Auteur Sujet: Ma mère me manque viscéralement  (Lu 728 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Enamor

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Ma mère me manque viscéralement
« le: 19 Novembre 2017 à 18:27:27 »
Bonjour à tous,

Je suis nouvelle sur ce forum, j'ai besoin de partager ma souffrance avec des personnes pouvant la "comprendre", je ne sais pas trop par où commencer, il est très difficile pour moi de parler de ça mais je me rend compte que si je ne le fais pas je ne m’en sortirai pas.

Voila bientôt 10 mois que ma mère est partie, elle a lutté de toutes ses forces contre un cancer du pancréas, elle a énormément souffert, j’ai assisté à sa longue descente en enfer (douleur, perte de poids, mauvais diagnostics, opération douloureuse, manque d’humanité de la part du personnel médical, perte d’autonomie totale…).
Depuis toute petite j’étais très liée à elle, je la considère (j’ai du mal à dire cette phrase au passé) comme mon âme sœur, la seule personne qui m’a toujours compris et qui a toujours été là pour moi et voila qu’aujourd’hui elle n’est plus là… Ce manque est très dur à vivre mais ce qui l’est encore plus est de savoir qu’elle a passé la dernière année de sa vie à souffrir chaque jour un peu plus, en sachant très bien ce qui l’attendait (finir impotente était sa plus grande peur et malheureusement elle s’est réalisée).

Elle s’est éteinte à l’âge de 63 ans, j’en avais 23 à l’époque, depuis j’ai l’impression que le temps s’est arrêté… Le 6 décembre elle aurait fêté ses 64 ans, j’ai peur de ne pas réussir à gérer ce jour si important à mes yeux, je ne veux pas inquiéter ma famille et mes amis… Je dors de plus en plus mal redoutant cette date fatidique, contrairement à ce qu'on m'avait dit j'ai l'impression que chaque journée est plus dure que la précédente, je n’arrive pas à remonter la pente…

En ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2175
Re : Ma mère me manque viscéralement
« Réponse #1 le: 20 Novembre 2017 à 18:37:54 »

    Chère Enamor,

    Je comprends le manque viscéral d'une personne qui était essentielle ...
    Oui, écrire aide, car c'est comme marcher sur le chemin de sa pensée émotionnelle ...
    Les sentiments nous poussent à choisir des mots qui entretiennent notre flamme, notre lien avec celui ou celle qui nous manque ET qui nous a tant apporté ...
   D'une part, la difficulté, le déchirement de la séparation, l'incertitude quant à la possibilité de vivre sans lui/elle ...
   D'autre part, une force latente, celle de restaurer l'élan de vie que cette personne, précisément, nous a apporté ... c'est possible avec beaucoup de temps ...
   La première année de deuil fut celle des pleurs et seulement des pleurs, pour moi ...
   Tendrement et solidairement, Martine.
Heureuse d'être inconsolable, j'Aime.

Hors ligne jejumilan

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Ma mère me manque viscéralement
« Réponse #2 le: 26 Novembre 2017 à 18:49:39 »
Bonjour,

J'ai comme beaucoup de personnes, énormément hésité avant d'écrire. Mais comme vous, pouvoir parler de ceci avec des personnes qui nous comprendrons a coup sur a été ma première motivation. Si j'ai choisi de vous répondre à vous, et pas a un autre, c'est que votre histoire m'a fait immédiatement pensé a ma meilleure amie, j'ai meme crue que c'était elle.
Bref...
Ma maman nous a quitté le 15 aout 2016.  En 1 an, elle est partie, et jamais je ne l'aurais cru... En juillet 2015, on apprenait qu'elle souffrait d'un lymphome, et ses poumons étaient les organes les plus touché. Au mois d'aout , j'apprenais que je serais maman pour la deuxième fois. Ma première grossesse avait été idyllique pour notre relation, tout a bien évidement été different pour celle ci...egoistement j'ai souffert un peu du manque d'intérêt, mais juste un peu, car j'ai surtout été plus angoissé pour elle.. Ce qui m'a causé quelques soucis, j'ai du etre alitée, j'attrappais tous les petits microbes de mon grand et pendant toute cette période je n'ai pu la voir pour ne pas lui refiler mes microbes , elle était en pleine chimio...je l' appelais 2 fois par jour bien sur, mais nous habitions a 5 min et ne pas pouvoir la voir c'était terrible...de plus elle voulait tellement participer a cette grossesse comme pour la précédente,  faire les magasins, décorer la chambre...impossible. Je crois que nous en avons souffert toute les deux. Je suis désolée car j'ai tellement de choses a dire que mon texte est complètement décousu...
La chimio était agressive mais en battante quelle était , elle ne montrait rien. Pourtant chauve et se baladant avec so. Oxygène...nous avions tout dit a mon grand de 5ans qui est toujours venu la voir a l'hôpital etc. . Elle avait également une tumeur begnine dans le cerveau, qui aurait du aussi etre opéré  a terme et ceci l'inquietais plus que tout. Je devais accoucher en avril et au meme moment elle devait rentrer en quarantaine pour une greffe de cellule, en étant en aphasie totale et enchainer avec la dernière chimio. J'ai finalement accouché fin mars et je me suis rendue compte que tout ce qui lui importait en fait était de voir son deuxième petit fils naitre. Au moins je lui aurais donné cela... Elle est rentré en mai a l'hôpital, elle a pu profiter du bebe pendant 2 mois, et de son gd frère, on a fait un gros repas en famille la veille, sachant que nous serions restreints pour les visites, affublés dune combinaison et interdiction aux enfants. Elle était en pleine forme, reboostée, confiante. Ce fut très dur a partir de la 3eme semaine, nous l'avons vue pour la dernière fois consciente le jour de la fête des pères. Le lendemain matin elle faisait des convulsions et un arrêt cardiaque, coma. L'enfer a duré 2 mois. Quand elle s'est réveillé, elle était deja partie. Les yeux dans le vide, les deux mous ont servi a faire des examens pour savoir si son cerveau avait été atteint par les convulsions. Ça a été horrible de la voir comle ç, elle aurait détesté.. Ma soeur mon pere et moi y sommes allés chaque jour, lui parler, l'embrasser, la regarder...ils ont débranché le respirateur le 11, elle est paritie le 15. Je suis en colère, elle méritait mieux. Elle allait avoir 63 ans. Elle n'avait jms été malade. Je pense a elle, presque 16 mois apres, chaque jours, tout le temps, les enfants ont clairement été une motivation mais cest tellement dur. Je regarde mes fils , je me dis quelle ne les verra pas grandir, quelle ne me verra pas veillir... Qu'elle ne profitera plus de sa retraite en amoureux, apres 30 ans de mariage , mon pere se retouve seule et ça aussi j'ai du mal...nous sommes très soudés, sans tabous nous parlons souvent delle. Mon fils ainé men parle tout le temps, elle lui manque aussi terriblement. Mon perr lui a offert un bracelet brésilien cet été, il a donc fait un vœux secret. Il a cedé il y a peu et quand nous avons vu mon pere, il lui a demandé "alors, elle est revenue mamie?" C'était son vœux secret.
Cest horrible, quelque chose est brisé en moi pour toujours. Nous sommes mnt des personnes différentes, jen suis sure, je ne sais pas comment surmonter ça meme si nous continuons a vivre, l'amertume et la colère, la tristesse et la peine sont toujours aussi fortes...
Je ne sais pas si vous avez lu mon texte en entier, je suis incapable de me relire , je ny arrive pas, mais je sais que ça part dans tous les sens, pardon...je naï pas été dune crande aide mais je comprends, cest tout. JE VOUS COMPRENDS.

Hors ligne Alou

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 73
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Ma mère me manque viscéralement
« Réponse #3 le: 26 Novembre 2017 à 20:54:15 »
bonsoir,
Oh combien je comprends ce que vous exprimez!! Vos mots pourraient être les miens!!

Hors ligne Enamor

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Ma mère me manque viscéralement
« Réponse #4 le: 06 Décembre 2017 à 10:50:50 »
Jejumilan votre message m'a énormément touché, sachez que je vous comprends aussi...

Hors ligne Sandryne

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Ma mère me manque viscéralement
« Réponse #5 le: 07 Décembre 2017 à 05:59:17 »
Bonjour, votre texte aurait aussi pu être le miens... j’ai perdue ma mère le 25 août de cette année à 66 ans , en juin elle les fêtait !ma mère était infirmière libérale puis infirmière dans un centre pour adulte  atteint de handicap ! C’était  Une dure à cuire elle se plaignait jamais , elle faisait toujours passer les autres avant et sa famille comme une mama italienne, je suis aide-soignante et nous avions l’habitude  De se voir pratiquement tous les jours pour parler travail et de tout et de rien , nous étions sur la même longueur d’onde ... elle était ma meilleure amie! Bref , 1 mois avant les premiers événements elle se plaignait de douleur à l’omoplate son médecin lui avait prescrit des antidouleurs mais cela ne fonctionnait pas! Je lui ai proposé de voir une amie ostéopathe mais il m’a fallût attendre  pratiquement un autre mois pour qu’elle accepte que je l’emmène car c’était les vacances ( il était et cela a toujours été le cas inconcevable pour elle de ne pas travailler même malade car elle disait que ces patients étaient plus souffrant qu’elle) mon amie Osteo est aussi infirmière  !1 et août , mon amie l’examine, la manipule mais ne comprends pas cette douleur ... ma mère commence à défaillir et n’aya Jamais vue ma mère pleurer se plaindre je commence à m’inquieté car la douleur descend au bras elle a du mal à trouver sa respiration  et mon amie lui prends alors la tension et me dit aussi tôt de l’amener aux urgences pensant à un infarctus de là j’appelle notre médecin traitant tout en allant chercher la voiture ...en gros car j’ecri Beaucoup .... mon amie est à 1h de la où nous habitons et la clinique qui m’a été conseillé par le dr qui connaît Quelqu’un est à 20 min de chez nous .... j’avoue que je n’ai jamais conduis aussi vite de toute ma vie j’avais peur qu’elle fasse une crise cardiaque dans la voiture et devoir la sortir pour la masser enfin tous les films sinon peux se faire ! Arrivées à l’unité De syncope où l’on nous attendait ma mère marchait difficilement mais voulait absolument rester digne elle a eut plusieurs examens qui ont écarté la possibilité d’un infarctus au bout de deux jours elle a été transférée en pneumologie où elle a eut de la cortisone une semaine plus tard elle ne sentais plus ses jambes! là ils se sont enfin bouger pour faire un scanner ils ont vue une masse au niveau du médiastin ils se sont décidé à faire une premier biopsie et une deuxième et finalement une opération du dos ( 3 anesthésie en une semaine et demie) et je ne parlerai pas de la maltraitance de l’equipe... j’ai voulu la transférer ailleurs mais ils m’ont dit qu’elle n’etz Pas transférable  du coup le neurochirurgien à poser le diagnostic cancer à petites cellules qui non seulement la paralysait mais comprimait la veine cave ! J’ai eue 6 médecin qui m’ont fait venir dans leurs bureaux  tour à tour pratiquement tous les jourspour me dire qu’ils  allait mettre en place le traitements de la dernière chance mais qu’elle allait mourrir ( mon père est anxio-depressif et alcoolique abstinent depuis dix ans et malentendant donc en général ils ne parlaient qu’a Moi puisque ma mère m’avait fait décisionnaire de tout) donc ils ont décidé de faire de la chimiothérapie et de la radiothérapie et là où je suis en colère c’est que la radiothérapie non seulement était dans une autre clinique ( donc pas transférable mon œil) c’est qu’elle n’est monté en chambre que pour aller sur le brancard qui l’emmène  A l’ambuLance je l’ai accompagné évidemment c’était  Le mardi elle et revenue épuisée et la peur se lisait dans ces yeux! J’ai décidé de ne plus travailler et de restée avec elle H/24  pour tous les soins et pour qu’elle ne doit pas seule contre son avis même si je savais qu’au fond elle était rassurée évidemment je n’ai plus dormi jusqu’au vendredi soir .... elle refusa d’autre radiothérapie accepta la chimiothérapie  le jeudi soir l’ide de nuit me dit que si elle passe la nuit ce sera une victoire j’ai tenue la main de ma mère toute la nuit et je lui ai dit «  maman ! Si tu n’en peux plus n’ai pas peur,tu peux partir je ne t’en voudrais pas «  j’ai appelé tout le monde au petit matin pour qu’ils puissent lui dire un dernier mot , elle aussi a pu voir chacun et leurs dire où faire un geste tendre à moi elle m’a dit je n’ai pas peur ! Je suis restée avec mon épouse, cela faisait 5 min que les derniers étaient partis et dans un silence assourdissant elle a cesser de respirer !depuis la douleur grandit et l’omniprésence  De son absence est oppressante ! J’essaye De restée forte comme elle aurait voulu mais quand je suis seule je craque! Comme maintenant ! Il y a trop de questions sans réponse, d’injustice, elle n’a même pas eut le temps de profiter de sa retraite, elle a passer sa vie à faire que les autres soient heureux, elle a été une merveilleuse maman, épouse, amie, infirmière et elle a eut de mauvais soignants qui ont fait tout ce qu’elle redoutait qu’on lui fasse ! Je ne suis pas une violente mais j’avoue que j’ai du me contenir pour ne pas en venir aux mains avec certaines je n’ai pas compris ce manque d’humanité, ce manque de respect,cette violence verbale... et je ne comprends pas pourquoi elle! Cet ange!!!! Évidemment je sais qu’il n’y a pas de réponse. Mais si seulement je pouvais au moins savoir que maintenant elle est heureuse .... je redoute le 25 décembre car c’est Noël et puis c’est un 25 il y a des dates qui nous marque à vie ... mon père m’as raconté l’histoire d’un homme qui aurait perdu son fils d’aprés un légende où il allait voir un sage qui serait cappable de ressusciter et le sage lui aurait dit va dans le village dans chaque maison et si tu trouve quelqu’un qui n’as pas subit la perte d’un proche je ressusciterai ton enfant ... il allât frapper à chaque porte et chacun avaient perdus un proche et ils parlèrent de leurs deuil mutuel à chaque fois ... il allât voir de nouveau voir le sage qu’il lui dit tu vois tu n’es pas seul  à souffrir cela a du te réconforter de pouvoir échanger ta peine avec d’autres et l’homme compris que sa peine n’etait pas plus forte que d’autres  et était un peu apaisé voilà pourquoi je vous délivre un peu de mon histoire pour m’apaiser et peut être aider quelqu’un d’autres!