à l'hôpital, j'ai eu envie de me barrer, je me disais qu'il m'avait entrainée dans cet enfer et que c'était injuste pour moi

Conclusion: est-ce qu'aujourd'hui je peux vraiment dire que j'ai mal parce que j'aime Tom? Ou parce que je me sens coupable d'un an gâché en disputes et à fermer les yeux sur son cancer? Les deux si je dois être parfaitement honnête avec moi.

Alors tu comprends bien ma question de la "légitimité" dans ce contexte. Est-ce que je suis légitime de continuer les projets de maison alors que Tom est mort et que j'ai l'impression de l'avoir sacrifié pour obtenir ce que je vais avoir maintenant avec l'assurance vie?

Je sais bien que c'est absurde ces questions, qu'est-ce qu'on en sait au fond de comment ça se serait passé si Tom n'avait pas été malade? Je sais bien que j'ai dit à Tom que sa grosseur au sein n'était pas normale, que je trouvais qu'il allait mal et que je ne savais pas comment l'aider. On s'est engueulé vraiment fort quelques semaines avant de découvrir ce qu'il avait, je lui ai écrit une lettre dans laquelle il est écrit noir sur blanc qu'il faut qu'on arrête de se voiler la face et que ma thèse n'est pas responsable de ce qui ne va pas.

Mais je n'ai rien fait, je l'ai laissé mourir. On me répète que je ne savais pas. Moi ce que je ressens c'est que j'ai pensé à moi, je me suis détachée de Tom émotionnellement pour moins en baver si on se dirigeait vers une rupture. Alors je ne l'ai peut-être pas tué mais je l'ai laissé mourir et jamais je ne pourrai me le pardonner. Cet argent a un goût d'autant plus amer que depuis qu'il est sur mon compte en banque je ne pense plus à mourir moi aussi. Et je me dis que Tom m'a sauvé la vie alors que je n'ai pas pu sauvé la sienne. Et ça fait horriblement mal.

Voilà c'est bien moche ce qui se passe dans ma cervelle de veuve zinzin. C'est absurde et je le sais, c'est bien de l'écrire aussi parce que malheureusement c'est ça aussi le deuil, le temps des paradoxes et des absurdités. Merci à celles et ceux qui ont le courage de lire tout ça, il faut que ça sorte et après je me fais la promesse de pouvoir vous aider vraiment. Avec du soleil plutôt qu'avec toute cette noirceur.

Je pense à vous toutes et à vous tous,
Alex


Hors ligne loma

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 498
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #108 le: 29 Septembre 2017 à 13:48:31 »
Alexandra, peut être si tu changes d'angle de vue, les choses te paraitront différentes . La dernière année si j'ai bien compris a été assombrie par des disputes et de la distance entre vous. Malgré cela il n'a pas changé le nom du bénéficiaire, toi, alors qu'il pouvait le faire facilement et choisir, un membre de sa famille, un ami, une association ... Il a continué à te choisir TOI ! En dépit de ce qui s'effilochait , il a considéré que le lien d'amour qui vous unissait était fort.
Sois douce avec toi.
Tendrement loma
"si un jour je meurs et qu'on m'ouvre le coeur, on pourra lire en lettres d'or ... je t'aime encore"  William Shakespeare

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3321
Re : En décalage
« Réponse #109 le: 29 Septembre 2017 à 14:01:17 »
Alexandra bravo à l’écriture qui te permet de poser les choses clairement et de les exposer ...
je peux me tromper mais j'ai comme dans l'idée que tant que tu n'auras pas , seule ou avec des aides pros (type technique rapide comportementaliste, pas analytique) dans le domaine émotionnel purgé, traité ta culpabilité, le "vrai" deuil de Tom ne pourra pas avancer ... peut être je me trompe !
 Si tu avais reçu cet argent autrement : gain au loto par exemple ce serait différent pour toi ...
Comment peux tu accepter ce cadeau de la vie ?
Votre couple était en crise quand Tom a été malade ... il y a sans doute à chercher ce que révélait en soi cette crise où^tu as voulu te blinder pour moins souffrir si la séparation venait.
As tu pu imaginer ton chagrin si déjà avant la maladie de Tom, son décès vous vous étiez séparés ?
ce ne sont que des pistes ...
et je te souhaite toute l'énergie possible pour que tu puisses avancer dans ta vie libérée de tout ce négatif
affectueusement
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 824
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : En décalage
« Réponse #110 le: 29 Septembre 2017 à 15:48:56 »
oh Alexandra,
j'aimerai tellement que tu sois douce avec toi, je voudrais tellement que tu ne te reproche rien, vivre son deuil, vivre avec ses souffrances, leurs manifestations violentes et une peine assez lourde,

Voilà c'est bien moche ce qui se passe dans ma cervelle de veuve zinzin. C'est absurde et je le sais, c'est bien de l'écrire aussi parce que malheureusement c'est ça aussi le deuil, le temps des paradoxes et des absurdités.
tu as raison, je pense qu'ici, il se passe des choses bizarres dans le cerveau de chacun de nous, savoir le débrancher pour vivre un peu de répit, de repos serait une bonne chose

je te souhaite beaucoup de douceurs Alexandra
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne malex

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 68
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #111 le: 30 Septembre 2017 à 13:48:27 »
Alexandra,

Ne t'accables pas de reproches, de regrets, de remords . La vie quand elle nous joue ce p..... de mauvais tour de nous enlever notre compagnon  nous  détruit suffisamment comme ça.
Mon mari est décédé il y a 1an et 9 mois après 8mois de bataille contre le crabe.  Comme toi je suis arrivée sur ce forum, perdue  traînant mon chagrin et surtout ma culpabilité. Je peux dire à ce jour que je ne parvenais pas à discerner où se trouvait ma douleur .  Quand je lisais les contributions sur le forum je ne voyais que des couples fusionnels et je m'en voulais encore plus de ne pas avoir dit... de ne pas avoir fait...  de ne pas avoir compris..... 
Je m'en suis voulue de ne pas l'avoir rendu plus heureux .
Je partageais mon temps entre un métier pour lequel je m'investissais à fond,  le temps de repos je le consacrais à mes petits enfants et à ma maman ( je montais dans le nord la moitié de mes congés pour m'occuper d'elle).  La vie pas celle d'une vitrine magique , celle avec ses hauts et ses  bas , avec ses contraintes réelles  , avec des contraintes que l'on s'invente. 
Souvent il me disait " Il n'y a jamais de temps rien que pour nous"....  et moi je pensais "il est égoïste peut être même jaloux!"
 Maintenant je suis persuadée que ceux qui vont partir ont une intuition , quelque chose de complètement inconscient qui leur souffle que le temps qui passe ne reviendra pas . Ils savent....  et celui qui reste lui ne savait pas.  Est ce que l'on peut se sentir coupable de ne pas avoir su ?
Quand la "sale bestiole " de la culpabilité (comme tu l'appelles) refait surface , je m'accroche à des heures douces passées ensemble . Je t'avoue qu'au début j'avais du mal à en trouver , dévorée que j'étais par le négatif . Petit à petit , je me rends compte que nous avons vécu une vraie vie de couple , pas une vie rêvée mais une vraie avec des coups de gueule, avec des coups de cœur, avec des moments de connivence , avec des moments d'incompréhension, avec des moments de partage ,avec des moments de profonde solitude.... LA VIE!
Au début, je voulais "ouvrir les yeux" aux amis en couple qui se disputaient , qui parlaient de se séparer .... j 'avais l'impression de détenir (trop tard )  le secret du bonheur et je voulais qu'ils profitent  de ce que je venais de découvrir.
A présent ils me font sourire avec tendresse , ils sont ce que nous avons été mon mari et moi.

Synchronicité  que je partage à l'instant  avec toi : pendant que je t'écris ce message j'entends Bob Dylan à la radio, mon mari l'écoutait souvent et nous avons accompagné son départ avec ces balades là.  J'aime à penser que ça veut dire qu'il approuve .

Prends soin de toi, Alexandra , le chemin de son propre pardon est long mais il se fait petit à petit .
Avec toute mon affection.


Hors ligne Alexandra

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 154
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #112 le: 26 Octobre 2017 à 11:34:12 »
Tellement de mois se sont écoulés que je ne les compte même plus. Tellement de mois sans Tom, tellement de mois à refuser son absence. Jusqu’à lui écrire comme s’il pouvait me lire alors que je suis de ceux qui ne croient pas à un « après », juste au silence. Tellement de mois à revisiter encore et encore notre histoire pour comprendre, pour trouver le coupable pour aboutir toujours au même constat : il n’y a pas de réponse, juste du silence. Trop de silence. Trop de culpabilité. Trop d’absence. Trop de chagrin. Et trop peu de Tom.

Et voilà qu’une nouvelle guerre des tranchées commence, entre deux routes à prendre et qui chacune prennent racine dans l’absence de Tom. Un carrefour effrayant entre le refus de laisser partir Tom, ce qui aurait dû être notre vie, et le besoin physique de remplir le vide. J’ai sombré ces dernières semaines, presque avec plaisir dans un retour en arrière du chagrin, j’ai fouillé nos souvenirs, j’ai attisé ma culpabilité, soufflé sur les braises de la colère en espérant retenir les souvenirs qui s’échappent. Et pourtant, en même temps, j’ai ressorti ma collection de robes du placard, j’ai pensé à ce que ce serait de continuer à aimer Tom tout en faisant une place à quelqu’un d’autre.

Toujours, toujours des millions de questions… Est-ce le chagrin qui me vole nos souvenirs, est-ce qu’ils reviendront quand il s’apaisera ? Est-ce qu’il faut accepter la mémoire qui se dérobe, accepter de laisser partir le déni, accepter qu’il n’y aura pas de retour et que peu à peu Tom ne sera plus que des souvenirs qui se brouillent ? Est-ce tout ce qu’il me reste la douleur ? Est-ce que j’ai le droit à autre chose, alors que j’ai l’impression d’avoir laissé mourir Tom, alors que je sais que je n'ai pas fait autant que j'aurais voulu faire pour lui ? Est-ce que je peux même vivre autre chose, aimer sans avoir peur de perdre à chaque seconde, faire de la place à quelqu’un d’autre là où il y a déjà tellement de place pour Tom ?

Il n’y a pas de réponse à toutes ces questions, qui sont probablement absurdes… mais j’avais juste envie de les partager avec vous, de les écrire pour mieux les apprivoiser et reprendre le dessus. Encore un jour arc-en-ciel entre pluie de larmes et retour du soleil.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3321
Re : En décalage
« Réponse #113 le: 26 Octobre 2017 à 14:43:47 »
Tu as raison de venir écrire les paradoxes du questionnement que tu vis
cela sert toujours aux autres
 en validant qu'elles sont comme toi ...
dans des paradoxes et que ça dure
et qu'il n'y a pas de réponse !

La période de reconstruction dont les début sont flous et où il n'y a jamais de fin est très compliquée aussi
bien peu ose s'exprimer sur cette partie ... sujet tabou dans le tabou du deuil ...

bien affectueusement
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2064
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : En décalage
« Réponse #114 le: 26 Octobre 2017 à 15:58:42 »
 
Chère Alexandra,

" - Et voilà qu’une nouvelle guerre des tranchées commence, entre deux routes à prendre et qui chacune prennent racine dans l’absence de Tom. Un carrefour effrayant entre le refus de laisser partir Tom, ce qui aurait dû être notre vie, et le besoin physique de remplir le vide.
Et pourtant, en même temps, j’ai ressorti ma collection de robes du placard, j’ai pensé à ce que ce serait de continuer à aimer Tom tout en faisant une place à quelqu’un d’autre."


Un Grand Défi... TON CHOIX.

Je te rassure ... moi, aussi, j'ai ressorti ma collection de robes du placard (hihihi) ! je comprends... je ne suis pas "un amoureux"... je suis juste en silence un papa qui souhaite également laisser une place à quelqu'un d'autre... parce qu'aussi mon ex-compagne est partie voir d'autres horizons...

J'éprouve également ce besoin physique de remplir cet immense vide affectif !

J'ai besoin de serrer une main, d'embrasser une bouche, une nuque, de caresser des seins, de toucher un corps de femme, de sentir une odeur, un parfum féminin, d'entendre un soupire, un cri, d'écouter une voix, de voir un sourire, de ressentir un désir, une émotion, un nouveau sentiment...

C'est normal, c'est naturel, c'est humain .....

Je t'embrasse Alex.
Federico
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe

Hors ligne malex

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 68
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #115 le: 27 Octobre 2017 à 18:49:53 »
Alexandra,
Tes questions ne sont pas absurdes c'est le pays sur lequel tu viens d'atterrir qui lui  se nomme Absurdie!
 Pays terrible qu'un pays sans réponse , sans repère . Un pays plein  de vide. On y vit comme on peut et parfois on y rêve de bras qui nous réconfortent mais on sait au fond de nous que les seuls bras capables de nous réconforter ne sont plus....
Prends soin de toi Alexandra. Tom   a une place en toi  qui ne sera jamais prise même si quelqu'un  vient un jour ou l'autre faire un bout de chemin avec toi.
Merci pour ton partage.

Hors ligne Denpaolig

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 128
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #116 le: 27 Octobre 2017 à 23:02:01 »
Te rends-tu compte Alex que tu as parlé de couilles ici sur le forum ! J'ai explosé de rire en lisant le post concerné parce que tu as toujours dit (et j'ai tout lu venant de toi depuis ton accueil chaleureux à mon arrivée ici) est tellement profond, clair, pertinent, sensé que là, je ne m'y attendais pas ! Bon, trêve de plaisanterie, tu sais ce que je pense de cette culpabilité devant l'argent de l'assurance vie. Tu la remises au placard et si ton rêve est toujours d'acquérir une maison en Bretagne et bien, FONCES comme te disait Federico. Ne le fais pas pour Tom parce que c'était votre souhait mais fais-le véritablement parce que tu en as envie. C'est de toi qu'il s'agit, Alex. Tom sera toujours dans ton cœur mais il ne doit pas te dicter ta conduite. Toi et toi seule possèdes les clés de ta vie, Alex.

Je t'envoie toute ma tendresse

Muriel.

Hors ligne Alexandra

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 154
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #117 le: 02 Novembre 2017 à 12:28:15 »
Destructuration, restructuration… Oui décidément c’est la phase de « l’arc-en-ciel », mi-sourire et mi-tempêtes de larmes. Une dernière fois, je voudrais te parler comme si tu étais là, comme si je n’essayais pas de me convaincre que je ne t’ai pas complètement perdu. Une dernière fois me réveiller près de toi, juste une dernière fois. La maison de nos rêves a été vendue. Il fallait se rendre à l’évidence, c’était la maison de nos rêves, mais tu n’es plus là pour les vivre avec moi. Trop grande, trop pleine de travaux que tu aurais su faire mais pas moi, trop symbolique des rêves que nous ne ferons plus.

Si tu savais comme je t’aime encore, si seulement j’avais la certitude que tu savais que je t’aimais, si seulement j’avais fait tout ce que j’aurais voulu faire pour te raccrocher à la vie… Alors peut-être que je ne serais pas bloquée entre destructuration et restructuration aujourd’hui. Peut-être que je pourrais accepter les envies qui reviennent, de continuer nos rêves mais juste pour moi et pourtant avec tout l’amour qui les avaient créés en toile de fond.

Peut-être mais j’ai mal de te perdre encore. De réaliser que parfois je me réveille et ce n’est pas à toi que je pense. De réaliser que je ne sais pas si j’ai envie d’aller là où il y a tes cendres, parce que ce ne sont que des cendres et pas toi. De réaliser que même nos rêves sont morts avec toi et qu’eux aussi il faudra accepter de les refaçonner sans toi. Tout en sachant au fond de moi que j’ai merdé, que je ne t’ai pas aimé comme je le voulais, que je n’ai pas fait tout ce que je pouvais pour que tu sois encore là, que j’ai eu envie de m’enfuir quand tu es tombé malade et que je n’arrive pas à m’autoriser à vivre en me sentant si responsable du fait que toi tu ne vis pas.

Oui en ce moment ça va « mieux » mais je ne veux pas. Et maintenant je fais quoi ?

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3321
Re : En décalage
« Réponse #118 le: 02 Novembre 2017 à 16:59:43 »
Citer
Et maintenant je fais quoi ?
oui question que l'on se pose ...
apprendre à accepter de faire pour soi, de prendre soin de soi ... de faire que pour soi ...
alors qu'on n'a qu'une envie partager, exister dans et par le partage ...  :-\
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Stana

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1177
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : En décalage
« Réponse #119 le: 03 Novembre 2017 à 14:50:05 »
  Passer du rire aux larmes, des larmes au rire, et recommencer...oui je ne sais que trop ce que c'est, ça peux même arriver sans transition aucune, comme ça, sans crier gare...on ne sais pas  quand on se  sentira mieux la prochaine fois et combien de temps ça durera, et inversement  :) :'( c'est fatiguant quand ça arrive plusieurs fois dans la journée. Pendant longtemps, j'ai connu de ces cycles, parfois extrêmes, à peu près tous les jours, pour ne pas dire tous les jours. Quand une embellie, même minuscule, survenait, j'ètais angoissée à l'idée qu'elle allait prendre fin d'un moment à l'autre, d'un instant à l'autre.
  Ca m'arrive encore régulièrement, et quand c'est le cas, les moments où je me sens mieux ou bien sont d'autant plus précieux, j'ai appris à les avourer d'autant plus qu'ils peuvent être éphèmères  :) ce n'est pas toujours facile de  se dire ça, nous n,e sommes par des surhommes ou des surfemmes...
  Douces pensées  :-*
*Où que tu sois, ne m'oublie pas. Ici, ta voix résonnera encore et toujours. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à toi; mais c'est un monde où je ne suis pas...* (Dark Sanctuary)