Auteur Sujet: Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !  (Lu 211329 fois)

0 Membres et 10 Invités sur ce sujet

Hors ligne Stana

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 907
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #30 le: 21 Mars 2016 à 08:54:44 »
  Je connais bien ces nuits où on se sens affreusement mal, où plus rien n'est là pour canalyser, endiguer tout ce que nos émotions peuvent avoir de négatif, de douloureux...sache que je te comprends entièrement.

  J'espère que ça vas un peu mieux-ou un peu moins mal-ce matin. Je pense à toi  :( ;)
*Où que tu sois, ne m'oublie pas. Ici, ta voix résonnera encore et toujours. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à toi; mais c'est un monde où je ne suis pas...* (Dark Sanctuary)

Hors ligne Romane

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 728
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #31 le: 21 Mars 2016 à 09:11:22 »
Ces nuits ou plus rien n'est la pour contenir a minima.

Hors ligne Hortensia

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 120
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #32 le: 21 Mars 2016 à 11:41:32 »
"J'ai toujours aimé le désert. On s'assoit sur une dune de sable. On ne voit rien. On n'entend rien. Et cependant quelque chose rayonne en silence..."
Le Petit Prince (1943)
Antoine de Saint-Exupéry

Amistad

Hortensia

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1485
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #33 le: 21 Mars 2016 à 16:27:31 »
Des gens très intelligents affirment que le deuil n'est pas une maladie... d'accord !

J'affirme que ma dépression est la conséquence naturelle et prévisible de mon DEUIL NORMAL suite au suicide de mon fils à l'âge de 18 ans !...
 deuil impossible qui est devenu difficile... compliqué... persistant... traumatique... psychologique... pathologique.


" La dépression frappe au hasard : C'est une maladie, pas un état d'âme. "

Tahar Ben Jelloun.
Extrait de " L'Auberge des pauvres " roman paru en 1999.


"Quand on ne peut pas changer le cours des choses, il faut faire l'effort de l'accepter."

Le déni de réalité ne mène nulle part.
J'ai choisi de ne rien enjoliver.
Il faut regarder la vie en face.

On s'habitue à tout... Vieillir consiste à accepter la défaite !

Federico
« Modifié: 22 Mars 2016 à 23:48:37 par Federico »
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne milou

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 203
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #34 le: 21 Mars 2016 à 17:20:47 »
Accepter la défaite !

Cher Federico,
Accepter cette défaite est une victoire acquise au prix d'un effort surhumain.

Et on est seul, face à soi même, pour se décerner les lauriers de cette victoire à reconquérir chaque jour.
Amicalement
Milou


Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1485
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #35 le: 22 Mars 2016 à 00:25:22 »
"- Comment exister sans celui dont on respecte silencieusement le choix d’être parti ?
"- Quelle place trouver parmi les vivants ? "...

On s'enferme dans une prison... on vit dans un petit monastère...
 
On accueille simplement, humblement les Visiteurs, les Passants...
Qui sont ils ? d'où viennent ils ?
Nous sommes différents...
et... tellement différents avec ceux qui ne sont plus ! qui ne viennent plus !

Un léger sourire illumine quand même notre visage... souvenirs nostalgiques... tristes... mélancoliques !

ça s'est mal fini... suicide, accident, maladie, séparation...

Aujourd'hui, nous vivons... nos sommes notre chagrin, notre douleur, notre souffrance...

Federico
« Modifié: 22 Mars 2016 à 23:48:01 par Federico »
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1485
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #36 le: 23 Mars 2016 à 01:12:42 »
Raphaël,

Raphaël,  Raphaël,  Raphaël,  Raphaël,  Raphaël,  Raphaël,  Raphaël, Raphaël, Raphaël, Raphaël, Raphaël, Raphaël, Raphaël, Raphaël, Raphaël, Raphaël, Raphaël, Raphaël... 18 ans... 18 fois ton prénom Raphaël...

Je t'aime.Papa.
« Modifié: 23 Mars 2016 à 01:17:04 par Federico »
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1485
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #37 le: 24 Mars 2016 à 15:26:33 »

" - Elle souriait. Elle avait perdu un enfant il y a de ça quelques années, en vérité il y avait une seconde : le cœur ignore le temps. La perte fait entrer l'éternel dans nos chairs et l'éternel c'est ce qui ne passe pas, ce qui reste en travers de la gorge. "

Christian Bobin, La grande vie, Gallimard, 2014
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2206
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #38 le: 24 Mars 2016 à 19:43:51 »
J'ai dû en lire un seul de lui.. et ça ne m'avait pas trop plu... je vais peut être réessayer...qui sait? j'y trouverai peut être des pépites...des phrases à méditer...

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1485
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #39 le: 25 Mars 2016 à 00:40:24 »

Depuis la mort de mon fils aîné, j'ai appris à me taire.

Avec le temps, ça devient même un besoin ! Ne pas parler ! Ne plus parler ! ne pas entendre ! ne plus entendre ! ne pas écouter ! ne plus écouter ! ne pas attendre ! ne plus attendre !

Aimer ? oui...
Espérer ? oui

Je sais garder le silence et être dans la solitude... je peux  ne pas voir, ni embrasser, ni visiter, ni téléphoner, ni écrire... ne pas être avec les  personnes que j'aime... je pense souvent à elles...mais je suis seul !

Elles sont invitées... elles peuvent venir... nous parlerons... un petit moment...

Mon Petit monastère...

Federico
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2206
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #40 le: 25 Mars 2016 à 01:46:15 »
La solitude et le silence...
à manier avec précaution..
armes à double tranchant...
tant le deuil a besoin des autres pour se faire
et l'endeuillé  besoin des autres pour ne pas se défaire...
dans l'isolement et le mutisme...

Garde toi bien...

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1485
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #41 le: 25 Mars 2016 à 14:58:53 »

Raphaël,

 Moi, je peux juste témoigner... qu'après...bien après...ton suicide
 La douleur est toujours aussi insupportable...
 Des nausées de mal-être...
 Une envie terrible de vomir... de crier mon désespoir... de hurler ma peine...
 De pleurer mon fils !
 Envie de rien faire...
 Ne pas avoir envie de sortir, de voir, de fréquenter, de parler, de sourire, de rire, de s'amuser, de voyager...
 Ni de faire l'amour ! envie seulement de baiser ! d'éjaculer sa détresse, son anxiété, son angoisse, sa douleur !
 Ni de vivre !
 Ni d'exister !
 J'ai parfois envie de me fracasser... de me saouler... de me déchirer... de me brûler... de m'exploser la gueule ... pour qu'il ne reste plus RIEN de moi...

 Même pas mes cendres !

 Papa.
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Romane

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 728
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #42 le: 25 Mars 2016 à 15:24:40 »
 "J'ai parfois envie de me fracasser... de me saouler... de me déchirer... de me brûler... de m'exploser la gueule ... pour qu'il ne reste plus RIEN de moi...
 Même pas mes cendres ! "

Oui souvent, trop souvent .

 

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2206
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #43 le: 25 Mars 2016 à 22:39:38 »
Cette souffrance est insoutenable...c'est vrai...
L'envie d'en finir rode...c'est vrai...
Le dire est nécessaire.. c'est vrai...
Mais...

Essayer de dédier nos vies à notre enfant... (en hommage à Raphaël...pour toi)
Vivre ce qu'ils ne peuvent plus vivre...
Se persuader que la vie sera plus forte que la mort, malgré les apparences.
Perpétuer leur souvenir.. sinon qui? (Si tu mourrais .. qui nous parlerait de Raphaël, ce garçon si lumineux et tendre? Qui...)
Un jour après l'autre...
Un an après l'autre...
Tous les autres soucis,petits et grands... de l’existence deviennent "roupie de sansonnet" devant le drame absolu de la mort de l'enfant... même si ils rajoutent tant et tant de  souffrance...et fragilisent  le deuil.. (Tu surmonteras le chaos de la séparation...)

Reviens chez les humains, tu y trouveras aide et soutien, au moins un peu...Parle  à ton frère, à un psy, à un ami...ils sauront entendre ce désespoir qui t'habite...

Hors ligne Magi

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 142
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #44 le: 26 Mars 2016 à 04:26:09 »
@Frederico,

Dès mon premier contact avec ce forum, tu as été là. Tu m'as accueillie. Je venais de perdre ma fille Florence. Pas suicidée...mais partie sans préavis .Tu as été là dans toute ta capacité d'ouverture...Quatre ans après le départ de ton  Raphael, tu étais là à me consoler. Tu es devenu , sans le savoir, avec Eva et plusieus autres, mon "mentor du deuil ", celui qui montre le chemin, cahotique, crevassé., parfois  calme et plat et parfois proche du gouffre. On a besoin aussi de se reconnaître dans ces mots-là. On a besoin de vos mots.

Frederico, tu es de la couleur dans ce forum : parfois jaune, parfois mauve , quelquefois bleu "pettant" ou rose ...et parfois aussi noire. Mais tu es de la couleur...Même Romane dit que tu l'as fait sourire...l'autre soir, un de ces soirs de tes déboires (censuré!). ...elle qui se trouvait en dehors de l'espace temps...tu l'as fait sourire et ça m'a fait vraiment  plaisir, ...puis tu as tout effacé...

J'ai trouvé dommage ce massacre de tant de "croquis"...de ton monde intérieur et de tant tes partages...j'ai eu mal pour toi .

J'ai délaissé pas mal le forum depuis... Manque de vie.  (...) . Manque de tes mots toujours touchants et parfois éclaboussants ! La mort est devenue encore plus "plate à mort" (expression québécoise pour dire que c'est vraiment moche mais avec plus d'intensité )

Frederico, je me rappelle tes mots pleins de tendresse pour moi, pour les autres : " tu dois chercher de l'aide...tu disais dernièrement...", s'il te plait, sois tendre envers toi-même comme tu sais l'être envers les autres.

Affectueusement.