Auteur Sujet: Bientôt 3 ans et bloqué au même endroit  (Lu 6834 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Sarah30

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Bientôt 3 ans et bloqué au même endroit
« le: 02 mars 2022 à 22:46:15 »
Bonjour à tous et pas habitué des forums.
Mon histoire, en quelques ligne, à 18 ans, je rencontre mon homme, d'abord ami, ensuite à 20 ans, amoureux.
À 21 nous emménageons ensembles et à 26 nous accueillons notre petit luka, en même temps il monte son entreprise, notre couple connais des hautes et des bas, mais ça va.
Il a toujours été motard et j'aimais monté derrière lui, c'était notre moment à nous.
À 30 ans, il se prends de passion pour les rallyes moto, encourager par un ami en commun qui pratique.
Je l'encourage et accepte, avec quand même une boule au ventre à chaque fois qu'il part..
Nous allions le voir et on était fière avec notre fils.
Le week-end avant son rallye, nous nous somme disputé pour des bêtises et à cause de ma fierté mal placé, nous ne nous sommes quasiment pas parlé jusqu'au jeudi.
Quand il est parti le matin, je n'ai pas voulu l'embrasser (foutu fierté) et je lui ai dis, a dimanche, il faudra qu'on parle de nous, salut.
Il a emmené son fils à l'école et il est parti...
Le vendredi soir, nous, nous sommes appelé, encore pour s'embrouiller et la il me dis, "oui on doit parlé, il y a des choses qui ne vont plus dans notre couple"
Le samedi, luka se réveille de sa sieste, nous, nous baladons vers chez nous, je lui fais son goûté et la, le maire de mon village et 2 gendarmes se trouve à ma porte, ils me disent que mon compagnon est décédé, il a raté son virage et a fini dans un arbre, mort sur le coup.
Cela va faire, 3 ans en mars, j'ai traversé les différentes étapes de mon deuil, mais la culpabilité est toujours bel et bien la.
Je me dis que si je ne m'étais pas énervé la veille au téléphone, il serais toujours là, j'ai peur qu'il ne sois pas partie avec la même concentration qu'il devait avoir pour roulé dans ce genre de course.
En 3 ans, j'ai testé l'hypnose, le psy, mais je suis bloqué, je parle facilement de l'accident, mais quand on commence à gratté plus profond, je bloque et je disparais, j'ai vue mon psy 3 fois et je n'y suis plus jamais allée.
J'ai rencontré quelqu'un il y a 1 an, je pensais arrivé à avancé, il est très gentil et s'entend très bien avec mon fils, mais en 1 an, j'ai ralenti, mis de la distance, pour finalement tout stoppé, nous sommes proche mais plus en couple, ce mot me terrifie, m'oppresse.
Rien qu'à l'idée de savoir que je suis heureuse avec quelqu'un d'autre que le papa de mon fils, m'angoisse.
J'ai l'impression que mon histoire n'est pas terminé, quand il est mort, nous devions parlé de nous mais je reste dans le néant, et j'attends des réponses, qui ne vienne pas évidemment car il n'est plus là, mais je n'ai pas de signes, rien qui me dise, vas-y, vie et sois heureuse ma chérie.
Du coup je reste seule, je sabote tout et je prive mon fils de cet homme formidable qui ne veut que notre bien et nous voir heureux.

Je n'ai jamais parlé avec des gens qui on vécu les mêmes choses que moi, mais je me noie et je voudrais qu'on m'aide un peu.

Merci d'avoir pris le temps de me lire

En ligne pscar13

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1710
  • Seul l'Amour peut garder quelqu'un vivant
    • Créations et Décors chez Katia – Un amour infini pour la vie
Re : Bientôt 3 ans et bloqué au même endroit
« Réponse #1 le: 03 mars 2022 à 01:09:39 »
Bonsoir Sarah,

Je viens de lire ton récit, et je comprends cette culpabilité qui te ronge après un tel drame.
Notre "histoire" n'a rien à voir avec la votre, et pourtant je culpabilise tout autant, c'est, je crois, l'émotion la plus difficile à gérer, c'est de la colère contre soi-même.

Je ne sais pas si tu as lu le livre du Dr Fauré "Vivre le deuil au jour le jour", il parle longuement de la culpabilité, voici un extrait:

Quand on est happé par la culpabilité, il est capital de mesurer le caractère inflexible, presque déshumanisé, de ce ressenti, et de se demander ce qu’on est réellement en train d’exiger de soi, quand on s’accuse avec autant de violence et de dureté. Il faut aussi revenir sur les circonstances qui sont, pour soi, porteuses de culpabilité : « À ce moment précis, pourquoi ai-je fait ce que j’ai fait ? Quelle était ma motivation profonde ? Mon intention était-elle un désir délibéré de nuire à cette personne ? » La réponse est clairement non.
Partant de là : jusqu’où doit-on se faire payer ? Jusqu’où doit-on se faire violence ? Pourquoi ? Dans quel but ? Quel sens cela a-t-il ? Est-ce que la personne disparue exigerait qu’on paie un tel tribut en son nom ? Accepterait-elle qu’on se fasse tant souffrir en son souvenir ? Lui serait-il tolérable de nous voir honorer sa mémoire, en s’agressant soi-même pour des erreurs qu’elle serait la première à pardonner ? Ces questions sont essentielles. Elles invitent à regarder la culpabilité droit dans les yeux et à prendre conscience des accusations que l’on s’adresse et de la violence qu’on s’inflige. Elles permettent de percevoir cette volonté farouche et implacable, en soi, qui pousse à devoir se punir parce qu’on n’a pas été parfait.

Ce regard lucide sur les fondements de la culpabilité va tout d’abord permettre d’apprécier directement sa responsabilité dans les actes qu’on a accomplis, en percevant la réalité des faits ; cela conduira progressivement (mais aussi douloureusement) à accepter ce qu’on ne peut pas changer. C’est à cette condition qu’on consentira au pardon de soi. En effet, si on se dit « Non, je ne suis coupable de rien », alors que l’on est, en fait, intimement convaincu(e) du contraire, on reste dans un conflit intérieur. Or l’apaisement de la culpabilité est en relation avec le pardon. Mais il ne faut pas tomber dans l’erreur de croire que se pardonner, c’est s’en tirer à bon compte. Le pardon authentique est une démarche de sincère humilité et de courage. C’est refuser la guerre et la violence intérieure et faire le choix de la paix, ce qui est très difficile à atteindre !

Il y a aussi des vidéos sur le site

https://mieux-traverser-le-deuil.fr/module/vivre-la-culpabilite-et-la-colere/la-culpabilite-au-cours-du-deuil-1/

J'espère que tu trouveras la bonne personne pour en parler.

Prends bien soin de toi.

 
Le futur devient présent, et, dans l'instant qui suit, passé.
Mon rêve est devenu réalité, mon amoureuse, mon éternel présent.

Hors ligne Josette

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 24
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Bientôt 3 ans et bloqué au même endroit
« Réponse #2 le: 04 mars 2022 à 13:11:47 »

Je comprends ton mal être ; les derniers mots entre vous exprimaient la rancœur mais là il est en paix et malgré tout, est parti avec l'amour que vous partagiez.
Mon mari est partie avec son ULM ; en faisant demi tour dans le brouillard, un pylône  l'a tué sur le coup. En dépit de son départ, je l'aime toujours autant et je sais qu'il est parti avec ce sentiment d'être aimé.
Ne culpabilisez pas si vous pouvez refaire votre vie et trouver de l'apaisement.
Nous n'avons qu'une seule vie et si la possibilité s'offre à vous, je suis persuadée que de là haut, il approuve que vous combliez votre solitude.
Amitiés

Hors ligne Alice

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 261
  • Mais où es-tu ???
Re : Bientôt 3 ans et bloqué au même endroit
« Réponse #3 le: 14 mars 2022 à 15:31:27 »
Bonjour Sarah.

Ta réaction est normale est compréhensible...
Je ne sais pas, as-tu essayer de changer de psy ? Moi j'en ai changé et cela m'a beaucoup aidé.
As-tu essayer d'écrire à ton mari? Tu ne peux qu' imaginer ses réponses, mais la sensation de dire ce qu'on voulait lui dire, aide un peu..

Force et courage

Hors ligne bestblogsan

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Bientôt 3 ans et bloqué au même endroit
« Réponse #4 le: 25 avril 2022 à 04:21:32 »
The complete look of your internet site is remarkable, not to mention the content material!
also visit my net web page -virtual phone