Auteur Sujet: Mon amour est parti au mois d'avril  (Lu 76638 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4872
Re : Mon amour est parti au mois d'avril
« Réponse #300 le: 18 juillet 2018 à 01:59:35 »
Ela
un retour à la vie oui
c'est une étape du deuil : reconstruction
avec des baffes oui
ça secoue de sortir du cocon où on peut se réfugier le temps où la déchirure saigne trop
et le deuil qui continu
le manque qui se conjugue à la force de l'amour qui s'exprime en soi
autrement
sans corporalité
cette foi seul bagage
oui
tu le réalises
moi je l'entrevois
ce seul bagage au début il est là mais semble inacceptable tant le manque physique est fort (euphémisme)

bagage qui est carburant car amour
oui

chance de l'avoir eu tant ne l'auront jamais ...

tu as la force à ta manière de combattre dans cet univers dur
et tu trouveras où dresser des îlots avec ta force

La générosité qui t'entoure, où ton aimé comme un "jardinier" attentif, en prends soin, va être toujours le terreau où la plante blessée pourra manifester qui tu deviens par ce deuil et grâce à l'amour d'Hanaël
j'avais écrit déjà
"La meilleure manière de se rappeler
une personne, c’est d’être tel ou telle que celui-ci a contribué à nous faire devenir, et de mener la vie qu’elle a aidé à façonner [...]
 c’est honorer [les défunts] qui méritent de rester dans nos mémoires que de devenir celui ou celle dont ils ont favorisé l’éclosion.
"
Mark Rowlands, Le philosophe et le loup

je te serre fort
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Ela

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 311
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon amour est parti au mois d'avril
« Réponse #301 le: 22 juillet 2018 à 14:38:29 »
Merci mon amie... Pour tes paroles et ta présence lumineuse sur ce forum. Pour l'attention que tu portes aux mots et au maux déposés par chacun ici.  Cette semaine, je me suis retrouvée seule pour la première fois depuis bien longtemps... Mes parents sont partis rendre visite à ma sœur. Ma cousine que nous hébergeons depuis bientôt 4 mois du fait de sa souffrance psy a tenté de réintégrer son logement avec son fils. Mon amie, aux prises avec une crise existentielle soudaine et qui a posé ses affaires chez nous il y a quelques temps est elle aussi partie quelques jours de son côté pour tenter d'y voir plus clair... Notre auberge des cœurs brisés semble amorcer un nouveau tournant... Le temps pour moi de réaliser les désirs qui m'habitent encore, les désirs que le départ d'Hanaël n'est pas parvenu à éteindre ou au contraire, qu'il a attisés ou implantés au fond de mon cœur... Désir d'être capable d'assumer cette solitude, qui n'est qu'apparente, tant elle est emplie de sa présence. Désir de recouvrer mon autonomie. Désir de reprendre mon sac à dos et la route. Désir de faire de nouvelles rencontres. De rencontrer d'autres personnes en quête d'essentiel. Désir de parvenir à aimer encore. Différemment. Sans être dans l'attente de quoi que ce soit, mais simplement parce que j'ai conscience que seule l'énergie que nous déployons à aimer, à donner, à (par)donner demeure... Je vous embrasse... De tout cœur.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4872
Re : Mon amour est parti au mois d'avril
« Réponse #302 le: 22 juillet 2018 à 14:50:05 »
Expérience de la solitude profitable
c'est un temps utile pour y voir clair ...
tu a bien défini ton plan de route
belle continuation à toi
avec toute mon affection
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Ela

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 311
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon amour est parti au mois d'avril
« Réponse #303 le: 12 juillet 2020 à 11:56:37 »
Je reviens ici.... Attirée par ce lieu virtuel... Un besoin de venir m'y recueillir après tout ce temps. Comme on irait se recueillir près d'un arbre, d'un lieu, d'une chapelle qui aurait marqué notre mémoire. Comme on entreprendrait un pèlerinage... Tout ce temps qui s'est écoulé...  "Au moins 240 jours" me dit le forum... Plus encore... Mon amour est parti le 14 avril 2016.... Il y a plus de 4 ans désormais. Où en suis je aujourd'hui? Je suis toujours en vie, toujours là... J'avance. J'ai navigué ma barque au cœur de la tempête, des remous... Je me suis égarée... mais je suis toujours là. Est ce que j'ai atteint le rivage? Je ne crois pas non... Je me sens toujours en marche et la vie m'apprend, chaque jour, à accepter de marcher vers cet horizon qui se dérobe...
Je reviens ici... parce que même si pendant un temps, je n'ai plus ressenti le besoin de venir écrire... ou plutôt... même si pendant un temps, j'ai ressenti le besoin de m'éloigner.... d'avancer autrement... je ressens aujourd'hui, qu'ici, avec d'autres, j'ai semé au plus profond de mon être... des éclats de sagesse... des prises de conscience... des choses essentielles qui je l'espère trouveront leur chemin au creux de moi jusqu'à la fin de mes jours...
Toutes ces choses que j'avais comprises dans la douleur, j'ai besoin d'y revenir aujourd'hui. De renouer avec elles.... De venir reposer mes bagages ici. Car le chemin n'est pas linéaire... et le monde, dans sa complexité et dans ses déséquilibres... nous entraine parfois dans des lieux où nos repères s'estompent...
Je suis égarée en ce moment.... C'est ainsi... Alors je reviens sur mes pas, ici, pour retrouver l'essence de ce que j'ai cru entrapercevoir, jour après jour, dans mes échanges avec les jolies personnes rencontrées ici il y a déjà quelques temps: Qiguan, Stana, Souci, Mononoké, Loma, Nora, Federico et tant d'autres.... Merci à vous...
Hanaël est toujours là... Parfois, je perçois à nouveau comme une présence... plus forte.... presque palpable à mes côtés... Ces moments se font plus rares... Bien souvent, j'apprends à aimer et à ne pas craindre cette présence "en creux" qu'il m'a laissée.... Il est toujours là... dans mes vides et mes silences... au cœur de chaque aspérité....  L'absence et la présence ont fini par se confondre... et face à tant de paradoxes... je continue chaque jour un peu plus de me défaire de mes certitudes.
J'ai accepté, ces derniers mois.... cette sensation de vertige... D'être à nouveau perdue... Sans jamais l'être vraiment malgré tout... Car je sais que tôt ou tard, "quelque chose" finit toujours par nous retrouver...
C'est peut être ce "quelque chose" qui m'a poussée à revenir ici aujourd'hui...
Je vous embrasse.... Prenez toutes et tous grand soin de vous.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4872
Re : Mon amour est parti au mois d'avril
« Réponse #304 le: 12 juillet 2020 à 21:15:49 »
 :-* tendresse
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Nicole595

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 474
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon amour est parti au mois d'avril
« Réponse #305 le: 12 juillet 2020 à 23:45:03 »
Bonsoir Ela, le temps n'efface rien, je m'en doutais déjà, tu confortes ce que je pressentais. Tu as raison de revenir sur tes pas,  tu peux voir le chemin parcouru,  et je pense, constater que les montagnes russes continuent, mais les creux, pour toi, semblent moins profonds. Tu en auras certainement encore, et ici, comme toujours tu seras lue et entendue. Moi aussi je fais des moments sans participer,  sans même venir , me croyant assez forte pour avancer toute seule, et je reviens toujours.
Amitiés
Nicole
Je ne serai plus jamais la même. J'ai perdu mon essentiel.

Hors ligne Ela

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 311
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon amour est parti au mois d'avril
« Réponse #306 le: 14 juillet 2020 à 00:15:21 »
Merci Qiguan, merci Nicole...  <3
J'apprends... Je continue d'apprendre qu'en effet, le temps n'efface rien. Longtemps, cela m'a fait peur... Lorsque l'on est dans cet état de sidération qui dure... qui dure... encore et encore après le départ de l'être aimé: on se dit qu'on ne pourra pas continuer indéfiniment en portant en soi le poids de cette absence.
Je sais aujourd'hui qu'en effet, ce poids demeure. Mais étrangement désormais, j'y trouve également une sorte de réconfort... Ce manque fera toujours partie de moi. Jusqu'à mon dernier souffle... Ce manque, ce vide... nous le portons tous en nous... bien avant d'avoir rencontré celui qui aura su s'y faire une place. Bien avant que son départ nous rappelle cruellement cette solitude que nous portons au plus profond et qui est le corrélat de notre condition humaine. Je me dis qu'au moins, j'ai eu cette chance: de rencontrer la personne qui aura su se frayer une place dans ce lieu qui n'appartient qu'à moi et qui pourtant me lie à tout ce qui vit... : cet abîme dissimulé dans le puits de ma conscience.
Les creux sont toujours aussi profonds, je crois... C'est moi qui ai appris à me faire plus grande, plus vaste, pour les englober, les embrasser et continuer à mener une existence qui ne se résume pas qu'à eux... Qui parvient à faire de la place pour autre chose.
J'ai vécu des jolies choses ces dernières années. Je tiens à l'écrire pour celles et ceux que la souffrance amène ici: quel que soit l'être aimé qu'ils ont dû laisser partir. Peu importe le temps qui s'est écoulé depuis... C'est dans la beauté je crois, que réside une partie de notre planche de salut.
J'ai éprouvé des joies profondes et sans remous... dans la danse, le voyage, la contemplation de la nature... J'ai laissé mes épaules tressauter et mon rire résonner, emportés par des gaietés de surface... une allégresse apparente qui souvent ne faisait que masquer mes larmes....
J'ai appris... J'apprends encore à me pardonner cet écart... ce décalage... entre ce que je vis dans le secret de mon coeur et ce que je donne à voir au monde... J'ai cherché et je cherche encore... comment réconcilier ces deux parts de moi. Comment vivre en accord avec tout ce que j'ai été, tout ce que je suis, tout ce que je donne à voir, tout ce que j'espère être...
 J'y suis parvenue parfois... en de rares et précieux instants... où d'un seul coup... il m'apparaissait avec une incroyable évidence que l'amour qui me lie à Hanaël se situe hors du temps. Véritablement hors du temps: dans un lieu ou rien ne peut l'atteindre, l'altérer ou le dissoudre.
Dans un quotidien où ce sentiment d'unité que j'ai effleuré me fait souvent cruellement défaut... je marche à la lueur de cette Vérité, éprouvée plus que je ne l'ai comprise. L'amour demeure... Et cela ne m'empêche pas de souffrir, d'être triste, en colère, perdue, incomprise... Mais malgré tout, ce n'est pas rien... L'amour demeure et ce n'est pas qu'une belle formule... C'est une réalité dont j'ai éprouvé le pourtour... même si les aléas du temps qui passent rendent ses contours imprécis... brumeux...
"Derrière les nuages, le ciel est toujours bleu..." L'amour demeure.

Ce soir, j'ai envie de vous partager cette chanson... que j'ai le sentiment d'avoir reçue... Qui est arrivée jusqu'à moi l'autre jour... Qui m'a réveillée tandis que j'étais assoupie. Puissions nous toujours retrouver le ciel derrière les nuages et être tirés de nos songes par une jolie petite musique...
L'oiseau

Hors ligne pscar13

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1451
  • Seul l'Amour peut garder quelqu'un vivant
Re : Mon amour est parti au mois d'avril
« Réponse #307 le: 14 juillet 2020 à 09:13:56 »
Bonjour Ela,

Je te remercie de revenir partager ces mots, cette jolie chanson.
Je suis arrivé ici quelques mois après ton dernier message, j'ai beaucoup écrit, j'ai aussi beaucoup lu, et ton fil m'avait beaucoup ému.
Tu as ce don d'écrire en trouvant les bons mots, ceux qui touchent, pour exprimer tes émotions.
Tu dois lire beaucoup, et tu écris sans filtre, sans gène ni pudeur, ici on peut faire ça.
Pour moi c'est différent, j'écris beaucoup parce que j'ai du mal à dire, je cherche mes mots, je corrige, j'efface, les hommes sont dans le "faire", les femmes sont dans le "dire", écrire est pour moi ce "faire" qui me permet de "dire", j'assume ainsi ma part de féminité.
En tout cas, je crois qu'écrire m'a sauvé de la folie et je remercie ce forum et tous ceux qui le font vivre, même en silence parfois.
J'ajouterai cette citation qu'a partagé mon amie BEBE
ÉCRIRE C'EST HURLER SANS BRUIT                         Marguerite DURAS

Voilà, nos parcours se croisent, nos histoires sont différentes mais nous parlons le même langage, la douleur du manque qui perdure, le temps qui nous éloigne et nous rapproche, et ce lien d'Amour qui nous porte.
Je te souhaite de continuer à vivre de "jolies choses".

 
Le futur devient présent, et, dans l'instant qui suit, passé.
Mon rêve est devenu réalité, mon amoureuse, mon éternel présent.