Auteur Sujet: depuis le 23 avril 2014  (Lu 135045 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne rivage

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 81
  • Le forum d'entraide durant un deuil
    • mp3soleil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #780 le: 12 Juin 2017 à 10:18:52 »
autre chose guigan ,je sais pas s'il existe un fil sur l'insomnie,mais je te passe un article interéssant .
https://www.science-et-vie.com/article/est-il-possible-de-ne-plus-arriver-a-dormir-du-tout-8300

mes meilleures pensées à tous

Hors ligne rivage

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 81
  • Le forum d'entraide durant un deuil
    • mp3soleil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #781 le: 12 Juin 2017 à 10:32:39 »
on a écrit en même temps,mais le dernier sujet ,n'a rien à voir  ,je te remercie beaucoup pour ta réponse ,et tu doit être quelqu'un de bien,on a de la chance de t'avoir sur ce forum,partager le malheur c'est très difficile,et tu t'en sort à merveille,(oups excuse moi je crois avoir lu que c'était ton amour qui t'appelait ainsi).
par contre j'ai vu que tu étais médecin (médecine chinoise) alors j'ai des questions sur ;la fin de vie mais je peux pas en parler ici,alors il faudrait que je te questionne par mail,dis moi si ça te dérange pas trop,merci.

bon courage à tous

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #782 le: 12 Juin 2017 à 13:39:32 »
je ne suis pas médecin
je suis sophrologue
et diplômée de médecine chinoise traditionnelle = études complètes pas de droit de planter des aiguilles
je suis réflexologique aussi
et pratique aussi des massages de détente etc ...
j'ai été formée (sur 3 ans) à l'accompagnement
en MP je peux te donner mon mail pour parler fin de vie puisque j'ai aussi "appris" là dessus au delà des accompagnements de mes proches ...
pour le sommeil
dans la table des matières j'ai noté le lien du fil
ici on a parlé sommeil : http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/quand-le-compte-de-sommeil-n%27y-est-pas/
merci d'y ajouter ton message

"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #783 le: 21 Juin 2017 à 22:05:07 »
pour la quatrième fois et je ressens cela comme "surréaliste", je démarre la période des dates particulières de fin Juin (anniversaire de ma mère, St Jean, anniversaire de notre fille, anniversaire de notre mariage.
Un condensé où le manque s'exacerbe énormément !
Mon incrédulité est là à constater, admettre que la réalité est que ce que j'aime ce sont des choses dans le passé, le souvenir et c'est à la fois doux et à la fois déchirant !
En effet ce qui manque comme l'a si bien dit un des participants de l'émission (http://forumdeuil.comemo.org/livre-video-deuil-mort/le-deuil-entre-le-chagrin-et-le-neant/msg87053/#msg87053) c'est ce qui est insubstituable et qui ne sera jamais plus de toute éternité
les corps ayant disparus, les intellects (survivants ou pas) étant transformés, les esprits ou âmes peu importe le terme étant le cumul de compréhension (à mon idée) de la vie qui s'est terminée et de toutes les autres vies de cette "essence de l'être", rien ne pourra jamais être comme ce qui a été et que j'ai connu.
Rien non plus, même s'il apporte du baume, des temps de petits bonheurs, des joies spontanées, voire des réconfort ou imaginons une nouvelle "vie" ne peut combler le manque de cet insubstituable !
L'amour des enfants, des petits enfants fait du bien mais ne peut se substituer au manque et je comprends que si une nouvelle relation affective venait ce serait pareil, elle existerait avec ses satisfactions mais ne comblerait jamais l'insubstituable !
Je fais de plus en plus d'activités diverses mais je vis en moi sans cesse la gestion de la souffrance du manque c'est très fatiguant
je peux imaginer que cette souffrance aussi pourra se transformer ... mais là ce n'est pas le cas elle est constante pour moi.
J'utilise un tas de choses pour y faire face et vivre le bon, le positif découlant de toutes ces nouvelles activités et relations sympathiques et bienveillantes.
Je dois admettre que ce sera toujours ainsi avec ce handicap "caché" pour toujours !
Je viens de parler avec ma vielle amie veuve depuis 7 ans qui là me dit "il me manque pour me tenir la main en cette fin de ma vie ..." pourtant elle a la croyance qu'il l'attend où elle ira mais là au concret il lui manque pour ce qu'il pourrait donner, faire, être pour elle dans cette étape de sa fin de vie à elle ...
Oui ça va durer !
Une illusion tombe à ces 38 mois de deuil, l'idée que le manque puisse se dissoudre ... non il s'agit d'apprendre à faire avec ça ! (avec un petit détour côté de Lacan pour le "apprendre à faire avec ça !")
et comment faire pour en souffrir le moins possible ????
s'en accommoder !
j'avais gardé de mes premières lectures/deuil cette citation :
"le temps n'aide pas à surmonter l'épreuve, ni à l'accepter mais à la supporter"
et 3 ans plus tard cela me parrait si juste et adapté !
Ma conscience actuelle modelée par le tsunami de la perte, le travail de deuil n'est plus la même que celle d'avant le deuil ! C'est avec elle que je regarde le passé, les souvenirs ...
Le nous du passé n'est que souvenir, leçon, fil rouge de Vie, le nous actuel est dématérialisé, sans intimité charnelle, sans échange classique ... et je ne suis pas comblée par ce nouveau nous, même s'il est réconfortant et me permet de vivre dans la survie ...
de faire des choses nouvelles avec joies et envies !
Nouvelle étape de mon deuil, deuil qui ne se termine jamais ... le chagrin oui évite le néant, car fait encore exister le souvenir !
et je reste la gardienne dans la matérialité de ces souvenirs !
Avoir la pleine conscience d'aimer le souvenir, de sentir de l'Amour, l'envie d'aider, de partager avec ce qui survit en moi de mon aimé et survit dans un "ailleurs" sans lieu et intemporel selon mes idées.
Cela me montre l'égoïsme du chagrin, je l'accepte
Je n'ai jamais autant de ma vie cultivé la gratitude de tout le bon, merveilleux qu'il m'a été donné de vivre !
A travers cet amour avec ses hauts et bas , sa manière non pas fusionnelle de fonte mais symbiotique où chaque partie garde  son identité ... faire avec les lambeaux de cette symbiose détruite ...
devenir moi (c'est qui moi) qui depuis mes 16 ans me suis construite dans et par ce couple  grâce à cet homme , cet insubstituable ...
Ces blessures émotionnelles qui ne cessent de se rouvrir sans doute pour être guéries
Des vulnérabilités qui doivent être reconnues et exprimées verbalement ou ici par écrit
  les mots devenant des véhicules de compréhension et d’allègement.
recevez mon affection et ma compassion
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #785 le: 26 Juin 2017 à 22:36:29 »
La fin de la journée de cette série de date arrive remplie de souvenirs heureux qui me font pleurer
Il y a 41 ans ... je n'imaginais pas la mort de l’être aimé même si j'en avais peur quelque part car je crois avoir toujours su que cette perte serait un cataclysme
là je réussis à m'émerveiller toujours en regardant notre fille qui s'épanouit avec ses deux filles et ces 3 soleils sont mon oxygène !
Oui je m'épanouis dans mon rôle de grand mère et je sais que ça leur fait du bien, oui je trouve satisfaction à ce choix, ce vécu que je souhaite durable et que je choisi comme suite naturelle à mon histoire d'amour ...
Le deuil fait que je ne suis pas la grand mère que j'aurai été, mais il fait aussi que je sais, certainement mieux apprécier  ce qu'ils me permettent, je compte grandir tout au long de la vie qui me reste à travers ce si beau rôle où je porte au mieux mon aimé, comme il l'avait dit dans la lettre répondant il y a 42 ans à ma peur de la mort.
Je me suis attachée à cet ancrage depuis le début du deuil et cela m'a aidé à résister, à survivre, là à reprendre vie.
C'est bien avec ces deux petites que j'ai recommencer à sourire, rire, jouer etc.
J'ai le privilège de vivre pas loin d'elles et de pouvoir participer beaucoup à leurs vies, j'ai de la gratitude pour cette possibilité que m'offre la Vie et je fais le maximum pour le maintenir.
J'aime avec elles, profiter de mon nid aménagé par mon aimé, c'est réconfortant, sécurisant.
Je suis une de leur racine mais elles sont aussi mes racines nourrissantes

Je suis en difficultés dans ma reconstruction en devant gérer le manque à chaque satisfaction de ce que je fais comme activité, ma solution actuelle est de trouver la force en pensant à elles, en leur racontant et cela m'aide.
Être mieux à travers ces nouvelles activités m'aide à être mieux pour elles et cela me convient.
Je sais la grande fière de ce que lui raconte (à son niveau de compréhension) sa mamie des musées, randonnées, débats, copines, copains ... et ça me fait du bien tout simplement car évite non le manque mais le vide.
car oui le manque reste pour toujours mais il n'y a pas que du vide grâce à elles.
Au concret elles sont ma priorité.
Je sais que je vas continuer avec elles !

J'ai traversée tant de peurs
La crainte : Peur à la pensée de ce qui peut arriver.
L’anxiété : Grande inquiétude due à l’attente, à l’incertitude.
L’angoisse : Très grande inquiétude qui serre la gorge, créant un malaise physique.
L’inquiétude : Agitation causée par la crainte, l’incertitude, l’appréhension.

Je ne savais pas comment j'allais continuer, là je constate que ces petites filles m'ont fait, me font continuer.
ce soir je pleure mais je vois ce merveilleux cadeau que la vie m'a donné
je vais m'endormir dans ma corporalité avec le contact matériel du bijou fait de nos alliances, réalisé selon la forme qu'il a choisi de me transmettre du niveau où il est : immense concrétisation du lien à travers les deux mondes, si belle co création symbolique. Le manque , l'absence et la puissance de la symbolique matérialisée du lien persistant au delà de la mort corporelle sont mêlés
j’apprends, alternant réussites et échecs plus difficultés, chancelante à "faire avec", tel une funambule sur le fil de Vie  !

que la douceur vous rende visite


"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #786 le: 30 Juin 2017 à 11:29:53 »
le 26 j'ai écrit là ba mon questionnement
http://forumdeuil.comemo.org/apres-la-grande-souffrance-la-reconstruction/ma-reconstruction-pas-a-pas/msg87470/#msg87470
je le note ici dès fois que des anciens voudraient bien donner leurs points de vue ou témoignages ...
questionnements
en lisant un article voir ci dessous, ce jour, jour anniversaire de notre anniversaire de mariage ce 26 Juin,  je m'interroge
"L’amour se construit initialement à partir d’échanges interpersonnels intenses, marqués par une attente de réciprocité. Plus précisément, il consiste en des «remises de soi», des cadeaux venant de soi destinés à «toucher» l’autre, à produire de l’effet sur lui et à l’amener à s’abandonner également.
On se «remet» en paroles, par les secrets sur soi que l’on révèle, par les gestes, par des objets qui circulent, par son corps, par le temps que l’on passe avec l’autre, par les amis ou les lieux que l’on présente.
Cet échange entre partenaires crée un espace d’intimité, qui peu à peu se stabilise, mais où les places de chacun ne sont pas équivalentes."
Quand est on prêt à cela ?
comment le deuil interfère t'il ?
Si des frères et soeurs de deuil passent me lire ici et vivent la reconstruction affective peut être pourront ils apporter des témoignages qui aideront à réfléchir.
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #787 le: 30 Juin 2017 à 20:24:41 »
Hier au café philo où j'étais j'ai croisé à nouveau la personne veuve (récemment quelques semaines) qui semble réagir bien différemment de moi ... et rempli d'envie, de désirs
il a cité son exemple lié à Epicure
http://la-philosophie.com/la-mort-rien-pour-nous-epicure
je découvre donc encore une autre facette de vivre le deuil du conjoint

affection à vous
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #788 le: 05 Juillet 2017 à 23:22:41 »
besoin de déposer ici :
des coups durs à encaisser ces derniers temps :
une lettre au nom de mon époux ... et comble issue d'une association où il a été des dizaines d'années si actif ... j'ai saisi le téléphone et verbalisé mon état et mes réflexions à l'interlocutrice qui s'est confondue en excuses du fichier non mis à jour depuis 2014 ... du mal que ça m'a fait ...

cette semaine j'ai appris plusieurs fin de vie de femmes qui sont des veuves ... elles vont rejoindre leurs aimés ... et affronte "seules" les douleurs, la maladie la fin de vie ...

Tout cela ajouté aux difficultés de la reconstruction ... et se dire comme me dit ma fille "et oui maman la vie continue ..."
oui les affres du veuvage, des deuils ne vaccine contre RIEN
on le sait intellectuellement mais  ...
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Ela

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 209
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #789 le: 06 Juillet 2017 à 02:02:26 »
Chère Qiguan... Et oui... notre souffrance ne nous vaccine pas contre tout le reste... J'ai l'impression que c'est plutôt le contraire... Nous sommes plus sensibles à la fausseté, à la cruauté, à l'injustice, qui nous atteignent de plein fouet alors que nous sommes déjà vulnérables...  Lorsque la "sagesse populaire" parle de ces épreuves qui nous rendent plus forts... parfois je ne sais pas du tout de quoi il est question... et puis parfois je me dis que c'est peut être simplement dans cette conscience que même au plus profond de la souffrance, nous sommes toujours en vie et toujours capable d'amour, que réside notre force... Je ne sais pas bien...
Je t'envoie toute mon affection, face à tous ces coups durs... Le temps qui passe transforme la peine, la vie se transforme et nous avec elle... et en même temps... difficile parfois de ne pas paniquer, de ne pas se sentir terrorisé... lorsqu'après plusieurs mois, puis après 1 an, 2 ans, 3 ans... on se sent encore rattrapé par des vagues de détresse tellement forte... Que le manque se fait encore si violent. Difficile de ne pas paniquer en constatant que chaque jour est encore et toujours une lutte, un combat de chaque instant... Cela fera bientôt 15 mois que mon chéri est parti... Ton Jean est parti il y a plus longtemps déjà... mais je devine que cette angoisse latente, liée à la difficulté de la reconstruction nous accompagnera encore pour un bon bout de chemin...
La première année de deuil est terrible... terrible... tout est exacerbé... Mais ce qui vient ensuite, c'est aussi cette souffrance immense, toujours plus intériorisé, de sentir se creuser plus profondément encore ce gouffre entre notre évolution intérieure et celle du reste du monde... Notre souffrance est toujours là, terrible... mais semble de moins en moins légitime d'un point de vue extérieur... Disons plutôt que beaucoup de gens se doutent bien que ça reste et restera toujours affreusement dur... mais ce n'est plus quelque chose qui peut  se partager aussi facilement... et ça, je commence à le comprendre et c'est un poids de plus... monstrueux qui se rajoute au reste.
Ne perds pas courage et surtout, patience dans ce long processus de reconstruction chère Qiguan. J'aimerais t'envoyer de l'espoir... Car c'est si dur, parfois, de raviver seule cette flamme d'espérance sur ce chemin qui semble sans fin... C'est que comme tu le dis, il faut, je crois, tellement de temps pour que ce que nous admettons dans notre intellect se fraye un chemin jusque dans nos tripes... Mais je veux croire que ce lent, et douloureux travail de transformation... qu'on effectue pas après pas, à tâtons... en vaut la peine. Croire qu'un jour, lorsque beaucoup de temps aura passé, nous aurons enfin le minimum de recul nécessaire pour nous apercevoir du chemin parcouru.
En attendant, tu réapprends à te saisir des joies simples et pourtant essentielles de l'existence. La présence de ta fille et de tes petites filles, de précieuses rencontres par le biais de l'associatif, l'apaisement que tu trouves dans la lecture et le partage de tes intuitions... Je pense que c'est déjà un pas énorme dans ce long processus de reconstruction dont tu parles.
Je t'embrasse et t'envoie mon amitié.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #790 le: 06 Juillet 2017 à 10:43:04 »
Merci Elsa
espoir oui espoir de souffrir le moins possible (?) jusqu'à le retrouver dans l'autre dimension et entre savoir de manière équilibrée avec le deuil profiter du meilleur ...
Citer
Notre souffrance est toujours là, terrible... mais semble de moins en moins légitime d'un point de vue extérieur... Disons plutôt que beaucoup de gens se doutent bien que ça reste et restera toujours affreusement dur... mais ce n'est plus quelque chose qui peut  se partager aussi facilement... et ça, je commence à le comprendre et c'est un poids de plus... monstrueux qui se rajoute au reste.

certes quand j'en parle avec le mari de ma meilleure amie défunte il y a plus de 10 ans
avec mes clientes veuves depuis 40, 35, 17 ans ...
je ne peux que valider
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #792 le: 19 Juillet 2017 à 21:56:27 »
récemment je disais à des ami(e)s de deuil, à la psy que j'ai l'impression d'arriver à l'étape :
équinoxe douleur-douceur
croisée de la douceur douce amère
Équinoxe car il me semble que la proportion de temps de souffrance dans mes journées et insomnies représente plus ou moins la moitié du temps
quel chemin en quasi 39 mois ...
Et je crois m'être habituée à la douleur, sa violence ne me fait plus peur depuis longtemps, je l'accepte; elle ne m'a tuée quand elle me paniquait, que je la connaissais pas, que je la redoutais, là elle est une vieille connaissance.
Cette souffrance ne me met plus à la merci des émotions entrainant vers la folie, donnant le besoin d'hurler
est cela la résignation face à elle ?, peut être.
Est ce elle qui a fondue et colore d'amertume toute douceur ?
Il n'y a encore jamais paix, quiétude, sérénité dans les douceurs vécues, elles contiennent toujours une coloration de désespérance par le manque de Lui.
Je dis manque de lui en reprenant la partie du message
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/depuis-le-23-avril-2014/msg87338/#msg87338
quant à l'insubstituable à gérer
Je cherche toujours qui est je dans ce que je suis, deviens car liée à mon passé
à ce jour rien dans mon présent ne permet une construction autre que ce qui est peu ou prou lié au passé.
A nouveau j'ai la force d'aller de l'avant dans les projets professionnels
j'ai la force et l'envie d'activités culturelles diverses et de randonnées en partage, les très nombreux  échanges dont je bénéficient me réconfortent humainement, je reviens vers le monde ..., mais en même temps j'y vis le manque de l'insubstituable ! C'est la blessure qui ne peut pas s'effacer semble t'il avec laquelle on vit jusqu'au bout quoi qu'il se passe.
Je réalise le trésor que j'ai eu que tant attendent et n'auront jamais ...
mais à présent le manque de ce "morceau de Roi" que j'ai eu reste douleur ...
Vivre avec le deuil, malgré le deuil devient possible mais n'est pas sans la douleur

Comme bien d'autres qui communiquent via Mp j'hésite souvent à 38 mois presque 39 de deuil à écrire, dire mon vécu
par peur de plomber les nouveaux
par crainte d'affoler
mais je sais aussi que ça peut aider certain(e)s en témoignent.

A t'on les ancien(ne)s légitimité à écrire notre douleur encore ici ?
Les répercussions des partages inquiètent et pourtant le besoin, du moins pour certain(e)s, d'écrire, et d'être lu(e)s existent
"Rester sincère sans effrayer" (amie tu te reconnaitras) ...
Exprimer les sensations des vécus fait il partie de la cicatrisation oui semble t'il
faudrait il ignorer, repousser ces sensations pour mieux cicatriser ?

Pour certain(e)s il faut quelques mois pour d'autres cela se multiplie et dure ...

bien des questions encore ce soir

affectueusement

"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 502
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #793 le: 20 Juillet 2017 à 11:19:53 »
A t'on les ancien(ne)s légitimité à écrire notre douleur encore ici ?

oh oui,
il est évident que je parle en mon nom. Et suis-je légitime pour répondre ? 10 mois se sont écoulé depuis son décès, suis-je une "ancienne" ou une "novice" ? A quel moment cela bascule ?
J'ai compris après quelques mois que mon deuil durerait toute ma vie,
il est vrai que je ne le savais pas au départ, que le comprendre a été douloureux, mais ne vaut-il pas mieux le savoir
Vivre avec son absence, vivre avec cette souffrance, l'apprivoiser,
souffrance, devenue compagnon de route,
absence devenue quotidien

merci Qiguan pour tes messages, tes partages, tes réflexions, ton soutien... et ta présence sur ce forum!
Mononoké
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2709
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #794 le: 21 Juillet 2017 à 11:29:34 »
merci mononoké
un jour quelqu'un m'a dit que ça basculait à partir de J+ 2 ans ...
et je suis à J + 3 ans et 3 mois ...
affectueusement
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char