Auteur Sujet: je vais craquer maman  (Lu 4292 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne elisa.

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 17
  • Le forum d'entraide durant un deuil
je vais craquer maman
« le: 18 Janvier 2017 à 19:40:42 »
Bonjour je suis âgée de 15 ans et il y a 4 mois ma mère a résolu de s'accrocher aux barreaux de mes escaliers. Cette mère a été violente physiquement contre moi jusqu'à mes 7 ans et s'est ensuite converti à la violence morale ( insultes, sourires en coins, rabaissements devant mon frère et ma sœur, silence pendant plusieurs mois et quelques humiliations trainent dans mon tableau maternel.) . La dernière fois que nous nous sommes vues ma mère a pété les plombs. Elle m'a accusé d'avoir ruiné sa vie, familiale, de mère et d'épouse après m'avoir lancé un bol de café dans les jambes et avoir voulu me frapper avec un tabouret. Elle a fini par me reprocher de vivre ( elle m'a poussé jusqu’à la tentative de suicide au collège ). J'ai tenté de la fuir mais elle m'a rattrapé et n'a pas cessé de m'hurler " Je vais disparaitre, si c'est moi le problème alors, je vais disparaitre ! ". Deux jours plus tard j'apprends qu'elle s'est accrochée a un barreaux de mes escaliers. Je ne saurais pas vous expliquer mes sentiments, je ne suis pas très triste je la trouve lâche et parfois elle me dégoute. Une étrange compression me prends dans la poitrine lorsque je rumine trop.
L'enterrement fut étrange. Je ne sais pas quoi faire pour réussir a repartir mes notes en cours sont catastrophiques et j'ai mentalement du mal a tenir. Si d'une façon ou d'une autre vous pourriez m'aider a avancer je vous remercie d'avance.
« Modifié: 01 Juillet 2017 à 13:34:34 par elisa. »

Hors ligne Laure R

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 78
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : ma mère s'est supprimée
« Réponse #1 le: 18 Janvier 2017 à 22:49:00 »
Bon sang, c'est terrible! Je ne sais pas comment je peux t'aider, mais je pense que tu pourrais te faire accompagner par un psy, car  cet acte n'est que le prolongement de ce que tu dis avoir subit comme violences, de la part d'un être, ta mère, qui devait être en souffrance elle aussi. Tu as tenté de la fuir, elle disparait! C'est d'une violence...
Il est très difficile d'élaborer ces sentiments mêlés et ça ne m'étonne pas que tu te sentes perturbée. Est ce qu'il y a des proches dans ta famille qui sont là pour toi? Pour te protéger? t'entourer? te rassurer?
N’hésites pas à venir ici, nous t'encouragerons comme nous le pourrons.
Donne-nous de tes nouvelles.
Quant à tes notes de cours, je pense que tes profs comprendront pourquoi elles sont catastrophiques. Tu viens de vivre un traumatisme.
A bientôt

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2106
Re : ma mère s'est supprimée
« Réponse #2 le: 19 Janvier 2017 à 09:02:34 »

    Quelle violence, je reste sans mots.

    Prends soin de toi et aime-toi très fort, c'est contre nature qu'une mère maltraite ses enfants !

    Tout existe hélas ...
    J'espère que tu trouveras des épaules fiables et constantes sur le chemin de ta vie, et que ce lourd passé deviendra un fantôme menaçant mais au pouvoir limité, et jamais un exemple à suivre ...

    Tu peux venir t'exprimer ici tant que tu veux, tu seras lue avec tendresse, tu es si jeune et ce que tu as vécu est si fou ...
    Bien désolée pour toi, et solidaire pour partager l'envie de vivre malgré le malheur, Martine.
Heureuse d'être inconsolable, j'Aime.

Hors ligne Svetlana

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 6
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : ma mère s'est supprimée
« Réponse #3 le: 19 Janvier 2017 à 22:04:10 »
Bonsoir Elisa, cette compression dans ta poitrine s' appelle l'angoisse et c'est bien normal que tu soit aussi oppressée avec tout ce que tu as vécu depuis ton plus jeune âge. Tu dois ne pas trop savoir ou est ta place dans tout ça.  Dans un livre il y était dit c'est en s' eduquant soi même qu'on peux aider dans l'apprentissage de nos enfants. Ta mère n'a pas su faire ce travail sur elle et malheureusement  c'est toi qui à été pris à partis. Tu as raison pour sa lâcheté et c'est normal que tu ai ce sentiment de dégout . J'espère que tu va réussir à te construire un peu plus sereinement maintenant et je pense comme Laure R qu'une aide extérieure te ferais le plus grand bien  car plus on attend et plus c'est douloureux d'évoquer toute ces violences et humiliation qu'on a subit.Tu as 15 ans même si tu le sais déjà au fond de toi, tu n'ai aucunement responsable de tout ce que ta mère ta fait subir le problème était en elle et elle a choisi la solution de faciliter au lieu d'affronter ses peurs et ses démons intérieurs . Prends bien soin de toi et surtout surtout garde ta confiance en toi c'est le plus important.  Plein de pensés pour toi.
Svetlana

Hors ligne Laure R

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 78
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : ma mère s'est supprimée
« Réponse #4 le: 02 Février 2017 à 23:11:12 »
Elisa, comment vas-tu?
Donnes nous des nouvelles.
Pensées pour toi

Hors ligne elisa.

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 17
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : ma mère s'est supprimée
« Réponse #5 le: 05 Mars 2017 à 10:10:05 »

J'ai appris il y a de ça une semaine que ma mère avait déjà fait des tentatives de suicide. Un urgentiste à dit dans le compte rendu du légiste l'avoir déjà rencontré pour cette raison. Ça me parait affreux que personne de son entourage proche n'aie été mis au courant. Comment ma mère a t-elle pu nous faire face après ? Encore une question sans réponse.

Les mères et les enfants dans la rue me font souffrir. Mon père ne croit pas véritablement, enfin si mais jusqu'à un certain stade mes souvenirs. Cette réaction est peu agréable c'est à lui que je me suis toujours confiée.

J'ai envie d'hurler au monde ce qui m'est arrivé, qui était ma mère et comme je souffre. Mais ce serait injuste les gens ont leurs propres problèmes.
Merci de m'avoir lu.
Une  fille un peu perdue.
« Modifié: 21 Avril 2017 à 10:57:45 par elisa.ollivier »

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2106
Re : ma mère s'est supprimée
« Réponse #6 le: 05 Mars 2017 à 10:53:53 »

   Oui, je t'ai lue, Elisa ...

   Je t'embrasse tendrement ...

   Exprime-toi aussi souvent que tu en ressens le besoin, les proches du suicide savent bien que les questions sont inextricables ...

   Émotion pour toi, chère petite, Martine.
Heureuse d'être inconsolable, j'Aime.

Hors ligne elisa.

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 17
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : ma mère s'est supprimée
« Réponse #7 le: 06 Mars 2017 à 20:57:06 »
Qui a été ma mère ?
Voilà la question qui me taraude. J'apprends à la "connaître" qu'une fois sa mort arrivée. Ça me parait bien pitoyable. Un trop plein de souvenirs merdiques m'assaillent, je ne sais pas comment réagir. Elle est morte depuis quelques mois tous de même et pourtant je trouve que j'évolue trop peu.

Le souvenir des coups et des insultes me bouffent. La non relation que j'ai eu avec elle me manque. Dans cet espèce d'équilibre que les autres semblent avoir. Ça m'énerve grandement.

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : ma mère s'est supprimée
« Réponse #8 le: 06 Mars 2017 à 22:03:00 »
Bonsoir Elisa,

Je viens t'écrire un petit message pour t'apporter tout mon soutien et toute ma tendresse,
j'ai du mal à trouver les mots, tant ils me semblent inappropriés face à ce que tu vis.

Reçois-tu une aide extérieure ? en éprouves-tu l'envie ? Ce que tu as vécu et ce que tu vis aujourd'hui est si difficile!
Je sais que dans les villes, il existe des maisons de l'adolescent, où les adolescents peuvent rencontrer un psychologue gratuitement et anonymement sans être obligé d'en informer sa famille, peut-être cela pourrait t'intéresser ?

Je t'embrasse bien tendrement
Puisse cette nuit t'apporter un peu de douceur et de répit

"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2106
Re : ma mère s'est supprimée
« Réponse #9 le: 06 Mars 2017 à 22:11:17 »
    Ce que tu écris là en dit long ...
    Tu n'évolues pas "trop peu", ces choses-là demandent du temps ...
    Comme tu dis, "les autres" semblent bénéficier d'un équilibre qui les protège ...
    Suite au décalage causé par un deuil, il arrive que nous ayons besoin de nouvelles amitiés, de trouver de la compréhension auprès de personnes fortement éprouvées, que ces dernières soient parvenues à dépasser le sentiment d'être perdu ou se trouvent dans la même panade ...

   Ta maman souffrait beaucoup, ce n'est bien sûr pas une "excuse" pour prendre son enfant comme bouc émissaire ...
   Elle ne savait probablement pas comment se respecter, se faire respecter, et donc, comment respecter ... elle avait des failles en elle, je devine, comme tous les parents qui cèdent à la violence envers leurs enfants ...
    Et les causes de ces failles étaient trop obscures pour elle, la violence est une carence ...

    Douceur à toi ... tendrement solidaire, Titine.
Heureuse d'être inconsolable, j'Aime.

Hors ligne elisa.

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 17
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : ma mère s'est supprimée
« Réponse #10 le: 23 Mars 2017 à 22:38:23 »
Je suis tombée sur le texte que j'ai écris à son enterrement. J'ai une curieuse envie de le partager.

Maman,
deux syllabes pour tellement de sentiments
5 lettres pour tellement d'incompréhensions
et un mot pour une déferlance d'amour.

Cet  amour qui lui semblait si dur a recevoir
et que je voulais tant  donner
avec le temps c'était devenu si dur

Aujourd'hui j'aurais tant voulu l'avoir serré dans mes bras.
Lui avoir hurlé je t'aime!
Par-ce que oui, je l'aime
je l'aime tant et tant que mon cœur se serre.

Et a me retrouver là
proche de toutes ces personnes qui, de près ou de loin l'aimaient.
J'aurais tant voulu qu'elle vous voient
vous, qui êtes réunis maintenant, pour elle.

Et a vous voir tous,là
je veux vous le dire vous suppliez
s'il vous-plait, dites le même si ça coince, même si ça vous paraît impossible, même si, même si ça vous semble sonner faux,
dites les ces mots, je t'aime,
car ces mots non prononcés ont fini pour moi par devenir des poids qui ne me lâchent pas.

J'aimerai aussi que vous connaissiez ma mère comme j'ai pu la connaître
Dure, exigeante méchante.
Brisée de l'intérieur. Brisée par son enfance.
Brisée car elle ne pouvait pas vivre positivement son présent.

On me dit « mère forte, mère fière »
Mais pour moi elle était mère tremblante, mère colère.
Dernier souvenir pour un dernier accrochage.
Elle ne devait pas mourir a cet age.

Elle a laissé mon père là,
Lui qui ne demandait qu'a l'écouter
Elle a laissé trois enfants seuls.
Qui garderont en eux un vide un manque si fort.

Maman,
deux syllabes pour cette  conversation que j'aurais aimé avoir avec toi
 5 lettres car nous étions cinq et un vide restera pour ne laisser que nous
 un mot qui  me fait tourbillonner dans un océan de questions,

Comme j'aimerai la retrouver, pour lui hurler qu'elle n'avait pas le droit de nous abandonner ...
« Modifié: 23 Mars 2017 à 22:45:23 par elisa.ollivier »

Hors ligne elisa.

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 17
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : ma mère s'est supprimée
« Réponse #11 le: 24 Mars 2017 à 23:32:34 »
J'ai fais un drôle de rêve maman cette nuit. Un rêve dont tu étais la principale protagoniste. Un rêve dans lequel tu me disais des choses insensées. Tu me disais "Je t'aime". Comme quoi les rêves ont un côté ironique. Toi me dire une chose pareille? Même saoule maman, je ne t'imagine pas  dire une telle chose, ou alors avec un petit sourire en coin. Maman, il m'énerve de parler de toi au présent mais six mois, c'est court et long à la fois.
Maman, il m'énerve de devoir t'appeler par ce nom qui dans la bouche de mes camarades, est affectif. Maman ça revient a quelque chose de triste, d'incompréhensible et de révoltant pour ma petite personne.
Je crois Maman que tu m'as pourris fut un temps. Non, je ne le crois pas, il faut que j'arrête de me mentir n'est ce pas? J'en suis certaine dans ce cas. Maman tu es morte. Je n'aurais plus le moyen de me venger, de te balancer à la figure une foire de souvenirs grinçants.

Maman. Maman je t'en veux tellement; tes frères, tes sœurs ils parlent de pardon moi la colère m'anime! Le dégoût, aussi, parfois. Mon père dit qu'il faut regarder l'avenir, il n'a sûrement pas tort mais moi se sont ses souvenirs qui accaparent mon présent.
Maman tu m'énerves. C'est fatiguant de ruminer en perpétuité. Vraiment. Je repense a ce mercredi matin pourrit. Non à mon enfance. Et je pense aux photos, quel sourire tu as. Maudite femme. A côté de moi tu ne souris que par obligation et sur les photos, dieu, comme ton sourire est grand.

Tu es morte. Parfois ça me revient comme ça. Et merde me dis-je. Et là, boum. Souvenirs.
Tiens je te vois, nous sommes assis dans le salon, nous mangeons. Et dès que papa regarde ailleurs tu me lances quelques oeuillades discrètes,un petit sourire en coin, parfois un petit rire, mais il ne faudrait pas que papa comprenne. Comprenne quoi? Que tu joues avec mes nerfs, voyons. Maman j'ai sept ans putain, tu ne peux pas me laisser manger avec un coude sur la table sans me considérer comme une moins que rien?


Maman, dans la rue, tu fais semblant de rien. Tu souris aux voisins tu dis que je suis insupportable alors que, tu viens de me frapper dans le garage. Avec hargne, non, avec haine. Je t'ai fourni une bien pâle excuse j'avais oublié mon cartable dans le salon. Dieu quelle bévue. Sept ans toujours et une petite incompréhension de la signification du nom maman.

Maman, un mercredi après midi tu as hurlé encore, et encore. Je ne savais pas quoi faire. J'ai pris une boîte très jolie, qui m'était chère. J'ai pris une feuille et j'ai découpé des cœurs encore, et encore. J'ai écris sur chacun d'eux " je t'aime" et je suis descendue te l'offrir. Si tu as dis merci ou non je ne sais pas mais j'étais enrhumée. Quel rapport? Je me suis mouchée et je suis allée jeter mon mouchoir à la poubelle. Pourquoi je raconte ça? Tu ne vois pas ce que tu as fais de mal? Au moment de mettre le mouchoir à la poubelle j'ai découvert tous mes cœurs dans celle-ci mélangés aux os du couscous du midi. J'ai vu la boîte et je l'ai ouverte, il y avait des trombones à l'intérieur. Maman tu n'as rien compris. Les trombones, c'est froid.
« Modifié: 21 Avril 2017 à 10:59:35 par elisa.ollivier »

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : ma mère s'est supprimée
« Réponse #12 le: 25 Mars 2017 à 06:44:01 »
Elisa,
Je te lis, les mots ne me viennent pas facilement, tant ce que tu as vécu me semble intolérable, alors je te laisse ces quelques lignes pour que tu saches que je t'apporte tout mon soutien
bien tendremmemt
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Laure R

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 78
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : ma mère s'est supprimée
« Réponse #13 le: 25 Mars 2017 à 21:53:07 »
Elisa,
Ce que tu écris est touchant, poignant, et magnifiquement bien écrit... Sans doute as-tu trouvé ta solution : Écrire, nous écrire. Tu fais ce travail là, de deuil, non pas de ta mère, mais de la mère que tu aurais souhaité, et ce travail est éprouvant. Je crois qu'on fait le deuil d'une relation quand, du vivant de ses parents, lorsque ça s'est mal passé, on ne l'a pas fait. Viendra ensuite le deuil de la personne. Laisse aller, nous te lisons.
Amicalement,
A te lire

Hors ligne elisa.

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 17
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : ma mère s'est supprimée
« Réponse #14 le: 25 Mars 2017 à 22:55:36 »
Je suis retournée chez nous, chez toi. Dans cette maison, toute vibrante de souvenirs. J'y revois différentes scènes, différentes brûlures. Malheureusement malgré toutes ces pommades, telles que "ça va aller" ou encore "je sais que tu es forte", les marques restent, bien que la douleur s'estompe lentement. Mais il suffirait de gratter un peu la croûte ( une mère croisée au hasard dans la rue parfois me suffit,)  pour que le pus de ma rancœur sorte et se déverse.

Monter les escaliers n'est pas une épreuve si compliquée, mais les redescendre. Quelle horreur. Je me dis, sans véritablement réfléchir que ses marches tu ne les a pas redescendues ou alors qu'après avoir accroché ta corde pour aller te munir de ce ( pardon pour l'expression ) putain d'escabeau. Ma chambre, celle de mon frère, de ma sœur y es tu allée avant ton acte barbare ? T'es tu souvenue que tu avais donné naissance a trois êtres humains qui, a partir du moment ou tu les a nommés sont devenus à minimum dépendant de toi ? Ou t'es tu juste effacée en accusant le monde entier d'être contre toi.

Je m'acharne contre toi dis tu. Bien sûr. Je ne sais plus faire autrement, il n'y a pas de coupable.. certes, mais il est difficile de tous pardonner et ; quitte a en vouloir a quelqu'un, autant en vouloir a quelqu'un qui n'en souffrira pas/plus, car tu n'es plus là. Mon frère, ton fils ( je l'oubliais ) me tient aussi responsable que toi de notre relation. Je suis tombée de haut. Était-ce alors aussi ma faute ? Je me suis d'abord convaincue du contraire, après avoir pleuré à chaudes larmes du point de vue de ton fils, mon frère. Et s'il avait raison ? Et voilà, je doute. Tu jubiles hein.. tu es contente n'est ce pas même morte, tu me pourris la vie. Je te vois d'ici avec ton petit sourire de victoire. Je ne me laisserai pas faire.
Il estime que je n'ai pas fait d'efforts. Putain. Mais être a côté de toi était en sois un effort ! Ne pas me mettre a hurler, a balancer ma tête contre les murs, en bref, rester calme, c'était un effort, un énorme effort. En janvier je te l'ai dit. Ça m'a pris des mois. « Maman, j'ai des blocages sur toi. » Tu m'as dis que je ne faisais aucun effort. Tu venais de te remettre avec papa alors que vous étiez entrain de signer la procédure de divorce. Et moi, je ne faisais aucun effort ? J'en ai eu marre maman. Je n'en pouvais plus. En septembre je suis partie vivre chez  papa. J'ai eu la brève impression de respirer.

Et boum. Mois d'octobre. Papa formation, moi chez toi, trois phrases échangées, puis phrases dures -trop dures-, je quitte la maison, papy et mamie viennent me ramasser à la petite cuillère et deux jours plus tard . Mère suicidée. J'ai du annoncer à ma sœur, ta fille ( je l'oubliais une fois de plus ) que tu étais morte. Quelle horreur. Vlan. Comme une de tes baffes. Un moment déchirant et ou pourtant, nous n'avons jamais été si proches. Abandonner ta fille. Elle a 7 ans, comment lui parlera t-on de toi plus tard ? Mon frère chantera sûrement tes louanges, mon père sera modéré, et moi je ne sais pas.

Ton acte raisonne pour moi comme un doigt d'honneur. Nous mangions face aux escaliers. J'ai l'impression que la scène se serait déroulée sous nos yeux. Un espèce de «  puisque c'est comme ça » vengeur. Ah ces formidables repas, si quelqu'un du voisinage avait suivi l'un d'eux par caméra cachée il aurait vite compris que quelque chose ne tournait pas rond. Mais personne ne l'a fait. Personne n'est pas tombé dans ton talent de comédienne.  Et moi je n'était que l'ado qui se plaignait de sa mère et qui réagissait comme une ingrate.«  Sa mère a tous de même  trois enfants et elle est en plein divorce, elle devrait plutôt lui en être reconnaissante, elle... »

Ça n'en finissait pas. Maintenant ces mêmes personnes remettent tous en question. Ne pourraient- elles pas choisir dans quel camp elles sont ? Je suis perturbée quant elles se croient dans l'obligation de me faire deux bisous inutiles, sonores et insignifiants, un sur chaque joue.
« Modifié: 21 Avril 2017 à 11:01:52 par elisa.ollivier »