Auteur Sujet: Décès de ma Maman après une tumeur cérébrale fulgurante  (Lu 684 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne mleger03

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • NAEPGQTLUEJTAALI
Bonsoir à tous et à toutes,

Je m'appelle Marjorie, j'ai perdu ma Maman il y a un peu plus d'un mois, le 24 juillet dernier. Elle est décédé d'une tumeur cérébrale très agressive, diagnostiquée quelques jours seulement avant qu'elle me quitte.
Je ne sais pas trop ce que je recherche en postant un sujet sur ce forum, je crois que j'ai besoin de parler de ce drame, et de discuter avec des personnes ayant vécu la même chose.

Ma Maman n'a pas eu le temps de lutter, ma famille et moi n'avons pas eu le temps de lutter avec elle, tout a été si brutal. Quand elle est décédée, j'étais à plus de 1200 km d'elle, et je m'en veux terriblement de ne pas avoir été à ses côtés pour l'accompagner jusqu'au bout.

Aujourd'hui, ma vie me paraît fade, vide, je n'arrive pas à accepter le départ de ma Maman, j'ai l'impression de ne pas avancer dans mon deuil. J'ai l'impression d'être coincée au moment où j'ai appris la terrible nouvelle et de revivre cette journée encore et encore... Je fais de jolis rêves quand j'arrive à trouver le sommeil mais que je me réveille, je retourne dans ce cauchemar qu'est la réalité...

Peut-être que discuter avec vous m'aidera, je tente ma chance ici pour essayer d'aller mieux. Merci par avance à tous ceux qui prendront le temps de répondre à ce message.

 :'(

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1484
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Décès de ma Maman après une tumeur cérébrale fulgurante
« Réponse #1 le: 30 Août 2017 à 23:05:53 »

Bonsoir Marjorie,

Si je peux me permettre... je pense que ce que tu recherches entre autres c'est que l'on reconnaisse d'abord la gravité de la maladie de ta maman,  le courage de ta maman puis surtout ton droit au chagrin, ta douleur, ta souffrance.
Tu veux faire savoir à la Terre toute entière que TU AIMES TOUJOURS TA MAMAN... sois rassurée, votre lien d'Amour est éternel.
Ici, sur ce forum, tu peux nous parler de ta maman avec confiance, de votre relation.

Moi, aussi, quand ma mère est décédée il y a ... 17 ans en Espagne... j'étais à plus de 800 km de chez elle... et ce terrible sentiment de culpabilité de ne pas avoir était là à ses côtés m'a longtemps accompagné ... même si en réalité  NOUS NE POUVONS RIEN FAIRE POUR L'AIDER... être là avec elle, oui d'accord mais nous ne faisons pas toujours ce qu'on voudrait ni sommes où l'on préfèrerait...

Je comprends que tu ne puisses pas accepter le départ de ta maman... quelle âge avait-elle ?

Sans aucun doute, si tel est vraiment ton souhait, tu va pouvoir sur ce forum exprimer librement toute ta peine...
tu va être lue, comprise et tu échangeras avec des personnes sensibles à ta douleur et à ta souffrance...

Sois patiente... crois-moi par expérience... tu arriveras à sourire à nouveau à ta maman quand tu penseras à elle...

Même moi, qui suis pourtant un vrai  cancre du deuil, j'ai  redoublé plusieurs fois chaque étape du deuil ... j'y suis arrivé... et après 17 ans d'amour avec ma petite maman... j'ai réussi à décrocher un doctorat en DOULEUR & Souffrance et je lui souris... tu peux aussi lui parler tout doucement et lui écrire...

Bien amicalement et solidairement.
Federico
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne mleger03

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • NAEPGQTLUEJTAALI
Re : Décès de ma Maman après une tumeur cérébrale fulgurante
« Réponse #2 le: 31 Août 2017 à 11:24:40 »
Bonjour,

Merci Federico pour ta réponse.

Ma Maman avait 53 ans. Sans exagérer, elle était la personne la plus importante dans ma vie. Je viens d'avoir 25 ans, et j'ai le sentiment aujourd'hui d'être une petite fille abandonnée, qui va devoir grandir seule.

Elle s'est battue toute sa vie contre la mort. Elle a perdu ses propres parents très jeune, quand elle était encore ado, elle a du subir une greffe de rein, puis des opérations pour son coeur... Elle a toujours eu la force et la volonté de se battre.

En mai dernier, son état a commencé à devenir inquiétant. Elle avait des comportements étranges et des difficultés motrices importantes. Après une consultation chez le médecin, elle a été hospitalisée avec examens en "urgence" dans l'hôpital de ma ville.
Face à l'IRM, qui révélait que son cerveau était atteint à environ 30% de lésions cérébrales, les médecins semblaient déconcertés. Mais ils n'ont jamais prononcé le mot tumeur, et surtout, ils n'ont pas, à mon avis, été suffisamment clairs. Je sais que la colère est normale, mais au regard des discussions avec les médecins, je pense qu'ils auraient du insister sur la gravité de son état et me conseiller à moi et à ma famille, de profiter de moments en sa compagnie.
Suite à ce premier examen, elle a été transférée dans un plus gros hôpital où un traitement devait être mis en place après une biopsie qui aurait confirmé la tumeur.
Malheureusement, ce n'est pas arrivé car ma douce Maman est partie avant, deux semaines après ce rendez-vous chez le médecin.

J'ai du mal encore à accepter la maladie qui me l'a arrachée, car entre le moment où j'ai pris conscience de la gravité et du combat presque futile qu'il allait falloir mener, et le moment où elle est partie, il s'est écoulé à peine une semaine.
Je sais que, pour ce type de cancer, les taux de survie sont dérisoires. Je sais que j'ai eu "la chance" qu'elle ait été elle-même jusqu'au bout malgré les lésions qui auraient du/pu la rendre méconnaissable. Je sais qu'elle n'a pas souffert. Mais tout ça ne m'aide pas à accepter sa disparition.

Il y a tellement de choses auxquelles je pense. Notre relation qui, du fait qu'elle m'a élevée presque seule, a été conflictuelle pendant l'adolescence mais qui était tellement fusionnelle...  Mon beau-père que je considère comme mon papa, qui se retrouve seul et que je ne pouvais imaginer sans ma mère à ses côtés... Mon futur, qui prend l'apparence du Mont Everest avec toutes les remises en question qui se déchirent dans ma tête depuis un mois...

J'apprends depuis son départ, ce qu'est réellement la mort. Et cette douleur que je ressens, cette tristesse, je n'arrive pas encore à la contenir et la maîtriser. Je me sens comme une petite barque qui fait face à un tsunami...

C'est vrai qu'écrire en me disant que je serais lue est apaisant, je me suis toujours sentie plus à l'aise en m'exprimant par les mots. C'est aussi une façon d'évacuer.

Je ne sais pas trop comment conclure, donc je vais simplement m'arrêter là.

 :-\

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1484
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Décès de ma Maman après une tumeur cérébrale fulgurante
« Réponse #3 le: 31 Août 2017 à 13:18:39 »

Bonjour Marjorie,

Ta maman avait 53 ans, elle était jeune... évidemment trop jeune pour mourir !
Je comprends qu'elle aie été la personne la plus importante de ta vie .
MAIS tu ne l'as pas perdu définitivement... son absence physique, ce manque viscéral OUI ! mais VOUS serez toujours l'une avec l'autre... d'autant plus que vous étiez très fusionnelles.
tu me dis qu'elle s'est battue toute sa vie contre la mort... elle a donc été très courageuse... elle n'a perdue que la dernière bataille face à l'extrême gravité de sa maladie...
On se reproche souvent de ne pas avoir pu, su profiter davantage de la compagnie de ses parents... les souvenirs des moments partagés de joies sont avec toi...
C'est sûr que tu vas "grandir" très rapidement... l'absence, la douleur, la souffrance vont s'ajouter à ton expérience de vie !
Grande période de questionnement ... tu vas suivre ton propre cheminement avec une immense tristesse, un grand désarroi... mais j'espère aussi que TU VAS TE BATTRE POUR TOI, POUR TA MAMAN et pour tes proches.

Marjorie, tu es lue... et comprise !

Tes mots expriment bien tout l'Amour pour ta maman.

Amicalement et solidairement.
Federico
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !