Auteur Sujet: Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !  (Lu 470049 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Claraben

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 17
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2670 le: 10 Septembre 2018 à 13:36:17 »
Ça sera fait.... rendez vous pris pour 20h00....
J’allumerai une bougie pour cette journée...
En pensant à  ceux qui ne sont plus là mais aussi à ceux qui restent et qui souffrent de leur absence.
Claraben

Hors ligne Claraben

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 17
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2671 le: 10 Septembre 2018 à 13:53:05 »
La tombe dit à la rose

La tombe dit à la rose :
- Des pleurs dont l'aube t'arrose
Que fais-tu, fleur des amours ?
La rose dit à la tombe :
- Que fais-tu de ce qui tombe
Dans ton gouffre ouvert toujours ?
La rose dit : - Tombeau sombre,
De ces pleurs je fais dans l'ombre
Un parfum d'ambre et de miel.
La tombe dit : - Fleur plaintive,
De chaque âme qui m'arrive
Je fais un ange du ciel !

Victor Hugo

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2494
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2672 le: 10 Septembre 2018 à 14:08:59 »
Ça sera fait.... rendez vous pris pour 20h00....
J’allumerai une bougie pour cette journée...
En pensant à  ceux qui ne sont plus là mais aussi à ceux qui restent et qui souffrent de leur absence.
Claraben

MERCI CLARABEN..... Merci Claraben... merci !
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2494
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2673 le: 10 Septembre 2018 à 14:41:24 »


Après le suicide d’un proche / Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Dernier message par assiniboine le Aujourd'hui à 03:21:29 »

Très bonne journée mondiale de prévention du suicide.

Une pensée émue pour tous vos êtres chers disparus….
Une pensée émue pour vous toutes et vous tous, survivants qui avez cette blessure immense qu'apporte ce malheureux geste si difficile à digérer, et qui vous change pour le reste de la vie……

Affectueusement

Philippe


MERCI PHILIPPE... Merci Assiniboine... merci !

Solidairement.
Federico
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2494
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2674 le: 10 Septembre 2018 à 15:20:59 »

https://www.youtube.com/watch?v=juxjhI0Zt-8..... Lili ..... Aaron - U-Turn

Mon Amie... je pense à toi... je te serre fort dans mes bras... tu es encore vivante et ... tu vis... quel soulagement, quel bonheur !

Humblement, je serais ton guide !

Je t'embrasse.
Federico

*****************************

Lili, take another walk out of your fake world
Please put all the drugs out of your hand
You'll see that you can breathe without no back up
So much stuff you got to understand

For every step in any walk
Any town of any thought
I'll be your guide

For every street of any scene
Any place you've never been
I'll be your guide

Lili, you know there's still a place for people like us
The same blood runs in every hand
You see its not the wings that make the angel
Just have to move the bats out of your head

For every step in any walk
Any town of any thought
I'll be your guide

For every street of any scene
Any place you've never been
I'll be your guide

Lili, easy as a kiss we'll find an answer
Put all your fears back in the shade
Don't become a ghost without no colour
Cause you're the best paint life ever made

For every step in any walk
Any town of any thought
I'll be your guide

For every street of any scene
Any place you've never been
I'll be your guide


TRADUCTION U-TURN - LILI - AARON


Lili, marche une nouvelle fois hors de ton monde complètement faux.
S'il te plait, lâche ces médicaments que tu tiens.
Tu verras que tu peux respirer sans ces appuis.
Tant de choses que tu dois comprendre...

Pour chaque pas dans une n'importe quelle marche,
Toute ville faite de tout enseignement,
Je serais ton guide.

Pour toute rue dans n'importe quel lieu.
N'importe quel endroit où tu n'as jamais été.
Je serais ton guide.

Lili, tu sais qu'il y'a encore un endroit pour les gens comme nous.
Le même sang coule dans toutes les mains.
Tu vois, ce ne sont pas les ailes qui font l'ange.
Tu as juste à enlevé les chauve-souris de ta tête.

Pour chaque pas dans une n'importe quelle marche,
Toute ville faite de tout enseignement,
Je serais ton guide.

Pour toute rue dans n'importe quel lieu.
N'importe quel endroit où tu n'as jamais été.
Je serais ton guide.

Lili, facile comme un baiser, nous trouverons une réponse.
Renvoie toutes tes craintes dans l'ombre.
Ne deviens pas un fantôme sans couleur,
Car tu es la meilleure peinture que la vie ait fait!

Pour chaque pas dans une n'importe quelle marche,
Toute ville faite de tout enseignement,
Je serais ton guide.

Pour toute rue dans n'importe quel lieu.
N'importe quel endroit où tu n'as jamais été.
Je serais ton guide.

- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2494
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2675 le: 11 Septembre 2018 à 15:32:33 »

NOUS échangerons, nous partagerons, nous écrirons, nous parlerons avec des mots arc-en-ciel ... ceux qui ne sortent qu'après une immense souffrance et qui veulent aller à la rencontre du soleil... rencontre d'une larme et d'un sourire...

Papa de Raphaël.

- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2494
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2676 le: 11 Septembre 2018 à 16:00:49 »

Sensibiliser des gens non directement concernés ? noble intention mais rude tâche !
Nos Amours sont magnifiques mais ils sont morts... les autres ils sont beaux mais ils sont vivants !!!
Après la très difficile et très éprouvante journée mondiale pour la prévention du suicide...
Je n'ai malheureusement reçu aucun signe de soutien extérieur... pas même de ma famille ni de mes proches amis...
Alors ? c'est infiniment triste !
Pleurons et serrons nous les uns contre les autres ICI où nous savons et où nous comprenons !
Soyons solidaires...

Affectueusement.
Federico
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Mircea

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 344
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2677 le: 12 Septembre 2018 à 00:39:55 »
Dans la quiétude de la nuit, sous la lune si fine ce soir, je viens m'assoir sur l'herbe dans le jardin encore fleuri de ton petit monastère pour écouter de la musique, rêver en regardant les étoiles et me rapprocher de mon tendre Mircea....

En repartant, je me permets d' emprunter ces mots que j'aime tant :

NOUS échangerons, nous partagerons, nous écrirons, nous parlerons avec des mots arc-en-ciel ... ceux qui ne sortent qu'après une immense souffrance et qui veulent aller à la rencontre du soleil... rencontre d'une larme et d'un sourire...

Papa de Raphaël.
"J'écris en arc-en-ciel... c'est souvent douloureux mais parfois c'est rigolo..... comme la vie !"

pour mettre un peu de douceur et de poésie sur notre fil à Mircea et moi ...

MERCI pour tout ce que tu partages ici !


Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2494
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2678 le: 12 Septembre 2018 à 14:19:17 »
Je suis tellement cancre et mauvais élève que depuis 5 ans je redouble chaque année ma première année de deuil, ma première phase de deuil.. elle ne passe pas ! je l'ai gardé au travers de la gorge ! alors que ce cher monsieur Fauré nous explique que la quatrième et dernière étape du deuil c'est la phase de restructuration... moi, je veux bien MAIS le suicide de mon fils... ce deuil occupe chaque instant de ma vie ! ma phase de restructuration n'est ni d'actualité ni harmonieuse,  je dirais qu'elle est plutôt  désarticulée ... elle part en vrille dans tous les sens ! et j'entends bien monsieur Fauré qui préconise des "briques" pour se reconstruire... moi, j'en ai plein de briques à Toulouse "la ville rose" ... là où mon fils s'est suicidé ! et pourtant  je n'y arrive pas, je suis "bloqué" ! QUEL CANCRE JE SUIS ! Je suis EX-PLO-SE... je n'ai plus d'âme, plus d'ADN... plus RIEN !

Papa de Raphaël

« Modifié: 12 Septembre 2018 à 23:34:09 par Federico »
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2494
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2679 le: 12 Septembre 2018 à 22:20:33 »

https://www.youtube.com/watch?v=LE20ORdjaxw&pbjreload=10..... City of the Sun..... "Another Time"

https://www.youtube.com/watch?v=VllseHmQzds..... City of the Sun..... "Second Sun"

https://www.youtube.com/watch?v=tkYbx9OQpyA..... City of the Sun..... "Explosions"

« Modifié: 12 Septembre 2018 à 22:45:03 par Federico »
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2494
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2680 le: 13 Septembre 2018 à 01:24:17 »

Si vous pouviez vous asseoir une heure sur un banc de Mon petit Monastère avec UNE personne du passé...
Qui serait-elle ?

PS : Pour moi, elle n'est pas si évidente que ça cette question ! bonne nuit de réflexion !
          Vous pouvez naturellement  garder secret   votre réponse !
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne KrisNat

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 106
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2681 le: 14 Septembre 2018 à 05:58:21 »
Bonsoir Federico...  Je passe parfois une heure assise sur un banc dans ton petit Monastère.  Je lis, je fredonne, je pleure, je souris, je réfléchis, je sympathise, j'emmagasine du courage, je ressens, je bouleverse, je m'effondre, j'affronte l'adversité, je prends des forces.  Ton petit Monastère  m'émeut.  Tout comme toi.  Tout comme votre histoire.

Sans aucune hésitation, je partagerais ce banc avec mon amoureux.  Si l'on pouvait avoir une heure, juste une petite heure... Étrangement cette pensée ne me brise pas en morceaux pour la toute première fois.

Merci pour tout, le temps, le courage, la vérité, les larmes, le soleil et l'arc-en-ciel...  mais aussi pour ce petit bonheur de ce soir.  Cette petite heure avec mon homme...

Belles pensées pour toi et pour ton Raphaël
Nathalie

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2494
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2682 le: 14 Septembre 2018 à 14:54:52 »

Bonjour Nathalie,

Pensées émues pour ton magnifique amoureux André... pensées amicales et solidaires pour TOI, KrisNat !

Avec ta permission , je remonte en tête du forum ton histoire très émouvante et pour te remercier de ta visite  je te dépose un petit panier de Mon Petit Monastère avec des produits des ateliers : des pastilles au miel au goût d'eucalyptus, du sirop au citron vert et menthe (délicieux!), du nougat de l'abbaye et des biscuits aux raisins !

A bientôt... je sais que tu connais ce lieu... merci pour ton authentique message ... tu respires l'air de ce paradis blanc !
Tu y retrouves André... votre histoire est belle...

Merci...

Federico


**********************************************************************************************************************************
Vivre le deuil de son conjoint / Beau temps, Mauvais temps
« le: 31-05-2018, 08:17:56 »
Bonsoir à vous tous et toutes qui me faites du bien depuis quelque temps.   

Je n'ai pas écrit avant, je n'en avais pas la force ni l'énergie.  Je le fais ce soir mais sans grande conviction quant à ce qui peut sortir de moi.  Je vais simplement vous raconter notre histoire.

Je m'appelle Nathalie, mon mari c'est André.   Il nous a quittés dernièrement suite à un long et courageux combat contre le cancer.  Un combat que nous avons fait ensemble pendant 3 ans, au terme duquel tout s'est écroulé.  Tout, autour et en dedans de moi.   

Nous nous sommes connus au collège, à 13 ans.  C'était une école privée, un endroit fantastique où nous étions pensionnaires durant la semaine et à la maison la fin de semaine.  Il a été mon premier amour,  m'a offert mon premier baiser.   Je me rappelle la toute première fois où je l'ai vu, notre première conversation.  Il arrivait d'Algérie où il avait vécu pendant 2 ans avec sa famille pour le travail de son père.  La bas, il fréquentait un Lycée français pour l'élite et quand il est arrivé avec ce petit accent français (nous sommes québécois), j'ai craqué.  Il etait brillant, avait un regard bleu intense et il parlait si bien...    Je rêvais d'Afrique et d'aider.   Dès nos premiers échanges, nous refaisions le monde.

Nous étions si jeunes.  Lui, il a su à ce moment que j'étais la sienne, la bonne, celle qu'il allait aimée toute sa vie.   Il a su aussi que nous avions des choses à vivre et à expérimenter chacun de notre côté.  Çe que nous avons fait d'ailleurs, après quelques petites années de collège.  Moi je n'avais aucune idée de rien... Nous étions si jeunes...

Nous avons fait chacun notre vie, en se croisant parfois mais toujours au mauvais temps.  Puis un jour, 20 ans plus tard, nous avons organisé une grande fête de réunion de notre promotion.   La magie de ce moment restera à jamais gravée dans ma mémoire.  Et c'est suite à cette soirée que nous avons repris contact.  Durant nos années séparées, il avait pris soin de tout mettre en place pour que mes rêves puissent se réaliser le jour où nous serions réunis.  Vous dire à quel point cet homme était merveilleux...  Il avait mis sur pied une entreprise, établi des contacts en Afrique et travaillé à un projet extraordinaire  pour me permettre de réaliser mon rêve.   Sans connaître à ce moment ses sentiments si profonds, je suis venue travailler avec lui à partir de là.  J'ai finalement vu et connu l'Afrique.  Plusieurs  fois.    Puis il m'a dévoilé toute sa vérité sur l'amour qu'il me portait depuis tout ce temps.  C'était tellement gros, j'ai eu du mal à y croire... Et j'ai mis beaucoup (trop) de temps à m'abandonner à lui. 

Il a attendu... Patiemment, sans jamais vouloir me faire de tord, en souffrant de mon absence...  de mes promesses non tenues...  d'un divorce extrêmement difficile et du manque de ses enfants...  Il m'a attendue parce qu'il savait que c'était moi, la femme de sa vie.   

Et il avait raison.  Comment il savait tout ça reste un mystère...  Mais il avait raison.  Nous étions faits l'un pour l'autre.  Parce bien évidemment, un jour je me suis abandonnée à lui et j'ai ainsi connu le grand  amour.  Un amour sain, vrai,  respectueux, grandiose.    Nous avons été amis, partenaires, amoureux et nous avons fait une équipe de feu. 

Puis est arrivée la maladie il y a 3 ans.  Boum, incurable.  Un cancer avancé avec métastases.  Il n'y a rien à faire, que peut être acheter un peu de temps avec quelques traitements qu'il faudra faire un apres l'autre, dans un ordre donné.   Chacun pouvant acheter entre quelques et plusieurs mois, toujours en causant des effets secondaires désagréables.  Ok, on prend le premier (hormonothérapie),  on gagne 3 mois, puis ca revient.  On prend la  Chimio, le maximum de sessions, pendant 8 mois, on gagne 2 mois de plus et ça revient.  Reste un traitement et on y met tous nos espoirs.  On gagne 3 mois et ça revient...  Ça revient toujours avec un peu plus de force en prenant toujours bien soin de détruire ou d'affaiblir le système au passage.  La on nous dit que c'est bien fini, qu'il n'y a plus rien à faire...   On y a jamais vraiment cru à la fin.  Et pas plus cette fois.   Y a de la recherche qui se fait, on va tenter cette avenue.   Çe que nous avons fait, mais il se faisait tard, la destruction etait bien entammée.  Ca n'a pas fonctionné.  Nous avons su début fevrier... On nous a dit moins de 3 mois.   Il est décédé le 8 avril, bien exactement 2 mois plus tard. 

Jusqu'à 2 semaines avant sa mort, nous y avons cru... On allait vaincre cette foutue maladie.   Pendant 3 ans, nous avons tout essayé, alimentation, médecine alternative, produits naturels, frequences radios...   Jamais nous n'avons lâché.    Puis, le 23 mars, en nous rendant à une transfusion sanguine, ça m'a frappée, comme un coup de poing au coeur.  C'était fini, je venais de perdre espoir.  Ce moment a été d'une souffrance inouïe, que je n'avais jamais anticipée.  Perdre espoir, c'est insensé.   

C'est à partir de là que la douleur s'est installée en moi, pour ne plus me quitter.  Les 2 semaines qui ont suivi ont été atroces.  Mon amour s'en allait et je ne pouvait rien faire.  Je l'ai accompagné jusqu'au bout, je l'ai rassuré, j'ai promis de me relever, de continuer et de vivre pour nous deux,  j'ai calmé ses inquiétudes, j'ai créé un environnement de confiance et d'amour à l'entour de lui...  Je voulais qu'il soit paisible et qu'il se sache aimé.  Je savais qu'il allait mourir mais je n'étais toujours pas prête quand le moment est venu.  Nous avons passé les 4 derniers jours dans une maison de soins palliatifs.  À chaque jour, lorsque la journée était passée, que tout le monde était parti, on se retrouvait tous les deux, tranquilles, je lui donnais à boire, on écoutait de la musique.  Il ne parlait presque plus et dormait beaucoup.  Il se réveillait souvent la nuit parce qu'il avait soif.  Un peu d'eau et on se rendormait.  De toutes façons, on ne dormait plus tranquilles depuis des mois.   À chaque jour, c'était une autre journée de passée et on se réveillait le lendemain.   Puis ce samedi soir là, il a eu de très grosses douleurs, comme je ne l'avais jamais vu en avoir.  Il etait 21:30, sa dose était  prévue à 22:00.  J'ai sonné et l'infirmière est venue lui donner une entre-dose.   Puis revenue à 22:00 avec la dose prévue.  J'ai dit que je n'allais pas dormir au cas où il ait encore mal, je voulais pouvoir les avertir rapidement.  Elle m'a dit de dormir qu'elle allait passé aux 30 minutes.  Je me suis endormie à 23:30 collée sur lui, puis réveillée 1h plus tard.  Elle etait à côté du lit et m'a dit qu'elle le trouvait encombré dans la gorge, qu'elle allait aller chercher un médicament pour le désencombrer et qu'elle revenait tout de suite.  Je me suis rendormie.  10 minutes plus tard elle m'a réveillé et m'a dit "il est en train de partir".  Je me suis immédiatement assise dans le lit en Indienne, je lui ai caressé la tête et le bras, j'ai dit ne t'inquiète pas, on va être ok.  J'ai tout ce que j'ai trouvé à dire.  Le reste il le savait de toutes façons.  Elle m'a expliqué qu'il aurait encore quelques respirations mais qu'elles seraient éloignées les unes des autres....  Ca a duré quelques minutes, je ne sais pas.  Puis un moment donné j'ai demandé s'il allait y en avoir une autre et elle m'a dit non.  Le coeur de mon amour avait arrêté de battre...

Ma vie venait de changer à tout jamais...

Depuis cet instant, je ressens un vide immense.  C'est comme un grand trou directement en plein milieu de mon corps.  Il me manque cruellement.  Je m'inquiète pour les enfants (les siens de sang et les miens de coeur) qui souffrent aussi beaucoup.  Je n'arrive pas à rester chez nous, dans notre maison...  J'arrive à y aller mais jamais seule.  Tout ca est tellement irréel...  Je fais de mon mieux pour m'en sortir mais je souffre atrocement.   On n'a pas eu assez de temps, mais ça a été les plus beaux moments de ma vie.  Lorsque je lui ai dit ça, il a repondu, tant mieux, c'etait exactement mon but... 

Finalement, il est sorti beaucoup plus de moi que je ne le pensais au début de ce récit. 

Merci pour ce forum et pour toutes vos contributions qui m'ont accompagnée dans les dernières semaines.  Je suis absorbée par ma douleur mais encore capable d'être sensible au fait que vous souffrez tous et toutes aussi beaucoup.  Mes meilleures pensées sont avec vous. 
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2494
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2683 le: 15 Septembre 2018 à 18:05:36 »

Au bord du vide


Nous voici aujourd'hui au bord du vide

Puisque nous cherchons partout le visage

que nous avons perdu.

Il était notre avenir et nous avons perdu notre avenir.

Il était des nôtres et nous avons perdu

cette part de nous-mêmes.

Il nous questionnait et nous avons perdu sa question.

Nous voici seuls, nos lèvres serrées sur nos pourquoi.

Nous sommes venus ici chercher,

chercher quelque chose ou quelqu'un.

Chercher cet amour plus fort que la mort.


Paul Éluard

- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2494
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2684 le: 16 Septembre 2018 à 14:45:23 »
Je viens de vivre difficilement la première quinzaine de septembre et cela pour plusieurs raisons :

- fin des vacances tranquille-peinard... j'ai bien aimé mon petit séjour en terre agenaise au milieu de nulle part dans un monastère ... Silence, infiniment intime ! oui, j'étais avec LUI (Raphaël).
- rentrée professionnelle toujours mouvementée
- 3 septembre : anniversaire de naissance de Raphaël... très douloureux à revivre en souvenirs personnels et familiaux !
- 10 septembre : journée mondiale de la prévention du suicide ... j'ai eu mal et j'ai du mal à m'en remettre !
- deuil d'un forum auquel j'y tenais : nouvelle plate-forme... c'est fini pour moi !
- je vis aussi peut être le début d'une nouvelle histoire d'Amour ! c'est délicat ! on verra...
- je me suis retrouvé  trop seul à l'appart...
mon "coloc préféré" était en vacances  en Espagne  chez et avec notre père...
heureusement, mon frangin  rentre en fin d'après midi !
c'est bon pour le moral ! il va ramener à boire, à manger et sa bonne humeur !
- je suis en pleine effervescence psychologique : je ris, je pleure... c'est normal docteur ?
- mes activités sportives et culturelles... sont déplacées pour octobre voire novembre !

Je me concentre au jour le jour, entre joie et tristesse ! paradoxe de ma souffrance ! c'est épuisant ! c'est douloureux ! c'est vivant !

Raphaël, mon fils, mon chéri, mon Amour...
Je t'embrasse
je t'aime
Papa.
« Modifié: 17 Septembre 2018 à 02:52:47 par Federico »
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois dire, écrire, croire, penser ou faire ? Personne ! je suis LIBRE !