Auteur Sujet: Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !  (Lu 186960 fois)

0 Membres et 4 Invités sur ce sujet

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1410
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1725 le: 12 Septembre 2017 à 03:38:06 »
En ce moment, ma vie est loin de me convenir...

Je ne trouve que d'insuffisantes satisfactions...

Je me cache et je soigne mes blessures, mes cicatrices...

Avec l'espérance de VIVRE AVEC... son irréversible absence physique...

J'éprouve de la tristesse et de la résignation...

J'ai du mal à me motiver pour continuer ce chemin devenu incroyablement inhospitalier pour moi et où j'ai les pires difficultés à l'analyser, à l'accepter...

Ce chemin est un désert absolu sans trace aucune et d'une invisibilité affective horizontale...!

Je n'arrive à me projeter nulle part... c'est le flou le plus total...

Quelle amertume désagréable... une acidité sans le fruité !

Une désespérance aiguë ... qui fait mal, très mal !

Une bataille perdue d'avance... sans même la fierté d'être tombé avec les honneurs !

Une désolation... un champ de ruine émotionnelle... une émotion dévastée... des sentiments disparus !

La guerre perdue sans panache !

Une souffrance désirée pour sentir physiquement ce lien d'amour... sinon que restera t il ?

Je ne suis qu'un "écrivain" ordurier qui utilise parfois des obscénités pour se vider de toute cette immonde laideur...

Je crache toute cette insupportableignominie...

Quelle misérable infamie !

Je vomis cette impensable souffrance... cette inimaginable douleur... ce chagrin injuste, dégueulasse !

Ma vie... des points de suspension où je n'arrive même pas à mettre un point sur un "i" ....

Je n'entends plus les "je t'aime"... sourd, trop désespérément aveuglé par la souffrance !

Je ne peux même plus dire un  "je t'aime" ... je pleure ! je souffre !

Mon cœur est brisé ! en milles morceaux !

Comment faire pour recoller ce puzzle et réparer l'irréparable...

Pas de reconstruction possible ! désolé !

Vouloir être capable de Dire à nouveau "je t'aime"... les yeux fermés... une larme, oui, une larme d'un bonheur perdu et  d'une liberté retrouvée...

Perdre... retrouver mais pas remplacer... nous sommes d'accord !

C'est comme pour le "POUR MOI"... avant tout ! n'est ce pas ! hein !

" Bonne continuation et... bisou"

Je t'aime, je t'aime, je t'aime... j'aime pourtant tellement écrire je t'aime...

Accepte une caresse de mes yeux... elle veut aussi dire... accepte un baiser...

Je t'aime... oui, oui, oui, mes larmes coulent... mon sang se vide ...

Souffrance... ce soir, tu es venue me rendre visite et je t'ai encore reçue... espèce de salope  !

Bien Amicalement.
Bien Solidairement.

Federico
« Modifié: 12 Septembre 2017 à 03:51:48 par Federico »
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Liesel

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 152
  • Vivre avec...
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1726 le: 12 Septembre 2017 à 11:14:59 »
"Ne mettez pas d’obstacle au mouvement de la douleur. Laissez-le mûrir."   Krishnamurti
"Parler de ses peines, c’est déjà se consoler."   Albert Camus
"Rien n’est plus vivant qu’un souvenir."   Federico Garcia Lorca


Je reprends le chemin des citations, les mots me manquent mon cher Federico.
Je te serre dans les bras par la pensée et te souhaite de trouver un peu d'apaisement.

Amitié
Liesel   
« Modifié: 12 Septembre 2017 à 11:30:13 par Liesel »
Je choisis la vie, en ton nom Alexandre, mon fils,  pour honorer ta mort

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1410
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1727 le: 12 Septembre 2017 à 16:04:48 »

UNE PETITE MOUSSE A DEGUSTER TOUS LES JOURS... C'EST BON POUR SOI !


FEDERICO
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Liesel

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 152
  • Vivre avec...
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1728 le: 12 Septembre 2017 à 16:29:52 »
Tchin Federico  8)
Une p'tite mousse quand il fait beau, yes!
Moi, chuis en région parisienne, ce sera plutôt un p'tit sky  :P

B
     I
        S
            O
                 U
                       S

Je choisis la vie, en ton nom Alexandre, mon fils,  pour honorer ta mort

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1410
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1729 le: 12 Septembre 2017 à 17:10:28 »


"L'EDUCATION est votre arme la plus puissante pour changer le monde" Nelson Mandela.

Mais où se trouve aujourd'hui le compartiment "EDUCATION" de notre société ?
Alors "... pour changer le monde"... bonne chance et bonne continuation... bisous.

Bien à vous.
Federico
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Ela

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 231
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1730 le: 13 Septembre 2017 à 00:15:56 »
Federico...

Je voulais simplement te dire, que je t'ai lu... et une fois encore, tes mots m'ont touchée droit au cœur... Tout ça, c'est ce que tu ressens, je n'ai rien à commenter... Je respecte. Infiniment.

Simplement... En écho à cette phrase...
"Je ne suis qu'un "écrivain" ordurier qui utilise parfois des obscénités pour se vider de toute cette immonde laideur..."

Merci Federico. Merci d'écrire comme tu le fais. Même si bien sur, je serai tellement heureuse un jour de voir ta plume évoluer... refléter un apaisement, une trêve, un oasis voir même, soyons fous! La fin du désert... Tellement heureuse si tes écrits devenaient la nouvelle "méthode coué"!! un trésor de développement personnel, une méthode zen..^^  Je serais heureuse parce que si tu écrivais ainsi, je serai sincèrement convaincue que ces mots seraient le reflet de ce que tu vis car ta plume est toujours d'une sincérité absolue.

En attendant, merci de ne pas enjoliver la réalité de cette longue traversée du désert. Grâce à toi qui ose explorer sans complaisance ce qu'il y a au fond, beauté ET laideur, je me sens moins misérable. Moins seule dans ma condition humaine, dans mes doutes, mes effrois, mes bassesses... tout ce fatras pitoyable au fond de moi...

Alors pour moi, tu n'as peut-être pas gagné la guerre, mais personne ne pourra dire que tu ne t'es pas battu avec panache.

Et tu sais quoi? Toute cette vermine de de désespérance qui nous ronge les boyaux, tant qu'à la regarder droit dans les yeux et à la faire vivre sur le papier, autant aller jusqu'au bout et lui dire ce qu'on pense d'elle. Qu'ELLE AILLE SE FAIRE FOUTRE. Elle aura beau nous avaler tout entier, elle n'atteindra jamais la perle tout au fond.

La perle ultime, l'amour... tes perles à toi: l'amour pour tes enfants...

Je t'embrasse.


Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1410
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1731 le: 14 Septembre 2017 à 02:11:11 »

LETTRE A MON FILS A.

" - Oui, Papa, nous nous voyons moins ... mais maintenant à chaque fois c'est Parfait ! "

C'est une remarque de mon plus jeune fils A. depuis ma séparation avec sa mère !

  Nos discussions sont franches, sincères et libres ! pas de polémiques nauséabondes ! respect ! et puis nous privilégions le moment présent ... je l'écoute attentivement et il y a une belle complicité...

 Je me concentre sur lui , je ne pense qu'à lui et il n'y a que lui qui compte pour moi pendant "nos moments".

 Tout se passe avec une compréhensive douceur et une pudeur très masculine !

 Le sourire est important même teinté par une certaine mélancolie...

 Mon fils est jeune (21 ans !) mais il a déjà compris beaucoup de choses importantes de la vie ! c'est un magnifique jeune homme !

 Nous savons, nous comprenons  et nous ne voulons rien rajouter à notre souffrance !

 Au contraire, nous voulons l'alléger...

 Je t'aime A.
 Papa
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1410
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1732 le: 14 Septembre 2017 à 02:32:14 »

Histoire toute vraie !

En janvier 2012... Raphaël était en classe de Terminale ES.

 La prof. d'Espagnol avait pour habitude de demander à ses élèves d'écrire en majuscules au stylo feutre sur une grande feuille de papier A4 leur principal vœux du début d'année et elle s'amusait à les prendre en photo...

 Naturellement, l'année du bac...Tous et toutes, sans exception, ont écrits : Avoir le baccalauréat en juillet 2012 !

 Seul Raphaël avait osé écrire : SALVAR LOS BONOBOS Y IRME DE MARCHA CON ELLOS !
Sauver les bonobos et faire la fête avec eux !

 Etonnant ! non ?... déroutant comme humour ! une autre vision, un autre monde, d'autres priorités !

 A la mort de Raphaël... sa prof. d'Espagnol m'a envoyé par mail ses deux photos prises en classe pendant son cours d'Espagnol...
 Raphaël avait son beau pull marin... et montrer ses vœux avec un doux et coquin sourire !
 Elle a beaucoup pleuré Raphaël... m'a-t'on dit !

 Je t'aime, mon fils !
 Papa

 *********

 Le Singe Bonobo utilise le sexe, comme instrument de la paix sociale


 Bon, moi si je dois me réincarner en animal, ça sera le Bonobo !


 " - Le Bonobo appartient à la famille des « grands singes », sans queue, dit anthropomorphe, c’est-à-dire que sa physionomie se rapproche de celle de l’Homme, comme 3 autres espèces. Parmi, les singes, il est celui qui partage le plus de gènes avec l’Homme, soit 99.4 % du code génétique humain. Par comparaison, le chimpanzé, son très proche cousin, n’aurait « que » 98% de gènes communs avec nous.

 La découverte du bonobo, comme espèce de singe, à part entière est relativement récente (1929), car sa physionomie est très proche de celle du chimpanzé. Il se distingue de son très proche cousin par sa couleur de peau (noire/brune pour le bonobo et claire pour le chimpanzé) et aussi par sa plus petite taille, il est à ce titre aussi appelé « chimpanzé nain » ou « chimpanzé Pygmée ».

Le tronc commun que nos ancêtres ont partagé avec ces espèces de « grands singes », s’est scindé au cours des 15 derniers millions d’années :

•L’orang-outan : 15 millions d’années.

•Le gorille : 9 millions d’années.

•Le chimpanzé : 6 millions d’années.

•La disjonction entre le Bonobo et le Chimpanzé a eu lieu, il y a 3 à 4 millions d’années.

 Alors que l’orang-outan vit en Asie (Indonésie et Malaisie), le gorille, le chimpanzé et le bonobo se concentrent en Afrique centrale, autour de l’équateur.
 Le bonobo vit exclusivement en République Démocratique du Congo (RDC), au sud de la rivière Congo. Sa population est estimée à 15 000 individus.


 Comme tous singes qui se respectent, l’arbre reste son habitat principal, malgré tout, il ne rechigne pas à se mettre en position bipède (20% de son temps), notamment lorsque ses mains sont occupées à saisir des objets de son environnement naturel.

 Végétarien, il ne chasse pas, même si parfois, quelques insectes peuvent composer son menu.

 Comme les Chimpanzés, le Bonobo vit en groupe de 50 à 100 individus et les femelles donnent naissance à un petit tous les 5 ou 6 ans. Mais la comparaison s’arrête là.

 Alors que la vie sociale des chimpanzés est organisée autour d’un mâle dominant, qui a pour conséquences de provoquer des rixes et conflits au sein du groupe, celle du Bonobo est plutôt de type matriarcale et pacifique.

 Même si des tensions existent, elles sont rapidement apaisées, par le biais de pratiques sexuelles fréquentes, car le sexe est un instrument essentiel de leur vie quotidienne, il est utilisé pour le plaisir et pour supprimer l’agressivité entre les membres du groupe, avant d’être un moyen de reproduction.

Le Bonobo n’a pas un taux de natalité supérieur aux autres espèces de singes, même si ses journées sont ponctuées de très nombreux contacts sexuels, en moyenne un toutes les 90 minutes, bien supérieur, à ceux des autre primates.

Par ailleurs, le Bonobo est le seul animal à faire l’amour à la missionnaire, même s’il pratique de nombreuses positions et s’adonnent couramment à la masturbation.

Les pratiques sexuelles entre adultes du même sexe sont également courantes et les plus jeunes sont aussi mis à contribution. Par contre, l’inceste est inexistant.

 Les femelles bonobo, très solidaires entre-elles, tiennent une place plus importante que les mâles et sont à l’origine des décisions du groupe. Le lien entre la mère et son petit est très fort et cela tout au long de la vie du singe, même devenu adulte.

 Le bonobo serait le seul animal à ne jamais pratiquer d’infanticide, alors qu’il reste assez courant chez le chimpanzé et dans le monde animal en général.

 Malheureusement, comme tous les « grands singes », le bonobo est une espèce particulièrement menacée, du fait de sa concentration exclusive dans une région ravagée par la guerre. La déforestation, l’exploitation du diamant et sa chair contribuent aussi à le rendre particulièrement
vulnérable."

 Bon, moi , je crois que vous avez compris...si je dois me réincarner en animal, ça sera le Bonobo !
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1410
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1733 le: 14 Septembre 2017 à 11:15:22 »


Zazie... Je suis un Homme... https://www.youtube.com/watch?v=oSIoP7h4B_M

Moi, Federico, je suis un Bonobo...hihi jaja...ouhlala ! bye bye...

Bonne journée.
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 523
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1734 le: 14 Septembre 2017 à 18:33:10 »
Plus on est de fous plus on rit alors
bonobo, ça me va aussi,....pour ma prochaine vie

 :-* :-* :-*
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1410
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1735 le: 15 Septembre 2017 à 02:04:30 »



Raphaël,

C'est incroyable, absolument impensable que TU n'aies pas imaginé, ne serait ce qu'un infime instant, les conséquences apocalyptiques de ton acte insensé sur la vie future de tes parents et de ton frère !

Tes parents ont naturellement explosé... le couple séparé... ton frère (!?!) ...

Sur la mienne, en tout cas, au moment de ton envol... tu as tout simplement appuyé sur un bouton déclenchant une bombe atomique à l'intérieur de mon corps qui a complètement pulvérisé toutes mes entrailles, mon coeur, mon âme, mon esprit ! TOUT !

Pas un signe, pas un appel, pas un cri, pas un mot... avant ton geste, ton acte...

Je n' éprouve aucun sentiment de culpabilité... va te faire enculée... connasse !
Quelle bande de malhonnêtes hypocrites ces psys avec leur fameuse théorie sur la culpabilité...
Ils veulent encore davantage te couler... c'est leur gagne-pain... leur mine à faire du fric...
Même Fauré a tout faux ! désolé pour toi... Mister Fauré !
Aujourd'hui, j'ai ma propre opinion sur le suicide de mon fils !
C'est pas de la culpabilité ... c'est de la colère !
Mon fils R. s'est trompé et je ne peux même pas l'excuser ! c'est SA FAUTE et PAS LA MIENNE ! SA DECISION !

Quelle absurdité... quelle souffrance... mon désespoir est à son paroxysme en écrivant ces mots...

D'accord.. OK... j'accepte le fait que tu n'appartiens à personne... je respecte ta liberté !

Je ne sais pas combien de temps encore je vais continuer à écrire sur le forum ...
Je ressens une immense lassitude... "aquoibonite" très douloureuse très aigüe !
Mes mots ne valent plus rien... je suis découragé... et je crois sincèrement que je ferais mieux de m'inscrire sur Meetic... ça me changera les idées puisque là-bas au moins on aime les imperfections.
Ma tête va exploser ... je crois que je vais plutôt aller joyeusement me divertir... j'ai le droit et c'est ma liberté !

Je pense aussi sincèrement que j'ai bien rempli "ma mission" ... qui était celle de faire connaître un peu la petite histoire de Raphaël, mon bien-aimé fils aîné ! trop jeune et trop tôt disparu...

Il a aimé, je ne sais pas s'il aime toujours... il a été très aimé et il est encore et toujours très aimé !

Je n'ai plus qu'à tirer très humblement ma révérence...
Un petit signe de la main... un léger sourire... un simple au-revoir !

Baisers pour toutes... vous êtes magnifiques de courage... RESPECT !

Papa de Raphaël.... oui, je suis vraiment ... encore et pour toujours... son papa.

Je t'aime Raphaël.



- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1959
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1736 le: 15 Septembre 2017 à 14:08:44 »
   Cher Federico ...
   C'est une souffrance sans fin ... de "penser" ...
   Pour le moment je DOIS ... m'anesthésier un peu ...
   Nous ne pouvons rien changer à ce qui s'est passé ...
   Quelque chose de malsain qui s'est passé en eux ...
   Ils se sont perdus est-ce "leur" faute ...
   Étaient-ils vraiment "eux-mêmes" ? Conscients de tous leurs repères intellectuels et affectifs ?
   Je m'éloigne pour mon bien de "ça", car c'est terrible et puissant ...
   Maintenant, nous devons prendre soin de nous ... penser qu'ils ne voulaient pas nous détruire, qu'ils nous aimaient, parce que c'est vrai.
   Tournons-nous en rond en écrivant ici ? Pas plus que les astres ...
   Nous vivons dans une sorte d'épaisseur temporelle, nos mots, comme nos souvenirs, sont inépuisables et palpitent ...
   Bien humblement, Titineè!y§è (Caramel a tenu à ajouter un ptit qqch)
J'aime donc je suis !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1410
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1737 le: 15 Septembre 2017 à 15:47:05 »
Chère souci,

TU as complètement raison... c'est une souffrance sans nom et sans fin !

JE devrais m'arrêter aussi de "penser" à LUI et à "ça"... mais voilà, je ne peux pas !
JE me lève avec "ça" et je me couche avec "ça"...
JE vis AVEC "ça"... "depuis"... et c'est innommable et infini !

"NOUS ne pouvons rien changer à ce qui s'est passé..." il est là mon Grand Désespoir.

Ma colère vient de cette terrible frustration et non pas d'un vulgaire sentiment de culpabilité...

Souci, je  te prie de bien vouloir m'excuser mais tu fais bien de t'éloigner pour ton bien de "ça" ...
Je te promets tranquillité ... repose toi et prends bien soin de toi souci.

Moi, je ne peux pas me mettre "en pause pour cause d'enfant suicidé" quand je veux... c'est plus compliqué pour moi !

Mes mots ne palpitent plus, ne scintillent plus, ne résonnent plus...
Le vent n'a pas tout emporté de sa mort...
La pluie n'a pas tout ensevelie de mes blessures....

Mes larmes sont là à jamais...
Mon cœur respire encore...

JE recherche inlassablement cette espérance...

J'aurai fait de mon mieux... sans regrets, sans remords... sans culpabilité !

LUI est mort et Je pense toujours à LUI...

Puisse quelqu'un me comprendre ...

Amicalement & Solidairement.
Federico
« Modifié: 15 Septembre 2017 à 23:38:12 par Federico »
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 523
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1738 le: 15 Septembre 2017 à 17:01:51 »
Federico,
lorsque je lis ta peine, tes souffrances, je n'ose que peu souvent te laisser un message,
qui suis-je moi pour comprendre ? sous quel prétexte ai-je le droit de laisser un message alors que je ne sais cette peine, la tienne, celle de chaque parent, celle de chaque personne qui a perdu un aimé par suicide.
Je veux cependant que tu saches que tes témoignages me touchent, que je lis tes partages, et que si j'avais une baguette magique et bien je m'en servirais pour alléger ton grand coeur, Tu es, à mes yeux une très belle personne, tu es vrai,
je te dépose ici de la tendresse, aujourd'hui, j'en ai plein dans le coeur alors à quoi ça me servirait de la garder enfermée?
je t'embrasse  :-*
Mononoké
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1410
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Réponse #1739 le: 16 Septembre 2017 à 00:18:58 »

Bonsoir Mononoké,

Tellement MERCI Mononoké...  ;)  :-*

Je voudrais te dire que tu es absolument LEGITIME pour comprendre ma peine...

N'hésites donc pas... écris moi spontanément...  en toute confiance et donc ... en toute légitimité...

Bien sûr qu'il y a des "nuances" dans la mort de nos Amours... mais le tronc commun est le même pour toutes et tous les endeuillés.

Au début, très humblement, je ne m'autorisais à écrire et à ne répondre que sur le thème du "suicide"... puis comme la chèvre de Mr Seguin... je suis allé à la rencontre des "amoureuses"... et l'autre soir je me suis même surpris à tenter de répondre à Soupline dont la situation n'est pas commune sur ce forum.

Le coeur... c'est toujours mon  coeur qui écris mes messages... ils sont vrais... j'essaie d'éviter d'être maladroit (ma principale hantise)... mais je ne supporte pas cette indifférence sous la fausse apparence d'un hypocrite respect... je suis toujours prêt à m'excuser ou à retirer des phrases ou carrément un message si JE reconnais m'être trompé... par contre je ne suis pas là pour être gentil, je ne suis pas un enfant de coeur !
Si je complimente... c'est toujours sincère !... parce qu'on sait que je peux aussi facilement "bombarder"...

"Tu es à mes yeux une très belle personne" c'est honnêtement le plus beau compliment que l'on puisse me faire.
J'ai toujours privilégié les belles relations humaines, la réussite de SA VIE plutôt  que réussir dans la vie...

MERCI Mononoké, merci encore...

Je t'embrasse.
Federico
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !