Auteur Sujet: depuis le 23 avril 2014  (Lu 228823 fois)

0 Membres et 6 Invités sur ce sujet

Hors ligne Mimie

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 181
  • Dur de survivre
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #405 le: 21 Mars 2015 à 18:32:05 »
Bonjour
Pour moi aussi les mots de Quigan me parlent beaucoup. Les larmes presque que chez mon psy, sauf à Lourdes seule au milieu de la foule en octobre 2013, 3 mois 1/2 après le départ de mon aimé. Je pensais faire un malaise tellement je craquais, j'étais allée voir un prêtre, le pauvre il s'est senti bien démuni de mots.
Ce lieu ou nous allions tous les deux depuis sa maladie remplis d'émotion tous les deux. Mais sinon chez mon psy seulement.
Ma meilleure amie à qui je me confiais avant pour plein d'autre chose là avait une drôle de réaction me disant toujours: je trouve que tu ne vas pas si mal que ça! mais que savait elle de mon état intérieur? même quand je disais que c’était très dur elle avait cette réponse alors j'ai arrêté de me confier à elle.
La famille de mon mari, très difficile ils avaient à faire leur propre deuil. Mes enfants n'en parlons pas, le moins possible, ce qui veut dire presque jamais pour ne pas les accabler plus qu'ils ne le sont!
Alors le psy, j'ai envie de dire cher psy qui a tout entendu du début de la maladie à la fin.

Dans ce que tu relates de ta vie de tous les jours Quigan je suis en phase avec toi, le moindre problème pratique prend des proportions énormes. Et il nous faut résoudre tout seule.
La vie seule à la maison est difficile, pas d'enfant à côté plus de famille, parents, oncles,tantes. Oh si ma nièce qui m'appelle régulièrement mais je ne me confie pas non plus;
je me faisais la remarque ce midi en me disant ue voyager maintenant c'est toute une affaire, je rentre de 3 semaines de cure thermale et j'ai peiné pour mettre tout ce que j'avais emporté dans ma voiture, un étage à descendre, voiture devant l'immeuble pourtant mais c'est lourd, fatigant j'emporte pas mal de choses aussi, trop mais besoin d'avoir mon petit univers autour de moi pendant ces trois semaines.
Je me suis arrêtée à Bordeaux et même chose pour apporter dans la chambre d'hôtel ce qui m'est nécessaire (beaucoup moins quand même) jusqu'à demain matin c'est lourd, fatigant malgré l'ascenseur là! Et il m'est venu l'idée que nous étions deux pour porter tout cela, mon mari avait moins de choses que moi forcément tout ce qui est nécessaire pour cuisiner on ne multiplie pas par deux. Alors oui même pour cela il me manque.
Je crois que la liste est longue et je pense que ce sont des petits prétextes pour dire, il n'est plus là et c'est un énorme vide et un énorme manque.
Et pourtant puisque tu l'évoques Quigan je suis dans l'acceptation depuis plusieurs mois puisque de toute façon on ne peut rien changer au passé, on ne peut que l'accepter pour vivre plus en paix.
Je ne crois pas que ce soit malsain de craquer avec nos petits enfants, ils ont besoin aussi de voir qu'ils ne sont pas les seuls à être tristes. Pour ma part je leur en parle quand ils parlent de leur papy, mon petit fils de 5 ans maintenant m'en a beaucoup parlé, moins maintenant et c'est moi qui en ai parlé la dernière fois pour ne pas qu'il l'oublie mais je ne pense pas et dans un cadre pèle mêle j'ai mis une photo de chaque petit enfant avec son papy, sauf le dernier qui n'était pas né.
 :)
Mimie

La nuit n'est jamais complète, il y a toujours puisque je le dis, Puisque je l'affirme
Au bout du chagrin
Une fenêtre ouverte
Paul Eluard

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3941
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #406 le: 21 Mars 2015 à 18:54:09 »
merci mimie de ton partage
oui je me sens "moins seule" à vous lire
je crois l'avoir déjà écrit :
sans doute sur ce forum se retrouve le petit pourcentage de personnes qui n'ont comme nous personne pour se confier sans masque et qui ont eu une vie fusionnelle qui a volé en éclat.
Les autres ont des ressources, béquilles que nous n'avons pas ! et ne cherchent pas les forums comme nous ...
ne souffrent pas du manque de ne pas passer par le verbal de sortir sa peine sans masque ...  :-*
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne leelou-

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 185
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #407 le: 22 Mars 2015 à 14:06:04 »
Accroche toi Qiguan
 :-*
S'il fallait entre nous un mot
Qui soit comme un dernier cadeau
Avant de fermer les rideaux
Mon amour, mon amour
A bientôt

Hors ligne Yentel

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 367
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #408 le: 22 Mars 2015 à 21:28:59 »
Tiens bon Qiguan... Je suis en pensée avec toi...  :-*
Yentel
"Quand tu regarderas les étoiles dans le ciel, la nuit, puisque j'habiterai dans l'une d'elles, puisque je rirai dans l'une d'elles, alors, ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles.  Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire" (A. de Saint-Exupéry)

Hors ligne Dji

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 157
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #409 le: 22 Mars 2015 à 23:53:43 »
Qiguan
Toutes mes pensées t'accompagnent, je suis avec toi,tiens bon on est tous la .
A bientôt de se rencontrer
Dji

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3941
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #410 le: 27 Mars 2015 à 16:07:54 »
je vais me répéter pour user mes difficultés en écrivant :
 :-\ ces journées où je navigue entre les souvenirs de l'an passé, les moments de la fin de vie, les souvenirs heureux, la lutte actuelle de survie, avec le basilic pas loin, la certitude que oui je vais passer les caps, oui ma vie va continuer autrement ... sont fatigantes
car c'est comme un kaléidoscope où l'image se transforme ou change quasi d'un coup mais en gardant un élément de l'image précédente !
et toujours ce sentiment de constater que sur chaque chose : souvenirs des jours de fin de vie, des dates, souvenirs plus lointains de luttes victorieuses et heureux aussi, ... il y a en réunit en condensé tout qui passe, toutes les étapes :
  • choc encore comme un ricochet qui n'en fini pas !
  • déni
  • colère
marchandage si ...
  • tristesse désespérance
  • résignation
  • acceptation
reconstruction[/li]
[/list]

Je traite toujours chaque image négative comme depuis le début, en faisant émergé le positif qu'il y avait aussi dans la situation
je grossis chaque souvenir positif (même si ça me tire des larmes)
je m'oblige à me lister des pleins là où le manque comme un gouffre aspirant m'attire !
Je subi de me cacher derrière le masque ... n’ayant comme espace direct que chez les psys où je puisse exprimer mon véritable état !
Je déteste ce carcan qui me fait perdre mon authenticité !
http://forumdeuil.comemo.org/traverser-le-deuil/le-monde-moderne-face-au-deuil/ oui le monde moderne fait de curieuse chose/la mort au deuil ! ...

J'ai reçu une lettre de ma belle sœur, …
rappel : depuis le 26 octobre jour où avec mon beau frère ils sont passés 1h en revenant du cimetière : pas de nouvelles, j’avais mis un mail le 24/12
puis un avec photo de ma petite fille plus le jouet qu’ils lui avaient envoyé le 25/12
et sans aucune nouvelle, ni « vœux » j’avais pris de leurs nouvelles en Février par 1 de leurs fils (qui lui m’avait écrit un beau mail à nouvel an.) donc réponse un gros mois après ...
dans le texte pas de main tendue, rien pour moi
l'évocation de ce que je nomme leur "fuite" permanente dans la vie culturelle et sociale
... et une référence que j'ai trouvé "surréaliste", décalée, comme quoi ils étaient sous le choc du 7 janvier (j'ai dû décoder jour de l'attentat à Charly hebdo) ... alors qu'après le décès de mon Époux je n'ai pas eu de leurs nouvelles x temps ... 
Spontanément j’ai eu de la colère en lisant la lettre
même si je peux relativiser et être au plus profond de moi dans la connaissance des autres
et parvenir à la reconnaissance de moi pour moi
c'est éprouvant !
Ils ne veulent, ne peuvent pas me tendre de main ...

Le lien établit intérieurement avec mon défunt mari m'aide énormément mais comme des coups d'aiguilles en même temps ce lien me montre le : "plus jamais comme avant" quoi que je fasse !

J'ai su en 13 ans de combats savourer avec lui notre vie, j'ai eu beaucoup de sagesse pour apprécier autant les instants "quelconques" que les intenses cela a constitué, je le sais, un énorme trésor, mais là je suis à souffrir aussi.

L'attente du bébé (qui doit arriver à la date anniversaire du décès), ma volonté d'être pour elle, ma petite fille (aînée) , ma fille dans la vie est certainement une aide mais en même temps ma souffrance est là.

Le trésor du passé, les trésors présents dont celui de ma fille, petite fille, les trésors futurs (la future petite fille) sont bien là, je les apprécient mais je ne sais pas, ne peux pas les apprécier comme avant et ça c'est pour toujours !
mais je ne l'accepte pas encore même si je me résigne !
Les distractions ne font qu'occuper le temps elles ne me comblent pas il faut accepter ce manque qui sera toujours là !
La douleur ne m'empêche pas autant de vivre l'instant présent : c'est une étape !
mais ...  :'(
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne vivi5962100

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 90
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #411 le: 27 Mars 2015 à 17:51:24 »
Bonjour Qijan
Comme il est beau ton texte et tellement vrai malheureusement  :-[
Je n'ai pas perdu de mari ni d'enfant mais ma maman avec qui j étais très fusionnelle le 9 janvier 2015 jour de mon anniversaire.
Ma soeur m'a téléphone un soir pour me dire que je pourrais l'appeler jours et nuits pour parler de notre mère et quand j'ai voulu le faire elle m'a dit qu'elle  ne pouvait en parler. A quoi bon me l'avoir dit.
A peine ma mère incinérée qu'elle réserve ses vacances d'été (soit disant que c'est beaucoup moins cher). Peut être mais moi je ne suis pas capable de prévoir mes vacances et autres même maintenant (car je les passaient avec ma mère étant célibataire).
Pour la famille si c'est pas moi qui prend de leurs  nouvelles je n'en ai pas. Alors j'ai décidé d'arrêter.
Je me souviens aussi que pendant que ma maman etait en train de partir il y avait les attentats à Charlie et de la famille proche allait voir la télé dans la salle des familles. Pourtant ceux sont vraiment des proches. Ca m'a choquée. Maman partait et il ne la verrait plus alors que les infos il aurait le temps de les voir.
A part 2 nièces très proches j'apprends à vivre seule et suis constamment avec ma mère par la pensée.
Chacun  vit sa vie maintenant et depuis pratiquement le début.
Heureusement qu'il y a ce forum ou je peux crier ma douleur et ou il y a des personnes formidables qui malheureusement vivent des drames
Je vous souhaite bien  du courage
Maman l amour de ma vie.  Tu es partie mais pour moi tu seras toujours dans mon coeur et parmi les étoiles ou tu me verras me battre pour que tu sois fière de moi .

Hors ligne Ally

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 188
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #412 le: 27 Mars 2015 à 22:53:24 »
Bonsoir Qiguan et vous toutes,
Mon cher époux aussi est parti d'un arrêt cardiaque, mort subite, je ne savais même pas que cela pouvait arriver aux adultes, je pensais que cela concernait les nourrissons. Il y aura 18 mois le 17 prochain. Et je peux vous dire que je déguste toujours autant, passant par de (nombreuses) périodes noires pleines de larmes à de petits repos mais pleins de pensées pour lui. Ma seule consolation : de nous deux, je suis la seule à souffrir, car lui, qui redoutait tant de mourir, ne s'est pas vu partir. Comment vous décrire la culpabilité de ne pas avoir eu le temps de lui dire à quel point je l'aimais après toutes ces années passées ensemble. A quel point je le respectais, je croyais en lui. Le savait-il encore ? Nous étions un vieux couple, avec ses petites prises de têtes à la noix pour des bêtises, mais tellement fusionnels, inséparables... Après 18 mois il m'arrive encore de penser "je vais me réveiller, ce n'est pas possible...". Comme c'est dur de perdre ceux qu'on aime, c'est mon premier vrai deuil, et c'est celui de l'homme que j'aime. Je vous comprends donc et votre histoire me touche. Il n'y a pas de mots magiques, il n'y a aucun mot de consolation. On en bave tous les jours et chaque jour est douloureux. On fait le dos rond, et on avance un petit peu tous les jours. L'entourage est important, l'amitié, la vraie, un tri va s'opérer naturellement entre les faux et les vrais amis. Il faut juste avoir envie de survivre, de bonnes raisons, ce n'est pas facile et il m'arrive souvent le soir de lui demander de venir me chercher la nuit, que je n'aie pas à me réveiller le lendemain. Mais chaque matin, je me réveille et il me faut affronter la journée, à coups de petites astuces, de mini-projets. Il faut du courage, mes pensées vous accompagnent. J'aurais voulu vous aider davantage, mais chacun est seul pour affronter cette terrible douleur.
Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis

Hors ligne Darling

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 250
  • Avec toi hier, pour toi demain, à jamais pour nous
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #413 le: 27 Mars 2015 à 23:00:33 »
Bonsoir Qiguan.
Je suis impressionnée par ta façon d'intellectualiser tes sentiments.

Quelquefois, je me demande si ce n'est pas de souffrir qui nous permets de rester vivant.
Comment continuer à vivre sans l'autre ?  souffrons
Comment pouvoir  penser à un avenir sans l'autre ? souffrons

Je penses à ça car je retrouve dans tout les témoignages ces sentiments.
Le manteau de la culpabilité qui nous recouvre.
Les pourquoi  "Lui" ou "Elle" est parti alors que c'était une personne qui méritait de vivre, pas une mauvaise personne, qu'elle était trop jeune pour partir, etc.

Notre souffrance, c'est notre conscience.
Nous avons les yeux ouverts devant cette réalité étalé à nos pieds, et nous soutenons cette vision.
Nous regardons la mort en face.

Autour de nous, dans nos familles, nos amis, il y à ceux qui ferment les yeux, ne décrochent pas le téléphone, changent de sujet.
Ils ne nous regardent même pas en face.
Peut être que cette puissance d'Amour dont nous leur parlons, leur ai inconnu.
Eux, ils tournent la page comme ils referment le livre des condoléances, et le couvercle au cimetière.
"Alors ça va mieux ? tu tournes la page ? et toutes ses phrases d'ignorants que vous connaissez.

Je ne leur en veux plus de ne pas comprendre, ils n'ont jamais côtoyés de si grands sentiments, et ne peuvent imaginer une réelle souffrance de les voir foudroyés.

Je les laisse attacher leur chien à un arbre sur une route un matin d'été, et regarder dans leurs rétro si personne ne les as vu.
Je les laisse expédier un vieux parent dans un lointain asile campagnard, et déduire de leur déclaration de revenus tout les frais possibles.
et je peux continuer les exemples dans tout les domaines...

Ils pensent être "heureux"en évitant de souffrir, mais l'essence même de la vie est cette souffrance.
Leur vie ne me fait même pas pitié, c'est un monde souterrain, dans l'ombre., inexistant sans valeurs.

Il n'y a que celui qui prends de la hauteur qui peut déployer ses ailes, et côtoyer la lumière.

J'espere que mes propos ne choqueront personne, dans ce cas j'effacerai.

Qiguan pour toi :-*
Darling, plus jamais ta main dans la mienne mais pour toujours le souvenir de sa chaleur. Plus jamais tes yeux dans les miens mais pour toujours l'intensité de ton regard. Plus jamais le son de ta voix mais pour toujours la douceur de tes paroles.

Hors ligne Mamoure

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 865
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #414 le: 27 Mars 2015 à 23:08:21 »
Qiguan,
ta colère vis-à-vis de ta belle-famille est bien légitime
cela me surprend toujours quand je lis certains témoignages comme le tien où la belle-famille "disparait"...
elle était bien notre famille avant, quand il était là , alors pourquoi ne le serait-elle plus maintenant ??
Alain avait 2 frères , il était très proche du plus jeune , pas du tout de son frère aîné
Les 2 ont été très près de moi , au début , aujourd'hui , l'aîné....dernières nouvelles fin janvier, cela ne me surprend pas , ne me déçoit  pas
Le plus jeune , par contre , m'appelle très souvent , m'envoie des messages , des mails , m'invite régulièrement...
Finalement , les relations sont restées avec moi telles qu'elles étaient avec Alain : proche  de l'un , pas du tout de l'autre....
Et , moi, ça me fait du bien ...
A lui  aussi , je pense , il a besoin de prendre soin de moi , de se rapprocher de moi ,il me semble (je me trompe peut-être) qu'il cherche , à travers moi , à maintenir le lien qu'il avait avec son frère disparu

Comme quoi , tout le monde ne réagit pas pareil...

J'ai su en 13 ans de combats savourer avec lui notre vie, j'ai eu beaucoup de sagesse pour apprécier autant les instants "quelconques" que les intenses cela a constitué, je le sais, un énorme trésor, mais là je suis à souffrir aussi.

le combat contre la maladie t'a appris à savourer chaque moment avec lui , banal , intense....
pour moi , c'est un 1er mariage raté qui m'a tant fait apprécier chaque instant passé auprès d'Alain, j'ai su reconnaitre le bonheur , le vrai , le simple et l'apprécier à sa juste valeur

et c'est , comme tu le dis si bien , un véritable trésor
énorme trésor mais .....énorme souffrance...

je t'embrasse

Hors ligne Josline

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 146
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #415 le: 28 Mars 2015 à 10:25:58 »
Depuis bientôt 8 mois que Guy est décédé, je n' ai pas eu un mot de la part de sa famille.. Son frère était décédé depuis 4 ans, d' un cancer, et sa maman depuis juillet 2013. Il restait sa belle-soeur (la femme du frère décédé) et ses 3 neveux et nièces et leurs jeunes enfants. Du vivant du frère de Guy et de sa maman, même si nous n' habitions pas la porte à côté (ils sont de Lille), nous y allions souvent (à peu près tous les deux mois) pour rendre visite à sa maman et nous voyions toute la famille. Nous sortions ensemble : resto, promenades, invitations chez les uns et les autres etc.  Malgré tout, c' est toujours nous qui nous sommes déplacés, eux ne sont jamais venus chez nous malgré nos nombreuses invitations.
Au décès de mon mari, ma belle-soeur s' est contentée d' envoyer des fleurs en disant qu' elle ne pouvait pas se déplacer. Quant aux neveux et nièces, silence radio : Même pas un coup de téléphone, une carte de condoléances ou un simple email. Rien.....
Depuis cette date, je n' ai plus jamais eu de leurs nouvelles et j' ai décidé de laisser tomber et de ne pas les relancer. Moi, je n' ai plus aucune raison de retourner sur Lille et eux m' ont bien fait comprendre qu' ils ne souhaitaient pas poursuivre nos relations.
Je ne comprends pas pourquoi. Nous nous étions toujours bien entendus, même si les visites venaient toujours de nous et j' aurais aimé comprendre. Peut-être que j' aurais dû leur demander des explications mais à quoi bon...
Vous voyez, j' ai l' impression que ça arrive dans beaucoup de familles même quand on ne s' y attend pas...
Moi, j' ai laissé tomber.
Je vous embrasse

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3941
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #416 le: 28 Mars 2015 à 11:51:09 »
merci
vivi5962100, desesperance47, Darling, Mamoure, Josline  :-*
Oui le deuil révèle bien des choses quant aux relations humaines intra familiales  :-\
ces déceptions alourdissent la peine du deuil ... et on ne peut s'empêcher d'extrapoler si cela avait été nous le défunt nos aimés auraient ils eu le soutien qu'on serait en droit d'espérer ?

Vivi 18 mois et la peine oui reste difficile longtemps ! c'est bien en tant que personne plus avancée en temps dans le deuil de venir en témoigner ... aussi quand cela nous arrive on sait que l'on n'est pas "anormale" ...

Darling oui je rationalise c'est toujours  le cerveau rationnel qui tente de reprendre la main sur l'émotionnel et le reptilien et heureusement ! pour notre santé et l'évolution de notre souffrance !
Le Dr Fauré et autre nous le disent bien la douleur du deuil oui a une fonction utile et c'est bien !
C'est la seule douleur qu'il faut laisser pleinement exister d'où son tableau comparatif entre vrai dépression et état dépressif du deuil pour éviter de médicaliser !
Oui chaque petite chose qui nous plonge dans la douleur : objet, évènement etc a pour utilité de permettre le processus du deuil = constat de la réalité du jamais plus
oui tout cela est "normal". Et ce fut très utile pour moi de le lire (au début) de le relire ensuite ...
tu as raison quand tu dis
Je ne leur en veux plus de ne pas comprendre, ils n'ont jamais côtoyés de si grands sentiments, et ne peuvent imaginer une réelle souffrance de les voir foudroyés
Chaque année, 235 000 personnes environ perdent leur conjoint tous ne s'inscrivent pas ici ! ... 30 000 ont moins de 55 ans
ne cherchent pas ... d'aide à ce niveau en trouvent autrement ... aussi
Si l'on rajoute les cas de remariages et les concubins endeuillés, le nombre de veufs/veuves atteint  5 000 000 ... ils ne sont pas tous ici ...
nous ne sommes qu'un faible pourcentage a avoir vécu le type de relation que nous avons eu ... avec nos aimés et donc ne pouvons être compris que par les personnes connaissant ce type de relation ! oui !

En lisant la partie reconstruction on sait que le chemin reste caillouteux même si du baume peut venir ... rien ne nous économisera le parcours, la souffrance !  :-*
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Darling

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 250
  • Avec toi hier, pour toi demain, à jamais pour nous
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #417 le: 29 Mars 2015 à 23:26:37 »
Merci pour ta réponse Qiguan,
Elle a allumée le feu dans mon coeur, et la lumière dans mon âme.

Je ne veux plus souffrir d'avoir perdu notre Amour, je ne l'ai pas perdu, car je ne souffrirais pas autant.
Je ne regrette rien, car de l'avoir vécu a fait de moi ce que je suis aujourd'hui, ce que je serai demain.
Ce que j'étais hier, toi seul l'a connu, en partant, tu as refermé la porte sur nos souvenirs, ils n'appartiennent qu'a nous.

Je veux souffrir de l'avoir connu, et de n'être plus que la seule à sentir ce feu qui me dévore.
Darling, tu es parti mais tu ne m'a pas laissée seule, tu m'as laissé un sentiment si rare.

Tu as emporté avec toi une partie de cet Amour, celle que je t'ai donné.
Tu savais que tu partais, et tu l'as pris en bagage.
Dans tes yeux y brillent son reflet, dans ton coeur y reste sa chaleur.
Je te garde là, cette souffrance c'est ma richesse, une raison de vivre, d'exister.
Le jour de ma mort, je prendrais en bagage l'Amour que tu m'as donné, ce ne sera pas un souvenir lointain, car aucune chose n'éteins ses feux là, le temps qui passe ne l'épuise pas, les larmes qui coulent ne l'effacent pas.
Il est un tout qui existe, et un néant où je veux rester perdue.




Douce musique pour la soirée, à ma sauce.
"Ils s'aiment" de Daniel Lavoie
Nous nous sommes aimés, comme des enfants, amour plein d'espoir, impatient.
Et si tout dois sauter, s'écrouler sous nos pieds, laissez nous nous aimer, comme avant, avant les menaces et les grands tourments, et malgré les regards remplis de désespoir, on s'aimera comme des enfants, comme avant.
Darling, plus jamais ta main dans la mienne mais pour toujours le souvenir de sa chaleur. Plus jamais tes yeux dans les miens mais pour toujours l'intensité de ton regard. Plus jamais le son de ta voix mais pour toujours la douceur de tes paroles.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3941
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #418 le: 30 Mars 2015 à 10:32:53 »
Oui on traverse de drôles de sentiments :
où nos aimés sont là sans être là
qui nous font sentir leur amour , nous enveloppent souvent
mais qui ne répondent pas directement à nos questions même si on a des réponses indirectes à certaines comme de vrais messages !
C'est TRÈS difficile d'appréhender ce concept auquel on croit de survivance et tout autant de communiquer avec .
Car on voudrait pouvoir continuer à partager comme on le faisait ces petits riens banaux  qui sans doute ne font pas du tout partie de leurs mondes (je mets au pluriel car chaque défunt a le sien propre qui dépend de la vie qu'il a eu et des croyances qu'il avait) si ce n'est de percevoir la manque et la douleur que nous on en ressent.
Mais on ne peut partager que l'amour.
J'ai la croyance lorsqu'un souvenir me vient que je peux le partager avec mon défunt ou que c'est lui qui revisite ce souvenir et m'y appelle !
C'est pour cela que depuis le début je nettoie du négatif ceux qui sont des souvenirs de moments difficiles pour n'en garder que l'Amour et le positif, exemple ceux de fin de vie.
J'ai aussi la croyance que nos défunts ont besoin de ne pas être longuement alourdis par les souvenirs d'émotions négatives de notre part : impuissance, désespérance.
Quand les regrets sont là je les lui dits en disant "si j'avais su, pu mieux faire j'aurai ... et tu aurais apprécié mais je sais que j'ai fait de mon mieux avec ce que je savais, pouvais et que tu as apprécié"
Je ponctue toujours la revisite de souvenirs heureux du passé par l'expression que tel qu'il est même si je ne sais pas bien je l'aime toujours tel qu'il est à présent afin de ne pas le retenir dans le passé, juste revisiter ce passé pour s'y ressourcer.
Tout ça pour encore prendre soin de lui et dans mes journées cela donne un sens, une continuité de prendre soin de lui encore et toujours avec amour.
L'aider a toujours été mon chemin et je sais que cela doit continuer pour mon équilibre.
Quand des crises douloureuses viennent du manque je m'excuse toujours et lui dit que je sais qu'il est là et m'aide tant qu'il peut je crois que c'est vrai, je lui dit que c'est difficile d'intégrer cette nouvelle vie, ces nouveaux échanges.
Souvent en suivant je convoque un souvenir fort du passé pour m'y baigner, ressourcer comme si j'y étais et je lui dis tu vois dans le souvenir on peut toujours revivre l'intensité de notre amour.
Et je conclue avec le "je t'aime dans ton nouvel état", je le lui nomme son corps ou son être de Lumière.
Rien de tous ces processus que je me suis créés n'enlève ma douleur, bien sûr, mais mettent une sorte de sens dans ces difficultés.
Je sais qu'en faisant des progrès je l'aide aussi quand je peux même si cela me coûte je fais des efforts pour lui.
Je reconnais que j'ai eu beaucoup : une relation magnifique que peu peuvent connaître en une vie et 40 années de partage.
Une fille c’est précieux de voir « notre » vie de couple exister dans le miracle d’un être humain qui a son parcours … être parent est un cadeau et là dans nos deuils leur présence est un vrai baume !
Les voir faire des choses où on reconnaît les gestes comme copiés de nos défunt(e)s conjoint(e)s, les entendre faire référence à leur parent perdu nous transporte dans un autre monde … où on souffre autant qu’on y a du bonheur ! mais où on retrouve l'amour.
Cela n'empêche pas les tempêtes d'exister, la douleur non c'est sûr !
Douce journée à toutes et tous
 
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3941
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #419 le: 31 Mars 2015 à 16:49:00 »
Vous le savez je ne crois pas au hasard ! ...
j'ai voulu retravailler l'EMDR/image négative que j'avais choisi reliée pour moi à la notion de perte et à Jean ( mise en bière).
J'ai cherché sur Google d'autres vidéos d'EMDR par curiosité
après avoir ces jours ci utilisée celle là https://www.youtube.com/watch?v=AxQMnpxNGTw
et faite celle là :
https://www.youtube.com/watch?v=a2z9uydo3x8
choc au départ : la musique exactement celles du funérarium ... et celles donc des salles du centre thermo ludique (salles de soins, bains sous l'eau, accueil) ces fameuses musiques qui avaient faillit m'entrainer au fond du gouffre l'été 2014 ! pendant le séjour en Haute Pyrénées.
Rappel j'avais mis plusieurs jours à comprendre mon mal être, alors que Jean ne venait jamais à l'intérieur du centre (il détestait l'eau ... l'inverse de moi même si je ne sais toujours pas nager ...)
Mais avais fini par comprendre que la musique s'était engouffrée en moi et m'avait replacer d'un coup dans le contexte des jours au funérarium, mes soignants m'avaient tous dit ma chance d'avoir vite compris et stoppé le contact avant trop de dégâts ! De là j'avais eu une otite externe ... somatisation avec en suivant un kyste à l'oreille ... somatisation comprise plus tardivement !
Donc là  j'étais mal ... j'ai suivi, le protocole  différent de celui de Benjamin Lubszynski,
Et j'ai été étonnée de très vite sentir l'angoisse diminuer !
puis j'ai utilisé https://www.youtube.com/watch?v=JJQ4_2pVtjQ
(elle est suivi de celle de l'EFT https://www.youtube.com/watch?v=Uknzifl6a8s)
et vu
https://www.youtube.com/watch?v=SOBGuMCPwTA
http://www.psykhe.fr/emdr-paris/videos/

Là je me sens bien sûr bien plus apaisée.

Au départ j'avais décidé d'utiliser l'EMDr après ma séance avec le médecin généraliste avec qui j'ai eu une séance de médecine quantique avec l'appareil pysioscann qu'il croise avec la médecine chinoise.
En effet il avait identifié des notions à nettoyer type perte de territoire réel matériel, ou affectif ou intellectuel et j'ai listé depuis bien des évènements traumatiques ...
Puis j'avais analysé qu'il me fallait malgré tout commencer par la perte actuelle ! d'où ma première séance sur cette partie !

Je sais que tout ça va m'aider, m'éviter de me laisser vampiriser ou bouffer par le chagrin en restant dans l'impuissance sans rien faire !
Je sais que ce ne sont pas les distractions sociales, intellectuelles qui elles ne me meublent que l'emploi du temps qui vont réellement m'aider au concret à être moins mal.
Je sais que ce travail de deuil, sur moi n'empêchera pas les tempêtes émotionnelles qui sont normales, je sais aussi que les cicatrices ne vont pas disparaitre mais je pourrais avoir moins souvent, moins longtemps les phases de douleur.
J'ai la sécurité des séances avec ma psy pour accompagner ce travail fait seule avec le web.
Ce sont des pas.
J'honore aussi, ainsi, ma promesse à Jean d'essayer d'être heureuse, c'est un début de chemin.
En acceptant de travailler sur cette image que j'enfouissais je sais que je commence un premier travail dit de détachement !
J'ai par là trouver une voie acceptable de cette notion qui me faisait peur !
Ajouté à tout ce que je disais dans le post précédent cela fait un tout.
C'est donc dans ce contexte ajouté à l'attente de l'arrivée de ma seconde petite fille que les un an vont se profiler ...
merci au forum d'exister !
 :-*
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char