Auteur Sujet: Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !  (Lu 286480 fois)

0 Membres et 3 Invités sur ce sujet

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2253
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1995 le: 01 Janvier 2018 à 16:36:35 »

   Allez Federico,
   Cette année encore tu vas y arriver ...

   
   Tu es toujours recalé au brevet, mais tu te débrouilles,
   tu fais preuve de tant de courage ...
   Continuons de pirater le malheur, hisse et hô ...
   Amitié, solidarité, Titine  :-*
   
Heureuse d'être inconsolable, j'Aime.

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1762
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1996 le: 02 Janvier 2018 à 11:54:04 »

Pour 2018... je nous souhaite à toutes et à tous...

... Que surgisse avec simplicité "une joie inespérée du fin fond de nos solitudes".

Amicalement, solidairement.
Federico
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1762
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1997 le: 02 Janvier 2018 à 12:43:22 »
En ce début d'année, je tiens à remercier très sincèrement "Les AmiEs de Mon Petit Monastère".

VOUS savez... je suis inclassable, ingérable, infréquentable...
Ma "cuisine" est immangeable, mes cocktails sont imbuvables...
Mes mots sont indigestes...
Je suis carrément pas sortable et presque imbaisable ! mais bon je suis ainsi... mais également fidèle, honnête, reconnaissant... et c'est là que j'apprécie votre mérite... vous continuez à venir au Petit Monastère... malgré ma tronche et mon sale caractère de cochon désespéré !
Je pense que vous venez principalement pour Raphaël... vous avez raison car LUI, il le vaut bien... et à travers Lui, je pense aussi à TOUTES et TOUS les RAPHAËL...

C'est beaucoup pour vous que j'écris encore pour témoigner qu'après le "Grand Chagrin infernal"... il y a le "Grand Chagrin éternel"... et celui là, il faut savoir l'apprivoiser pour le rendre beau, doux, tendre... c'est le lien d'Amour !
Par contre, ma vie restera simplement en noir et blanc... ce qui paradoxalement sublime l' ESSENTIEL.

Allez je vous invite à manger et à boire... cette fois ci ça va être savoureux, délicieux, succulent ... c'est mon frère qui a tout cuisiné... hihihi huhuhu !

Merci " Mes invités".

A bientôt.
Federico.
« Modifié: 02 Janvier 2018 à 14:41:46 par Federico »
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1762
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1998 le: 02 Janvier 2018 à 16:48:00 »

Ma foi... et bien moi, je suis encore très loin de pouvoir larguer les amarres !

Je suis tellement ancré dans ma... souffrance !

Le compte à rebours est commencé jusqu'au 28 janvier ! avant, pendant et après... je ferais toujours de mon mieux !

Je comprends celles et ceux qui vont mieux ou moins mal... leurs témoignages donnent ESPOIR d'un possible renouveau... je suis d'accord MAIS... mais, personnellement, ça me coule davantage !
Je préfère de loin être avec les miens c'est-à-dire avec toutes celles et tous ceux qui souffrent encore et toujours !

Les "je vais mieux" ... "je vais moins mal"... ne se rendent pas bien compte que parfois ils/elles mettent... le loup dans la bergerie ! et paradoxalement... on se sent plus mal !
On se dit qu'on ne comprends pas, qu'on est nul, qu'on ne sait pas faire son deuil, qu'on n'est pas comme les autres... alors que nous savons toutes et tous que chaque deuil est UNIQUE et que nous le vivons toutes et tous personnellement et selon nos possibilités, nos forces et nos faiblesses !

C'est dur, difficile... je suis étroitement lié avec celles et ceux qui ont encore très très très mal et qui souffrent encore beaucoup et toujours beaucoup, beaucoup...
Je m'éloigne naturellement des autres... ils/elles m'insupportent...

Bon, je vous souhaite une bonne... soirée et une agréable... semaine !

Amicalement, solidairement.
Federico
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne minou38

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 36
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1999 le: 02 Janvier 2018 à 21:21:53 »
Federico,
comment peux-tu dire que ceux qui vont un peu mieux t'insupportent ?  ce n'est ni ton cas, ni le mien encore ! mais si l'on n'avait pas une petite lueur d'espoir, on ne serait plus là, ni toi ni moi ; pauvre Federico , ta colère ne faiblit pas ! c'est une douleur en plus !  moi, je n'ai que l'absence de mon aimé, et déjà ça , c'est insupportable . alors, toi ...
en fait, ce qu'on cherche sur ce forum, c'est le témoignage de personnes qui on vécu notre calvaire, mais qui nous apportent comme une possibilité de...
je te souhaite un peu d'apaisement pour cette année , oh bien sûr pas du bonheur, ça c'est impossible ! chaleureusement !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1762
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2000 le: 02 Janvier 2018 à 23:01:19 »

L'essentiel de l'essentiel...

J'ai déjà réservé 3 nuits dans un vrai monastère...
les 27, 28 et 29 janvier 2018 !
le 28 janvier 2018... Raphaël... 5 ans !
Je serais face à mon chagrin, ma douleur, ma souffrance.
En silence, solitude, nudité des émotions, authenticité des sentiments.

En pensées, je serais coeur à coeur avec mon fils aîné... ça comptera pour moi !

Je veux vivre "ça"... je veux me protéger et je ne fais plus aucun compromis...

JE décide ce que je veux ... où je veux ... quand je veux... et ... avec qui je veux !... c'est ça la liberté !

Pourtant, J'suis un vrai cancre ! dernier de la classe ! j'ai déjà redoublé plusieurs fois à l'école de la vie !
Je tombe et je me relève... courageusement, inlassablement.
Je ne veux plus rien construire mais aujourd'hui j'aime ma vie de bohème...

Amicalement, solidairement.
Federico
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1762
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2001 le: 03 Janvier 2018 à 22:21:54 »

Salut "mon p'tit coco",

"NON mon p'tit coco" ... comme aurait si bien dit ta grand-mère paternelle lorsqu'elle était très fâchée .....
"Tu n'es plus là, mon p'tit coco ! "... vol maintenant vers une destination inconnue !... et tu te démerdes !!

C'est vrai que moi, ton père,  je préfère être ici-bas ...
Oui, avec tous les vices de ce bas monde !

Même si je sais que c'est une vie de merde mal accompagnée par une société complètement pourrie, hypocrite, égoïste ...
je préfère quand même rester ici plutôt que me faire chier à partir vers... je ne sais où ?
J'aime bien l'aventure mais pas devant le néant ou l'impossible !
Je connais la chanson ici-bas et je connais RIEN de là-haut ! et ça ne m'encourage pas à y aller ! Non, vraiment pas !

Alors... souhaite moi une bonne santé pour cette Nouvelle Année...
Ou plutôt ne me souhaite RIEN du tout ... c'est mieux ... le destin s'en occupe...

JE prends grand soin de moi et... de ton frère ! ... plus de ta mère... elle m'a quitté...
J'assure et J'assume ici sur Terre ... et je m'en fou de ton putain de ciel !

Dieu ? tu l'as vu toi ? moi NON, pas encore et pourtant on nous en parle beaucoup ... alors  pour l'instant, j'crois pas en lui   et ça me regarde !

Je suis un homme libre et je paie cher mon incroyance !
ça serait tellement plus simple d'avoir la foi... d'avoir confiance en quelqu'un ou de croire en quelque chose...
Je laisse les portes du paradis grandes ouvertes pour les autres... moi, j'irai en enfer !

 Dieu n'existe pas pour moi ! ... j'assume ... je signe ... A galopar !

Tranquille-peinard... c'est la zen attitude !... je vais immédiatement rejoindre ... Mon Petit Monastère ! mon paradis blanc !

A galopar ! Paco y Rafaël ... a galopar...

Federico
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1762
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2002 le: 03 Janvier 2018 à 22:33:50 »

Au galop / A galopar

  .... https://www.youtube.com/watch?v=15JfnrqBqSI

Voici la traduction d'un poème de Rafael Alberti, poème mis en musique par Paco Ibañez et qui est un peu devenu l'hymne des Républicains.

  http://espacesinstants.blog.tdg.ch/espagne-poesie-chanson/


Rafael Alberti, membre du Parti Communiste, s'exila en France après la guerre civile; mauvaise idée car un peu plus tard le Général Pétain lui retira le permis de travail le considérant comme “dangereux”... Il partit alors pour un long exil en Amérique du sud et ne revint en Espagne qu'en 1977, après la mort de Franco.


Au galop - Rafael Alberti

Les terres, les terres, les terres d’Espagne,
les grandes, solitaires, désertes étendues.
Galope, cheval balzan
cavalier du peuple
sous le soleil et la lune

Au galop, au grand galop,
jusqu’à les ensevelir dans la mer!

 Son du cœur qui sonne et résonne
résonnent sous les quatre fers les terres d’Espagne.
Galope, cavalier du peuple,
cheval balzan
cheval d’écume

 Au galop, au grand galop,
Jusqu’à les ensevelir dans la mer!

 Personne, personne, en face personne;
car la mort n’est rien si elle chevauche ta monture.
Galope, cheval balzan
cavalier du peuple
car la terre est à toi.

 Au galop, au grand galop,
jusqu’à les ensevelir dans la mer!


 
A Galopar - Rafael Alberti

Las tierras, las tierras, las tierras de España,
las grandes, las solas, desiertas llanuras.
Galopa, caballo cuatralbo,
jinete del pueblo,
al sol y a la luna.

 ¡A galopar,
a galopar,
hasta enterrarlos en el mar!

 A corazón suenan, resuenan, resuenan
las tierras de España, en las herraduras.
Galopa, jinete del pueblo,
caballo cuatralbo,
caballo de espuma.

 ¡A galopar,
a galopar,
hasta enterrarlos en el mar!

 Nadie, nadie, nadie, que enfrente no hay nadie;
que es nadie la muerte si va en tu montura.
Galopa, caballo cuatralbo,
jinete del pueblo,
que la tierra es tuya.

 ¡A galopar,
a galopar,
hasta enterrarlos en el mar!
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne malex

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 59
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2003 le: 04 Janvier 2018 à 00:23:07 »
Bonsoir Federico,
Ce soir je reviens dans ton petit monastère, ton paradis blanc pour y déposer  mon chagrin et mon bonheur en même temps. Ma Marguerite , ma maman a fermé ses yeux  bleus pour toujours  le  17 décembre. Quand je suis arrivée près d'elle le 8 novembre,  j'ai demandé que l'on arrête cette agonie liée au goutte à goutte des perfusions. Je n'ai pas été entendue alors pendant 40 jours et 40 nuits je suis restée près d'elle .  Je l'ai accompagnée ... j'espère qu'elle a "senti" que j'étais là,  partagée entre le désir que tout s'arrête et celui de la garder encore un peu. Je suis heureuse d'avoir été là, de l'avoir entourée de toute ma tendresse .

Hasard ou pas: ses obsèques ont eu lieu le 21 décembre, 2ans jour pour jour après le décès de mon compagnon. Aussi pour lui , j'ai demandé que l'on commence la cérémonie avec le texte "les absents " de Grand Corps Malade.

Hasard ou pas :  le lendemain des obsèques alors que je feuilletais les livres de sa bibliothèque , un texte s'est échappé et est tombé à mes pieds .
 Dans ce texte il était écrit:
....  Si jusqu'au bout ton visage me sourit, le soleil de ta présence réchauffera mon corps endolori.....

  En lisant ce texte j'ai compris qu'elle me savait à ses côtés.

          Je ne connais pas de meilleur  endroit que ton paradis blanc pour déposer ces quelques lignes. Merci Federico.
   
         Affectueusement : Malex


Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1762
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2004 le: 04 Janvier 2018 à 02:54:37 »

Bon ... soir Malex,

"Je ne peux que lui prendre la main quand elle a peur de tout ce monde inconnu autour d'elle. C'est un corps et un esprit en souffrance. J'ai beau me révolter  , elle est là . Je suis partagée entre le désir de la garder encore un peu pour continuer à lui confier tout mon chagrin d'avoir perdu mon compagnon de route. Elle m'écoute, ses grands yeux bleus plongés dans les miens. "  :'( ... ta maman ... ta Marguerite à toi  :-* ... est là sans y être  :'(  :-*

"Voilà  un petit bout d' état d'âme que je viens déposer dans ton petit monastère." C'est en toute humilité un honneur pour moi... autant de douceur ... autant de tendresse ... merci Malex... merci à toi...

La prochaine fois... viens symboliquement avec Marguerite... s'il te plaît... s'il vous plaît !

NOUS embrasserons doucement sa main... ses grands yeux bleus se promèneront  dans les allées de mon Petit Monastère...

Prends bien soin de toi...       

Bien solidairement.
Federico


Bonsoir Federico,
Ce soir je reviens dans ton petit monastère, ton paradis blanc pour y déposer  mon chagrin et mon bonheur en même temps. Ma Marguerite , ma maman a fermé ses yeux  bleus pour toujours  le  17 décembre. Quand je suis arrivée près d'elle le 8 novembre,  j'ai demandé que l'on arrête cette agonie liée au goutte à goutte des perfusions. Je n'ai pas été entendue alors pendant 40 jours et 40 nuits je suis restée près d'elle .  Je l'ai accompagnée ... j'espère qu'elle a "senti" que j'étais là,  partagée entre le désir que tout s'arrête et celui de la garder encore un peu. Je suis heureuse d'avoir été là, de l'avoir entourée de toute ma tendresse .

Hasard ou pas: ses obsèques ont eu lieu le 21 décembre, 2ans jour pour jour après le décès de mon compagnon. Aussi pour lui , j'ai demandé que l'on commence la cérémonie avec le texte "les absents " de Grand Corps Malade.

Hasard ou pas :  le lendemain des obsèques alors que je feuilletais les livres de sa bibliothèque , un texte s'est échappé et est tombé à mes pieds .
 Dans ce texte il était écrit:
....  Si jusqu'au bout ton visage me sourit, le soleil de ta présence réchauffera mon corps endolori.....

  En lisant ce texte j'ai compris qu'elle me savait à ses côtés.

          Je ne connais pas de meilleur  endroit que ton paradis blanc pour déposer ces quelques lignes. Merci Federico.
   
         Affectueusement : Malex



Chère Malex...

Je suis désolé... je n'ai pas les mots pour te répondre... je suis très ému...je suis infiniment triste... un soupir... quelques larmes... une belle pensée pour ta maman.
J'ai retrouvé ce texte datant du 3 avril 2017... Il est tien... je ne change rien et... je te l'offre très humblement.
Je t'embrasse.
Federico

- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1762
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2005 le: 04 Janvier 2018 à 17:00:21 »

- Et vous ? êtes vous plutôt mer ou montagne ?

 Les deux Mon Capitaine... j'affronte courageusement les grosses tempêtes maritimes puis je me repose, je récupère, je m'oxygène à la montagne !

 La vie est pleine de paradoxes... de contradictions ... et il faut savoir naviguer en mer et randonner en montagne.

 Les tempêtes et les Grandes Douleurs de la vie côtoient les petits bonheurs et les Grands Moments.

 Vivre, survivre, se battre, combattre, lutter, résister, tenir, ne rien lâcher, ne pas abandonner...

 OSER L'INSOUMISSION AU MALHEUR... Merci Martine/Souci
 RESISTANCE...

 Continuer coûte que coûte d'abord et principalement POUR SOI et ensuite pour les personnes aimées.


 Penser à soi & S'aimer... se respecter avec douceur, indulgence... Prendre soin de soi...

 " Vis simplement pour que d'autres puissent simplement vivre " Gandhi

Amicalement, solidairement.
Federico
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1762
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2006 le: 06 Janvier 2018 à 06:20:57 »

Les "fêtes" sont malheureusement terminées...
Ce n'est pas que je les apprécie tout spécialement MAIS... c'est là où je garde les derniers bons souvenirs de Raphaël en 2012 ... et même si je me sens tristement et amèrement proche de lui... je suis quand même AVEC lui.
En fait aujourd'hui je déteste quand les fêtes se terminent parce qu'arrive ce terrible mois de janvier... je crains et je redoute inévitablement cet effroyable compte à rebours jusqu'au 28 janvier...
Je cogite... j'angoisse... je vomis... je suis en colère, j'éprouve de la haine... je ne suis pas celui que j'était "avant !
Attention ! périmètre de sécurité ! on ne s'approche pas trop près de moi... risque d'explosion !
J'hurle... je heurte, j'indispose, j'irrite, je vexe, j'insulte, je blesse...
Je m'isole dans ma solitude... je reste muet dans mon silence... je protège et je me protège !
N'ayez cependant pas peur de moi... un mot, un geste, un sourire... douceur et tendresse... cela m'apaise, me soigne, me guérit...
Là, pour l'instant, je suis à terre... à genoux ! j'attends de pouvoir me relever... et crier, et sourire, et rire, et chanter, et danser, et boire, et manger, et baiser, et voyager... et vivre ... ou survivre... ou mourir !


- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1762
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2007 le: 06 Janvier 2018 à 19:17:00 »
Je crois qu'il faut avoir l'honnêteté d'écrire qu'il est parfois extrêmement douloureux de lire les histoires personnelles des autres... souvent, je pense qu'il ne faut pas rajouter à notre peine... il faut temporairement passer son chemin...  sagement... puis revenir plus tard... plein de motivation, d'envie et d'énergie.

On peut régulièrement venir pour lire, écrire et si l'on souhaite poser pendant un certain temps ses valises remplies de chagrin, douleur, souffrance... ici sur le forum... cela peut soulager dans le sens où l'on ne se sent jamais seul... il y a naturellement un "va et vient" ... comme sur le quai d'une gare... des voyageurs montent, descendent, changent de trains, partent vers différentes destinations... le voyage est plus ou moins long mais l'on rencontre des personnes formidables ! MERCI à vous.

Pas de "Professionnels de la santé physique ou mentale" et c'est tant mieux ! c'est GRATUIT ici ! on ne demande rien, on n'exige rien... on vient... on va... on espère...

La compréhension, l'écoute, l'échange, le respect, le partage, la solidarité ne s'achètent pas !

Des gens du peuple uniquement et exclusivement...

Des personnes qui souffrent au quotidien dans la chair et le sang !

Le peuple qui souffre... le peuple qui sait... le peuple qui pleure... le peuple qui s'entraide...

Il faut de la patience... de la vérité... un mot, un sourire, un geste... et puis basta !

Pas de compétition dans l'exercice de l'expression écrite... seule la sincérité... la modestie... l'humilité !
Pas de classes sociales...
Pas d'individualisme excessif... personne n'est le centre du monde... tout le monde est important !
NON au nombrilisme mais OUI, OUI, OUI à l'altruisme...

Voilà mes compagnons ... mes amies... je vous aime puisque NOUS SOMMES... parce que NOUS SOUFFRONS...

Amicalement, solidairement..
Federico
« Modifié: 06 Janvier 2018 à 23:09:17 par Federico »
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1762
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2008 le: 07 Janvier 2018 à 00:01:50 »

Ce qui complique considérablement un deuil... ce sont les deuils successifs !

Notre vie est jalonnée par ce que nous avons naturellement déjà perdu (nos grands-parents, nos parents, oncles, tantes, cousins, cousines), ce que nous venons de perdre ( enfants, conjoints, frères, soeurs) et ce que l'on aura pas ou plus jamais (séparation amoureuse, divorce).

Hommage à ma Petite Maman Aurélia (cancer généralisé)... mon fils aîné Raphaël (suicide)... ma séparation d'avec la mère de mes deux garçons après 24 années de vie commune et 4 années de fiançailles !

Eh bien moi... j'ai gagné le gros lot et j'ai le droit de souffrir pour les trois non pas successivement mais bel et bien en même temps ! eh ! oui, en même temps !

Ma mère A. cela va faire 18 ans ! mais c'est d'actualité, c'est ici et bien là ! en première page de mon journal de deuil !
Mon fils R. bientôt 5 ans ! c'était hier, c'est aujourd'hui, ce sera demain... en première page de mon journal de deuil !
Mon ex-compagne V. bientôt 2 ans ! rupture, déchirure, cela saigne abondamment... en première page de mon journal de deuil !

Cette récente séparation, cette rupture amoureuse... c'est bien sûr un deuil que je vis avec les symptômes du deuil... le déni, le manque, l'absence, la colère, la tristesse, l'Amour, les souvenirs...

C'est ma deuxième année... une première année qui s'est mal passée et que je redouble une nouvelle fois...
J'ai déjà connu plusieurs premières années redoublées...

Je suis un cancre, un redoublant... eh oui, un cancre... un redoublant !

Amicalement, solidairement.

 Federico

 *********************************************************************

 Le cancre
Jacques PRÉVERT

 Il dit non avec la tête
 mais il dit oui avec le coeur
 il dit oui à ce qu’il aime
 il dit non au professeur
 il est debout
 on le questionne
 et tous les problèmes sont posés
 soudain le fou rire le prend
 et il efface tout
 les chiffres et les mots
 les dates et les noms
 les phrases et les pièges
 et malgré les menaces du maître
 sous les huées des enfants prodiges
 avec les craies de toutes les couleurs
 sur le tableau noir du malheur
 il dessine le visage du bonheur.

“Le Cancre”, tiré du recueil “Paroles” paru aux éditions Gallimard
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1762
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #2009 le: 07 Janvier 2018 à 08:39:54 »

De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"


Raphaël,

Cela a commencé par le délicat mois de novembre (Toussaint - jour des défunts - mon anniversaire)... suivi par le toujours difficile mois de décembre (Noël et Nouvel An)... pour finir avec le 28 janvier où ma souffrance atteindra son paroxysme du désespoir !
J'aurais bien voulu partir pendant ces fêtes de fin d'année... partir encore et toujours... pour être seul, caché, éloigné, retiré de tout et de tous !
Cette fois, ça n'a pas été possible... les contraintes professionnelles l'ont emporté sur tout le reste et notamment sur le besoin spirituellement athée d'être au milieu d'un désert !

Rapha...Ô mon Raphi... je ferme les yeux... j'ai trop mal... je respire doucement et profondément... je manque de force... je ne veux plus réouvrir les yeux !
Je ne supporte plus grand monde ni grand chose... je m'isole pour ne pas craquer... je maitrise mieux mes gestes et paroles dans le silence et la solitude !

Je me protège et je préserve mes relations avec les autres ... car j'ai une incroyable tendance à dire non à toute émotion sentimentale et souvent même je provoque carrément la rupture relationnelle... je me détache de tout et de tout le monde et je dirais même surtout lorsque la relation peut devenir belle et sincère... je refuse inconsciemment ce nouveau défi ! je n'ai plus envie de construire... je sais que tout peut s'écrouler en un seul instant... je suis définitivement découragé, résigné, écoeuré ! NON je ne veux plus me projeter vers l'avenir, je déteste le mot "reconstruction"... je préfère vivre l'instant présent et... profiter de petites joies me suffit amplement !
Je n'ambitionne plus rien de "Grand"... même plus le "Grand Amour"... une petite amourette pour le fun et les galipettes !
Je pars... je m'enfuis... non, je ne suis pas prêt !....je ne veux ni peux partager ma douleur et souffrance avec autrui !
Je ne m'autorise plus, momentanément j'espère, le bonheur... j'ai du mal à vouloir être heureux... j'ai du mal à me sortir de TOI et de mon cercle intimiste et secret ! je te dédie ma vie... je suis bien comme ça ! je n'attends plus rien !

J'ai depuis ... début novembre... sorti des petites bougies et des moyennes et des grandes aussi à longue durée !
Ce sont mes illuminations ... j'allume l'appartement avec plein de bougies "pour toi et mes autres !"... mes autres se sont les miens !
Les autres encore plus "autres" ne savent pas ni ne peuvent s'imaginer la douleur, la souffrance, les changements d'états d'âme que cela suppose de vivre un deuil impossible... c'est inhumain d'imposer aux autres une telle tragédie ... on joue la comédie, on triche, on rigole nerveusement pour faire semblant d'être bien... on doit assurer un minimum syndical et cela nécessite un réel talent de funambule ! on est en recherche constante d'équilibre... cela ne nous empêche pas de rechuter et de se reprendre des gamelles à la pelle !

Un sourire de façade, une parole faussement rassurante et un clin d'oeil faux-cul et le tour est joué... l'insoutenable légèreté de la vie peut continuer avec ses mensonges et son hypocrisie !

MOI, Ton Papa, je veux penser à TOI... et puis NON, je ne suis pas encore prêt à te lâcher... je re-pense aussi un peu plus à moi... ça c'est bon signe ! toi & moi ! eh, oui moi & toi ..... moi et toi ensemble éternellement.

TU es mon essentiel... ma priorité... ma respiration, mon souffle, ma raison de vivre ... je t'aime, mon Amour !

Papa.
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M