FORUM "LES MOTS DU DEUIL"

Comprendre et vivre son deuil => Vivre le deuil de son conjoint => Discussion démarrée par: Denpaolig le 30 Mai 2017 à 00:53:19

Titre: Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 30 Mai 2017 à 00:53:19
Le 24 avril 2017, un coup de téléphone m'apprenait le suicide de mon mari sur son lieu de travail. Nous étions séparés depuis 7 ans mais pas divorcés. Malgré notre choix d'une vie séparée, il restait un papa présent et aimant. Nous avons 3 enfants de 18, 14 et 11 ans. Je suis toujours sous le choc de son geste. La veille, il m'avait ramené nos 2 plus jeunes enfants avec qui il avait passé quelques jours de vacances. Je n'ai rien vu qui aurait pu m'alerter. Et pourtant tout était prémédité ! Son geste fatal me ramène 29 ans en arrière et réveille d'horribles souvenirs.  Mon frère, 18 ans, s'est suicidé. Je suis dans une colère noire après eux. La souffrance qu'ils inoculent dans ma tête, dans mon corps tout entier est juste indicible et insupportable . Comment ne pas laisser cette colère atteindre mes enfants ? Je n'ai jamais compris ni accepté le geste de mon frère (j'avais 17 ans, il s'est suicidé alors que j'étais seule dans la maison avec lui), pas beaucoup de chance que j'y arrive pour mon mari ! Mais aujourd'hui, ce n'est plus pareil. Je suis responsable de 3 enfants et je n'ai plus 17 ans mais 46. Alors comment agir pour le bien de mes enfants ? Je suis perdue. La colère est trop là ! Il nous a abandonné. Je suis angoissée aussi de penser à l'avenir et de devoir tout gérer seule. On dit de moi que je suis forte mais là, je vous assure que ça fait beaucoup ! Je dois rencontrer une psychologue ce jeudi. Mes 2 plus jeunes ont accepté d'en rencontrer une également. Mon aîné ne veut pas en entendre parler pour le moment. Je lui ai dit de ne pas fermer cette porte là et que s'il en avait besoin à n'importe quel moment, il pouvait se rendre à la Maison des Adolescents de notre ville.  Il est très en colère aussi et oscille entre larmes et l'envie de tout casser ! Je suis épuisée de pleurer non-stop. Je suis vidée de la bonne énergie qu'il me faut pour être une bonne maman. Mon médecin a préféré prolonger mon arrêt de travail jusqu'à fin juin. Mais à part pleurer, je ne fais pas grand chose d'autre ! Mais après tout c'est peut-être une bonne chose ou pas, je ne sais pas ? J'habite près de Quimper, je ne sais pas s'il existe des associations d'aide qui pourrait m'aider par le biais de groupes de paroles ou autre ? J'aurais voulu me confier à mes amies mais elles n'ont pas accepté de venir à la crémation car la dernière volonté de mon mari était d'avoir une cérémonie dans l'intimité. Mes amies, malgré 17 ans d'amitié n'ont pas pensé que nous étions sans doute suffisamment intimes ! (voyage à l'étranger ensemble, week-end ensemble, anniversaires, repas, réveillons ensemble mais pas assez intimes pour venir en soutien à leur amie !) Je suis amère et là,aussi, très en colère et ai décidé de les rayer ni plus ni moins de ma vie. Je n'accepte pas que l'on soit amie uniquement dans la joie. L'amitié, pour moi, se prouve  aussi dans la douleur. Je me retrouve donc bien seule face à tout ça. Aussi, si vous voulez échanger et me conseiller... Merci de m'avoir lu. Pour l'heure, ça m'a chamboulée de me raconter ! Muriel.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Alexandra le 30 Mai 2017 à 09:35:47
Triste bienvenue à toi Muriel,
Je suis près de Quimper également et je suis arrivée il y a quelques mois juste après le décès de mon compagnon. J'ai cherché des groupes de parole à l'époque mais à part l'Association des Veufs et Veuves du Finistère (http://www.veuvesveufsdufinistere.fr/contact), je n'avais pas vu grand chose. J'ai 28 ans et en regardant les quelques photos des activités, je n'étais pas vraiment sûre d'être dans la bonne tranche d'âge... Alors le forum et une psy m'ont aidée.

Je t'envoies un message privé en réponse à ce que tu as écrit là:
http://forumdeuil.comemo.org/entraide-associations-groupe-de-parole-cafe-deuil/comment-trouver-du-soutien-pres-de-chez-vous/new/?topicseen#new

Alex
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Bulle 777 le 30 Mai 2017 à 16:31:06
Chère Muriel,

la colère, c'est normal et salutaire : on passe tous par là avec la mort subite ou le suicide ( moi pour ma mère...)
Je crois que tu peux aussi diriger ta colère sur le travail de ton mari, vu que cela s'est passé la bas.
Ce n'est pas anodin. Souffrait-il à son boulot? était il harcelé? menacé de licenciement? bref, il y a sans doute des responsabilités et des éclairages à chercher de ce côté là aussi, non?

la répétition, cela arrive très souvent et je pense que cette mort ravive les plaies de ce deuil ancien intolérable: si ta psychologue connaît la psycho-généalogie cela pourrait t'aider et aider tes enfants à travailler avec cet outil.
surtout pour aider tes enfants.

De tout coeur avec toi, la colère, les amis décevants, la famille qui en rajoute, les larmes, le non-sens,
la haine, la haine, la haine, LA HAINE : je suis passée par là et cela revient encore parfois après 3 ans...
un chemin d'apaisement est cependant possible et la blessure saigne moins avec le temps,
je sais c'est con à dire mais tu l'as vécu déjà;
Aie confiance malgré ta douleur terrible, une lumière vous attend au bout de ce chemin d'épreuves
en attendant crache ta colère !!!
chaque jour un pas après l'autre et le temps...
pensées
Bulle


Titre: Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 30 Mai 2017 à 17:38:35
sur ce forum tu vas lire des histoires différentes et y trouver des échos, des similarités, des différences bien sûr ...
un endroit où écrire
mais tu as eu raison de prendre contact avec un pro la thérapie est souvent très utile !
tu vas naviguer d'une section de ce forum à l'autre
tu as vue je suppose la table des matières que j'ai faites il y a de quoi fouiller ...
et n'hésite pas à aller sur le site dont ce forum est issu !
plein de douces pensées
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 30 Mai 2017 à 23:53:46
Merci Bulle et merci  Qiguan.

J'ai lu des témoignages bouleversants sur le forum. Des histoires fortes, des cris d'amour, de désespoir. Elles ne font pas forcément échos à ma propre histoire car mon mari et moi étions séparés mais notre relation était forte d'un amour ancien  qui s'était mué en autre chose comme du respect, une totale confiance, une sorte d'amitié. Bien sûr, notre couple existait encore mais seulement celui que nous formions face à nos trois enfants.  Je pleure car je suis en colère qu'il nous ait abandonné moi et les enfants. Oui Bulle, il s'agit bien de son travail. Le matin de son suicide, il a envoyé un mail à son avocat où il accuse nommément 3 de ses supérieurs hiérarchiques de harcèlement moral (jusqu'au plus haut gradé). Seulement, après avoir pris conseil auprès d'un avocat spécialisé en droit du travail, je n'ai pas beaucoup de chance de faire reconnaître son suicide comme une résultant  du harcèlement moral. Le mail a été tapé à la machine, il n'est donc pas signé de sa main. Je ne sais pas s'il l'a fait également parvenir aux trois personnes concernées. J'ai contacté son médecin qui m'a dit ne pas avoir vu mon mari en consultation depuis mai 2016. Je n'ai trouvé aucune prescription d'arrêt de travail, aucune prescription de médicaments type antidépresseurs, anxiolytiques... Rien ! Et les témoignages, je n'en aurais pas non plus. Mon mari était civil dans une institution militaire... La grande muette !!!
Je suis en colère après lui car j'ai obtenu de son avocat le fameux  mail. Il y fait part de ses dernières volontés. Mais comme je n'ai eu connaissance de son mail qu'après la cérémonie, je n'ai pas tout respecté... Il voulait que ses cendres soient dispersées en mer ou à défaut dans un carré commun d'un cimetière. Un carré commun d'un cimetière !!!! Je n'en reviens pas, il voulait être oublié, tout simplement oublié !!!!! Vis à vis de mes enfants, ça m'est intolérable. Mes enfants ont le droit d'avoir un lieu où se recueillir, non ? Mes enfants ont eu un papa ! C'était un papa aimé. Et bien, avant de savoir ça, je me souvenais qu'il souhaitait être incinéré. Il a donc été incinéré mais j'ai acheté une concession au columbarium  du cimetière de ma ville. Il n'est pas dans un carré commun !!! Mais quel égoïste ! Egoïste jusqu'au bout !!! ça y est, je l'ai craché ! Le suicide est déjà un acte d'une violence inouïe mais son choix d'un carré commun me met dans une rage encore plus folle. Je suis en total décalage avec ceux et celles qui pleurent leur amour perdu. Je m'en rends compte. J'ai longtemps pleuré sur la fin de mon couple et j'avais réussi à faire le deuil de notre couple amoureux. C'est ma colère et comme tu dis, Bulle, ma haine que je crache ici. Je viens d'apprendre également qu'il avait déjà tenté de se suicider 7 ans avant notre rencontre? Je ne le savais pas. J'avais détecté chez lui une certaine fragilité. Nous en avions parlé mais il ne m'avait jamais avoué sa tentative de suicide. Est-ce que j'aurais été différente avec lui du temps de notre vie commune ? Je ne sais pas. Peut-être aurais-je été plus attentive ? Moins spontanée dans mes colères, plus dans le contrôle. Mais je n'ai pas envie de refaire l'histoire et de me culpabiliser davantage encore !

Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 31 Mai 2017 à 18:13:54
Je demande pardon à ceux et celles qui me liront et qui pourraient être choqué par ma véhémence, la colère qui transparaît dans mes écrits. Je ne suis véritablement capable que de colère en ce moment. Je viens de me procurer le livre "Vivre le deuil au jour le jour" du Docteur Christophe Fauré. Je ne sais pas si j'aurais la compréhension facile en ce moment car j'ai l'impression de perdre le fil de ce que je dis, d'être confuse souvent mais j'ai lu des commentaires dithyrambiques sur ce livre et j'ai regardé une vidéo de lui sur le sujet. Vidéo ou il explique très clairement le processus du deuil. C'est fou, il y a 29 ans, lors du décès de mon frère, je n'étais pas consciente de vivre toutes ces étapes du deuil mais c'est réellement conforme à ce qu'il dit dans sa conférence vue sur le net. 
Aujourd'hui, j'ai accompagné mon dernier fils chez la psychologue. Il m'a souri en sortant de son bureau. Et son sourire m'a fait du bien... Mais en l'écrivant ici, voilà que les larmes inondent mes yeux ! C'est ce genre de réaction que je ne comprends pas. Je dis ça me fait du bien, et je pleure ! La culpabilité ? De quoi ? Est-ce que c'est parce que je ne m'autorise pas le droit de ressentir du soulagement ? Je suis perdue et j'ai l'impression de devenir folle !
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Bulle 777 le 31 Mai 2017 à 19:32:02

tu n'es pas folle, tu souffres c'est différent !

c'est ton temps de la colère; ici on comprend je pense car nous sommes tes compagnons d'infortunes.

Ah le suicide, l'idée qu'on ne peux rien faire est intolérable ...les si j'avais pu...si j'avais su....

C'est vrai que j'en ai voulu terriblement à ma mère d'avoir lâché prise, de m'avoir abandonné. d'avoir abandonné ses petits enfants et puis j'ai compris qu'elle souffrait tellement qu'elle n'a pas pu faire autrement ( à cause de mon père ....)
Aujourd'hui je me suis réconciliée avec elle, même si certains jours la haine et la colère remonte surtout contre l'entourage familial...je ne lui en veux presque plus ! par contre et je ne parle plus à mon père...
 moi c'est le harcèlement de mon père qui a tué ma mère, toi visiblement c'est le harcèlement du boulot...qu'est ce qui est pire???
le harcèlement, cause du suicide....voilà ce qu'il faut combattre

crie ta colère et ta douleur c'est le lieu pour cela
pensées
Bulle
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 01 Juin 2017 à 22:44:29
Première visite à la psychologue aujourd'hui. Dur ! Eprouvant ! Mais je suis persuadée que ça m'aidera au final.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Mononoké le 02 Juin 2017 à 07:05:33
Bonjour Denpaolig,
je viens de lire ton témoignage, les mots que je vais te laisser me semblent si impuissants face à ce que tu traverses.

Je voulais te faite part du sentiment de colère que j'ai éprouvé et que j'éprouve encore parfois. Je n'ai pas vécu la même histoire. Mon mari est mort en septembre 2016, il s'est fait renversé par une voiture par derrière alors qu'il faisait du vélo. Et bien,  alors que j'aurai pu en vouloir au conducteur, alors que je l'aimais plus que tout, et bien c'est vers lui que s'est dirigée ma colère : "pourquoi tu nous as abandonné, pourquoi tu m'as abandonnée ? Maintenant,je vais devoir tout gérer seule. Tu disais que tu ne pouvais vivre sans mois, c'est moi qui vais devoir vivre sans toi, moi je n'ai plus le choix, mes enfants n'ont maintenant plus que moi....C'est dégueulasse"
Alors cette colère vis à vis de lui ne m'est pas étrangère, et je suis loin d'être choquée par tes écrits

je t'embrasse bien fort
bien tendrement
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 02 Juin 2017 à 22:45:56
Bonsoir Mononoké,

Le décès de ton mari est d'une telle violence aussi. Pas le temps de se préparer si tant est qu'on puisse se préparer à une telle horreur ! La colère que tu ressens contre ton mari est normale, il est parti ! Mais il ne l'a pas voulu. Ce n'est pas lui le responsable de l'accident ! Est-ce que la personne responsable de l'accident va ou a été jugée ? Le jugement si il y en a un peut apaiser la colère que tu ressens contre ton mari. Elle se retournerait contre la personne responsable de l'accident, peut-être... La colère est puissante chez nous deux, moi elle m'envahit, a pris possession de tout mon être... J'enrage en permanence et aujourd'hui, j'ai ressenti pour la première fois, le manque de lui. C'est étonnant parce qu'on était séparés, on se voyait à chaque fois qu'il venait chercher les enfants et les ramener. On se voyait aussi quand pendant les grandes vacances, mon dernier ne voulait pas rester un mois sans me voir. J'allais alors passer la journée avec eux. Je me sentais toujours très proche de lui, même si il n'y avait plus aucun sentiment amoureux. On s'appelait souvent aussi pour les enfants. J'ai eu envie de l'appeler aujourd'hui. Je sais que s'il avait été vivant, je l'aurais appelé.  Je crois pouvoir dire qu'on était en train de devenir amis. J'ai vécu 13 ans avec lui. Mais son geste est d'une telle violence. Je lui en veux parce que, je sais, que mes enfants sont marqués au fer rouge. Toute leur vie, ils penseront peut-être que leur papa ne les aimait pas assez pour rester auprès d'eux, les voir grandir. Toute leur vie, même si l'acte ne s'est pas passé devant leurs yeux, ils auront les images traumatisantes d'un papa au bout d'une corde. J'ai une haine profonde pour son geste égoïste. Comme j'ai pu avoir la même haine pour mon frère qui s'est suicidé, il y a 29 ans. Mon frère a choisi de se supprimer en se tirant une balle de fusil de chasse gros calibre dans la tête. Les images de lui qui me restent en permanence et qui viennent encore me hanter, c'est un corps sans toute sa tête, du sang et de la cervelle en geyser... Là, il a choisi une corde. Je pense que sans ces images traumatisantes, le deuil serait vécu de façon moins angoissante. Oserai-je dire plus douce ? Si on m'avait dit, ton frère s'est tué au volant de sa voiture, jamais je n'aurais imaginé qu'il puisse s'agir d'un suicide et j'aurais certainement mieux vécu sa mort. Pardon encore si je choque mais ça fait 29 ans que je vis avec les images morbides de mon frère en tête. Je suis incapable de regarder un policier à la télé, un film d'horreur. D'ailleurs, je ne regarde plus la télé. Etonnamment, je lis beaucoup de polars où les descriptions parfois sont tellement précises et réalistes que ça pourrait me donner la chair de poule mais mon cerveau arrange à sa sauce ce qu'il lit. Du coup, jamais je n'ai lu quelque chose d'aussi violent que ce que j'ai vu ce jour-là. J'adore les livres de Jean-Christophe Grangé dont les écrits sont assez hards mais c'est un petit joueur dans MA catégorie !
Je te souhaite bon courage et que l'avenir te soit aussi doux que possible. Que le fameux "travail de deuil" te permette de chérir les moments heureux que vous avez eu ensemble. Bon courage à tes enfants aussi. Donne-moi de tes nouvelles...
Muriel.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 03 Juin 2017 à 13:39:19
Denpaolig
l'EMDR peut t'aider ...
tout ce qui peut réduire ne serait ce qu'un peu nos souffrances peut être exploré ...
affectueusement
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 06 Juin 2017 à 18:20:33
Colère, colère, colère aujourd'hui. Elle m'étouffe. Elle m'empêche de sourire à mes enfants, elle m'empêche d'avancer. Je me suis réfugiée dans le sommeil aujourd'hui. J'en ai conscience. Je m'en veux car j'en ai loupé mon rendez-vous chez la psy... J'en avais pourtant besoin de cet exutoire ! J'ai reçu un coup de téléphone de l'école de mon aîné. Il a été exclu du cours de gestion... Il déteste la gestion. Je m'étonne encore qu'il continue à mettre son réveil et qu'il aille à l'école. Il passe son Bac de Français dans quelques jours. Son corps est à l'école, sa tête, non. Son esprit est embrouillé. Je comprends tellement ce qu'il vit et que pour lui, rien n'a plus d'importance. La mort de son papa prend toute la place. Comment lui faire prendre conscience de l'importance d'avoir cet examen pour continuer et faire ce qu'il veut faire plus tard, coach sportif ? Je ne lui donne certes pas le bon exemple non plus, moi qui suis incapable de retourner au travail... Quelle légitimité ai-je à le sermonner ? Comment puis-je l'aider, lui qui refuse l'aide de personnes qualifiées extérieures ? Du coup, je me sens impuissante et ça décuple ma colère contre son papa. Cercle vicieux !
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 06 Juin 2017 à 20:44:32
je ne sais pas si cela peut t'apporter
mais en déroulant ceci
http://fr.howto.wikia.com/wiki/Casser_un_cercle_vicieux
j'ai eu trouvé des solutions ...
affectueusement
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Bulle 777 le 06 Juin 2017 à 22:38:06
heure après heure,
petit pas après petit pas,
parfois on trouve on a trouvé des forces à faire les choses;
 MAIS à regarder en arrière on ne sait plus comment on a fait ni comment on a trouvé l'énergie...
automatisme... sursaut.... inconscience ... aide
on serait bien incapable d'expliquer comment on a tenu le coup pendant ces heures si noires !!
et pourtant nous voilà .......3 ans après........avec le coeur presque vaillant certains jours et d'autre où il vacille à la moindre difficulté...
et les enfants les jeunes ont des ressources étonnantes souvent....

la colère c'est toujours de la vie

bulle

Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 07 Juin 2017 à 00:20:34
Oui Bulle je comprends, tant qu'il y a même de la colère, il y a de l'espoir de lendemains meilleurs ! Je suis assez confuse mais je comprends !

Une amie vient de m'envoyer un lien vers quelque chose que je ne connaissais pas. Je n'en avais même jamais entendu parler... Je mets le lien ici, j'avoue je n'ai pas encore tester, demain peut-être...

https://www.youtube.com/watch?v=Slg8jZY2Hd4
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 07 Juin 2017 à 08:48:56
Hier n'était pas une bonne journée ! J'ai conduit ma fille à l'école mais mon dernier avait très mal au ventre et je l'ai donc gardé à la maison toute la journée. Je lui ai donné un doliprane et il est allé se reposer dans ma chambre. Je suis venue m'allonger à ses côtés pour faire des câlins. Je me suis endormie ! Je me suis réfugiée dans le sommeil et de ce fait, j'ai loupé le rendez-vous avec la psychologue ! Moi qui ai tellement besoin de cet exutoire pourtant ! Mais le pire dans l'histoire, c'est que je ne me suis même pas occupée de mon fils ! Je ne lui ai même pas fait à manger à midi. Il s'est préparé un petit-déjeuner pour ne pas me réveiller !!! Ma fille m'a demandé de la déposer au cimetière en rentrant de l'école. Je l'ai attendu dans la voiture et en la voyant revenir les yeux rougis et l'air totalement perdu, ça ma fait un mal de chien et ça m'a démolit encore plus. Une heure avant, j'avais eu l'école de mon aîné, au téléphone,  qui venait de se faire virer de son cours de gestion. Qu'est-ce que je peux dire à mon fils alors que moi-même, je suis incapable de reprendre le boulot ?! Je sais ce qu'il traverse et je sais qu'il n'est que douleur et colère. Lui qui n'accepte pas d'aide extérieure de la part de professionnels, je ne suis pas capable de l'aider. Je suis trop mal pour l'aider. Il doit passer son Bac de Français dans quelques jours et il me dit qu'il est totalement à côté de la plaque. Son corps est à l'école mais son esprit n'est pas présent... Ce soir, j'ai craqué devant eux ! Une vraie loque ! Une vraie merde ! Moi qui suis sensée être solide pour eux, les rassurer, je ne vaux rien ! Quelle violence en moi ! Quel désarroi ! J'ai conscience de m'enfoncer, j'ai l'impression de devenir folle par moment tellement la colère, la tristesse, le manque, l'incompréhension, la haine, la violence qui sont en moi se bousculent et m'anéantissent...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 07 Juin 2017 à 09:25:21
c'est très bien
je le pratique beaucoup depuis des années ...
ça m'aide beaucoup
je crois en avoir parlé (pas sûre)
(bonhomme aux allumettes)
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: souci le 07 Juin 2017 à 12:02:16

    Pour ma part, je suis carrément effrayée par "les petits bonhommes allumettes" ...

   Pour ce monsieur, l'attachement n'est pas de l'amour, mais il admet que l'attachement est humain ... donc il place l'amour en-dehors de l'humanité ...
   Ensuite, il considère les liens d'attachement comme source de souffrance ... alors qu'ils sont tout de même source inépuisable de richesses émotionnelles !
   Et ce geste de couper ... froid, j'ai trouvé ça froid et horrible.
   Très "théorique" également le fait de raccorder tous les "centres d'énergie" aux autres ... je me vois mal raccorder mon centre d'énergie sexuelle avec l'énergie sexuelle de tout le monde, c'est carrément nul !
   Je dessine une longue, longue bandelette avec mes petits bonshommes allumettes tous reliés par un lien de lumière qui passe par le cœur et bien évidemment avec Kalahan et les disparus de mes aimés, ça, ça me fait du bien !
   Et j'envoie ce tocard de canadien au pôle Nord.
   Souciette pouêt-pouêt.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 07 Juin 2017 à 14:28:49
désolée souci  :-*
je ne fais pas la même interprétation de ses "théories"
comme quoi chacun ici et partout est différent et trouve de l'aide dans des "endroits" opposés ...
Denpaolig affection
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 08 Juin 2017 à 20:10:12
Ne serais-je pas prête à tout tenter pour me sentir moins détruite ? Si ! Mais pour l'instant, je ne suis pas capable d'analyser quoi que ce soit !!! J'ai tenté le bonhomme allumettes... Rien ! aucun ressenti, aucune douleur en moins !!! Juste mes enfants qui m'ont regardée, effarés ! Leur tête m'a fait rire, c'est déjà çà !!!
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: souci le 09 Juin 2017 à 12:51:35

   Alors si ça fait rigoler les enfants, c'est génial !
   hihihi!
   youpie on va en faire de toutes les couleurs ...
   (http://www.aht.li/3079750/bandelettes.jpg)
   souci, tu peux pas être sé-rieu-se 5 minutes ? :-* :-* :-*
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 09 Juin 2017 à 23:11:58
Souci , je t'interdis d'être sérieuse même 5 minutes ! Je suis persuadée que l'humour est bénéfique et le bien -fait du rire est prouvé ! Cette nuit, j'étais en larmes, impossible de dormir, impossible de me calmer. J'ai écouté sur mon ordi des extraits choisis de l'émission radio "Les grosses têtes". Ca m'a fait un bien fou ! Plus que les petits bonhommes allumettes !!!

Je me suis encore réfugiée dans le sommeil aujourd'hui mais je me sentais mieux quand je suis allée chercher mes enfants à l'école. Une pause dans le capharnaüm de ma vie !  Et puis encore une fois, mon kiné génial qui l'espace de 40 minutes m'a fait me déconnecter totalement de ma douleur morale, mentale, psychique...  Pendant nos séances, le silence absolu et le positionnement de ses mains me calment, m'apaisent et me placent dans une bulle de bien-être régénératrice... Il a compris ce dont mon corps avait besoin. Il ressent les tensions et là à libéré ma respiration oppressée...Bon week-end à tous et toutes... Prenez soin de vous et de ceux que vous aimez...
Muriel.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 10 Juin 2017 à 00:23:41
Je reviens mettre un ou des liens de ce que j'ai trouvé qu'on m'a conseillé de pratiquer...

Une personne vient de m'envoyer ce message :

"Il n'y a pas que l'EMDR qui peut faire accepter un traumatisme ancien. je dis bien accepter car effacer est une autre paire de manche, voir impossible. Les autres "techniques vont du Reiki à l'EFT en passant par le TIPI ou éventuellement l'Access Bars.. On peut également essayer l'hypnose. Certaines de ces techniques peuvent fonctionner du premier coup ou pas du tout, Tout dépend de toi, uniquement de toi et de la complicité et de la confiance que tu as ou que tu auras avec ton thérapeute.. "

Je mets donc ici un  lien de ce que j'ai trouvé qu'on m'a conseillé de pratiquer...

http://www.conscience-et-eveil-spirituel.com/access-bars-meilleure-therapie.html

Le Reiki, je l'avais déjà pratiqué mais pour retrouver de l'énergie, je ne savais pas que ça pouvait être utile dans le cas de traumatisme...

Le TIPI, je ne connaissais pas non plus... Je poursuis mes recherches pour un mieux-être...

Titre: Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 10 Juin 2017 à 15:51:44
remarque
la plupart utilise sans le dire les points d'acupuncture connus depuis plus de 5000 ans
cette médecine est une aide si précieuse !
pas toujours remboursée selon les mutuelles
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 11 Juin 2017 à 00:18:11
Bonsoir,

Aujourd'hui - parce que la nuit dernière a été régénératrice grâce à un anxiolytique prescrit par ma doctoresse -  était une "bonne" journée, sans larmes, sans angoisses. Je n'ai rien fait d'extraordinaire mais je me suis sentie "normale"... Je ne voulais pourtant pas tomber dans une médication lourde à laquelle il y a des risques d'accoutumance mais hier soir, je n'en pouvais plus. J'étais épuisée physiquement mais je n'arrivais pas à dormir. Du coup, j'ai pris l'anxiolytique. Un trou noir ! L'oubli assurément !
Mon kiné formidable m'avait parlé des fleurs de Bach, je me suis procuré une flacon à la pharmacie, je tente ce soir pour la première fois. Le pharmacien m'a conseillé quelques granules homéopathiques également pour calmer l'oppression que je ressentais et venir à bout des difficultés d'endormissement et de réveils inopinés. Et, je dois dire qu'en ce qui concerne l'oppression,  c'est efficace !

Je pense que mon kiné utilise en effet des points d'acupuncture. Il peut me faire ce qu'il veut tant qu'il continue à me faire du bien !

Je suis allée au cinéma avec ma fille ce soir. Le film, même si ce n'est pas trop le genre de film que j'apprécie, m'a fait passer un bon moment avec ma puce. Mais ce n'est pas tant le film, c'est la complicité avec ma puce qui m'a fait un bien fou. Non pas que nous l'avions perdu mais ce formidable lien que j'ai avec chacun de mes enfants était mis à mal par trop de tristesse et de colère. Aujourd'hui, vraiment était une "bonne" journée...
Muriel.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 12 Juin 2017 à 23:20:25
Pourquoi les "bonnes" journées ne peuvent-elles pas se répéter au-delà d'une seule journée ?
Parce que mon petit bonhomme de 11 ans a eu un gros coup de déprime dans la nuit et est venu se réfugier dans mon lit et parce que ce matin au réveil, le cafard l'a fait s'effondrer et que de fait, il n'a pas eu le courage d'aller à l'école, ma colère contre son papa est revenue au galop...
Je me sens tellement impuissante face à sa détresse.  Tellement triste de le voir si mal...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Bulle 777 le 12 Juin 2017 à 23:47:23
petit homme bien courageux...qui  a une super maman c'est déjà pas si mal et très précieux!
bises de la nuit
Bulle

ps en parlant de colère, je viens de voir mon "père" ce we...égal à lui-même sans aucune humanité..
la colère revient donc mais beaucoup moins forte, elle aussi elle passe un peu avec le temps...
acceptation...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 13 Juin 2017 à 22:31:33
Bulle, je ne sais pas si je suis une "bonne" maman mais j'ai un amour inconditionnel pour chacun de mes trois enfants. Je voudrais avoir le pouvoir de les apaiser quand ils sont tristes, leur redonner le sourire, les faire oublier leur lourde peine... Ma colère contre leur papa décuple à chaque fois que l'un ou l'autre est mal...

Bulle, les horreurs que peuvent sortir certaines personnes  sont parfois déroutantes. Le font-ils exprès ??? Ca semble impossible venant de notre propre famille mais parfois ils sont champions en la matière ! On peut parfois décider de mettre de la distance... On peut les recadrer... On peut leur expliquer combien leur manque de délicatesse, d'empathie nous heurtent... Moi, j'ai mis plus de 40 à dire à ma mère combien les propos qu'elle tenait très régulièrement sur le fait que je n'étais pas désirée m'atteignaient... 40 ans ! Mon deuxième prénom aurait dû être patience...

Prenons soin de nous et de ceux que nous aimons...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 14 Juin 2017 à 23:04:22
Aujourd'hui pour moi ça a été assez dur car mon petit denier a craqué devant la psychologue et a refusé dans le hall d'accueil de monter dans son bureau... Je suis repartie avec mon amour de petit bonhomme totalement défait et en pleurs... Terrible... Il me dit que je ne comprends rien à ce qu'il pense... Me parle de la kermesse de son école qui approche et qu'il ne veut pas y aller... Ok mon loulou, si tu veux que je comprenne ce que tu penses, il faut que tu me le dises mon cœur... La kermesse mon cœur, on est pas obligé d'y aller... C'est un moment festif mais si tu ne veux pas y aller, je comprends et on n'ira pas...
On est rentrés, on a fait des cookies aux pépites de chocolat... Ca allait mieux ensuite mais je suis consciente que la bonne odeur de la cuisson des cookies  n'a calmé que temporairement sa colère. Car j'ai bien senti de la colère en lui... Contre moi ? Contre son papa mais comme il n'est pas là, c'est sur moi que rejaillit sa colère ???

Mon grand passe l'épreuve écrite du Bac de Français demain. Il n'est pas anxieux ! Il s'en fout !!!

Allez, je vais croire que demain pourra être une "bonne" journée...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 18 Juin 2017 à 03:57:43
C'est super, aujourd'hui c'est la fête des Pères ! Hey, Pascal, c'est pas mon week-end !  C'est le tien, les enfants auraient dû être chez toi ! Allez, viens les chercher ! Amusez-vous ensemble, marquez bien le coup !
Pourquoi tu ne viens pas les chercher ? Hein ? Pascal ?
Merde, déconnes pas ! Ce sera la 1ère fête des Pères que les enfants passeront sans toi ! C'est nul ! Moi pour la fête des Mères, j'ai été gâté de bisous, d'une jolie carte, d'une rose magnifique et d'un cadeau original... Mais toi, Pascal qu'est-ce que tu auras comme cadeaux, hein ? Des larmes, des sanglots, de la tristesse, de la colère... C'est de ta faute, tu n'avais qu'à être là, tu aurais eu des sourires, des bisous, des câlins... Je ne vais tout de même pas proposer aux enfants de te rendre visite au cimetière, non ? C'est pas un cadeau, ça ! C'est leur punition ! La punition que tu leur infliges à vie ! Là, t'as franchement merdé, je t'assure !
Allez Pascal, c'est quand que tu viens les chercher pour fêter la fête des Pères ?
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 22 Juin 2017 à 00:01:09
J e fais une overdose ! Une overdose de papiers divers et variés à envoyer ici et là... Cela fera bientôt deux mois depuis son suicide et je n'ai pas encore tout rempli !!! Misère !!! J'ai le concours d'une assistante sociale du travail de mon mari qui m'appuie dans mes démarches mais à chaque fois, ou il manque un document ou le document fourni n'est pas l'original... On me demande un papier particulier aux impôts, Je me déplace (3 fois déjà) aux impôts, on me dit ne pas savoir de quoi il s'agit !!! Je marche sur la tête...

Mais aujourd'hui,  je me suis levée très fatiguée d'une nuit trop chaude pour trouver un sommeil apaisant. J'ai conduit ma puce à l'école, je suis rentrée et je me suis recouchée !!!  Encore une fois de plus ou je me réfugie dans le sommeil... Mais cet après-midi, j'ai réussi à échanger quelques balles de ping-pong avec mes deux plus jeunes et même faire une partie de Triomino avec ma puce ! Je suis contente d'avoir pu "faire quelque chose" de sympa avec eux... Les vacances approchent... D'ordinaire, je posais 3 semaines de congé en juillet et mon mari posait tout le mois d'août... Les enfants passaient donc tout le mois d'août avec lui et je pouvais ainsi travailler sereinement... La question se pose de  savoir comment je vais faire cette année... J'ai déjà l'impression de les négliger alors les laisser chez mes parents ou ma sœur, même s'ils ne sont pas loin, ne m'enchante pas... Allez, la nuit qui vient me verra cogiter encore...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 22 Juin 2017 à 10:03:03
Beaucoup ici se sont en te lisant reconnu(e)s avec ta liste des classiques de début de deuil ...
Tu as pu garder des capacités que d'autres n'ont jamais pu avoir avant bien des mois
vois le positif !
et fait le plein d'affectif avec tes petits  :-*
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Mononoké le 22 Juin 2017 à 21:41:19
bonsoir Muriel, bonsoir tout le monde,
Je prends enfin un peu de temps pour vous faire un petit coucou

Je suis épuisée tous les soirs, (dès le matin d'ailleurs), la chaleur de ses derniers temps n'aidant pas à me donner de l'énergie. Je vais prendre le temps de répondre à une de tes questions d'il y a un petit moment au sujet du procès :
Comme le monsieur qui a percuté mon mari n'avait ni téléphone, ni alcool, ni stupéfiant, ni vitesse, le procureur a estimé qu'il n 'y avait pas eu infraction au code de la route, l'avocat m'a téléphoné pour me dire qu'il n'y aurait pas de procès. Moi, j'avais besoin de ce procès, pas pour qu'il soit puni mais pour que soit reconnu le fait qu'il avait tué mon mari, il roulait à 70 km/h et a pris mon mari par derrière parce qu'il ne l'a pas vu (ébloui par le soleil).
ça s'arrête là. ça a été dur à avaler mais en soit ce qui est dur c'est de l'avoir perdu, ce n'est pas le procès en soit.

Oh Muriel, les papiers, c'est insupportable, mon mari est parti il y a maintenant 9 mois et je n'ai pas tout fini, ils m'en redemandent encore, maintenant je fais une pile et j'en fais un de tps en tps, quand j'ai le temps ou quand ça devient urgent. 

Tu sais pour les vacances de tes petits bouts tu feras comme tu peux et c'est déjà énorme.
Je t'embrasse bien fort et espère  que cette nuit t'apportera un doux sommeil réparateur
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 22 Juin 2017 à 22:22:05
Bonsoir Mononoké,

Oui la chaleur est accablante mais pas autant que mon épuisement ! J'ai dormi presque toute la journée et après avoir été chercher les enfants à l'école ma conscience m'a ordonnée de faire quelques chose ! Alors, j'ai sorti la tondeuse et fissa dans le jardin ! Après même pas 1/2 heure, j'étais au bord du malaise ! Mon aîné a pris la relève et pendant qu'il finissait, je suis retournée au lit ! Tu parles d'une vie !!! Je vis à l'envers ! je dors la journée et je viens sur le forum la nuit... Il va falloir que j'inverse le processus si je ne veux pas finir maboule... Venir ici, lire des histoires, comprendre et me rendre compte que même si nos histoires ne sont pas identiques, ça me fait du bien... C'est une forme de thérapie, je pense... Je suis allée au cimetière ce matin.  Comme au début, ça ma pliée physiquement en deux ! J'irai de temps en temps pour arroser la jardinière de plantes mais c'est tout car c'est vraiment trop difficile et compliqué à gérer pour moi.
Mononoké, je suis désolée de lire pour le procès ou du moins de l'absence de procès. La reconnaissance d'une faute peut effectivement aider. Me concernant, je ne donne pas suite non plus, malgré le mail de mon mari qui accuse ses supérieurs hiérarchiques de harcèlement moral.  Mon notaire me déconseille d'aller en justice car le mail n'étant pas signé, il n'a absolument aucune valeur devant la justice. Pour ça, il rejoint l'avocat que j'avais consulté. Ca me démolit mais je ne veux pas m'engager dans une bataille perdue d'avance, je préfère garder le peu d'énergie que j'ai pour mes enfants. Et le fait de dire que je n'intenterai pas de procès à ces fumiers me fout en l'air. Je suis une loque à l'intérieur. Un débris.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 23 Juin 2017 à 23:03:00
Je ne sais pas si je vais en être capable mais je viens de décider qu'à la fin de mon arrêt de travail, j'allais retourner au travail... Dans une semaine... Je consulte mon médecin jeudi prochain...
J'en ai marre de me réfugier dans le sommeil et de n'être capable que d'assurer le minimum vital ! Je regarde la saleté de ma maison, le linge éparpillé partout, les chaussettes orphelines abandonnées (orpheline ET abandonnée, c'est mon ressenti en ce moment !), le ménage pas fait depuis deux mois... Je ne veux plus de ça, je veux retrouver ma vie paisible d'avant... Ma vie cadrée, réglée d'avant le tsunami...
Bon, évidemment, là, je l'écris, reste plus qu'à le mettre en pratique...
Pour l'heure, c'est le week-end. Demain a lieu la kermesse à l'école de mon dernier. Il ne veut pas y aller. Alors, on va rester à la maison... Je crois que de peur de les voir inactifs, face à leur immense tristesse, je ne leur ai pas laisser le loisir de souffler... Alors, ce week-end on va souffler... Ne rien faire...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Yevanna le 23 Juin 2017 à 23:27:52
Ah j'aurais aimé me réfugier dans le sommeil, tout passe tellement plus vite quand on dort. Sauf que dès que je ferme l'oeil, c'est toujours pareil, je rêve que je le supplie sur son lit d'hôpital ne ne pas me quitter... C'est pas très reposant et bonjour l'ambiance au réveil!

C'est pour ça que j'ai choisi de reprendre rapidement le travail. Je n'étais pas sûre d'en être capable non plus, et d'ailleurs soyons honnête je ne le suis pas vraiment, l'épuisement est là, et toujours la peine en arrière plan qui m'oblige à déguiser les craquages en innombrables pauses pipi. Mais en ce qui me concerne ça me fait du bien d'avoir une activité. Quand je suis chez moi je n'arrive pas non plus à reprendre le fil de mon quotidien, je regarde passer les moutons de poussière et la vaisselle qui s'accumule, avec la télé en fond pour faire un semblant de compagnie... J'ai espoir que la reprise d'activité me remette le pied à l'étrier.

Je te souhaite bon courage.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 24 Juin 2017 à 00:48:22
Deux mois aujourd'hui...
Il y a deux mois, je débarrassais la table de pause où avec mes collègues, on venait de déguster un café/thé et une tarte Tatin que j'avais faite la veille pour fêter mon retour de vacances... Oui à mon bureau, tout est prétexte pour manger une lichouserie... Une collègue en retard mais à qui j'avais gardé une part de gâteau me dit que mon téléphone portable a sonné deux fois... Ok, je termine de nettoyer et je retourne à mon bureau... 2 messages de Pascal ! Je le rappelle d'abord sur son lieu de travail : ça sonne dans le vide. J'essaye sur son portable : messagerie. Je lui dis qu'il peut me rappeler à mon bureau ou sur mon portable... Moins de cinq minutes après, mon portable sonne. FIN.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Ela le 24 Juin 2017 à 01:31:04
Denpaolig.... Je découvre tout juste ton histoire... Je veux simplement te dire, que je pense fort à toi... T'envoyer un peu d'affection, un peu de chaleur... face à cette réalité froide et implacable... 2 mois aujourd'hui... Si peu de temps. Tu es dans l’œil du cyclone... Je me souviens de cette période... de ces premiers mois... tout me semblait irréel...  Je n'ai pas de conseil à te prodiguer. J'aimerais en avoir... juste: accroche toi... Tu as des ressources en toi. Un mode survie, un pilote automatique. Qui parfois semble tomber en miette, être en panne... mais qui résistera malgré tout. Il te permettra d'avancer, pas à pas, presque malgré toi. Alors accroche toi.
Je t'embrasse. De tout cœur.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 24 Juin 2017 à 07:05:54
Je ne sais pas dans quoi je suis prise, Ela ! Un tsunami, un cyclone, un ouragan... Je me regarde dans un miroir, ce que je vois ne m'effraie pas ! Des yeux cernés, des paupières gonflées, certes ! Mais à l'intérieur, c'est le chaos le plus complet... Mais moi seule le sait... Avant de faire face aux gens, à ma famille, à mes enfants, je sèche mes larmes, je colle un sourire sur mes lèvres et j'avance en faisant bonne figure... S'ils savaient ! A l'intérieur, mon cœur me fait mal. Ma gorge se serre et je serre les dents pour ne pas que les larmes débordent. Mais parfois, ça ne suffit pas à empêcher les larmes de couler et le flot est violent et incontrôlable.
Je te remercie de ton mot ,ça me touche...
Merci à ceux et celles qui me laissent des messages privés, sachez que tous vos messages me vont droit au cœur, vraiment.
Un immense merci à toi Alex.... Tu n'imagines pas à quel point tes messages, tes encouragements, ton humour, nos P.S me font du bien, me font rire et me donnent tellement de courage et surtout m'apportent de la sérénité.

Le premier pas ici n'a pas été facile à franchir, écrire les faits c'est facile, enfin assez facile. Essayer d'exprimer son ressenti, ses émotions, ça c'est compliqué et pourtant c'est ça qui soulage un peu. C'est une véritable thérapie. Je suis consciente de la chance qui est la mienne de vous avoir à mes côtés...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 24 Juin 2017 à 07:24:12
Petite anecdote du jour...Je suis passée mettre à jour mon dossier dans un organisme afin de régulariser ma situation familiale... Dans mon dossier apparaissait la mention "séparée". Et bien pas de possibilité de passer de séparée à veuve... Non ! Je pouvais changer pour devenir pacsée ou  divorcée mais pas veuve !
La première fois que j'ai coché "veuve" dans un document administratif, ça m'a fichu un tel coup que j'en ai pleuré. Là, pas possible de devenir veuve... Incongruité d'une situation !

Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 26 Juin 2017 à 14:45:02
Encore un lundi difficile pour mon dernier... Le week-end était sympa. Bowling, billard et glace avec un de ses copains... Et paf, lundi, dur retour à la réalité... C'est pas grave mon cœur, c'est pas grave... On va y arriver, je te le promets mon amour...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 29 Juin 2017 à 01:55:40
J'ai vu ma doctoresse aujourd'hui. Je lui ai dit avoir envie de reprendre le travail lundi. Elle a insisté pour que je reprenne d'abord à mi-temps thérapeutique. Mais non, de toute façon mon incompétence à mon poste de travail est avérée donc on ne verra pas la différence avec "avant"... lol
C'est vrai que j'ai envie de reprendre une vie "normale" et le travail en fait partie. Se lever le matin et même si on est fatiguée, finir sa journée. Quitter le boulot, s'arrêter en route pour acheter à manger, rentrer, embrasser mes loulous forts, longtemps... Faire à manger, manger, débarrasser, ranger... La vie, quoi  ! Celle que je menais avant...
Je vais donc reprendre lundi en espérant surtout que mon cerveau fonctionnera... Ma doctoresse m'a rassurée en me disant que si ça ne va pas, elle m'arrêtera à nouveau pour le reste de l'été. Mais dès mon retour, je pose deux semaines de vacances pour juillet...
Question organisation, tout n'est pas décidé. Mes enfants  ne veulent pas passer toutes leurs vacances chez leurs grands-parents... Ils acceptent donc de rester seuls jusqu'à ce que je rentre en milieu d'après-midi. Ensuite, on ira à la plage ou ailleurs...
La colère que je ressentais au début s'est un peu estompée. Elle revient au galop quand mes enfants sont tristes mais sinon, ce n'est plus aussi destructeur. Je lui en veux et je lui en voudrais toujours pour son acte égoïste. Je sais que je ne lui pardonnerai jamais. On me dit que pour faire ça, c'est qu'il souffrait et que c'était la seule façon pour lui d'arrêter de souffrir. Je m'en fous, quelle que puisse être notre souffrance, infliger cette horreur à ses propres enfants est impardonnable...  Et cette fois-ci je ne m'excuserais pas de choquer car c'est vraiment ce que je pense. Un geste lâche, égoïste qui aura pour conséquence une  souffrance indicible chez chacun de mes trois enfants.

Les vacances d'été approchent... Ma fille m'a demandé de ne pas annuler les vacances que j'avais réservées avant le décès de mon mari. J'appréhende un peu car nous partons à Quiberon, ville où j'ai beaucoup de souvenirs heureux avec lui. J'espère que ça ne fera pas remonter les émotions...

Je vous souhaite un été calme et paisible, des vacances revigorantes...

Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 02 Juillet 2017 à 21:28:43
Prête psychologiquement à reprendre le chemin du bureau demain... Enfin, je crois...
Depuis vendredi, j'ai lu à nouveau en enregistrant ce que je lis... Victoire !

Mes pensées les plus douces à celles et ceux pour qui tout est encore compliqué, lourd, pesant...

Muriel.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 05 Juillet 2017 à 22:51:24
J'ai repris le travail lundi... Et lundi en rentrant à 18 heures, je me suis écroulée. J'ai dormi  jusqu'à 22 heures car incapable de faire autre chose. Même chose mardi ! La reprise a donc été épuisante.  Mais la reprise ce n'est pas que le travail c'est tout ce qu'il y a autour. Les collègues... Des regards qui fuient pour la plupart. Des petits mots sympas entre deux portes, des sourires qui font du bien aussi. Des émotions diverses et variées selon les uns et les autres. Mais je suis heureuse d'avoir pu faire face à la reprise. C'est une sacrée étape.
Mes enfants sont en vacances. Comme ils se couchent tard, ils se lèvent un peu avant midi et quand je rentre déjeuner, eux prennent leur petit-déjeuner... Pour le moment, aucun ne veut bouger quand je rentre du travail pour aller à la plage. Je me demande s'ils le font pour que je puisse me reposer où si vraiment, ils n'en ont pas envie...
Demain,  ce sera une journée emplie d'émotions car je me rends avec ma puce à une crémation, là où la crémation de mon mari a eu lieu. J'espère que ça ira pour ma puce...
Cela fait donc plusieurs jours que je n'étais pas venue ici, vous lire... Un éloignement qui m'a privée du bienfait de l'accompagnement de vos pensées, de vos mots de soutien. Je pars à la fin de la semaine pour une semaine de vacances. Je ne sais pas encore si j'emporte avec moi mon ordinateur. Je ne sais pas si je vous lirais pendant une semaine. Mais ce que je sais, c'est que j'emporterai avec moi au fond du cœur, tous vos messages de soutien. Ce que vous m'avez apporté depuis que je me suis racontée ici est si important...

Muriel.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 08 Juillet 2017 à 00:38:22
Je viens de finir ma première semaine de travail depuis le décès de Pascal, travail que j'ai retrouvé avec plaisir mais qui m'a beaucoup fatiguée. Ce n'est pas le travail que je retrouvais avec plaisir mais le fait que mon cerveau doive se concentrer et donc ainsi tenir les sentiments à bonne distance pendant les heures de présence au bureau. Mon travail m'a paru tellement absurde. Les dossiers se sont entassés pendant mon absence et je n'ai pas franchement été efficiente cette semaine. Je m'en fous car mon objectif qui était de reprendre une vie "normale" ne serait-ce que quelques heures est atteint.

Raphaël, mon fils aîné a eu connaissance de ses notes du bac de Français. Roulement de tambour... 13/20 à l'écrit et 8/20 à l'oral. Je suis fière de lui. Car, vu les circonstances et la colère qui l'anime en permanence, je n'étais pas sûre du tout qu'il se présente aux épreuves... Bravo mon ange... Je suis fière de toi... On va y arriver mon cœur, on y arrivera parce qu'on est forts et qu'on se serre les coudes et que mes bras te sont immensément ouverts... Viens t'y réfugier quand tu veux mon cœur... Je te serre fort contre moi, longtemps et je suis heureuse que ça te soulage mais dis-toi, mon ange que c'est à moi que tu fais le plus de bien...

Depuis ce soir, je suis en vacances pour 15 jours et j'espère pouvoir vraiment me reposer et profiter pleinement de mes enfants. Demain, préparation et bouclage des valises. Nettoyage de la maison... Il est temps... Temps de reprendre le chemin de la vie "normale"...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 17 Juillet 2017 à 22:51:01
Nous voilà rentrés de vacances hier. Des vacances qui se sont bien passées dans l'ensemble malgré quelques coups de cafard chez mes deux enfants. Des crises de larmes, de la tristesse à plusieurs reprises pendant cette semaine. Nous sommes  partis à Quiberon en emmenant dans nos valises la lourdeur de la situation. Heureusement, les enfants ont vite trouvé quelques dérivatifs à leur peine. Je n'ai pas emporté mon ordinateur en définitive car je voulais couper avec le forum, la lecture d'histoires d'amour avortées, la douleur et n'emporter que ma propre douleur. J'ai lu mais autre chose...
Je me suis reposée et bien profité de mes deux plus jeunes enfants. Des vacances presque ordinaires...
Nous avons diné avec le frère de mon mari et son épouse.  J'appréhendais un peu mais au final, c'était moins pesant que ce que je redoutais même si j'ai compris par les mots de ma belle-sœur que mon beau-frère n'allait pas très bien...
Il me reste une semaine de vacances pour me reposer. Les enfants vont aller quelques jours à droite, à gauche, chez mes parents, chez ma sœur pendant le reste des vacances. Je vais gérer au jour le jour...
La vie doit continuer au mieux...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 18 Juillet 2017 à 11:53:05
dans la lourdeur de la douleur d'un deuil
il est toujours positif de constater des bonnes choses, des envies, des progrès, des succès
chaque situation de deuil est particulière
mais lire que ces bonnes choses existent permet de se situer même si c'est en négatif car soi on ne peut pas au vu des particularités de son propre deuil.
Ce va et vient entre les lectures de témoignages et évaluation de soi, crée un mouvement qui a pour vertu minimale  de s'extraire un tant soit peu de son enfermement "naturel" dans sa propre situation ainsi peu à peu en multipliant les lectures de témoignages on arrive à se situer comme "normal" dans son propre deuil.

Denpaolig profite de te ressourcer aux choses "mieux" afin d'avoir de la ressource pour de prochaines vagues de toi ou de tes enfants.
affectueusement
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 18 Juillet 2017 à 22:56:48
Merci Qiguan. Oui, le mieux est effectivement de constater les mieux... Aujourd'hui n'était pas une bonne journée pour moi, j'ai le cafard depuis le réveil... Je me suis donc réfugiée comme à mon habitude, dès que je le peux dans le sommeil. Jusqu'à ce que mon grand arrive et qu'on mange tous ensemble. Mon grand travaille tout l'été. Il ne rentre pas tous les jours et son absence me pèse et ce malgré la présence de mes deux plus jeunes. Cela n'a rien à voir avec le deuil que nous traversons évidemment mais quand j'ai le moral en berne, j'ai tendance à tout mélanger et ne pas pouvoir profiter des bonnes choses telles la présence de mes deux derniers. C'est nul...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 30 Juillet 2017 à 01:03:02
Le tourbillon de la vie...

Vacances, on essaye de se détendre, de penser à autre chose... Pas facile ! Même au soleil, sur un transat près de la piscine du camping...

Retour de vacances... On a  pas franchement réussi à laisser les émotions à la maison...

Reprise du travail... La vie reprend sa routine. Le chagrin nous accompagne, le cafard s'invite souvent...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 02 Août 2017 à 00:00:26
Bonsoir,

Journée difficile ! J'ai reçu les papiers  concernant la pension de réversion ainsi que l'allocation temporaire orphelins. Il n'y a pas eu une journée depuis son décès où je n'ai pas eu de courriers concernant sa mort.

 Et puis, il y a quelques semaines, j'ai osé écrire au Président de la République. C'es ridicule, je sais mais c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour que le supérieur de l'amiral sache... pour dire combien je trouve injuste de savoir que le harcèlement moral subi par mon mari ne sera jamais reconnu et encore moins puni. Je ne m'attendais pas à avoir une réponse mais elle est arrivée aujourd'hui. Il va faire parvenir mon courrier au ministère des armées. Je sais là aussi que ça ne changera rien et que ni l'amiral ni les gradés accusés par mon mari ne seront inquiétés mais j'ai fait ce que je pensais devoir faire. En son nom, pour sa mémoire.

Mon petit bonhomme vient de se réfugier dans mon lit alors je vais arrêter d'écrire, de ressasser, de pleurer pour cette nuit et le serrer très fort contre moi pour qu'il s'apaise...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 14 Août 2017 à 00:32:16
J'ai un invité chiant... Le cafard... Je ne l'ai pas convié, il s'est invité tout seul. Il vient souvent depuis un peu plus de trois mois. Heureusement, il ne vient principalement que le soir... Des fois aussi dans la journée mais j'arrive assez facilement à le chasser mais dès que je pose la tête sur l'oreiller, il se pointe à nouveau... Je voudrais le chasser définitivement de ma vie mais elle semble coriace la bête !
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: kompong speu le 14 Août 2017 à 14:23:11
t'as raison tu parles d'un invité des fois je lui botte les fesses ,des fois il s'installe chez moi  il fait les tour des amis du forum!!!
 un bourre pif pour lui tiens donc
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 21 Août 2017 à 22:55:10
La douleur s'était un peu calmée ces derniers jours et ce matin, rebelote ! Impossible physiquement de me lever... La veille,  dimanche pourri, une soirée difficile à parler du suicide et des suites judiciaires à donner ou pas ... Ma puce qui en larmes ne veut pas aller chez ses grands-parents... Une nuit peuplée de cauchemars effroyables et aujourd'hui, un lever du lit impossible ! La douleur est là, elle a pris toute la place aujourd'hui. L'impression d'une régression. Des larmes encore et encore...

Vivement demain, ça ne pourra pas être pire !
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 22 Août 2017 à 01:51:00
Ma fille en larmes hier dans la nuit  qui me demande en hoquetant si son papa me manque à moi aussi... Oui ma puce, il me manque terriblement. Je n'ai pas réussi à enlever son contact dans mon répertoire téléphonique. Je n'ai supprimé aucun sms qu'on s'était envoyés. Je vais souvent sur sa page Facebook. Au travail, j'ai relu la semaine dernière las mails émanant de lui que j'avais archivés. Oui ma puce, terriblement... La colère est toujours là, mais le manque aussi, plus vif, plus prégnant, plus douloureux...

Oui, Pascal, tu me manques...

https://www.youtube.com/watch?v=PEl11ueGza4
Titre: Le saut de l'ange...
Posté par: Coccie le 22 Août 2017 à 12:05:05
Mon deuil est tout récent mais pas moins traumatisant que tout ce que je peux lire ici... le 5 juillet mon compagnon est allé se jeter de la falaise d'Etretat. Il était malade depuis 2 mois (léger emphysème...) et a développé une terreur de la maladie et de la diminution physique que nous avons, moi la première, son généraliste, ses proches largement sous-évaluée.
Il s'était fait prescrire une kyrielle d'examens, tout était normal. Il y avait une angoisse ancienne de la diminution physique (son père est resté invalide 7 ans, placé en maison spécialisée après un AVC, privé de parole... il a été incapable d'aller le voir, et défendait son droit à l'aider à "partir"... il m'en avait aussi parlé pour lui-même, disant qu'il ne supporterait pas le handicap, les médicaments... j'avais, nous, avions minimisé ces propos), angoisse doublée d'un fond dépressif ancien.
Nous devions partir en vacances 10 jours plus tard, dans un lieu que nous aimions beaucoup, où nous retrouvions des amis, des copains, beaucoup de musiciens (nous sommes musiciens tous les 2 et avions travaillé un énorme répertoire... dont je me sens amputée depuis son départ : impossible de jouer, impossible d'écouter, toute musique me renvoie à lui).
La violence du choc a été terrible car j'ai reçu un message d'adieu au moment où il était déjà dans le train, sans précision sur sa situation géographique. J'ai alerté la police, qui l'a géolocalisé à Etretat après une attente interminable. Là, la police m'a dit : "ça sort de notre circonscription, il faut que vous appeliez la gendarmerie locale". "Pouvez vous me mettre en relation ? " - "Vous trouverez le numéro sur internet..." No comment.
La gendarmerie locale a envoyé une patrouille, c'était interminable. J'ai rappelé, on m'a dit que les falaises, c'était grand, qu'on le cherchait. Et puis un dernier appel. Je n'arrivais même pas à comprendre ses propos, le vent soufflait, je le faisais répéter. Il semblait alcoolisé, presque hilare... je disais tout ce qui me passait par la tête, pétrifiée par mon impuissance. Puis la patrouille est arrivée, il les a salués et a coupé la communication. Je suis allée me coucher un peu rassurée, mais très peu dormi. Au matin, toujours pas de nouvelles. Arrivée au travail, j'ai rappelé la gendarmerie, pleine d'espoir, et c'est là qu'on m'a asséné "La personne est passée à l'acte". Un parpaing sur la tête m'aurait fait moins d'effet. Je le croyais récupéré, sauvé, à l'hôpital... j'ai appris qu'à l'arrivée de la patrouille, à 20 mètres de lui, il a lâché le téléphone, la bouteille, et a sauté dans le vide. Au travail, m'attendait aussi un long mail explicatif, la maladie, le besoin quotidien de son pulvérisateur qui s'amplifiait... ses remerciements pour nos années et beaux moments partagés, sa demande de pardon, sa promesse d'être "toujours là"...
Des complications pour ses funérailles : pas de place dans le caveau familial auprès de son père, une place réservée pour la maman... il a fallu l'incinérer pour pouvoir le placer au même endroit. Je suis allée au Havre chercher l'urne avec ses frères, je l'ai ramenée sur mes genoux dans la voiture...
J'ai été bien entourée, famille, amis... oscillant d'un état de stupéfaction, de sidération... à des pleurs, la récupération d'une partie de ses affaires (nous ne vivions pas ensemble), le vidage de sa maison, la mise en place de tous ces objets auxquels je m'accroche, dans mon environnement. Sa guitare que je ne peux toucher. Ses écrits d'adolescence, ses paroles de chansons que j'ai lues les premiers jours mais que je ne peux plus rouvrir. Des centaines de photos sur mon fichier dur, résumant 9 années de souvenirs, que je ne peux regarder. Ses lunettes, son eau de toilette, des vêtements qu'il a souvent portés, des bibelots qui composaient son univers. De certains, je ne sais rien. Mais je les ai vus si souvent chez lui qu'ils ne pouvaient aller à quelqu'un d'autre.
J'ai vu un psy qui m'a mise sous anti dépresseurs. J'ai pu prendre des "vacances" en finissant, après 3 semaines par me "détendre" et "profiter" un peu d'un environnement sans rapport avec nous. Mais le retour parisien est atroce. J'ai repris le travail hier, complètement déphasée. L'avenir me semble un gouffre sans fond, à me demander si j'en ai vraiment un. J'ai encore un fils de 15 à charge, actuellement en vacances, qui rentrera bientôt, je sais que je devrai prendre sur moi pour l'accompagner et m'occuper de lui. Cela me semble impossible. Plus rien n'a de sens. Ma vie n'a plus aucun sens et je ne souhaite pas la poursuivre dans ces conditions car je doute de résister à cette douleur, même si j'ai été capable de "mettre des choses en place" pour faire mon deuil, comme, entre autres, m'inscrire sur ce forum !
Quand je lis tous ces témoignages, je finis de comprendre que ce sera long, très long... une amie touchée de près par plusieurs suicides, m'a dit qu'on n'est plus jamais la même "après". On apprend juste à vivre avec. Mission impossible au jour d'aujourd'hui. Pour quoi, pour qui ? Il a tout emporté, et avec lui, la musique, mon avenir, tout en me laissant l'énorme culpabilité de "n'avoir pas senti suffisamment", l'horreur et la violence du geste pour quelqu'un qui craignait la douleur et la souffrance (les images tournent en boucle, le soir au lit, le matin au réveil, et me terrifient...), de ne pas l'avoir appelé le matin de cette journée, où il s'est décidé brutalement (même si le geste était réfléchi et préparé depuis une semaine comme il me l'a écrit), après une Xième pulvérisation de son aérosol. Je le vois faire son sac, fermer à clé sa maison avec la certitude de n'y plus revenir, aller prendre tout seul son train à la Gare St Lazare, avec 1000 pensées, m'écrire par petit bouts, pour me poster le long message que j'ai trouvé au travail le lendemain, je suis sûre qu'il pleurait en l'écrivant car il était hypra sensible et très émotif, et ça me brise le cœur. Arriver sur place, prendre son car, marcher le long des falaises pour trouver "l'endroit idéal", et attendre le "bon moment" en regardant le coucher de soleil...
Et si je n'avais pas appelé la police ? Et si elle n'était pas arrivée au moment où je lui parlais ? J'aurais peut être pu le dissuader, le retenir... tout le monde me dit que non, mais je n'en suis pas sûre... malgré le fond dépressif, il aimait la vie, il l'a écrit. Et mon image, ma personne, ont toujours été pour lui une motivation à se reprendre, à retrouver de la gaieté.. je suis convaincue que si la police n'était pas arrivée à ce moment précis, il serait peut être encore là. Comme je suis convaincue que son généraliste, auquel il a demandé la veille un moyen d'en "finir rapidement", n'a pas évalué la détresse et l'a laissé repartir dans la nature sans garde-fou...
1000 et une questions qui resteront à jamais sans réponse...
Comment vivre avec ça ?
Je n'en ai pas la force, ni l'envie, ni le goût. Tout ce que j'aimais être, faire, a disparu. Plus rien n'a de sens. La douleur est insupportable. Celle de sa famille, sa mère de 88 ans aussi. Quelle injustice. Je suis sûre aussi que s'il avait évalué l'ampleur des "dégâts collatéraux", il se serait senti tellement coupable qu'il aurait reculé. Il avait horreur de faire de la peine, c'était quelqu'un de profondément gentil.
Merci de m'avoir lue. A défaut de m'avoir soulagée (je pleure), ça m'a fait du bien d'écrire.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 22 Août 2017 à 22:09:02
Ici le seul remède, et c'en est un
C'est lire les autres
Rubrique conjoint
Rubrique suicide
Fouiller la table des matières
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/en-guise-de-table-des-matieres/

Par exemple lis Stefy   
http://forumdeuil.comemo.org/apres-le-suicide-dun-proche/pourquoi-c'est-si-douloureux/msg49011/#msg49011

Vois son évolution, et ce qu'on lui dit ....

Accepte de l'aide pro,EMDR etc
Prends soin de toi pour assurer le minima pour ton fils

Et ici écris autant que tu as besoin
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 25 Août 2017 à 23:09:39
Bonsoir,

Je crois que je perds la tête ! Je ne me souviens plus du code secret de ma carte bleue... J'effraie les enfants avec des colères épiques... Je ne trouve pas mes mots... Les larmes coulent, incontrôlables... Bon sang, mais qu'est-ce qui m'arrive ?
Cette semaine, impossible d'aller travailler... Médecin, arrêt de travail, traitement antidépresseurs  (pas encore commencé -pas envie...). Ca a fait 4 mois hier et mon état est pire de jour en jour...

Pascal, tu fais vraiment chier, là... Je me suis surprise à te parler en voiture à plusieurs reprises ! Une folle !!!

Pour éviter à mes enfants d'assister au chaos, je leur ai demandé d'inviter chacun un copain/copine à venir passer le week-end à la maison... Joyeuse ambiance ce soir à table, ça fait du bien... Ca m'oblige à me secouer.

Lundi, je prépare un courrier que j'enverrai à la sécurité sociale de mon mari car je pense nécessaire de faire acter son suicide en accident du travail. A ce propos, je vais ouvrir un nouveau fil pour obtenir des témoignages de ceux qui ont mis une telle action en place... Ensuite, je prendrais la décision ou non, d'aller devant la justice. Jusqu'à présent, je me disais que de toute façon, rien ne le ramènerait mais depuis quelques jours, je cogite inlassablement, je me torture pour savoir ce qu'il convient de faire... J'avoue, je suis totalement perdue...

Muriel.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Coccie le 29 Août 2017 à 12:30:37
Bonjour Muriel,
Tu m'as si gentiment répondu sur mon fil "Le saut de l'ange", que j'essaie de trouver quelques mots pour te réconforter à mon tour.
Je pense très sincèrement qu'il faut que tu commences ton traitement. Sachant qu'il faut 2 à 3 semaines pour qu'un léger effet se fasse sentir, plus tu retardes, moins tu peux espérer te sentir un peu moins lourde au réveil, tourmentée, incohérente tout au long de la journée. Force m'est de constater que malgré le caractère tout récent de mon deuil, (5 juillet), j'arrive à accomplir le minimum de taches quotidiennes et que je suis moins plombée au sens le plus lourd du terme, suivant les heures. Je ne voulais pas reprendre le travail, je me suis forcée. Même s'il a perdu tout intérêt, le fait d'avoir l'esprit occupé quelque temps dans la journée m'apparaît salutaire...mes collègues me laissent en paix, certains sont spontanément venus me parler de vécus similaires (suicide d'un proche). C'est beaucoup plus répandu que je ne l'aurais cru et a changé mon regard sur ces personnes, de parfaits inconnus.
Bonne idée d'avoir invité des copains de tes enfants : pour eux c'est important de voir qu'on peut continuer à vivre auprès des autres et avec eux, ça met un peu d'animation et de gaieté dans la maison, et c'est salutaire pour toi aussi, même à ton insu.
Concernant la procédure à laquelle tu réfléchis, je ne pourrais t'être d'aucun conseil. La seule chose qui me viendrait en tête serait peut être d'attendre un moment où tu te sentiras un peu plus en forme et combattive, car de lourdes démarches sont devant, probablement, et qu'il va falloir affronter aussi cela.
Pour les pertes de mémoire, les colères... ne t'y attarde pas, je pense que c'est tout à fait normal et légitime. J'ai envoyé sur les roses mes parents (de 80 ans, honte à moi !), leur disant que je voulais la paix, qu'on me laisse tranquille... alors qu'ils essayaient juste de m'aider, avec des mots un peu maladroits. Il ne faut pas s'attarder à cela. Chacun gère sa douleur comme il peut, ou ne la gère pas d'ailleurs, ça fait partie de l'épreuve.
Courage, courage encore, et surtout, commence ton traitement. On est parfois réticent à cette chimie, mais c'est souvent le seul moyen pour ne pas laisser s'installer une dépression grave, et retrouver "un peu de jus"... et en retrouver une once t'aidera grandement pour la suite.
Je t'embrasse. Caroline
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 29 Août 2017 à 12:46:40
Citer
(suicide d'un proche). C'est beaucoup plus répandu que je ne l'aurais cru et a changé mon regard sur ces personnes, de parfaits inconnus.

certainement bien des inconnus autour de nous ont connu des déchirements mais arrivent à le "masquer" ...
???
sommes nous donc quelques "bêtes rares" qui venons sur le forum, au vu du nombre de veuvage chaque jour ici viennent bien peu ... ? touchés ou non par le suicide
mais déchirés par la perte de sa moitié ...
????
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 17 Septembre 2017 à 19:38:34
La colère me bouffe ! Cette colère qui m'accompagne depuis quelques mois maintenant. Elle s'invite et je ne sais comment l'en déloger ! Dégages, fiches-moi la paix. Oui la paix, c'est ça que je veux ! Car le moindre grain de sable prend des proportions hallucinantes chez moi et chez mes enfants... Mon petit bonhomme qui insulte violemment un élève de sa classe la semaine qui suit la rentrée et qui me dit ne pas comprendre pourquoi ces horreurs sont sorties de sa bouche. Il ne se reconnaît pas dans cette violence. Un soulagement toutefois, il a accepté de rencontrer un psychologue la semaine prochaine.
La colère me bouffe quand je récupère ma puce trois fois en larmes cette semaine à la sortie de l'école...
La colère me bouffe quand ma chef qui avait rendez-vous me concernant avec le directeur adjoint me dit ne pas avoir eu le temps de parler de mon cas !
La colère, cette grosse merde qui se tapit dans un coin et qui ressort dans des mots d'insultes, des larmes, de l'incompréhension me bouffe...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Liesel le 21 Septembre 2017 à 15:49:53
Pensées pour toi et tes enfants... courage
Liesel

La colère

On avait jusque là plus ou moins cru à une justice, à une sagesse inhérente à "l'ordre des choses"...et soudain son enfant se noie, son épouse meurt en couches ou son compagnon se tue.
Là tout vole en éclats.
Le fragile édifice de ses croyances et de ses convictions se trouve violemment ébranlé et on vient à se demander si on ne s'est pas trompé ou si on n'a pas été trompé.
On est en colère contre Dieu, en colère contre la destinée.
La révolte est soit brutale et explosive, soit insidieuse et rampante, quand, au fil des mois, tout ce à quoi on avait cru s'effrite.
L'épreuve est difficile...car c'est un système essentiel de repères et références qui est mis en cause...
Il est certain que l'on ne peut s'empêcher de ressentir ce qu'on ressent !
Pour l'instant, la colère est présente, il faut en tenir compte.
Si le chemin du deuil passe par elle, c'est qu'elle a manifestement sa raison d'être.

(Christophe Fauré)



Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Mononoké le 25 Septembre 2017 à 12:20:46
Nos émotions sont si fortes, comme si leur puissance était multipliées,
et cette colère dont on se passerait bien, comme de beaucoup d'autres d'ailleurs.
oh s'il te plait Denpaolig, ne sois pas trop dure avec toi,
je crois qu'il est difficile de lutter contre nos émotions, qu'elles qu'elles soient.
et puis, tu vois ton petit bout accepte d'aller voir un psychologue, ça lui fera peut-être du bien, tu peux être fier de lui, de toi, de vous
beaucoup de tendresse :-*
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 30 Septembre 2017 à 10:50:25
Je TE maudis ! Si tu savais combien je TE maudis. Tu n'es plus là (trop facile ...) mais tellement présent dans les souffrances des enfants, dans leur détresse. Mes larmes sont le prolongement des leurs parce que moi, je n'ai pas envie de verser de larmes sur toi, ton geste, ta fragilité, tes manquements graves à ta promesse d'être un PAPA. Je TE maudis du plus profond de mon être pour le mal que tu infliges aux enfants, et par effet boomerang, à moi. Je TE maudis pour les jours sombres passés, présents et surtout à venir... Oui, je TE maudis.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Federico le 30 Septembre 2017 à 14:32:41

Bonjour Denpaolig,

Je comprends parfaitement TA colère... tu es honnête et courageuse !

Et, tu as raison... parfois, on ne se concentre que sur "LE MORT" mais je pense tout comme toi qu'il faudrait également davantage parler, soutenir et aider "LES VIVANTS" et en l'occurrence Tes, Ses, Vos Enfants !

En cherchant à tout prix à comprendre leur geste... on arrive même à les excuser, à les pardonner... alors que c'est un acte inexcusable, impardonnable...
On cherche à apaiser le deuil par suicide alors que NOUS savons , NOUS avons compris qu'il n'y aura pas de PAIX.

Je perçois les limites du "vivre avec LUI"...
J'ai conscience du "vivre pour MOI"...
J'ai besoin d'un certain "EQUILIBRE" entre LUI et MOI... une certaine distance physique, un nécessaire détachement moral..... tout en vivant avec lui et pour moi cet indestructible lien d'Amour...

Pas facile d'analyser, de trouver les mots... pour essayer de transmettre un peu de réconfort, de sérénité... c'est comme trouver un oasis en plein désert... pas facile...

Compassion, solidarité.
Amicalement pour toi Denpaolig ... pensées pour tes enfants.
Federico.

Je TE maudis ! Si tu savais combien je TE maudis. Tu n'es plus là (trop facile ...) mais tellement présent dans les souffrances des enfants, dans leur détresse. Mes larmes sont le prolongement des leurs parce que moi, je n'ai pas envie de verser de larmes sur toi, ton geste, ta fragilité, tes manquements graves à ta promesse d'être un PAPA. Je TE maudis du plus profond de mon être pour le mal que tu infliges aux enfants, et par effet boomerang, à moi. Je TE maudis pour les jours sombres passés, présents et surtout à venir... Oui, je TE maudis.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 12 Octobre 2017 à 21:42:15
Bloquée en mode colère... C'est épuisant !
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 19 Octobre 2017 à 00:00:16
Mon psy m'a conseillé d'enlever mon alliance... La porter autour du cou au début, pourquoi pas... mais plus à l'annulaire gauche... Je viens de la passer sur l'annulaire de ma main droite... Je trouve ce subterfuge totalement hypocrite...



Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Alexandra le 19 Octobre 2017 à 07:23:34
Alors ne le fais pas si ça ne te parle pas... Du moins pas comme ça? Peut-être l'enlever de temps en temps, juste quelques minutes, quelques heures et voir comment tu te sens?

Je t'embrasse,
Alex
Titre: Re : Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 19 Octobre 2017 à 13:25:03
Mon psy m'a conseillé d'enlever mon alliance... La porter autour du cou au début, pourquoi pas... mais plus à l'annulaire gauche... Je viens de la passer sur l'annulaire de ma main droite... Je trouve ce subterfuge totalement hypocrite...
tu avais écrit
Citer
mon mari et moi étions séparés mais notre relation était forte d'un amour ancien  qui s'était mué en autre chose comme du respect, une totale confiance, une sorte d'amitié.

peut être veut il que tu fasses avec les alliances une symbolique de ce qu'était, n'était plus votre relation ?
sans doute trouveras tu une solution qui te convienne

je n'étais pas séparée de mon mari
mais je voulais avoir sous les yeux une image concrète de l'évolution des choses
j'ai fait faire un bijou avec nos deux alliances et ma bague de fiançailles

[de plus (je sais ici certains vont trouver cela étrange ou fou)
le dessin préalable réalisé par le bijoutier sur les indications de ce que je voulais
correspondait exactement au dessin "montré" au médium à travers qui j'avais demandé à Jean s'il était OK avec mon projet
et la concrétisation fut exactement ce que le médium avait vu qui ne connaissait pas nos alliances
... ]

chacun son cheminement ...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 27 Octobre 2017 à 23:15:33
L'hypocrisie de la symbolique d'enlever mon alliance vient du fait que l'alliance est aussi un message visible pour les autres. Cela faisait 7 ans que nous étions séparés et pendant ces années, je n'ai jamais enlevé mon alliance. La porter tenait écarté les ouvertures amoureuses aux autres. Est-ce que le jour où le divorce aurait été prononcé je l'aurais enlevée ? Je ne sais pas... Et pourtant je continue à dire et à penser et je signe même  que l'amour n'existait plus entre nous.
Aujourd'hui, il n'est plus là. Il me manque. Est-ce une façon symbolique de le garder près de moi ? Même l'immense colère qui m'accompagne depuis sa mort ne me fait pas non plus l'enlever. Je l'ai enlevée une journée pour "essayer" et je me suis sentie nue. Il me manquait quelque chose. Le soir même je la remettais. Je vais songer oui à la faire transformer... en autre chose qu'une bague peut-être. Supprimer la symbolique de l'alliance, l'attachement, l'amour qu'une alliance représente mais conserver son souvenir...



Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 23 Décembre 2017 à 02:14:21
Bonsoir à tous,

Je reviens vers vous après deux mois de silence. Je continue à traverser l'indicible de façon chaotique tantôt bercée par des hauts tantôt par des bas.
Je vois mon psychothérapeute environ tous les 15 jours. Je n'ai pas l'impression d'aller beaucoup mieux. Mon moral est comme les marées montantes et descendantes de chez moi. La colère dans mes précédents écrits est moins souvent présente mais quand elle se pointe, elle est d'une très grande violence et je continue à LE maudire. Quand quelque chose ne va pas, je le mets au cœur de tous les problèmes.
Je suis très affectée par l'état de santé de mon petit dernier de 11 ans qui a été incapable d'aller à l'école pendant 3 semaines et qui développe des symptômes physiques douloureux. La doctoresse me dit que l'expression "être noué" a été créée pour lui. Le traitement médicamenteux est efficace puisque depuis hier, il a retrouvé son magnifique sourire et qu'il ne souffre plus.
Les fêtes approchent , je les appréhende et surtout je n'ai pas envie de m'obliger à... S'il n'y avait que moi, je ne m'obligerai à rien. Mais, je ne peux pas, par rapport aux enfants, ne pas partager ce temps de fête avec ma famille. Donc, nous ferons comme les années précédentes à la seule différence qu'IL ne viendra pas les chercher le jour de Noël et qu'IL ne sera pas là avec eux. J'ai fait exploser le budget cadeaux des enfants sans doute avec la volonté de compenser son absence.

Et vous, comment appréhendez-vous les fêtes ?

D'ordinaire, c'est une période que j'aime. Tout me plaisait avant, l'attente, les préparatifs, les décorations, le choix des cadeaux, l'ambiance, les repas succulents, le partage, l'atmosphère... Ces fêtes-ci, je ne voulais pas les passer ici, j'ai proposé aux enfants de partir mais aucun ne le souhaitait. La réflexion de ma fille a fini de me faire insister "Ici ou ailleurs, ce sera de toute façon un Noël sans papa"... Simple, basique comme dirait la chanson !

Malgré ce que nous traversons tous et toutes, malgré notre chagrin, je nous souhaite des fêtes chaleureuses.
Allez, j'ose "Joyeux Noël à tous et toutes !"
A bientôt,
Muriel
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 24 Décembre 2017 à 00:38:33
Je n'ai pu faire grand chose aujourd'hui. Manque d'envie, manque d'énergie, manque de sommeil mais j'ai eu l'énergie d'aller au cimetière et d'y déverser mon trop-plein de larmes sur sa tombe. Après avoir beaucoup pleuré, je suis rentrée vidée mais capable de jouer avec ma fille...
Que c'est dur, que ça fait mal, que cette violence intérieure est dévastatrice ! Quand est-ce que cette douleur va s'arrêter ?

Muriel.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: patro le 04 Janvier 2018 à 20:42:21
 Denpaolig , bonjour
je découvre aujourdhui ton fil . Je veux te souhaiter de retrouver un peu de sérénité (pas tout le temps ...) , d'accepter de te tourner vers toi ( survivante, veux-tu vivre ...? ) , de trouver enfin le fond de la piscine où l'on peut donner un coup de pied et remonter . Si tu lis mon profil , tu verras pourquoi - en ce qui me concerne - le mot qui revenait était : " Quel gâchis !!" . Tant de choses bien dans notre vie - -  et ce geste incompréhensible, inadmissible, stupéfiant ( au sens propre : frappé de stupeur, sidéré, anéanti ...) . Il y a 3 ans, le 17-12 juste avant les fêtes ...
Encore parfois, une très vive émotion me tord sans crier gare , pour faire resurgir les mêmes moments .
Pourtant, j'ai enlevé mon alliance -que je garde avec tous les témoins de mon passé car je ne veux rien renier, pas ME renier .
Oui, il faut préserver en soi le petit tison de vie qui reste la promesse de feux réconfortants . Pour soi-même, puisqu'il se trouve que nous sommes là , et pour les autres qui souffrent aussi et attendent dans nos regards le signe que le futur est possible .
Je ne peux t'offrir qu'un peu de ma compassion et mon témoignage d'espoir .
Patro
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 04 Janvier 2018 à 22:48:46
Citer
Oui, il faut préserver en soi le petit tison de vie qui reste la promesse de feux réconfortants . Pour soi-même, puisqu'il se trouve que nous sommes là , et pour les autres qui souffrent aussi et attendent dans nos regards le signe que le futur est possible .

je trouve très bien Patro ce que tu as noté ainsi !
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 12 Janvier 2018 à 21:46:04
Ni bien, ni mal aujourd'hui... Je vais m'en contenter et même m'en sentir heureuse !
Mon petit bonhomme va mieux... Soulagement !
Pourvu que ça dure... (Clin d'œil à toi, Alex...)

Je vous souhaite de la douceur pour ce week-end...

Muriel.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 18 Janvier 2018 à 17:27:15
Merci Patro,

Quelle énergie, il nous faut pour "tenir" !

Bon courage et prends bien soin de toi...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 11 Février 2018 à 16:52:27
Envie d'oublier...

C'est possible ça ?

Il y a trois jours, une montée de souvenirs, les 30 ans de la mort de mon frère...
Bon sang, que c'est difficile d'avancer parfois !

Muriel.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 05 Mars 2018 à 19:22:30
Bonjour à tous et toutes.

Je ne suis pas venue vous lire depuis plusieurs semaines... Une foule de souvenirs m'a engloutie un temps avec l'anniversaire de la mort de mon frère (30 ans déjà et pourtant si nette dans ma mémoire)... Le mois prochain, un triste anniversaire aussi... Un an que le papa de mes enfants aura mis fin à ses jours en laissant 3 loulous totalement horrifiés par ce geste d'une violence inouïe.
Aujourd'hui, chacun à sa façon avance.
Après plusieurs mois de flottement, de doutes, de craquages divers et variés, de larmes, de colère, j'avance aussi. Avec de nouvelles envies, de nouveaux projets...
Mais avec toujours énormément de colère en moi.
Je souhaite à tous et toutes, de re/trouver le calme, la sérénité sans quoi il est difficile d'avancer.
Je tenais ici à remercier du fond du cœur ceux et celles qui tout au long de ces mois passés, m'ont témoigné leur force par des mots simples mais toujours percutants de sens pour moi.
Merci à ce forum d'exister, de jeter une bouée de sauvetage à ceux et celles qui y viennent sans trop savoir à quoi s'attendre (ça a été mon cas), de permettre la libération de la parole (ça a été mon cas), de ne pas exercer de censure (mes mots étaient parfois durs et cassants)...
Merci à toi, Alex, je reviens vers toi en MP...
Merci encore car  le soulagement que j'ai ressenti pendant ces mois douloureux, je vous le dois.
Avoir été entendue et surtout comprise, je vous le dois.
Votre présence bienveillante m'a été d'un immense réconfort.
Merci du fond du cœur !

Muriel.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 05 Mars 2018 à 21:52:30
merci à toi d'être authentique ce que tu as pu dire sache que d'autres le lisent et que ça sert ...
affectueusement
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 02 Juin 2018 à 21:37:36
Bonsoir à toutes et tous,

Je reviens vous faire un petit coucou. Ça fait un peu plus d'un an que mes enfants et moi-même avons appris et accepté d'avancer sans lui. Nous venons de déménager (même ville mais nouvelle maison) et nous en sommes tous les 4 extrêmement heureux. Aucun souvenir de vie commune pourtant dans l'ancienne maison mais ce changement nous est incroyablement bénéfique. Ma fille a renoué le temps de quelques séances avec l'éducatrice spécialisée qui la suivait à la Maison des Adolescents après le suicide de son papa et qui l'a aidée à passer le cap du premier anniversaire. Aujourd'hui, d'elle-même, elle a décidé d'interrompre les séances.
Je trouve mon aîné plus apaisé. Mon petit dernier (12 ans, il n'apprécierait pas ce terme !) me dit aller mieux aussi mais les tics sur son visage me montrent pourtant combien sa fragilité est immense. Il n'a pas souhaité retourner voir le psy mais je lui en parle de temps en temps pour qu'il n'oublie pas qu'il peut y aller s'il le veut. Et ma désespérance est grande de ne pouvoir l'apaiser.
Moi, j'ai envie de dire que ça va. Cette semaine, j'ai signé les papiers chez le notaire, au nom de mes 2 enfants mineurs entérinant la succession de leur papa. J'en ai été chamboulée sur l'instant, une étape, une nouvelle... La dernière ?
Et j'ai accompagné mon aîné majeur chez le notaire pour qu'il signe les mêmes papiers ce matin. L'amertume chez mon aîné était criante. Là, il est en pleine réflexion afin de supprimer de son double patronyme parental, celui de son père...
Mes nuits sont moins agitées, plus réparatrices.
J'ai franchi le pas de ce que je ne voulais pas faire jusqu'à présent. J'ai adressé une demande de reconnaissance d'accident du travail pour que son suicide soit acté comme tel. J'attends la réunion d'une commission... Dernière étape celle-là ? On verra...

J'ai lu de nouveaux témoignages de douleurs en arrivant sur le forum et je suis désolée pour tous ceux et celles qui traversent ces épreuves douloureuses. Néanmoins, j'espère que mon témoignage de ce soir fera prendre conscience d'un espoir à venir pour l'avenir.

Bon courage à toutes et tous et prenez bien soin de vous,

Muriel.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 11 Juin 2018 à 22:27:39
Bonsoir,

L'autre jour, en discutant avec le notaire pour la succession, je voulais savoir comment protéger mes deux enfants mineurs au cas où je viendrai à décéder. Ne voulant surtout pas que ce soit ma sœur qui gère leurs biens financiers et immobiliers (il ne leur restera rien à leur majorité si c'est elle qui s'en occupe ! - un vrai panier percé et vénale en plus), il m'a conseillé de souscrire à un "mandat de protection future". Acte réalisé chez le notaire qui protège selon vos souhaits vos enfants mineurs en cas de décès mais aussi -il ne faut pas l'occulter - en cas de perte de facultés mentales. Je n'avais pas pensé à cet aspect-là mais en effet, c'est à prendre en compte. Du coup, avec une amie, nous en avions déjà parlé et accepté l'une l'autre de prendre soin de nos enfants respectifs au cas où... J'en ai parlé avec mon fils aîné qui sur l'instant a changé de couleur parce qu'il croyait que j'étais gravement malade... Non, non, mon cœur, je vais bien ! La clerc de notaire prépare les documents que nous aurons à signer, elle, mon fils aîné et moi. Mon fils de 19 ans a accepté cette lourde charge en connaissance de cause.
Je suis plus sereine de savoir qu'en cas de pépins, mes deux loulous seront bien protégés et accompagnés.

Je crois que tout ça, le recommandé du Tribunal reçu aujourd'hui et auquel je n'ai rien compris, les papiers en cours chez le notaire participent à mon petit coup de cafard de ce soir...

Allez, je file au lit... Demain, je passe mon entretien individuel au boulot... Un plaisir !!!!  :-\

Douce soirée à toutes et tous... Prenons soin de nous !

Muriel.

Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Bmylove le 12 Juin 2018 à 20:38:40
Coucou Muriel,

Comment s'est passé ton entretien au boulot ?
Comment te sens-tu ce soir ?

Bises chaleureuses
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 12 Juin 2018 à 21:26:20
Mon entretien a duré 2h30 et s'est très bien passé. Un bilan très positif de l'année écoulée malgré mon absence de 3 mois et les difficultés rencontrées lors de ma reprise. Ma responsable m'a dit qu'elle n'avait eu aucun doute quant à mes capacités à revenir au niveau. Euh, moi un peu, chef !!! Elle connaît mon histoire personnelle jalonnée de drames et de bouleversements personnels et m'a rappelé combien j'étais armée et capable de toujours faire front...
Et puis, des perspectives d'évolution à venir à très court terme puisque la semaine prochaine, j'intègre pour un mois de test un autre service le temps d'être formée sur un volet très novateur et particulièrement en adéquation avec mes compétences. A l'issue de cette période d'un mois, il restera à voir avec ma responsable et le directeur adjoint, les modalités de mes nouvelles fonctions (combien de temps sur ce nouveau volet et combien de temps accordé aux traitements des dossiers actuels). Cela fait 5 ans que je suis arrivée dans son service suite à un reclassement professionnel pour inaptitude à mon poste de travail (j'ai subi une très lourde opération du dos en 2010 et depuis, je souffre de séquelles invalidantes). Mais elle n'a été mise au courant de mon arrivée que 3 jours avant que j'arrive. L'accueil a été pour le moins glacial... Je comprends au vu des dossiers que je traite depuis, qu'en effet, si on m'avait réellement accompagnée lors de ce reclassement, jamais on ne m'aurait mis dans ce service. Je n'avais aucune des compétences requises pour la tenue de ce poste. Elle a vu tout de suite quels étaient mes atouts (relationnel très fort surtout) et a réussi enfin à me faire évoluer vers autre chose. Mais et c'est valorisant, elle me garde dans son service. J'en suis ravie puisque je maîtrise à présent totalement mon sujet. J'ai abandonné avec son aval un type de dossiers où je pouvais rester 8 heures devant sans avancer d'un poil, je ne comprenais rien... J'ai pourtant suivi les formations adéquates mais vraiment, quand ça ne veut pas, ça ne veut pas !!! Donc, je mets à jour mes dossiers et je ne les reverrai que dans un mois !

Je pense qu'elle n'a pas tort en disant que je suis armée. J'ai vécu le suicide de mon frère, j'avais 17 ans. La jeune fille que j'étais alors n'a plus rien à voir avec la femme que je suis devenue. Le geste de mon frère a fini de me faire grandir et je suis tombée durement de mon petit nuage de l'époque.  Mes parents sans le vouloir, par leur attitude après son suicide, m'ont obligée à grandir aussi. Depuis, j'ai décidé d'être acteur de ma propre vie et de ne jamais subir ma vie. Le suicide de Pascal m'a fait vaciller bien évidemment (retour des angoisses, des cauchemars, colère explosive...) mais passées les premières semaines, pour mes enfants, je me devais d'être forte. Je les admire pour leur force. Ils sont incroyables. Ils ont repris le chemin de l'école (à leur demande) la semaine qui a suivi le décès pour retrouver la normalité de leur vie même si elle n'a plus rien de "normale". Je ne pouvais, moi, flancher. Alors, l'énergie que j'ai en moi, elle vient d'eux. Elle est pour eux.

Mais, on est tous différent face aux épreuves de la vie, je n'ai aucune difficulté à l'admettre. Si tu lis mon histoire, tu verras que j'ai beaucoup joué avec le feu (enfin l'alcool) après le suicide de mon frère. Je n'ai pas toujours eu la force que j'ai aujourd'hui... Ne dit-on pas que pour rebondir, il faut avoir touché le fond ? Moi, je l'ai touché et je m'en suis sortie sans dommage. Juste avec une croyance, la force ne vient pas des autres, elle est en nous...
Alors, bien sûr, que j'ai des coups de cafard, des colères homériques qui me dévastent et effraient mes enfants (et moi aussi d'ailleurs), des coups de fatigue, des envies de baisser les bras... Mais après un câlin réconfortant à mes trois amours, une nuit à pleurer, la force et l'envie de rebondir reviennent...

Concernant le papa de mes enfants, je livre une ultime bataille pour que son suicide soit reconnu comme accident du travail. Mais je n'ai pas eu le courage de porter plainte pour le  harcèlement moral qu'il dit avoir subi... Tu vois, mon courage a aussi ses limites... On fait ce qu'on peut !

Douce soirée,
Muriel.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Bmylove le 13 Juin 2018 à 08:08:53
Tes mots, ta force m'inspirent beaucoup.
La route sera longue avant que je n'arrive à mettre au clair les enjeux de la complexité de ma relation avec Bruno, avant d'arpenter le chemin du deuil en lui-même. Mais comme toi, une fois que j'aurais touché le fond, je remonterai.
La sensation de chute est terrible, quand même. Mon petit nuage était perché très haut, porté par le souffle de l'amour, du mensonge et de la naïveté... La recette du poison parfait. ^^

Très bonne journée à toi. Tes enfants et tes collègues ont beaucoup de chance de t'avoir près d'eux.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 13 Juin 2018 à 22:28:24
Merci Bmylove, tes mots sont réconfortants.

J'ai un jeune collègue de boulot - il est arrivé il y a 3 ans 1/2 dans le service - (le seul homme dans une équipe de femmes) plutôt mal à l'aise dans son travail, il a admis être pour la 1ere fois en difficulté professionnellement. L'ancien directeur adjoint lui avait dit que dans le type de dossiers qu'on traitait dans le service, il fallait de 3 à 5 ans pour être capable de travailler en totale autonomie. Un jour, il m'alpague et me demande comment je surmonte mes difficultés professionnelles en connaissant ma situation  à savoir pas de diplômes adéquats (lui est bardé de diplômes) , pas d'aptitudes innées pour la finance (lui, sors du milieu bancaire). Je lui réponds que mon essentiel est ailleurs et que ma force vient de mes enfants. Il a été surpris de ma réponse mais c'est vraiment ce que je pense. Je me suis souvent battue pour rester debout (au propre comme au figuré) alors que dans ma situation, j'aurais pu "profiter du système" et percevoir une pension d'invalidité mais qu'est-ce que je serai devenue, quel exemple aurais-je été pour mes trois loulous  et surtout quelle vie est-ce que je voulais vivre ?  Ma jambe ne fonctionnait  plus très bien, soit, mais ma tête était vaillante ! Donc, j'ai décidé de ne pas me laisser abattre et de me relever de ça.
Je crois comme tout le monde, qu'il faut du temps pour accuser le coup d'un drame comme celui qui nous touche mais il faut saisir toutes les perches qui nous sont tendues. En 1988, à la mort de mon frère, il n'y avait pas de suivi psy... Moi, j'ai eu droit par le médecin des pompiers à une piqûre dans les fesses pour me calmer et c'est tout. Le lendemain de son suicide, je n'avais toujours pas réussi à enlever le torchon que je tenais dans ma main au moment où j'ai entendu la détonation. J'étais tétanisée. Plusieurs semaines après son suicide, ma mère a décidé de demander au médecin de venir me voir à la maison parce que j'avais une mine épouvantable (je n'arrivais plus qu'à dormir que 2 à 3 heures par nuit). J'étais devenue un zombie errant dans la maison, allant à l'école comme un automate. Les cauchemars et les larmes étaient mes plus fidèles compagnes. Ma mère lui a demandé de me prescrire des somnifères légers pour que je puisse récupérer un peu. La réponse du médecin "elle n'en a pas besoin, elle est jeune, elle oubliera...".

La force, ne compte pas sur les autres pour te la donner, puises-la en toi... Les ressources sont en toi...

Courage,
Prends son de toi...
Muriel.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Mononoké le 13 Juin 2018 à 22:32:59
Muriel,

Merci pour ce partage
Prends soin de toi aussi

Mononoké
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Bmylove le 14 Juin 2018 à 07:46:00
Oui, Muriel, merci de partager avec nous ce qui aurait pu te détruire.
Tu as vraiment été très seule, ni protégée ni entourée. J'ai beaucoup de peine pour la jeune fille que tu étais.
Le traumatisme a été terrible, amplifié par l'indifférence de l'entourage.

Je crois comme toi, surtout depuis que j'ai compris que même l'homme que j'aimais n'était pas fiable, qu'on ne doit compter que sur soi-même, de toute façon, à un moment ou à un autre.

Les ressources, nous les avons tous, en quantité et en qualité différentes, mais nous en avons. Il faut trouver le courage d'aller les chercher au fond de soi... Pas facile. Ton histoire m'inspire un profond respect.
 :-*
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 14 Juin 2018 à 11:08:48
Oui les forces sont cachées
Les livres de Martin Gray ...qui a dans sa vie perdu 2 fois tous les siens d'un coup
Pour moi échanger aussi avec des survivants des camps de concentration
Échanges avec d'autres endeuillé(e)s
Oui les forces existent ...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 15 Juin 2018 à 22:34:31
J'ai lu en effet le livre de Martin Gray, il y a de nombreuses années. Incroyable vie et quel battant ! Très inspirant !

J'ai dans ma bibliothèque un livre que je laisse en évidence et qui me fait un bien fou rien qu'en regardant la couverture. Le petit traité de l'abandon a été écrit par Alexandre Jollien. Le sous-titre ? Tout un programme...  "Pensées pour accueillir la vie telle qu'elle se propose"...

Je vous partage une partie de la quatrième de couverture :

"Être vrai, oser l'abandon plutôt que la lutte, voilà qui me guide dans l'existence, où jamais nous ne pouvons nous installer. Pour demeurer fidèle à soi, pour vivre une authentique simplicité du cœur, tout un art est requis. Comment s'abandonner à la vie sans baisser les bras ? Comment goûter la joie sans nier le tragique de l'existence ? Comment traverser le découragement sans devenir amer ?"

Une leçon de vie selon moi...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 16 Juin 2018 à 23:08:01
Pascal,

Deuxième fête des pères demain sans toi,... Moi, j'm'en fous... T'es pas mon père... Mais les enfants ? As-tu pensé à eux avant de... ? T'es-tu mis deux secondes à leur place à imaginer leur avenir, la frayeur, le désarroi, la colère, l'abattement, la peur qu'il vivraient au quotidien ? Leurs joies qu'ils ne pourront plus partager avec toi, si ce n'est qu'en un  monologue triste et pathétique au cimetière face à ta photo éternelle sur un marbre froid ?
Je me bats pour faire reconnaître ton suicide comme accident du travail. Pour qui, pour quoi ? Pour faire reconnaître ta souffrance ? Pour toucher de l'argent ? Je n'en veux pas de cet argent. Je te veux auprès des enfants, je te veux dans nos vies malgré nos désaccords. Je te veux là auprès d'eux pour les voir vivre.

Notre grand t'en veut, tu sais. Il parle de toi en des termes peu flatteurs. Je le comprends parce que même si je ne les dis pas, ces mêmes mots sont à l 'intérieur de moi aussi . Et en même temps, tu étais un papa aimant et attentif alors ces mêmes mots, je les tais et les enfouis au fond de moi. Mais ton acte a relégué au deuxième plan le papa loufoque, blagueur et câlin que tu étais.
Notre puce avance. Elle a tellement grandi intellectuellement en quelques mois. Tu lui as pris l’innocence à laquelle  elle avait droit. Elle use et abuse d'humour noir avec ses amies. Elle passe en seconde avec les félicitations du conseil de classe pour ce "beau parcours". Je suis fière d'elle. Elle n'a pas baissé les bras, elle s'est accrochée. Elle m'a demandé l'autorisation de se faire un piercing sur le nez. J'ai dit oui. Aurais-tu dit oui, toi ?
Et puis notre petit dernier... Il ne va pas bien, tu sais. Ses tics sont revenus. Lui aussi passe en classe supérieure. Il a super bien travaillé au 3è trimestre. Je suis tout aussi fière de lui que je le suis de ses aînés. Il n'a manqué l'école qu'une seule fois depuis la rentrée de janvier. Il prend beaucoup sur lui.
Je veille sur chacun d'eux, tu sais, mais j'aurais voulu que malgré nos désaccords, tu sois là...

Je ne sais pas encore si j'irai au columbarium demain. Ça ne me pas kiffer de me retrouver à parler à un mur de pierres. Les fleurs n'ont pas besoin d'être arrosées alors sans doute que je ne m'infligerais pas ça...

Combien de fêtes des pères passerais-je encore à te maudire ?

Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Bmylove le 17 Juin 2018 à 04:16:02
De tout coeur avec toi et tes enfants.
Même état d'esprit que toi...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 17 Juin 2018 à 13:45:14
Pas de cimetière aujourd'hui... Non ce sera "Mon voisin Totoro" au ciné avec ma puce ! Y'a des propositions qui ne se refusent pas !!! lol
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Bmylove le 17 Juin 2018 à 14:35:28
C'est une excellente idée !!
Moi j'ai décliné le ciné avec mon fils, mais je regrette. Trop fatiguée pour bouger...
Dommage, j'aurais aimé passer du temps avec Terry Gilliam ;D
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 18 Juin 2018 à 18:54:41
Ma rage refait surface avec la mesure à venir du gouvernement de revenir sur la pension de réversion accordée aux veufs et veuves selon des conditions d'octroi.
Je la touche depuis le suicide de Pascal. Elle m'est versée à hauteur de 51% de ce qu'il aurait touché s'il avait été à la retraite au moment de sa mort. Ça ne couvre pas la perte de la pension alimentaire qu'il me versait mais elle est à vie si ma situation familiale ne change pas (en cas de mariage, de pacs). La pension alimentaire se serait arrêtée dès que les enfants auraient été en mesure de pourvoir à leurs besoins, j'en ai conscience. Mais quand on voit combien de veufs ou de veuves se retrouvent dans des difficultés financières phénoménales suite au décès de l'autre, c'est totalement injuste. Quand on achète une maison ou un appartement, on le fait en calculant les revenus des deux, les charges que l'on soit un ou deux sont pratiquement les mêmes, je trouve cette mesure si elle est votée grave et totalement injuste. Je n'ai pas choisi d'élever mes enfants seule. Je serai dans une situation catastrophique si cette mesure était suivie... Oui, vraiment catastrophique !
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 18 Juin 2018 à 22:10:32
as tu lu tous les détails
Pour bénéficier de sa pension de réversion intégrale, le conjoint survivant devra disposer de ressources annuelles ne dépassant pas un certain plafond. S'il vit seul, celui-ci correspond à 2 080 fois le Smic horaire en vigueur au 1er janvier de l'année considérée, soit 14 955,20 € pour une pension prenant effet en 2004.
S'il vit en couple (marié ou non), ce même plafond sera majoré de 60 %, soit 23 928,32 €. Pour apprécier si ses ressources atteignent ou non ce plafond, le conjoint survivant (ou son ménage) prend en compte toutes les ressources des 3 mois civils précédant la date d'effet de la pension de réversion.
Toutefois, si l'excédent ne dépasse pas le quart du plafond (3 738,80 € pour une personne seule ou 5 982,08 € pour un couple en 2004), il est possible de retenir les ressources perçues au cours des 12 mois civils précédant la date d'effet de la pension.
Pour les évaluer correctement, tous les revenus doivent être inclus, même les avantages personnels de retraite et d'invalidité.
 Et, à partir du 1er juillet 2006, même les éventuelles autres pensions de réversion, qu'elles soient servies par les régimes de retraite de base ou par les régimes complémentaires obligatoires, devront être prises en compte.
Si, au final, les ressources totales dépassent le plafond, la pension de réversion sera réduite du montant du dépassement.
La pension de réversion peut être partagée.
Enfin, dernière nouveauté : la suppression de la condition de non-remariage. Avant la réforme, seuls les ex-conjoints non remariés pouvaient prétendre à une pension de réversion. Désormais, tous les conjoints survivants pourront y prétendre dans les mêmes conditions, même s'ils se sont remariés. Et dans le cas où le conjoint décédé laisse plusieurs ex-conjoints survivants, la pension de réversion sera partagée entre eux au prorata de la durée respective de chaque mariage. Toutes ces nouvelles dispositions ne concernent que les personnes dont la pension de réversion a pris effet depuis le 1er juillet dernier. La loi précise seulement que celles qui ont fait liquider leur pension avant cette date ne seront pas touchées par les nouvelles conditions de ressources. Il subsiste néanmoins de nombreuses autres questions liées à la mise en œuvre de cette réforme, qui devront être précisées par une circulaire d'application.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: emi le 18 Juin 2018 à 22:23:55
Rien ne bouge pour les personnes pacsés par contre.... Quelle belle connerie le PACS !
Titre: Re : Re : Bis repetita
Posté par: Bmylove le 19 Juin 2018 à 08:29:38
Ma rage refait surface avec la mesure à venir du gouvernement de revenir sur la pension de réversion accordée aux veufs et veuves selon des conditions d'octroi.
 Mais quand on voit combien de veufs ou de veuves se retrouvent dans des difficultés financières phénoménales suite au décès de l'autre, c'est totalement injuste. Quand on achète une maison ou un appartement, on le fait en calculant les revenus des deux, les charges que l'on soit un ou deux sont pratiquement les mêmes, je trouve cette mesure si elle est votée grave et totalement injuste.

C'est tout simplement révoltant, et j'espère que les gens vont se mobiliser et régir. Tout le monde peut être concerné, que je sache !!
Non mais quelle société de merde !!
Titre: Re : Re : Bis repetita
Posté par: Mononoké le 19 Juin 2018 à 09:04:21
Pas de cimetière aujourd'hui... Non ce sera "Mon voisin Totoro" au ciné avec ma puce ! Y'a des propositions qui ne se refusent pas !!! lol
j'adore  ;)
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 05 Juillet 2018 à 21:22:11
Grosse fatigue... Petite déprime... Recommandé arrivé aujourd'hui et fontaine de larmes avant même de l'avoir ouvert, jusque parce que j'avais lu l'expéditeur... Le travail de Pascal. Un courrier anodin m'avertissant qu'ils ont bien reçu ma demande de reconnaissance de suicide en accident de travail. Pas même un réponse, non ! Juste cette feuille perdue dans une grande enveloppe kraft.... 15 mois après et des larmes encore et toujours...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Bmylove le 05 Juillet 2018 à 21:33:02
Je te serre très fort dans mes bras.
Très très fort.

Tiens bon !!

 :-[
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 05 Juillet 2018 à 22:08:52
De la musique dans les oreilles ce soir... Des larmes qui coulent toutes seules.  Je viens de m'abandonner pendant une heure dans l'écriture, mon autre passion après la lecture. Ecrire sur un autre sujet que le deuil. Ce putain de deuil qui ensevelit parfois les meilleures volontés...Ce putain de deuil qui lui ne nous oublie pas... Que ces vagues d'émotions intenses sont fatigantes...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Bmylove le 05 Juillet 2018 à 22:28:52
Tu écoutes quoi ?
Moi j'évite la musique en ce moment, trop d'émotions...

Pink Floyd, à la limite, pour avoir l'impression de planer...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 06 Juillet 2018 à 19:52:36
Perso ce qui soulage ma peine est terriblement triste... Sumi Jo chantant l'Ave Maria de Caccini entre autres... et tous les autres Ave Maria... Les larmes noient ma tristesse. J'ai toujours fonctionné comme ça. J'évacue en pleurant ! Ce soir, je suis super heureuse pour ma puce qui a obtenu une mention très bien à son brevet mais mon fils est au repêch... alors la peine est là ! Je suis consciente que le Bac n'apporte pas le bonheur dans la vie. On réussit aussi sans cet examen. Mais j'aurai tellement voulu qu'il le décroche. Du coup, j'ai un gros coup de cafard parce qu'il risque de partir à l'autre bout du monde s'il ne le décroche pas lundi.  Mais je me sermonne, il est encore là ! Et les deux derniers oraux sont lundi...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 14 Juillet 2018 à 14:30:49
Mon fils a obtenu son bac au repêch ! Quelle joie et quel soulagement ! Les voilà tous les trois en vacances. Ils semblent heureux. Moi, j'attends les miennes avec une vive impatience, je suis lessivée mais je ne dois m'en prendre qu'à moi-même. Des nuits écourtées passées à écrire. Une excitation infinie quand les mots se couchent sur le papier et le sommeil qui fuit cette agitation débordante...

J'ai beaucoup pensé à Pascal ces derniers jours et je regrette amèrement qu'il ne soit pas là pour participer au bonheur de ses enfants. Alors, j'en profite doublement...
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Bmylove le 14 Juillet 2018 à 15:31:10
Champagne!! :-*

(ça devient une tradition sur ce forum.)
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 14 Juillet 2018 à 16:09:43
Bravo à ton fils ...
Citer
J'ai beaucoup pensé à Pascal ces derniers jours et je regrette amèrement qu'il ne soit pas là pour participer au bonheur de ses enfants. Alors, j'en profite doublement..
bravo à toi
 :-*
Titre: Re : Re : Bis repetita
Posté par: Eric38 le 14 Juillet 2018 à 20:46:25


Pink Floyd, à la limite, pour avoir l'impression de planer...

Pour planer : les Doors, CCR, Steppenwolf, Led Zep, les Beatles.....
Titre: Re : Re : Re : Bis repetita
Posté par: Bmylove le 14 Juillet 2018 à 22:21:05
Pour planer : les Doors, CCR, Steppenwolf, Led Zep, les Beatles.....

Oui, et j'ajouterai les Red Hot Chili Peppers.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Denpaolig le 29 Juillet 2018 à 11:01:04
J'ai eu besoin de prendre du recul et de me nourrir d'autres choses que du forum. Mon projet d'écriture a tellement bien avancé, que j'ai soumis mon tapuscrit à un éditeur. Peu importe si mon récit n'était pas édité (ce serait juste incroyable !)Je suis fière de moi, fière du long parcours qu'à été le mien depuis le premier suicide qui m'a touchée. Je suis fière du parcours pourtant chaotique, du combat que j'ai mené pour moi et pour mes enfants, depuis le décès de leur papa. Si je me sens forte aujourd'hui, c'est indéniablement  grâce à ce forum, à vous et vos interventions toujours percutantes.
Aujourd'hui, je me sens plus légère. Je ne dis pas que tout est effacé, que rien n'a existé. Au contraire, les violences encaissées d'abord avec le suicide de mon frère puis celui du papa de mes enfants ont fait ce que je suis aujourd'hui. Le suicide de Pascal m'a fait comprendre des zones qui restaient incomprises pour moi depuis le décès de mon frère. La compréhension a permis une forme d'apaisement même 30 ans après (comme quoi, il ne faut pas désespérer !). Je me sens comme apaisée, presque détachée de cette violence incroyable et surtout, je ne me focalise plus dessus, je garde en mémoire et je chéris les moments heureux que j'ai eu le bonheur de vivre avec eux.
Je reprends aussi ma vie en main. Je tente d'arrêter de fumer avec l'aide d'une magnétiseuse. Une nouvelle liberté retrouvée.

Mes enfants vont aussi bien que possible. Mon grand profite de ses vacances et repasse les tests de sélection le 29 août à Rennes. Une deuxième chance ! Il en a conscience et malgré les fêtes dont il ne se prive pas avec ses copains, met son énergie dans un entraînement intensif.

Ma puce est si belle , si souriante et profite également de ses vacances bien méritées. Elle a ressorti l'appareil photo de son père et capture de jolies scènes. Son sourire est immense, ses yeux rieurs et elle a une énergie débordante !

Mon petit dernier a rendez-vous chez la magnétiseuse pour tenter de stopper les tics nerveux de son visage. Première séance, la semaine prochaine. A voir... A côté de ça, mon petit bonhomme d'amour va bien en apparence mais je reste hyper vigilante le concernant. Autant les deux autres parlent de leur ressenti que lui est plus secret.

Je dresse un bilan plutôt positif parce qu'il est réellement positif, à ce jour. Nous passerons peut-être à nouveau par des baisses de moral et on fera l'erreur de tout ramener au décès de Pascal mais on est une famille unie qui sait pouvoir compter les uns sur les autres.

Je vous souhaite un aussi bel été que possible...

Muriel.

Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Bibou07 le 29 Juillet 2018 à 11:22:01
Ton témoignage est un véritable baume pour le cœur. Merci.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: Bmylove le 29 Juillet 2018 à 11:45:52
Merci Muriel. :-*
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: biche07 le 29 Juillet 2018 à 12:06:08
merci pour l'espoir d'avoir des jours meilleurs...bel été  à toi.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: les petites cailles le 29 Juillet 2018 à 13:04:42
Merci Denpaolig pour ton témoignage, tu redonnes espoir .

Je te souhaite également un très bel été.
Titre: Re : Bis repetita
Posté par: qiguan le 29 Juillet 2018 à 14:21:26
je vais ajouter ton témoignage en lien sur
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/role-du-forum-pour-nous-c'est-quoi/msg99272/#msg99272
et je t'embrasse fort
beau chemin à toi

puisse les personnes interpellée par ton dernier post
ose lire ton parcours
et y trouve la motivation pour combattre  :-*