Auteur Sujet: Parent divorcé et désenfanté  (Lu 18803 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 389
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #255 le: 05 Février 2019 à 07:14:35 »

Copes, formation pour les professionnels de l’enfance, de l’adolescence et de la famille

    Formations intra sur site
    Formations inter au Copes
    Toutes nos formations
    Brochure 2018
    Brochure 2019
    S’inscrire

    Le Copes
        icone_Copes.png
        icone_formation_inter.png
        icone_formation_intra.png
        icone_ODPC.png
        icone.png
        tv.png
        scope.png
    De l’enfance à l’adolescence
        icone.jpg
        icone.jpg
        icone.jpg
        virtuel.png
    Problématiques familiales et sociales
        icone.jpg
        icone.jpg
       

Honte et culpabilité : entrave du lien avec les familles

Début : jeudi 14 février 2019

Les destins de la culpabilité et les effets de la honte parasitent souvent à leur insu les acteurs des prises en charge.

Leurs effets peuvent altérer la relation, les liens professionnels-familles ou familles-professionnels voire même interdire toute forme d’alliance et de confiance.

La honte, la culpabilité, indicibles souvent, niées parfois, enferment le sujet dans un isolement coûteux ; difficile alors de se reconnaître une place à part entière.

Si les jugements surmoïques impitoyables peuvent attaquer parfois cruellement l’estime de soi, le regard social dans sa normativité renforce chez le sujet un sentiment d’exclusion. Solitude rendue aigüe par la douloureuse conscience d’être « marginalisé ».

Comment, dans les pratiques professionnelles, dans le quotidien de la clinique, tenir compte de cet implicite qui éloigne les prises en charge des valeurs de dignité qui les fondent ?

    Golse Bernard,

    Pédopsychiatre ; psychanalyste (membre de l’Association psychanalytique de France) ; ex-chef du service de pédopsychiatrie de l’hôpital Necker-Enfants malades, Paris ; professeur émérite de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, université Paris V-René Descartes, Inserm, U669, Paris, université Paris-Sud et université Paris V-René Descartes, UMR-S0669, Paris ; ex-membre du Conseil supérieur de l’adoption (CSA) ; ex-président du Conseil national pour l’accès aux origines personnelles (Cnaop) ; membre du conseil scientifique de la Société française de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent et des disciplines alliées (SFPEADA) ; président de l’Association Pikler Lóczy-France (APLF) ; président de l’Association pour la formation à la psychothérapie psychanalytique de l’enfant et de l’adolescent (AFPPEA) ; président de l’Association européenne de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent (AEPEA) ; président de la Cippa (Coordination internationale entre psychothérapeutes psychanalystes s’occupant de personnes avec autisme) ; président de l’association Cerep-Phymentin, Paris
    Dumora Marie,

    cinéaste
    Équipes de l’Ermitage,
    Stephanoff Marina,

    Directrice et psychologue clinicienne au Centre d’accompagnement parent-enfant (Cap Alésia), Paris 12e
    Lefèbvre Danielle,

    psychologue clinicienne, psychothérapeute, ex-directrice de CAP ALESIA (Centre d'Accompagnement Parent-enfant)
    Detry Laurette,

    psychologue clinicienne dans l'équipe de néonatalogie et unité Kangourou, de réanimation néonatale et pédiatrique de l'Hôpital Yves Le Foll de St Brieuc; superviseure, spécialiste de la prévention précoce et de la périnatalité
    Tisseron Serge,

    Psychiatre de l’enfance et de l’adolescence ; docteur en psychologie ; directeur de recherche à l’université Paris-Ouest Nanterre-La Défense ; thérapeute familial au CMP, Paris 11e, 5e intersecteur

Inscription

Pour vous inscrire, vous pouvez :

    soit compléter en ligne ce formulaire.
    soit imprimer et compléter la fiche d’inscription.
    soit nous contacter :
    Copes, 26 boulevard Brune 75014 Paris
    Tél. 01 40 44 12 27, fax 01 40 44 12 24
    formation@copes.fr

Thèmes
Objectifs
Méthodes de travail
Public
Programme
jeudi 14 février 2019
09:0010:00

    Golse Bernard

Se sentir coupable d’être honteux, se sentir honteux d’être coupable. La honte et la culpabilité peuvent apparaître comme des concepts voisins mais ils sont cependant distincts. La honte implique une perte de l’estime de soi (hémorragie narcissique), la culpabilité implique une dimension d’auto-reproches (perte objectale). De ce fait, la honte renvoie au Moi idéal et la culpabilité au Surmoi, mais les choses ne sont pas si simples notamment au regard du développement précoce et les deux concepts posent la question du pouvoir sur soi ou sur autrui. Peut-on se sentir coupable d’être honteux et/ou se sentir honteux d’être coupable ? C’est l’équilibre entre le courant narcissique et le courant objectal qui se trouve ainsi interrogé notamment dans le champ des dépressions des bébés et des adolescents.
10:0011:00

    Tisseron Serge

Dire la honte pour éviter qu’elle se transmette. La Honte n’est ni la pudeur, ni la culpabilité, et elle est d’autant plus redoutable qu’elle avance souvent masquée. Mais sa reconnaissance est essentielle pour mettre en route une ré-affiliation du sujet honteux à la communauté des hommes. Pour passer de « la honte qui tue » à la « honte qui sauve », il faut d’abord la reconnaître et la nommer. D’autant plus que nous la ressentons quand nous courons le risque de nous déshumaniser, mais aussi lorsque nous nous sommes éloignés, sans même nous en apercevoir, du pacte qui fonde l’humain et que nous y revenons. Et il faut retrouver les sentiments que la honte a étouffés, à commencer par l’angoisse et la colère : ces sentiments sont en effet la base à partir de laquelle la personnalité peut se reconstruire. En même temps, le fait que la honte traverse les générations a pour conséquence qu’aucune honte ne prouve rien, ni sur les raisons pour lesquelles elle est éprouvée, ni sur celui ou celle qui l’a d’abord éprouvée, ni même sur la génération concernée initialement par elle. C’est pourquoi il est essentiel d’envisager les aspects générationnels de la honte. Enfin, l’empathie est importante à chacun de ces moments, d’autant plus qu’elle est souvent bloquée chez celui qui a un jour vécu la honte : il ne peut ni se mettre à la place de l’autre, ni accepter que l’autre se mette à sa place.
11:0011:30

Pause
11:3012:30

    Detry Laurette

L’expérience des carences à l’épreuve de la rencontre thérapeutique. La méconnaissance des troubles générés par le tableau des carences psycho-affectives tant dans le parcours d’enfance que la vie d’adulte peut entrainer un défaut d’appréciation clinique qui provoque impasses, ruptures, mépris, défiances mutuelles. Ressentir de la honte, voire de la culpabilité nécessite une construction psychique laissant une place importante à l’intersubjectivité. Dans les tableaux cliniques de carences lourdes l’accès, au fil de la prise en charge, à un ressenti de honte peut signer l’émergence d’un mode relationnel plus interactif.
12:3014:00

Déjeuner
14:0014:45

    Stephanoff Marina
    Lefèbvre Danielle

Honte de moi, honte à toi, honte à nous .La honte en partage La honte traverse insidieusement le dispositif de protection de l’enfance mais elle est rarement nommée ou repérée. Comme si il y avait une honte de la honte. Honte des parents défaillants, honte des enfants d’avoir de tels parents et qu’en est-il de la honte des professionnels? La honte flirte avec la culpabilité, en ce sens elle est subjectivante mais peut-être ce travail avec la honte de l’autre pour lui-même, suppose de la part du professionnel une identification trop embarrassante. Reconnaître la honte chez l’autre n’est-ce pas prendre le risque d’être confronté à sa propre honte en tant qu’acteur dans un dispositif qui participe à la honte éprouvé par les usagers ou bénéficiaires.
14:4516:00

    Équipes de l’Ermitage

Dignité et narcissisme au cœur de l’accompagnement. Les familles accompagnées dans les différents services de l’Ermitage (pouponnière, centres maternels et parental et accueil de jour), victimes d’exclusion et de solitude, se sentent souvent marquées par le sceau de la honte et de la culpabilité car stigmatisées par la société à travers leurs difficultés et celles de leurs enfants. Comment nous, professionnels, pouvons-nous les rejoindre suffisamment dans leur quotidien afin de soutenir, contenir et faire émerger leurs compétences propres et ainsi renforcer leur dignité et leur narcissisme ? Nous témoignerons autour de ces questions et des effets qu’elles produisent sur les professionnels à partir de l’exposé de vignettes cliniques qui seront analysées et commentées par Mme Marie Frieh, psychologue clinicienne à l’Ermitage.
16:0017:00

    Dumora Marie

Du particulier à l’universel : une histoire de frontière Au cours de ses tournages, Marie Dumora s’est constitué un territoire de cinéma dans l’Est de la France, le personnage d’un film l’entrainant vers le film suivant comme un fil d’Ariane. Dans ses films, il est souvent question d’enfances, d’adolescences, d’initiations, de baptêmes, de mariages, bref, de la vie et de ce qui probablement nous est commun par-delà la singularité de nos histoires. Pour avoir souvent accompagné ses films lors de projections et échangé avec divers publics, la cinéaste a pu mesurer combien nous percevons les films avec ce que nous sommes et combien les frontières peuvent être ténues ou au contraire insurmontables.
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 389
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #256 le: 05 Février 2019 à 07:23:44 »
Hello!
reçu ça ce matin de Psynem. Je pense qu'il y a à manger la-dedans, ne serait-ce que la présentation de Serge Tisseron qui me convient bien.
Allez, je vous laisse faire votre tour de marché si ça vous tente d'en mettre dans votre panier!

En lien direct avec l'absence totale de honte des pseudos rois de Davos venu(e)s en jet écouter la petite pioupioute venue en train!

Pour passer de « la honte qui tue » à la « honte qui sauve », il faut d’abord la reconnaître et la nommer.

Soldats : garde-à-vous! ;D

Bizs d'ito.
« Modifié: 05 Février 2019 à 07:25:39 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 389
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #257 le: 06 Février 2019 à 09:21:04 »
Bonjour!

Militant de la perméabilité des frontières! ça m'irait bien comme épitaphe, avec en dessous mon prénom, nom, surnom et un rappel  style : il fût un homme au-net, résilience et silence.  ça serait un beau "chut!", avec un bel arbre planté sur mes cendres, comme Vivo, histoire d'entendre le vent dans les branches de sassafras. Bon, pour l'instant c'est que du laurier et je suis vivant, alors je n'anticiperai pas de ce que je ne connais pas.  ;D
En tout cas, j'espère bien ne  pas rester coincé dans un entre-deux monde, car c'est souvent ce qui m'agite : le concept frontalier. Le "distinguer sans disjoindre" entre le professionnel et le non professionnel n'est pas fastoche fastoche à pratiquer, à installer , j'avoue, j'admets, parmi les médecins "la maladie de Sachs  de Martin Winckler en est un bel exemple si je me rappelle bien.   Et ce qui est marrant de chez marrant c'est que le cimetière où repose mes ancêtres du côté paternel est pilpoil sur l'ancienne ligne de démarcation. Avec un peu d'humour, la tête côté France occupée et les pieds côté zone libre!
NON au contrôle éternel, je refuse de montrer mes papiers pour l'éternité! Non mais.

Bizs à mes poto/as ito.

Pascal.
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne Mircea

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #258 le: 06 Février 2019 à 20:59:34 »
Merci pour ces mots, tes mots "soutien", solidaires ….. citoyen du monde ….

 :-* :-* :-*

Catherine
une des potas ito



Hors ligne résilience et silence

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 389
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #259 le: 07 Février 2019 à 07:55:24 »
Ne jamais désespérer!!!! plus facile à dire qu'à faire. Alors à Nous de nous le dire :
plein de solidarité de soutien, de citoyenneté mondiale, de :-* dans nos coeurs, nos âmes, nos corps et nos esprits!
Et aussi tout plein pour toi Catherine! Pour vous! Si ces conneries de frontière étaient plus poreuses, la terre s'en porterait mieux et nous aussi. S'emmurer c'est s'enterrer! S'enfermer c'est s'emprisonner! Et au-delà de nos douleurs mille bisous à celles et ceux qui refusent les murs, les barreaux et les camisoles! Il y a toujours d'autres passages que ceux du rejet, de la xénophobie, de diabolisation du différent! Ceux de la compréhension, de la traduction, de l'élaboration, de la réflexion, de la discussion, des bienfaits de l'altérité qui nous construit plutôt que nous détruit!
Na, na, na et rena! Sans le Na de Naïveté ;D

Bonjour! Ici radio Na! Celui de Nativité!
TVB ce matin, mon fils cadet m'a téléphoné!!!!! 2 ans et demi de silence à s'accrocher au manche!!!! IL VA BIEN ET TIENT AUSSI SON CAP.  Je ne m'étais pas fourvoyé, c'était bien une histoire de protection à comprendre plutôt qu'une tumeur à développer. Tumeur, sale mot du cancer. Métastases, chimio, aberration cellulaire, dysfonctionnement majeur de notre équilibre interne, le décès prématuré d'un enfant, d'une soeur, d'un frère, d'un(e) conjoint(e) d'une tante, d'un oncle, d'un(e)ami(e) risque autant d'ouvrir des tumeurs du lien. Là aussi la frontière est à tracer, à assouplir entre le psychorigide et l'ouverture d'esprit. Pas à se fracturer le crâne, d'accord, mais à travailler ses focales, ses propres résistances, à favoriser le temps au temps quand il lui faut son temps, justement. Le douloureux de l'injuste,sale frontière.

A mettre trop de murs à nos frontières, on favorise le cancer.


Vive nous! Bisous! D'ailleurs un ver de terre qui copule avec un hérisson, ça donne du fil de fer barbelé! On a besoin des deux, pas de leur rejeton!
Ni paillasson, ni hérisson ni couillon!

Pascal-ito.
« Modifié: 07 Février 2019 à 08:08:04 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 389
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #260 le: 08 Février 2019 à 08:34:10 »
Coucou à vous!

Abdication vis à vis de la souffrance plutôt qu'acceptation. C'est avec cette pensée que je me suis réveillé. Curieuse sensation. Abdication. Quelle est cette gymnastique de réflexion que me propose l'éveil?  Abdication n'est absolument pas génuflexion, je dirai que j'en suis absolument certain et que je ne tiens nullement à me prendre les pieds dans cette carpette. Elle me propose bien plus de prendre soin et attention de la vie qui m'environne qu'elle qu'en soit sa forme, c'est le seul moyen de la respecter, elle aussi, cette souffrance dans sa propre  forme : elle vient du deuil, de la mort, du manque. Serait-ce ce qui est appelé "un lâcher prise?". N'importe comment, je ne fais pas le poids, résistance ou pas : suffocation, saturation, sidération, c'est "une guerre perdue d'avance" pour citer ce titre. La souffrance est plus forte que moi et sans être ni balloté ni médusé, ni abusé, il arrive un point où il faut bien reconnaître cette défaite. L'entraver c'est encore pire, car prisonnière, elle s'échappe, s'évade vers des contrées ignorées pour y semer sa destructivité.

La prison qu'elle pose est notre  liberté de l'écouter dans ce qu'elle nous dit, des choix qu'elle nous impose : ceux de vivre à ses côtés, sans l'ignorer, ni la mépriser et encore moins  la destituer.

Seuls comptent les liens d'amour, d'estime et de respect d'autrui


Je me joins à Mircéa! Mille bisous aux libertair(e)s comme à celles et ceux qui profitent du soleil (et particulier à mon pote-ito)!

Un peu d'éco-nouvelles:

https://youtu.be/u5UPkAzUCY0

Ito.
« Modifié: 08 Février 2019 à 08:40:19 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3025
  • "De ma blessure a jailli un fleuve de liberté" "F"
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #261 le: 08 Février 2019 à 11:46:25 »

"Federico sirotant des mojitos sur une plage dorée... loin de tout... de tous... loin du monde ".

J'ai bien pris soin de communiquer mon adresse de vacances aux Seychelles afin de recevoir "L'Ed-ito" de mon éditorialiste préféré... mon Ami Pasca-ito !

Douces pensées et tendres câlins pour ma magnifique Catherine !

Pensées amicales et solidaires pour Papa-ito

zoubis aux itos...

Federico
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 389
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #262 le: 08 Février 2019 à 14:01:20 »
Eh Fedo bons moj-itos!!! Fais quand même gaffe, rentre à pied après le 4ème sinon tu vas te transformer en nuggets !!!! :D
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 389
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #263 le: 09 Février 2019 à 08:04:42 »
Bonjour!
Retraites baissées, grandes fortunes en hausse! Jubilation narcissique d'un grand soliloque national organisant un show pré-électoral sur fond d'assemblées plus ou moins formatées! Cooool! Vraiment pas très envie de jaser la-dessus!!! Y en a qui le font mieux que moi, enfin j'espère et je me sens moyennement objectif car assez saturé de toute cette esbrouffe.
Tiens, côté divorce, j'ai regardé " l'économie de couple" sur la télé qui vous allume : ça c'était plus cool dans le genre pas cool.
C'est le coup de l'esquimau que j'en retiens : papa refuse les esquimaux, maman donne quand même, papa souligne la provo, maman s'en fiche et s'en va ailleurs. Moralité, Grande Fille se retrouve avec une belle injonction paradoxale à gérer entre papa/maman ou maman/papa au choix. Son allié : le temps! Lentement mangé, l'esquimau fond et tombe du bâton ce qui fait d'une part rire papa et tient l'accord avec maman car esquimau un peu consommé tt de même. Merci Miko.
Cela dit, ça serait-y pas un peu comme ça avec nos retraites : elles fondent comme un esquimau et il va bientôt ne nous rester que le bâton pour que démocratie divorce d'avec oligarchie? Pfouh, quelle époque épique!

Bizs de soleil-ito choco/pralin-ito. ;)

Pascal.
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3025
  • "De ma blessure a jailli un fleuve de liberté" "F"
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #264 le: 09 Février 2019 à 09:07:24 »

Salut mon soleil-ito ...

Une petite précision s'impose : je commente rarement tes "éd-itos" non pas par désintérêt ou indifférence MAIS parce que tu penses,  tu argumentes, tu écris et tu exprimes parfaitement tes idées , ton opinion et que tes textes personnels sont plus un cadeau ou un partage qu'une invitation à débattre !
Tes textes sont sources de réflexion personnelle et non de conversation de comptoir !
On te lit... puis on réfléchit ou pas... Mais comme c'est toujours (souvent) bien dit... on a rien à redire !
point barre !

Je partage souvent ton gâteau avec plaisir !

Puis je t'offrir à mon tour une coupe de champagne pour te remercier ?

Federico
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 389
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #265 le: 09 Février 2019 à 13:24:04 »
Merci Fedo, ça me fait du bien de lire ça! Oui des fois j'ai un peu la trouillasse d'ennuyer le monde avec mes réflexions qui n'ouvrent pas forcément au débat! Alors merci, Fedo, et moi je me régale bien souvent de tes partages!!! Vivement qu'on trinque mon ami, profite des mojitos en attendant et garde toute cette force, elle nous aide tous aussi, pour de vrai. ça me fait plaisir aussi de savoir que ce que j'écris sert à qque chose, idem!
Zoub-itos!
Pascal.
« Modifié: 09 Février 2019 à 13:28:19 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 389
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #266 le: 10 Février 2019 à 08:05:27 »
Hello! Du haut de l'Everest et de ses 8848m comment mieux dire l'essentiel que ce propos de Fredo?

Pour nous Parents certaines dates et périodes sont toujours très compliquées à traverser... nous nous accrochons aux belles choses de la vie puis malgré notre douleur physique et souffrance morale nous savons bien que la vie de nos Enfants ne se résument pas à leur mort... notre Coeur est rempli d'Amour et nous avons la force de leur sourire même si des larmes de tendresse coulent... nous ne fuyons pas, nous affrontons avec dignité et courage nos douloureuses épreuves... nous continuons à vivre... oui, à vivre humblement et de notre mieux !

Amitié. Solidarité.

Papa de Raphaël


Et pour souligner cette lucidité et cette honnêteté :

Mr Mondialisation : Et concernant l’humanité plus spécifiquement ?

Manon Aubry : La lucidité et l’honnêteté intellectuelle m’obligent à rappeler que nous n’échapperons pas aux grandes souffrances : après des milliers d’années de croissance presque ininterrompue, il est vraisemblable que le nombre des êtres humains déclinera en l’espace de quelques générations tout au plus, dans la continuité de ce que nous infligeons déjà à l’ensemble de la vie sur Terre ; et que l’environnement dans lequel nous évoluerons désormais nous sera, à nous humains et à l’intégralité du vivant avec qui nous aurons ces défis en partage, de plus en plus hostile et frugal.

Je lance cette interrogation à celles et ceux que la perspective de l’effondrement heurte, à celles et ceux qui éprouvent de la mélancolie : le monde que nous laissons derrière-nous est-il désirable et véritablement humain ?

Il apparaît que ce sont les difficultés et les résistances à notre mouvement qui rendent possible l’émergence de l’«acte héroïque», qui rendent possible que se révèlent toutes sortes de grandeur, de puissance, d’intelligence humaine et d’élans fraternels qui sommeillent en chacun de nous ; les obstacles nous obligent à nous dépasser, à nous améliorer : tout ce qui vit se fortifie dans l’adversité. Ce monde-là ne fera pas exception aux autres époques en portant en lui ses nuées d’obscurantismes ; mais à l’inverse, ce paysage neuf qui s’ouvre devant nous permettra aussi que renaisse ce qui manque cruellement à notre époque de grand épuisement, où l’affaiblissement et l’asphyxie dans l’entassement matériel font office de phare existentiel : une ambition exigeante et un horizon élevé pour l’humanité.


Que dire de plus, effectivement? Compromission, corruption, manipulation, prédation le chapeau de la cime est tombé bien bas dans cet abîme et la marche est bien longue pour nous  relever de  notre grand épuisement. A nous d'arroser les graines que nos enfants décédé(e)s ont semé dans ce jardin " ne fuyons pas, affrontons avec dignité et courage nos douloureuses épreuves... nous continuons à vivre... oui, à vivre humblement et de notre mieux !"

La route est longue, mon Ami, mais nous la ferons.

Bizs

Ito.
« Modifié: 10 Février 2019 à 08:08:27 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne Mircea

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #267 le: 11 Février 2019 à 00:37:57 »
des fois j'ai un peu la trouillasse d'ennuyer le monde avec mes réflexions qui n'ouvrent pas forcément au débat!

Pascal : ne doutes pas, jamais, de tout ce que tu apportes !
Federico dit que tes écrits sont un cadeau, sont "sources de réflexion personnelle", font réfléchir .... je suis bien d'accord !

J’aime aussi beaucoup lorsque d’autres personnes viennent s’exprimer à partir de tes partages.

Certains de tes posts, ceux de Federico aussi, permettent parfois de ne pas se sentir qu’une personne endeuillée …. mais également une personne "dans la vie".

Des bisous à vous deux, les papas

Catherine

p.s : Pascal : contente de lire que ton fils cadet va mieux !
« Modifié: 11 Février 2019 à 06:13:45 par Mircea »

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 389
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #268 le: 11 Février 2019 à 08:28:05 »
Hello!
Merci Catherine la Magnifique comme dit Fedo! Merci oui, ça me donne le moral le partage de notre petit travail de graine! D'ailleurs c'est le numéro ' de la Relève et la peste :  GRAINE! On est dans le mood! Et y en a du grain à mood! ;D

Reporterre : le capitalisme vert utilise Greta Thunberg. Et bingo, la logique macronnienne de la compromission qui vient une fois de plus nous botter le train. La petiote; qualifiée d'Asperger et instrumentalisée par think tank et grandes fortunes.
ça m'a rappelé un ancien moment de séminaire où nous étudions le DSM (classification des maladies mentales). A la case "syndrome d'Asperger" nous répondions toutes et tous "oui"aux critères ce qui nous fit bien rigoler!  Remarquez, au syndrome d'opposition, on serait pas mal placé(e)s non plus! :P
Bon comme je démarre sur le syndrome ce morning, ça relie avec mon questionnement d'hier : a-t-on encore le choix?
Pour moi, le capitalisme a perverti la démocratie et comme d'un tout nous faisons partie. Et chaque petite graine qui redevient saine ne peut faire que du bien au champ tout entier. Il est possible de guérir de la perversion, ce n'est pas simple, mais possible et des clinicien(ne)s s'y sont attelé(e)s de toutes leurs forces.
Pour preuve:
Le syndrome de Munchausen par procuration qui consiste à blesser ( en cachette et gravement à un point qui frise le crime, pour bien le situer) son enfant pour le sadiser par l'intermédiaire des  médecins (du coup instrumentalisés) a été dépisté voici peu d'années finalement. C'est un degré parmi les plus élevé sur l'échelle "perversions humaines" avec un degré moindre qui est qualifié par l'approche systémique de désignation blanche (les 2/3 barreaux de l'échelle en dessous, à mon avis). En gros, très sommairement un enfant porte le symptôme familial, un peu comme le coup de l'esquimau d'hier multiplié par 100 ou plus. Très honnêtement j'en ai croisé un dans ma pratique et c'est loin d'être simple à dénociver, garanti! Pour autant ça peut se guérir avec la force d'une volonté thérapeutique  qui frise presque  l'acharnement (constat perso quand le médecin psychiatre nous exposait ce à quoi elle était exposée, c'est chaud de chez chaud!). Comprendre c'est déjà guérir un peu, je le pense ainsi. La psychanalyse fût elle-même en difficulté sur ce sujet puisque "le pervers (H/F) perverti la cure".
Nos sociétés n'échappent pas à cette problématique et à mon avis, nous sommes face à cet enjeu : la perversion, si poussée à son paroxysme par les nazis est de retour sociétalement parlant  sous une forme plus  insidieuse et demande toutes nos forces pour être vaincue. C'est peut être un des sens profond qui nous porte, nous, endeuillé(e)s à lutter encore et encore. Peut être. Je ne sais pas. Par contre je crois que nous n'avons pas d'autres choix que cette constatation d'une hydre avec les têtes qui repoussent! Tranchons, tranchons!!!! Et parfois je me dis que le décès de ma fille est l'épée qu'elle m'a laissée.
En tout cas merci aussi de vos plumes, de votre éthique de votre courage. :-*

Bisous-ito après ce drôle d'ed-ito pas drôle!

Pascal.

Ps : comme c'est un peu clinique tout ça, je précise qu'il ne faut pas confondre structure de  perversion et mode de défenses. Un autre sujet à déflorer. Et pour mon fils, oui ça me soulage énormément.
« Modifié: 11 Février 2019 à 08:58:53 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 389
  • One eye dog's man
Re : Parent divorcé et désenfanté
« Réponse #269 le: 11 Février 2019 à 14:09:33 »
Breacking the wall! ;)
https://youtu.be/xBQsQoGodPY

And Santana  Woodstock!
https://youtu.be/AqZceAQSJvc

Et ça, toute ma jeunesse :
https://youtu.be/OorZcOzNcgE

For you my loves!   https://youtu.be/m16QDBiT3Go and that https://youtu.be/XUjne298BdM
« Modifié: 11 Février 2019 à 14:48:11 par résilience et silence »
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.