Auteur Sujet: Comment reconnaitre une dépression suite au décès de son père ?  (Lu 190 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Sarah2209

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Merci a ceux qui prendrons le temps de lire mon histoire... Et qui me viendront en aide

Bonjour à tous,
Malheureusement je vous rejoins sur ce forum suite à la perte de mon père le 8 novembre dernier de 49ans qui a laisser une femme et 3 enfants dont moi 26 ans 21 ans et 16 ans.

En effet , le cauchemard a commencé en janvier 2017 lorsqu'on lui a découvert un cancer à la plèvre non opérable. Tout s'est enchaîner très vite et si doucement en même temps... On est passer par beaucoup d'étape , de positive et négative. J'aimais profondement mon pere , mais parfois je fesais le choix de pas allez le voir. Son changement etais tellement dure a supporter pour moi ... Les larmes me montait et je ne voulait pas qu'il voye l'inquiétude que j'avais, la peur.... Mais ce n'était encore rien a ce qui allait arriver...

En août de l'année dernière tout s'est empirer... La rémission. J'avais l'image d'un ours qui avais hyberner et qui s'était réveiller avec une très grande faim, la maladie s'était empirer et c'était mis sur les poumons , l'estomac d'une façon dramatique. Et irrémédiable.

Mon père a été hospitalisé tellement qu'il souffrait , pas plus d'inquiétude que d'habitude , je ne savait pas encore ...

Un lundi a 11h ma mère m'appelle et la le tournant de ma vie commence. Mon père est sous morphine le médecin veux nous voir .... Évidemment je me précipite comme toute la famille ( j'ai deux soeurs de 16& 21 ans) le médecin nous annonce quelques jours.... Voir quelques heures qu'il est sous soin palliatifs.

Évidemment très dure... Nous restons a ces cotes des heures et des heures en pleurant, la famille arrive l'une après l'autre...

Jusqu'au moment ou il se "réveil" , a des réactions , nous parle , a des discussions censer , marche .... Beaucoup d'incompréhensions a ce moment la et aussi d'espoir...

Suite a beaucoup de soucis avec le personnel nous décidons de se relier et de rester h24 à ces cotes jours et nuits. Sans le laisser. Et nous décidons de ne pas lui parler de la discussions avec son cancérologue qui nous avait annoncer ces quelques jours... On lui dit que la maladie s'était empirer mais de pas s'inquiéter. Que tout ira. Une occlusions intestinale fait son arrivée, impossupour lui de manger ou boire. On le tiens en lui cachant l'État de gravité, peux être car nous étions naïve et remplit d'espoir? 

Mon père nous fait ainsi part de son envie de changer de vie une fois rentrer, et de ces regrets... Le mensonge était trop intense , on fesais tout pour qu'il se sente bien. Des habits malgres la sonde , a son service , une présence constante... Et des réponses a ces questions le plus rassurante possible...

Cette situation dura 3 semaines. Des hauts et des bas. A la suite de ces 3 semaines il est envoyé dans un centre de soin palliatifs. L'ambulance est venu le chercher j'ai pu monter avec lui. Je voyaices yeux heureux , je priais pour que la vie lui donne une secondes chance...

L'arrivée au nouveau établissement. Un lundi malheureusement son état c'est dégrader très très vite. Nous somme tjrs dans le même état d'esprit : Le protéger.  Mais de jours en jours il perd son autonomie. Jusqu'au même en se rasant le jeudi de la même semaine il se fait des coupures énormes, il est a ?moitié endormit, ne parle plus, dors, veux plus sortir de sa chambre.

Ma mère est la seule personne a pouvoir restée avec lui ce soir la... Nous rentrons mes soeurs et moi. A 21h ma mère nous appelle mon père fait des arrêts cardiaques. Il suffoque, nous dervons revenir le plus vite possible , j'essaye de rassurer mes soeurs pendant le trajet ce qui est dure car même moi je suis effondré. Nous arrivons dans le couloir et je l'entend suffoquer très fort.... Le cauchemard. Nous restons a ces côtés et lui y disons tout ce que nous avons a lui dire. Apellons les membres de la famille pour lui parler.

Et décidons de se relier avec ma mère et mes soeurs toutes les 30 minutes a deux. Il a des moment ou il redevient lui memuveux se lever. Encore un dernier espoir...

Mais a 2h du matin cette nuit du 8 novembre , il s'étouffe , il s'éteint, c'est finis. Tout les espoirs s'envole. Nous décidons de rester a ces cotes jusqu'à qu'il l'emmène en chambre funéraire. 

Et c'est la que " MA dépression " commence.... Nous sommes aujourd'hui le 23 janvier Noël est passer , son anniversaire qui était le 12janvier ( il aurait eu 50 ans),

2 mois et demis de crise. De pleure. Au jour d'aujourd'hui je me pose des questions du styles :
Pourquoi moi j'ai le droit d'être la encore?
Pourqioiuon me la pris?
Pourquoi vivre?
Et si on me laissait le rejoindre?

Beaucoup d'étapes, des insomnies - a dormir 15h ( sans abuser)
Rien manger - a faire de la boulimique
Rire aux éclats - a pleurer toute la journée
D'excès en excès.
Aujourd'hui j'ai des angoisses lorsque je sors je veux sortir que lorsque il fait nuit, ne parlra personne. Je me replie sur moi même et perd confiance de jour en jour.
Mon corp est aussi tout dérégler. Parfois je me surprend a regarder des gens et me dire pourquoi eux sont la et plus mon père ? Je ressent une injustice. Et mes idées sont négative et noir.

Évidemment je n'en parle a personne , ni mes soeurs , ni ma mère et ni mon compagnons qui essaye de faire au mieux et qui commence a en baver.... J'essaye de garder au plus bonne figure...

Je me découvre colérique, fainéante, pleureuse. Ce qui est mon opposé en temps normal.

Mon père me manque , je le pleure sans cesse. Ma vie n'a plus de goût ni de couleur. Je n'ai plus aucun projet , ni d'envie. J'écoute des musiques qui me font penser a lui a longueur de journée, je fume beaucoup et bois. Je suis perdue. Je voudrais qu'il revienne, le prendre dans mes bras et que cette idée m'obsède.

Aujourd'hui j'ai 26 ans. Deux petites soeurs ma mère , un copin , et de véritable étude et une carrière avec beaucoup de possibilité mais non , rien n'y fait. ...un jour ne regarde du boulot et le lendemain je pleure toute la journée et fait deux pas en arrière. Je sais que la seule personne dont j'ai besoin ne reviendra pas. Alors parfois je m'imagine le rejoindre , très souvent. Je me demande pourquoi ? Pour qui ? Continuer a vivre. Alors que évidemment je me dit je veux pas faire au personne qui m'entoure. Mais cette idée est tellement intense. Je me dit je voudrais tomber malade et parfois me met en danger. Bien-sûr je me dit ton père aurait honte lui qui voulais tellement vivre et toi tu gâché ta vie, comme une "conne" alors que tu as tout. Lui qui s'est battu jusqu'à la dernière minute. Mais il me manque une partit de moi et j'ai bien l'impression qu'il me manque la meilleure partit de moi...  Pourquoi accomplir des choses alors qu'il ne sera pas présent ?

Avez vous déjà vécu une maladie d'aussi proche ? Ave au tant d'espoir?
Et par la suite ce genre de comportement ?

Je vous remercie par avance...
Une âme perdue.

En ligne pscar13

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1199
  • Seul l'Amour peut garder quelqu'un vivant
Re : Comment reconnaitre une dépression suite au décès de son père ?
« Réponse #1 le: 23 Janvier 2020 à 19:00:51 »
Bonsoir sarah,

Tu as traversé un traumatisme terrible, prise dans le tourbillon de la maladie, les espoirs déçus, assister impuissante à des mois de souffrance, et quand tout s'arrête, il n'y a plus rien plus d'espoir, c'est incompréhensible de mourir à 49 ans.
Tu as ressenti le besoin d'écrire tout ça, pour le sortir de ta tête, et tu as bien fait, il y a beaucoup de bienveillance ici, tu auras sûrement d'autres réponses, ou pas, mais écrire permet de partager un fardeau bien trop lourd.
J'ai fermé les yeux de mon amoureuse il y a quinze mois, elle s'est battue pendant des années, et les derniers mois ont été terribles, c'est pourquoi je comprends tout à fait ce que tu écris, toutes ces émotions, qu'on appelle les montagnes russes sont si difficile à comprendre.
Tu peux regarder la conférence du Dr Fauré qui te permettra de comprendre que tu ne deviens pas folle et que tu es dans un parcours qui va prendre du temps
https://youtu.be/C9V7ESltxEs

Prends bien soin de toi, une pensée pour ton papa.
Le futur devient présent, et, dans l'instant qui suit, passé.
Mon rêve est devenu réalité, mon amoureuse, mon présent pour toujours

Hors ligne Mandy

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 201
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Comment reconnaitre une dépression suite au décès de son père ?
« Réponse #2 le: 23 Janvier 2020 à 19:47:23 »
Bonjour Sarah,

J'ai 33 ans et dimanche ça fera 4 mois que j'ai perdu ma maman. Elle est décédée après un malaise en lien avec son cancer du sein qu elle avait depuis 2013(rémission en 2014 récidive en 2015). J'étais avec elle lors de son malaise mais pas lors de son dernier souffle car personne n'a eu le droit de venir avec les pompiers. Elle avait 69 ans.

C'est pour ça  que ton histoire fait écho pour moi. Je comprends tout à fait ce que tu dis par rapport au fait que tu aies parfois pris la décision de ne pas aller le voir parce que c'était trop dur. Lors du premier cancer de ma maman c'était très dur de la voir sans cheveux et je ne l'ai pas vu aussi souvent que j'aurais pu.

Tu as vécu et vu des choses terribles. Et ces choses là sont arrivées à l'une des personnes que tu aimais le plus au monde. Ce qui serait étrange c'est que tu ailles bien. Je pense que les montagnes russes sont normales. Il y a des jours qui sont moins dures que d'autres.
Je n'ai pas peur de dire que je suis traumatisée par les images de ma maman le jour où elle est partie. Je revis très souvent ces moments. Son souffle, ses lèvres, sa peur. Je pense que tu vis tout ça. Je n'ai pas essayé mais j'ai entendu parler de l emdr qui permet d atténuer les souvenirs traumatiques peut être que cela pourrait t'aider.

Il n'y a rien de mieux et en même temps de pire que l espoir. On s'y accroche de toutes ses forces et de toute son âme. Un des médecins avait dit 4 jours avant le décès de ma maman que si on faisait dans quelques temps une intervention sur son cœur elle en aurait pour un an. Un autre disait qu'on ne pouvait pas savoir et qu'il fallait garder espoir.  Et 4 jours plus tard maman est partie. Nous avons toujours caché ce qu'avait dit le médecin car nous espérions qu elle vive encore, en tout cas plus que quelques jours car nous ne voulions pas au elle ait peur et surtout qu elle garde le moral. Dans la maladie c'est déterminant. Donc je comprends tout à fait votre démarche.

Pour ce qui est de tes sentiments j'ai parfois envie d hurler sur les personnes âgées d'avoir la chance d'être la alors que ma mère n'est plus... J'ai aussi parfois envie de mourir. Pas de me suicider mais juste de ne plus me reveiller. Je me reprends rapidement car j'ai un petit garçon de 15 mois mais c'est pour dire qu'avoir envie de la rejoindre m'arrive regulierement.

Quant au pourquoi je cherche encore. Je pense qu'il n'y a pas de réponse. C'est injuste. Je suis tres en colère contre la vie de me l'avoir prise alors qu elle n'avait pas 70 ans. Toi ton papa était encore plus jeune, même pas 50 ans... 'comment ne pas être révoltée.

Et sur la nuit je suis très angoissée quand le soleil se couche. Ma maman est morte en soirée donc toutes mes angoisses me viennent dans ces moments. Je pense que cest aussi pareil pour toi' mais d'une façon plus générale le soir on a tout le temps de se poser et de penser.... Du coup tout le chagrin explose.

Désolée pour ma réponse décousue je suis un peu perdue aussi et je ne sais pas comment t'aider car je ne pense que personne ne le peut vraiment. En tout cas personne ne peut t enlever le chagrin ou le manque tout simplement parce que ceux ci sont le reflet de tout l amour que tu avais pour ton papa.

Sache que tu n'es pas seule. Viens parler de ton papa ici. Tu déposeras un peu de ta peine. Nous te lirons et même si tu n'as pas toujours des réponses nous entendrons ta détresse car nous aussi nous avons perdu un amour.

Prends soin de toi
« Modifié: 23 Janvier 2020 à 22:24:51 par Mandy »

Hors ligne katrinap

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 416
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Comment reconnaitre une dépression suite au décès de son père ?
« Réponse #3 le: 24 Janvier 2020 à 09:59:35 »
Sarah

la vie est bien injuste et tu fais bien de déposer ici ta peine, viens parler de tes beaux moments avec ton père pour accompagner ton cheminement et te permettre de te rappeler aussi les jolies choses et pas que ces moments terribles
effectivement si les images continuent d'être obsédantes pour toi de sa fin, l'EDMR peut t'aider à soulager tes visions, t'aider à trouver de la paix
le manque sera là tu devras dorénavant composer avec ça mais tu pourras avancer
tu as fait et ta famille avec toi tout l'enveloppement, le soutien, l'amour dont il avait besoin et c'est essentiel tu verras dans les temps qui suivront ça pourra te réconforter car tu étais là
un parent comprend que pour son enfant le voir malade est très lourd et qu'à certains moments tu avais besoin de souffler
l'amour ce n'est jamais de demander pardon, un parent comprend tout
il est près de toi tu sais il ne t'abandonne pas
le travail de deuil que tu amorceras te permettra à un moment de ces étapes de te dire qu'il est en toi, qu'il te soutient
tu n'en n'es pas là mais le temps viendra où cela pourra te faire du bien
penses à toi et rapproches toi de ta maman et de tes soeurs, l'entourage est essentiel dans ces cas
je t'embrasse
katrin