Auteur Sujet: Perte de mon papa, traumatisme difficile à gérer  (Lu 121 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Evalice

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Perte de mon papa, traumatisme difficile à gérer
« le: 26 Juillet 2018 à 23:58:41 »
Bonsoir,

Je viens ici et me décide à écrire après avoir lu bon nombre de posts et en me convaincant que ma peine n'est pas moins ou plus importante qu'une autre, mais j'ai besoin d'echanger anonymement avec des gens qui "comprennent" sans être associés à ma perte.

J'ai 34 ans et me sens si "petite".
Mon papa est décédé de manière inattendue, des suites d'une grippe saisonniere, fin Mars, à 54 ans. 3 jours avant son anniversaire.
C'est dur, je ne gère plus, encore moins depuis que je l'ai vu dans un rêve il y a quelques jours, c'est comme si en me reveillant il etait mort à nouveau.

Il a eu la grippe, s'en est suivi rapidement d'une pneumonie 2 jours après, qui s'est aggravé au point de devoir le mettre dans un coma artificiel, puis un aspergillus (champignons) s'est ajouté à tout ca, il a du être branché à la machine ECMO. Quelques jours plus tard, il a fait une hemorragie cérébrale due aux anti coagulants.
Nous ne savons toujours pas pourquoi tout à pu dégénérer aussi rapidement (de la grippe jusqu'au décès ce sont passés 10 jours). Les medecins recherchaient une maladie du sang qui expliquerais que le champignons ait eu raison de lui aussi vite, mais n'ont pas eu le temps de faire les analyses.

J'etais enceinte de mon troisieme enfant au moment du drame, au debut on ne me laissait pas venir le voir en raison du risque de contagion, puis j'imagine qu'on sentait que ca allait mal finir pour lui, j'ai pu venir, ce sont les pires jours de ma vie, venir le voir dans cet état, branché de partout à ces machines, defiguré par la retention d'eau, entendre les medecins toujours negatifs, se raccrocher au simple fait qu'il était stable par moment, et puis le jour de sa mort ou je sentais que quelque chose n'allait pas, mais ne pouvant me deplacer, j'ai appris sa mort en direct par ma soeur et ma belle mere (parents divorcés) sur Whatsapp (nous avions un groupe avec famille et amis pour que tout le monde aient les nouvelles en meme temps pour se tenir au courant sans avoir à telephoner à tout le monde). Cette manière d'apprendre sa mort me reste en travers, sans le reprocher à personne bien entendu.
Le voir sur son lit de mort, le toucher, froid, c'est ce que j'ai vécu de plus dur dans ma vie jusqu'a aujourd'hui, cette image, cette sensation ne me quitte plus.

Je suis encore très en colere, comment est ce que ca a pu arriver ???
La grippe est un virus dont j'ai toujours eu une peur irraisonnée, mon mari mes enfants et moi sommes tous vacciné, et on dirait que sa mort explique enfin pourquoi j'ai toujours eu aussi peur de cette maladie.

Mon pere et moi avons eu une relation tres compliqué.
Mes parents se sont séparé quand j'etais ado, avant ca, ils se disputaient beaucoup, mon pere etait quelqu'un de sensible qui a regrettér son mariage avec ma mere (à 19 ans), elle etait enceinte de moi, il fallait se marier, ils ont quand meme encore eu mon frere et ma soeur apres, donc je me dis que quelque part ils ont du s'aimer un temps. Bref, mon pere vivait mal ce mariage et sa paternité je crois, il fumait du cannabis, ouvertement devant nous, je l'ai vu sniffer une fois et il prenait de l'ecstasy. Il y a eu une periode ou il m'emmenait en boite, la aussi il ne restait pas sobre, mais ca ne me choquait pas à l'epoque. Il s'est calmé et posé en rencontrant sa seconde femme, mais continuait le cannabis.
Avant cette periode, il y avait la garde alterné, ou plutot les visites chez lui un week end sur deux, ou j'avais l'impression qu'il n'appreciait pas toujours ces moments. Bref je ne me sentais pas aimé par lui, et ce me fais mal de l'ecrire...j'ai peur qu'il le sache, qu'il soit la a me lire ou a lire dans ma tete.
En vieillissant il a essayé de se rapprocher de nous, je ne peux pas parler pour mes freres et soeurs, mais il a souvent essayé de s'excuser aupres de moi, pour sa maniere d'avoir ete pere, pour ne pas avoir été à la hauteur, ca ne m'atteignait pas, j'y etais insensible, pour moi il etait trop tard, j'avais fait mon deuil d'une vraie relation pere fille depuis longtemps, cela n'empechait pas que nous nous voyions regulierement, il faisait parti de ma vie, mais j'avais mis des barrieres, et il le sentait, il y avait enormement de non dit. Je disais d'ailleurs a mon mari que j'avais revu mes attentes à la baisse, et en le voyant plutot comme un ami de la famille, je n'etait plus decue (c'est horrible d'ecrire ca)
C'est seulement maintenant, que je me rend compte, que sur ses dernieres années, il essayait vraiment de se rapprocher de moi, il me disait meme qu'il m'aimait, alors que nous sommes plutot introvertit dans ma famille, il me faisait des cadeaux à sa maniere, il était la. Et moi je ne voyais rien, du moins je ne realisais pas à sa juste valeur ce qu'il faisait.
Il y a tellement de non dits, et je m'en veux terriblement aujourd'hui de ne pas lui avoir ouvert mon coeur, d'avoit pensé que nous avions encore le temps de tout nous dire, et il est mort en pensant que je ne l'aimais pas et que je lui en voulait encore.
Personne ne merite ca.
Sur son lit de mort, je lui ai dit que je lui pardonnait et que je comprenais, trop tard, qu'il meritait que je l'aime comme il est. Mais c'est bien trop tard.
Ce sont ces non dits qui me font si mal qui me coupe le souffle, qui me torture, il est mort sans savoir, mais avant sa mort je ne savais pas moi meme, je n'avais pas pris le temps de la reflexion, je disais meme, un peu avant qu'il ne soit malade, à une amie, que entre mon pere et moi il y avait des choses à regler, mais que j'avais encore le temps...si j'avais su à quel point je me trompais.

Une chose qui me torture l'esprit, et dont j'ai si honte...est que 1 mois avant ces evenements, je l'ai vu au supermarché, je ne suis pas allé le voir, j'aurais pu, j'etais tout pret...je me suis meme depeché de prendre ma voiture et partir....parce que me retrouver seule face à lui etait quelque chose qui arrivait tres rarement et j'avais peur qu'un malaise s'installe, que j'ai le trac de ne pas savoir quoi lui dire. Savoirmaintenant  que c'est la derniere fois que je l'ai vu vivant m'est insupportable. Je donnerais tout pour revenir en arriere. Si il y a reellement quelque chose apres la mort, qu'il peut me voir et m'entendre alors il saura que j'ai ete une vraie conne et que j'ai tout gaché en étant aussi egoiste.
Personne n'est au courant de ca, tellement j'ai honte de moi.

Bref, beaucoup de regrets et de colere, je n'accpete pas la situation.
Avoir accouché de mon bébé 2 mois apres son décès à ete un moment de bonheur bien sur, mais stigmatisé par sa mort. J'ai du mal á conjuguer joie de la naissance et desespoir de sa mort. C'est si contradictoire.
Alors je suis tellement occupé avec mes 2 grands plus un nourrisson que je n'ai pas de temps pour le deuil on dirait, mais dés que je suis seule en voiture ou la nuit quand je nourris mon bébé, ca ma rattrape puissance 10.
Autour de moi, les gens pensent que ca va, ca fais 4 mois maintenant, je ne peure plus devant eux, ils pensent que je gere, et puis on a pas envie d'embeter les gens avec ca chaque semaine, mais je sens que si je continue comme ca, ca n'ira pas en s'arrangeant.
J'en parle avec mes freres et soeurs, et ma belle mere, mais il ont leur propre peine, et on ne veut pas etre en competition dans notre peine, ou tirer l'autre vers le bas si il va bien.

Je crois avoir besoin d'une therapie, mais il faut avoir le temps, et la je ne l'ai pas, et il faut avoir le courage d'aller au fond des choses, et je ne l'ai pas non plus.

Dans ce reve ou j'ai vu mon pere, il me demandait:
"Comment tu vas ? Pourquoi etes vous triste ? Pourquoi vous m'attendez ? Pour moi c'était l'heure, je n'ai eu un verre qu'á moitié plein de la vie, et il était vide"
J'ai longtemps espéré le voir dans mes reves, j'ai envie de croire que c'etait reellement lui et non mon cerveau qui veut me montrer ce que j'ai envie de voir.
Mais le reveil à ete dur, j'ai pleuré toute la journée et depuis, j'ai l'impression d'avoir regressé.

Hors ligne Helpa

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 319
  • En manque de ma fille partie volontairement à16ans
Re : Perte de mon papa, traumatisme difficile à gérer
« Réponse #1 le: 27 Juillet 2018 à 11:25:37 »
Bonjour Evalice,

Pour moi, ce rêve, c'était vraiment lui. Il veut te faire comprendre que ce n'est pas grave si tu n'as pas pu lui dire adieu ni te réconcilier avec lui. Il est toujours là de l'autre côté et il n'est pas triste. Et il ne veut pas que tu te culpabilises. Pour lui, c'était dans l'ordre des choses qu'il s'en aille et maintenant tu dois vivre ta vie normalement ainsi que les autres membres de la famille.

Je trouve que ton rêve est vraiment typique de la façon de s'exprimer des défunts dans les contacts médiumniques. C'est pourquoi je pense que c'était vraiment lui.

Hors ligne katrinap

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 79
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Perte de mon papa, traumatisme difficile à gérer
« Réponse #2 le: 27 Juillet 2018 à 14:41:55 »
bonjour Evalice
Les mots sont si vains...
Je suis cartésienne alors savoir si c'est lui qui te parle...
mais les mots sont inutiles,  les événements, les mimiques, les gestes... tout ce qui construit une relation père fille témoignage de ton amour pour lui, il le savait
sois en assurée, on est tous humains donc perfectibles mais il t'aime et il sait que tu l'aimes
bien à toi
katrin