Auteur Sujet: Les deux hommes de ma vie  (Lu 138 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Riata

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 31
Les deux hommes de ma vie
« le: 29 Novembre 2018 à 03:57:51 »
Bonjour, bonsoir à tous...

Je me suis déjà exprimée ici pour la disparition de mon frère il y a maintenant 6 ans. 
Et revenir, relire mes écrits, tout ça, cela me fait à la fois du mal et du bien à mon coeur.
Du mal, parce que... eh bin quelle période sombre de ma vie j'ai dû traverser !
Du bien, parce que je ne me sens pas seule, vous êtes là, je suis là aussi, partageant en secret cette même douleur.

Je suis passée par différents états de conscience...
Il y 4 mois, le 18 juin 2018, j'ai perdu mon père....
Foudroyant. 
Arrêt cardiaque, dans son sommeil, à l'aube de ses 61 ans.
Il était en bonne santé pourtant.
Rien ne laissait présager qu'il allait partir ainsi. Rien ne laissait présager que les seules femmes de sa vie, ma maman et moi, devraient désormais continuer sans lui, sans son intégrité, sans... lui.
La douleur de ma maman fut immense d'autant plus qu'il a lâché son dernier souffle dans ses bras, d'autant plus qu'ils ont vécu près de 30 ans d'amour, avec ses hauts et ses bas.
"Jusqu'à ce que la mort nous sépare...", hein ?

Je suis tellement triste pour ma mère que j'oubliais parfois ma propre douleur. Je suis tellement triste  de penser qu'il n'y aura pas de nouveaux moments de bonheur avec Papa, de nouvelles années, de nouvelles excitations... Des plans, des projets figés à jamais ou pour un long long temps. C'est une grande porte qui a claqué à son nez. Elle est pleine de blessures. C'est son mari et son fils qui sont partis, qui l'ont laissés, elle qui est si malade. Je ne dis pas qu'elle était censée partir en premier, non je ne dis pas ça. Mais je comprends son chagrin teinté de colère, à qui, pour qui ? Son mari, son fils ? A Dieu, s'il existe ? C'est dur de croire à un dieu quand la mort emporte les personnes les plus douces qui soient, quand beaucoup ne le sont pas, tellement pourries jusqu'à la moelle et pourtant, vivent encore.

A l'heure actuelle, 4 mois maintenant, je ne pleure pas quand je pense à mon papa. Je ne sais pas ce que j'ai. Peut-être suis-je si énervée après lui ? A tel point qu'il venait rarement dans mes rêves comme ce fut l'inverse avec mon frère. J'ai l'impression que la douleur d'avoir perdu mon frère a inhibé toutes les autres douleurs que j'aurais pu ressentir depuis, y compris celle de perdre mon papa.
Je vais le dire honnêtement, je n'ai pas autant souffert émotionnellement de la disparition de mon papa que celle de mon frère. Mon frère, c'était... terrible. Mon papa, je crois que j'ai pris sur moi. Je pense. Je regarde ma maman et je me suis dite "tiens encore le coup". Pourtant, entre nous, mon papa et moi sommes très fusionnels. Tellement que ma maman ne nous comprenait que très peu. J'ai tout eu de lui, son visage, son caractère, ses mimiques, sa passion de l'écriture, sa fibre culturelle... Tout sur mon être rappelait mon papa. Il est mon pilier, mon héros. Et ma douleur pourtant reste "moindre"... Ou en sourdine ? Je n'ai pas encore craqué, du moins pas uniquement pour papa.

Si j'ai dû craquer quelque part, c'était parce que la pensée, la prise de conscience même que ces deux là, les seuls hommes de ma vie jusque là, n'y sont plus et n'y seront plus pour le restant de mes jours. Ils étaient déjà là quand j'ai commencé à vivre. Ils étaient restés à mes côtés tandis que je grandissais et puis quoi... soudainement, ils disparaissent ? Je n'ai jamais vécu sans eux, comment aurais-je pu tenir ? Voilà, je ne sais pas. Il n'y a plus qu'à survivre, je pensais.

Deux claques.
Que c'est dur...

Et puis, quelque chose est arrivé... une infirme bulle de bonheur qui a gonflé, gonflé... jusqu'à m'englober chaleureusement.
J'ai comme un début de relation avec un homme merveilleux, je pense, mon premier. Si ce n'est pas "drôle" ou triste dans ce genre de situation ? J'aurais tellement voulu que mes hommes soient encore là, mais qui me dit qu'on se serait toujours rencontrés s'ils l'étaient... Je sais, j'ai des pensées qui me dépassent. Je crois fermement qu'il n'y a pas de hasard.
Je ne sais pas comment décrire cet homme. Je l'ai dans la peau, étrangement... Une forte impression que tout s'est manifesté pour qu'on se rejoigne sur le même chemin, à ce moment précis. Rien que pour ça, pour ce qu'il est quand il est avec moi, même quand il n'est pas avec moi, je me sens éternellement reconnaissante. Alors, je me sens revivre, je me sens motivée pour créer encore et encore des moments de joie, de bonheur avec lui, mon entourage et moi-même. Inspirée pour remettre au goût du jour ce que je croyais avoir perdu à jamais...

Alors oui, je le répète pour tous ceux qui ont en tellement besoin.
L'amour est le moteur pour enclencher une vie meilleure ou même, qui rend possible tout ce qui existe. A nous, pas de le chercher puisqu'on l'a déjà, mais de le ressortir à travers les moindres petites choses. A nous de le protéger, le faire grandir en nous. Sans amour, la Vie n'a pas lieu d'être. Pas juste parce que j'ai rencontré cette personne que je dis ça, mais pour toutes les belles choses, aussi courtes soient-elles, qui me sont arrivées depuis la disparition de mon frère. Je me remémorre et je suis remplie de gratitude.

Je vous souhaite tellement de force, tellement d'AMOUR surtout et une montagne de sagesse pour savoir le reconnaître en vous et dans tout ce qui existe autour de vous.

Douces et tendres pensées...
"Ta douleur d'hier est ta force d'aujourd'hui"

Hors ligne biche07

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 567
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les deux hommes de ma vie
« Réponse #1 le: 29 Novembre 2018 à 09:29:57 »
Riata...bonjour, j'aime ton message ,que d'espoir tu donnes après la douleur il reste l'amour. C'est ce qui me porte de plus en plus...continue à espérer et donner ,merci pour ce partage, teinté de nostalgie, de chagrin et de joie . amicalement Biche.
Si j'avais su que je T 'aimais autant, je T'aurais aimé encore davantage.

Hors ligne Riata

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 31
Re : Les deux hommes de ma vie
« Réponse #2 le: 30 Novembre 2018 à 01:20:56 »
Un plaisir, Biche07.
J'ai dû passer par beaucoup de choses avant de conclure qu'après tout, l'amour lui ne changera pas.
C'est juste que nous souffrons tellement qu'il est difficile de le ressentir. Nous sommes noyés par des sentiments négatifs : un chagrin sans nom, parfois de la culpabilité, de la haine contre le monde, contre cette personne, contre soi-même aussi. Et plus que tout, de leur absence, du vide qui nous tire, tire vers le bas.

A la lecture des témoignages, bien que nous ayons une façon différente de surmonter le deuil, nous avons tous eu la même trajectoire... Elle n'est pas linéaire. Qu'est ce que nous avons erré, marché à tâtons à la recherche d'un "idéal" qui ne vint pas. L'idéal étant une vie où cette personne est encore là, bien vivante. C'est un épais brouillard que nous avons traversé, que la plupart traversent encore.

Mais tu sais, son départ vers l'au delà, l'enfer émotionnel que nous avons vécu, tous ces sentiments négatifs, tout ça, ils sont arrivés pour une raison. Je ne dis pas que c'est le destin, que cette personne a bien fait de partir ou un truc du genre, je dis simplement que sans avoir vécu des heures plus sombres, nous ne saurons jamais mesurer réellement l'impact d'un bonheur simple.

C'est pour ça, prenons notre temps à marcher dans ce brouillard, prenons le temps de ressentir intensément les choses, tristes et joyeuses. Avec cette accumulation d'émotions, nous pourrons nous relever, faire un pas en avant, que ce brouillard puisse se dissiper. Petit à petit, doucement mais sûrement.
Oui, prenons notre temps.

C'est mon ressenti du moment...

Merci de m'avoir lu.

Amicalement,
"Ta douleur d'hier est ta force d'aujourd'hui"