FORUM "LES MOTS DU DEUIL"

Comprendre et vivre son deuil => Vivre le deuil de son conjoint => Discussion démarrée par: phil33 le 09 Octobre 2014 à 10:04:21

Titre: Ce qui change en nous
Posté par: phil33 le 09 Octobre 2014 à 10:04:21
bonjour à tous/toutes
  Pourquoi ce sujet , de profond changement s'opèrent en moi , sans y etre vraiment préparé ,  bientôt cinq mois après la disparition de mon épouse Christine , ma vie n'est plus la même , forcement , mais mon comportement vis à vis des autres à changé , la tolérance est plus présente , une façon de ressentir les choses différente .
 Quand je me suis inscrit sur ce forum , j'étais aux trente sixième dessous , le moral dans les chaussettes , j'y ai reçu soutient , aides , pistes pour aller mieux , des messages tellement gentils et compréhensifs , et j'ai pu à mon tour apporter mon aide à certains d'entre vous , pas tous , hélas , car ce n'est pas toujours facile de répondre à des messages tellement désespérés , que ça nous ramène au début de notre propre histoire  .
Aujourd'hui , j'ai du mal à apporter du soutient aux " nouveaux " membres , j'ai l'impression que ça me fait revenir en arrière , et je ne tiens pas tellement  à revivre toutes les phases de ce long processus de " faire notre deuil " ou bien est ce une nouvelle étape  / marche à gravir , je ne sais pas trop , ou est ce de l'égoïsme ? pourtant je croyais etre  au dessus de ça .
Mamours faisait remarquer qu'il y avait peu d'hommes sur ce forum , et si le peu  gravissait  plus vite les "marches "de mieux être  à autre chose  ? est ce que je vais retomber aussi vite , pas facile de savoir si on est dans le vrai , ou si on va se brûler les ailes  .
Les changements  se sont opérés aussi dans mes rapports avec les autres , dans ma premiere rencontre de groupe , je me suis livré , moi d'un naturel plutôt timide , les paroles sont venues naturellement , comme sur le forum , pas de faux semblants,  pas de tabous , des confessions intimes de notre quotidien . Les échanges se font naturellement .
           La prochaine rencontre avec certains membre du forum , pourra , je l'espère , m'apporter des réponses , et déterminera si j'ai encore besoin de soutient  , si l'échange est encore nécessaire  dans un groupe de parole , bien que nous nous ne soyons pas inscrits pour ça  mais plutôt pour passer un agreable moment loin de chez soi .
         Pourquoi suis je devenu si sensible , dans vos parcourt , je m'y retrouve et ça me touche profondément , quand je regarde un film , avec des séquences d'émotions , je suis émus pour ne pas dire plus , des musiques m'émeuvent (surtout celles que j'avais mise pour la crémation .
Meme dans le boulot , je suis plus à l'écoute des autres , essaye de trouver des solutions dans le calme plutôt que dans le conflit
Tolérance , partage , soutient , beaucoup  de ressentis différent d'avant , le deuil nous éprouve , on en ressort plus serein , plus fort ? je ne sais , plus sensible , pour moi oui .
Je vais essayer  d'etre plus présent dans le forum , car beaucoup on besoin de nous , meme si ce n'est que quelques mots , ils font du bien à lire , pour les, hélas trop nombreux  "nouveaux"  .
A bientôt et bien sur la bise
philippe
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: erika le 09 Octobre 2014 à 10:55:02
Pour moi et mon mari nous avons changé mais bcp de personnes nous agacent nous n avons pas de patience pour eux.
Ils semblent ne pas avoir compris notre douleur et parlent de futilités
On a envie de leur dire prenez notre chagrin vous verrez.
Une fille de 25 ans fille d un cousin a accouché mais le pere l a quittée c est un drame!!! Moi je dis : j aurais tant aimé que ma fille ait cette chance! ! !Un bébé c est super.
Tant que la vie est là je pense qu'il ne faut pas se plaindre.
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: zabou le 09 Octobre 2014 à 11:20:36
Bonjour Philippe,

Nous changeons, oui indéniablement, mais n'étions  nous pas  déjà  , cette nouvelle personne que nous découvrons ?

J' ai découvert une partie de moi inconnue jusqu'alors, seulement , j'ai aussi compris , que cette personne c'est ce que je suis profondément, mais que l'autre , celle que je croyais être , n'était pas moi réellement, mais ce que je me suis évertuée à laisser paraitre des années durant, sans comprendre.

J'avais mis une carapace, épaisse, et c’était moi, le décès de mon mari, la personne qui me comprenait le mieux et me connaissais sans doute très bien, la perte de mes illusions, de " vie éternelle" , de cet avenir à deux, tout tracé et sans faille, à tout fait exploser.....

J'ai été profondément déstabilisée, je ne me comprenais plus,  je n’arrivais plus du tout, à me reconnaitre , cela à duré des mois, avant que je finisse par comprendre ,que cet autre était le vrai moi, que je cachais depuis des années à tous , mais aussi à moi même.

Difficile finalement des se révéler, après des années , de se découvrir, je me sent plus forte de tout ce savoir, mais je sais aussi maintenant, qu’émotionnellement, je suis fragile et l'ai toujours été.

Le ressenti est plus fort , plus de carapace pour le cacher, un long travail pour moi, pour tenter de tout démêler et je crois que je ne suis pas au bout....

A l'inverse de toi, comme Erika, j’étais avant dans une grande empathie pour tous, aujourd'hui certaines choses , je ne les supporte plus, et je n'arrive pas à adhérer, : hier une collègue me parle de sa sœur, cancer de l'intestin en 2012, opération , tout a bien , 2 ans , maintenant c'est le foie, de nouveau opération elle me dit ; "tu te rend compte" et je n'ai pu que répondre: " oui mais elle est encore là! "mois qui aurait tant aimer que mon mari survive encore quelques années, dans de bonnes conditions..... mais lui opération, ablation d'une métastase de 6 cm dans le colon et 10 mois après , tout était fini.....

Tant que la vie est là , il reste l'espoir , dans certains cas des possibilités, qu’aurions nous donnés pour les avoir ?

Je vous embrasse.

zabou
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: Eva Luna le 09 Octobre 2014 à 12:36:27
Etre ne deuil ne rend pas meilleure.. enfin pour moi, c'est comme ça... aussi,
moins tolérante pour les péripéties de vie normales,les plaintes et les bobos en tous genres...
plus humaine avec ceux qui vivent des grosses épreuves certes mais pas très longuement, ça m'épuise...
plus sensible à toute la misère du monde mais impuissante et fataliste...
avec en arrière fond un truc du genre j'ai survécu au pire alors...vous aussi vous y arriverez...

Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: Josline le 09 Octobre 2014 à 13:08:13
Moi aussi, je suis d' accord.
Depuis le décès de Guy, je n' ai plus de patience surtout envers ma mère qui certes, a 85 ans mais elle est en bonne santé et pourtant elle déprime et n' arrête pas de se plaindre, de dire qu' elle n' en a plus pour longtemps, qu' elle a mal aux genoux quand elle marche trop longtemps etc.... L' autre jour, j' étais excédée et je n' ai pas pu m' empêcher de lui dire d' arrêter, qu' elle m' énervait à geindre sans arrêt, qu' il fallait qu' elle s' estime heureuse d' être encore là et en relativement bonne santé. Après, j' ai regretté car elle l' a très mal pris, comme si je lui reprochais d' être encore vivante, elle s' est montrée agressive envers moi et depuis nos rapports sont plutôt tendus.
Donc, moi non plus, je crois que ça ne me rend pas meilleure mais il faut peut-être plus de temps.....
Bises
Jocelyne
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: strawberry le 09 Octobre 2014 à 15:17:28
Depuis le décès de ma femme (19 juin), je suis indifférent aux autres et à leurs tout petits soucis. Neutre, au mieux. Je ne participe plus au mouvement général.
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: qiguan le 09 Octobre 2014 à 16:35:33
Chacun est différent(e)s et c'est heureux ... nos passés, nos caractères, nos vécues font que l'on réagit différemment les un(e)s des autres.
Le Dr Fauré nous met en garde contre des réactions intempestives vis à vis des autres car on se sent incompris(e). p77 du livre.
Vient un moment nous dit il où on n'a plus besoin de reconnaissance par rapport à notre souffrance où on n'en veut plus au monde entier/la perte que l'on vit. C'est là que l'on peut sentir le changement que je nommerait positif vis à vis des autres.
Parfois le pré deuil de l'accompagnement de fin de vie que l'on a fait nous a fait avancer.
Je n'ai jamais depuis mon deuil ressenti de la colère quand je croise un couple heureux, je les "bénis" à ma manière souhaitant le meilleur pour eux moi qui ait tant eu dans mon couple !
J'ai envie de dire à certains quand ils, elles évoquent des différents dans le couple et le monte en épingle ... profitez d'être ensemble ... je leur dit cherchez l'apaisement c'est si important de rester en paix !
Le Dr Fauré que j'aime relire, p 140 nous dit bien le regard cru que le deuil jette sur nous même !
Oui on doit se redéfinir soi même et redéfinir ses valeurs ...
Pour moi, constituée en couple dès la fin de l'adolescence le processus est encore plus déstabilisant n'ayant pas de référence auparavant ...
Peut être parce que des années, à cause des maladies de Jean, j'ai appris à vivre avec l'épée de Damoclès de la fin de vie au dessus, ais je déjà bien avancé/valeurs. Je ne me suis jamais repliée, je reste ouverte à l'aide , une seconde nature que je partageais avec lui !
J'ai dit dès le début du deuil je veux que cela ait un sens serve à quelque chose !
J'ai su que je voudrai partager, là, ce que le deuil me fait découvrir c'est en cours avec le forum et groupe de paroles. Mais je pense que j'irai au delà vers un bénévolat autour du deuil ce sera à redéfinir si oui ou non quand j'aurai dans quelques mois, années avancé assez !
Je sais que jamais le manque ne se comblera mais je sais que de la vie peut exister à côté !
J'ai été très forte certes ... je le suis bien moins qu'on ne le croit autour de moi, je mobilisais ma force portée par mon couple, j'aurai soulevé oui des montagnes ! c'est vrai, mais je découvre que ma fragilité est accompagnée aussi d'un potentiel de force et je dois apprendre à m'accepter avec cette ambivalence !
Je suis devenue plus tolérante vis à vis de moi et des autres c'est net !
Je savais que c'était précieux de dire ses sentiments, d'exprimer ses émotions là je crois que je sais mieux le faire et l'attend des autres voire prête à les aider à le faire.
J'ai été dans ma vie beaucoup dans le combat pour faire avancer ma vie, combat face à des soucis de santé en famille, d'argent ... de travail
là je n'ai plus envie d'être dans le combat !
Ma vie pro m'a enseigné à écouter les autres, j'ai aimé avant les écouter (dans mon enfance mes copines, copains venaient me parler) là j'ai me semble t'il plus de capacité à écouter, sans juger ...
Tout se calme après tant de luttes, envie de repos, de choses simples ... d'apaisement.
Je sais que ce qui ne change pas en  moi c'est le besoin de l'échange avec l'autre, les autres, je ne suis pas de nature solitaire, j'ai besoin de partager, je sais qu'il me faut construire là maintenant autrement plein de choses mais en lien avec d'autres.
Du coup les rencontres d'endeuillé(e)s sont pour moi un tremplin pour non pas que pleurer ensemble ou tourner en rond à ressasser mais pour faire des choses ensemble avec des personnes tolérantes à mon état de deuil, je ne voudrai pas porter le masque de "ça va" dans un tel groupe mais pouvoir craquer si besoin sans retenue mais sourire aussi sans me forcer à être triste !
je suis prête pour ces groupes possibles à écouter, accompagner les craquages des autres et à accepter leur moment de rire et humour. Être authentiques entre endeuillé(e)s mais pour faire des choses ensemble que je n'aurai pas le courage de faire seule.
Je suis je crois au début de ma transformation mais la tolérance plus grande est là déjà.
Bien d'autres choses vont changer je pense au fil des mois pour moi, j'ai besoin de l'aide pro (psy) pour accepter tous mes changements, ne pas avoir peur de mes fonctionnements différents.
Je me sens sur un chemin de découverte, avec des craintes, le besoin de ne pas y rester seule, mais avec de la bienveillance et une envie de gentillesse exacerbée me semble t'il.
cf http://journee-de-la-gentillesse.psychologies.com/La-gentillesse-dans-la-societe/Qu-est-ce-que-la-vraie-gentillesse
http://journee-de-la-gentillesse.psychologies.com/
je vous embrasse toutes et tous
merci pour ce sujet lancé Phill !
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: Mamoure le 10 Octobre 2014 à 10:52:56
Toue ce que vous dites m'interpelle , il me semble  ,à moi aussi , que je suis moins tolérante

phil33 , ton message me réconforte et comme je comprends ta crainte de "replonger" en venant ici découvrir les nouveaux drames ,   lire toutes ces détresses

je pense que nous restons fragiles très longtemps : j'ai une tante qui a perdu son mari il y a 10 ans , nous sommes assez proches et je pensais qu'avec elle , nous pourrions discuter puisqu'elle a connu le même drame
quand je l'ai vu la 1ére fois après le décès d'Alain , je lui ai demandé "comment s'en sortir comment as-tu fait?"
elle m' a répondu " tu sais même après 10 ans parfois c'est encore difficile"
je ne l'ai pas revu depuis , et je sais bien que ce n'est pas de l'indifférence , j'ai compris ce jour-là qu'elle ne pouvait pas m'aider ,  qu'elle ne voulait pas voir ressurgir toute cette douleur , je ne lui en veux pas , bien au contraire , je la comprends

bises à tous

Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: phil33 le 10 Octobre 2014 à 20:47:11
Je comprends que vous ressentiez une injustice dans votre épreuve si difficile , vous éprouvez de la rage devant l'indifférence des autres , et leurs petits tracas de la vie quotidienne  , mais sachez que pour la plupart d'entre eux , ils sont encore dans la  meme peine que vous , mais personne n'a appris à parler du deuil et ils font comme tout à chacun , ils discutent d'autre chose , pour ne pas vous affronter leur propre douleur .
Je parle de tolérance , mais aussi d'acceptation  du comportement des autres , pas toujours facile à faire , mais il faut essayer le dialogue , les forcer à entrer dans le vif du sujet , au risque de les choquer , mais du dialogue nait la compréhension  .
Sachez aussi les convaincre de profiter du temps qui passe , ............. Si vite avec l'être aimé
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: zabou le 11 Octobre 2014 à 09:24:36
Bonjour à tous,


Ça  Phil , je sais faire , oui profiter au maximum, pour ceux qui le peuvent encore, et se trouve dans le processus " normal" de la vie .....

je comprend aussi leurs réactions, et j'accepte maintenant leur incompréhension, après m'avoir mis en rage, blessée, peinée, je me dis finalement, quelle chance de ne pas savoir.....

Oui, on avance, on avance....
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: Auriabelle le 11 Octobre 2014 à 18:29:37
Bonsoir,

Mon mari est décédé il ya 2 mois d'un infarctus massif à 46 ans ......je suis anéantie, depuis une semaine je n'arrête pas de pleurer car il me manque terriblement et c'est vraiment insupportable ......je me demande ce que je fais encore sur cette terre et n'ai qu'une envie pour l'instant ......c'est d'abréger cette souffrance .....je dois pourtant rester en vie pour mes garçons qui ont déjà leur sac de peines à porter, mais c'est très difficile...
j'espère avoir un peu soutien ici ......j'ai déjà laissé un message mais je n'ai eu aucune réponse....
Merci en tout cas à celles et ceux qui porteront une attention à mon message.
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: Josline le 11 Octobre 2014 à 18:47:35
Coucou Auriabelle
Si, je t' ai répondu et Qiguan aussi je crois.
je crois que c' était sur le fil "L' envie de vivre reviendra-t-elle?". C' est vrai que ce n' est pas toujours facile de s' y retrouver car on écrit ou on répond sur tes fils différents, d' autres postent des réponses entre- temps. Bref, on ne suit pas toujours bien la discussion mais va voir sur ce sujet-là. Je crois que c' est là.
Je sais que c' est difficile Pour moi, ça fera demain deux mois que mon mari a été enterré et je ne sais pas si c' est à cause de ça mais aujourd' hui, je passe une sale journée alors qu' hier, c' était plus calme. Bref, il y a des hauts et des bas avec malheureusement plus de bas que de hauts et je crois qu' on en a pour un moment....
Je t' embrasse très fort.
Jocelyne
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: zabou le 11 Octobre 2014 à 18:59:59
Bonjour Auriabelle,

Désolée d'avoir "zappé" ton premier message, parfois , il est encore si difficile d’accueillir une nouvelle personne dans la souffrance.

Deux mois c'est si courts, toute notre vie a perdu son sens et je comprends ce que tu ressens, je crois que dans les premiers temps, nous avons tous envie de les rejoindre.

J'ai toujours pensé que ce qui nous retient pardessus tout , c'est notre instinct de survie, bien ancré, quelques part au fond de nous.

Pour moi le 27 octobre , cela fera 2 ans que mon mari est parti emporté par un cancer .

Je sais que c'est très difficile , et qu'il faut user cette douleur......

Je te promets nus serons là pour toi , ici, tu trouveras des mains tendues.

 Je t'embrasse .

zabou


PS: après la réponse de Jocelyne, je te conseille d'ouvrir ton propre fil, ainsi tu pourras mieux retrouver nos réponses.
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: Dji le 11 Octobre 2014 à 19:13:30
Bonjour Ariabelle
Ce que tu d'ecris nous l'avons tous ressenti . Comme toi j'ai voulu rejoindre mon mari, ce le manque et la douleur étaient trop difficile à vivre. J'ai 2 filles et je pouvais ça.
Situais besognons est la pour toi.
Amitié et bisou
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: meszouzous le 11 Octobre 2014 à 20:11:20
Auriabelle,
Je comprends ce sentiment ressenti lorsque tu n as pas eu ou cru ne pas avoir reçu de réponses à ton post. Mais il est vrai que nous sommes tellement, hélas,  à écrire sur le forum que parfois, notre post passe inaperçu  :( je reconnais ne pas avoir toujours la force de répondre et jen suis désolée,  pourtant moi même déçue quand je n ai pas de retour.
Cette douloureuse épreuve que nous vivons tous nous change littéralement,  c est une évidence.  Mais comme le dit Zabou, peut être ne fait elle qu exacerber notre façon d être... moi, je supporte difficilement les discutions faites de plaintes et de geremiades. Mais n étais je pas comme toutes ces personnes avant ? Si, sûrement... ce qui est sûr,  c est que je reste ouverte aux "malheurs" des autres, acceptant qu il ne faut pas uniquement avoir perdu un être cher pour souffrir.
Demain, j irai à la rencontre de quelques uns d entre vous, à Paris.  Je m y suis engagée et même si c est difficile pour moi de prendre les transports, je sais que cette rencontre risque d être riche en émotions  :) je sais aussi que certains ont du décliner l invitation. Nous serons là demain soir pour partager avec eux cette rencontre  :)
Je vous souhaite la plus douce soirée possible. Bises. Béa
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: Coccinelle12 le 11 Octobre 2014 à 21:33:43
Bonsoir Auriabelle,
Je te souhaite "malheureusement" la bienvenue sur le forum, avec quelques jours de retard.
Il est vrai que le forum est riche en sujets, lorsqu'on n'est pas toujours présent et c'est mon cas, on peut très vite perdre le fil et zapper ainsi  certains sujets. Désolée.
Cependant, je te redis quelque chose que j'ai déjà évoquée, ce n'est pas parce qu'on ne répond pas que ça signifie qu'on est indifférent, des fois, face à certaines histoires, l' émotion des premiers jours revient et énergie et mots nous manquent alors pour répondre, mais la compassion est là, comment pourrait-elle ne pas être là, nous savons tous ce qu'il en est.
Ton conjoint est parti depuis 2 mois, c'est si récent. Moi ça fait 21 mois, et aussi de façon soudaine.
A 2 mois, j'étais morte, un vrai zombie, je n'avais même pas encore eu le courage de rechercher de l'aide extérieure, l' expérience de la première psy, 3 semaines après le décès de mon amour n' ayant pas été convaincante.
Et c'est seulement Plus de 2 mois après que j'ai découvert le forum, tout à fait par hasard, car ça devenait pesant, insupportable, il fallait que je retrouve des "congénères", et grâce à google, en tapant Deuil, j'ai pu trouver ce forum.
Sans participer au début, rien que lire les témoignages des uns et des autres m'a aidée à tenir, car je me rendais alors compte que je n'étais pas la seule à qui ça arrivait, petite consolation, mais  qui avait néanmoins toute son importance.
ça peut-être frustrant de ne pas recevoir de réponses tout de suite, je reconnais, mais qu'est ce que ça fait du bien de déverser ce qu'on a dans le coeur, que c'est libérateur, que ça nous allège, et rien que pour ça, je te dis, ne t' offusque pas de ne pas recevoir de réponse, tu es lue, tu aides sans le savoir certaines personnes qui ne sont pas encore prêtes, et surtout, tu t'aides.
Tu entames la longue traversée du deuil, tu n'es pas seule, tu as tes enfants, sois forte pour eux, et le forum est là pour t'aider dans cette traversée.
Amitiés
 
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: Auriabelle le 15 Octobre 2014 à 09:43:32
Bonjour,
Merci à vous tous pour ces superbes messages de soutien.
 
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: confiante le 22 Octobre 2014 à 09:46:49
C'est vrai que les épreuves nous changent de fond en comble.
je suis, moi aussi, moins tolérante avec les gens qui ont un "pet mal sorti" !!! j'ai fait le tri autour de moi, des soi-disants "amis" qui ont maintenant peur de moi parce que je suis seule, peur d'être contaminés par ce qui m'arrive ????
le malheur n'est pas une chose contagieuse, bien heureusement.
quant à ma "mère", je ne la supporte plus du tout : toujours mal quelque part, elle se plaint qu'elle n'a rien à manger (même pas vrai !!!), elle veut que mes soeurs et moi retournions la voir mais QUE POUR RANGER SES AFFAIRES !! super, on n'est pas ses bonniches !!
enfin, bref, heureusement que mes frères et soeurs sont là, même s'ils sont loin physiquement, et surtout aussi mes belles-soeurs (les soeurs de mon mari, il n'avait pas de frère) qui me considèrent comme une de leur soeur, elles n'ont pas changé d'attitude vis-à-vis de moi, et ça, j'apprécie.
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: qiguan le 22 Octobre 2014 à 16:20:13
 ??? hier pour la première fois
moi l'habituelle écoutante des autres ... qui dans un groupe met de côté son moi afin que les autres restent bien ...
j'ai senti monter en moi le besoin d'exister dans ma peine,ma douleur, de la dire après qu'un endeuillé plus tôt m’ait dit "ça passera" ou similaire ... cela venait après ma réponse "Non ça ne va pas" à sa question "Alors ça va ?"
et faisait suite au même type de réflexion dit, parfois écrit quelques mois plus tôt alors que j'exprimais ne pas aller et tentais de dire ma souffrance immense du début ...
sans doute un certain ras le bol, la goutte d'eau ...
et puis la longue réflexion (environ 1 h) avant de dire que cela m'avait blessée profondément pendant la quelle je me suis dit :
ou je quitte cet endroit ...
ou je le dis et peux continuer ... j'ai pris le risque du clash mais enfin de verbaliser ma souffrance : à vif où la moindre maladresse réitérée me devient intolérable.
pris le risque de rester authentique ce besoin que j'ai de plus en plus ...
je ne regrette pas
je continue à être mal bien sûr, cela n'a eu aucun effet sur mon mal être actuel mais j'ai fait un énorme pas en avant
en devenant ainsi moi
oui ce moi qui ne sait plus comment exister ...
là à la veille du 6 ième mois !
énorme changement donc !
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: Josline le 22 Octobre 2014 à 17:29:36
Que tu as eu raison!
Moi c' est quelque chose que je n' arrive pas à faire. C' est triste à dire, mais j' ai tendance à faire et dire ce que les gens attendent de moi.
Quand on me demande si ça va, je suppose toujours que les gens s' attendent à ce que je réponde "oui, ça va", donc je leur donne la réponse qu' ils attendent. Peut-être aussi par confort personnel. C' est plus facile de répondre que ça va sachant qu' après on va me fiche la paix. Si je dis "non, ça ne va pas", il va falloir aller plus loin, donner des explications, parler et ça, c' est très difficile pour moi.
J' essaie de travailler là-dessus pour tenter d' être plus "vraie", plus en accord avec ce que je pense réellement, mais j' ai tellement pris ce pli au cours de ma vie  de toujours répondre à ce qu' on attend de moi que ce n' est pas gagné.
Quand j' étais petite, c' était souvent le chantage affectif de la part de mes parents qui me mettaient toujours la barre très haute (surtout pour l' école) du style ; si tu nous aimais, tu ferais plus d' efforts  et diverses choses du même ordre. Je pense qu' ils m' ont enlevé toute confiance en moi et que j' ai inconsciemment peur qu' on ne m' aime plus si je ne réponds pas aux attentes des gens quitte à y laisser mon authenticité.
Te lire me redonne un peu de courage et me donne aussi l' envie d' essayer d' imiter ton exemple.
Je t' embrasse
Jocelyne
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: qiguan le 22 Octobre 2014 à 18:00:30
merci
et bonne chance pour ta lutte ta réflexion/ton enfance me met en plus sur une piste pour moi !
là le déclic est venu car c'était face à des gens en deuil comme moi ... ce qui me rendait plus insupportable la phrase.
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: meszouzous le 22 Octobre 2014 à 18:52:29
Je comprends ce que vous dites Qiguan et Josline. Bientôt 2 ans que Jean Marc n est plus là et la difficulté est la même pour dire mes véritables sentiments. Je sens bien qu on attend que je réponde  "ça va, ça". Et comme toi Qiguan,  j ai envie de dire enfin la vérité et cesser de ménager les autres...au risque parfois du clasch. Mais pourquoi insistent ils aussi ?
J ai souvent envie de fuir les autres...
6 mois, une étape à franchir bien que chaque jour jour en soit une. Pensées affectueuses  :-* Béa
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: Josline le 22 Octobre 2014 à 21:48:05
A mon avis, ils insistent parce qu' ils ont peur d' être taxés d' indifférence  s' ils ne demandent pas de nouvelles. A ma mère qui me demandait l' autre jour comment j' allais, je lui ai répondu que c' était la question à ne pas me poser. Elle n' a pas compris. Elle m' a dit : "Mais, c' est normal que je te la pose, sinon tu vas croire que ça m' est égal" et pourtant ma mère a perdu mon père il y a 12 ans, donc elle est déjà passée par là elle aussi.
Je pense vraiment qu' ils veulent montrer leur intérêt et qu' ils s' intéressent à notre bien-être, simplement ils ne savent pas comment le formuler et quelque part, je peux comprendre car je ne suis pas sûre que je ferais mieux.
C' est notre propre situation et notre mal-être qui nous rend plus réceptifs aux maladresses mais il n' empêche que c' est difficile car soit je mens en disant que ça va bien, soit je dis la vérité et là, ce sont les autres qui sont gênés et ne savent plus quoi dire.
Difficile à gérer.
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: Mamoure le 23 Octobre 2014 à 08:31:23
Bonjour à toutes ,

Pour ma part lorsqu'on me demande "ça va ?" , je ne réponds pas, ou bien "et toi?"
Sauf avec les très proches

Je pense que cette expression "ça va ?" est vraiment un automatisme et qu'ils le disent tous sans bien réfléchir
J'imagine déjà , le nombre de fois où je vais entendre ça lorsque je vais reprendre le travail...
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: qiguan le 23 Octobre 2014 à 09:26:20
Déjà dire mon expérience se situait face à un endeuillé "comme moi" ... et dans un cadre d'échanges entre endeuillé ...
Et rappel ce n'était pas la première fois qu'à mon annonce du "non" le type de phrase était de dire "ça passera" ou similaire

Ensuite dire que les personnes, non touchée par un deuil, ne peuvent pas s'imaginer notre état, notre sensibilité sauf quelques personnes ...
ce matin en promenant mon chien j'ai croisé une relation amicale qui m'a dit "bonjour Danielle comment tu vas aujourd'hui" en m'embrassant ... c'était différent du "comment ça va" j'ai pu répondre à cette question ouverte "pas bien cela fait 6 mois aujourd'hui" et la suite s'est enchaînée naturellement ! ...
Je garde l'envie d'être authentique hier soir j'ai pu verbaliser à l'aide ménagère de ma mère que ce n'était pas parce qu'elle me voyait avec un certain masque que derrière il n'y avait pas souffrance ...
douce journée à vous
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: phil33 le 23 Octobre 2014 à 10:58:50
Ton "Tigre" sort de toi c'est bon signe , non ?
courage , tu progresses ,en pensant plus à toi et en te retirant beaucoup de barrières  que tu avais installées jour après jour depuis "ce " jour .
vives pensées
la bise
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: qiguan le 23 Octobre 2014 à 18:50:36
oui bon signe le tigre a été efficace pour ne pas retourner les choses contre moi en moi mais les évacuer sainement !
je vais continuer à lever les barrières inutiles ... et apprendre à accepter mes changements
la bise
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: phil33 le 24 Octobre 2014 à 18:58:32
Curieux comme l'évolution de notre comportement est étroitement lié avec notre ressenti du jour , je croyais que je pouvais etre "cool " avec le comportement des gents , mais devant l'empressement de leurs agissements , se débattre dans le vide , faire beaucoup de vent pour pas grand chose  au final , je n'ai pas pu m'empêcher de leurs dire :" profitez du temps qui passe , au lieux de vous agiter dans votre bocal  "
Nous tous , sur ce forum , nous savons combien le temps est précieux , dans nos vies saccagée par la perte de notre moitié , faut il que je leurs répète tout les jours .d' aller prendre l'air , de partager avec leur famille , au lieux de rester au boulot alors que leurs emploi du temps pourrait leurs permettre .
Je suis enragé , dépité , jaloux , peut être aussi
Aujourd'hui j'en ai certainement choqué plus d'un , mais c'etait plus fort que moi , et je ne regrette rien , j'espère qu'ils pourront en tirer des conclusions bénéfiques  dans leurs vies et dans  le partage avec leurs  moitié , famille ,enfants .
La bise d'un forumiste apaisé
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: qiguan le 24 Octobre 2014 à 20:34:39
 ;) toi aussi Philippe ton tigre sort ...
Ben oui on oscille entre tolérance et explosion selon notre filtre peut être du jour mais aussi de nos nouvelles valeurs qui s'affinent peu à peu et vont continuer à se modifier au fil de notre deuil.
A jamais me semble t'il on a basculé dans des priorités (peut être les mêmes qu'avant) qui ne peuvent plus être parasitées, occultées par de petits objectifs remplis d'égo ou nous privant de nos "essentiels" !
J'avais commencé à vivre ça avec le premier choc de l'accident de Jean en 2001 puis avec les autres chocs à chaque grave maladies (le mettant en danger de mort) et la maladie aigüe il y a un an l'avait renforcé et ce de plus en plus au fil de sa fin de vie.
Bien sûr à présent ces priorités qui avant étaient pour nous là sont devenues pour moi seule encore une occasion de se retourner vers ce moi qui doit se définir à nouveau ...
Être soi en survivant à l'amputation de cette partie du "nous" en nous même (avec tout ce que cela sous entend), plus la perte intégré de la personne défunte tout en faisant exister par tâtonnements ce que l'on peut faire pour honorer au mieux notre conjoint ... n'en fini pas de nous monopoliser ...
la bise
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: qiguan le 01 Novembre 2014 à 21:19:00
doit on se sentir comme missionnée envers les autres pour leur apporter du bien et du réconfort ?
Nos cœurs curieusement débordent d'amour pour son prochain du moins le mien souvent.
Envie de faire comprendre à tous les gens autour de soi qu'ils devraient profiter de l'instant présent, savourer leur vie de couple, ne pas s'attacher aux petits tracas de la vie quotidienne.
en se disant que notre malheur leur ferait comprendre leur bonheur.
Mais je réalise qu'ils ne peuvent pas comprendre.
J'ai tellement un sentiment de décalage envers les autres, je pense que non nos malheurs n'aident pas les autres et qu'ils vont cheminer à leur rythme à eux ... quoi qu'on leur dise
espérant que pour ceux des nôtres qui se reconstruirons assez pour une nouvelle vie en couple sauront la mener avec sagesse !
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: qiguan le 19 Octobre 2018 à 16:40:05
4 ans après
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/ce-qui-change-en-nous/msg49154/#msg49154
Constat
La vie m'oblige à être dans le combat (niveau professionnel) pour mon avenir matériel
Moi qui ne voulais plus être dans le combat ... La vie m'impose de l'être.
Je trouve les ressources pour mener le combat mais je sens mes fragilisations dûes au deuil
Je sens le manque de l'accompagnement qu'il aurait fait ... Que ma maman aurait fait ...ces manques sont douloureux
Les difficultés, les revers mettent encore plus en exergue l'absence ...
Certes intérieurement je me dis ce que je crois qu'ils m'auraient dit mais il me manque les réconforts physiques ... Et c'est une étape de plus de la déconstruction ...

Le chemin du deuil m'a rendue plus patiente je crois

Prenez soin de vous
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: BEBE le 22 Octobre 2018 à 23:55:28
Merci Qiguan de partager avec nous "l'état des lieux" après quatre ans.

Je ne suis pas étonnée de lire que le manque de l'autre reste aussi longtemps.....
Il y a plusieurs veuves au "long cours" dans mon entourage qui m'ont confié  continuer de ressentir fortement le manque bien des années après le décès.

Et comme toi Qiguan, je trouve aussi que c'est brutal de devoir faire face au quotidien alors qu'on est broyé et meurtri à l'intérieur. ... ça nous oblige à nous faire violence et à faire des efforts surhumains alors qu'on a juste envie de dire à tous et à tout..... fichez moi donc la paix..... je n'ai pas d'énergie. ... pas de ressources pour assumer cette vie pleine de rudesse et la kyrielle de difficultés qu'elle sème sur un chemin que je n'ai même pas choisi !!!
Et quand on rentre le soir après une  journée difficile, on a plus la récompense de retrouver l'autre et de pouvoir se ressourcer au creux de son amour infini.

A mon tour pour une fois de tenter de t'apporter un peu de réconfort.... je te souhaite qu'à travers ces  difficultés tu rencontres de belles personnes et des succes qui feront que cela vaut la peine tout ces efforts extra-ordinaires que tu dois faire.

Je t'embrasse bien fort Qiguan... toi qui a besoin aussi de soutien encore et toujours.
BEBE
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: qiguan le 23 Octobre 2018 à 21:52:30
merci BEBE
je prends volontiers ton réconfort affectueux  :-*
Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: pscar13 le 29 Octobre 2018 à 01:57:23
Bonsoir,

J'ai la douleur et le regret d'être parmi vous depuis peu.

Je ne parlais pas beaucoup avant, elle prenait tellement de place dans ma vie, et parlait tant que je ne l'écoutais pas toujours.

 Ce qui a change en moi depuis que mon amoureuse n'est plus là, c'est ce besoin de continuer la conversation.

Je n'ai jamais connu ce silence, ne plus l'entendre me remplit d'un vide abyssal.

J'ai envie de parler, de lui parler, de parler d'elle, mes amis essaient  de parler d'autre chose mais ça ne m’intéresse pas.

Alors j'écrit, je lui écrit un journal, je crie  mon manque et lui raconte mes souvenirs de nos 40 ans de bonheur.

Je sais bien, aujourd'hui qu'il n'est plus là, ce qu'était le vrai bonheur.

--
pscar

Titre: Re : Ce qui change en nous
Posté par: biche07 le 29 Octobre 2018 à 17:02:06
Apres 6 mois de deuil je m'aperçois que je ne regarde plus rien de la même façon. En ce sens que la futilité de certaines choses (la mode et les nouveautés hitech par exemple) me paraissent incroyable; le manque d'attention aux autres ,la jalousie, l'égoïsme de notre société qui atteint des sommet et la méchanceté, la violence..j'en passe .
je m'aperçois réellement que jusqu'ici j'étais dans la meute , je ne faisais pas plus attention que cela, un peu de fatalisme, un peu d'égoïsme, un peu de "c'est comme ça  et j'y peux rien" aujourd'hui je suis en retrait en quelque sorte ,comme un spectateur et je trouve cela effrayant, j'ai envie de dire stop arretez vous allez mourir, faite attention aux personnes que vous aimez, aimez les encore plus. la vie est si belle quand on aime. biche