Auteur Sujet: depuis le 23 avril 2014  (Lu 315839 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne lili44

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 184
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #1185 le: 24 Avril 2020 à 23:43:41 »
Bonjour

Moi qui en suis au début du chemin, 13 mois ce dimanche, c’est toujours le chaos.
Les périodes de calme puis les périodes de tempête se succèdent.
Il faut faire avec mais le plus difficile à gérer c’est le manque.
Il me manque tellement.
Le forum et nos différents échanges nous font du bien et ici nous  sommes dans le même bateau.

Prends soins de toi.

Tendres pensées à tous nos amoureux et amoureuses

Hors ligne Elisa52

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 266
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #1186 le: 25 Avril 2020 à 00:05:03 »
Merci Qiguan pour ce très beau et généreux partage. Beaucoup à dire... Il faut que je relise.
Affectueuses pensées.
"J'ai peine à croire qu'en perdant ceux qu'on aime on conserve son âme entière"

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4799
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #1187 le: 25 Avril 2020 à 08:24:30 »
merci à vous
c'est très réconfortant
aujourd'hui date des obsèques ...
Citer
Beaucoup à dire... Il faut que je relise.
Elisa tu reviendras écrire ...

prenez soin de vous comme vos aimé(e)s voudraient que vous le fassiez.
affectueusement
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Nicole595

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 362
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #1188 le: 25 Avril 2020 à 11:41:49 »
Quigan,  chog, 
Je viens de vous lire, et je me pose cette question, de ce que je viens de lire, je dois apprendre à "vivre" différemment,  mais comment faire ???
Nicole
Je suis morte avec lui

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4799
Re : Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #1189 le: 25 Avril 2020 à 19:16:36 »
Quigan,  chog, 
Je viens de vous lire, et je me pose cette question, de ce que je viens de lire, je dois apprendre à "vivre" différemment,  mais comment faire ???
Nicole
Citer
Construire avec ce puzzle éclaté où il manquera toujours des pièces (en ref à mon amie de deuil qui n'est plus) est possible mais difficile, il n'y a pas de recette et beaucoup d'essais à faire.
D'ailleurs pour moi, se donner le droit à soi même de changer complètement par moment de système de cheminement me parait le plus important !
J'ai constaté qu'on n'y perd rien, ni le lien avec le défunt aimé, ni de la force, juste on trouve de nouvelles opportunités à faire le contraire de d'autres moments précédents et le faire plusieurs fois m'a aidé.
:-* :-* :-*
« Modifié: 25 Avril 2020 à 19:18:26 par qiguan »
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Nicole595

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 362
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #1190 le: 26 Avril 2020 à 01:05:53 »
Merci pour ta réponse quigan,  pour moi, cette image du puzzle avec pièce manquante, représente bien ma vie, il manque LA pièce principale du puzzle de ma vie,  et elle est impossible à retrouver, donc puzzle sans valeur aucune.
Je m'en excuse, mais je n'ai pas compris le sens de la fin de ton message.
Nicole
Je suis morte avec lui

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4799
Re : Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #1191 le: 26 Avril 2020 à 20:49:01 »
Je m'en excuse, mais je n'ai pas compris le sens de la fin de ton message.
Nicole
de celui au dessus là pour toi ?
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Nicole595

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 362
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #1192 le: 27 Avril 2020 à 11:45:46 »
Oui
Je suis morte avec lui

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4799
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #1193 le: 28 Avril 2020 à 16:43:11 »
Citer
D'ailleurs pour moi, se donner le droit à soi même de changer complètement par moment de système de cheminement me parait le plus important !
J'ai constaté qu'on n'y perd rien, ni le lien avec le défunt aimé, ni de la force, juste on trouve de nouvelles opportunités à faire le contraire de d'autres moments précédents et le faire plusieurs fois m'a aidé.

je témoigne que j'ai au fil des mois de deuil choisi par moment de me pousser à changer mes manières de vivre le deuil par exemple de me retirer seule ou plus tard aller vers les autres en disant puis en "cachant" que j'étais veuve, d'aller vers des personnes comme moi puis très différentes : des jeunes "insouciants" ...
ces expérimentations où je ne me sentais pas à l'aise, en difficultés, après lesquelles souvent je pleurai longuement ... m'ont aidé à trouver des ressources pour continuer à passer de la survie à vivre avec mon deuil, à faire des activités culturelles réconfortantes qui occupaient mon temps , mon mental.
Pendant ces activités en groupe je vivais l'envie de faire "vivre" qui était mon aimé soit en parlant de lui, soit en imaginant intérieurement ce qu'il dirait, donc j'étais en lien avec lui, avec son manque mais ça m'a aidé à avancer et ça a eu un effet par devers moi qui m'a petit à petit permis d'avoir envie de faire plus d'activités.
Excuse moi je suis peut être confuse dans mes explications ...
Prends soin de toi comme ton aimé voudrait  :-*
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Nicole595

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 362
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #1194 le: 28 Avril 2020 à 18:36:28 »
Je comprends ce que tu veux dire qigan   mais ce n'est pas mon chemin.
Merci à toi
Nicole.
Je suis morte avec lui

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4799
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #1195 le: 13 Juin 2020 à 16:33:33 »
Une réflexion sur le rôle du temps à mes post 6 ans de deuil de ma moitié et après les autres deuils qui ont suivi.
Le temps sert à trouver les capacités de remettre du "vivant" dans l'éteint (pour moi différent de mort irrémédiable) dans la partie qui était nous, ce nous fait de nous deux ...
Cela vient peu à peu , à l'insu même de notre plein gré.
Au début ça surprend, voire ça révolte car acte la séparation corporelle !
Puis les bienfaits réconfortent et ces nouvelles sensations nous entraînent à les reproduire et c'est là que l'on devient acteur en nourrissant consciemment ou pas ce qui va faire du vivant dans le deuil.
Bien sûr il faut intégrer que rien ne sera plus jamais comme avant et donc que le manque restera pour tirer profit de ce mouvement à mettre de plus en plus volontairement du vivant dans ce qui est éteint
et de s'ouvrir à ce qui peut venir ... derrière les apparences de l'éteint ...
les accepter est douloureux car acte que oui jamais plus ce ne sera comme avant
mais se centrer volontairement sur ce que cela apporte ouvre un chemin où on peut commencer à expérimenter doucement, à son rythme plus de sérénité, en se sentant comme mieux outillé pour faire face à ce qui nous est arrivé ! et continu irrémédiablement.
Ce n'est ni facile, ni linéaire, ni gagné définitivement c'est un chemin souvent ardu où on va à son rythme, avec son libre arbitre.

bien affectueusement à vous
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Elisa52

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 266
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #1196 le: 13 Juin 2020 à 22:40:20 »
Citer
je témoigne que j'ai au fil des mois de deuil choisi par moment de me pousser à changer mes manières de vivre le deuil par exemple de me retirer seule ou plus tard aller vers les autres en disant puis en "cachant" que j'étais veuve, d'aller vers des personnes comme moi puis très différentes : des jeunes "insouciants" ...
ces expérimentations où je ne me sentais pas à l'aise, en difficultés, après lesquelles souvent je pleurai longuement ... m'ont aidé à trouver des ressources pour continuer à passer de la survie à vivre avec mon deuil, à faire des activités culturelles réconfortantes qui occupaient mon temps , mon mental.
Pendant ces activités en groupe je vivais l'envie de faire "vivre" qui était mon aimé soit en parlant de lui, soit en imaginant intérieurement ce qu'il dirait, donc j'étais en lien avec lui, avec son manque mais ça m'a aidé à avancer et ça a eu un effet par devers moi qui m'a petit à petit permis d'avoir envie de faire plus d'activités.
Excuse moi je suis peut être confuse dans mes explications ...
Prends soin de toi comme ton aimé voudrait  :-*

Qiguan
Je partage tout à fait ce point de vue et le réconfort que tu en as retiré, l'aide que ça t'a apportée pour avancer me donnent de l'espoir de ressentir ça à mon tour, au fil du temps. Chacun a son chemin, mais pour moi, c'est la seule façon de vivre ce deuil et d'avancer. Je rencontre de nouvelles personnes, dont certaines ne savent rien de mon histoire, d'autre si.  Ca se fait au feeling, je dis ou je ne dis pas.  J'en prends quelquefois plein la figure ("Tu parles tout le temps de ton mari !") mais c'est un risque à prendre. Je vis des expériences inattendues, telles que celle de l'entraide bénévole dans ma ville, pendant et un peu après le confinement, où j'ai donné et reçu, partagé, même virtuellement et rencontré de belles personnes. Me dire qu'il y a encore des choses à vivre, même sans lui, même avec le manque de lui, me semble la seule option. Pour moi bien sûr.
Je vous souhaite à toutes, tous, de trouver ce qui peut vous aider sur votre chemin.

"J'ai peine à croire qu'en perdant ceux qu'on aime on conserve son âme entière"

Hors ligne Elisa52

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 266
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #1197 le: 13 Juin 2020 à 22:51:20 »
[

Le temps sert à trouver les capacités de remettre du "vivant" dans l'éteint (pour moi différent de mort irrémédiable) dans la partie qui était nous, ce nous fait de nous deux ...
Cela vient peu à peu , à l'insu même de notre plein gré.
Au début ça surprend, voire ça révolte car acte la séparation corporelle !
Puis les bienfaits réconfortent et ces nouvelles sensations nous entraînent à les reproduire et c'est là que l'on devient acteur en nourrissant consciemment ou pas ce qui va faire du vivant dans le deuil.
Bien sûr il faut intégrer que rien ne sera plus jamais comme avant et donc que le manque restera pour tirer profit de ce mouvement à mettre de plus en plus volontairement du vivant dans ce qui est éteint
et de s'ouvrir à ce qui peut venir ... derrière les apparences de l'éteint ...


Je me retrouve, là aussi, certains chemins se ressemblent, d'autres sont très différents.
Mais je ne suis pas sûre que cela vienne à notre insu, pour moi, il faut aussi le vouloir. Comme tu dis, mettre du vivant dans l'éteint. Ca commence dès que j'ouvre les yeux le matin. Il y a des jours avec et des jours sans et ça aussi, il faut l'accepter. Devenir une autre personne après un tel séisme, ça veut dire aussi réinventer sa vie.
Merci pour ces partages pleins d'espoir.
"J'ai peine à croire qu'en perdant ceux qu'on aime on conserve son âme entière"

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4799
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #1198 le: 15 Juin 2020 à 14:39:25 »
Pour une partie Elisa oui il y a notre vouloir à activer :
la "nostalgie" peut nous aider à nous nourrir de ce passé définitivement perdu pour mieux construire notre présent et notre avenir mais comment le faire en devant supporter la douleur du manque là est tout le (mon) problème, pas à pas depuis le début.
L'insu c'est peut être l'inconscient qui fait ressurgir plus un souvenir, plus souvent, plus intensément car il réconforte plus et nous entraîne du coup à le cultiver pour reéprouver ces réconforts.
L'insu c'est au début l'apparition de "bons" souvenirs alors que l'état émotionnel est bloqué, fixé sur les derniers moments douloureux.

Le centre du plaisir du cerveau n'a plus l'apport direct des stimulations sensorielles alors il cherche ailleurs ... mais c'est pour nous endeuillé à double tranchant car :
regarder, embrasser une photo, un vêtement, le toucher, sentir un parfum signe en même temps le fait que si on fait cela c'est que l'on n'a plus la possibilité d'y avoir accès directement , nous signifiant irréversibilité du manque !
  et là je pense que le cerveau cherche du moins douloureux  ... du coup des souvenirs heureux peuvent s'inviter et nous faire vivre autant de réconfort de plaisir que humer, toucher, embrasser "l'absence" c'est ça l'insu selon moi
du coup on sera attiré par évoquer plus les souvenirs que grossir le contact au manque
c'est là que nos émotions vont faire des choix lié à nos pensées ...
si je me souviens du baiser sans embrasser la photo, le pull , le parfum ... c'est que j'acterai son départ et je peux ne pas vouloir, oui et ça peut durer un moment (années ou mois) ...

J'ai conscience que mon cerveau participe à renforcer ma croyance en un au delà où sous une autre forme je retrouverai mon aimé et tous mes défunts.
Sébastien Bouret, spécialiste des circuits de la motivation chez les primates (CNRS, Paris). "Nous nous demandons, 'à quoi sert le bonheur ? '" Et les neurobiologistes répondent : "Peut-être à motiver et à guider l'action." Plus précisément : à fournir tous les efforts pour obtenir quelque chose qui, le plus souvent, n'existe pas encore. Le bonheur, pour ces spécialistes, s'apparenterait à l'état dans lequel se trouve quiconque se réjouit à l'avance de ce qu'il va vivre."
c'est ce à quoi nous sommes nombreux à nous accrocher pour supporter la survie avec le manque ...
la biologie montre
"Tout d'abord, l'hippocampe assemble une représentation mentale d'une situation, en puisant dans les souvenirs, car ce sont les mêmes neurones, dans cette zone, qui permettent de rappeler un souvenir ou de créer une représentation du futur.

Intervient également le cortex préfrontal ventromédian, auquel l'hippocampe est richement connecté. Les neurobiologistes sont aujourd'hui convaincus que cette région du cerveau est celle qui accorde une valeur - j'aime ou je n'aime pas - à une représentation abstraite et complexe.

En effet, une équipe londonienne, dirigée par Timothy Behrens, a observé que cette région est toujours activée lorsqu'une personne se livre à un petit jeu mental : dire si elle apprécie telle ou telle chose complètement abstraite ; plus elle déclare l'aimer, plus cette région s'active. Mieux : l'équipe de Sébastien Bouret a observé que l'état d'activation de cette région a une forte inertie. "Ce ne serait donc pas tant un système qui étiquette directement ce que les sujets aiment, mais qui déterminerait plus généralement si le sujet se sent bien ou pas à l'évocation d'une situation", suggère le neurobiologiste. Cette région cérébrale déclencherait une sensation de bien-être… et le cerveau en déduirait que la représentation qui en est à l'origine a une grande valeur
."

c'est aussi cela l'insu ... à mon idée ...

et pour ces processus il faut que le temps se déroule suffisamment long ...

affectueusement à toutes et tous
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4799
Re : depuis le 23 avril 2014
« Réponse #1199 le: 25 Juin 2020 à 15:09:34 »
Petite réflexion  ...
Après avoir lu des articles sur le thème
Solitude, esseulement, isolement: trois façons d’être seul ...
je note que si je fais effort pour faire du positif avec cette situation non choisie après le décès de mon époux puis de ma maman vivant sous mon toit dans un studio séparé depuis le décès en 1979 de mon papa et devenue handicapée par perte de vision, je ne trouve pas de satisfaction à aucune de ces façons de devoir vivre seule.
D'ailleurs je ressens de faire "vivre" à ma manière mes défunts pour survivre dans ce contexte.
Je "colorie" ainsi ces façons de subir d'être seule .
 :-\
Cela m'aide à les supporter.
Bien sûr je sais que certain(e)s de mon ancien entourage pensent que si je voulais vraiment en sortir à plus de 6 ans de veuvage j'aurai pu  ... et cela les éloigne un peu plus de moi  ::)
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char