Auteur Sujet: depuis le 23 avril 2014  (Lu 178182 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Yentel

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 367
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #330 le: 24 Janvier 2015 à 20:41:44 »
Merci Qiguan d'avoir une fois de plus mis des mots sur nos sentiments... J'ai beaucoup pensé à toi hier...

Je me demande aussi comment trouver du sens à cette "survie" uniquement dédiée à mes enfants et à ma vie professionnelle... Je suis épuisée... Comment réapprendre à vivre ? Je suppose que c'est le temps qui fera son oeuvre, que l'impression de trahir notre Amour si nous allons mieux s'attenuera...

Je t'envoie plein de pensées affectueuses
Yentel
"Quand tu regarderas les étoiles dans le ciel, la nuit, puisque j'habiterai dans l'une d'elles, puisque je rirai dans l'une d'elles, alors, ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles.  Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire" (A. de Saint-Exupéry)

Hors ligne leelou-

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 185
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #331 le: 25 Janvier 2015 à 10:25:39 »
Qiguan,  merci à toi, tu trouves les mots, tu écris avec ton cœur, tu arrives à nous aidez à distance, tu nous donnes des petits trucs, des livres à lire, tu nous donnes de l'aide tout simplement et ce malgré ton chagrin

J'aimerais, moi aussi pouvoir, trouver les mots qui font du bien mais j'en suis bien incapable.

Amitiés Qiguan de tout mon cœur et MERCI
S'il fallait entre nous un mot
Qui soit comme un dernier cadeau
Avant de fermer les rideaux
Mon amour, mon amour
A bientôt

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3056
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #332 le: 25 Janvier 2015 à 14:51:26 »
S'il y a bien une chose où j'arrive à trouver l'envie malgré ma douleur c'est bien aider les autres
sans doute car en aidant je m'aide moi même ... ça fait du bien de se sentir un peu "utile"

L'endormissement et le réveil sont presque comme au début, en tout cas dans les larmes.
Et cela dure à présent depuis plus d'un mois si je ne connaissais pas intellectuellement cette phase je serai désespérée de mon état !
Là non en sachant je sais que je vais le traverser, que cela diminuera, stoppera, puis bien sûr reviendra aussi autrement mais que c'est la longue phase obscure ! Alors je l'accepte
et l'accepter m'aide ! Je ne lutte pas contre !
je ne me force plus à trouver des choses pour biaiser avec cette douleur, je laisse venir, j'accepte, je sais qu'il faut passer par là tôt ou tard, peu ou longuement selon les personnes.

Là chaque chose résonne en moi, comme un écho avec les souvenirs, c'est un bruit, une odeur, une image, une fleur, un cri d'oiseau particulier, un rayon de soleil ou l'image de la neige qui en venant semble percer une porte vers des souvenirs, qui sortent en salve se mêlant c'est étrange à vivre car il y a la douleur et la douceur mêlée. J'y trouve la richesse de 40 ans de partage en une large palette de résonances et échos.
Ces réactions sont constantes, sans répit, venant parfois au milieu de la concentration pro et déstabilisant car il faut accuser le choc et se ressaisir pour assurer la responsabilité pro.
C'est comme s'il était en "particule" dans tout, dans tout ce que je vois, sens, entends, comprends, goûtes, touches cela fait un effet de tourbillon permanent et j'en ai une sensation de vertiges.

Oui je sais que je le porte en moi, comme il le voulait, qu'il est heureux, je n'en doute pas. Je fais de mon mieux.
Mais tout était imprégné de lui avant : mes réflexions, mes pensées, mes projets, tout et là je ne sais pas faire ...
je me sens décalée car je ne peux pas faire comme avant mais en même temps il est là en moi et ce , je sais, pour toujours, je ne sais pas faire que pour moi.
D'ailleurs ce mot : moi n'a plus le même sens.

Je crois que dans le monde où il est le temps n'existe plus comme ici; qu'il ne souffre pas du temps alors que moi je souffre de ce temps qui nous sépare depuis le dernier moment et le futur auquel je crois et dont je ne connais pas la date.
3 mondes se superposent : le passé qui résonne en tout surgissant à chaque chose, le monde du lien avec lui, ce monde unique qui se crée peu à peu, s'enrichit et le monde dit "réel" !
Naviguer pour toujours entre et avec ces mondes est sans doute une richesse, comme un bénéfice venant du deuil que l'on ne peut connaître que par le deuil mais que c'est cher payé !

Même quand j'exulte de joie en jouant à fond avec ma petite fille par exemple, il y a une sorte de filtre, voile où le manque est là, où dans l'absence je lui communique intérieurement certaines choses à la vitesse de la pensée où je crois trouver des réponses de ce qu'il dirait, penserait, vrai que l'on se connaissait si bien ...
Oui ce qui me manque qui en sera jamais remplacé c'est l'échange.
Car dans toutes les facettes de notre relation seul l'échange interpersonnel avec l'unique qu'il était ne sera jamais remplacé.
Je peux retrouver avec les uns, les unes et les autres des parties d'échanges mais pas l’échange comme c'était avec lui
j'imagine en parlant avec des personnes veuves ayant continué leur chemin dans une nouvelle relation de couple que tout peut retrouver une nouvelle expression mais je sais que l'échange unique ne sera jamais continué avec une autre personne, si la vie me proposait ce cheminement de continuation, ce sera le début d'un autre échange unique mais celui qui manque restera un manque
ça il faut arriver à l'intégrer : intégrer ce manque tout en restant ouvert à retrouver à combler des vides de l’absence et si les choses se font (j'imagine) arriver à vivre avec cela : le manque et le nouveau
en effet comme m'a récemment expliqué une personne veuve (avec qui j'ai l’occasion de parler régulièrement) qui plus jeune avait vécu un divorce : quand on est veuf, on n'est pas célibataire et pas divorcé c'est autre chose ! ...
d'autres personnes veuves m'ont eu dit que là était d'ailleurs la difficulté de nouvelles relations de couple : que le partenaire sache comprendre, accepter tout ce qui découle de cela et sache le respecter ! voire l'accompagner ...

Les saisons avancent : 9 mois il reste devant le printemps
ce printemps qu'il a toujours tant aimé et où il a toujours eu une appréhension car en écoutant Brel "oui" répétait il "c'est dur de  mourir au printemps"
je sais que le printemps pour moi ne sera jamais plus le même car il aura été le berceau de l'opposition vie-mort.

Quand on me dit "prends soin de toi, fais attention à toi" je ne sais pas ce que cela veut dire en fait.
J'aurai pu porter encore des années la charge de l'aider, de l'accompagner dans ses difficultés qui duraient depuis 11 ans mais là je ne sais pas faire pour moi, je ne comprends pas ce que cela implique en fait.
Certes je veille sur des bases : équilibre alimentaire, surveillance du minima de sommeil, minima d'activité physique ... mais à part ça ...

Comme je l'ai déjà dit quand je reçois : baisers, caresses, gestes tendres de ma petite fille je les "bois" en double, j'en fais un plein cela est un baume par rapport à l'absence mais cela ne comble pas le manque, le manque au delà du geste, le manque de l'échange unique ! et c'est ce qui m'est cruellement douloureux !

merci le forum d'être là pour pouvoir y user ma peine !

Lu dans le livre de Nadine Beauthéac (introduction de 100 questions sur le deuil)
"Je crois par exemple, que l'enjeu pour l'endeuillé est de refaire un jour confiance à la vie. Celui du délaissé de l'amour sera de faire confiance à une personne, ce qui est très différent"

je viens de visionner
https://www.youtube.com/watch?v=X7CWAY0sJqE de
https://www.facebook.com/vincenthamain
 vu en conférence en Octobre
« Modifié: 25 Janvier 2015 à 17:02:09 par qiguan »
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3056
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #333 le: 26 Janvier 2015 à 10:40:14 »
partage
hier soir j'ai fait :
l'exercice proposé par Kubler Ross page 180/181 de son livre sur le chagrin et le deuil
 décoiffant
au fur et à mesure je me demandais "c'est moi qui invente ?"
mais je sentais plein de réponses et le pire fut la signature où de ma main gauche l'écriture a changée pour avoir quelque chose qui ressemblait en fait à son écriture avec son petit nom de "Jeannot" qu'on lui donnait !
Je lui disait le manque
l'amour etc
la réponse fut apaisante et avec un "je reste près de toi", des mercis pour l'aide etc
texte Kübler Ross exercice :
http://www.fichier-pdf.fr/2015/01/26/page-180-182/
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Yentel

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 367
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #334 le: 26 Janvier 2015 à 20:16:50 »
C'est beau qiguan, je suis toute émue...
Yentel
"Quand tu regarderas les étoiles dans le ciel, la nuit, puisque j'habiterai dans l'une d'elles, puisque je rirai dans l'une d'elles, alors, ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles.  Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire" (A. de Saint-Exupéry)

Hors ligne Lui et moi

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 192
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #335 le: 26 Janvier 2015 à 21:11:16 »
Je ne crois pas être prête à essayer mais j'aimerais...
Continuer pour toi, parce que tu l'aurais voulu.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3056
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #336 le: 27 Janvier 2015 à 21:33:21 »
De nouvelles montagnes russes :
Je crois que parfois en 5 mn à peine je traverse les 5 phases de deuil ...
parfois comme à reculons :  ???
je suis dans des choses qui sont positives issue d'une certaine reconstruction
plouf retour en arrière immense tristesse  :'( , douleur qui arrive comme en fusée  :'( :'(
état comme un robot déconnecté où je "perds les pédales" ne sais plus accomplir le moindre geste par exemple, m'y prend a X fois, ou dois réfléchir pour savoir ce qu'il faut faire pour obtenir la moindre chose à exécuter !  :-\
puis la colère monte contre cet état, contre la situation (inacceptée à ce moment là)
puis le déni apparait  :-\
un sanglot ou pas, des larmes ou pas
et je rame et rame pour m'extirper de ces sortes de crises ... aussi soudaines qu'imprévisibles
comme si au départ dans le positif du mieux je glissais sur une peau de banane ...
c'est usant, très fatiguant.

A d'autres moments je vis des bulles de sérénité sans que rien ne perturbe (ça fait du bien ces oasis) : simplement me sentir bien au contact de la nature, avec mon chien ou autre.

des moments je suis apaisée par un lien très fort dans une sorte de communication intense avec mon défunt invisible et très présent : un moment qui me rempli d'une énergie intense, m'enveloppe d'amour, de douceur, de force ...

d'autres moments où je le sens comme intégré à moi, faisant partie de moi, par exemple lors de grandes décisions (opération de choix financiers par exemple).

Tout cela fait des états émotionnels successifs qui brassent, fatiguent, en plus c'est surprenant, déstabilisant, inconfortable.

Et je me sens toujours à naviguer entre les 3 mondes http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/depuis-le-23-avril-2014/msg53615/#msg53615

Je ne doute pas que tout cela signe que j'avance en fait, je ne doute même pas que cela cessera un jour (quand  ??? ) je subi les assauts de la tempête !
Peut être la perception ou l'espoir que tout cela prépare le mieux ... mais que c'est dur à vivre !

Je sais que j'ai à me structurer car depuis mes 16 ans je n'ai que vécu dans/à travers/avec le couple
cela a été une immense richesse mais aussi pour la situation actuelle un handicap car jamais de vie seule ! Pas de repères, de références ...
Est ce cela qui s'entrecroise avec le deuil normal qui me met dans cette tourmente ?

Je continue ma règle au moins une action, voire plus, positives chaque jour.
Je n'ai pas eu de souci avec mon alimentation où je peux respecter équilibre et besoins.

Je n'ai toujours pas envie de me forcer pour des choses nouvelles qui me couteraient plus qu'elles ne m'aideraient.

Il m'arrive de réussir à régler des choses pour lesquelles je procrastine depuis des semaines ! quand c'est fait ça soulage mais avant je me bousculais intellectuellement mais incapable au final d'agir !  :-\ :( 

Je vais enfiler les jours qui viennent les RDV : psy (des soins palliatifs demain), vendredi généraliste pour des bobos, lundi acupuncteur, mardi psy (habituelle) avant la date difficile de mon anniversaire. Tout cela bordera, aidera la période ...

douce soirée et apaisement  :-*
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Lui et moi

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 192
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #337 le: 27 Janvier 2015 à 22:59:02 »
Ca doit être usant et fatiguant oui. Sans nul doute. Et déstabilisant à se demander si on avance ou régresse.
Continuer pour toi, parce que tu l'aurais voulu.

Hors ligne Mamoure

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 865
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #338 le: 28 Janvier 2015 à 07:08:21 »
je pense à toi Qiguan...

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3056
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #339 le: 30 Janvier 2015 à 21:34:27 »
Tant de fois dans ma vie j'ai crains ce que je vis ...
tant de fois au fil de ses maladies j'ai anticipé ce que je vis ...
mais en fait jamais je n'avais compris l'horreur sur la durée, l'horreur du moment de la perte oui en quelque sorte mais ni la profondeur, l'impact, les conséquences de ce séisme personnel !
Je me souviens de cette peur au ventre, de ces angoisses qui me tenaient éveillée toute crispée, de mes mantras : non, non
c'était de la souffrance mais là elle est pire depuis le 23 Avril.
Même avec ces multiples anticipations je n'étais pas prête on n'est jamais prêt !
Je souffre et en même temps je survis.

Je continue de m'étonner que la vie continue, je ne la perçois plus pareil et je pense que c'est à jamais
car tout est filtré par cette nouvelle condition de vie !

Ma capacité de résilience ou autre me permet d'avoir un nouveau lien très fort, des "échanges" me semble t'il, avec ce nouvel état invisible de mon défunt :
en moi des phrases qui semblent bien ne pas venir de mes propres pensées et qui ressemblent comme une goutte d'eau à sa manière de s'exprimer !
des "aides" continuent : quand j'égare quelque chose très très vite je suis comme poussée, guidée vers l'objet ! alors qu'avant je cherchais des heures parfois
des sensations de frôlement, de présence mais invisible, c'est très fort par moment
Tout cela me surprend mais m'aide, c'est bien d'ailleurs comme je le pensais et l’avais dit : lui seul peut me "consoler"  ... un peu, me faire accepter peu à peu.
Plus il semble vivre à travers moi, en moi par ces nouveaux échanges avec cette vivance qui me trouble aussi et par mes pensées, mes souvenirs mêlés plus la douleur se transforme.
J'étais fusionnelle avec lui, le lien est sur le mode fusionnel et les psy me disent que c'est normal !
Que je m'en sortirai, deviendrai autonome en passant par lui, mais c'est moi qui ferait et commence déjà à faire !

Tout cela est surprenant, la peur d'oublier devient moins forte, une nouvelle assurance s'installe quant à se souvenir.
La remontée des souvenirs en salve, en kaléidoscope continue avec vigueur, tout est occasion ...

Je suis sûre qu'il veille sur moi, me veut heureuse comme il le disait de son vivant et je veux croire qu'il est heureux que je communique avec lui par le souvenir, par ces phrases intérieures (et peu importe si ce n'est que moi qui les invente avec ma résilience pour survivre) cela le fait vivre et c'est en ça que je trouve la force de continuer !

Je termine le livre de Kübler Ross sur le chagrin et le deuil, je l'ai beaucoup apprécié !
je vais commencer les 100 questions sur le deuil de Nadine Beautéac.

La venue de ma seconde petite fille m'oblige à vivre du bonheur et en même temps je suis dans ma souffrance, ça me bouscule beaucoup émotionnellement et ce n'est pas fini.

Le rapport au temps est bizarre : il a ralentit en un sens tant chaque seconde est longue sans lui
mais aussi il file déjà fin janvier est là !

Les contradictions, le manque qui n'est pas comblé mais parfois exacerbé par le nouveau lien, les nouveaux échanges sont la toile de fond des journées et des nuits ...
Plus souvent je me dis que je préfère finalement que ce soit moi qui souffre ce deuil plutôt que l'inverse c'est si douloureux que vraiment je n'aurai pas voulu le savoir avec cette souffrance !

La folie c'est avoir envie d'hurler puis de sourire à sa présence invisible presque en même temps !

Je continue à me sentir entre les mondes, jamais alignée, toujours décalée par rapport à ce que l'on nomme la vie normale.
Le temps joue en la faveur de moins de pics aigus de souffrance, moins de répercussion de cette souffrance sur tout !
cette vie nouvelle n'en fini pas de me transformer ! 
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Lui et moi

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 192
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #340 le: 30 Janvier 2015 à 21:55:33 »
J'ai l'impression également que parfois il est là, que je le sens mais je me dis que c'est mon imagination, mon manque de lui qui parlent.
Continuer pour toi, parce que tu l'aurais voulu.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3056
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #341 le: 02 Février 2015 à 15:48:26 »
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Mamoure

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 865
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #342 le: 04 Février 2015 à 07:22:43 »
Qiguan,

J'espère que cette journée particulière pour toi , se passera sans trop de douleur
On sait bien que , parfois , on appréhende certaines dates et que finalement , la journée se passe....
D'autres jours , sans date particulière , sans événement particulier , tout s'écroule...

Mes pensées t'accompagnent aujourd'hui , que dire de plus ?

Je t'embrasse

Hors ligne Mimie

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 181
  • Dur de survivre
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #343 le: 04 Février 2015 à 09:06:09 »
En grande pensée avec toi Quigan, que cette journée soit la moins douloureuse  possible.
J'approche moi aussi ce sera samedi mais c'est complètement différent cette année, je suis autre et beaucoup moins dans la douleur et je ne serai pas seule comme l'an dernier ou presque, ma fille était passée le soir mais aucun appel juste mes fils très tard. Une journée à pleurer, première fois de ma vie que j'étais seule dans cette journée particulière.
Je souhaite que tu sois entourée même si personne ne remplacera Jean.
je t'embrasse
Mimie

La nuit n'est jamais complète, il y a toujours puisque je le dis, Puisque je l'affirme
Au bout du chagrin
Une fenêtre ouverte
Paul Eluard

Hors ligne Yentel

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 367
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #344 le: 06 Février 2015 à 20:34:29 »
Bonsoir Qiguan... Comment te sens-tu ?  Tu tiens le coup ?
Yentel
"Quand tu regarderas les étoiles dans le ciel, la nuit, puisque j'habiterai dans l'une d'elles, puisque je rirai dans l'une d'elles, alors, ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles.  Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire" (A. de Saint-Exupéry)