Auteur Sujet: besoin de réponses, de réconfort suite au suicide de ma moitié, ..  (Lu 468 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Amandine67

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Bonjour à tous,

 au détour de mes recherches je suis tombée sur votre forum, je m'appelle Amandine j'ai 31 ans je suis maman de 3 enfants de 13,10 et 7 ans issus de 3 unions, depuis 2 ans je vivais une relation tumultueuse mais ô combien fusionnel avec un homme merveilleux que j'ai rencontré par hasard il m'a accepté mes enfants ainsi que mon histoire..
Il était marié depuis 10 ans en couple depuis 15 ans et il n'était plus heureux depuis fort longtemps, au début les relations entre son ex et moi se passaient pas trop mal mais cela a fini dans la violence elle m'a agressé violemment depuis c'était conflictuel malgré cela mon ami continuait à protéger son ex enfin tout du moins à lui trouver des circonstances atténuantes.
Cela créer de nombreux conflits, nos enfants ont fini par ne plus s'entendre, cela été compliqué mais en parallèle nous voulions sceler notre amour et après plus d'un an d'attente nous avons enfin eu la joie d'apprendre que nous allions être parent de JUMEAUX... confirmation que nous avions eu 3j avant ... il était si fier de l'annoncer à sa famille et nos amis.

Il était fragile , étant infirmière j'avais déjà essayé de le faire hospitaliser d'office mais les médecins n'ont rien décélé il se plaisait à me dire que personne ne pouvait le comprendre... il m'a souvent reproché de l'avoir sauvé in extremis au début de notre relation.

Il se dévalorisait constamment, et mentait beaucoup comme quand il voyait son ex en toute amitié je le confrontais a la réalité et bien qu'il ne pouvait pas réfuter quoi que ce soit il niait toujours ... bref malgré cela nous nous aimions, nous étions complémentaires et j'avais bon espoir que les choses se tassent avec le temps .

Le 21 avril au soir il a eu un coup de blues, il était d'ordinaire si impulsif, colérique, mais la il était calme trop calme et je n'ai rien senti venir, il était nostalgique et notre discussion a pris une mauvaise tournure, je suis allée me coucher, il m'a encore faire du chantage enfin c'est ce que je croyais, mon thérapeute m'avait dit d'être plus ferme avec lui ce que j'ai fais je n'ai pas accouru comme les autre fois ...
Il avait des vices, l'alcool, des soucis financiers importants du a son passé, un divorce qui n'en finissait pas, et surtout il était tiraillé car l'amitié de son ex lui était nécessaire malgré tout le mal qu'elle m'avait fait. Bref, je l'avais compris, je l'acceptais difficilement mais je préferais cela aux mensonges...

Voila je l'ai retrouvé pendu dans notre jardin le 22 avril , j'ai hurlé comme une possédé , je savais qu'il n'était plus la , je culpabilise parce que d'habitude quand nous avions un conflit il dormait sur le canapé, cette nuit la je ne me suis pas levée, je ne suis pas allé voir ou il était, je ne l'ai pas réveillé pour lui demander de venir se coucher avec moi, je me suis bien réveillée mais j'étais épuisée et la grossesse fatigue d'autant plus ... je culpabilise il a mis fin à ses jours dans la nuit ... à force de crier au loups ce jour la je n'ai pas accourue...

Je m'en veux , je l'ai vu par la suite à la morgue il était serein, apaisé comme je ne l'avais jamais vu. Mon métier ne m'a servi à rien, avec du recul en rassemblant les pièces j'ai découvert qu'il était très probablement borderline ça a fait tilt trop tard ... je porte nos enfants mais j'ai peur de me retrouver seule avec 5 enfants à 31 ans, il avait 35 ans mon amour à  moi toute la vie devant lui !!!! Il s’est pendu et me laisse cette image horrible en tête .... mes enfants auraient pu le découvrir je ne sais pas je ne comprends pas... tous les professionnels que je rencontre sont unanimes sur le fait que je n'aurais pas pu le sauver il a fait en sorte que cette fois ce ne soit pas possible....

je ne sais plus quoi faire, je suis complètement en état de choc encore et j’espère que mon écrit ne sera pas trop confus, je suis perdu sans lui, il me manque, tous les jours je me réveille en espérant que je fais juste un cauchemar, j'arrive pas à accepter que je ne le reverrais plus.

Hier ses funérailles ont eu lieu ... je ne sais plus quoi faire, je ne sais pas si je dois avorter, pauvres bébés de naitre avec une histoire pareille, ma petite dernière de 7 ans n'a dejà pas été reconnue ...

J'ai besoin de conseils, de soutien , d'aide .... je suis perdue , je suis soignante et la je suis vulnérable et je prends la place du soigné ...

Merci pour vos réponses :'( :'( :'( :'(

En ligne emi

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 152
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Je ne peux pas te dire grand chose, ton histoire me rappelle un peu la mienne. Mon Amour a mis fin à ces jours il y a 6 mois (enfin ça fera 6 mois demain) en nous laissant avec mes filles de 3 et 5 ans et moi enceinte de 4 mois à l'époque. Mon  bébé est arrivé fin mars, à terme, je ne l'aurais jamais cru. Physiquement la grossesse s'est très bien passée mais psychologiquement ça a été très dur je ne te le cache pas. Aujourd'hui je suis contente d'avoir mon petit bébé, il nous apporte beaucoup de bonheur dans ces douloureux moments. Ce n'est pas évident de gérer les 3 au quotidien, mais je ferai tout pour NOS enfants. Ils sont la dernière partie de lui qu'il me reste. Il aurait tout donné pour eux.

Lis, écrit, fais ce que tu peux. Je te conseille aussi un suivi par un professionnel. Petit à petit tu aura des moments plus doux, même si cela te paraît impossible pour l'instant.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3585
EMI dont la situation est une des plus proches de la tienne a dit ce qui est approprié.
Il y a eu d'autres cas voir en déroulant dans
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/en-guise-de-table-des-matieres/
J'espère que tu as des proches qui pourront t'epauler au concret pour les enfants et que les professionnels : assistante sociale, médecin etc seront vraiment pro.
L'aide psy gratuite pour toi et tes enfants c'est via le CMP de ta ville, la mairie peut te renseigner, il y a au conseil général aussi des structures d'urgence à contacter.
Peux tu dire ta région.
Tu es lucide sur la réalité mais tu as tout le processus à suivre et il sera horriblement douloureux mais les enfants n'ont plus que toi.
J'envoie plein de douceur pour toi et eux
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Amandine67

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Je ne peux pas te dire grand chose, ton histoire me rappelle un peu la mienne. Mon Amour a mis fin à ces jours il y a 6 mois (enfin ça fera 6 mois demain) en nous laissant avec mes filles de 3 et 5 ans et moi enceinte de 4 mois à l'époque. Mon  bébé est arrivé fin mars, à terme, je ne l'aurais jamais cru. Physiquement la grossesse s'est très bien passée mais psychologiquement ça a été très dur je ne te le cache pas. Aujourd'hui je suis contente d'avoir mon petit bébé, il nous apporte beaucoup de bonheur dans ces douloureux moments. Ce n'est pas évident de gérer les 3 au quotidien, mais je ferai tout pour NOS enfants. Ils sont la dernière partie de lui qu'il me reste. Il aurait tout donné pour eux.

Lis, écrit, fais ce que tu peux. Je te conseille aussi un suivi par un professionnel. Petit à petit tu aura des moments plus doux, même si cela te paraît impossible pour l'instant.

Merci pour ta réponse,

 je lis tes mots et cela me fait tant de peine, cette grossesse était tant attendue mais pas ainsi, je ne me sens pas capable de les élever seule, j'en ai déjà 3 que j'ai élevé seule, je lui en veux car il etait tellement heureux la veille encore mais c'était illusoire, je me demande en quoi cela à un sens que je donne la vie à 2 enfants qui ne connaîtront pas leur père en regard de sa disparition tragique .... je ne sais plus je n'ai plus beaucoup de temps pour décider, ses 3 autres enfants ne lui ont pas donné la force de rester et se battre et mon aide non plus d'ailleurs ...
nous devions vivre ce moment lui et moi ...

En ligne emi

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 152
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Je comprends trop bien ce que tu ressens, sauf qu'à aucun moment je lui en ai voulu. Si, justement comme tu le dis si bien, l'amour pour ses enfants ne l'a pas sauvé, pour moi alors, rien ne pouvait le sauver. C'est dur d'accepter ou plutôt de prendre conscience qu'il y a plus fort que l'amour.

 Mon Amour aurait tout fait pour ses enfants. Mais un mal, une souffrance si vieille qui était bien enfouie a refait surface très violemment. La veille, il m'a donné des idées de prénoms pour son fils, il ne voulait pas mourir...

Je ne peux en aucun cas te dire ce que tu dois faire, c'est à toi seule de prendre la décision. C'est certain que ces bébés, si tu décides de les garder, démarreront leur vie avec un lourd bagage. As tu vu un psy et échangé avec lui sur cette grossesse?

En ligne Bmylove

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 299
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Je lis ton histoire avec beaucoup de tristesse. Je reconnais beaucoup mon mari dans ce que tu décris, et l'issue a été la même. Plus le temps passe (seulement 2 mois), et plus je pense que ce geste me dépasse, dans tous les sens du terme.
J'imagine une lame de fond, venue de loin, très loin dans son histoire, faisant irruption à l'occasion d'une succession de situations diverses, banales ou désagréables pour nous, mais dévastatrices pour eux.

En l'absence de mots pour expliquer leur terrible souffrance, reste le passage à l'acte. Le soulagement ultime à travers une violence inouïe qui a du sens par rapport à leur histoire, que nous connaissons au final si peu.

J'essaie de l'imaginer en paix, enfin. Cela me permet de penser un peu aux enfants, et à moi-même.
Le chemin va être long, douloureux, avec des rechutes terribles, mais au final, je pense qu'on écrit notre vie comme un roman. Nous en sommes l'auteur. Nous pouvons choisir quelle direction nous semble la meilleure.
Je passe, pour ma part, de l'envie d'en finir à une culpabilité ou une colère intense, puis un abîme de tristesse.
Mais j'ai le sentiment d'avancer. Parler, écouter les personnes qui me veulent du bien, voilà le meilleur remède...
Et écrire, libérer, mettre de la pensée sur l'impensable.

Je t'embrasse très tendrement.
Tu es là dans ma peau, comme un coup de couteau.
C'est chiant, le deuil.

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1026
  • Un petit pas, puis un autre ...
Je découvre ton histoire Amandine,
bien tristement
ce que tu traverses et si difficile, nous ne pouvons te conseiller sur la décision que tu vas prendre, car ce ne peut être que ton choix, mais quelque soit la décision que tu prends, sache que si tu as besoin de venir écrire ici, nous serons là pour te lire, entendre ta souffrance, et te répondre quand cela nous est possible
bien tendrement
Mononoké
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln