Auteur Sujet: quand savons-nous que le deuil est en train de prendre fin? Y a t-il des signes?  (Lu 3948 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne bibou

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 8
  • Le forum d'entraide durant un deuil
BONSOIR A VOUS TOUS!
Comment sait-on que notre deuil (si pénible et dure traversée du désert en solitaire) au combien atroce période plus ou moins longue pour certains, comment et quels signes peut nous alerter .....bien sûr à part les pleurs qui s'espacent les crises de larmes et les angoisses dues à la solitude que l'on n'a pas choisis. Moi je sais que je ne suis pas encore sortie d'affaires. J'ai vu cet après-midi un vêtement qui m'a tout de suite donner envie de pleurer mais j'étais dehors en public.Je me suis retenue;

Hors ligne

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 14
  • L'amour ne voit pas avec les yeux mais avec l'âme
Bonsoir Bibou,

Néophyte comme vous, je me pose également cette question. Avant de vous donner mon sentiment, je voudrais vous faire part de mon histoire. L'histoire de mon mari qui est aujourd'hui la mienne et celle de mes enfants. Mon mari, un homme plein de vie, souriant avec beaucoup d'humour et d'une intelligence époustouflante mais aussi vivant un mal-être profond, intime qui n'appartenait qu'à lui, a mis fin à ses jours le 5 juillet 2016.

Le deuil de l'être aimé, de notre moitié, de la personne avec qui nous avons fait des enfants et sans qui aucun projet n'a sens, est l'expérience la plus atroce qu'il m'ait été donnée de vivre. Apprivoiser l'absence, le vide abyssal, le manque, la peur de continuer seule avec ses deux enfants en bas-âges...

Tout ceci n'est que souffrance, une souffrance absolue... Je pense qu'il y a de la souffrance dans le deuil, mais le deuil n'est pas cette souffrance. Au contraire, le deuil est ce que l'on va mettre en place pour se séparer de cette souffrance.

Je lis beaucoup depuis 4 mois et 3 jours. Docteur Christophe Fauré fait partie des auteurs que je lis et relis. Je trouve du réconfort dans les étapes du deuil qu'il décrit dans son livre "vivre le  deuil au jour le jour" car il me rassure. Ainsi, je me persuade de ne pas perdre pied, je chemine lentement mais sûrement...

Je me sentirais mieux le jour où je pourrais enfin dîner avec des amis en ville sans avoir ce sentiment de tristesse intense, le jour où je pourrais enfin penser à mon mari, le père de mes enfants, en me disant avec un réel apaisement : "quelle chance ai-je eu de croiser son chemin, de vivre ces quelques années à ses côtés. Le jour où voir grandir nos enfants, le fruit de notre amour ne sera que bonheur sans penser que lui ne les connaîtra jamais adultes..."

De manière plus concise, je pense que mon chemin sera plus apaisé le jour où mon deuil ne sera plus synonyme de souffrance.

Je vous souhaite beaucoup de courage.

A bientôt,




Nandou_Guanaco

  • Invité
Pour le deuil de mon conjoint,  au vu des conditions, cancer, du fait que  j' ai su qu' il allait partir, j' ai donc pu m' y préparer, son âge: 62 ans, mon courage, ma volonté d' avancer, à cette question mon psychiatre a répondu: le deuil c' est pour la vie madame. Mais pour retrouver une vie normale et apaisée il vous faudra 4-5 ans. Voilà pour la datation de la fin de mon calvaire, cela fait 9 mois ce mois ci, le temps passe vite heureusement.  Si seulement je pouvais accélérer le temps... Pendant que d' autres rêvent: Ô temps suspends ton vol!

Hors ligne zabou

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1182
  • DANS MON COEUR A JAMAIS

Le deuil n'est pas forcement plus apaisé avec le temps qui passe .

désolée de jouer l'oiseau de mauvaise augure , la douleur nous prend moins souvent , moins longtemps et est aussi plus douce.

L'apaisement , la sérénité , c'est autre chose beaucoup plus difficile à atteindre.....

Vous souhaite d'y accéder.

pensées

zabou
Le souvenir, c'est la présence invisible.
Si j'avais su que je t'aimais tant, je t'aurais aimé davantage.
Mon amour, plus qu' hier et moins que demain.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 5184
le deuil du proche ne prend pas fin
selon moi
c'est un travail jusqu'au bout
par contre les souffrances liées à l’absence, elles vont se transformer
selon les secteurs de vie et le type de deuil elles vont se maintenir aigües mais venir moins souvent
ou pour d'autres s'adoucir et rester en toile de fond
 par contre à notre insu la résilience se met en route et au quotidien un nouveau vécu peut s'installer et prendre de la place mais il sera mêlé à l'intérieur de soi aux souffrances
on découvre que l'on peut vivre de vraies joies, rire, avoir des moments d'apaisement et sentir aussi en même temps la souffrance
mais la souffrance n'empêche plus la joie d'exister
je parle de joies simples à voir des enfants évoluer par exemple
la notion de plaisir, d'envie est autre chose (là je parle dans le deuil du conjoint)

le jamais comme avant est a intégrer me semble t'il, car jamais plus on ne pourra être comme avant, les conditions ne seront jamais plus réunies pour cela

4 ou 5 ans pour fabriquer de nouvelles habitudes, de nouveaux souvenirs , voir évoluer des enfants pour supporter autrement les manques ... oui sans doute faut il au moins ce temps
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne bibou

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 8
  • Le forum d'entraide durant un deuil
oui je pense un peu tous comme vous tous. ET MERCI DE VOS REFLEXIONS vous avez dit des choses bien sensées. PLUS JAMAIS comme avant, je n'ai goût à rien et pourtant cela fait déjà un an que mon amour de conjoint m'a quitté pour monter au ciel. Et je "continue" à vivre comme un robot sans envie quand je prends des congés je suis tout le temps angoissée et tourne chez moi comme un lion en cage.De plus, nous travaillions ensemble, même au boulot je le revoie me former des coeurs avec ses doigts. C'est atroce cette sensation de lourdeur dans mon coeur dans mon corps. C'est une sensation étrange d'aimer "dans le vide" et seule mon chéri Vincent disparu d'une grave leucémie en six mois et si subitement emporté.Alors que notre amour venait de naître à nos âges à 52 ans. On a l'impression d'avoir une seconde chance de vie pour vivre heureux et tout s'achève injustement. Nos collègues ont été très présents pendant la maladie.Et maintenant j'ai l'impression que pour eux la page est tournée et moi j'ai souvent envie de parler de lui car je ne veux pas qu'ils l'oublient. Il est présent au magasin. Je suis la gardienne de son âme quelques parts il est en moi et je pense à lui à chaque instant et souvent quand j'entends la musique qu'il aimait COLDPLAY je sais que c'est un signe de lui. Et qu'il me souffle dans mon oreille : mon Bibou pense à toi . moi ça va bien où je suis.Il avait voulu revenir chez nous pour mourir et j'ai cédé à son ultime désir.Comment aurais-je pu lui refuser cela. Je suis resté jusqu'à la fin à le caresser, à l'embrasser et sa respiration ralentissait de plus en plus ..Ses fils ses amis sa vieille mamanou comme il l'appelait TOUS là pour lui un dernier Salut pour notre Vincent.Plein d'amour il s'est éteint avec sérénité....voilà je pleure encore pour lui pour nous le couple que nous formions amoureux comme des collégiens.

plumi

  • Invité
BONSOIR A VOUS TOUS!
Comment sait-on que notre deuil (si pénible et dure traversée du désert en solitaire) au combien atroce période plus ou moins longue pour certains, comment et quels signes peut nous alerter .....bien sûr à part les pleurs qui s'espacent les crises de larmes et les angoisses dues à la solitude que l'on n'a pas choisis. Moi je sais que je ne suis pas encore sortie d'affaires. J'ai vu cet après-midi un vêtement qui m'a tout de suite donner envie de pleurer mais j'étais dehors en public.Je me suis retenue;
salut , j ai perdu mon conjoint au mois septembre
je voulais te dire que moi aussi je pleure des que je suis en public car y a toujours des souvenir qui remonte a la surface
ne retiens pas tes larme si tu doit pleurer c est normal 

Petite étoile

  • Invité
Pour ma part il n'y a pas pas de fin...
Il faut vivre avec les blessures...
Et de n'avoir pas ete la.... :'(