Auteur Sujet: L'amour de ma vie  (Lu 3014 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Psychyn

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 25
  • Le forum d'entraide durant un deuil
L'amour de ma vie
« le: 08 Septembre 2016 à 23:03:22 »
Bonsoir à tous,

Touchée par nombre de vos témoignages, je me retrouve également dans beaucoup d'entre eux. Cette vie en laquelle il est très difficile, voire impossible, d'avoir encore foi, m'a arraché l'homme de ma vie, mon père, il y a près de 2 ans et demi, d'une maladie diabolique que je hais prononcer... Depuis, mon ancienne vie n'est plus. J'ai le sentiment d'être entrée dans un enfer sans nom, une vie de lutte quotidienne rythmée par des tentatives de me raccrocher à quelque chose, de donner un sens à cette misérable existence qui avant me comblait de bonheur. C'est véritablement usant, d'où le besoin de partager cela avec des personnes qui malheureusement peuvent comprendre, même si chacune de nos douleurs est unique.

Ce qui complique grandement les choses, au delà du manque évident de la lumière de notre existence, c'est la culpabilité qui nous ronge lorsque l'on a le sentiment de ne pas avoir été à la hauteur, suffisamment présent et impliqué dans sa lutte contre cette put... de maladie. Avant, je n'imaginais pas que la vie pouvait être aussi cruelle, tant la souffrance supportée par mon père était inhumaine. Comment la vie peut elle nous faire traverser des épreuves aussi douloureuses sans nous briser à jamais les ailes ? Comment avancer avec cette souffrance subie qui nous hante ?
Quand la maladie a été diagnostiquée, je commençais tout juste ma vie professionnelle qui désormais n'a de sens, que celui de me donner un objectif quotidien, mes ambitions étant réduites à néant. Mon père, un homme exceptionnel, ne songeait alors qu'à protéger ses enfants de cette épreuve. Aujourd'hui que de regrets de ne pas avoir lutter chaque jour à ses côtés. C'est tout ce qu'il reste, des regrets stériles.

Il me manque tellement. Dire que maintenant, toutes les belles étapes de vie ne sont que souffrance. Quand on perd la personne qui nous a forgés avec autant d'amour et de valeurs, que l'on sait indispensable à notre existence, comment redonner un sens à quoi que ce soit ? Depuis, je fais semblant, pas le choix et beaucoup n'y voit que du feux, tant mieux, je suis au moins digne de ça. Dans notre état, on se fout d'ailleurs de ce que pensent les autres, et on relativise bien des choses, trop tard évidemment. Certains jours, j'essaie d'avoir des projets (appart, vie de famille,...) qui ne combleront jamais cet énorme vide mais la plupart du temps, c'est l'envie de partir qui règne, de me libérer de cette vie de lutte subie. Mais cette vie sadique ne risque pas de me faciliter la tâche.. qu'elle continue dans sa lancée puisque maintenant plus rien n'a véritablement d'importance. Pas d'inquiétude, je ne recherche qu'un espace où je puisse parler librement de tout cela, pas à être raisonnée au sujet d'idées noires qui nous traversent quasi tous, tant la souffrance est insoutenable.

Courage à nous tous.



Hors ligne GILLES86

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 85
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : L'amour de ma vie
« Réponse #1 le: 15 Septembre 2016 à 23:07:26 »
Bonjour,

Je suis très touché par ton témoignage poignant.
Comme tu le dis c'est inhumain de vivre ces moments là, de douleurs et du départ des gens qu'on aime.
Tu as perdu un papa exceptionnel et on comprend tout l'amour que tu lui portes.
Il n'y a pas de mots face à cette immense chagrin, juste envie de te soutenir de tout mon coeur,
Viens parler içi ça " aide" un peu..
On se comprends entre endeuillés..



Hors ligne Psychyn

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 25
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : L'amour de ma vie
« Réponse #2 le: 24 Septembre 2016 à 22:23:06 »
Merci beaucoup pour ces mots de soutien.

Cette vie est devenue tellement douloureuse sans celui qui m'apportait tant et illuminait mes journées. Tomber de si haut dans ce gouffre si profond, c'est insoutenable. Connaitre la maladie, la grande souffrance et maintenant l'absence et en réponse mon impuissance, c'est inhumain, insurmontable.

Dans les débuts, je me répétais sans cesse, pourquoi lui, plus important que ma propre existence, si aimant, aimé, brillant et généreux ? Moi qui croyais que dans la vie, on ne récoltait souvent que ce que l'on semait... j'étais bien naïve. Il n'y a aucune règle "malheureusement", la maladie, la douleur et tout autre événement qui nous brisent choisissent leurs victimes au hasard, d'où l'énorme sentiment d'injustice que l'on ressent tous. Pourquoi n'avons nous pas été épargnés par ce cataclysme comme beaucoup d'autres ? Mon père était tellement jeune. A peine, commençait il à récolter les fruits de son amour inconditionnel et des valeurs transmises, que la vie nous l'a arraché dans des conditions traumatisantes. Tous nos projets ne sont plus, celui de partager cette vie avec les gens qui nous sont chers... Moi qui ai grandi avec cet énorme désir de lui rendre la pareille, une fois adulte, d'être à la hauteur de la magnifique personne qu'il était,  je me retrouve coincée dans cette vie infernale dénuée de sens.

Quelle solitude... On a beau être plus ou moins entourés par nos proches, amis (qui se font de plus en plus rares, pas simple non plus pour eux qui sont en pleine construction et sont étrangers à notre douleur) et collègues (étrangers à notre vrai nous en général), ce sentiment ne fait que s’accroître. La difficulté : notre perception de la vie en est totalement chamboulée, notre sensibilité décuplée et nos attentes & ambitions réduites à néant, d'où un fossé qui ne cesse de s’agrandir.

Le grand paradoxe : je sais pertinemment que je ne m'en remettrai jamais, tant nos liens étaient forts et la base de mon équilibre, d'où mon désir de me libérer de cette put*** de  vie.. mais je ne peux me résoudre à ne pas être à la hauteur du grand homme qu'était mon père, d'où ma persévérance qui m'use à la longue. Mais sans envie, sans sens, cela ne me mène nulle part..

Tendrement,
Psychyn

Hors ligne Coco2310

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 54
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : L'amour de ma vie
« Réponse #3 le: 03 Octobre 2016 à 17:11:01 »
Tes mots pourraient être les miens tant ils racontent ce que je ressens
sauf que moi c'est ma maman qui est partie il y aura 5 mois le 8
La vie, ma vie n'est plus la même depuis qu'elle n'est plus là.

On dit que le temps arrange les choses ; pour moi c'est de plus en plus dur
Elle me manque de plus en plus

Hors ligne Psychyn

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 25
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : L'amour de ma vie
« Réponse #4 le: 25 Octobre 2016 à 22:38:46 »
Mon daddy chéri, tu me manques tant  :'(
Plus de mot.. Pas une minute sans penser à toi, à notre binôme qui me manque terriblement.
Tu es et resteras à jamais l'amour de ma vie, la seule personne indispensable à mon équilibre.
Ne croyant en rien, comme tu le sais, je chéris pourtant le jour où l'on se retrouvera. Je t'aime de tout mon être.

Hors ligne Psychyn

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 25
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : L'amour de ma vie
« Réponse #5 le: 05 Novembre 2016 à 01:32:44 »
Mon daddy chéri, le temps n'y change rien, la douleur, le manque s'intensifient... Toujours coincée entre l'envie de me battre pour toi, d'etre digne et à la hauteur,  et celle d'etre à tes côtés.. La cruauté de cette vie sans toi est insoutenable. Je t'aime de tout mon être. ..

Hors ligne coccikik

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 29
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : L'amour de ma vie
« Réponse #6 le: 07 Novembre 2016 à 10:09:56 »
Bonjour,
Je comprends tellement ce que tu ressens . Ca fera 1 an que mon père nous a laissé le 11/12/15 après avoir souffert 2 longues années sans jamais se plaindre. J'essaie de m'occuper un maximum pour éviter de penser mais le soir surtout et parfois la journée mes pensées me rattrapent tout comme cette douleur, ce manque cruel ....une partie de mou est partie avec lui ce jour là et plus rien ne sera plus jamais pareil .
Je compatis à ton chagrin dès que ça ne va pas je vais sur le forum écrire ça me ca me calme un peu ...
Je crois qu'on s'en remettra jamais et que malheureusement on doit apprendre à vivre avec .
Bonne journée

Hors ligne Psychyn

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 25
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : L'amour de ma vie
« Réponse #7 le: 11 Décembre 2016 à 20:52:38 »
Je ne m'en sors pas mon daddy chéri.. La souffrance que la vie t'a infligée me hante et ton absence à mes côtés, insupportable.. J'essaye de me battre pour toi, mais je suis épuisée. Ma vie sans toi est un calvaire. On avait tant de projets et tant de complicité & force quand la vie nous unissait.. Cette p**te ne vaut pas la peine d'etre vécue.
Je t'aime tellement  :'(

Je me sens si seule.. si deconnectée de tous ceux qui peuvent me cotoyer au quotidien.. Je n'arrive plus à donner le change.
« Modifié: 11 Décembre 2016 à 22:39:49 par Psychyn »

Hors ligne Laure R

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 73
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : L'amour de ma vie
« Réponse #8 le: 12 Décembre 2016 à 20:45:00 »
Bonjour,
Mon père est parti depuis peu. Au début, comme pour beaucoup d'entre nous, ça a été la sidération, puis sont venues les larmes, pas un jour où je ne pleure pas, le soir surtout, car dans la journée, je me tiens, ce qu'aurait souhaité mon père pour moi. Je suis fille unique.  Nous nous aimions beaucoup. Mon mari dit que nous avions un lien fusionnel, moi j'avais pas perçu cela, d'autant que nous étions parfois en désaccord, mais bon, ce n'est pas parce qu'on est en désaccord qu'on ne s'aime pas. C'était un débat d'idée, un jeu, je pense. Il aimait bien les joutes verbales. On s'aimait profondément. Et je suis heureuse d'avoir pu être auprès de lui jusqu'au bout. C'était un Monsieur âgée de 89 ans, atteint du cancer de l'amiante, et je savais que sa fin était proche, même si l'avant veille de sa mort, il était encore debout, plein de projets (retrouver ma mère qu'il m'avait demandé de rapprocher de mon lie d'habitation, et aller dans le centre de soins palliatifs proche de mon domicile). Toi ça a été bien plus brutal, et puis si jeune, p)as le temps de s'avancer pas à pas avec ton père vers sa mort. C'est ça qui culpabilise je crois, mais en même temps ton père a voulu te protéger.
Ce qui m'aide c'est de l'entendre dans une de mes voix intérieures. J'ai toujours su que cette voix intérieure là, c'était ce que mon père ma transmis, les aspects de sa personnalité que j'ai intériorisé. Je suis certaine que tu as ça en toi, tout ce qu'il t'a transmis, tout ce qui de lui fait ta personnalité. J'ai réalisé que je n'avais pas perdu mon père, qu'il était en moi, que je pouvais le retrouver, comme je l'ai toujours retrouvé avant qu'il ne meure, sauf qu'à présent, je n'aurais plus sa main sur mon épaule et je ne serais plus avec lui pour prendre soin de ma mère de 97 ans.
Je t'écris car il me semble urgent que tu retrouves ton père en toi, beaucoup de gens croient converser avec ceux qu'ils ont perdus, et c'est exact en un sens. Converse avec la part de ton père qui est en toi, je suis sûre qu'il désapprouve quand tu dis cette vie ne vaut pas la peine d'être vécue, et qu'il aimerait que sa fille, certes dans la peine, ne renonce pas et que comme le père aimant que tu décris, veut que sa fille se réalise.
De tout cœur avec toi

Hors ligne Psychyn

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 25
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : L'amour de ma vie
« Réponse #9 le: 08 Avril 2017 à 02:24:00 »
Merci à tous pour vos réactions sur ce fil de discussion.

Laure, je ne pense pas etre suffisamment philosophe pour me raccrocher à cela. Mon père fait certes partie de moi, ayant forgé la personne que je suis devenue, mais cela ne m'est d'aucun réconfort.. A dire vrai, rien ne parvient à m'apaiser. Il avait encore tellement de choses à vivre, partager avec les êtres qui l'aiment plus que tout. La douleur est telle qu'à la simple évocation de sa personne par les autres, je m'écroule.. et le temps n'y change rien. Le paradoxe c'est qu'il est en permanence présent dans mes pensées mais l'evocation de sa personne par quiconque, famille proche incluse, me renvoie  à cette réalité insoutenable.

Ce qui est dingue, c'est notre resistance face à ces tragédies. Que notre esprit et notre corps puissent absorber tant de souffrance et malgré tout ne pas flancher, c'est hallucinant et effrayant. Pas d'autre choix que d'etre l'acteur de sa delivrance que ce soit en parvenant à retrouver un sens, un certain équilibre pour les plus robustes, ou encore en "crachant" sur cette vie qui nous a ravagés pour les autres.

Epuisée, les années passent et toujours aucune éclaircie ne se profile à l'horizon. Je ne me fais pas d'illusion, je sais que je ne pourrais plus être heureuse, épanouie, traumatisée par cette atroce maladie qui m'a arraché mon père adoré bien trop tot, dans une douleur inhumaine. C'est bel et bien une survie, rythmée par une rage et une amertume intenses, le manque/l'abscence et les tentatives steriles de se raccrocher à une branche pour ne pas sombrer davantage.

La maladresse des gens qui nous entourent ne nous tire pas non plus vers le haut..

Je t'aime tellement mon daddy chéri  :'(

Prenez tous soin de vous

Hors ligne Laure R

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 73
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : L'amour de ma vie
« Réponse #10 le: 11 Avril 2017 à 01:35:54 »
Je suis désolée d'avoir mis tant de tant de temps à te répondre. Sans doute parce que je ne peux pas. C'était facile quand il y avait papa. Maintenant je suis seule. Je pouvais être opposée, en colère, mais là, je suis seule. Mon père me manque atrocement, mais j'arrive à vivre. Je reviens vers moi, avec tout ce qu'il m'a transmis et en me respectant, aussi, bordel, j'ai bientôt 60 ans, faudrait le prendre en compte. Oui. Mon père est mort, ça me fait mal. Mais moi j'ai peu de temps à vivre, alors je vis, ok? Ma mère, 98 ans, je m'en occupe. Et où est ma vie?
Pleurer sur eux, certes, mais vivre aussi!
Depuis dis années ma vie est dédiée à mes parents.
Et j'ai besoin de vivre

Hors ligne Psychyn

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 25
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : L'amour de ma vie
« Réponse #11 le: 07 Juin 2018 à 03:10:03 »
Je t’aime mon daddy chéri  :'( Que cette vie est douloureuse et à des années lumières du bonheur qu’on a partagé pendant des années.. Je me bats comme je peux, j’essaye de m’accrocher mais je ne parviens à rien, pardonne moi  :'( Tu resteras toujours mon pilier, ma lumière que j’aime tant.

Hors ligne katrinap

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 79
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : L'amour de ma vie
« Réponse #12 le: 07 Juin 2018 à 12:01:22 »
psychin

je te comprends moi mon père n'était pas jeune il avait 88 ans mais ,pour moi je ne le voyais pas vieux surtout avec ce qu'on nous rabache sur la durée d'allongement de vie
pour autant, si nous disparaissons avant "notre heure", ferions nous le bonheur de nos papas qui rêvaient pour nous d'une vie aussi riche en émotions et en amour qu'eux mêmes en ont reçu (de toi pour ton papa) et en ont donné à leurs filles?
il nous appartient je pense d'en faire autant et de se devoir, de leur devoir de vivre aussi positivement que possible les petits moments de bonheur arrachés à la douleur
pour nos disparus eux aussi ont pleuré parfois leurs parents, conjoint, ami??? et ils sont restés pour nous, nous pouvons peut être en faire autant, pour ne pas occulter ce qui peut encore nous faire du bien
quand on me dit il faut avancer ça me gonfle, car avancer est vide de sens, quand on me dis tournes la page, j'ai envie de cogner ce serait annihiler leur vie, mais par contre vivre, les faire vivre à travers soi, ses enfants... avoir des moments d'autant plus beaux qu'ils peuvent faire ressusciter des moments vécus avec nos papas,  avoir le sentiment parfois dans des moments importants de nos vie, qu'ils y participent aussi, je pense que c'est important
je te dis tout ça mais surtout ne penses pas que je donne des leçons, au fond je me le dis aussi à moi-même
bises
katrin

Hors ligne Psychyn

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 25
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : L'amour de ma vie
« Réponse #13 le: 12 Juin 2018 à 21:43:52 »
Bonsoir Katrinap,

Je partage vraiment ton point de vue, mais le souci c’est que mes emotions, mon psychisme ne suivent pas ma raison.. Ma raison tend effectivement à vouloir me sortir du gouffre dans lequel je suis (surtout pour ne pas decevoir mon père, ne pas etre à la hauteur de tout ce qu’il m’a apporté) mais impossible,  l’absence, la culpabilité et les souvenirs extremement difficiles ne me lachent pas. Du coup je m’enfonce.

Je me suis beaucoup isolée sur ces quelques années, meme si je donne encore l’illusion de faire partie de cette société via mon boulot essentiellement (famille proche et amis ont deserté, comme dans beaucoup de cas..). Mais ces derniers mois, je me sens vraiment sombrer car j’ai enormement perdu confiance en moi sur tous les plans... Le paradoxe : cet enfer devrait me faire relativiser beaucoup d’evenements futiles du quotidien, et pourtant. Mon cheminement a ce stade m’a conduite à perdre toute confiance en moi, en la vie, d’où un stress intense face à des situations toutes bêtes en soi.  J’ai de plus en plus de mal à investir des conversations, à demontrer un min d’interet, et ainsi à nouer du lien.. ce qui exacerbe mon isolement. Compliqué de trouver une branche à laquelle se raccrocher.

Pas sure qu’il existe des branches de ce type.. c’est ce qui me terrifie. Je sens que je suis partie pour rester engluer dans cette situation affreuse.


Hors ligne katrinap

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 79
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : L'amour de ma vie
« Réponse #14 le: 15 Juin 2018 à 00:32:05 »
je t"ai adressé un MP
le paradoxe dans le deuil et les ressentis est que de l'extérieur on pense que le temps apaisera et c'est vrai sur certains plans car l'émotion, le psychisme ont besoin d'avancer, instinct de survie, mais des évènements  parfois anodins ressurgissent et fragilisent on a un sentiment d'enfoncement,  c'est très douloureux
si je peux t"aider n'hésites pas
bises
katrin