Auteur Sujet: Veuve à 27 ans  (Lu 2128 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne juliette

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 13
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Veuve à 27 ans
« Réponse #15 le: 10 décembre 2020 à 06:35:03 »
Merci beaucoup Meije,

C'est tellement vrai ce que tu dit, nos histoires sont toutes différentes mais au fond la douleur est similaire. Ta phrase :"  pourtant chaque matin, on se lève, on est vivant .... on avance au jour le jour... à petits pas... il y a des petites éclaircies dans nos ciels tout gris...." est tellement vrai et me donne de l'espoir.

Se lever, aller travailler,  et même essayer de rire parfois c'est déjà très bien.
Avec toute ma tendresse je t'envoi à toi aussi du courage dans l'épreuve que tu traverse

Hors ligne juliette

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 13
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Veuve à 27 ans
« Réponse #16 le: 14 décembre 2020 à 17:59:46 »
Bonjour à tous,

J'espère que de tout mon coeur vous survivez de vos cotés et que vos journée sont un peu plus lumineuse, un peu moins grise. De mon coté j'ai envie d'écrire une lettre à mon amour je ne sais pas je me dit quand la postant ici il l'entendra peut être encore plus qu'en lui lisant ou qu'en l'écrivant . Courage à tous je penses bien à vous.

"Je ne sais pas quoi faire mon bébé, je suis juste sans vie, j’ai ni envie de travailler, ni de rien mais je me force. Je n’arrive pas encore à travailler 7h par jour mais 5 6h environ.
Je me lève chaque matin, sauf le dimanche.
 Ce weekend c’est le dernier weekend où il me reste des choses à faire, les cartons sont fini et il ne reste plus que le déménagement. Après ça il ne me restera plus rien de toi.

Je ne veux pas qu’on touche à notre lit, à chaque fois que je vais dans notre appartement je me couche dans le lit et j’arrive à enlever cette vision d’horreur quand tu es parti dans mes bras. J’y arrive et je caresse ta partie du lit et me remémore nos dimanches sous la couette avec notre petit chat d’amour, et je  revie ces moments, quand j’étais blotti contre ton corps tout chaud, je re-vie ces moments si tendre, pleins d’amour. 

Je n’ai pas envie de laisser cet appartement mon bébé. Je le sais, il le faut mais ça fait si mal de le quitter j’ai l’impression de te quitter aussi, pour de bon cette fois. 

Je donnerais tout pour ne serais ce que pour te retrouver au funérarium, te serrer encore et encore dans mes bras, t'embrasser encore une dernière fois. Mais non tu es sous terre. Je passe te voir chaque weekend, je passerais plus souvent quand je serais revenu dans le coin, pour l’instant je dois encore me reconstruire chez papa et maman.

 Tu as vu je t’ai fait un joli petit sapin des mêmes couleurs que notre premier ensemble. Après ce weekend, il ne me restera rien, plus aucune occupation liée à toi, je ne sais vraiment pas comment je vais faire.

Tu me manques atrocement, le point au cœur est là chaque jour.  Je n’en reviens toujours pas que l’on vive ça, que je vive ça.

J’ai envie de trouver un pansement pour atténuer la douleur pour passer à autre chose, juste avoir un peu moins mal. Je dois t’avouer même si j’en ai honte que je pense à un pansement en forme d’un autre mec. Je sais que ça ne marchera pas, que je ne pourrais jamais te remplacer que j’aimerais jamais aussi intensément que je t’aime. Mais j’ai tellement mal mon amour je suis prête à tout pour avoir un peu moins mal.

Je suis désolé mon bébé, c’est si rapide mais je ne sais pas j’ai l’impression que peut être comme ça j'aurais un peu  moins mal.

J’ai le cœur brisé en deux par ton absence mon amour, j’ai le cœur si serré et en même temps si vide. Tu étais ma raison de vivre, mon avenir. Je n’aurais jamais la chance de vieillir à tes côtés, de porter tes enfants et tu sais bien à quel point j’en rêvais, à quel point on en rêvait.

Je n’aurais jamais la chance d’acheter cette maison à la Montagne, je n’aurais jamais la chance d’acheter ce van pour voyager, je n’aurai jamais la chance de me marier avec toi et pourtant on en parlait à ton anniversaire tu te rappel, notre mariage aurait été si beau, on étais si beau.

En fin de compte, je n’ai plus la chance de rien, je ne  pourrais plus jamais rien partager avec toi et c’est franchement terrible à accepter mon amour.

Les gens me disent heureusement tu n’as pas eu d’enfant, quelque part je sais que c’est plus dur car il faut être fort pour deux ou trois et que ça doit être terrible d'affronter la peine de son enfant, j'en suis consciente.  Je sais que moi  je la chance de ne pouvoir penser qu’a moi. c’est surement vrai que c’est plus facile.  Mais au moins j’aurais eu le bonheur de fonder cette famille qu’on rêvait, j’aurais eu la chance de te voir en tant que père j’avais tellement hâte de découvrir cette partie de toi, tu aurais été si exceptionnel je le sais.  Tu aurais été le papa cool et on en aurait ri mais aussi je t'aurais surement un peu engueulé car j'en aurais eu marre de faire le mauvais flic. J'avais toutes notre vie en tête mon amour, tout et aujourd'hui je n'ai plus rien en tête juste le présent qui est si dur à affronter.
 
Je pense ne jamais pouvoir être mère, mes enfants devaient être les tiens et de personne d’autres, j’ai peur de ne pas les aimer car ce ne seront pas tes enfants, pas nos enfants. 

Je t’aime à un tel point mon amour, tu me manques tellement, cette douleur est si vive, si insupportable il faut que je trouve le moyen de l’enlever. On parle de temps, mais le temps est si long, dans 3 jours ça fera un mois mon bébé un mois sans toi c’est si peu et même temps tellement long.

Tu te rappel je pleurais quand tu partais 3 jours ou une semaine, imagine mon état maintenant. J’espère de tout cœur que tu m’entends, que tu es là près de moi et surtout surtout que tu es bien là-haut. Je suis prête à accepter cette douleur insupportable pour toi, si tu es bien, j’espère du plus profond de mon âme que tu es heureux là-haut avec ton papa et notre pipoune.  Par pitié mon bébé envoie moi un signe dit moi que tu es heureux que je ne souffre pas pour rien.

Je t’aime mon bébé, du plus profond de mon âme, de mon cœur brisé je t’aime à jamais.