Auteur Sujet: Partie Fachée  (Lu 266 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Charybde

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Partie Fachée
« le: 26 Novembre 2018 à 14:57:44 »
Bonjour,

Ma compagne et moi-même avons perdu notre meilleure amie ce week end.
Il n'y a pas vraiment de section deuil d’un(e) ami(e) c’est donc ici que je poste, ce serait d’ailleurs peut être une bonne idée car personnellement j’étais plus proche d’elle que de ma propre famille, c’est dire que la disparition d’une amie peut être tout aussi douloureuse.
Elle avait 48 ans et, c’est la première fois que la mort m’arrache quelqu’un d’aussi proche et comme beaucoup d’entre nous, je me sens vide et désemparé.
Initialement c’était l’amie de ma compagne depuis près de 15 ans, c’est tout naturellement qu’elle était (mon dieu je viens d’effacer ‘est’ pour ‘était’ … et rien que cela c’est dur !) devenue aussi la mienne.
Nous passions beaucoup de soirées comme tout le monde avec nos amis à refaire le monde, parler des amours, partager nos joies et nos peines… elle était la personne avec qui on partageait en premier les nouvelles, la confidente de ma compagne, une âme sœur.
Femme vive et indépendante, depuis trois ans, elle avait eu des problèmes de santé qui l’obligèrent à subir une opération chirurgicale assez lourde (discopathie) et les soucis s’enchainèrent …. Difficulté pour marcher, douleurs aigues etc…
Les choses n’allaient vraisemblablement pas s’arranger, on lui prédisait une immobilisation progressive, une impossibilité de marcher, jusqu’à un handicap lourd et définitif. Elle devait d’ailleurs repasser une grosse opération dans les mois prochain, mais contre vent et marées nous voulions rester positif.
Etrangement ce n’est pas cette maladie qui eut raison d’elle mais une embolie pulmonaire, c’est donc une maigre consolation de la voir partir avant que la maladie ne la ronge encore un peu plus.
Là où je me confie à vous, c’est que ces derniers mois notre amitié fut mise à dure épreuve, elle vivait une véritable fuite en avant et nous assistions à tout cela impuissant sans réussir à la freiner, (et puis le fallait-il ? nous ne pouvions pas vraiment comprendre ce qu’elle vivait), elle brulait la chandelle par les deux bouts en somme.
En septembre dernier à l’anniversaire de ma compagne, notre amie lui fit sans le vouloir une ‘ vacherie’ et blessa profondément cette dernière.

Ma compagne furieuse après elle, ne décolérait pas (elle est vraiment entière). Notre amie ayant compris son erreur elle demandait de lui pardonner, j’essayai d’intercéder en sa faveur mais ma compagne ne voulait rien savoir, blessée à l’extrême, allant même parfois trop loin dans ses propos, elle ne voulait plus la voir.

Deux mois passèrent, ma compagne adoucie songeait enfin à baisser la garde enfin reparler avec elle mais comme la vie sait si bien être ironique, ce week end le couperet tombe …
Elle est donc partie sans avoir obtenu le pardon de ma compagne et cette dernière vit un deuil d’autant plus douloureux, sans compter que la famille de la défunte lui en tient rigueur.
En 15 ans d’amitié c’est la première fois qu’elles s’étaient embrouillées et il faut que la mort vienne suspendre éternellement l’affaire !!!
 
Comment faire pour la déculpabiliser ? 
Est-ce que quelqu’un a déjà vécu la disparition de quelqu’un avec qui il était fâché et qui le regrette amèrement une fois celle-ci partie ? comment surpasser le silence comme réponse ?  Le fait qu'elle n'ai pas été là les 2 derniers mois de sa vie.
J’ai peur qu’elle n’entre dans une dépression vicieuse, larvée, sous quel angle faut-il lui faire voir la chose afin qu’elle puisse faire son deuil  ?

Hors ligne biche07

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 525
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Partie Fachée
« Réponse #1 le: 26 Novembre 2018 à 16:43:14 »
Bonjour Charybde...les remords , les regrets font partis de tout les deuils, les SI, c'est inévitable. Perdre son amie  dans  de telles circonstances est très certainement  destructeur... se pardonner puisque nous sommes tous parfois si  misérables...J'espère que ta compagne va trouver la force pour  passer au delà de la culpabilité. biche
Si j'avais su que je T 'aimais autant, je T'aurais aimé encore davantage.

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4136
Re : Partie Fachée
« Réponse #2 le: 27 Novembre 2018 à 14:34:41 »
Il me semble que la sagesse passe par le chemin de la demande d'aide à un professionnel psychothérapeute  peut être voir côté thérapies brèves ...
Prends soin d'elle en attendant
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

En ligne Sortie de ma noyade

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 45
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Partie Fachée
« Réponse #3 le: 28 Novembre 2018 à 20:31:43 »
Ce matin, je méditais justement sur la culpabilité.  À peine quelques temps après, ma sœur m'envoya une pensée du jour (datée d'aujourd'hui) et me la partagea.  Le message était  à propos de ce même sujet dont je lui avais fait part  hier.  Son échange m'a vraiment rejoint au point même de m'apaiser. Un peu plus tard en matinée je lis votre partage et je ne peux faire autrement que répondre de ce que j’en pense puisque je me suis moi-même fait entendre :  La peine ou l'offense de la part de quelqu'un est une chose.  Le pardon accordé tant qu'à moi en est une autre.  Ceci dit, le tout est un processus dont je ne crois pas devrait être accéléré.  Chacun(e) a tout de même le droit de vivre ou traverser ses émotions propres, ses sentiments à sa façon pourvu qu’ils ne soient pas destructifs envers la personne même ou quelqu’un autre (sinon, comme qiguan, je crois qu' il est important de consulter).  Le plus difficile par contre, est de pouvoir se pardonner soi même comme mentionne biche07 et ce, en son temps, selon son propre rythme, sans pression sociale qui souvent a tendance à aggraver les choses.  Puissiez-vous faire la paix avec vous même en temps et lieu et je le répète, en temps et lieu.  Une blessure grave a eu lieu et cela, nous ne pouvons le dénier. Il s'agit maintenant plutôt de voir quelle serait la meilleure façon d'obtenir le traitement de guérison nécessaire en discutant avec la personne qui fut concernée de plus près et ce, seulement si celle-ci est prête à le faire. Sinon, je crois qu’il nous faut la respecter selon mon humble avis et simplement faire ce dont nous avons besoin et sommes prêts à faire pour soi même personnellement d'abord et avant tout.
P.S. Que la famille lui en tienne rigueur tant qu'à moi est tout à fait normal car elle aussi a à traverser ce deuil, chose qui n'est pas facile à faire puisqu’elle a évidemment ressentie la souffrance avec celle qui est partie.  Pour ma part aussi j'ai apprise que ces genres d'émotions réactives suite au départ  d'un être cher font tout de même partis du processus. Ceci dit, il ne nous faut pas oublier que  la blessure d'origine a eu lieu au cœur d'une relation tout à fait autre que celle de ceux qui ont voulu la réparer par la suite, même si cela a eu un impact dans leur vie à eux aussi.  Ceci me porte à croire alors que le processus de guérison choisi, me semble tout de même appartenir aussi à celle qui fut directement impliquée à l’origine de ce dilemme, non? Du moins, c’est ce que j’en pense…à vous maintenant la pensée…
« Modifié: 29 Novembre 2018 à 10:06:47 par Sortie de ma noyade »