Auteur Sujet: Doit-on s'appropier le statut de séparée ou plutôt celui de veuve?  (Lu 849 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Sortie de ma noyade

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 34
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Le cancer ronge.  La séparation s'impose. La mort arrive.  Et le statut qui demeure..."séparée", puisque c'est ce qu'il en était au moment du décès.  Comment vivre alors son deuil si le statut de "veuve" ne nous est pas accordé?  Il faut se l'approprier soi même et croire de tout son Coeur que le conjoint dont nous nous sommes séparé par la force des choses, a quitté par la suite, son corps à lui.  Ce corps, il a toujours appartenu à celui qui un jour fut notre conjoint. C'est ce qui fait  qu'en toute vérité, nous avons 2 deuils à vivre: celui du départ de notre ex (même si c'est nous qui l'avons quitté), ainsi que  celui de cet ex qui était aussi notre conjoint à un certain moment donné. C'est ce qui fait que nous sommes devenues non seulement l'ex mais aussi la "veuve". Le dénier ne ferait que nous priver du statut dont on doit aussi faire le deuil.
« Modifié: 27 Septembre 2017 à 18:03:55 par Sortie de ma noyade »

Hors ligne PAVELLE

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 26
Re : Doit-on s'appropier le statut de séparée ou plutôt celui de veuve?
« Réponse #1 le: 08 Octobre 2017 à 12:02:21 »
pas un, ni deux, mais mille deuils. le deuil de l'être aimé, que l'on ai été séparé ou marié au moment de son départ, quelle importance ?
le deuil de notre vie à deux, le deuil de la vie de famille avec lui, la vie sociale avec lui, sa vie professionnelle à lui, sa vie amicale, sa vie associative, sa vie dans sa famille....
notre deuil à nous même, le deuil du l'épouse de, le deuil de tout ce que l'on faisait, tout ce que l'on vivait ensemble.

mille deuils

et le jour où beaucoup auront oublié son existence passée, notre deuil sera loin d'être terminé.
Je t'avais dans la peau. Désormais tu seras toujours sur ma peau...

Hors ligne Denpaolig

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 96
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Doit-on s'appropier le statut de séparée ou plutôt celui de veuve?
« Réponse #2 le: 12 Octobre 2017 à 21:51:28 »
J'étais séparée de lui depuis 7 ans au moment de son suicide au mois d'avril de cette année. 7 ans où je parlais de lui en le nommant "le père  de mes enfants", "Pascal"... mais je suis incapable de me rappeler si je le nommais "mon mari". Je suis sûre d'une chose, je n'ai jamais dit mon "ex-mari". Et, depuis le jour de son décès, je dis "mon mari". C'est assez incompréhensible pour moi ! C'est comme une façon de rester coller à lui. Une sorte de culpabilité ? Je ne sais pas... Depuis 7 ans que nous étions séparés, je porte toujours mon alliance... Y' a un truc là qui me fait dire, que je n'ai même pas commencé à régler le problème de la séparation... Alors régler celui de sa mort !!!

Ca va se travailler chez le psy cette histoire !!!




Hors ligne Sortie de ma noyade

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 34
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Doit-on s'appropier le statut de séparée ou plutôt celui de veuve?
« Réponse #3 le: 01 Novembre 2017 à 16:40:03 »
Merci de partager vos réactions si intimes, si personnelles! Seules ceux et celles qui le vivent peuvent le comprendre...

Hors ligne Sortie de ma noyade

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 34
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Doit-on s'appropier le statut de séparée ou plutôt celui de veuve?
« Réponse #4 le: 04 Novembre 2017 à 18:22:28 »
Je te comprends Denpaolig, mon mari et moi étions évidemment séparé à sa mort et suite à sa mort, j'éprouvais le besoin de remettre mon alliance.  Je ne me sentais pas capable de le faire car je ne me sentais pas capable de répondre aux questions qui risquaient s'enchaìner. (Celles de mes enfants incluses).  Je ne pouvais juste pas faire face aux "quand dirait-on".  J'avais peur de passer pour une folle ou d'avoir l'air d'une hypocrite alors qu'en effet c'était la maladie qui avait fini par trancher la décision de la séparation.  La maladie non pas seulement physique mais aussi psychologique.