Auteur Sujet: Un deuil 15 ans après ?  (Lu 641 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Champow

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Un deuil 15 ans après ?
« le: 06 Juin 2019 à 22:55:49 »
Bonjour a tous
Je me présente je m'appelle Pauline j'ai 30 ans et je viens déposer ici un bout de mon histoire et peut-être trouver des témoignages de cas similaires ou des informations.

J'ai perdu ma maman il y a 15 ans d'un cancer qui a durer 3 ans.
Beaucoup diront que j'ai eu le temps de m'y préparer à la perte que on devait s'y préparer c'est pas comme un accident etc...il n'en est rien je crois que aussi loin que j'ai la possibilité de puiser jamais je me suis dit que ma maman pouvait mourir cela était impossible pour moi jamais je me suis dit que la mort rôdait jamais on nous a préparer a une fin possible.
Quand ma maman est décédé les seules émotions ont été tout de suite la peur ,la peur que mon papa se suicide et que l'on se retrouve seul avec mon petit frère de 8 ans que nous n'ayons plus personne.
Je résumerai les jours qui ont suivi assez simplement :je n'ai absolument rien ressentie j'ai juste été triste d'entendre mon papa pleuré pendant la messe j'ai juste été spectatrice de tout cela l'impression d'être dans un film mais absolument pas dans ma réalité sans pour autant me dire que ce n'était pas réel.
Pendant les 13 dernières années je n'ai pas ressentie plus et je trouvais même que les gens qui avaient du mal à ce remettre d'un deuil n'étaient pas assez résilients et je trouvais que j'avais une sacrée résilience et point.

Il y a deux ans je suis tombée enceinte et passé les 6 mois de grossesse j'ai eu un flash-back d'enfance qui me semblait très très réel j'avais l'impression d'être replongé dans mon enfance mais a l'âge adulte et une grande honte et une grande culpabilité ma envahie au point de finir ma grossesse avec des idées suicidaire.
L'après accouchement a été similairement la même chose sauf que j'ai troqué la culpabilité pour des phobies d'impulsions qui m'ont fait sombrer dans une dépression post partum j'ai demandé une hospitalisation conjointe avec ma petite fille et c'est la que les professionnels ont commencés à me parler de ma maman son décès et cette impossibilité à avoir accès à un deuil je ne comprenais pas trop le rapport et puis finalement en hospitalisation un jour sans prévenir pendant 3 jours le choc et le fait de ne pas y croire et cette sensation d'avoir perdu quelqu'un et d'être en deuil puis cela c'est apaisé.
Depuis ma sortie d'hospitalisation je vivais quand même avec un poids sur la poitrine que j'avais du mal à déterminer et que je prenais pour de l'angoisse et également une sensation d'être ailleurs pas vraiment connecté à ma journée un peux déconnecté et flottante et puis il y a un mois la tristesse c'est installé puis la douleur une douleur vive et a nouveau le choc cette sensation d'être en deuil  en deuil de ma maman je me sens triste dévasté j'ai cette impression que je n'y arriverais jamais et encore moins sans elle je suis envahie dune douleur horrible j'ai même dis a mon compagnon que je mettais sentie défoncé par la douleur complètement ensevelie,alors que je n'ai absolument perdu personne et que je sais que c'est directement lié à la perte de ma maman.

Mais du coup puis je avoir toutes ces émotions ces sensations corporels 15 ans après?
Pourquoi je n'ai rien ressentie pendant 15 ans?
Peut t'on se remettre dun deuil qui n'a pas été fait pendant 15 ans?
Certains ont t'ils vécus cela?

J'ai l'impression que je vais mourir de douleur j'ai envie de pleurer en permanence je me sans tellement ridicule de ne ressentir cela que maintenant en décalé de tout le monde.
Je ne peux même pas partager sa avec ma famille qui me prendrait pour une folle.
 Pauline

Hors ligne katrinap

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 341
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un deuil 15 ans après ?
« Réponse #1 le: 07 Juin 2019 à 09:30:46 »
bonjour pauline
*tu as vécu durant plusieurs années comme anesthésiée, parfois le choc de la mort surtout d'une maman pour une fille est une implosion si forte, car on n'est jamais préparée que pour se protéger, on la vie comme dans un film ou derrière une vitre
le fait de concevoir un enfant et particulièrement une petite fille a fait résurgence de ta vie avec ta maman, t'a peut être sans doute d'ailleurs inconsicemment renvoyé à ta propre finitude donc les souvenirs sont revenus en masse de manière incontrolée, et oui c'est tout à fait classique et je dirai normal
ce sera compliqué car la joie (d'avoir ton enfant) et la douleur (de ton deuil qui va commencer) vont se méler
le mieux serait à mon sens de te faire accompagner non par un psychologue lambda mais par un spécialiste psychologue ou psychiatre qui connait bien le deuil et qui pourra accompagner en particulier un sentiment possible de culpabilité en toi de ne pas avoir fait le deuil plus tôt et qui pourrait mettre en difficulté ta relation naissante avec ta fille
tu vas y arriver ce sont des moments douloureux mais forts, tu devras tenter de dissocier ta partie "peine" de ta partie "bonheur" pour donner aux deux parties la chance de s'pexprimer, s'epanser totalement et en ressortir plus apaisée
je t'embrasse
katrin

Hors ligne Champow

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un deuil 15 ans après ?
« Réponse #2 le: 07 Juin 2019 à 09:47:30 »
Bonjour katrin
Merci pour ta réponse elle est importante pour moi.
J'ai repris contact avec la psychiatre qui me suit depuis la ddp et avec la psychologue du cmp que j'avais rencontré quelques fois pour savoir si elle peux accompagner je verrais ce qu'elles en diront.
C'est vraiment violent tout ces sentiment intérieur j'essaye de les vivres les prendre comme ils viennent mais j'ai peur que sa ne s'arrête jamais.

Hors ligne maurba

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un deuil 15 ans après ?
« Réponse #3 le: 26 Juin 2019 à 20:55:10 »
salut,

Je ne sais pas si c'est réellement la même chose que nous avons vécus mais j'ai perdus mon père il y a 7 ans et durant les 5 premières années j’étais dans le dénis le plus total, je croyais avoir accepté sa mort et être passer a autre chose, je trouvais les larmes inutiles ; c'est pas ça qui allait le ramener, et de voir les autres pleurer sans cesse et ouvertement me mettais en colère je ne comprenais pas pourquoi ils ne passaient pas autre chose comme moi..
Puis il y a 3 ans, à " l'anniversaire" de la mort de mon père ce fut un choc, c’était comme si je réapprenais qu'il venait de mourir c’était atroce j'avais tellement mal, je ne comprenais plus rien et ne ressentais que la douleur de la perte. Ses larmes que j'avais longtemps refoulées sont sortis d'un coup c'est comme si elles avaient toujours été la mais que je les contenais depuis tout ce temps.
Cela fait aujourd'hui plus de deux ans que je suis en psychothérapie ça m'aide bcp mais ce n'est pas facile, de tout ressentir en décalage, de voir les autres être finalement passer a autre choses et moi non.. j'ai l'impression d’être a la traîne , en retard..

Alors si ça peut t'aider je pense comprendre ce que tu ressens. Ce que tu traverse n'est pas facile du tout. Je me suis bcp reconnu dans ce que tu as écrit et suis de tout cœur avec toi.
Courage à toi

Hors ligne Champow

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Un deuil 15 ans après ?
« Réponse #4 le: 27 Juin 2019 à 23:47:20 »
Bonsoir Maurba
Ouah alors la clairement je crois que si nous nous étions  un jour rencontrés j'aurais pu exactement te dire ce que tu vient d'écrire presque mots pour mots.
Je trouvais que les gens pleuraient dans le vent je ne comprenais pas qu'on puisse "entretenir"la tristesse je pensais être une "super résiliente " et avoir fait un deuil rapide et efficace (j'ai l'impression maintenant que je me lis que je parle d'une machine à laver tellement c'est dénué d'affect.
Bref merci pour ton message sa me fais beaucoup de bien de lire que je ne suis pas seule a vivre ce "drôle " de cheminement commencé à la naissance de ma fille j'en suis maintenant certaine.
Bien à toi