Auteur Sujet: Parent divorcé et désenfanté  (Lu 58892 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 645
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #600 le: 05 Février 2020 à 20:14:09 »
Merci Katrin!
Sûr j'aurai besoin d'un coup de main, mais pas d'urgence, ne te surcharges pas !!!. J'ai un certaine facilité pour écrire et du temps et tant que "ça coule tout seul, je suis mon fil. Le seul souci est que ça réactualise des moments difficiles et me bouscule un peu, rien de plus grave que du sommeil en retard et donc les yeux qui se croisent un peu!!! Donc relecture pour repérer fautes ou incohérences, je prends!  Voire un passage qui paraît insuffisamment précis ou de traviole!!! c'est si difficile ce sujet, si plein de détours...ouvert à toutes critiques mais pas aux contestations du fond !
Mais, sérieux, quand tu peux!!!
Bizs Katrin.

Pascal.
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne Nora

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 776
  • " Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes "
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #601 le: 05 Février 2020 à 20:32:06 »
C'est une belle idée que tu as eue, Pascal, et qui m'intéresse effectivement.
Cela faisait longtemps que je n'avais pas écrit ici, sur le deuil, et j'ai retrouvé l'envie et la facilité . J'aime l'exercice d'écriture spontanée, et tu m'en as donné l'occasion.

Mais. Parce qu'il va y avoir un mais, et même plusieurs.

Je vais moi aussi manquer de temps, et je ne pense pas pouvoir renouveler aussi souvent que  nécessaire mon exercice d'écriture et l'alimentation du sujet. Je ne suis pas sûre que mes écrits sporadiques puissent convenir à une écriture collaborative.

Mais surtout.  J'avoue une petite défiance et frilosité vis à vis du forum depuis quelques mois, en particulier depuis que mes écrits ont fait l'objet d'une modération, au nom de la liberté d'expression, ce qui depuis me laisse dans la plus profonde perplexité.
J'ai alors supposé, (et espéré )  que le modérateur n''avait fait que répondre aux injonctions de certains membres, prompts à appuyer sur le bouton de signalement , ceci sans vraiment s'imprégner des divers échanges..

J'avoue aussi ne pas trouver beaucoup d'intérêt dans les échanges,  désormais bien  propres et aseptisés, et regretter les tumultes  et le chahut d'autrefois et le foisonnement d'idées qui en découlait.

Comme je l'ai indiqué, je suis bien incapable de mener la moindre réflexion poussée, et je n'écris que mes ressentis.

Alors je me pose des  questions :

Vais je être libre dans mon écriture ? Non, certainement pas. Plus maintenant.

Ai-je envie que mes écrits soient lus par tous ? Non. Plus maintenant.

Ai je envie que mon histoire,  Son Histoire, Notre Histoire, soit de nouveau portée ici ? Non,  clairement non, plus maintenant.

J'en suis là ....

Il faut que ça décante ....

Mais je n'ai pas écrit mon dernier mot !

Nora


Hors ligne résilience et silence

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 645
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #602 le: 06 Février 2020 à 04:41:33 »
Hello Nora!
Super. bien content que ça réactualise ton envie d'écrire, c'est une excellente nouvelle. Mille fois tant mieux!
Exposer, c'est s'exposer disait Pablo Picasso.
La modération est  un rôle certainement extrêmement complexe à tenir  : quand la colère déborde, et c'est bien qu'elle puisse le faire, le contenant doit aider le contenu à rester dans le cadre du tableau exactement comme les toiles de Francis Bacon traduisaient les débordements intérieurs (par ex le portrait de Lucien Freud réalisé avant son suicide). Je crois fermement que c'est aider le peintre que de le contenir dans sa toile en respectant la source de son talent. Facile à dire et loin d'être facile à faire, l'interrogation de la limite...Quand l'insupportable déborde en nous, le risque est grand des multiples formes que peuvent alors prendre la mise en danger de soi-même ou d'autrui. et si une clef magique existait pour garder cet équilibre toujours en stabilité, ça se saurait! A ma connaissance, cette clef n"existe pas, sinon, il n'y aurait pas de passages à l'acte suicidaire, criminel, addictif, ordalique ou toutes formes de décompensations dangereuses imaginables.
Alors, perso, je respecte autant le "Modéré" que le "Modérateur"...Les Majuscules, c'est exprès! Comme la pensée systémique nous amène à saisir toute la complexité de ce que les Italiens appelèrent vers ses premiers temps dans les années 1970 : rôle et contre-rôle (en référence à Mara Selvini Palazolli). Le tout sur fond de toile en partie totalement hors de notre portée dans cette interaction de Grand Architecte et de nous, petits architectes (la minuscule, c'est exprès!)....Pfouh, comment mieux exprimer mon désarroi? Je ne sais pas!
Pourquoi Platon dans "ses pharmacies" aurait-il fait émerger le concept de "Pharmacos"? Il n'existe ni médicament, ni poison, seulement des dosages. et en arrière plan, l'intention qui se doit de tenir son cap opiniâtre de tolérance et de bienveillance qui est le sien. Cela suppose de résister aux tempêtes sur notre "coque de noix"!!!!  :-[

Bizs

Pascal.
« Modifié: 06 Février 2020 à 05:07:31 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 645
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #603 le: 07 Février 2020 à 10:30:31 »
J'ai fini mon "chant des pistes"!!!!!! Repos mérité, maintenant!
Bizs
Pascal.

PS, il manque le final que j'ajoute ici , les références biblio viendront plus tard!


Remerciements

Je remercie mes proches et voisins de m’avoir entouré.
Je remercie la forêt de m’avoir accueilli.
Je remercie mon fils cadet de son courage de m’avoir annoncé cette terrible nouvelle.
Je remercie mon fils aîné d’être si présent.
Je remercie le compagnon de ma fille d’avoir partagé son amour avec elle jusqu’à ses derniers instants.
Je remercie ma compagne, ses filles de m’avoir accompagné si fidèlement depuis ce temps.
Je remercie tous les habitants de Cilicing, les représentants des différentes communautés religieuses
d’avoir honoré ma fille pour son Grand Départ.
Je remercie les jeunes de Cilincing d’avoir réalisé et transmis cette poignante vidéo en hommage à ma fille.
Je remercie mes ami(e)s, jeunes et moins jeunes de leur attentive affection ainsi que ma filleule.
Je remercie la police municipale de m’avoir sauvé.
Je remercie le responsable de la section jazz du conservatoire de son soutien personnalisé.
Je remercie mes ami(e)s à 4 pattes qui ont su être et sont si présents dans ma vie.
Je remercie les actrices et acteurs du forum des mots du deuil qui ont nourri mon cheminement, raisonnant avec le leur, ainsi que son créateur et ses assistants.


Et surtout, surtout, je remercie ma fille d’avoir été la fille magnifique qu’elle a été.

Latcho Drom sur la route de l'apaisement.
« Modifié: 07 Février 2020 à 11:38:05 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne Faïk

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1040
  • Terra Incognita
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #604 le: 07 Février 2020 à 12:54:05 »
"Je remercie les actrices et acteurs du forum des mots du deuil qui ont nourri mon cheminement, raisonnant avec le leur"

Raisonnant ou résonnant ?  ;) Pa' disait parfois que je "raisonnais" comme un tambour. Il avait des manques, mais pas ceux de l'orthographe ni de la dérision ...

Merci pour la route

Hors ligne Faïk

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1040
  • Terra Incognita
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #605 le: 07 Février 2020 à 13:03:49 »
C'est peut-être pas le fil où il faudrait en parler, je ne veux pas squatter plus ... Mais puisque tu as évoqué Gatlif, je ne peux pas m'empêcher de penser à un film où souffle le vent sur les pistes aussi : Urga. Ca m'avait bien mis la tête à l'envers (dans le bons sens alors !), depuis j'écoute la B.O régulièrement ...
« Modifié: 07 Février 2020 à 13:05:35 par Faïk »

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 645
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #606 le: 07 Février 2020 à 13:49:58 »
Ah, ah, je me souviens de ce film, Urga! Le type qui tombe en rade avec son camion dans la steppe! Je vais essayer de le revoir, ça date de 1991, j'ai vu ça sur allociné., j'ai du le voir vers cette époque....ça a besoin d'un petit rafraichissement in my head, un peu dans l' état du camion en rade!  Je vois si y a pas une yourte dans les parages! :D :D Merci Faïk! Cool
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 645
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #607 le: 08 Février 2020 à 07:25:00 »
Hello!
Un p'tit bonjour à vous t(te)s!  Enfin 9h de ZZZZZZZZZZZZZZ! Cool, en plus je ne conduisais pas de camion! La chance!
Un partage rapide, tt de même de qque chose qui peut nous être utile : 1 mois que ce retour de balancier m' ramené au moment traumatique. Perte de sommeil, larmes, défenses au taquet, enfin , vous connaissez.
Conclusion de cet écrit partagé, le chant des pistes, hier. Consultation médecin hier...Je suis aux limites,trop risqué par ex de conduire ma voiture au risque de finir comme le Mr du camion, dans le fossé, voire pire....Donc prudence, les tisanes, ça suffit plus!
Bon relationnel entre le médecin et moi, ce qui permet de croiser nos lectures en toute confiance, intelligemment et "constructivement" je dirais.
Dans nos langages réciproques, terme médical d'état post-traumatique pour lui, retour du refoulé pour moi (émergence à la conscience du refoulé est plus exacte, comme formulation, d'ailleurs, précision quasi-chirurgicale nécessaire dans ce "patacaisse" dans lequel nous crawlons!).  Rien de contradictoire la dedans, Les 2 sont justes, à mon avis et doivent se rejoindre.
Ignorer l'aide pharmacologique est tout aussi préjudiciable qu'ignorer les pulsions qui demandent à s'exprimer....l'écrit réalisé pour moi....Mais, mais, mais, la question des limites doit impérativement être considérée. Donc traitement adapté pour retrouver le sommeil et passer le cap avec l'aide de molécules adaptées. Si l'équilibre ne se rétablit pas relativement rapidement,  le recours à l'EMDR  serait un moyen qui fait ses preuves en post-trauma. Voilà pour le rétablissement.
Mais en amont, je pense que l'une des fonctions positives de cet état est de pouvoir "revisiter" ce qui a été partiellement refoulé. L'écrit évacue, tout au moins, c'est ma méthode. Les mots aux maux, comme on dit.
La prochaine vague serait logiquement moins violente, un post-post traumatique qui adviendra en son temps, puisque ma conclusion de deuil accompli, apaisé, fini m'amène à proposer l'idée d'un deuil partiellement apaisé et un deuil ad libitum, sans autre issue que le terme de ma propre vie. Un peu théorique tout ça, mais je trouve que ça valait le coup de le soumettre à votre réflexion!
Bizs.
Pascal.

« Modifié: 08 Février 2020 à 08:26:18 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 645
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #608 le: 09 Février 2020 à 07:39:02 »
Bonjour!
Résistance...terme proche de résilience. Résister n'est-t-il pas plus adapté que résilier? Voici 25 ans, alors que je travaillais en centre de soins pour toxicomanes et familles, le psychiatre de notre équipe et moi avions échangé sur ce terme de "résistance". Ceci après un moment particulièrement difficile traversé par notre équipe. Je vous restitue cet échange en abrégé.
La métaphore que ce collègue de travail avait utilisé pour qualifier cette question de résistance était la suivante : "chaque grain de sable d'une plage, pour trouver en lui les forces de résistance aux assauts qu'il subit, demande temps et lent processus avant de les trouver".
Cette phrase mérite d'être méditée. Comme reconstruction/transformation, n'est-il pas juste de s'interroger sur cet autre tandem résilience/résistance?
Nombre de personnes écrivant sur ce forum, dont je fais partie, restent très en prudence par rapport au terme de résilience, ce me semble. Je partage. J'ai déjà préféré répondre en une autre occasion à une personne extérieure à ce forum : "résilient? Non, je fais plutôt un cheminement émaillé de résilience".
De mémoire, le terme de résilience est raciné dans l'image de résistance d'un matériau aux chocs. Je me sens bien plus proche du qualificatif de résistant que de résilient. Pour résister il m'a fallu me transformer et non me reconstruire.
Une suite qui me paraît logique d'opter pour préférer coupler transformation/résistance dans la traduction de mon ressenti plutôt qu'un tandem reconstruction/résilience que je ne ressens pas....
Un ami m'a dit avant hier qu'il n'y a qu'en français que le terme "SENS" a 3 significations distinctes. En aucune autre langue, ce terme combine 3 signifiants. La porte suivante?

Bizs

Pascal.
« Modifié: 09 Février 2020 à 08:12:19 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne Faïk

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1040
  • Terra Incognita
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #609 le: 09 Février 2020 à 08:21:43 »
Résilience ne me convainc pas, en tant que retour à l'état précédent. Comme un chewing-gum gum qu'on aurait étiré et qui reviendrait à sa forme initiale. Il faut de la souplesse pour cela. Je me sens plus en accord, avec la notion de concilience (le terme concilience, qui découlerait du verbe concilier n'existe pas, ou alors mon dico est trop vieux) abordée par Thierry Soubise* : concilier l'avant et le maintenant. Ca ne sera pas pour ce dimanche encore.

* Je me permets de le citer, c'est d'ailleurs le seul que je connais. Ignorance crasse ...
« Modifié: 09 Février 2020 à 11:48:49 par Faïk »

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 645
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #610 le: 09 Février 2020 à 08:25:42 »
Ouais, je suis d'accord Faïk, Concilience, ça raisonne/résonne. Puis-je le citer sur "Chant des pistes" (volet 2 et vraiment pas anticipé, ça a poussé ce matin, juré, craché, si je mens, je vais en enfer! Vraiment pas envie! >:(, ça m'suffit l'ici et maintenant de ts les jours!) dans ce volet ouvert ce matin, "l'en-quête de sens?" ou préfères-tu le développer sur un nouveau fil? J'essaye de concilier ma nature "hyper-active" au diapason collaboratif, ah, ah, quelle affaire!!! Le boulot de ce dimanche! :D :D :D
Bon là, je sais, j'ai un peu de pain sur la planche!!
Bon WE en tout cas.
Pascal.
« Modifié: 09 Février 2020 à 08:47:44 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne Adnarag

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 142
  • ...
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #611 le: 09 Février 2020 à 10:49:01 »
Je crois qu'il faut néanmoins du temps pour être capable de résistance.
Le terme de concilience me parle davantage. Bien que dans sa définition donnée par le Larousse le terme concilier renvoie à la bienveillance.
Les mots ont le sens que l'on veut bien leur donner. Ce sens est "intrinsèque" à chacun. Dépend de nos propres résonances/"raisonnances".

A propos de mots, il en est quelques uns que n'aime pas. Voire que je déteste.
Résilience fait partie de ceux là. (mes plus plates excuses à résilience et silence ... membre de cette communauté)
En physique je crois que le terme désigne la resistence d'un métal aux chocs. Ce mot sonne froid dans mon esprit.
Idem pour bienveillance.
Je connais vraiment peu de gens capables de réelle bienveillance. Ça sonne franchement blabla pour beaucoup quand on observe vraiment les gens.  Et ceux qui parlent le plus de bienveillance sont souvent ceux qui en sont véritablement incapables. Telles ces grenouilles de bénitier qui dans leur bavardages et cancans ne semblent pas même prendre conscience de la futilité de leur propre prétendue foi qu'elles ne vivent en rien et dont elles sont incapables de respecter les principales règles. Celles d'un amour inconditionnel sans jugement.
Il s'agit peut-être là d'une caractéristique essentielle de l'être humain. Sa perversité. Il faut bien admettre que si les grenouilles de bénitier sont les moins représentatives dans leurs actes de l'idéologie à laquelle elles adhèrent, elles en sont pourtant généralement les pilliers de leur communauté. Paradoxe. L'être humain semble  fait pour détourner les belles idéologies quelles qu'elles soient, les exploiter au profit d'un petit groupe réduit d'individu, et laisser le reste de l'humanité sur le carreau. Pire, en exploitant le reste avant de l'abandonner sur le carreau.  En exploitant et, l'Histoire le montre encore là, maintenant, en humiliant le reste avant de l'abandonner sur le carreau. Dans nos sociétés plus "civilisées", quelle blague, et bien évidemment parfaitement démocratique, en vous exploitant, et en vous rendant responsable en tout point de votre propre exploitation, avant de vous abandonner sur le carreau, dans le caniveau.
Combien de gens ici dans ces pays de l'eldorado occidental incapables de vivre, par exemple, en travaillant et gagnant un smic, incapables de se soigner dignement, et je ne parle même pas ici des soins psychiatriques comme le signale souvent assiniboine, mais de soins plus ordinaires, dentaires par ex, incapables de trouver du travail, incapables de ... et bien sûr responsables de cette incapacité !
Quel grand cinéma, quel grand cirque ! Quel grand spectacle ... inhumain. Où l'on regarde avec l'indifférence du mieux loti les autres s'enfoncer inexorablement dans leur ... prétendue incapacité à être suffisamment responsables, suffisamment riches, suffisamment solide psychologiquement, ... pour réussir convenablement leur vie !

Pour être capable de réelle résilience, encore faudrait-il être capable d'y mettre du sens.
« Modifié: 09 Février 2020 à 11:14:42 par Adnarag »
Puisque qu'il ne t'était plus possible de vivre.
Heureux.

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 645
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #612 le: 09 Février 2020 à 19:08:44 »
Bonsoir!
Adnarag, je me souviens bien de ce texte et de ma réponse tout à fait sincère sur "les plates excuses" absolument pas nécessaires mais reflet d'une réelle attention à ne pas risquer de me blesser.
Concilience/bienveillance est certainement un joli tandem à explorer, je trouve que ce terme amené par Faïk ouvre une porte. la preuve ça ne résonne/raisonne pas seulement pour moi!
Un membre de ma famille, tante du côté maternelle est très religieuse, croyante et très  pratiquante. Nous arrivons tous 2 à avoir de longues conversations alors que je suis un "athée spirituel libre-penseur", avec une estime réciproque. Des Jésuites ont entouré le Grand Départ de ma fille aux côtés de Musulmans, de Bouddhistes et d'Athées. Un exemple de concilience, de bienveillance et de respect. C'est la raison pour laquelle j'ai veillé à transmettre mes remerciements aux représentants des communautés religieuses de Cilincing. Ma fille était elle-même athée et a réussi l'exploit d'être accueillie et considérée par tous. C'est ce versant que je retiens.
Aucun sujet (terme psy, ne pas se tromper!) ne peut être réduit à ses croyances et à la façon de les pratiquer. Je postule qu'il y a des personnes de toutes natures dans tous domaines, qu'il soit culturels, confessionnels ou politiques, et j'en oublie certainement. Et si des gens m'ennuient, trop en contradiction à mon goût, je passe mon chemin, simplement. si je ne peux "passer mon chemin", je me défends par ce qu'avec soupçon d'humour j'appelle "la voie de l'aïkido". Je  suis d'accord avec René Roussillon qui postule qu'on ne peut défaire l'agressivité de l"être humain sans risquer de lui ôter une défense naturelle, Faut-il encore assouplir nos défenses, au mieux de ce que nous pouvons! Un principe psychique...démocratique.
Notre république est laïque, c'est son principe démocratique et je l'aime bien.
La réflexion continue! ça c'est cool!
Bonne soirée.
Pascal.
PS: je me rappelle un propos de Tobie Nathan qui soulignait que pour certaines cultures Africaines, avoir une noix de cajou (je crois)  ou autres dans la bouche donnait sens au propos. Intéressant comme piste, je trouve.
« Modifié: 11 Février 2020 à 05:33:46 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 645
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #613 le: 11 Février 2020 à 05:37:35 »
Bonjour!
Le noyau de la tribu est réunie! Enfin, j'ai eu de bonnes nouvelles de la Maman de notre fille. Et j'en suis heureux.
Pascal.
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 645
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #614 le: 12 Février 2020 à 16:18:54 »
Bonjour!
Je trouve qu'Adanarag ouvre un questionnement extrêmement riche sur son fil, sur le sujet des psys. J'ai croisé voici qques mois une histoire dramatique malheureusement vécue par nombre de participants, actifs ou non, de ce forum.
Un médecin urgentiste a  été en urgence sur un accident proche du service où il exerçait. Drame terrible, il n'a pu sur place que constaté le décès de son fils, balayé par un chauffard. Je n'ose imaginer le désastre que cet homme a traversé, et traverse encore probablement. Nul(le)s ne peut parler de double choc, un enfant décède et quelle que soit la façon dont elle ou il décède, le trauma est l e même pour nous tou(te)s.
Comment penser que cet homme puisse s'exprimer sur un forum en occultant son effondrement de médecin à sauver son enfant? Comment un psy, ou de la famille des psys dont je faisais partie peut-elle(il) occulter son métier de soignant sans masquer cette autre facette du drame  d'être soignant et d'enterrer son enfant? Doit-on se taire ou trouver mode de partage dans un en-deuil qui nous réunit dans une même douleur à vivre que tout autre être humain?  Doit-on ouvrir un fil uniquement dévolu aux seuls soignants endeuillé(e)s? Ma réponse est non, mille fois non.
Je crois, par contre, peut-être ais-je tort, que notre éthique de soignant nous amène à l'humilité de nos savoirs sans pour autant renier ce que nous sommes ou avons été, professionnellement. Ici, sur ce forum, nous sommes avant tout femmes et hommes dans le plus simple appareil que nous donne la vie : nu(e)s devant la mort qui a frappé à notre porte comme à d'autres.
Donc, merci, vraiment, Adnarag, d'avoir "ouvert", en quelque sorte, ce débat si délicat.

Pascal.
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.